Sénégal
24 juillet 2011

Le président Wade retire l’organisation des élections au ministère de l’Intérieur

DAKAR (Xinhua) – Le président sénégalais Abdoulaye Wade a annoncé samedi devant des milliers de ses partisans sa décision de retirer l’organisation des élections à son ministre de l’Intérieur Ousmane Ngom, pour répondre à une revendication de l’opposition.

23 juillet 2011 Sénégal

Des milliers de Sénégalais protestent contre la troisième candidature du président Wade

DAKAR (Xinhua) – Des milliers de personnes ont protesté samedi à Dakar contre la candidature du président Abdoulaye Wade à l’élection présidentielle pour un troisième mandat, a constaté un correspondant de Xinhua.

Lire la suite »
21 juillet 2011 Sénégal

Accords entre le Sénégal et la Chine sur des projets de coopération

DAKAR (Xinhua) – La Chine et le Sénégal ont élaboré des projets de seconde génération structurés autour des objectifs d’éradication de la pauvreté, de création d’emplois et d’amélioration du pouvoir d’achat des Sénégalais, a-t-on appris jeudi de source officielle.

Lire la suite »
17 juillet 2011 Sénégal

Sénégal : une coalition parti-société civile opposée à une présidentielle anticipée

DAKAR (xinhua) – Le « Mouvement du 23 juin », coalition de partis de l’opposition et d’organisations de la société civile, s’est prononcé contre à une élection présidentielle anticipée, proposée jeudi par le président sénégalais Abdoulaye Wade, rapporte la presse locale.

Lire la suite »
16 juillet 2011 Sénégal

Sénégal : l’opposition se dit prête à participer à une élection anticipée mais sans Wade

DAKAR (Xinhua) – La plus grande coalition de l’ opposition sénégalaise, « Benno Siggil Seenagal », s’est déclarée disposés à participer à une élection présidentielle anticipée comme proposée jeudi par le président Abdoulaye Wade mais à une seule condition: la démission de ce dernier.

Lire la suite »
15 juillet 2011 Sénégal

Le président sénégalais Wade prêt à organiser une présidentielle anticipée

DAKAR (Xinhua) – Le président sénégalais, Abdoulaye Wade a déclaré jeudi qu’il est prêt à organiser dans 40 jours une élection présidentielle anticipée si ses adversaires le demandent.

Lire la suite »
12 juillet 2011 Sénégal

L’ONU salue la suspension de l’extradition de Habré au Tchad

GENEVE (Xinhua) — La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a salué mardi l’annonce par le Sénégal qu’il suspendait l’extradition de l’ancien dictateur tchadien Hissène Habré vers le Tchad, où il a été condamné à mort par contumace.

Lire la suite »
11 juillet 2011 Sénégal

L’Agence française de développement accorde 40 milliards au Sénégal

DAKAR (Xinhua) – L’Agence française de développement (AFD) a accordé 40 milliards de francs CFA au gouvernement sénégalais pour le redressement de la Société nationale d’électricité (SENELEC), selon une convention signée lundi à Dakar.

Lire la suite »
10 juillet 2011 Sénégal

L`ONU appelle le Sénégal à revoir sa décision d`extrader Habré au Tchad

GENEVE (Xinhua) – La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l`homme, Nav Pillay, a exprimé dimanche sa profonde préoccupation à l`annonce par le gouvernement sénégalais que l`ancien dictateur tchadien Hissène Habré serait extradé vers le Tchad, où il a déjà été condamné à mort par contumace.

Lire la suite »
Sénégal

Urgent: Le Sénégal suspend la décision d’extrader Hissene Habré vers le Tchad

DAKAR (Xinhua) – Le Sénégal a suspendu la mesure d’expulsion, prévue lundi, de l’ancien président tchadien Hissène Habré, a déclaré dimanche le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Madické Niang sur la télévision d’Etat.

Lire la suite »
8 juillet 2011 Sénégal

Le Sénégal annonce l’extradition lundi de l’ancien président tchadien

DAKAR (Xinhua) – Le gouvernement sénégalais a décidé d’extrader lundi vers le Tchad l’ancien président tchadien Hissène Habré qui vivait en exil au Sénégal depuis plus de 12 ans, a annoncé vendredi le ministre sénégalais de la Communication Moustapha Guirrassy.

Lire la suite »
4 juillet 2011 Sénégal

Le fils du président Wade dément toute idée de dévolution monarchique du pouvoir

DAKAR (Xinhua) – Karim Wade, ministre sénégalais de la Coopération internationale et fils du président sénégalais Abdoulaye Wade, a exclu toute idée de dévolution monarchique du pouvoir de père en fils au Sénégal.

Lire la suite »
Sénégal

Les épreuves du baccalauréat commencent ce lundi au Sénégal

DAKAR (Xinhua) – Quelque 80.000 candidats entament ce lundi l’examen du baccalauréat général au Sénégal, soit une augmentation de 10,8% par rapport à 2010, a appris Xinhua de source officielle.

Lire la suite »
30 juin 2011 Sénégal

France-Sénégal : Arrestations de manifestants anti-Wade à Paris

Le Sénégal se prépare pour l’élection présidentielle de février 2012. A huit mois du scrutin, la société civile du pays a déjà protesté contre diverses tentatives du président sortant, Abdoulaye Wade, 85 ans, de s’accrocher au pouvoir.

Lire la suite »
Sénégal

Sommet de l’UA: Wade décline l’invitation pour cause de "révolution sénégalaise"

DAKAR (© 2011 Afriquinfos) – C’est la première fois qu’Abdoulaye Wade n’assistera pas à un sommet de l’Union Africaine (UA) depuis son arrivée au pouvoir en 2000.

Lire la suite »
Sénégal

Présidentielle 2012 : Candidature d’un ancien Premier ministre

DAKAR (Xinhua) – L’ancien Premier ministre sénégalais, Idrissa Seck, a annoncé jeudi sa candidature à l’élection présidentielle de février 2012.

Lire la suite »
Sénégal

Mauritanie : les travailleurs des établissements de la presse publique en grève

NOUAKCHOTT (Xinhua) – Une grève d’une journée a été observée jeudi dans les établissements de la presse publique de Mauritanie à l’appel du syndicat des journalistes mauritaniens (SJM) pour revendiquer le payement d’augmentations de salaires instituées depuis 2008.

Lire la suite »
27 juin 2011 Sénégal

Manifestations contre la réforme électorale

Le Président du Sénégal Abdoulaye Wade propose un 17e amendement de la Constitution depuis son élection en 2000 en prévision des élections présidentielles de 2012, qui met beaucoup de Sénégalais en colère.

Lire la suite »
Sénégal

Cette manifestation est twitter-isée

Jeudi le 23 juin 2011, Dakar a été prise d’assaut par les manifestants. Leur objectif : faire déraper une réforme électorale qui permettrait l’élection du président avec 25% des voix au premier tour et qui proposerait un ticket de vice-président à l’américaine. Ils ont réussi.

Lire la suite »
26 juin 2011 Sénégal

Le Sénégal « point de chute » des trafiquants de chanvre indien

DAKAR (Xinhua) – Le Sénégal est devenu « un point chute » des trafiquants de chanvre indien, drogue la plus utilisée par les consommateurs et les vendeurs au Sénégal, a révélé dimanche le chef de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (OCRITIS), le commissaire Abdoulaye Niang.

Lire la suite »
25 juin 2011 Sénégal

UNESCO: le Delta du Saloum du Sénégal inscrit sur la Liste du patrimoine mondial

PARIS, 24 juin (Xinhua) – Le Comité du patrimoine mondial a inscrit vendredi le Delta du Saloum (Sénégal) et ses vestiges de plus de deux millénaires d’occupation humaine sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, a-t-on appris d’une source de l’UNESCO (Organisation des Nations Unis pour l’éducation, la science et la culture).

Lire la suite »
24 juin 2011 Sénégal

La BOAD accorde un prêt de 22 milliards au Sénégal pour résoudre les problèmes d’électricité

DAKAR (Xinhua) – La Banque ouest-africaine de développement (BOAD) a accordé au Sénégal deux prêts de 22 milliards de francs CFA pour deux projets d’énergie électrique, a appris vendredi Xinhua de source officielle.

Lire la suite »
Sénégal

Sénégal: le gouvernement retire un projet de loi controversé à la suite des manifestations

DAKAR, 23 juin (Xinhua) – Le gouvernement sénégalais a annoncé jeudi le retrait de son projet de loi controversé instituant l’élection au suffrage universel direct d’un président et d’un vice-président de la république au Sénégal, à la suite de deux jours de manifestation de l’opposition et de la société civile, a constaté Xinhua.

Lire la suite »
23 juin 2011 Sénégal

Présidentielle: Manifestations contre le projet de ticket président-vice-président

DAKAR (Xinhua) – Plusieurs manifestations ont été notées toute la journée de mercredi à Dakar et sa banlieue ainsi qu’à l’intérieur du pays, contre un projet de loi instituant l’ élection au suffrage universel direct d’un président et d’un vice- président de la république au Sénégal, a constaté un correspondant de Xinhua.

Lire la suite »
Sénégal

Présidentielle: L’UE "suit de près" le projet de loi constitutionnel récemment adopté

BRUXELLES (Xinhua) – L’Union européenne (UE) a indiqué mercredi qu’elle « suivait de près » le projet de loi constitutionnel récemment adopté par l’actuel gouvernement sénégalais en prévision de la prochaine élection présidentielle dans le pays.

Lire la suite »
Sénégal

Le gouvernement sénégalais annonce une subvention de 25,4 milliards aux paysans

DAKAR (Xinhua) – Le gouvernement sénégalais va soutenir à hauteur de 25,4 milliards de francs CFA (55,1 millions de dollars américains) la campagne agricole 2011-2012, rapporte mercredi le quotidien pro-gouvernemental Le Soleil.

Lire la suite »
22 juin 2011 Sénégal

L’Allemagne accorde 12,5 milliards de FCFA

DAKAR (Xinhua) – L’Allemagne va débloquer environ 12,5 milliards de francs CFA (près de 28 millions de dollars) au Sénégal en faveur de la construction d’infrastructures dans trois régions du Sénégal et la promotion de la paix en Casamance, a appris mardi Xinhua de source officielle.

Lire la suite »
Sénégal

Vers des patrouilles conjointes Sénégal-Guinée-Bissau le long de la frontière entre les deux pays

BISSAU (Xinhua) – Les forces armées de la Guinée- Bissau et du Sénégal vont effectuer des patrouilles conjointes et mener des opérations conjointes contre la présence des rebelles de Casamance le long de la frontière commune entre les deux pays, selon un accord signé entre les deux états-majors et publié mercredi à Bissau.

Lire la suite »
17 juin 2011 Sénégal

Présidentielle 2012 : le ticket président et vice-président de la République en vue

DAKAR (Xinhua) – Un projet de loi instituant le ticket de l’élection simultanée au suffrage universel du président et du vice-président de la République a été adopté jeudi par le conseil des ministres sénégalais, annonce-t-on de source officielle.

Lire la suite »
Sénégal

Libération imminente de bâtiments et sites occupés par les militaires français

DAKAR (Xinhua) – Le président sénégalais, Abdoulaye Wade a annoncé jeudi la libération imminente par l’Armée française de bâtiments et sites occupés depuis l’indépendance, a appris Xinhua de source officielle.

Lire la suite »
Sénégal

Rama Yade: "J’ai besoin de renouer avec une liberté totale"

PARIS (© 2011 Afriquinfos) – Bien que la sénégalaise n’ait jamais caché ses désaccords avec la politique de Nicolas Sarkozy, elle n’avait jamais pris parti aussi clairement que maintenant.

Lire la suite »
15 juin 2011 Sénégal

Le Premier ministre sénégalais remercie la Chine pour son appui à la réalisation de téléphonie

DAKAR (Xinhua) – La facture téléphonique d’Administration publique va donc connaître une baisse drastique passant de 18 milliards à 4 milliards de francs CFA.

Lire la suite »
14 juin 2011 Sénégal

Présidentielle 2012: Les candidats de la société civile bousculent l’opposition politique

DAKAR (Xinhua) – A huit mois de l’élection présidentielle sénégalaise, les candidatures déclarées des membres de la société civile sont en train de bouleverser tous les plans de l’opposition visant à présenter un candidat unique pour affronter le président Abdoulaye Wade.

Lire la suite »
12 juin 2011 Sénégal

Sénégal : Candidature de l’ancien ministre des AE, Cheikh Tidiane Gadio

DAKAR (Xinhua) – L’ancien ministre sénégalais des Affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, a annoncé samedi sa candidature à la présidentielle de février 2012, au cours de la convention nationale de son mouvement.

Lire la suite »
29 novembre 2010 Sénégal

Marche contre l’excision et les mariages forcés à Kolda

KOLDA (© 2011 Afriquinfos) – Les habitants de près de 700 villages de la région de Kolda, au Sénégal, se sont engagés à mettre fin à ces pratiques devant des représentants des autorités du pays, de l’UNICEF, de l’USAID et du FNUAP.

Lire la suite »
12 novembre 2010 Sénégal

Wade achète un Airbus à Sarkozy pour 20 milliards de FCFA

DAKAR (© 2011 Afriquinfos) – L’Elysée français a confirmé avoir vendu un des avions présidentiels hors service pour 32 millions d’euros, soit 20 milliards de F CFA.

Lire la suite »
Le Sénégal officiellement la République du Sénégal est un pays d’Afrique de l’Ouest. Le Sénégal est bordé par la Mauritanie au nord, le Mali à l’est, la Guinée au sud-est et la Guinée-Bissau au sud-ouest. Le Sénégal entoure également la Gambie, un pays occupant une étroite bande de terre le long des rives du fleuve Gambie, qui sépare la région sud de la Casamance au Sénégal du reste du pays. Le Sénégal partage également une frontière maritime avec le Cap-Vert. La capitale économique et politique du Sénégal est Dakar. C’est une république présidentielle unitaire et est le pays le plus occidental du continent de l’Ancien Monde, ou Afro-Eurasie. Il doit son nom au fleuve Sénégal qui le borde à l’est et au nord. Le Sénégal couvre une superficie de près de 197 000 kilomètres carrés (76 000 milles carrés) et compte environ 16 millions d’habitants. Le climat est typiquement sahélien, bien qu’il y ait une saison des pluies.

L’histoire du Sénégal

Époques précoce et précoloniale

Les découvertes archéologiques dans toute la région indiquent que le Sénégal était habité à l’époque préhistorique et a été occupé en permanence par divers groupes ethniques. Certains royaumes ont été créés autour du 7ème siècle : Takrur au 9ème siècle, Namandiru et l’empire Jolof aux 13ème et 14ème siècles. Le Sénégal oriental faisait autrefois partie de l’Empire du Ghana. L’islam a été introduit par le contact de Toucouleur et Soninke avec la dynastie almoravide du Maghreb, qui à son tour l’a propagé avec l’aide des Almoravides et des alliés toucouleur. Ce mouvement a fait face à la résistance des ethnies des religions traditionnelles, les Serers en particulier. Aux XIIIe et XIVe siècles, la région est tombée sous l’influence des empires à l’est ; l’Empire Jolof du Sénégal a également été fondé à cette époque. Dans la région de la Sénégambie, entre 1300 et 1900, près d’un tiers de la population a été réduite en esclavage, généralement à la suite de captifs capturés lors d’une guerre. Au 14ème siècle, l’Empire Jolof est devenu plus puissant, ayant uni Cayor et les royaumes de Baol, Sine, Saloum, Waalo, Futa Tooro et Bambouk, ou une grande partie de l’Afrique de l’Ouest actuelle. L’empire était une confédération volontaire de divers États plutôt qu’un empire construit sur la conquête militaire. L’empire a été fondé par Ndiadiane Ndiaye, une partie Serer et une partie Toucouleur, qui a pu former une coalition avec de nombreuses ethnies, mais s’est effondré vers 1549 avec la défaite et le meurtre de Lele Fouli Fak par Amari Ngone Sobel Fall.

L’ère coloniale

Au milieu du XVe siècle, les Portugais ont débarqué sur la côte sénégalaise, suivis par des commerçants représentant d’autres pays, dont les Français. Diverses puissances européennes le Portugal, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne se disputèrent le commerce dans la région à partir du XVe siècle. En 1677, la France a pris le contrôle de ce qui était devenu un point de départ mineur dans la traite négrière atlantique l’île de Gorée à côté du Dakar moderne, utilisée comme base pour acheter des esclaves aux chefferies belligérantes du continent. Les missionnaires européens ont introduit le christianisme au Sénégal et en Casamance au 19ème siècle. Ce n’est que dans les années 1850 que les Français ont commencé à s’étendre sur le continent sénégalais après avoir aboli l’esclavage et commencé à promouvoir une doctrine abolitionniste, ajoutant des royaumes indigènes comme le Waalo, Cayor, Baol et Jolof Empire. Les colons français envahissent progressivement et prennent le contrôle de tous les royaumes à l’exception du Sine et du Saloum sous le gouverneur Louis Faidherbe. Yoro Dyao était aux commandes du canton de Foss-Galodjina et a été placé au-dessus de Wâlo (Ouâlo) par Louis Faidherbe, où il a servi comme chef de 1861 à 1914. La résistance sénégalaise à l’expansion française et à la limitation de leur commerce d’esclaves lucratif a été menée en partie par Lat-Dior, Damel de Cayor et Maad a Sinig Kumba Ndoffene Famak Joof, le Maad a Sinig of Sine, ce qui a entraîné la bataille de Logandème. En 1915, plus de 300 Sénégalais sont passés sous le commandement australien, avant la prise de Damas par les Australiens, avant l’arrivée attendue du célèbre Lawrence d’Arabie. La diplomatie française et britannique dans la région a été mise en déroute.

Indépendance (1960)

Le 4 avril 1959, le Sénégal et le Soudan français ont fusionné pour former la Fédération du Mali, devenue totalement indépendante le 20 juin 1960, à la suite d’un accord de transfert de pouvoir signé avec la France le 4 avril 1960. En raison de difficultés politiques internes, la Fédération a éclaté le 20 août, lorsque le Sénégal et le Soudan français (rebaptisés République du Mali) ont chacun proclamé leur indépendance. Léopold Sédar Senghor a été le premier président du Sénégal en septembre 1960. Senghor était un homme très bien lu, éduqué en France. Il était un poète et philosophe qui a personnellement rédigé l’hymne national sénégalais « Pincez tous vos koras, frappez les balafons ». Pro-africain, il a défendu une marque de socialisme africain. En 1980, le président Senghor a décidé de se retirer de la politique. L’année suivante, il a transféré le pouvoir en 1981 à son successeur trié sur le volet, Abdou Diouf. L’ancien Premier ministre Mamadou Dia, qui était le rival de Senghor, s’est présenté aux élections en 1983 contre Diouf, mais a perdu. Senghor a déménagé en France, où il est décédé à l’âge de 96 ans. Dans les années 1980, Boubacar Lam a découvert l’histoire orale sénégalaise qui a été initialement compilée par le noble Tuculor, Yoro Dyâo, peu de temps après la Première Guerre mondiale, qui a documenté les migrations en Afrique de l’Ouest depuis la vallée du Nil ; les groupes ethniques, du fleuve Sénégal au delta du Niger, ont conservé les traditions d’origine orientale. Le Sénégal s’est joint à la Gambie pour former la Confédération sénégalaise nominale le 1er février 1982. Cependant, le syndicat a été dissous en 1989. Malgré les pourparlers de paix, un groupe séparatiste du sud (Mouvement des forces démocratiques de Casamance ou MFDC) dans la région de Casamance s’est affronté de façon sporadique. avec les forces gouvernementales depuis 1982 dans le conflit en Casamance. Au début du 21e siècle, la violence a cessé et le président Macky Sall a eu des entretiens avec les rebelles à Rome en décembre 2012. Abdou Diouf a été président entre 1981 et 2000. Il a encouragé une participation politique plus large, réduit la participation du gouvernement dans l’économie et élargi les engagements diplomatiques du Sénégal, en particulier avec d’autres pays en développement. La politique intérieure a parfois débordé sur la violence de la rue, les tensions frontalières et un violent mouvement séparatiste dans la région sud de la Casamance. Néanmoins, l’engagement du Sénégal en faveur de la démocratie et des droits de l’homme s’est renforcé. Abdou Diouf a servi quatre mandats en tant que président. Lors de l’élection présidentielle de 1999, le chef de l’opposition Abdoulaye Wade a battu Diouf lors d’une élection jugée libre et équitable par les observateurs internationaux. Le Sénégal a connu sa deuxième transition pacifique du pouvoir, et sa première d’un parti politique à un autre. Le 30 décembre 2004, le président Wade a annoncé qu’il signerait un traité de paix avec le groupe séparatiste de la région de Casamance. Cependant, cela n’a pas encore été mis en œuvre. Des pourparlers ont eu lieu en 2005, mais les résultats n’ont pas encore abouti à une résolution.

La politique du Sénégal

Le Sénégal est une république avec une présidence ; le président est élu tous les cinq ans à partir de 2016, soit auparavant sept ans de l’indépendance à 2001, cinq ans de 2001 à 2008, et encore 7 ans de 2008 à 2016, par des électeurs adultes. Le premier président, Léopold Sédar Senghor, était poète et écrivain, et fut le premier Africain élu à l’Académie française. Le deuxième président du Sénégal, Abdou Diouf, a par la suite été secrétaire général de l’Organisation de la Francophonie. Le troisième président était Abdoulaye Wade, un avocat. Le président actuel est Macky Sall, élu en mars 2012 et réélu en février 2019. Le Sénégal compte plus de 80 partis politiques. Le parlement monocaméral est composé de l’Assemblée nationale, qui compte 150 sièges (un Sénat était en place de 1999 à 2001 et de 2007 à 2012). Un système judiciaire indépendant existe également au Sénégal. Les plus hautes juridictions du pays chargées des questions commerciales sont le conseil constitutionnel et la cour de justice, dont les membres sont nommés par le président.

Culture politique

Actuellement, le Sénégal a une culture politique quasi-démocratique, l’une des transitions démocratiques post-coloniales les plus réussies en Afrique. Les administrateurs locaux sont nommés et tenus responsables par le président. Les marabouts, chefs religieux des différentes confréries musulmanes du Sénégal, ont également exercé une forte influence politique dans le pays, notamment sous la présidence de Wade. En 2009, Freedom House a rétrogradé le statut du Sénégal de «libre» à «partiellement libre», en raison d’une centralisation accrue du pouvoir au sein de l’exécutif. En 2014, il avait recouvré son statut de liberté. En 2008, le Sénégal a terminé en 12e position sur l’indice Ibrahim de la gouvernance africaine. L’indice Ibrahim est une mesure complète de la gouvernance africaine (limitée à l’Afrique subsaharienne jusqu’en 2008), basée sur un certain nombre de variables différentes qui reflètent le succès avec lequel les gouvernements fournissent des biens politiques essentiels à leurs citoyens. Lorsque les pays d’Afrique du Nord ont été ajoutés à l’indice en 2009, la position du Sénégal en 2008 a été rétrogradée rétroactivement à la 15e place (la Tunisie, l’Égypte et le Maroc se plaçant devant le Sénégal). En 2012, le classement du Sénégal dans l’indice Ibrahim a diminué d’un autre point à 16 des 52 pays africains. Le 22 février 2011, le Sénégal aurait rompu ses relations diplomatiques avec l’Iran, affirmant qu’il avait fourni aux rebelles des armes qui ont tué des troupes sénégalaises dans le conflit en Casamance. L’élection présidentielle de 2012 a été controversée en raison de la candidature du président Wade, car l’opposition a fait valoir qu’il ne devrait pas être considéré comme éligible pour se présenter à nouveau. Plusieurs mouvements d’opposition de jeunes, dont le M23 et Y’en a Marre, ont vu le jour en juin 2011. Finalement, Macky Sall de l’Alliance pour la République a gagné et Wade a concédé l’élection à Sall. Cette transition pacifique et démocratique a été saluée par de nombreux observateurs étrangers, tels que l’UE, comme une manifestation de «maturité». Le 19 septembre 2012, les législateurs ont voté la suppression du Sénat pour économiser environ 15 millions de dollars.

L’économie du Sénégal

Après une contraction de son économie de 2,1% en 1993, le Sénégal a mis en place un important programme de réforme économique avec le soutien de donateurs internationaux. Cette réforme a commencé par une dévaluation de 50% de la monnaie du pays (le franc CFA). Le contrôle des prix par le gouvernement et les subventions ont également été supprimés. En conséquence, l’inflation au Sénégal a baissé, l’investissement a augmenté et le produit intérieur brut a augmenté d’environ 5% par an entre 1995 et 2001. Les principales industries comprennent la transformation des aliments, l’exploitation minière, le ciment, les engrais artificiels, les produits chimiques, les textiles, le raffinage du pétrole importé et le tourisme. Les exportations comprennent le poisson, les produits chimiques, le coton, les tissus, les arachides et le phosphate de calcium. Le principal marché étranger est l’Inde avec 26,7% des exportations (en 1998). Les autres marchés étrangers comprennent les États-Unis, l’Italie et le Royaume-Uni.

Le Sénégal possède une zone de pêche exclusive de 12 milles marins (22 km; 14 mi) qui a été régulièrement violée ces dernières années (depuis 2014). On estime que les pêcheurs du pays perdent chaque année 300 000 tonnes de poisson à cause de la pêche illégale. Le gouvernement sénégalais a tenté de contrôler la pêche illégale pratiquée par les chalutiers, dont certains sont enregistrés en Russie, en Mauritanie, au Belize et en Ukraine. En janvier 2014, un chalutier russe, Oleg Naydenov, a été saisi par les autorités sénégalaises près de la frontière maritime avec la Guinée-Bissau.  En tant que membre de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), le Sénégal œuvre à une plus grande intégration régionale avec un tarif extérieur unifié. Le Sénégal est également membre de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique. Le Sénégal a atteint la pleine connectivité Internet en 1996, créant un mini-boom des services basés sur les technologies de l’information. L’activité privée représente désormais 82% de son PIB. Du côté négatif, le Sénégal est confronté à des problèmes urbains profondément ancrés de chômage élevé chronique, de disparités socioéconomiques, de délinquance juvénile et de toxicomanie. Le Sénégal est l’un des principaux bénéficiaires de l’aide internationale au développement. Les donateurs comprennent l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), le Japon, la France et la Chine. Plus de 3000 volontaires du Peace Corps ont servi au Sénégal depuis 1963.

L’éducation du Sénégal

Les articles 21 et 22 de la Constitution adoptée en janvier 2001 garantissent l’accès à l’éducation pour tous les enfants. L’enseignement est obligatoire et gratuit jusqu’à l’âge de 16 ans. Le Ministère du travail a indiqué que le système scolaire public n’est pas en mesure de faire face au nombre d’enfants qui doivent s’inscrire chaque année. L’analphabétisme est élevé, en particulier chez les femmes. Le taux net de scolarisation dans le primaire était de 69% en 2005. Les dépenses publiques d’éducation représentaient 5,4% du PIB 2002-2005.

La démographie du Sénégal

Le Sénégal compte environ 15,9 millions d’habitants, dont environ 42 pour cent vivent dans des zones rurales. La densité dans ces zones varie d’environ 77 habitants par kilomètre carré (200 / sq mi) dans la région centre-ouest à 2 par kilomètre carré (5,2 / sq mi) dans la section orientale aride.

Les langues du Sénégal

Le français est la langue officielle, parlée au moins par tous ceux qui ont apprécié plusieurs années dans le système éducatif d’origine française (les écoles coraniques sont encore plus populaires, mais l’arabe n’est pas largement parlé en dehors du contexte de la récitation). Au XVe siècle, de nombreux territoires européens ont commencé à faire du commerce au Sénégal. Au 19e siècle, les puissances françaises ont également renforcé leurs racines au Sénégal et le nombre de francophones s’est donc multiplié de façon continue. Le français a été ratifié comme langue officielle du Sénégal en 1960 lorsque le pays a accédé à l’indépendance. Environ 15 à 20% des hommes et 2% des femmes parlent et comprennent le français.  De plus, 21% de la population parle partiellement le français. La plupart des gens parlent également leur propre langue ethnique alors que, en particulier à Dakar, le wolof est la lingua franca. Le pulaar est parlé par les Fulas et les Toucouleur. La langue sérère est largement parlée par les sérers et les non-sérers ; il en est de même des langues cangin, dont les locuteurs sont ethniquement serers. Les langues Jola sont largement parlées en Casamance. Globalement, le Sénégal abrite environ 39 langues distinctes. Plusieurs ont le statut juridique de « langues nationales »: balanta-ganja, hassaniya arabe, jola-fonyi, mandinka, mandjak, mankanya, midi (serer-noon), pulaar, serer, soninke et wolof.

L’anglais est enseigné comme langue étrangère dans les écoles secondaires et dans de nombreux programmes d’études supérieures, et c’est le seul sujet qui a un bureau spécial au Ministère de l’éducation. Dakar accueille quelques écoles bilingues qui offrent 50% de leur programme en anglais. L’école sénégalaise américaine bilingue (SABS), Yavuz Selim et le Collège ouest-africain de l’Atlantique (WACA) forment des milliers de locuteurs d’anglais couramment dans des programmes de quatre ans. L’anglais est largement utilisé par la communauté scientifique et dans les affaires, y compris par les Modou-Modou (hommes d’affaires illettrés et autodidactes).

Le créole portugais, connu localement sous le nom de portugais, est une langue minoritaire importante à Ziguinchor, capitale régionale de la Casamance, parlée par les créoles portugais locaux et les immigrants de Guinée-Bissau. La communauté capverdienne locale parle un créole portugais similaire, un créole capverdien et un portugais standard. Le portugais a été introduit dans l’enseignement secondaire du Sénégal en 1961 à Dakar par le premier président du pays, Léopold Sédar Senghor. Il est actuellement disponible dans la majeure partie du Sénégal et dans l’enseignement supérieur. Il est particulièrement répandu en Casamance en ce qui concerne l’identité culturelle locale.

Diverses langues d’immigrants sont parlées, comme le bambara (70 000), le Kabuverdiano (34 000), le krio (6 100), le mooré (937 000), le portugais (1 700) et le vietnamien (2 500), principalement à Dakar. Alors que le français est la seule langue officielle, un mouvement nationaliste linguistique sénégalais en plein essor soutient l’intégration du wolof, la langue vernaculaire commune du pays, dans la constitution nationale. Les régions sénégalaises de Dakar, Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kaolack, Kedougou, Kolda, Louga, Matam, Saint-Louis, Sedhiou, Tambacounda, Thiès et Ziguinchor sont membres de l’Association internationale des régions francophones.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés