Afrique du Sud: Le parti de Mandela a 111 ans et veut lutter autrement contre les démons de la corruption

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Pretoria (© 2023 Afriquinfos)- Réélu récemment à la tête de l’ANC,  le président Cyril Ramaphosa a promis de lutter contre la corruption, lors d’un discours prononcé en marge de l’anniversaire du parti, ce 8 janvier 2023.

S‘exprimant ce dimanche 8 janvier 2023, à l’occasion des 111ème  bougies, M. Ramaphosa a promis de « renforcer la lutte contre la corruption« .  « Nous continuerons à tenir compte de vos messages, que vous avez formulés très clairement, concernant le gouvernement et notre mouvement qui prennent des mesures pour éliminer la corruption de la vie sud-africaine.« , a souligné le chef de l’Etat lui-même étant embourbé dans une affaire de cambriolage depuis des mois et qui a failli d’ailleurs lui coûter une procédure de destitution en décembre 2022.

À 70 ans, Cyril Ramaphosa, a été réélu à la tête du parti il y a quelques semaines. Il reste très populaire malgré quelques critiques. Il est donc bien parti pour décrocher un second mandat à la tête du pays, si l’ANC remporte les élections générales de 2024.

Parti de Nelson Mandela, l’ANC détient le pouvoir en Afrique du Sud depuis la fin de l’apartheid le 27 avril 1994. La célébration de ses 111èmes bougies a été marquée par des festivités.

- Advertisement -

Cyril Ramaphos a échappé à une destitution

En décembre 2022, les députés ont tranché : à 214 voix contre 148, ils rejetaient un rapport stipulant que le président Cyril Ramaphosa a pu commettre des actes illégaux et tournent ainsi le dos à une possible destitution.

Les conclusions de ce texte de plus de 80 pages, rédigé par un panel indépendant de juristes, établissent pourtant que le président en exercice a pu violer la loi dans le cadre de l’affaire « Phala-Phala » : ce nom renvoie à la ferme de Cyril Ramaphosa où ont été dérobés, en 2020, au moins 580.000 dollars en liquide dans des circonstances troubles.

Selon la présidence, cette somme proviendrait de la vente de bovins rares à un entrepreneur soudanais basé à Dubaï. Mais le rapport s’interroge : pourquoi avoir caché l’argent en liquide sous les coussins d’un sofa ? Pourquoi, plus de deux ans plus tard, l’acheteur n’a-t-il toujours pas récupéré ses bovins ? Et pourquoi aucune plainte pour cambriolage n’a-t-elle été officiellement déposée devant la police ?

V. A.