Togo: Les USA critiquent le processus du vote de la nouvelle Constitution, le NET justifie son opposition

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Washington (© 2024 Afriquinfos)- Le Bureau Afrique du Département d’État américain s’est dit «profondément» préoccupé par la situation qui prévaut au Togo à la suite du changement constitutionnel de ce 19 avril 2024 par l’Assemblée Nationale en fin de mandat depuis fin décembre 2023.

«D’importants changements constitutionnels sont intervenus au Togo sans que la population ne soit informée de la teneur du texte», a déploré le Bureau Afrique du Département d’État américain sur X, anciennement Twitter. Le Département exhorte en outre le Gouvernement togolais à privilégier un débat ouvert et éclairé, à garantir l’inclusion et la transparence et à respecter le droit de réunion des citoyens. La loi votée en première lecture le 25 mars dernier et instaurant une nouvelle Constitution au Togo a été adoptée par les députés de l’Assemblée nationale le 19 avril, après une relecture. Toutefois, on note  que 3 députés du Nouvel engagement togolais (NET) n’ont ni participé aux travaux en Commission ni au vote en plénière de cette loi, ceci en conformité à « la position globale » du parti.

Le NET, par la voix de son président Gerry K. Taama, demande au Président de la République de ne pas promulguer cette loi qui du point de vue de son parti, ne répond à aucun impératif d’urgence, de nécessité ou de popularité. A défaut de retrait, le NET demande de soumettre au moins la nouvelle loi à un référendum, comme ce fut le cas pour les 4 premières Républiques du Togo. Le NET exhorte néanmoins ses candidats à poursuive leurs efforts de campagne, car l’importance d’être désormais présent à l’Assemblée Nationale est ainsi décuplée avec cette nouvelle loi qui instaure un régime parlementaire, ceci en pleine campagne électorale.

Le texte voté par l’Assemblée Nationale instaure une Ve République avec un régime parlementaire transférant l’essentiel des pouvoirs de l’exécutif à un Président du Conseil des ministres qui jouit d’un mandat de 6 ans comme les députés, mais sans limitation pour ce qui le concerne. Quant au Président de la République, il jouera désormais un rôle honorifique avec un mandat de 4 ans renouvelable une fois.

- Advertisement -

V. A.