Le gouvernement tunisien prend en charge gratuitement les blessés de la Révolution

ecapital
2 Min de Lecture

Le représentant du ministère tunisien de la Défense a souligné que "l'Etat tunisien prendra en charge le traitement médical et psychologique des blessés de la Révolution, en se référant à des listes nominatives définitives qui seront arrêtées par ces commissions techniques".

"Il faut bien savoir que toute personne décédée depuis le 14 janvier 2011 n'est pas forcément considérée en tant que martyr de la Révolution. De même pour les blessés", a-t-il insisté en s'adressant aux médias lors d'un point de presse périodique.

Le colonel-major Ben Nasr a par ailleurs fait part de son étonnement quant au comportement de bon nombre de citoyens tunisiens qui protestaient depuis quelques jours devant l'hôpital militaire tunisien (à Tunis) essayant même de pénétrer en force au service d'urgence.

- Advertisement -

 "L'hôpital militaire, a-t-il expliqué, ne pourra en aucun cas dépasser la loi en acceptant l'accès d'individu sans papiers d'identité ou encore des fiches médicales pour le cas des patients".

 Selon M. Ben Nasr, un nombre élevé de protestants ont fait le déplacement à Tunis à partir de plusieurs régions intérieures revendiquant une hospitalisation au sein de l'hôpital militaire, sous prétexte qu'ils furent des victimes de la Révolution tunisienne.

"Tout comme la capitale, les autres régions tunisiennes abritent également des établissements hospitaliers hautement qualifiés et équipés pour traiter, une fois prouvés, les situations médicales des blessés et victimes de la révolution", a répliqué le colonel-major Ben Nasr.