Tripoli fustige les raids de l’OTAN contre un quartier civil

Afriquinfos Editeur
2 Min de Lecture

Moussa Ibrahim, porte-parole du gouvernement libyen, a déclaré que les dirigeants des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France et de l'Italie devaient assumer les responsabilités morales et juridiques pour leurs actions militaires contre un quartier résidentiel sans aucunes installations militaires.

Dimanche matin, des chasseurs de l'OTAN ont frappé un quartier civil, tuant neuf personnes, dont cinq issus de la même famille, et en blessant 18 autres.

Selon un correspondant de l'agence Xinhua sur place, un bâtiment de trois étages a été réduit à des ruines, et des dizaines de maisons ont été endommagées ou détruites, de même que des véhicules à proximité d'un établissement scolaire, dont les fenêtres ont été brisées.

- Advertisement -

Les avions de l'OTAN ont plané au-dessus du quartier pendant plus d'une heure après les raids, provoquant une grande panique parmi les habitants.

Dans un communiqué publié plus tard dans la journée, l'OTAN a reconnu, pour la première fois depuis le début de ses opérations en mars, des pertes civiles dans les frappes aériennes.

Les combats se sont intensifiés dimanche entre les rebelles et les troupes gouvernementales dans la banlieue de la ville portuaire de Misrata, principal bastion des rebelles dans l'ouest de la Libye. Neuf morts et 15 blessés ont été signalés.