Émission d’obligations vertes, une chance pour promouvoir le développement durable de l’Afrique (Adesina)

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Charm el-Cheikh (© 2023 Afriquinfos)- D’après le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, l’émission des obligations vertes contribuera à renforcer la résilience des pays africains face au changement climatique.

’Le besoin d’investissements verts en Afrique est aigu. L’émission des obligations vertes constituent une opportunité à saisir pour contribuer à renforcer la résilience des pays africains face au changement climatique’’, a affirmé  M. Adesina ce  mardi 24 mai 2023, à Charm el-Cheikh, en marge des 58ème  assemblées annuelles de la BAD qui se tiennent jusqu’au 26 mai, sous le thème ‘’Mobiliser les financements du secteur privé en faveur du climat et de la croissance verte en Afrique’’.

S’exprimant lors de la cérémonie d’ouverture officielle de la rencontre, le patron de la Banque Africaine a également fait remarquer que seulement 14% des financements climatiques proviennent d’acteurs privés, notant que, depuis 2020, l’Afrique perd chaque année un montant effarant de 7 à 15 milliards de dollars en raison des effets dévastateurs des changements climatiques.

‘’Au cours de la période 2016-2019, l’Afrique n’a reçu que 3 % du flux mondial de financement climatique, soit 18,3 milliards de dollars’’, a renchéri M. Adesina, estimant que l’avenir du  continent est vert.

- Advertisement -

Mais pour y arriver, précise-t-il, les pays africains devraient développer des plans nationaux verts, subventionner des projets verts, donner des garanties aux institutions financières pour faire face aux risques et développer des projets bancables.

Adesina a pour l’occasion, jeté la lumière sur les initiatives de la BAD pour aider les pays africains à atteindre cet objectif, notamment l’Alliance financière africaine sur le changement climatique, le Programme d’accélération de l’adaptation en Afrique (AAAP) qui vise à mobiliser 25 milliards de dollars sur cinq ans, afin d’accélérer et d’étendre les actions d’adaptation au climat à travers le continent et l’Alliance pour des infrastructures vertes en Afrique qui a pour objectif de lever jusqu’à 500 millions de dollars de capitaux pour la préparation et le développement de projets à un stade précoce.

La cérémonie d’ouverture s’est déroulée en présence des présidents de l’Egypte, Abdel Fattah al-Sissi, des Comores et de l’Union africaine, Azali Assoumani, du Zimbabwe, Emmerson Mnangagwa et du vice-président de la Tanzanie, Philip Isdor Mpango.

Les Assemblées annuelles sont l’événement le plus important de la BAD. Elles réunissent environ 3.000 délégués et participants chaque année.

Afriquinfos