Afrique du Sud : La grève massive de la métallurgie gagne des soutiens

Afriquinfos Editeur 4 Vues
2 Min de Lecture

Peu après la décision de plus de 220.000 métallurgistes de poser les outils mardi, les soutiens pour ce mouvement syndical ont commencé à affluer, encourageant les grévistes à tenir bon dans leur réclamation de salaires plus élevés.

La Fédération des syndicats sud-africains (COSATU) a déclaré son entière solidarité aux travailleurs en grève.

Le Syndicat national des travailleurs des mines (NUM) a lui aussi annoncé qu'il soutenait totalement cette grève menée par la NUMSA.

"Le NUM soutient la NUMSA dans sa lutte pour résorber l'apartheid des salaires, défendre l'équité sur le lieu de travail et réclamer un salaire décent", a déclaré le secrétaire général du NUM, Frans Baleni.

De son côté, le Syndicat national de l'éducation, de la santé et des travailleurs associés (NEHAWU) a appelé les employeurs de la métallurgie et de l'ingénierie à répondre favorablement aux demandes raisonnables des travailleurs.

Les métallurgistes réclament une augmentation des salaires de 12%, soit près de deux fois le taux d'inflation, tandis que les employeurs ne concèdent qu'une augmentation de 5,6%.  

D'après les derniers informations de la presse, la NUMSA aurait révisé ses exigences à la baisse pour demander une augmentation de 10%, tandis que les employeurs auraient relevé leur offre à 8,5%.

Cette nouvelle grève pourrait entraîner des dégâts pour l' économie plus élevés encore que la grève des mineurs de platine de cinq mois qui a pris fin mercredi dernier. Environ 80.000 travailleurs ont participé à la grève dans le secteur du platine.

La grève dans le secteur du platine a poussé deux agences de notation internationales, Fitch et Standard and Poor's, à réviser à la baisse la note de crédit de l'Afrique du Sud en début de ce mois, après que cette grève a entraîné l'économie sud-africaine dans une contraction de 0,60% au premier trimestre de l'année.