Corymbe : Coopération avec les garde-côtes cap-verdiens

Afriquinfos Editeur 7 Vues
3 Min de Lecture

Dans la soirée du 8 août, les autorités capverdiennes ont appris la disparition d’un jeune homme tombé de son bateau de pêche près de la côte, à Praia. En coordination avec l’ambassade de France et le chef d’état-major des forces armées capverdiennes, le Germinal a proposé la mise à disposition de ses moyens nautiques et aéronautiques afin de soutenir les opérations de recherche en cours. Le lendemain au petit matin, l’hélicoptère Alouette 3 embarqué à bord de la frégate a décollé pour survoler et investiguer la zone de recherche. Une embarcation du  Germinal, avec à son bord un médecin et une équipe de plongeurs, s’est également rendue sur la zone de recherche afin de  renforcer le dispositif des garde-côtes capverdiens. Après de nombreuses recherches, le corps du jeune homme a finalement été retrouvé sur la plage en début d’après midi.

En dépit de l’issue fatale pour la victime, cette opération de recherche en mer a permis d’illustrer l’une des missions prioritaires des bâtiments déployés en mission  Corymbe qui consiste à mettre en œuvre la coopération bilatérale entre la Marine française et les pays du golfe de Guinée. Dans le cadre de la coopération bilatérale entre la France et le Cap-Vert, les escales de bâtiments français sont l’occasion d’interactions régulière entre leurs deux marines, ce qui facilite la participation conjointe à des opérations notamment pour le secours d’urgence ou l’aide à la population.

Le 13 août, à l’appareillage, la FS Germinal  a accueilli à son bord l’ambassadeur de France au Cap-Vert et le chef d’état-major des forces armées capverdiennes. A la sortie des approches de Praia, ils ont été redéposés à terre par l’hélicoptère du bord qui effectuait une navigation d’entraînement.  Le bâtiment a ensuite repris sa patrouille en mission Corymbe.

Corymbe est une mission de présence quasi permanente des forces armées françaises dans le golfe de Guinée, en place depuis 1990. Le dispositif est armé par un bâtiment de la Marine nationale qui peut être ponctuellement renforcé par des moyens terrestres et aéromobiles embarqués.