Fayulu, Ponyo et Mukwege critiquent encore ouvertement le pouvoir congolais pour la gestion de la crise du M23

Afriquinfos Editeur
4 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Kinshasa (© 2022 Afriquinfos)- Trois personnalités congolaises, Dr Denis Mukwege, l’ex Premier ministre Matata Ponyo et l’homme politique Martin Fayulu, ont accusé lundi le président Félix Tshisekedi de pousser le pays vers une implosion en invitant des Nations extérieures dans la gestion de la crise sécuritaire.

Signe des pressions croissantes exercées sur M. Tshisekedi au sujet de l’Est de la RD Congo, profondément troublé, le trio a déclaré que le plus grand pays d’Afrique subsaharienne était confronté à la « fragmentation » et à la « balkanisation« .

Cette situation est « le résultat d’un manque flagrant de leadership et de gouvernance de la part d’un régime irresponsable et répressif« , ont-ils déclaré dans un communiqué.

Outre le gynécologue et lauréat du prix Nobel de la paix 2018, la déclaration a été signée par l’homme politique Martin Fayulu, que Tshisekedi a battu lors d’élections controversées en 2018, et l’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo.

- Advertisement -

Des dizaines de groupes armés parcourent l’est de la République démocratique du Congo. Plusieurs d’entre eux sont l’héritage de deux guerres régionales qui ont fait rage à la fin du siècle dernier.

La dernière crise en date concerne la résurgence d’un groupe armé appelé le M23, qui s’est emparé de pans entiers de territoire dans la province du Nord-Kivu depuis qu’il est sorti de sa torpeur l’année dernière.

Les forces armées de la RDC étant en difficulté, Tshisekedi a fait appel à un organisme composé de sept nations, la Communauté africaine (EAC), pour déployer des troupes.

Parmi les membres de l’EAC figurent le Rwanda et l’Ouganda, que les critiques accusent depuis longtemps d’attiser les frictions dans l’est du pays.

La RDC, en particulier, accuse le Rwanda d’être complice des rebelles, ce que le Rwanda nie, bien que cette affirmation soit étayée par un nouveau rapport d’experts indépendants des Nations unies.

« Au lieu de doter le pays d’une armée efficace, le gouvernement a donné la priorité à l’externalisation de la sécurité nationale, (placée entre les mains) de forces étrangères et, pire encore, de pays qui sont à l’origine de la déstabilisation de ce pays« , ont déclaré les trois pays dans leur communiqué.

La force de l’EAC est sous commandement kenyan et des troupes kenyanes ont déjà été déployées. Mais les principaux détails concernant sa taille, sa portée et sa composition restent flous.

Le M23, sous la pression de la communauté internationale, a pris part à des cérémonies vendredi dernier pour remettre la ville stratégique de Kibumba à la force de l’EAC.

Mais le jour suivant, l’armée de la RDC a déclaré que le prétendu retrait des rebelles était une « imposture » et a accusé le groupe de renforcer ses positions ailleurs.

Tshisekedi, un vétéran de l’opposition, qui a été élu président en décembre 2018. Il a succédé à Joseph Kabila, qui gouvernait d’une main de fer depuis 2001, et dont la décision de se retirer a marqué la toute première passation de pouvoir pacifique du pays.

Vignikpo Akpéné