Présidentielle 2021 au Bénin: l’Eglise catholique dénonce elle aussi le système politique du parrainage

Patrice Talon - Municipales au Bénin

Cotonou (© 2020 Afriquinfos)- Les Béninois sont appelés aux urnes le 11 avril 2021 pour l’élection présidentielle. Pour l’heure, les prétendants à la magistrature suprême ne se bousculent pas car un système de parrainage a été introduit dans le processus. Une disposition à laquelle n’adhère pas l’Eglise catholique béninoise qui, par la voix de son Observatoire de la Gouvernance, demande son retrait.

«Le prochain scrutin présidentiel doit être ouvert à tous les candidats qui en ont l’ambition». C’est l’un des souhaits de la société civile béninoise qui s’est réunie quelques semaines plus tôt pour plancher sur les textes juridiques qui régissent désormais les élections au Bénin. Au regard de ceux-ci, les organisations de la société civile craignent que le scrutin ne soit pas inclusif. En effet, selon le nouveau Code électoral, les candidats aux élections présidentielles dans le pays doivent être parrainés par un nombre de députés et/ou de maires correspondant à au moins 10% de l’ensemble des députés et des maires.

Or, absente des législatives d’avril 2019, l’opposition n’a aucun député à l’Assemblée nationale. Sur le total des 77 maires, elle ne compte que six (6). Dans cette configuration, aucun parti d’opposition n’est en mesure de présenter un candidat pour la présidentielle.

L’Eglise Catholique vient de joindre sa voix à celle de la société civile pour plaider pour le retrait de l’introduction du parrainage pour les candidats à la présidentielle qui selon le rapport de l’Observatoire de la gouvernance, a «été voté sans consensus». Aussi, le Père Nathanaël Soede, Président de l’observatoire, invite-t-il «le Parlement et la Cour constitutionnelle à prendre les mesures requises pour une suppression du parrainage, celui-ci soulève des problèmes qui rendent difficile son application ainsi qu’une élection présidentielle crédible et pacifique».

Pourtant du côté du Bloc Républicain, la mouvance présidentielle, on se veut rassurant quant à l’application du système de parrainage. Celui-ci n’est nullement synonyme d’exclusion car les parrains sont libres de donner leur parrainage à qui ils veulent. «Les partis politiques n’ont pas à faire injonction à un député pour orienter son choix. Les parrains seront libres de parrainer qui ils veulent. Il revient au parrain de bien analyser la situation pour faire son choix. Tous les 159 parrains ne parraineront pas le seul candidat que nous souhaitons, Patrice Talon», a ainsi déclaré le député Robert Gbian, élu du Bloc républicain (BR) lors des débats sur le parrainage à l’Assemblée nationale, le mercredi 21 octobre 2020. Un débat entre les parlementaires et la Commission électorale nationale autonome (CENA).

Boniface T.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés