Etudes supérieures : L’Ambassadeur Weiss souhaite voir davantage de Togolais en Allemagne

Afriquinfos Editeur 4 Vues
3 Min de Lecture

Au nom des relations historiques existant entre Berlin et Lomé et en tablant sur la reprise pleine et totale de la coopération entre les Républiques allemande et togolaise, l’ambassadeur Joseph Albert Weiss a presque poussé un cri du cœur. Il s’est épanché très précisément sur le faible taux de candidatures togolaises aux innombrables bourses d’études que proposent chaque année les grandes et réputées Universités ou Ecoles de formation allemandes.

« C’est dommage que le Togo, avec ses liens historiques avec l’Allemagne, n’a pas de ressources humaines conséquentes répondant aux critères imposés pour consommer les innombrables opportunités s’offrant aux pays du Sud pour la formation supérieure de qualité dans les Universités ou Ecoles allemandes », a amèrement constaté le diplomate Weiss. M. Weiss a étayé son constat avec une récente réponse qui lui a été donnée dans le monde judiciaire togolais où une opportunité de remise à niveau pour magistrats était offerte à des ressortissants africains.

L’ambassadeur Weiss a évoqué le déficit de candidatures togolaises pour les bourses dans son pays dans le cadre du financement de quatre petits projets par l’Ambassade d’Allemagne le 19 juillet dernier, à Lomé. Une cérémonie d’octroi de financements durant laquelle plusieurs étudiants juristes ont salué l’utilité d’un ouvrage didactique conçu grâce au soutien financier de l’Ambassade d’Allemagne par le Groupe « Allons à l’essentiel ». Il s’agit d’un Groupe de juristes privatistes qui a décidé d’encourager l’apprentissage des études juridiques en mettant à la disposition des étudiants un ouvrage facilitant l’apprentissage du Droit en général.

Généralement, ce sont les barrières linguistiques qui empêchent les Togolais de postuler à des programmes de bourses allemandes. La plupart des Universités ou Ecoles qui administrent ces bourses exigent des postulants un certain niveau en anglais ou en allemand. Des critères que remplissent très peu de Togolais. Ce point de vue du diplomate allemand a été partagé par Dr Padabo Kelèm Tata, enseignant au Département d’Anthropologie-Sociologie à l’Université de Kara (nord-Togo). En 2006, il a soutenu sa thèse dans une Université allemande ; il a ensuite décidé de mettre son savoir-faire intellectuel acquis au pays de Goethe au service de la jeunesse togolaise en rentrant au bercail.

27 millions d’euros : c’est le montant de l’aide versée par l’Allemagne au Togo depuis la reprise intégrale de la coopération entre les deux pays le 6 décembre 2011, après deux décennies de suspension. Depuis décembre 2011, Berlin met l’accent dans le cadre de ce financement sur la bonne gouvernance/décentralisation, le développement rural, la formation technique ou professionnelle et l’emploi des jeunes.

Afriquinfos