Terrorisme en Afrique occidentale et au-delà: La création d’une Force militaire ad hoc remise sur le tapis ce 22 avril à Abuja

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture
Le Président nigérian Bola Ahmed Tinubu à Abuja, le 29 octobre 2023.

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Des dirigeants africains ont appelé lundi 22 avril 2024 à une plus grande coopération régionale dans la lutte contre le terrorisme lors d’un Sommet consacré aux problèmes de sécurité du continent à Abuja, la capitale fédérale nigériane, et ont évoqué de nouveau la création d’une Force militaire.

Des Chefs d’État africains réunis au Nigeria pour un Sommet sur la lutte contre le terrorisme le 22 avril 2024.

« La situation, en particulier au Sahel, est désastreuse… la région représente désormais près de la moitié de tous les décès dus au terrorisme dans le monde », a déclaré Amina Mohammed, Secrétaire générale adjointe des Nations-Unies, lors du Sommet sur la lutte contre le terrorisme à Abuja ouvert pour deux jours. Le Président nigérian, Bola Ahmed Tinubu, s’est joint à ses homologues ghanéen, Nana Akufo-Addo, et togolais, Faure Gnassingbé, pour appeler à une plus grande coopération régionale, à l’échange de renseignements et à la création d’une Force militaire en attente. « Une telle Force pourrait avoir un effet dissuasif sur les opérations terroristes de grande envergure et de longue durée », a déclaré M. Tinubu. Des représentants du Tchad, de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao), de l’Union africaine ont également assisté à la réunion.

À partir du Mali, les militants islamistes ont gagné du terrain dans le Sahel, s’étendant plus au sud pour menacer les États côtiers de l’Afrique de l’Ouest. D’autres groupes se battent dans la Corne de l’Afrique, au lac Tchad et en République démocratique du Congo. Plusieurs pays africains coopèrent déjà au sein d’une Force militaire multinationale conjointe dans les zones frontalières du lac Tchad. Mais ces derniers mois, les régimes militaires au pouvoir au Mali, au Burkina Faso et au Niger ont annoncé leur retrait de la Cedeao, exigé le départ des soldats de l’ex-puissance coloniale française et se sont rapprochés de la Russie.

Le Président togolais a par ailleurs appelé la communauté internationale à aider davantage les pays africains à financer leurs opérations de lutte contre le terrorisme. Le ministre nigérian des Affaires étrangères, Yusuf Tuggar, s’est dit très inquiet au sujet des millions d’armes légères qui se trouvent dans les mains des belligérants. Mais il a ajouté que les États africains étaient également confrontés à de nouveaux défis dans la lutte contre les jihadistes. Tels que l’impact du changement climatique, la rupture de la coopération avec certaines nations, les « fake news » des médias sociaux et les transferts d’argent non réglementés par le biais de la crypto-monnaie. 

- Advertisement -

© Afriquinfos & Agence France-Presse