Afrique de l'Ouest
13 février 2020

Condamnation de Teodorin Obiang: Malabo condamne l’ingérence de la justice française

La Guinée Equatoriale a condamné et qualifié d’ »ingérence inacceptable » la condamnation en appel par la justice française de son vice-président […]

10 février 2020 Afrique Centrale

Bien mal acquis : Teodorin Obiang condamné en appel à 3 ans de prison avec sursis

Paris (© 2020 Afriquinfos)- Teodorin Obiang n’a pas gagné au change avec le verdict du procès en appel prononcé ce […]

Lire la suite »
20 août 2019 République de Guinée Equatoriale

La Guinée Equatoriale, nouvelle plaque tournante du gaz en Afrique avec un tout nouveau terminal de gaz et un mega-hub gazier

Malabo (© 2019 Afriquinfos)-En inaugurant la première usine de stockage et de regazéification de GNL à être construite sur la […]

Lire la suite »
1 août 2019 Fil AFP

Teodoro Obiang Nguema, un record mondial de longévité au pouvoir

MALABO (© 2019 AFP) – C’est un record mondial de longévité, hors monarchie: Teodoro Obiang Nguema fête samedi ses quarante […]

Lire la suite »
Fil AFP

Guinée équotoriale: Teodoro Obiang Nguema, record mondial de longévité au pouvoir

MALABO (© 2019 AFP) – C’est un record mondial de longévité, hors monarchie: Teodoro Obiang Nguema fête samedi ses quarante […]

Lire la suite »
15 juillet 2019 Ailleurs

Guinée équatoriale: Internet, « une affaire de gros sous »

MALABO (© 2019 AFP) – Pour flâner, flirter, profiter de l’air frais mais surtout pour surfer sur les réseaux sociaux: […]

Lire la suite »
18 septembre 2018 République de Guinée Equatoriale

Saisie à Sao Paulo : Malabo dénonce une ingérence et une volonté de ternir l’image du pays

Sao Paulo (© 2018 Afriquinfos)- Comme on  pouvait s’y attendre, les autorités équato-guinéennes n’ont pas tardé à réagir à la […]

Lire la suite »
17 septembre 2018 République de Guinée Equatoriale

Bien mal acquis : Teodorin Obiang Nguema intercepté dans un aéroport brésilien avec 16 millions de dollars en espèces et bijoux

Sao Paulo (© 2018 Afriquinfos)- Teodorin Obiang Nguema devrait revenir bien léger d’un voyage qu’il a effectué ce weekend au […]

Lire la suite »
22 juillet 2018 République de Guinée Equatoriale

Guinée Equatoriale : le décès d’un magistrat en détention provoque des indignations

Malabo (© 2018 Afriquinfos)- Mis en détention depuis mardi au commissariat central de Malabo, Jose Esono Ndong Bidang, un magistrat […]

Lire la suite »
21 juillet 2018 République de Guinée Equatoriale

Guinée équatoriale : Un premier prisonnier politique libéré depuis l’amnistie du 4 juillet

Malabo (© 2018 Afriquinfos) –Suite à l’amnistie générale décrétée le 4 juillet par le président Teodoro Obiang Nguema, un prisonnier […]

Lire la suite »
11 juillet 2018 République de Guinée Equatoriale

Le président Teodoro Obiang Nguema n’aurait pas tenu à sa promesse ?

Malabo  (© 2018 Afriquinfos)- En Guinée Equatoriale, malgré l’amnistie générale décrétée le 4 juillet par le président Teodoro Obiang Nguema, […]

Lire la suite »
9 juillet 2018 République de Guinée Equatoriale

Le parti au pouvoir (le PDGE) proteste contre « l’ingérence de l’Espagne » en Guinée équatoriale

Malabo (© 2018 Afriquinfos)- En Guinée équatoriale, le gouvernement a fait savoir son « malaise » et sa « protestation » contre « l’ingérence » de […]

Lire la suite »
5 juillet 2018 République de Guinée Equatoriale

Guinée équatoriale : « Amnistie totale » pour tous les prisonniers et opposants en Guinée équatoriale, l’opposition prend la nouvelle avec des pincettes

Malabo (© 2018 Afriquinfos) – Suite à l’annonce d’une « amnistie totale » pour les prisonniers politiques et opposants par le président Teodoro […]

Lire la suite »
3 juillet 2018 République de Guinée Equatoriale

Guinée équatoriale: Teodorin Nguema Obiang interdit aux fonctionnaires de voyager sans son autorisation

Malabo (© 2018 Afriquinfos)- En Guinée équatoriale, les fonctionnaires ne peuvent plus se rendre à l’étranger sans autorisation du vice-président Teodorin […]

Lire la suite »
21 avril 2018 République de Guinée Equatoriale

Tentative de « coup d’Etat » en guinée équatoriale: Malabo déplore un « manque de solidarité en Afrique »

Malabo (© 2018 Afriquinfos) –Le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema a déploré le « manque » de « solidarité en Afrique » en réponse […]

Lire la suite »
28 mars 2018 République de Guinée Equatoriale

Guinée équatoriale : la torture est une pratique courante selon des témoins et des ONG

Malabo (© 2018 Afriquinfos)-Des militants d’un parti d’opposition dissous en février en Guinée équatoriale affirment avoir été “torturés”, pratique confirmée […]

Lire la suite »
22 mars 2018 République de Guinée Equatoriale

Guinée Equatoriale : Whatsapp de nouveau accessible tandis que d’autres réseaux restent bloqués

Malabo (© 2018 Afriquinfos) L’accès sans système de contournement au réseau social Whatsapp a été rétabli mardi en Guinée équatoriale, tandis […]

Lire la suite »
23 février 2018 République de Guinée Equatoriale

Procès d’opposants en guinée équatoriale: le procureur demande la dissolution du parti CI

 Malabo (© Afriquinfos 2018) –Le principal parti d’opposition en Guinée équatoriale, Citoyens pour l’innovation (CI), « doit être dissous », a demandé […]

Lire la suite »
20 février 2018 République de Guinée Equatoriale

Guinée Equatoriale: Affaire Teodorin Obiang, Malabo se tourne vers la CIJ

Malabo (© 2018 Afriquinfos)- Malabo vient de saisir la Cour internationale de justice (CIJ) dans l’affaire des biens mal acquis […]

Lire la suite »
3 janvier 2018 République de Guinée Equatoriale

La Guinée équatoriale affirme « avoir fait avorter » un « coup d’Etat »

Malabo (© Afriquinfos 2018)-La Guinée équatoriale a affirmé « avoir fait avorter » un coup d’Etat préparé fin décembre par un « groupe […]

Lire la suite »
24 novembre 2017 République de Guinée Equatoriale

violences faites aux femmes en Guinée Equatoriale : les autorités en appel à un changement de mentalité

Malabo(© Afriquinfos 2017)- La ministre équato-guinéenne des Affaires sociales et de l’Égalité des genres, Consuelo Ondo Nzang, a dans une […]

Lire la suite »
29 août 2017 République de Guinée Bissau

La Guinée équatoriale réclame 48 milliards de franc CFA à Total pour « fraude »

Malabo (© Afriquinfos 2017)- Le ministre des Finances de la Guinée équatoriale, Miguel Egonga Obiang a annoncé lundi que le […]

Lire la suite »
27 juin 2017 République de Guinée Equatoriale

Procès Obiang: les accusations fracassantes d’un mercenaire contre Soros et Bourdon

Paris (© Afriquinfos 2017)- Le mercenaire anglais Simon Mann, impliqué dans une tentative de coup d’Etat en 2004 contre le […]

Lire la suite »
19 juin 2017 République de Guinée Equatoriale

Affaire des biens mal acquis: ouverture du procès Obiang en correctionnelle

Paris (© Afriquinfos 2017)-Le procès des biens mal acquis s’est ouvert ce lundi 19 juin devant le tribunal correctionnel de […]

Lire la suite »
17 juin 2017 République de Guinée Equatoriale

Guinée Équatoriale : Le procès de Teodorin Obiang, débute le lundi prochain à Paris

Paris (© Afriquinfos 2017)- Soupçonné d’avoir assouvi ses goûts de luxe en puisant dans les caisses de son pays, Teodorin […]

Lire la suite »
29 mai 2017 République de Guinée Equatoriale

La Guinée Équatoriale désormais membre de l’OPEP

Vienne (© Afriquinfos 2017)- La Guinée équatoriale a officiellement intégré l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). C’est du moins. […]

Lire la suite »
4 mai 2017 République de Guinée Equatoriale

Guinée équatoriale: des sites d’information et Facebook suspendus depuis 4 ans

Malabo (© Afriquinfos 2017)-L’accès à certains sites d’information, d’opinion et de réseaux sociaux dont Facebook est toujours interdit en Guinée […]

Lire la suite »
4 avril 2017 République de Guinée Equatoriale

Guinée équatoriale: pénurie d’essence dans le pays pétrolier

Malabo (© Afriquinfos 2017) – La Guinée équatoriale, pays d’Afrique centrale producteur de pétrole,  connaît une pénurie d’essence qui a […]

Lire la suite »
24 janvier 2017 République de Guinée Equatoriale

La Guinée équatoriale demande à rejoindre l’OPEP en 2017 en diminuant sa production

Vienne (© 2017 Afriquinfos) – Le ministre des Mines et hydrocarbures Mbaga Obiang, s’est rendu à Vienne le 20 janvier pour […]

Lire la suite »
4 janvier 2017 République de Guinée Equatoriale

France : le procès de Teodorin Obiang reporté en juin 2017

Paris (© 2017 Afriquinfos)- La justice française vient de donner son accord pour reporter le procès de Teodorin Obiang, en […]

Lire la suite »
République de Guinée Equatoriale

France : le procès de Teodorin Obiang sera éventuellement reporté

Paris (© 2017 Afriquinfos)- La justice française doit dire mercredi si elle reporte le premier procès dans l’affaire des « biens […]

Lire la suite »
2 janvier 2017 République de Guinée Equatoriale

Guinée Equatoriale : Teodorin Obiang demande un report pour son procès

Paris (© 2017 Afriquinfos) – Le premier procès en France dans l’affaire des « biens mal acquis » s’est ouvert lundi à […]

Lire la suite »
République de Guinée Equatoriale

Guinée-Equatoriale : ouverture du procès Teodorin Obiang sur les «biens mal acquis»

Paris (© 2017 Afriquinfos) – C’est ce lundi 2 janvier, que s’ouvre le premier procès dans l’affaire dite  des biens […]

Lire la suite »
8 décembre 2016 République de Guinée Equatoriale

Guinée Equatoriale : Teodoro Obiang sorti d’affaire dans un premier temps

La Haye (© 2016 Afriquinfos) – La Cour internationale de Justice a demandé à la justice française de ne plus […]

Lire la suite »
22 novembre 2016 République de Guinée Equatoriale

La Guinée-Equatoriale accueille le 4ème sommet Afro-Arabe

Malabo (© 2016 Afriquinfos)- Du 22 au 24 novembre se tiendra à Malabo, la capitale de la Guinée Equatoriale, le […]

Lire la suite »
4 novembre 2016 République de Guinée Equatoriale

Guinée équatoriale/Affaire de biens mal acquis: Après la France, la justice suisse aux trousses de Teodorin Obiang

Malabo (Afriquinfos 2016) – Teodorin Obiang, le fils du président équato-guinéen Teodoro Nguema Obiang est dans le collimateur de la […]

Lire la suite »
République de Guinée Equatoriale

Guinée équatoriale: Teodoro Obiang intéresse la justice suisse

Genève (© 2016 Afriquinfos) – Teodoro Obiang est visé dans une nouvelle enquête judiciaire; cette fois-ci en Suisse, après la France […]

Lire la suite »
1 octobre 2016 République de Guinée Equatoriale

La Guinée équatoriale réclame la fin des poursuites contre Teodorin Obiang

Malabo (© 2016 Afriquinfos) –  Dans un communiqué  diffusé ce vendredi, la Guinée équatoriale a demandé à la Cour Pénale […]

Lire la suite »
9 juillet 2016 République de Guinée Equatoriale

Plaidoyers croisés pour une redistribution des cartes dans l’UEAC, la sous-région la plus statique du continent

Malabo (© 2016 Afriquinfos) – Le Conseil des ministres de l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC) a invité les Etats membres à engager des procédures internes en vue de proposer de nouvelles candidatures pour la gouvernance de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) avant la prochaine Conférence des chefs d’Etat de cette sous-région.

Lire la suite »
25 novembre 2014 République de Guinée Equatoriale

Guinée équatoriale/Deuxième Sommet Afrique-Turquie

Malabo (© 2014 Afriquinfos) – La capitale de la Guinée équatoriale a abrité le 2ème sommet Afrique-Turquie qui s’est clôturé, le 21 novembre dernier, avec l’adoption d’un plan d’actions conjoint qui s’étalera sur la période 2015-2016.

Lire la suite »
23 novembre 2014 République de Guinée Equatoriale

Guinée équatoriale/La société de Telecom Orange fait condamner l’Etat

Malabo (© 2014 Afriquinfos) – En raison de son impossibilité à exercer le droit de sortie négocié en 2011, Orange a fait condamner l’État équato-guinéen, son partenaire au sein de l’opérateur historique Getesa. Une information fournie par nos confrères de Jeune Afrique.

Lire la suite »
23 octobre 2014 République de Guinée Equatoriale

Teodoro Obiang Nguema accorde une amnistie générale aux opposants en exil

MALABO (© 2014 Afriquinfos) – Selon un décret présidentiel lu à la télévision nationale ce mercredi le Président Obiang Nguema Mbasogo, a signé un décret mardi dernier, pour “donner les garanties à tous les acteurs politiques” pour la réconciliation nationale, dans la perspective d’un dialogue national en novembre prochain.

Lire la suite »
10 juillet 2014 République de Guinée Equatoriale

Le président guinéen insiste sur la nécessité de réformer la justice

CONAKRY (Xinhua) – Le président guinéen Alpha Condé a insisté mercredi sur la nécessité de réformer la justice, en vue d’attirer les investisseurs, a-t-on appris de source officielle.

Lire la suite »
20 mars 2014 République de Guinée Equatoriale

Guinée équatoriale : Du blanchiment dans les hautes sphères

MALABO (© 2014 Afriquinfos) – Le fils du président de Guinée équatoriale vient d’être mis en examen pour une affaire de « biens mal acquis ».

Lire la suite »
4 février 2014 République de Guinée Equatoriale

Guinée Équatoriale : Vers l’ouverture aux IDE ?

MALABO (© APO) – La Guinée Equatoriale s’est engagée à allouer un fonds de co-investissement de 500 milliards de Francs CFA (équivalant à 1 Milliard USD) pour favoriser la diversification économique du pays.

Lire la suite »
29 novembre 2013 République de Guinée Equatoriale

Le président équato-guinéen en visite au Bénin

COTONOU (Xinhua) – Les deux chefs d’Etat dicuteront la coopéeration bilatérale et des questions de paix et de sécurité sur le continent africain.

Lire la suite »
11 juillet 2013 République de Guinée Equatoriale

Le fils d’un dictateur perd 3 millions en voitures de luxe

PARIS (© 2013 Afriquinfos) – Lundi dernier avait lieu une vente aux enchères Drouot à Paris qui accueillait une centaine de personnes pour la vente de voitures de luxe. Les voitures dataient de 2004 à 2010 et les compteurs étaient pratiquement à zéro.

Lire la suite »
13 décembre 2012 République de Guinée Equatoriale

Accords de partenariat économique : Enjeu principal du Sommet Afrique-Caraïbes-Pacifique à Malabo

YAOUNDE (Xinhua) – Dans l’impasse en Afrique centrale, les négociations sur les Accords de partenariat économique (APE) entre les pays du groupe Afrique-Caraïbe-Pacifique (ACP) et l’Union européenne (UE) sont perçus comme l’enjeu principal du sommet des dirigeants ACP qui se tient jeudi à vendredi à Malabo en Guinée équatoriale.

Lire la suite »
13 juillet 2012 République de Guinée Equatoriale

Un naufrage fait 9 morts dans une localité frontalière de la Sierra Leone en Basse Guinée

CONAKRY(Xinhua) – Une barque transportant des passagers qui a chaviré a fait 9 morts dans la localité de Salatogoye, le long de la frontière sierra léonaise en Basse Guinée, a-t-on appris ce vendredi de sources concordantes.

Lire la suite »
26 juin 2012 République de Guinée Equatoriale

L’UA remercie la Guinée Equatoriale pour ses dons visant à réduire la souffrance en Somalie

ADDIS ABEBA (Xinhua) – L’Union africaine (UA) a applaudi les dons de la Guinée Equatoriale pour la réduction de la souffrance en Somalie.

Lire la suite »

Guinée équatoriale officiellement la République de Guinée équatoriale est un pays situé sur la côte ouest de l’Afrique centrale, avec une superficie de 28 000 kilomètres carrés (11 000 miles carrés). Ancienne colonie de la Guinée espagnole, son nom post-indépendance évoque sa situation à proximité de l’équateur et du golfe de Guinée. La Guinée équatoriale est le seul État africain souverain dans lequel l’espagnol est une langue officielle. En 2015, le pays comptait une population estimée à 1 222 245. La Guinée équatoriale se compose de deux parties, une région insulaire et une région continentale. La région insulaire est constituée des îles de Bioko (anciennement Fernando Pó) dans le golfe de Guinée et d’Annobón, une petite île volcanique qui est la seule partie du pays au sud de l’équateur. L’île de Bioko est la partie la plus septentrionale de la Guinée équatoriale et est le site de la capitale du pays, Malabo. La nation insulaire lusophone de São Tomé e Príncipe est située entre Bioko et Annobón. La région continentale, Río Muni, est bordée par le Cameroun au nord et le Gabon au sud et à l’est. C’est l’emplacement de Bata, la plus grande ville de Guinée équatoriale, et de Ciudad de la Paz, future capitale du pays. Rio Muni comprend également plusieurs petites îles au large, telles que Corisco, Elobey Grande et Elobey Chico. Le pays est membre de l’Union africaine, de la Francophonie, de l’OPEP et de la CPLP.

Depuis le milieu des années 90, la Guinée équatoriale est devenue l’un des plus grands producteurs de pétrole d’Afrique subsaharienne. C’est par la suite le pays le plus riche par habitant d’Afrique, et son produit intérieur brut (PIB) ajusté pour la parité de pouvoir d’achat (PPA) par habitant se classe au 43e rang mondial; cependant, la richesse est distribuée de manière extrêmement inégale, avec peu de personnes bénéficiant des richesses pétrolières. Le pays se classe au 144e rang de l’indice de développement humain 2019, avec moins de la moitié de la population ayant accès à l’eau potable et 20% des enfants décédant avant l’âge de cinq ans. Le gouvernement de la Guinée équatoriale est autoritaire et a l’un des pires antécédents en matière de droits de l’homme au monde, se classant régulièrement parmi les « pires des pires » dans l’enquête annuelle de Freedom House sur les droits politiques et civils. Reporters sans frontières classe le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo parmi ses « prédateurs » de la liberté de la presse. La traite des êtres humains est un problème important ; le rapport américain sur la traite des personnes de 2012 a déclaré que la Guinée équatoriale « est une source et une destination pour les femmes et les enfants soumis au travail forcé et au trafic sexuel forcé ». Le rapport évalue la Guinée équatoriale comme un gouvernement qui « ne respecte pas pleinement les normes minimales et ne fait pas d’efforts importants pour le faire ».

L’histoire de la République de Guinée équatoriale

Les Pygmées vivaient probablement autrefois dans la région continentale qui est maintenant la Guinée équatoriale, mais ne se trouvent aujourd’hui que dans des poches isolées du sud de Río Muni. Les migrations bantoues ont commencé probablement vers 2000 avant notre ère entre le sud-est du Nigéria et le nord-ouest du Cameroun (les Grassfields). Ils doivent avoir installé la Guinée équatoriale continentale au plus tard environ 500 avant notre ère. Les premières colonies sur l’île de Bioko datent de 530 EC. La population d’Annobón, originaire d’Angola, a été introduite par les Portugais via l’île de São Tomé.

Premier contact européen et règle portugaise (1472-1778)

L’explorateur portugais Fernando Pó, cherchant un chemin vers l’Inde, est considéré comme le premier Européen à découvrir l’île de Bioko, en 1472. Il l’appela Formosa (« Belle »), mais il prit rapidement le nom de son découvreur européen . Fernando Pó et Annobón ont été colonisés par le Portugal en 1474. Les premières usines ont été établies sur les îles vers 1500, car les Portugais ont rapidement reconnu les points positifs des îles, notamment le sol volcanique et les hautes terres résistantes aux maladies. Malgré les avantages naturels, les premiers efforts portugais en 1507 pour établir une plantation de canne à sucre et une ville près de l’actuelle Concepción sur Fernando Pó ont échoué en raison de l’hostilité et de la fièvre de Bubi. Le climat pluvieux de l’île principale, l’humidité extrême et les variations de température ont eu un impact majeur sur les colons européens dès le début, et il faudra des siècles avant que les tentatives ne recommencent.

Première domination espagnole et location à la Grande-Bretagne (1778-1844)

En 1778, la reine Maria I du Portugal et le roi Charles III d’Espagne ont signé le traité d’El Pardo qui a cédé Bioko, les îlots adjacents et les droits commerciaux sur la baie du Biafra entre le Niger et l’Ogoué à l’Espagne. Le brigadier Felipe José, comte d’Arjelejos, a quitté l’Uruguay pour prendre officiellement possession de Bioko du Portugal, atterrissant sur l’île le 21 octobre 1778. Après avoir navigué pour Annobón pour prendre possession, le comte est décédé des suites d’une maladie attrapée à Bioko et de fièvre. l’équipage se mutina. L’équipage a atterri à São Tomé où ils ont été emprisonnés par les autorités portugaises après avoir perdu plus de 80% de leurs hommes à cause de la maladie. À la suite de cette catastrophe, l’Espagne a par la suite hésité à investir massivement dans leur nouvelle possession. Cependant, malgré le revers, les Espagnols ont commencé à utiliser l’île comme base pour la chasse aux esclaves sur le continent voisin avec le soutien de marchands britanniques. Entre 1778 et 1810, le territoire de ce qui est devenu la Guinée équatoriale a été administré par la vice-royauté du Río de la Plata, basée à Buenos Aires. Ne voulant pas investir massivement dans le développement de Fernando Pó, de 1827 à 1843, les Espagnols ont loué une base à Malabo sur Bioko au Royaume-Uni qu’ils avaient recherchée dans le cadre de leurs efforts pour contrôler la traite négrière atlantique. Sans la permission des Espagnols, les Britanniques ont transféré le siège de la Commission mixte pour la répression du trafic d’esclaves à Fernando Pó en 1827, avant de le ramener en Sierra Leone en vertu d’un accord avec l’Espagne en 1843. Décision de l’Espagne d’abolir l’esclavage en 1817 sur l’insistance britannique endommagé la valeur perçue de la colonie pour les autorités et donc la location de bases navales était une source de revenus efficace d’une possession autrement non rentable. C’est de Fernando Pó que le gouverneur John Beecroft a lancé la saisie de Lagos qui a marqué la première incursion britannique au Nigeria. Un accord de l’Espagne pour vendre leur colonie africaine aux Britanniques a été contrecarré en 1841 par l’opinion publique métropolitaine et les parlementaires en colère à Madrid.

Fin du 19e siècle (1844–1900)

En 1844, les Britanniques ont restauré l’île à la souveraineté espagnole et la région est devenue connue sous le nom de «Territorios Españoles del Golfo de Guinée». En raison d’épidémies brutales, l’Espagne refusait toujours d’investir beaucoup dans la colonie et, en 1862, une épidémie brutale de fièvre jaune a tué de nombreux Blancs qui s’étaient installés sur l’île. Malgré cela, les plantations ont continué à être établies par des particuliers pendant le troisième quart du XIXe siècle. Les plantations de Fernando Pó étaient principalement dirigées par une élite créole noire, plus tard connue sous le nom de Fernandinos. Les Britanniques y ont installé quelque 2 000 Sierra-Léonais et libéré des esclaves pendant leur règne, et l’immigration limitée en provenance d’Afrique de l’Ouest et des Antilles s’est poursuivie après le départ des Britanniques. Un certain nombre d’esclaves angolais libérés, de créoles portugais-africains et d’immigrants du Nigeria et du Libéria ont également commencé à s’installer dans la colonie où ils ont rapidement commencé à rejoindre le nouveau groupe. Au mélange local s’ajoutaient des Cubains, des Philippins, des Catalans, des Juifs et des Espagnols de différentes couleurs, dont beaucoup avaient été déportés en Afrique pour des délits politiques ou autres, ainsi que des colons soutenus par le gouvernement. En 1870, le pronostic des Blancs qui vivaient sur l’île s’est beaucoup amélioré après les recommandations qu’ils vivent dans les hautes terres, et en 1884, une grande partie des machines administratives minimales et des plantations clés avaient déménagé à Basile à des centaines de mètres au-dessus du niveau de la mer. Henry Morton Stanley avait qualifié Fernando Pó de « joyau que l’Espagne n’a pas poli » pour avoir refusé d’adopter une telle politique. Malgré l’amélioration des chances de survie des Européens vivant sur l’île, Mary Kingsley, qui séjournait sur l’île, décrivait encore Fernando Pó comme « une forme d’exécution plus inconfortable  » pour les Espagnols nommés sur place. Il y avait aussi un filet d’immigration des îles portugaises voisines, des esclaves échappés et des planteurs potentiels. Bien que quelques-uns des Fernandinos étaient catholiques et hispanophones, environ les neuf dixièmes d’entre eux étaient protestants et anglophones à la veille de la Première Guerre mondiale, et l’anglais pidgin était la lingua franca de l’île. Les Sierra-Léonais étaient particulièrement bien placés en tant que planteurs tandis que le recrutement de main-d’œuvre sur la côte au vent se poursuivait, car ils y maintenaient des liens familiaux et autres et pouvaient facilement organiser un approvisionnement en main-d’œuvre. Les Fernandinos se sont révélés être des commerçants et des intermédiaires efficaces entre les indigènes et les Européens. Un esclave libéré des Antilles par le biais de la Sierra Leone nommé William Pratt a établi la récolte de cacao sur Fernando Pó, changeant à jamais le destin de la colonie.

Début du 20e siècle (1900-1945)

L’Espagne a négligé d’occuper la grande superficie dans la baie du Biafra à laquelle elle avait droit par traité, et les Français ont activement occupé leur occupation au détriment de la zone revendiquée par l’Espagne. Madrid n’avait pas soutenu les explorations d’hommes comme Manuel Iradier qui avaient signé des traités à l’intérieur jusqu’au Gabon et au Cameroun, laissant une grande partie de la terre hors de « l’occupation effective  » comme l’exigent les termes de la Conférence de Berlin de 1885, et des événements à Cuba et la guerre hispano-américaine ont distrait Madrid à un moment inopportun. Le soutien minimal du gouvernement à l’annexion du continent est uniquement dû à l’opinion publique et au besoin de main-d’œuvre à Fernando Pó. [29] Le traité final de Paris en 1900 a laissé l’Espagne avec l’enclave continentale de Rio Muni, à peine 26 000 km2 sur les 300 000 s’étendant vers l’est jusqu’à la rivière Oubangui que les Espagnols avaient initialement revendiquée. La petite enclave était bien plus petite que ce que les Espagnols avaient estimé à juste titre en vertu de leurs revendications et du traité d’El Pardo. L’humiliation des négociations franco-espagnoles, combinée à la catastrophe de Cuba, a conduit le chef de l’équipe de négociation espagnole, Pedro Gover y Tovar, à se suicider lors du voyage de retour le 21 octobre 1901. Iradier lui-même mourut de désespoir en 1911, et il faudra des décennies avant que ses réalisations ne soient reconnues par l’opinion populaire espagnole lorsque le port de Cogo sera rebaptisé Puerto Iradier en son honneur. Les premières années du XXe siècle ont vu une nouvelle génération d’immigrants espagnols. Les règlements fonciers promulgués en 1904–1905 favorisaient les Espagnols, et la plupart des grands planteurs postérieurs sont arrivés d’Espagne après cela. Un accord conclu avec le Libéria conclu en 1914 pour importer de la main-d’œuvre bon marché favorisait grandement les hommes riches ayant facilement accès à l’État, et le transfert de l’offre de main-d’œuvre du Libéria vers Río Muni augmentait cet avantage. En raison d’une faute professionnelle cependant, le gouvernement libérien a finalement mis fin au traité après des révélations embarrassantes sur l’état des travailleurs libériens sur Fernando Pó dans le rapport Christy qui a renversé le président du pays Charles DB King en 1930. En 1940, environ 20% de la colonie la production de cacao provenait de terres appartenant à des Africains, presque entièrement aux mains de Fernandinos.

La plus grande contrainte au développement économique était une pénurie chronique de main-d’œuvre. Poussée à l’intérieur de l’île et décimée par la dépendance à l’alcool, les maladies vénériennes, la variole et la maladie du sommeil, la population indigène Bubi de Bioko a refusé de travailler dans les plantations. L’exploitation de leurs propres petites plantations de cacao leur a donné un degré d’autonomie considérable. À la fin du XIXe siècle, les Bubi étaient protégés des exigences des planteurs par des missionnaires clarétains espagnols, qui étaient très influents dans la colonie et ont finalement organisé les Bubi en petites théocraties de mission rappelant les célèbres réductions jésuites au Paraguay. La pénétration catholique a été favorisée par deux petites insurrections en 1898 et 1910 pour protester contre la conscription du travail forcé dans les plantations. Les Bubi furent désarmés en 1917 et laissés dépendants des missionnaires. De graves pénuries de main-d’œuvre ont été temporairement résolues par un afflux massif de réfugiés de Kamerun allemand, ainsi que des milliers de soldats allemands blancs qui sont restés sur l’île pendant plusieurs années.

Entre 1926 et 1959, Bioko et Rio Muni ont été unis en tant que colonie de la Guinée espagnole. L’économie était basée sur de grandes plantations de cacao et de café et des concessions forestières et la main-d’œuvre était principalement constituée de travailleurs contractuels immigrés du Libéria, du Nigéria et du Cameroun. Entre 1914 et 1930, environ 10 000 Libériens se sont rendus à Fernando Po en vertu d’un traité du travail qui a été complètement arrêté en 1930. Les ouvriers libériens n’étant plus disponibles, les planteurs de Fernando Po se sont tournés vers Rio Muni. Des campagnes ont été organisées pour maîtriser le peuple Fang dans les années 1920, au moment où le Libéria commençait à réduire le recrutement. Il y avait des garnisons de la garde coloniale dans toute l’enclave en 1926, et toute la colonie était considérée comme «pacifiée» en 1929. La guerre civile espagnole a eu un impact majeur sur la colonie. 150 Blancs espagnols, dont le gouverneur général et le vice-gouverneur général de Río Muni, ont créé un parti socialiste appelé Front populaire dans l’enclave qui a servi à s’opposer aux intérêts de l’élite des plantations de Fernando Pó. Lorsque la guerre a éclaté, Francisco Franco a ordonné aux forces nationalistes basées aux Canaries d’assurer le contrôle de la Guinée équatoriale. En septembre 1936, les forces nationalistes soutenues par les Falangistes de Fernando Pó, dans un miroir de ce qui s’est passé en Espagne, ont «  nettoyé  » Río Muni, qui sous le gouverneur général Luiz Sanchez Guerra Saez et son adjoint Porcel avait soutenu le gouvernement républicain. En novembre, le Front populaire et ses partisans avaient été vaincus, ses dirigeants exécutés et la Guinée équatoriale assurée pour Franco. Le commandant en charge de l’occupation, Juan Fontán Lobé a été nommé gouverneur général par Franco et a commencé à exercer un contrôle espagnol plus efficace sur l’intérieur de l’enclave. Rio Muni avait une petite population, officiellement un peu plus de 100 000 dans les années 1930, et s’échapper par les frontières du Cameroun ou du Gabon était très facile. De plus, les entreprises forestières avaient besoin d’un nombre croissant de travailleurs et la propagation de la culture du café offrait un autre moyen de payer les impôts. Fernando Pó a donc continué de souffrir de pénuries de main-d’œuvre. Les Français n’ont autorisé que brièvement le recrutement au Cameroun, et la principale source de main-d’œuvre est venue des Igbo introduits clandestinement dans des pirogues en provenance de Calabar au Nigéria. Cette résolution de la pénurie de travailleurs a permis à Fernando Pó de devenir l’une des zones agricoles les plus productives d’Afrique après la Seconde Guerre mondiale.

Les dernières années de la domination espagnole (1945-1968)

Sur le plan politique, l’histoire coloniale de l’après-guerre comporte trois phases assez distinctes : jusqu’en 1959, date à laquelle son statut est passé de «colonial» à «provincial», selon l’approche de l’Empire portugais; entre 1960 et 1968, lorsque Madrid a tenté une décolonisation partielle visant à maintenir le territoire dans le système espagnol; et à partir de 1968, après que le territoire est devenu une république indépendante. La première phase consistait en un peu plus que la poursuite des politiques précédentes; ceux-ci ressemblaient étroitement aux politiques du Portugal et de la France, notamment en divisant la population en une grande majorité gouvernée comme «indigènes» ou non-citoyens, et une très petite minorité (avec les blancs) admise au statut civique comme émancipados, assimilation à la métropole la culture étant le seul moyen d’avancement autorisé. Cette phase «provinciale» a vu les débuts du nationalisme, mais surtout parmi les petits groupes qui s’étaient réfugiés de la main paternelle des Caudillo au Cameroun et au Gabon. Ils ont formé deux organes: le Movimiento Nacional de Libération de la Guinée (MONALIGE) et l’Idée populaire de Guinée équatoriale (IPGE). La pression qu’ils pouvaient exercer était faible, mais la tendance générale en Afrique de l’Ouest ne l’était pas et, à la fin des années 60, une grande partie du continent africain avait obtenu l’indépendance. Conscient de cette tendance, les Espagnols ont commencé à redoubler d’efforts pour préparer le pays à l’indépendance et ont intensifié massivement son développement. Le produit national brut par habitant en 1965 était de 466 $, ce qui était le plus élevé en Afrique noire, et les Espagnols ont construit un aéroport international à Santa Isabel, une station de télévision et ont augmenté le taux d’alphabétisation à un niveau relativement élevé de 89%. Dans le même temps, des mesures ont été prises pour lutter contre la maladie du sommeil et la lèpre dans l’enclave et, en 1967, le nombre de lits d’hôpital par habitant en Guinée équatoriale était plus élevé qu’en Espagne, avec 1637 lits dans 16 hôpitaux. Néanmoins, les mesures visant à améliorer l’éducation se sont effondrées et, comme en République démocratique du Congo à la fin de la domination coloniale, le nombre d’Africains dans l’enseignement supérieur n’était qu’à deux chiffres et l’éducation politique nécessaire à un État fonctionnel était négligeable.

Une décision du 9 août 1963, approuvée par référendum du 15 décembre 1963, a donné au territoire une certaine autonomie et la promotion administrative d’un groupe  « modéré  », le Movimiento de Unión Nacional de la Guinea Ecuatorial (MUNGE). Cela s’est avéré un instrument faible et, avec la pression croissante pour le changement de l’ONU, Madrid a été progressivement contraint de céder la place aux courants du nationalisme. Deux résolutions de l’Assemblée générale ont été adoptées en 1965 ordonnant à l’Espagne d’accorder l’indépendance à la colonie et, en 1966, une commission des Nations Unies a visité le pays avant de recommander la même chose. En réponse, les Espagnols ont déclaré qu’ils tiendraient une convention constitutionnelle le 27 octobre 1967 pour négocier une nouvelle constitution pour une Guinée équatoriale indépendante. La conférence a réuni 41 délégués locaux et 25 Espagnols. Les Africains étaient principalement divisés entre Fernandinos et Bubi d’un côté, qui craignaient une perte de privilèges et une «submersion» par la majorité Fang, et les nationalistes du Río Muni Fang de l’autre. Lors de la conférence, la principale personnalité des Fang, le futur premier président Francisco Macías Nguema a prononcé un discours controversé dans lequel il a affirmé qu’Adolf Hitler avait  « sauvé l’Afrique  » qui voulait un Fernando Pó séparé. Macías a résolu de se rendre aux Nations Unies pour renforcer la sensibilisation internationale à la question, et ses discours féroces à New York ont ​​contribué à ce que l’Espagne nomme une date pour l’indépendance et les élections générales. En juillet 1968, pratiquement tous les dirigeants Bubi ont fait un journal aux Nations Unies à New York pour essayer de sensibiliser à leur cause, mais la communauté mondiale n’était pas intéressée à chicaner sur les spécificités de l’indépendance coloniale. Les années 1960 ont été marquées par un grand optimisme quant à l’avenir des anciennes colonies africaines, et les groupes qui avaient été proches des dirigeants européens comme le Bubi n’étaient pas perçus positivement.

L’indépendance sous Macías (1968-1979)

L’indépendance vis-à-vis de l’Espagne a été acquise le 12 octobre 1968 et la région est devenue la République de Guinée équatoriale. Macías est devenu président lors des seules élections libres et régulières du pays. L’Espagnol avait soutenu Macías lors de l’élection en raison de sa loyauté perçue, mais pendant sa campagne électorale, il s’était révélé beaucoup moins facile à gérer qu’ils ne l’avaient prévu. Une grande partie de sa campagne consistait à visiter les zones rurales de Río Muni et à promettre au jeune Fang qu’ils auraient les maisons et les femmes des Espagnols s’ils votaient pour lui. Dans les villes, il s’était plutôt présenté comme le leader urbain qui avait battu les Espagnols à l’ONU, et il avait gagné au deuxième tour de scrutin – grandement aidé par le partage des voix de ses rivaux. L’euphorie de l’indépendance est rapidement éclipsée par les problèmes émanant de la guerre civile nigériane. Fernando Pó était habité par de nombreux travailleurs migrants Ibo soutenant le Biafra et de nombreux réfugiés de l’État séparatiste ont fui vers l’île, la mettant à rude épreuve. Le Comité international de la Croix-Rouge a commencé à organiser des vols de secours à partir de la Guinée équatoriale, mais Macías est rapidement devenu effrayé et a fermé les vols, refusant de leur permettre de voler du carburant diesel pour leurs camions ni des réservoirs d’oxygène pour des opérations médicales. Très vite, les séparatistes du Biafra ont été affamés sans soumission internationale.

Après que le procureur se soit plaint des « excès et mauvais traitements » infligés par des représentants du gouvernement, Macías a fait exécuter 150 coupeurs de putsch présumés lors d’une purge la veille de Noël 1969, tous des opposants politiques. Macias Nguema a encore consolidé ses pouvoirs totalitaires en interdisant les partis politiques d’opposition en juillet 1970 et en devenant président à vie en 1972. Il a rompu les liens avec l’Espagne et l’Occident. Malgré sa condamnation du marxisme, qu’il jugeait « néocolonialiste », la Guinée équatoriale entretenait des relations très particulières avec les États communistes, notamment la Chine, Cuba et l’URSS. Macias Nguema a signé un accord commercial préférentiel et un traité maritime avec l’Union soviétique. Les Soviétiques ont également accordé des prêts à la Guinée équatoriale. L’accord de navigation a donné aux Soviétiques l’autorisation d’un projet pilote de développement de la pêche et également d’une base navale à Luba. En retour, l’URSS devait fournir du poisson à la Guinée équatoriale. La Chine et Cuba ont également fourni différentes formes d’assistance financière, militaire et technique à la Guinée équatoriale, ce qui leur a donné une certaine influence. Pour l’URSS, l’accès à la base de Luba et plus tard à l’aéroport international de Malabo présentait un avantage à gagner pendant la guerre en Angola. En 1974, le Conseil œcuménique des Églises a affirmé qu’un grand nombre de personnes avaient été assassinées depuis 1968 dans un règne de terreur continu. Un quart de la population entière avait fui à l’étranger, ont-ils déclaré, tandis que «les prisons débordent et forment à toutes fins utiles un vaste camp de concentration». Sur une population de 300 000 habitants, environ 80 000 ont été tués. En plus d’avoir prétendument commis un génocide contre le peuple minoritaire ethnique Bubi, Macias Nguema a ordonné la mort de milliers d’opposants présumés, fermé les églises et présidé à l’effondrement de l’économie alors que des citoyens qualifiés et des étrangers fuyaient le pays.

Obiang (1979-présent)

Le neveu de Macías Nguema, Teodoro Obiang a déposé son oncle le 3 août 1979, dans un sanglant coup d’État; plus de deux semaines de guerre civile s’ensuivirent jusqu’à la capture de Nguema. Il a été jugé et exécuté peu de temps après, Obiang lui succédant en tant que président moins sanglant, mais toujours autoritaire. En 1995, Mobil, une compagnie pétrolière américaine, a découvert du pétrole en Guinée équatoriale. Le pays a par la suite connu un développement économique rapide, mais les revenus tirés de la richesse pétrolière du pays n’ont pas atteint la population et le pays se classe au bas de l’indice de développement humain des Nations Unies. Environ 20% des enfants meurent avant l’âge de 5 ans et plus de 50% de la population n’a pas accès à l’eau potable. Le président Teodoro Obiang est largement soupçonné d’utiliser les richesses pétrolières du pays pour s’enrichir et ses associés. En 2006, Forbes a estimé sa fortune personnelle à 600 millions de dollars. En 2011, le gouvernement a annoncé qu’il prévoyait une nouvelle capitale pour le pays, nommée Oyala.  La ville a été rebaptisée Ciudad de la Paz (« Ville de la paix ») en 2017. En février 2016, Obiang est le deuxième dictateur en poste en Afrique après le Camerounais Paul Biya.

La politique de la République de Guinée équatoriale

L’actuel président de la Guinée équatoriale est Teodoro Obiang. La constitution de 1982 de la Guinée équatoriale lui confère des pouvoirs étendus, y compris la nomination et la révocation de membres du cabinet, la promulgation de lois par décret, la dissolution de la Chambre des représentants, la négociation et la ratification des traités et la fonction de commandant en chef des forces armées. Le Premier ministre Francisco Pascual Obama Asue a été nommé par Obiang et exerce ses fonctions en vertu de pouvoirs délégués par le président. Au cours des quatre décennies de son règne, Obiang a montré peu de tolérance envers l’opposition. Alors que le pays est nominalement une démocratie multipartite, ses élections ont généralement été considérées comme une imposture. Selon Human Rights Watch, la dictature du président Obiang a utilisé un boom pétrolier pour se retrancher et s’enrichir davantage aux dépens de la population du pays. Depuis août 1979, une douzaine de tentatives de coup d’État, réelles et supposées infructueuses, se sont produites.

Selon un profil de la BBC de mars 2004, la politique à l’intérieur du pays était dominée par des tensions entre le fils d’Obiang, Teodoro Nguema Obiang Mangue, et d’autres proches parents exerçant des fonctions puissantes dans les forces de sécurité. La tension peut être enracinée dans un changement de pouvoir résultant de l’augmentation spectaculaire de la production de pétrole qui s’est produite depuis 1997. En 2004, un chargement d’avion de mercenaires présumés a été intercepté au Zimbabwe alors qu’il se trouvait en route pour renverser Obiang. Un rapport de novembre 2004 a nommé Mark Thatcher en tant que bailleur de fonds de la tentative de coup d’État de Guinée équatoriale de 2004 organisée par Simon Mann. Divers comptes ont également cité le MI6 du Royaume-Uni, la CIA des États-Unis et l’Espagne comme partisans tacites de la tentative de coup d’État. Néanmoins, le rapport d’Amnesty International publié en juin 2005 sur le procès des personnes qui auraient été impliquées a mis en évidence le fait que l’accusation n’a pas produit de preuves concluantes qu’une tentative de coup d’État avait effectivement eu lieu. Simon Mann a été libéré de prison le 3 novembre 2009 pour des raisons humanitaires.

Depuis 2005, Military Professional Resources Inc., une société militaire internationale privée basée aux États-Unis, travaille en Guinée équatoriale pour former les forces de police aux pratiques appropriées en matière de droits de l’homme. En 2006, la secrétaire d’État américaine Condoleezza Rice a salué Obiang comme un « bon ami » malgré les critiques répétées de son bilan en matière de droits humains et de libertés civiles. L’Agence des États-Unis pour le développement international a conclu un protocole d’accord avec Obiang, en avril 2006, pour créer un fonds de développement social dans le pays, mettant en œuvre des projets dans les domaines de la santé, de l’éducation, des affaires féminines et de l’environnement. En 2006, Obiang a signé un décret anti-torture interdisant toutes les formes d’abus et de mauvais traitements en Guinée équatoriale, et a commandé la rénovation et la modernisation de la prison de Black Beach en 2007 pour garantir un traitement humain aux détenus. Cependant, les violations des droits de l’homme se sont poursuivies. Human Rights Watch et Amnesty International, entre autres organisations non gouvernementales, ont documenté de graves violations des droits humains dans les prisons, notamment des actes de torture, des passages à tabac, des décès inexpliqués et des détentions illégales.

Le lobby anti-corruption Transparency International a placé la Guinée équatoriale dans le top 12 de sa liste des États les plus corrompus. Freedom House, une ONG pro-démocratie et de défense des droits de l’homme, a décrit Obiang comme l’un des « autocrates vivants les plus kleptocratiques du monde » et s’est plaint que le gouvernement américain accueille son administration et lui achète du pétrole. Obiang a été réélu pour un mandat supplémentaire en 2009 lors d’une élection que l’Union africaine a jugée « conforme à la loi électorale ». Obiang a reconduit le Premier ministre Ignacio Milam Tang en 2010.

En novembre 2011, une nouvelle constitution a été approuvée. Le vote sur la constitution a eu lieu, mais ni le texte ni son contenu n’ont été révélés au public avant le vote. En vertu de la nouvelle constitution, le président était limité à un maximum de deux mandats de sept ans et serait à la fois le chef de l’État et le chef du gouvernement, éliminant ainsi le Premier ministre. La nouvelle constitution a également introduit la figure d’un vice-président et a appelé à la création d’un sénat de 70 membres avec 55 sénateurs élus par le peuple et les 15 restants désignés par le président. Étonnamment, lors du remaniement ministériel suivant, il a été annoncé qu’il y aurait deux vice-présidents en violation flagrante de la constitution qui venait de prendre effet. En octobre 2012, lors d’une interview avec Christiane Amanpour sur CNN, Obiang a été invité à se retirer à la fin du mandat en cours (2009-2016) car la nouvelle constitution limitait le nombre de mandats à deux et il a été réélu au au moins 4 fois. Obiang a répondu qu’il refusait de se retirer car la nouvelle constitution n’était pas rétroactive et la limite de deux mandats ne deviendrait applicable qu’à partir de 2016.

Les élections du 26 mai 2013 ont réuni les élections du Sénat, de la chambre basse et du maire dans un même ensemble. Comme toutes les élections précédentes, cela a été dénoncé par l’opposition et remporté également par le PDGE d’Obiang. Pendant le concours électoral, le parti au pouvoir a organisé des élections internes qui ont ensuite été abandonnées car aucun des candidats préférés du président n’était en tête des listes internes. Finalement, le parti au pouvoir et les satellites de la coalition au pouvoir ont décidé de se présenter non pas sur la base des candidats mais sur la base du parti. Cela a créé une situation où, pendant les élections, la coalition du parti au pouvoir n’a pas fourni les noms de leurs candidats, si bien que les individus ne se sont pas présentés aux élections, mais que c’est le parti qui s’est présenté aux élections. Les élections de mai 2013 ont été marquées par une série d’événements dont la manifestation populaire prévue par un groupe de militants du MPP (Mouvement de protestation populaire) qui comprenait plusieurs groupes sociaux et politiques. Le MPP a appelé à une manifestation pacifique sur la place Plaza de la Mujer le 15 mai. Le coordinateur du MPP, Enrique Nsolo Nzo, a été arrêté et les médias officiels de l’État l’ont décrit comme ayant l’intention de déstabiliser le pays et de destituer le président. Cependant, et bien qu’il ait parlé sous la contrainte et avec des signes évidents de torture, Nsolo a déclaré qu’il avait prévu une manifestation pacifique et avait en effet obtenu toutes les autorisations légales nécessaires pour mener à bien la manifestation pacifique. En plus de cela, il a fermement déclaré qu’il n’était affilié à aucun parti politique. La place Plaza de la Mujer à Malabo a été occupée par la police depuis le 13 mai et elle est depuis lors fortement surveillée. Le gouvernement a lancé un programme de censure qui a touché des sites sociaux, dont Facebook et d’autres sites Web critiques pour le gouvernement de la Guinée équatoriale. La censure a été mise en œuvre en redirigeant les recherches en ligne vers le site Web officiel du gouvernement. Peu de temps après les élections, le parti d’opposition CPDS a annoncé qu’il allait manifester pacifiquement contre les élections du 26 mai le 25 juin. Le ministre de l’Intérieur, Clemente Engonga, a refusé d’autoriser la manifestation au motif qu’elle pourrait « déstabiliser » le pays et le CPDS a décidé d’aller de l’avant, revendiquant un droit constitutionnel. Dans la nuit du 24 juin, le siège du CPDS à Malabo a été encerclé par des policiers lourdement armés pour empêcher les personnes présentes de partir et ainsi bloquer efficacement la manifestation. Plusieurs membres éminents du CPDS ont été arrêtés à Malabo et d’autres à Bata n’ont pas pu embarquer sur plusieurs vols locaux à destination de Malabo.

L’économie de la République de Guinée équatoriale

Avant l’indépendance, la Guinée équatoriale exportait du cacao, du café et du bois, principalement vers son souverain colonial, l’Espagne, mais aussi vers l’Allemagne et le Royaume-Uni. Le 1er janvier 1985, le pays est devenu le premier membre africain non francophone de la zone franc, adoptant le franc CFA comme monnaie. La monnaie nationale, l’ekwele, était auparavant liée à la peseta espagnole. La découverte d’importantes réserves de pétrole en 1996 et son exploitation ultérieure ont contribué à une augmentation spectaculaire des recettes publiques. En 2004, la Guinée équatoriale est le troisième producteur de pétrole en Afrique subsaharienne. Sa production de pétrole a atteint 360 000 barils par jour (57 000 m3 / j), contre 220 000 seulement deux ans plus tôt. La foresterie, l’agriculture et la pêche sont également des composantes majeures du PIB. L’agriculture de subsistance prédomine. La détérioration de l’économie rurale sous des régimes brutaux successifs a diminué tout potentiel de croissance tirée par l’agriculture.

En juillet 2004, le Sénat américain a publié une enquête sur Riggs Bank, une banque basée à Washington dans laquelle la plupart des revenus pétroliers de la Guinée équatoriale ont été versés jusqu’à récemment, et qui a également financé le Chili Augusto Pinochet. Le rapport du Sénat montrait au moins 35 millions de dollars détournés par Obiang, sa famille et des hauts fonctionnaires du régime. Le président a nié tout acte répréhensible. En février 2005, Riggs Bank a versé 9 millions de dollars en restitution pour les opérations bancaires de Pinochet, aucune restitution n’a été effectuée en ce qui concerne la Guinée équatoriale.  De 2000 à 2010, la Guinée équatoriale a enregistré la plus forte augmentation annuelle moyenne du PIB (produit intérieur brut), 17%. La Guinée équatoriale est membre de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA). La Guinée équatoriale a tenté d’être validée en tant que pays conforme à l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE), œuvrant à la transparence dans la déclaration des revenus pétroliers et à l’utilisation prudente des richesses en ressources naturelles. Le pays a obtenu le statut de candidat le 22 février 2008. Il a ensuite dû remplir un certain nombre d’obligations à cet effet, notamment s’engager à travailler avec la société civile et les entreprises sur la mise en œuvre de l’ITIE, nommer un haut responsable pour diriger la mise en œuvre de l’ITIE et publier un Plan de travail entièrement chiffré avec des objectifs mesurables, un calendrier de mise en œuvre et une évaluation des contraintes de capacité. Cependant, lorsque la Guinée équatoriale a demandé de prolonger le délai pour achever la validation de l’ITIE, le Conseil d’administration de l’ITIE n’a pas accepté la prolongation.  Selon la Banque mondiale, la Guinée équatoriale a le RNB (revenu national brut) par habitant le plus élevé de tous les pays africains, 83 fois plus élevé que le RNB par habitant du Burundi, le pays le plus pauvre. Pourtant, malgré son impressionnant RNB, la Guinée équatoriale est en proie à une extrême pauvreté car son coefficient de Gini de 65,0 est le plus élevé du monde.

La démographie de la République de Guinée équatoriale

La majorité de la population de la Guinée équatoriale est d’origine bantoue. Le plus grand groupe ethnique, les Fang, est originaire du continent, mais une migration importante vers l’île de Bioko depuis le 20e siècle signifie que la population Fang dépasse celle des premiers habitants Bubi. Les Fang constituent 80% de la population et comprennent environ 67 clans. Ceux du nord de Río Muni parlent Fang-Ntumu, tandis que ceux du sud parlent Fang-Okah; les deux dialectes ont des différences mais sont mutuellement intelligibles. Des dialectes de Fang sont également parlés dans certaines parties du Cameroun voisin (Bulu) et du Gabon. Ces dialectes, bien qu’intelligibles, sont plus distincts. Les Bubi, qui constituent 15% de la population, sont indigènes de l’île de Bioko. La ligne de démarcation traditionnelle entre les groupes ethniques Fang et «Beach» (intérieur) était le village de Niefang (limite des Fang), à l’est de Bata. Les groupes ethniques côtiers, parfois appelés Ndowe ou « Playeros » (les gens de la plage en espagnol) : Combes, Bujebas, Balengues et Bengas sur le continent et les petites îles, et Fernandinos, une communauté Krio sur l’île de Bioko, représentent ensemble 5% des population. Les Européens (en grande partie d’origine espagnole ou portugaise, certains d’ascendance africaine partielle) vivent également dans le pays, mais la plupart des Espagnols de souche sont partis après l’indépendance. Un nombre croissant d’étrangers du Cameroun, du Nigéria et du Gabon voisins ont immigré dans le pays. Selon l’Encyclopedia of the Stateless Nations (2002), 7% des habitants de Bioko étaient des Igbo, un groupe ethnique du sud-est du Nigéria. La Guinée équatoriale a accueilli des Asiatiques et des Africains indigènes d’autres pays comme travailleurs dans les plantations de cacao et de café. D’autres Africains noirs venaient du Libéria, de l’Angola et du Mozambique. La plupart de la population asiatique est chinoise, avec un petit nombre d’Indiens. La Guinée équatoriale a également été une destination pour les colons européens en quête de fortune en provenance de Grande-Bretagne, de France et d’Allemagne. Les Israéliens et les Marocains vivent et travaillent également ici. L’extraction de pétrole depuis les années 90 a contribué au doublement de la population de Malabo. Après l’indépendance, des milliers de Guinéens équatoriaux se sont rendus en Espagne. 100 000 Guinéens équatoriaux supplémentaires se sont rendus au Cameroun, au Gabon et au Nigéria à cause de la dictature de Francisco Macías Nguema. Certaines communautés équato-guinéennes se trouvent également en Amérique latine, aux États-Unis, au Portugal et en France.

L’éducation de la République de Guinée équatoriale 

Sous Francisco Macias, l’éducation était négligée et peu d’enfants recevaient un quelconque type d’éducation. Sous la présidence d’Obiang, le taux d’analphabétisme est passé de 73% à 13% et le nombre d’élèves du primaire est passé de 65 000 en 1986 à plus de 100 000 en 1994. L’éducation est gratuite et obligatoire pour les enfants de 6 à 14 ans. Le gouvernement de Guinée équatoriale s’est associé à Hess Corporation et à l’Academy for Educational Development (AED) pour établir un programme d’éducation de 20 millions de dollars destiné aux enseignants du primaire pour enseigner les techniques modernes de développement de l’enfant. Il existe maintenant 51 écoles modèles dont la pédagogie active sera une réforme nationale. Ces dernières années, avec le changement du climat économique et politique et des programmes sociaux du gouvernement, plusieurs organisations de dispersion culturelle et d’alphabétisation ont été fondées, principalement avec le soutien financier du gouvernement espagnol. Le pays compte une université, l’Universidad Nacional de Guinea Ecuatorial (UNGE), avec un campus à Malabo et une faculté de médecine située à Bata sur le continent. En 2009, l’université a produit les 110 premiers médecins nationaux. L’école de médecine de Bata est principalement soutenue par le gouvernement de Cuba et dotée de personnel enseignant et de médecins cubains.

Les langues de la République de Guinée équatoriale

Pendant des années, les langues officielles étaient l’espagnol (la variante locale est l’espagnol équato-guinéen) et le français. Le portugais a également été adopté comme langue officielle en 2010. L’espagnol est une langue officielle depuis 1844. C’est toujours la langue d’enseignement et d’administration. 67,6% des équato-guinéens peuvent le parler, en particulier ceux qui vivent dans la capitale, Malabo. Le français n’a été officialisé que pour rejoindre la Francophonie et il n’est pas parlé localement, sauf dans certaines villes frontalières. Les langues autochtones sont reconnues comme faisant partie intégrante de la « culture nationale » (Loi constitutionnelle n ° 1/1998 du 21 janvier). Les langues indigènes incluent le Fang, le Bube, le Benga, le Ndowe, le Balengue, le Bujeba, le Bissio, le Gumu, l’Igbo, le Pichinglis, le Fa d’Ambô et le Baseke presque éteint. La plupart des groupes ethniques africains parlent des langues bantoues.

Fa d’Ambô, un créole portugais, a une utilisation vigoureuse dans la province d’Annobón, à Malabo (la capitale), et chez certains locuteurs de la Guinée équatoriale continentale. De nombreux habitants de Bioko peuvent également parler l’espagnol, en particulier dans la capitale, et la langue commerciale locale Pichinglis, un créole basé en anglais. L’espagnol n’est pas beaucoup parlé à Annobón. Dans le gouvernement et l’éducation, l’espagnol est utilisé. Le portugais non-colonisé est utilisé comme langue liturgique par les catholiques locaux. La communauté ethnique annobonaise a tenté de devenir membre de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP). Le gouvernement a financé une étude sociolinguistique de l’Instituto Internacional da Língua Portuguesa (IILP) à Annobón. Il a documenté des liens étroits avec les populations créoles portugaises de São Tomé et Príncipe, du Cap-Vert et de la Guinée-Bissau.  En raison de liens historiques et culturels, le législateur a modifié en 2010 l’article quatre de la Constitution de la Guinée équatoriale, pour faire du portugais la langue officielle de la République. Il s’agissait d’un effort du gouvernement pour améliorer ses communications, son commerce et ses relations bilatérales avec les pays lusophones. Il reconnaît également de longs liens historiques avec le Portugal et avec les peuples lusophones du Brésil, de São Tomé et Principe et du Cap-Vert. Certaines des motivations de l’adhésion de la Guinée équatoriale à la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) comprenaient l’accès à plusieurs programmes d’échanges professionnels et universitaires et la circulation transfrontalière facilitée des citoyens. L’adoption du portugais comme langue officielle était la principale exigence pour demander l’acceptation de la CPLP. En outre, le pays a été informé qu’il devait adopter des réformes politiques permettant une démocratie efficace et le respect des droits de l’homme. Le parlement national a discuté de cette loi en octobre 2011.  En février 2012, le ministre des Affaires étrangères de la Guinée équatoriale a signé un accord avec l’IILP sur la promotion du portugais dans le pays. En juillet 2012, la CPLP a refusé l’adhésion à part entière à la Guinée équatoriale, principalement en raison de ses graves violations persistantes des droits de l’homme. Le gouvernement a répondu en légalisant les partis politiques, en déclarant un moratoire sur la peine de mort et en entamant un dialogue avec toutes les factions politiques. En outre, l’IILP a obtenu des terres du gouvernement pour la construction de centres culturels de langue portugaise à Bata et Malabo. Lors de son 10e sommet à Dili en juillet 2014, la Guinée équatoriale a été admise comme membre de la CPLP. L’abolition de la peine de mort et la promotion du portugais comme langue officielle étaient des conditions préalables à l’approbation.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés