Afrique de l'Ouest
18 décembre 2019

Les premiers «BRVM Awards» célébrés en Côte d’Ivoire

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- La Capitale économique ivoirienne accueille depuis hier mardi, les Awards de la Bourse régionale des valeurs […]

17 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Côte d’Ivoire: un meeting de l’opposition empêché pendant la visite de Macron

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- Alors que deux coalitions d’opposition, la Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix (CRDP) […]

Lire la suite »
16 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Cynthia Aïssy, DG de KeyOpsTech : «Tous les Etats africains dans lesquels nous estimons qu’un volume de plis et colis important existe nous intéressent»

Cynthia Aïssy est Directrice Générale de la première entreprise qui digitalise le transport de colis et de plis entre les […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Culture/Meiway en vibration pour ses 30 ans de carrière

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- Les ivoiriens Fans de l’artiste Meiway ont eu droits à deux grands shows les 7 et […]

Lire la suite »
13 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Emmanuel Macron à Abidjan pour parler terrorisme et fêter la Noël avec les forces françaises

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- L’un des points à l’agenda du Chef d’Etat français pour cette fin d’année est connu. Emmanuel […]

Lire la suite »
12 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Diplomatie : Emmanuel Macron attendu en Côte d’Ivoire pour une visite officielle

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- « La Côte d’Ivoire s’honore d’accueillir les 20, 21 et 22 décembre 2019, en visite officielle, […]

Lire la suite »
8 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

L’ivoirien Jean-Luc Konan remporte le prix « Meilleur CEO de l’année » à L’Africa Investments Forum& Awards

Paris (© 2019 Afriquinfos)-Le prix de « Meilleur CEO de l’année » décerné à L’Africa Investments Forum & Awards (AIFA) […]

Lire la suite »
7 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Côte d’Ivoire : la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) rejetée par la Cour africaine des droits de l’Homme

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-La demande de suspension de la loi sur institution chargée d’organiser les élections en Côte d’Ivoire, vient […]

Lire la suite »
6 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Ballon d’or 2019 : Didier Drogba encense Mané et tacle les votants africains

Paris (© 2019 Afriquinfos)- La légende du football africain, Didier Drogba était le Maître de Cérémonie de la soirée de […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Plus de 1.000 entrepreneurs africains pourront tirer profit du Sommet Afrique-France 2020

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-Le prochain sommet Afrique-France 2020 prévu pour se  tenir le 4, 5 et 6 juin 2020 à […]

Lire la suite »
5 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

La dernière mouture du MASA 2020 dévoilée

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-La tournure définitive des différentes prestations prévues pour l’édition 2020 du Marché des arts du spectacle d’Abidjan […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Arrimage de l’ECO à l’Euro : Alassane Ouattara seul contre tous

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-  La position du président ivoirien Alassance Dramane Ouattara dans le grand débat sur les conditions de […]

Lire la suite »
4 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Éradiquer la corruption du secteur foncier : mot d’ordre de l’édition 2019 de la conférence sur le foncier

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- Des institutions universitaires se sont engagées lors de la Conférence sur les politiques foncières, à collaborer […]

Lire la suite »
3 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Alassane Ouattara attend son homologue français à Abidjan d’ici fin décembre

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-  Initialement annoncée pour les 10 et 11 décembre, la visite du Président français Emmanuel Macron en […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Côte d’Ivoire: La militante Nathalie Yamb expulsée

La militante suisso-camerounaise Nathalie Yamb, du parti d’opposition ivoirien Lider, a été expulsée lundi de Côte d’Ivoire quelques semaines après […]

Lire la suite »
30 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Présidentielle 2020 : Ouattara souhaite une caution à 100 millions et ne s’exclut pas de la course

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- Le Président ivoirien, Alassane Dramane Ouattara a effectué la semaine écoulée, une visite d’Etat de quatre […]

Lire la suite »
29 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Côte d’Ivoire : une loi autorise le port d’un double nom dont celui de la mère

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- Dans le cadre de la réforme des codes usuels et afin de s’adapter aux standards internationaux […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Foncier en Afrique : la corruption, un frein à l’autosuffisance alimentaire

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- A l’initiative de la Banque Africaine de Développement (BAD), Abidjan abrite du 25 au 29 novembre, […]

Lire la suite »
28 novembre 2019 Côte d'Ivoire

Côte d’Ivoire : Une start-up ivoirienne remporte le 1er prix du EDF Pulse Africa Tour édition 2019

Paris (© 2019 Afriquinfos)-Le 1er prix de l’EDF Pulse Africa Tour édition 2019,  un concours visant à révéler et accompagner […]

Lire la suite »
26 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Vendre la destination touristique ivoirienne au monde: « Sublime Côte d’Ivoire » sur de solides rails

Hambourg (© 2019 Afriquinfos)-Une table ronde ayant fait l’objet sur l’investissement dans le tourisme ivoirien à travers la mise en […]

Lire la suite »
25 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Côte d’Ivoire: Blé Goudé et Soro, deux frères ennemies en voix de se lier d’amitié ?

La Haye (© 2019 Afriquinfos)- Deux anciens frères ennemis, à savoir l’ex-chef de la rébellion ivoirienne Guillaume Soro, candidat à […]

Lire la suite »
20 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Elim CAN 2021 : démarrage poussif pour les Eléphants et les Pharaons

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- Après les deux premières journées des éliminatoires CAN 2021 dont le dernier match s’est disputé mardi soir, […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Le Germano-ivoirien Serge Gnabry rentre déjà dans l’histoire de la Mannschaft

Berlin (© 2019 Afriquinfos)- Pour ses premiers matchs avec la Mannschaft, Serge Gnagbry fait fort. L’attaquant d’origine ivoirienne a marqué un […]

Lire la suite »
18 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Des dirigeants africains attendus à Berlin pour la conférence du G20 Compact with Africa

Berlin (© 2019 Afriquinfos)- C’est demain mardi 19 novembre 2019 que s’ouvre la conférence du G20 Compact with Africa. Elle […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Côte d’Ivoire: un concours « Miss Nappy » pour promouvoir les cheveux naturels

La deuxième édition du concours Miss Nappy, qui fait la promotion des cheveux crépus, s’est déroulée samedi dans un hôtel à […]

Lire la suite »
15 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Côte d’Ivoire : Drogba prêt à briguer la présidence de la Fédération ivoirienne de foot ?

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-A l’issue d’une rencontre avec Didier Drogba, le dirigeant d’un club de première division de Côte d’Ivoire, […]

Lire la suite »
13 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Le Rugby Africa Cup démarre sous sa nouvelle formule le 23 novembre prochain

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- La Coupe d’Afrique de Rugby à XV démarrera le 23 novembre prochain avec deux matchs mettant […]

Lire la suite »
8 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

UEMOA / le projet de boucle ferroviaire relancé pour un coût de 4000 milliards de FCFA

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- Une réunion des Ministres en charge des transports des pays membres de l’UEMOA s’est tenue à Abidjan […]

Lire la suite »
1 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Côte d’Ivoire Football : Didier Zokora désormais Conseiller du DTN

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)–  L’ancien international ivoirien et recordman des sélections avec les Eléphants, Didier Zokoro, a été nommé jeudi […]

Lire la suite »
Côte d'Ivoire

5ème réunion extraordinaire à Abidjan : le capital du Groupe de la BAD passe à 208 milliards de dollars

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)–  Une augmentation importante du capital de la Banque africaine de développement (BAD) qui passe de 93 […]

Lire la suite »
31 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Le retour de Gbagbo et Blé Goudé en côte d’Ivoire qualifié d’une mauvaise volonté de la part d’Abidjan (FPI)

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- D’après le Front populaire ivoirien (FPI) c’est le gouvernement d’Alassane Ouattara qui s’oppose au retour de […]

Lire la suite »
30 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Sécurité routière en Afrique : Didier Drogba ambassadeur de la campagne « Safe Steps » de la FIA

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)– La Fédération Internationale de l’Automobile (FIA) a nommé lundi, l’icône ivoirienne Didier Drogba, ambassadeur d’une campagne […]

Lire la suite »
29 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Perspectives économiques en Afrique subsaharienne : 20 millions d’emplois doivent être créés d’ici 2030

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)– Le dernier rapport du Fonds Monétaire International (FMI) publié le lundi 28 octobre sur les perspectives […]

Lire la suite »
28 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Côte d’Ivoire/Présidentielles de 2020 : Alpha Blondy pas contre un 3ème mandat d’Alassane Ouattara

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)– Le rastaman le plus célèbre d’Afrique est l’une des voix les plus écoutées de la sphère […]

Lire la suite »
25 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Liga Europa : l’Ivoirien Nicolas Pépé, double buteur sort Arsenal d’un mauvais pas

Londres (© 2019 Afriquinfos)– Secoué par le club portugais de Vitoria Guimaraes, Arsenal a pu compter sur un Nicolas Pépé […]

Lire la suite »
24 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Durabilité du cacao : la Côte d’Ivoire et le Ghana relâchent la pression

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- Il y a quelques jours, le Ghana et la Côte d’Ivoire,  deux premiers producteurs mondiaux du […]

Lire la suite »
23 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

NSIA Banque Côte d’Ivoire reprend les actifs de Diamond Bank CI et renforce sa position en Afrique de l’Ouest

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- NSIA Banque Côte d’Ivoire a finalisé l’incorporation des actifs ivoiriens de NSIA Banque Bénin (ex Diamond […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Des actions menées par Drogba et A’Salfo ont permis à la Côte d’Ivoire de mobiliser 5 milliards de dollars pour le tourisme

Dubaï (© 2019 Afriquinfos)-Afin de mettre en œuvre son programme « Sublime Côte d’Ivoire », qui vise le développement du tourisme étranger, […]

Lire la suite »
22 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Didier Drogba, deuxième africain nommé ambassadeur de l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT)

Dubaï (© 2019 Afriquinfos)- D’après une information livrée par le Secrétaire général de l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT), Zurab Pololikashvili […]

Lire la suite »
21 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Côte d’Ivoire : Le PDCI sonne la mobilisation à un an de la présidentielle

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont assisté samedi 19 octobre à Yamoussoukro (centre) à un meeting politique du Parti […]

Lire la suite »
15 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

L’expertise Française Figure en Bonne Place dans eLearning Africa 2019

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-C’est autour du thème « Apprentissage et employabilité » que se tient cette année, eLearning Africa à Abidjan du […]

Lire la suite »
14 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Présidentielle 2020 en en Côte d’Ivoire/Le Cardinal Jean-Pierre Kutwa interpelle toute la classe politique de son pays

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- Alors qu’il présidait samedi dernier, la messe de la rentrée pastorale de son diocèse pour l’année […]

Lire la suite »
12 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Durabilité du cacao : La Côte d’Ivoire et le Ghana qui cumulent 62% du marché mondial du cacao, annonceront une «ferme décision » à Berlin

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- Au cours de la réunion de partenariat de la Fondation mondiale du cacao qui se tiendra […]

Lire la suite »
11 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Gervinho prolonge son bail avec Parme jusqu’en 2022

Parme (© 2019 Afriquinfos)- Gervinho est désormais sociétaire du FC Parme jusqu’en 2022. L’attaquant ivoirien de 30 ans a prolongé […]

Lire la suite »
10 octobre 2019 Afrique

Africa’s Pulse 2019 : l’Afrique subsaharienne en proie à des difficultés dues au ralentissement mondial

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- La 20ème édition d’Africa’s Pulse s’est tenue ce mercredi 09 octobre et a porté sur la […]

Lire la suite »
9 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Air France modernise sa flotte avec un A350 et améliore sa desserte en direction de l’Afrique

Paris (© 2019 Afriquinfos)-  Depuis le 27 septembre dernier, Air France a réceptionné un tout nouvel Airbus A350. Un appareil […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Le Sénégal invité d’honneur au Femua 13

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- Après avoir eu le Burkina Faso comme invité d’honneur à la 12ème édition du Festival des […]

Lire la suite »
1 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Economies à plus fort potentiel de croissance commerciale : la Côte d’Ivoire domine le top 20 mondial

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-  La Côte d’Ivoire est Première du Classement Trade20 Index 2019, qui répertorie les 20 économies mondiales […]

Lire la suite »
29 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

Côte d’Ivoire: le président Ouattara dit être «pour le transfert du pouvoir à une nouvelle génération»

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-S’exprimant à une conférence de presse de clôture dans le cadre de sa visite d’État de quatre […]

Lire la suite »
27 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

Mondiaux d’athlétisme en 2019 au Qatar : Zoom sur les Africains qui feront l’attraction

Doha (© 2019 Afriquinfos)-  C’est ce vendredi que les Championnats du Monde d’Athlétisme démarrent au Qatar. Le public sportif africain […]

Lire la suite »
La Côte d’Ivoire officiellement la République de Côte d’Ivoire, est un pays situé sur la côte sud de l’Afrique de l’Ouest. La capitale politique de la Côte d’Ivoire est Yamoussoukro au centre du pays, tandis que sa capitale économique et sa plus grande ville est la ville portuaire d’Abidjan. Il borde la Guinée au nord-ouest, le Libéria à l’ouest, le Mali au nord-ouest, le Burkina Faso au nord-est, le Ghana à l’est et le golfe de Guinée (océan Atlantique) au sud. La langue officielle de la république est le français, les langues autochtones locales étant également largement utilisées, notamment le baoulé, le dioula, le dan, Anyin et cebaara sénoufo. Au total, il y a environ 78 langues différentes parlées en Côte d’Ivoire. Le pays compte de grandes populations de musulmans, de chrétiens (principalement catholiques romains) et de diverses religions autochtones.

Avant sa colonisation par les Européens, la Côte d’Ivoire abritait plusieurs États, dont Gyaaman, l’Empire Kong et Baoulé. La région est devenue un protectorat de la France en 1843 et a été consolidée en tant que colonie française en 1893 au milieu de la ruée européenne pour l’Afrique. Elle a obtenu son indépendance en 1960, dirigée par Félix Houphouët-Boigny, qui a dirigé le pays jusqu’en 1993. Relativement stable par rapport aux normes régionales, la Côte d’Ivoire a établi des liens politiques et économiques étroits avec ses voisins ouest-africains tout en maintenant des relations étroites avec l’Occident , en particulier la France. La Côte d’Ivoire a connu un coup d’État en 1999 et deux guerres civiles pour des motifs religieux, d’abord entre 2002 et 2007 et de nouveau en 2010-2011. En 2000, le pays a adopté une nouvelle constitution. La Côte d’Ivoire est une république dotée d’un fort pouvoir exécutif confié à son président. Grâce à la production de café et de cacao, le pays était une puissance économique en Afrique de l’Ouest dans les années 60 et 70, bien qu’il ait traversé une crise économique dans les années 80, contribuant à une période de troubles politiques et sociaux. Ce n’est que vers 2014 que le produit intérieur brut a de nouveau atteint le niveau de son pic dans les années 70. Au 21e siècle, l’économie ivoirienne a été largement basée sur le marché, et elle dépend encore fortement de l’agriculture, la production de cultures de rente des petits exploitants étant prédominante.

L’histoire de la Côte d’Ivoire

Migration terrestre

La première présence humaine en Côte d’Ivoire a été difficile à déterminer car les restes humains n’ont pas été bien préservés dans le climat humide du pays. Cependant, des fragments d’armes et d’outils récemment trouvés (en particulier, des haches polies coupées dans le schiste et des restes de cuisine et de pêche) ont été interprétés comme une indication possible d’une grande présence humaine pendant la période du Paléolithique supérieur (15 000 à 10 000 avant JC). ou au minimum, la période néolithique. Les premiers habitants connus de la Côte d’Ivoire ont laissé des traces éparses sur tout le territoire. Les historiens pensent qu’ils ont tous été déplacés ou absorbés par les ancêtres des habitants indigènes actuels, qui ont migré vers le sud dans la région avant le 16e siècle. Ces groupes comprenaient les Ehotilé (Aboisso), Kotrowou (Fresco), Zéhiri (Grand Lahou), Ega et Diès (Divo). 

Périodes pré-islamique et islamique

La première histoire enregistrée apparaît dans les chroniques des commerçants nord-africains (berbères), qui, dès les premiers temps romains, ont mené un commerce de caravanes à travers le Sahara en sel, esclaves, or et autres marchandises. Les terminaux sud des routes commerciales transsahariennes étaient situés à la lisière du désert, et à partir de là, le commerce complémentaire s’étendait jusqu’au sud jusqu’à la lisière de la forêt tropicale. Les terminaux les plus importants, Djenné, Gao et Tombouctou, sont devenus de grands centres commerciaux autour desquels les grands empires soudanais se sont développés. En contrôlant les routes commerciales avec leurs puissantes forces militaires, ces empires ont pu dominer les États voisins. Les empires soudanais sont également devenus des centres d’éducation islamique. L’islam a été introduit dans l’ouest du Soudan par des commerçants musulmans berbères d’Afrique du Nord; il s’est propagé rapidement après la conversion de nombreux dirigeants importants. À partir du 11ème siècle, époque à laquelle les dirigeants des empires soudanais avaient embrassé l’islam, il s’est propagé vers le sud dans les régions nord de la Côte d’Ivoire contemporaine. L’Empire du Ghana, le plus ancien des empires soudaniques, a prospéré dans la région englobant l’actuel sud-est de la Mauritanie et le sud du Mali entre le IVe et le XIIIe siècle. Au sommet de sa puissance au XIe siècle, ses royaumes s’étendaient de l’océan Atlantique à Tombouctou. Après le déclin du Ghana, l’Empire du Mali est devenu un puissant État musulman, qui a atteint son apogée au début du 14e siècle. Le territoire de l’empire du Mali en Côte d’Ivoire était limité à l’angle nord-ouest autour d’Odienné. Son lent déclin à partir de la fin du XIVe siècle a fait suite à une discorde interne et à des révoltes d’États vassaux, dont l’un, Songhai, a prospéré en tant qu’empire entre le XIVe et le XVIe siècle. Songhai a également été affaibli par la discorde interne, qui a conduit à une guerre entre factions. Cette discorde a stimulé la plupart des migrations vers le sud en direction de la ceinture forestière. La forêt tropicale dense qui couvre la moitié sud du pays, a créé des barrières aux organisations politiques à grande échelle qui avaient vu le jour dans le nord. Les habitants vivaient dans des villages ou des grappes de villages ; leurs contacts avec le monde extérieur ont été filtrés par les commerçants longue distance. Les villageois vivaient de l’agriculture et de la chasse.

Période moderne pré-européenne

Cinq États importants ont prospéré en Côte d’Ivoire au cours de la période pré-européenne du début de la modernité. L’empire musulman de Kong a été établi par les Jola au début du XVIIIe siècle dans la région centre-nord habitée par les Sénoufo, qui avaient fui l’islamisation sous l’empire du Mali. Bien que Kong soit devenu un centre prospère d’agriculture, de commerce et d’artisanat, la diversité ethnique et la discorde religieuse ont progressivement affaibli le royaume. En 1895, la ville de Kong serait mise à sac et conquise par Samori Ture de l’empire Wassoulou. Le royaume d’Abron de Gyaaman a été établi au 17ème siècle par un groupe Akan, l’Abron, qui avait fui la confédération Ashanti en développement d’Asanteman dans l’actuel Ghana. Depuis leur colonie au sud de Bondoukou, les Abron ont progressivement étendu leur hégémonie sur le peuple Dyula à Bondoukou, qui étaient des arrivées récentes de la ville marchande de Begho. Bondoukou est devenu un important centre de commerce et d’islam. Les érudits coraniques du royaume ont attiré des étudiants de toutes les régions de l’Afrique de l’Ouest. Au milieu du XVIIe siècle dans le centre-est de la Côte d’Ivoire, d’autres groupes Akan fuyant l’Asante ont établi un royaume Baoulé à Sakasso et deux royaumes Agni, Indénié et Sanwi. Les Baoulé, comme les Ashanti, ont développé une structure politique et administrative hautement centralisée sous trois dirigeants successifs. Il s’est finalement divisé en chefferies plus petites. Malgré l’éclatement de leur royaume, les Baoulé résistent fortement à l’asservissement français. Les descendants des dirigeants des royaumes Agni ont tenté de conserver leur identité distincte longtemps après l’indépendance de la Côte d’Ivoire; aussi tard qu’en 1969, les Sanwi ont tenté de se détacher de la Côte d’Ivoire et de former un royaume indépendant. Le roi actuel de Sanwi est Amon N’Douffou V (depuis 2005).

Etablissement de la règle française

Comparée au Ghana voisin, la Côte d’Ivoire, bien que pratiquant l’esclavage et les raids d’esclaves, a peu souffert de la traite des esclaves en tant que telle. Les navires négriers et marchands européens préféraient d’autres régions le long de la côte. Le premier voyage européen enregistré en Afrique de l’Ouest a été effectué par les Portugais en 1482. La première colonie française d’Afrique de l’Ouest, Saint Louis, a été fondée au milieu du XVIIe siècle au Sénégal, tandis qu’à peu près à la même époque, les Hollandais cédaient aux Français une colonie sur l’île de Gorée, au large de Dakar. Une mission française a été établie en 1637 à Assinie près de la frontière avec la Gold Coast (aujourd’hui Ghana). Les Européens ont supprimé la pratique locale de l’esclavage à cette époque et ont interdit le commerce à leurs marchands. La survie d’Assinie était cependant précaire; les Français n’étaient pas solidement implantés en Côte d’Ivoire jusqu’au milieu du XIXe siècle. En 1843-1844, l’amiral français Louis Edouard Bouët-Willaumez signe des traités avec les rois des régions de Grand Bassam et d’Assinie, faisant de leurs territoires un protectorat français. Les explorateurs, les missionnaires, les sociétés commerciales et les soldats français ont progressivement étendu la zone sous contrôle français à l’intérieur des terres de la région de la lagune. La pacification n’a été accomplie qu’en 1915. L’activité le long de la côte a stimulé l’intérêt européen pour l’intérieur, en particulier le long des deux grands fleuves, le Sénégal et le Niger. L’exploration française concertée de l’Afrique de l’Ouest a commencé au milieu du XIXe siècle, mais a progressé lentement, davantage sur l’initiative individuelle que sur la politique gouvernementale. Dans les années 1840, les Français ont conclu une série de traités avec les chefs locaux d’Afrique de l’Ouest qui ont permis aux Français de construire des postes fortifiés le long du golfe de Guinée pour servir de centres commerciaux permanents.

Les premiers postes en Côte d’Ivoire comprenaient un à Assinie et un autre à Grand Bassam, qui devint la première capitale de la colonie. Les traités prévoyaient la souveraineté française au sein des postes, et des privilèges commerciaux en échange d’honoraires ou de coutumes payés annuellement aux chefs locaux pour l’utilisation des terres. L’arrangement n’était pas entièrement satisfaisant pour les Français, car les échanges étaient limités et des malentendus sur les obligations conventionnelles étaient souvent apparus. Néanmoins, le gouvernement français a maintenu les traités dans l’espoir de développer le commerce. La France souhaitait également maintenir une présence dans la région pour endiguer l’influence croissante des Britanniques le long des côtes du golfe de Guinée. Les Français ont construit des bases navales pour éloigner les commerçants non français et ont commencé une pacification systématique de l’intérieur pour arrêter les raids sur leurs colonies. Ils n’y sont parvenus qu’après une longue guerre dans les années 1890 contre des membres de la tribu Mandinka, principalement de Gambie. Cependant, les raids des Baoulé et d’autres tribus orientales se sont poursuivis jusqu’en 1917. [citation nécessaire] La défaite de la France dans la guerre franco-prussienne en 1871 et l’annexion subséquente par l’Allemagne de la province française d’Alsace-Lorraine ont amené le gouvernement français à abandonner ses ambitions coloniales et à retirer ses garnisons militaires de ses postes de traite ouest-africains, les laissant dans les soins des commerçants résidents. Le poste de traite de Grand Bassam en Côte d’Ivoire a été confié à un expéditeur marseillais, Arthur Verdier, qui en 1878 a été nommé résident de l’établissement de Côte d’Ivoire. En 1886, pour appuyer ses prétentions d’occupation effective, la France reprend à nouveau le contrôle direct de ses postes de traite côtiers ouest-africains et se lance dans un programme accéléré d’exploration à l’intérieur. En 1887, le lieutenant Louis Gustave Binger a commencé un voyage de deux ans qui a traversé des parties de l’intérieur de la Côte d’Ivoire. À la fin du voyage, il avait conclu quatre traités établissant des protectorats français en Côte d’Ivoire. Toujours en 1887, l’agent de Verdier, Marcel Treich-Laplène, négocia cinq accords supplémentaires qui étendirent l’influence française des eaux d’amont du bassin du fleuve Niger à travers la Côte d’Ivoire.

Époque coloniale française

À la fin des années 1880, la France avait établi le contrôle des régions côtières de la Côte d’Ivoire et, en 1889, la Grande-Bretagne a reconnu la souveraineté française dans la région. La même année, la France nomme Treich-Laplène gouverneur en titre du territoire. En 1893, la Côte d’Ivoire est devenue une colonie française et le capitaine Binger a été nommé gouverneur. Des accords avec le Libéria en 1892 et avec la Grande-Bretagne en 1893 ont déterminé les limites est et ouest de la colonie, mais la limite nord n’a été fixée qu’en 1947 en raison des efforts du gouvernement français pour attacher des parties de la Haute-Volta (aujourd’hui Burkina Faso) et Soudan français (aujourd’hui Mali) en Côte d’Ivoire pour des raisons économiques et administratives. L’objectif principal de la France était de stimuler la production des exportations. Des cultures de café, de cacao et d’huile de palme ont rapidement été plantées le long de la côte. La Côte d’Ivoire s’est distinguée comme le seul pays d’Afrique de l’Ouest avec une population importante de colons; ailleurs en Afrique occidentale et centrale, les Français et les Britanniques étaient en grande partie des bureaucrates. En conséquence, les citoyens français possédaient un tiers des plantations de cacao, de café et de bananes et ont adopté le système local de travail forcé.

Tout au long des premières années de la domination française, des contingents militaires français ont été envoyés à l’intérieur des terres pour établir de nouveaux postes. Une partie de la population indigène et des anciens propriétaires d’esclaves ont résisté aux colons français. Parmi ceux qui ont offert la plus grande résistance, Samori Ture, qui dans les années 1880 et 1890 a conquis ses voisins, rétabli l’esclavage et fondé l’Empire Wassoulou, qui s’étendait sur de grandes parties de l’actuelle Guinée, du Mali, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire. La grande armée bien équipée de Samori Ture, qui pouvait fabriquer et réparer ses propres armes à feu, a attiré un certain soutien dans toute la région de la part de chefs qui cherchaient à affronter les deux parties. Les Français ont répondu à l’expansion et à la conquête de Samori Ture par des pressions militaires. Les campagnes françaises contre Samori Ture, qui rencontrent une plus grande résistance que d’habitude dans les guerres tribales, s’intensifient au milieu des années 1890 jusqu’à sa capture en 1898 et la dissolution de son empire. L’imposition par la France d’une taxe d’entrée en 1900 pour soutenir le programme de travaux publics de la colonie a provoqué des protestations inattendues. Beaucoup d’Ivoiriens considéraient la taxe comme une violation des traités de protectorat parce qu’ils estimaient que la France exigeait l’équivalent d’un coutume des rois locaux, plutôt que l’inverse. Beaucoup, en particulier à l’intérieur, considéraient également la taxe comme un symbole humiliant de soumission. En 1905, les Français ont officiellement aboli l’esclavage dans la majeure partie de l’Afrique occidentale française. De 1904 à 1958, la Côte d’Ivoire faisait partie de la Fédération de l’Afrique de l’Ouest française. C’était une colonie et un territoire d’outre-mer sous la Troisième République. Pendant la Première Guerre mondiale, la France a organisé des régiments de Côte d’Ivoire pour combattre en France et les ressources des colonies ont été rationnées de 1917 à 1919. Quelque 150 000 hommes ivoiriens sont morts pendant la Première Guerre mondiale. Jusqu’à la période qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, les affaires gouvernementales en Afrique occidentale française étaient administrées depuis Paris. La politique de la France en Afrique de l’Ouest se reflète principalement dans sa philosophie «d’association», ce qui signifie que tous les Africains de Côte d’Ivoire sont officiellement des «sujets» français, mais sans droit de représentation en Afrique ou en France.

La politique coloniale française intègre des notions d’assimilation et d’association. Basée sur la supériorité supposée de la culture française, dans la pratique, la politique d’assimilation signifiait l’extension de la langue, des institutions, des lois et des coutumes françaises aux colonies. La politique d’association affirmait également la supériorité des Français dans les colonies, mais elle impliquait différentes institutions et systèmes de lois pour le colonisateur et le colonisé. Dans le cadre de cette politique, les Africains de Côte d’Ivoire ont été autorisés à conserver leurs propres coutumes dans la mesure où elles étaient compatibles avec les intérêts français, comme l’abolition récente de la traite négrière. Une élite indigène formée à la pratique administrative française formait un groupe intermédiaire entre Français et Africains. Après 1930, un petit nombre d’Ivoiriens occidentalisés ont obtenu le droit de demander la nationalité française. La plupart des Ivoiriens, cependant, étaient classés comme sujets français et étaient régis par le principe d’association. En tant que sujets de la France, les autochtones n’appartenant pas à l’élite civilisée susmentionnée n’avaient aucun droit politique. Ils ont été rédigés pour travailler dans les mines, dans les plantations, en tant que porteurs et sur des projets publics dans le cadre de leur responsabilité fiscale. Ils devaient servir dans l’armée et étaient soumis à l’indigénat, un système de droit distinct. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le régime de Vichy est resté sous contrôle jusqu’en 1942, lorsque les troupes britanniques ont envahi sans grande résistance. Winston Churchill a rendu le pouvoir aux membres du gouvernement provisoire du général Charles de Gaulle. En 1943, les Alliés avaient rendu l’Afrique de l’Ouest française aux Français. La Conférence de Brazzaville de 1944, la première Assemblée constituante de la Quatrième République en 1946, et la gratitude de la France pour la loyauté africaine pendant la Seconde Guerre mondiale, ont conduit à de profondes réformes gouvernementales en 1946. La citoyenneté française a été accordée à tous les « sujets » africains, le le droit de s’organiser politiquement a été reconnu et diverses formes de travail forcé ont été abolies. Entre les années 1944-1946, de nombreuses conférences nationales et assemblées constituantes ont eu lieu entre le régime français de Vichy et les gouvernements provisoires de Côte d’Ivoire. Des réformes gouvernementales ont été mises en place à la fin de 1946, qui ont accordé la nationalité française à tous les « sujets » africains sous le contrôle colonial des Français.

Jusqu’en 1958, les gouverneurs nommés à Paris administraient la colonie de Côte d’Ivoire, en utilisant un système d’administration directe et centralisée qui laissait peu de place à la participation ivoirienne à l’élaboration des politiques. Alors que les administrations coloniales britanniques ont adopté des politiques de division et de gouvernement ailleurs, appliquant des idées d’assimilation uniquement à l’élite éduquée, les Français souhaitaient s’assurer que la petite mais influente élite était suffisamment satisfaite du statu quo pour s’abstenir de tout sentiment anti-français. Bien que fortement opposés aux pratiques associatives, les Ivoiriens instruits pensaient qu’ils parviendraient à l’égalité avec leurs pairs français par l’assimilation plutôt que par une indépendance totale de la France. Cependant, après la mise en œuvre de la doctrine de l’assimilation à travers les réformes d’après-guerre, les dirigeants ivoiriens ont réalisé que même l’assimilation impliquait la supériorité des Français sur les Ivoiriens. Certains d’entre eux pensaient que la discrimination et l’inégalité politique ne prendraient fin qu’avec l’indépendance; d’autres pensaient que le problème de la division entre la culture tribale et la modernité se poursuivrait.

Indépendance

Félix Houphouët-Boigny, fils d’un chef baoulé, est devenu le père de l’indépendance de la Côte d’Ivoire. En 1944, il a formé le premier syndicat agricole du pays pour les producteurs de cacao africains comme lui. Furieux que la politique coloniale favorise les propriétaires de plantations français, les membres du syndicat se sont unis pour recruter des travailleurs migrants pour leurs propres exploitations. Houphouët-Boigny a rapidement pris de l’importance et en moins d’un an a été élu au Parlement français à Paris. Un an plus tard, les Français ont aboli le travail forcé. Houphouët-Boigny a établi une relation forte avec le gouvernement français, exprimant la conviction que la Côte d’Ivoire bénéficierait de la relation, ce qu’elle a fait pendant de nombreuses années. La France l’a nommé ministre, le premier Africain à devenir ministre dans un gouvernement européen. Un tournant dans les relations avec la France a été atteint avec la loi de 1956 sur la réforme de l’outre-mer, qui a transféré un certain nombre de pouvoirs de Paris aux gouvernements territoriaux élus de l’Afrique occidentale française et a également supprimé les inégalités de vote restantes. En 1958, la Côte d’Ivoire est devenue un membre autonome de la Communauté française, qui avait remplacé l’Union française. A l’indépendance (1960), le pays était facilement le plus prospère de l’Afrique de l’Ouest française, contribuant à plus de 40% des exportations totales de la région. Lorsque Houphouët-Boigny est devenu le premier président, son gouvernement a offert aux agriculteurs de bons prix pour leurs produits afin de stimuler davantage la production, ce qui a été stimulé par une importante immigration de travailleurs des pays voisins. La production de café a considérablement augmenté, propulsant la Côte d’Ivoire au troisième rang de la production mondiale, derrière le Brésil et la Colombie. En 1979, le pays était le premier producteur mondial de cacao. Il est également devenu le premier exportateur africain d’ananas et d’huile de palme. Des techniciens français ont contribué au «miracle ivoirien». Dans d’autres pays africains, les gens ont chassé les Européens après l’indépendance, mais en Côte d’Ivoire, ils ont afflué. La communauté française est passée de seulement 30 000 avant l’indépendance à 60 000 en 1980, pour la plupart des enseignants, des gestionnaires et des conseillers. Pendant 20 ans, l’économie a maintenu un taux de croissance annuel de près de 10%, le plus élevé des pays africains non exportateurs de pétrole.

Administration Houphouët-Boigny

Le régime de parti unique de Houphouët-Boigny n’était pas susceptible de compétition politique. Laurent Gbagbo, qui allait devenir président de la Côte d’Ivoire en 2000, a dû fuir le pays dans les années 1980, après avoir provoqué la colère de Houphouët-Boigny en fondant le Front populaire ivoirien. Houphouët-Boigny a misé sur son large appel à la population, qui a continué de l’élire. Il a été critiqué pour son accent sur le développement de projets à grande échelle. Beaucoup estimaient que les millions de dollars dépensés pour transformer son village natal, Yamoussoukro, en nouvelle capitale politique étaient gaspillés ; d’autres ont soutenu sa vision de développer un centre pour la paix, l’éducation et la religion au cœur du pays. Au début des années 80, la récession mondiale et une sécheresse locale ont provoqué des ondes de choc dans l’économie ivoirienne. En raison de la surexploitation du bois et de l’effondrement des prix du sucre, la dette extérieure du pays a triplé. Le crime a augmenté de façon spectaculaire à Abidjan, car un afflux de villageois a exacerbé le chômage provoqué par la récession. En 1990, des centaines de fonctionnaires se sont mis en grève, rejoints par des étudiants pour protester contre la corruption institutionnelle. Les troubles ont forcé le gouvernement à soutenir la démocratie multipartite. Houphouët-Boigny est devenu de plus en plus faible et est décédé en 1993. Il a favorisé Henri Konan Bédié comme son successeur.

Administration Bédié

En octobre 1995, Bédié a été massivement réélu contre une opposition fragmentée et désorganisée. Il a resserré son emprise sur la vie politique, emprisonnant plusieurs centaines de partisans de l’opposition. En revanche, les perspectives économiques se sont améliorées, du moins superficiellement, avec une baisse de l’inflation et une tentative de désendettement extérieur.

Contrairement à Houphouët-Boigny, qui a fait très attention à éviter tout conflit ethnique et a laissé l’accès aux postes administratifs ouverts aux immigrés des pays voisins, Bedié a insisté sur le concept d’Ivoirité pour exclure son rival Alassane Ouattara, qui avait deux parents du nord de la Côte d’Ivoire, de se présenter future élection présidentielle. Étant donné que les personnes originaires de pays étrangers constituent une grande partie de la population ivoirienne, cette politique excluait de nombreuses personnes de nationalité ivoirienne et les relations entre les différents groupes ethniques se sont tendues, ce qui a entraîné deux guerres civiles au cours des décennies suivantes.

Coup d’État militaire de 1999

De même, Bedié a exclu de nombreux opposants potentiels de l’armée. Fin 1999, un groupe d’officiers mécontents a organisé un coup d’État militaire, mettant le général Robert Guéï au pouvoir. Bedié s’est enfui en exil en France. La nouvelle direction a réduit la criminalité et la corruption, et les généraux ont fait pression pour l’austérité et ont fait campagne dans les rues pour une société moins gaspilleuse.

Administration de Gbagbo

Une élection présidentielle a eu lieu en octobre 2000 au cours de laquelle Laurent Gbagbo a rivalisé avec Guéï, mais ce n’était pas pacifique. La préparation des élections a été marquée par des troubles militaires et civils. Suite à un soulèvement public qui a fait environ 180 morts, Guéï a été rapidement remplacé par Gbagbo. Alassane Ouattara a été disqualifié par la Cour suprême du pays en raison de sa prétendue nationalité burkinabé. La constitution actuelle et réformée plus tard ne permettait pas aux non-citoyens de se présenter à la présidence. Cela a déclenché de violentes manifestations au cours desquelles ses partisans, principalement du nord du pays, ont combattu la police anti-émeute dans la capitale, Yamoussoukro.

Guerre civile ivoirienne

Aux premières heures du 19 septembre 2002, alors que le président se trouvait en Italie, un soulèvement armé s’est produit. Les troupes qui devaient être démobilisées se sont mutinées, lançant des attaques dans plusieurs villes. La bataille pour la caserne principale de gendarmerie à Abidjan a duré jusqu’au milieu de la matinée, mais à l’heure du déjeuner, les forces gouvernementales avaient sécurisé Abidjan. Ils avaient perdu le contrôle du nord du pays et les forces rebelles ont fait leur forteresse dans la ville de Bouaké, dans le nord du pays. Les rebelles ont menacé de repartir pour Abidjan, et la France a déployé des troupes depuis sa base dans le pays pour arrêter leur progression. Les Français ont déclaré qu’ils protégeaient leurs propres citoyens du danger, mais leur déploiement a également aidé les forces gouvernementales. Le fait que les Français aidaient l’une ou l’autre partie n’était pas établi comme un fait; mais chaque camp accusait les Français de soutenir le camp opposé. La question de savoir si les actions françaises ont amélioré ou aggravé la situation à long terme est contestée. Ce qui s’est exactement passé cette nuit-là est également contesté. Le gouvernement a affirmé que l’ancien président Robert Guéï avait mené une tentative de coup d’État, et la télévision d’État a montré des photos de son cadavre dans la rue; Les demandes reconventionnelles ont déclaré que lui et 15 autres personnes avaient été assassinés à son domicile et que son corps avait été transporté dans les rues pour l’incriminer. Alassane Ouattara s’est réfugié à l’ambassade d’Allemagne ; sa maison avait été incendiée. Le président Gbagbo a interrompu son voyage en Italie et, à son retour, a déclaré, dans une allocution télévisée, que certains rebelles se cachaient dans les bidonvilles où vivaient des travailleurs migrants étrangers. Des gendarmes et des justiciers ont rasé et brûlé des milliers de maisons, attaquant les habitants. Un cessez-le-feu précoce avec les rebelles, qui avait le soutien d’une grande partie de la population du nord, s’est avéré de courte durée, et les combats sur les principales régions productrices de cacao ont repris. La France a envoyé des troupes pour maintenir les frontières du cessez-le-feu et des milices, y compris des chefs de guerre et des combattants du Libéria et de la Sierra Leone, ont profité de la crise pour s’emparer de parties de l’ouest.

2002 Unity Government

En janvier 2003, Gbagbo et les chefs rebelles ont signé des accords créant un « gouvernement d’unité nationale ». Les couvre-feux ont été levés et les troupes françaises ont patrouillé la frontière ouest du pays. Le gouvernement d’unité était instable et des problèmes centraux persistaient, aucune des deux parties n’atteignant ses objectifs. En mars 2004, 120 personnes ont été tuées lors d’un rassemblement de l’opposition, et la violence de la foule qui a suivi a conduit à l’évacuation de ressortissants étrangers. Un rapport ultérieur a conclu que les tueries étaient prévues. Bien que des soldats de la paix des Nations Unies aient été déployés pour maintenir une « zone de confiance », les relations entre Gbagbo et l’opposition ont continué de se détériorer. Début novembre 2004, après l’échec effectif de l’accord de paix car les rebelles ont refusé de désarmer, Gbagbo a ordonné des frappes aériennes contre les rebelles. Au cours d’une de ces frappes aériennes à Bouaké, le 6 novembre 2004, des soldats français ont été touchés et neuf tués ; le gouvernement ivoirien a dit que c’était une erreur, mais les Français ont affirmé que c’était délibéré. Ils ont réagi en détruisant la plupart des avions militaires ivoiriens (deux Su-25 et cinq hélicoptères), et de violentes émeutes de représailles contre les Français ont éclaté à Abidjan. Le mandat initial de Gbagbo en tant que président a expiré le 30 octobre 2005, mais en raison du manque de désarmement, une élection a été jugée impossible, de sorte que son mandat a été prolongé pour un maximum d’un an, selon un plan élaboré par l’Union africaine et approuvée par le Conseil de sécurité des Nations Unies. La date butoir de fin octobre approchant en 2006, l’élection était considérée comme très peu susceptible d’être organisée à ce moment-là, et l’opposition et les rebelles ont rejeté la possibilité d’une nouvelle prolongation du mandat de Gbagbo. Le Conseil de sécurité de l’ONU a approuvé une nouvelle prolongation d’un an du mandat de Gbagbo le 1er novembre 2006; cependant, la résolution prévoyait le renforcement des pouvoirs du Premier ministre Charles Konan Banny. Gbagbo a déclaré le lendemain que les éléments de la résolution considérés comme des violations constitutionnelles ne seraient pas appliqués. Un accord de paix entre le gouvernement et les rebelles, ou Forces nouvelles, a été signé le 4 mars 2007, puis Guillaume Soro, chef des Forces nouvelles, est devenu Premier ministre. Ces événements ont été considérés par certains observateurs comme renforçant considérablement la position de Gbagbo. Selon l’UNICEF, à la fin de la guerre civile, les infrastructures d’eau et d’assainissement avaient été considérablement endommagées. Les communautés à travers le pays ont dû réparer leur approvisionnement en eau.

Élection 2010

Les élections présidentielles qui auraient dû être organisées en 2005 ont été reportées à novembre 2010. Les résultats préliminaires annoncés de manière indépendante par le président de la Commission électorale du siège de Ouattara en raison de la fraude au sein de cette commission. Ils ont montré une perte pour Gbagbo en faveur de l’ancien Premier ministre Alassane Ouattara. Le FPI au pouvoir a contesté les résultats devant le Conseil constitutionnel, accusant la fraude massive dans les départements du nord contrôlés par les rebelles des Forces nouvelles. Ces accusations ont été contredites par les observateurs des Nations Unies (contrairement aux observateurs de l’Union africaine). Le rapport des résultats a provoqué de graves tensions et des incidents violents. Le Conseil constitutionnel, qui était composé de partisans de Gbagbo, a déclaré illégaux les résultats de sept départements du Nord et que Gbagbo avait remporté les élections avec 51% des voix – au lieu de Ouattara avec 54%, comme l’a rapporté la Commission électorale. Après l’inauguration de Gbagbo, Ouattara qui a été reconnu comme le vainqueur par la plupart des pays et les Nations Unies – a organisé une inauguration alternative. Ces événements ont fait craindre une résurgence de la guerre civile ; des milliers de réfugiés ont fui le pays. L’Union africaine a envoyé Thabo Mbeki, ancien président de l’Afrique du Sud, pour arbitrer le conflit. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté une résolution reconnaissant Alassane Ouattara vainqueur des élections, sur la base de la position de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, qui a suspendu la Côte d’Ivoire de tous ses organes de décision, tandis que l’Union africaine a également suspendu l’adhésion du pays. En 2010, un colonel des forces armées ivoiriennes, Nguessan Yao, a été arrêté à New York dans le cadre d’une opération américaine d’immigration et d’application des douanes d’un an chargée de se procurer et d’exporter illégalement des armes et des munitions : 4 000 armes de poing de 9 mm, 200 000 cartouches de munitions et 50 000 grenades lacrymogènes, en violation d’un embargo de l’ONU. Plusieurs autres officiers de la Côte d’Ivoire ont été libérés parce qu’ils avaient un passeport diplomatique. Son complice, Michael Barry Shor, un commerçant international, était situé en Virginie.

Guerre civile 2011

L’élection présidentielle de 2010 a conduit à la crise ivoirienne de 2010-2011 et à la deuxième guerre civile ivoirienne. Les organisations internationales ont signalé de nombreuses violations des droits de l’homme par les deux parties. Dans la ville de Duékoué, des centaines de personnes ont été tuées. À Bloléquin, à proximité, des dizaines de personnes ont été tuées. L’ONU et les forces françaises ont mené une action militaire contre Gbagbo. Gbagbo a été arrêté après une descente dans sa résidence le 11 avril 2011. Le pays a été gravement endommagé par la guerre, et il a été observé que Ouattara avait hérité d’un formidable défi pour reconstruire l’économie et réunir les Ivoiriens. Gbagbo a été emmené devant la Cour pénale internationale de La Haye en janvier 2016. Il a été déclaré acquitté par le tribunal mais a été libéré sous condition en janvier 2019. La Belgique a été désignée comme pays hôte.

La politique de la Côte d’Ivoire

Le gouvernement est divisé en trois branches : le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire. Le Parlement de Côte d’Ivoire est composé du Sénat élu indirectement et de l’Assemblée nationale qui compte 255 membres élus pour un mandat de cinq ans. Depuis 1983, la capitale de la Côte d’Ivoire est Yamoussoukro, tandis qu’Abidjan en est le centre administratif. La plupart des pays maintiennent leurs ambassades à Abidjan. La population ivoirienne a souffert de la guerre civile en cours. Les organisations internationales des droits de l’homme ont noté des problèmes avec le traitement des non-combattants captifs des deux côtés et la réapparition de l’esclavage des enfants dans la production de cacao. Bien que la plupart des combats aient pris fin fin 2004, le pays est resté divisé en deux, le nord étant contrôlé par les Forces nouvelles. Une nouvelle élection présidentielle devait se tenir en octobre 2005, et les partis rivaux ont convenu en mars 2007 de procéder, mais elle a continué d’être reportée à novembre 2010 en raison de retards dans sa préparation. Des élections ont finalement eu lieu en 2010. Le premier tour des élections s’est déroulé dans le calme et a été largement salué comme libre et équitable. Les ruissellements ont eu lieu le 28 novembre 2010, après avoir été retardés d’une semaine par rapport à la date d’origine du 21 novembre. Laurent Gbagbo en tant que président s’est présenté contre l’ancien Premier ministre Alassane Ouattara. Le 2 décembre, la Commission électorale a déclaré que Ouattara avait remporté l’élection par une marge de 54% à 46%. En réponse, le Conseil constitutionnel aligné sur Gbagbo a rejeté la déclaration et le gouvernement a annoncé que les frontières du pays avaient été scellées. Un porte-parole de l’armée ivoirienne a déclaré: « La frontière aérienne, terrestre et maritime du pays est fermée à tout mouvement de personnes et de marchandises. »

L’économie de la Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire a, pour la région, un revenu par habitant relativement élevé (1 662 $ US en 2017) et joue un rôle clé dans le commerce de transit pour les pays voisins sans littoral. Le pays est la plus grande économie de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, constituant 40% du PIB total de l’union monétaire. Le pays est le plus grand exportateur mondial de fèves de cacao et le quatrième exportateur de marchandises, en général, en Afrique subsaharienne (après l’Afrique du Sud, le Nigéria et l’Angola).  En 2009, les producteurs de fèves de cacao ont gagné 2,53 milliards de dollars pour les exportations de cacao et devraient produire 630 000 tonnes métriques en 2013. Selon la société Hershey, le prix des fèves de cacao devrait augmenter considérablement au cours des prochaines années. La Côte d’Ivoire compte également 100 000 producteurs de caoutchouc qui ont gagné un total de 105 millions de dollars en 2012.

Des liens étroits avec la France depuis l’indépendance en 1960, la diversification des exportations agricoles et l’encouragement des investissements étrangers ont été des facteurs de la croissance économique de la Côte d’Ivoire. Ces dernières années, la Côte d’Ivoire a été soumise à une concurrence accrue et à une baisse des prix sur le marché mondial pour ses principales cultures agricoles : le café et le cacao. Cette situation, combinée à une forte corruption interne, rend la vie difficile au cultivateur, à ceux qui exportent vers les marchés étrangers et à la main-d’œuvre, dans la mesure où des cas de travail sous contrat ont été signalés dans la production de cacao et de café du pays dans chaque édition du département américain de la Liste des biens produits par le travail des enfants ou le travail forcé depuis 2009. L’économie de la Côte d’Ivoire a connu une croissance plus rapide que celle de la plupart des autres pays africains depuis l’indépendance. Une raison possible à cela pourrait être les taxes sur l’agriculture d’exportation. La Côte d’Ivoire, le Nigéria et le Kenya faisaient exception, car leurs dirigeants étaient eux-mêmes de grands producteurs de cultures commerciales et les pays nouvellement indépendants ont cessé d’imposer des taux pénaux d’imposition sur l’agriculture d’exportation, si bien que leur économie se portait bien.

La démographie de la Côte d’Ivoire

Le premier recensement national de la Côte d’Ivoire en 1975 a dénombré 6,7 millions d’habitants. Jusqu’en 1998, la population du pays était passée à 15 366 672  20 617 068 en 2009 et 23 919 000 en juillet 2014. Selon l’enquête gouvernementale de 2012, le taux de fécondité était de 5,0 enfants nés par femme, avec 3,7 en zone urbaine et 6,3 en zone rurale.

L’éducation de la Côte d’Ivoire

Une grande partie de la population adulte, en particulier les femmes, est analphabète. De nombreux enfants entre 6 et 10 ans ne sont pas scolarisés. La majorité des élèves du secondaire sont des hommes. À la fin de l’enseignement secondaire, les élèves peuvent passer l’examen du baccalauréat. Le pays compte un certain nombre d’universités, comme l’Université de Cocody à Abidjan et l’Université de Bouaké à Bouaké. En 2012, 57 541 étudiants étaient inscrits au niveau post-secondaire, 23 008 étudiants en licence ou master et 269 doctorants. Les inscriptions dans l’enseignement supérieur ont souffert pendant la crise politique, passant de 9,03% à 4,46% de la cohorte des 18 à 25 ans entre 2009 et 2012.

Les langues de la Côte d’Ivoire

Le français, langue officielle, est enseigné dans les écoles et sert de lingua franca dans le pays. On estime que 70 langues sont parlées en Côte d’Ivoire. L’une des plus courantes est la dyula, qui sert de langue commerciale, ainsi que de langue couramment parlée par la population musulmane.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés