Afrique australe
2 janvier 2020

Madagascar : en 2020, les fonctionnaires voient leurs salaires rehausser de 13%

Antananarivo (© 2020 Afriquinfos)- C’est l’annonce faite par le Président malgache, Andry Rajoelina lors de son message du Nouvel An à […]

12 décembre 2019 Afrique australe

En attendant leur rétrocession, Madagascar inscrit les îles Eparses dans sa Constitution

Antananarivo (© 2019 Afriquinfos)- Les autorités malgaches comptent bien menées jusqu’au bout leur combat afin que les îles Eparses leurs […]

Lire la suite »
31 octobre 2019 Afrique australe

Une campagne de désinformation menée depuis la Russie visant l’Afrique dénoncée par Facebook

Moscou (© 2019 Afriquinfos)–  Un proche du président russe, Evguéni Prigojine, a été épinglé par Facebook. Celui-ci serait associé à […]

Lire la suite »
13 septembre 2019 Afrique australe

Marc Ravalomanana abandonne la course à la Mairie d’Antananarivo

Antananarivo (© 2019 Afriquinfos)- Il y a quelques heures encore, il était en lice pour briguer la Mairie d’Antananarivo. Marc […]

Lire la suite »
26 août 2019 Afrique australe

Raoul Rabekoto, nouveau président de la Fédération malgache de football

Antananarivo (© 2019 Afriquinfos)– Fin du mandat du Comité de Normalisation mis en place depuis 2018 à la Fédération Malgache […]

Lire la suite »
8 août 2019 Afrique australe

Madagascar: Découverte du corps d’une étudiante britannique qui avait sauté d’un avion

ANTANANARIVO (© 2019 AFP) – Le corps d’une étudiante Le corps d’une étudiante britannique qui avait sauté d’un avion en […]

Lire la suite »
6 août 2019 Madagascar

Le pape François en visite à Madagascar du 06 au 09 septembre prochain

Lire la suite »
7 juillet 2019 Afrique australe

CAN 2019: Madagascar en quarts, l’aventure des Zébus continue

LE CAIRE (© 2019 AFP) – On n’arrête plus les Zébus. Madagascar, novice à la Coupe de Afrique des nations, […]

Lire la suite »
1 juillet 2019 Afrique australe

Football : Madagascar, 1er néophyte en CAN à finir le 1er tour avec 7 points depuis 1963

Alexandrie (© 2019 Afriquinfos)- Le rêve éveillé se poursuit pour Madagascar. Pour leur toute première participation à une Coupe d’Afrique […]

Lire la suite »
17 décembre 2018 Afrique australe

Madagascar/Présidentielle : à  J-3  du deuxième tour, Ravalomanana et Rajoelina se sont livrés un « combat télévisé »

Antananarivo (© 2018 Afriquinfos)-  Arrivés respectivement, premier et deuxième du 1er tour de l’élection présidentielle malgache, Andry Rajoelina et Marc […]

Lire la suite »
16 novembre 2018 Madagascar

Madagascar/Présidentielle : les résultats partiels laissent profiler un 2ème tour Rajoelina-Ravalomanana

Antananarivo (© 2018 Afriquinfos)- Après le dépouillement des bulletins de 82% des bureaux de vote, les deux anciens présidents Andry […]

Lire la suite »
9 novembre 2018 Madagascar

Madagascar-Résultats partiels : Rajoelina et Ravalomanana se tiennent dans un mouchoir de poche

Antananarivo © 2018 Afriquinfos)- La présidentielle sur la Grande Ile se joueront entre Andry Rajoelina et larc Ravalomana. Les deux […]

Lire la suite »
7 novembre 2018 Madagascar

Madagascar/Présidentielle : Jour d’élection sur la Grande Ile

Antananarivo © 2018 Afriquinfos)- Ce mercredi 07 novembre, les Malgaches en âge de voter convergent vers les bureaux de vote […]

Lire la suite »
6 juillet 2018 Madagascar

Madagascar bénéficie du soutien de l’Union Européenne pour son processus électoral

Antananarivo (© 2018 Afriquinfos)-L’Union Européenne a officialisé ce jour sa participation au Fonds commun du projet de Soutien Au Cycle […]

Lire la suite »
27 juin 2018 Madagascar

Le Madagascar déclaré officiellement « Pays Libre de la Polio »

Antananarivo (© 2018 Afriquinfos) – Le Madagascar a été déclaré officiellement « Polio Free », ou Pays libéré de la […]

Lire la suite »
13 juin 2018 Madagascar

Madagascar : le nouveau gouvernement très mal accueilli par les manifestants

Antananarivo (© 2018 Afriquinfos) –« Monstre à sept têtes », « recyclage d’anciens ministres », « ministres corrompus redoublants »: le gouvernement d’union nationale censé sortir […]

Lire la suite »
9 janvier 2018 Madagascar

Madagascar : L’Organisation mondiale de la Santé veut éliminer la peste

Antananarivo, (© Afriquinfos 2018)- « Madagascar peut faire disparaître à tout jamais les épidémies de peste grâce à des investissements […]

Lire la suite »
13 octobre 2017 Madagascar

Madagascar : l’ancien président Albert Zafy n’est plus

Antananarivo (© Afriquinfos 2017)- L’un des anciens présidents malgache Albert Zafy est décédé ce vendredi d’une courte maladie qui aura […]

Lire la suite »
28 septembre 2017 Madagascar

Madagascar : Une épidémie de peste fait 10 morts et des dizaines de cas confirmés

Antananarivo (© Afriquinfos 2017–  La saison pesteuse déclarée depuis quelques mois au Madagascar a causé la mort de 10 personnes et […]

Lire la suite »
6 avril 2017 Madagascar

L’élection à la Présidence de Ahmad Ahmad à la CAF : « A l’image de l’émergence de Madagascar au plan sportif »

Antananarivo (© Afriquinfos 2017) – Pour le Président Rajaonarimampianina, l’élection d’un des fils du pays à la tête de la […]

Lire la suite »
31 mars 2017 Madagascar

Madagascar : L’union Européenne débloque 1,5 milliard ariary d’aide d’urgence pour venir en aide aux populations victimes du cyclone Enawo

Antananarivo (© 2017 Afriquinfos) –Le cyclone tropical intense Enawo a frappé 13 régions de Madagascar la semaine du 7 mars  […]

Lire la suite »
9 mars 2017 Madagascar

Madagascar: le cyclone Enawo a fait au moins 5 morts et plus de 12 000 sinistrés

Antananarivo (© 2017 Afriquinfos) – Enawo, le cyclone devenu tempête tropicale, continue de faire des dégâts à Madagascar Barrage rompu […]

Lire la suite »
26 novembre 2016 Madagascar

Madagascar : ouverture du 16ème sommet de la Francophonie

Antananarivo (© 2016 Afriquinfos)- Le 16ème  sommet de la Francophonie s’est ouvert ce samedi à Antananarivo, la capitale malgache, avec […]

Lire la suite »
23 novembre 2016 Madagascar

L’ancien ambassadeur du Maroc à Madagascar mêlé dans une affaire de corruption

Antananarivo (© 2016 Afriquinfos) – Le ministère des Affaires étrangères marocain va ouvrir une enquête sur l’ancien ambassadeur marocain à Antananarivo, […]

Lire la suite »
21 novembre 2016 Madagascar

Madagascar : ouverture des 45 ème assises de la Presse Francophone

Antsirabe (© 2016 Afriquinfos)-Le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a ouvert les 45ème Assises de la Presse Francophone à […]

Lire la suite »
Madagascar

Le Maroc et Madagascar désirent renforcer leurs relations économiques

Antananarivo (Afriquinfos 2016) –En marge de la visite du roi Mohammed VI à Madagascar, des opérateurs économiques marocains et malgaches […]

Lire la suite »
20 novembre 2016 Madagascar

Maroc: Mohammed VI en visite à Madagascar, terre d’exil de Mohammed V

Antananarivo (© 2016 Afriquinfos)- Le Roi Mohammed VI est arrivé samedi soir à Antananarivo, pour une visite officielle à Madagascar […]

Lire la suite »
18 novembre 2016 Madagascar

Madagascar : La FAO, le FIDA et le PAM à remportent le prix d’excellence de collaboration 2016

Rome (© 2016 Afriquinfos) – Les représentants de l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO), du Fonds International […]

Lire la suite »
7 novembre 2016 Madagascar

Madagascar : les retombées économiques du Sommet de la Francophonie 2016

Antananarivo (© 2016 Afriquinfos) – Le coup d’envoi du XVIe Sommet de la Francophonie sera donné à Madagascar dans moins […]

Lire la suite »
23 janvier 2016 Madagascar

Madagascar: HVM gagne largement le scrutin sénatorial

Antananarivo (© 2015 Afriquinfos) – Selon les résultats officiels définitifs rendus par la Haute Cour Constitutionnelle vendredi dernier, le parti du président malgache Hery Rajaonarimampianina, le HVM, a remporté une large victoire aux élections sénatoriales du mois dernier.

Lire la suite »
18 décembre 2015 Madagascar

Madagascar: la loi contre le trafic de bois de rose adoptée pour une autre donne?

Antananarivo (© 2015 Afriquinfos) – Longtemps attendue, la loi sur la lutte contre le trafic de bois de rose a été votée ce jeudi soir par l’Assemblée nationale Malgache.

Lire la suite »
27 mai 2015 Madagascar

Madagascar: Hery Rajaonarimampianina conteste sa destitution et se montre serein

ANTANANARIVO (© 2015 Afriquinfos) – Le président malgache a été destitué ce mardi à l’issue d’un vote à l’assemblée nationale. Il ne semble nullement inquiété et il l’a fait savoir à travers une déclaration à la presse ce mercredi. Hery Rajaonarimampianina fonde son espoir sur la Cour constitutionnelle à qui il revient le dernier mot.

Lire la suite »
12 décembre 2014 Madagascar

Madagascar : Le pays abolit la peine de mort

Antananarivo (© 2014 Afriquinfos) – Les députés malgaches ont voté mercredi 10 décembre une loi visant à abolir la peine de mort au Madagascar. Cette peine en vigueur depuis plusieurs années ne serait désormais plus appliquée.

Lire la suite »
16 novembre 2014 Madagascar

Madagascar/Que devient le président déchu Marc Ravalomanana

Antananarivo (© 2014 Afriquinfos) – Depuis que le Président déchu Marc Ravalomanana est de retour à Madagascar, ses compatriotes n’ont aucune nouvelle de lui.

Lire la suite »
11 novembre 2014 Madagascar

Madagascar: Une enquête en cours sur le retour d’exil de Marc Ravalomanana

Antananarivo (© 2014 Afriquinfos) -L’ancien président de Madagascar, Marc Ravalomanana, est rentré au pays lundi dernier après plusieurs années d’exil. Juste après son arrivée, il avait été placé en résidence surveillée à Diego Suarez, «pour sa sécurité», selon la version officielle.

Lire la suite »
25 juillet 2014 Madagascar

Madagascar : Le ministre d’Etat Rakotovao Rivo retire sa plainte contre les deux journalistes

ANTANANARIVO (Xinhua) – Sur ordre du président malgache Hery Rajaonarimampianina, le ministre d’Etat chargé des infrastructures, de l’équipement et de l’aménagement du territoire, Rakotovao Rivo, retire sa plainte contre les deux journalistes placés en détention préventive depuis lundi dernier, selon un communiqué de la présidence publié jeudi soir.

Lire la suite »
23 juillet 2014 Madagascar

Madagascar : Un campus se transforme en champ de bataille

ANTANANARIVO (© 2014 Afriquinfos) – Une manifestation d’étudiant a dégénéré lundi blessant un passant à la tête et faisant de nombreux dégâts matériels.

Lire la suite »
22 juillet 2014 Madagascar

Madagascar : Deux journalistes emprisonnés, un gouvernement inactif

ANTANANARIVO (© 2014 Afriquinfos) – Deux journalistes ont été placé en détention provisoire suite à une plainte pour diffamation déposée par un Ministre. La liberté de la presse n’avance pas à Madagascar.

Lire la suite »
21 juillet 2014 Madagascar

Madagascar : Hausse du prix du gaz de près de 10%

ANTANANARIVO (Xinhua) – Le prix du gaz (gaz de pétrole liquéfié) a augmenté de près de 10% à Madagascar après une pénurie en avril et mai derniers, a annoncé lundi l’Office Malgache des hydrocarbures (OMH).

Lire la suite »
10 juillet 2014 Madagascar

Madagascar : Une nouvelle secousse crée la panique… Ou pas

ANTANANARIVO (© 2014 Afriquinfos) – La capitale malgache, Antananarivo a connu sa deuxième secousse en l’espace de deux mois hier soir.

Lire la suite »
9 juillet 2014 Madagascar

Madagascar : Démission du directeur général de la compagnie aérienne malgache

ANTANANARIVO (Xinhua) – Le directeur général de la compagnie aérienne malgache, Air Madagascar, Hugues Ratsiferana, vient de démissionner de son poste, a indiqué le Conseil d’ administration de la compagnie mardi.

Lire la suite »
Madagascar

Madagascar : Première réunion du Groupe International de Soutien

ANTANANARIVO (Xinhua) – La première réunion du Groupe International de Soutien pour Madagascar (GIS-M) se déroulera mercredi à Antananarivo, la capitale malgache, indique un communiqué officiel publié mardi.

Lire la suite »
8 juillet 2014 Madagascar

Madagascar/Insécurité : Les enlèvements, fléau du pays

ANTANANARIVO (© 2014 Afriquinfos) – A Madagascar, l’insécurité est loin d’être dépassée, surtout pour les étrangers. Effectivement, les ressortissants étrangers sont la cible de nombreux enlèvements afin d’en soutirer des rançons.

Lire la suite »
4 juillet 2014 Madagascar

Madagascar : 4 ministres seulement déclarent leur patrimoine jusqu’ici

ANTANANARIVO (Xinhua) – Quatre ministres seulement sur les 31 membres du gouvernement de Madagascar ont déclaré leur patrimoine auprès du Bureau Indépendant Anti-Corruption (BIANCO) du pays, a indiqué à Xinhua jeudi le responsable de la communication institutionnelle de cette entité, Randriamalala Nirina Zafimaharo.

Lire la suite »
27 juin 2014 Madagascar

Le président malgache sera reçu par le Pape François

ANTANANARIVO (Xinhua) – Le président malgache Hery Rajaonarimampianina se rendra au Vatican ce week-end pour une entrevue avec le Pape François, indique un communiqué de la présidence publié jeudi.

Lire la suite »
Madagascar

Madagascar devient de nouveau un bénéficiaire de l’AGOA

ANTANANARIVO (Xinhua) – Madagascar est désigné de nouveau comme un pays bénéficiaire de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA), loi américaine destinée à faciliter l’accès des produits africains au marché américain, a annoncé jeudi l’ambassade des Etats-Unis à Madagascar.

Lire la suite »
Madagascar

Les Malgaches célèbrent le 54e anniversaire de l’indépendance du pays

ANTANANARIVO (Xinhua) – Les Malgaches a célébré jeudi le 54e anniversaire du retour de l’Indépendance du pays sur tout le territoire national.

Lire la suite »
25 juin 2014 Madagascar

Madagascar : Marc Ravalomanana invité à la célébration de l’indépendance

ANTANANARIVO (Xinhua) – Le président malgache a invité Hery Rajaonarimampianina Marc Ravalomanana, ancien président malgache exilé en Afrique du sud depuis 2009, à assister à la célébaration du 54e anniversaire de l’indépendance de Madagascar, prévue ce jeudi, a-t-on appris du bureau de l’ancien président mercredi.

Lire la suite »
20 juin 2014 Madagascar

Partenariat dans le secteur de la pêche entre Madagascar et l’Union européenne

ANTANANARIVO (© APO) – Les négociations entre Madagascar et l’Union européenne ont abouti à un nouveau protocole d’application de l’accord de Partenariat pour une pêche thonière durable.

Lire la suite »
18 juin 2014 Madagascar

Madagascar vise une crossance de 6% de son agriculture

ANTANANARIVO (Xinhua) – Madagascar ambitonne de porter à 6% le taux de croissance de son agriculture, avec la réalisation du Programme Sectoriel Agriculture, Elevage et Pêche ( PSAEP), établi dans le cadre du Programme Détaillé pour le Développement de l’Agriculture en Afrique (PDDAA), indique mercredi le ministère malgache de l’Agriculture et du Développement rural.

Lire la suite »
1 2 3 28

Madagascar, officiellement la République de Madagascar et précédemment connue sous le nom de République malgache, est un pays insulaire de l’océan Indien, à environ 400 kilomètres (250 miles) au large des côtes de l’Afrique de l’Est. Avec 592 800 kilomètres carrés (228 900 milles carrés), Madagascar est le quatrième plus grand pays insulaire du monde. La nation comprend l’île de Madagascar (la quatrième plus grande île du monde) et de nombreuses petites îles périphériques. Suite à l’éclatement préhistorique du supercontinent Gondwana, Madagascar s’est séparé du sous-continent indien il y a environ 88 millions d’années, permettant aux plantes et animaux indigènes d’évoluer dans un isolement relatif. Par conséquent, Madagascar est un haut lieu de la biodiversité; plus de 90% de sa faune se trouve nulle part ailleurs sur Terre. Les divers écosystèmes et la faune unique de l’île sont menacés par l’empiétement de la population humaine en croissance rapide et d’autres menaces environnementales.

Les preuves archéologiques de la première recherche de nourriture par l’homme à Madagascar remontent à 10 000 ans. L’établissement humain de Madagascar s’est produit entre 350 avant JC et 550 après JC par des peuples austronésiens indianisés, arrivant sur des pirogues à balancier en provenance d’Indonésie. La situation sociale et religieuse de l’Indonésie à cette époque était celle de l’hindouisme et du bouddhisme, ainsi que la culture indonésienne indigène. Ceux-ci ont été rejoints vers le 9ème siècle après JC par des migrants bantous traversant le canal du Mozambique depuis l’Afrique de l’Est. D’autres groupes ont continué à s’installer à Madagascar au fil du temps, chacun apportant une contribution durable à la vie culturelle malgache. L’ethnie malgache est souvent divisée en 18 sous-groupes ou plus, dont les plus importants sont les Merina des hauts plateaux du centre. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’île de Madagascar était gouvernée par un assortiment fragmenté d’alliances sociopolitiques changeantes. À partir du début du 19e siècle, la majeure partie de l’île a été unie et dirigée en tant que Royaume de Madagascar par une série de nobles Merina. La monarchie a pris fin en 1897 lorsque l’île a été absorbée par l’empire colonial français, dont l’île a obtenu son indépendance en 1960. L’État autonome de Madagascar a depuis connu quatre grandes périodes constitutionnelles, appelées républiques. Depuis 1992, la nation est officiellement gouvernée en tant que démocratie constitutionnelle depuis sa capitale à Antananarivo. Cependant, lors d’un soulèvement populaire en 2009, le président Marc Ravalomanana a dû démissionner et le pouvoir présidentiel a été transféré en mars 2009 à Andry Rajoelina. La gouvernance constitutionnelle a été rétablie en janvier 2014, lorsque Hery Rajaonarimampianina a été nommé président à la suite d’une élection de 2013 jugée équitable et transparente par la communauté internationale. Madagascar est membre des Nations Unies, de l’Union africaine (UA), de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et de l’Organisation internationale de la francophonie.

Madagascar fait partie du groupe des pays les moins avancés, selon les Nations Unies. Le malgache et le français sont les deux langues officielles de l’État. La majorité de la population adhère aux croyances traditionnelles, au christianisme ou à une fusion des deux. L’écotourisme et l’agriculture, associés à des investissements plus importants dans l’éducation, la santé et l’entreprise privée, sont des éléments clés de la stratégie de développement de Madagascar. Sous Ravalomanana, ces investissements ont produit une croissance économique substantielle, mais les bénéfices n’ont pas été répartis également dans la population, provoquant des tensions sur l’augmentation du coût de la vie et la baisse du niveau de vie parmi les pauvres et certains segments de la classe moyenne. Depuis 2017, l’économie a été affaiblie par la crise politique de 2009-2013 et la qualité de vie reste faible pour la majorité de la population malgache.

L’histoire de Madagascar

Période au début

Des découvertes archéologiques telles que des marques de coupe sur des os trouvés dans le nord-ouest et des outils en pierre dans le nord-est indiquent que Madagascar a été visitée par des butineurs vers 2000 avant JC. Les premiers humains de l’Holocène auraient pu exister sur l’île il y a 10 500 ans, d’après les sillons trouvés sur les os d’oiseaux d’éléphants laissés par les humains. Cependant, une contre-étude a conclu que les marques d’origine humaine datent d’il y a 1 200 ans au plus tôt, dans lesquelles les dommages osseux susmentionnés peuvent avoir été causés par des charognards, des mouvements du sol ou des coupes du processus d’excavation. Traditionnellement, les archéologues ont estimé que les premiers colons sont arrivés par vagues successives en pirogues à balancier des îles de la Sonde (archipel malais) au cours de la période comprise entre 350 avant JC et 550 après JC, tandis que d’autres se méfient des dates antérieures à 250 après JC. Dans les deux cas, ces dates font de Madagascar la dernière grande masse terrestre sur Terre à être colonisée par les humains, à l’exception de l’Islande et de la Nouvelle-Zélande. À leur arrivée, les premiers colons ont pratiqué l’agriculture sur brûlis pour défricher les forêts tropicales côtières pour les cultiver. Les premiers colons ont rencontré l’abondance de mégafaune à Madagascar, notamment des lémuriens géants, des éléphants, des fosses géantes et l’hippopotame malgache, qui ont depuis disparu à cause de la chasse et de la destruction de leur habitat.En 600 après JC, des groupes de ces premiers colons avaient commencé à défricher les forêts de les hauts plateaux du centre. Les commerçants arabes ont atteint l’île pour la première fois entre le 7e et le 9e siècle. Une vague de migrants bantous d’Afrique du Sud-Est est arrivée vers 1000 après JC. Les marchands tamouls du sud de l’Inde sont arrivés vers le XIe siècle. Ils ont introduit le zébu, un type de bétail à longue corne à bosse, qu’ils gardaient en grands troupeaux. Des rizières irriguées ont été aménagées dans le royaume central des hauts plateaux de Betsileo et ont été étendues avec des rizières en terrasses dans tout le royaume voisin d’Imerina un siècle plus tard. L’intensité croissante de la culture des terres et la demande sans cesse croissante de pâturages pour zébus avaient largement transformé les hautes terres centrales d’un écosystème forestier en prairies au XVIIe siècle. L’histoire orale du peuple Merina, qui est peut-être arrivé dans les hauts plateaux du centre entre 600 et 1 000 ans, décrit la rencontre avec une population établie qu’ils appelaient les Vazimba. Probablement les descendants d’une vague de peuplement austronésienne antérieure et moins avancée sur le plan technologique, les Vazimba ont été assimilés ou expulsés des hautes terres par les rois Merina Andriamanelo, Ralambo et Andrianjaka au XVIe et au début du XVIIe siècles. Aujourd’hui, les esprits des Vazimba sont vénérés comme tompontany (maîtres ancestraux de la terre) par de nombreuses communautés traditionnelles malgaches.

Contacts arabes et européens

Madagascar était un important centre commercial transocéanique reliant les ports de l’océan Indien au début des siècles après l’établissement humain. L’histoire écrite de Madagascar a commencé avec les Arabes, qui ont établi des postes de traite le long de la côte nord-ouest au moins au 10ème siècle et ont introduit l’islam, l’écriture arabe (utilisée pour transcrire la langue malgache dans une forme d’écriture connue sous le nom de sorabe), l’astrologie arabe et d’autres éléments culturels. Le contact européen a commencé en 1500, lorsque le capitaine de la mer portugais Diogo Dias a aperçu l’île, alors qu’il participait à la 2e Armada des Armadas indiens portugais. Les Français ont établi des postes de traite le long de la côte est à la fin du XVIIe siècle. Le Brésil a également été rencontré pour la première fois par des Européens lors du même voyage de la 2e Armada, commandée par Pedro Álvares Cabral. De 1774 à 1824 environ, Madagascar a gagné en importance parmi les pirates et les commerçants européens, en particulier ceux impliqués dans la traite transatlantique des esclaves. La petite île de Nosy Boroha au large de la côte nord-est de Madagascar a été proposée par certains historiens comme site de la légendaire utopie pirate de Libertalia. De nombreux marins européens ont fait naufrage sur les côtes de l’île, dont Robert Drury, dont le journal est l’une des rares représentations écrites de la vie dans le sud de Madagascar au XVIIIe siècle. La richesse générée par le commerce maritime a stimulé la montée des royaumes organisés sur l’île, dont certains étaient devenus assez puissants au XVIIe siècle. Parmi celles-ci figuraient l’alliance Betsimisaraka de la côte orientale et les chefferies Sakalava de Menabe et Boina sur la côte ouest. Le royaume d’Imerina, situé dans les hauts plateaux du centre avec sa capitale au palais royal d’Antananarivo, a émergé à peu près à la même époque sous la direction du roi Andriamanelo.

Royaume de Madagascar

Lors de son émergence au début du XVIIe siècle, le royaume des hautes terres d’Imerina était initialement une puissance mineure par rapport aux plus grands royaumes côtiers et s’est encore affaibli au début du XVIIIe siècle lorsque le roi Andriamasinavalona l’a divisé entre ses quatre fils. Après presque un siècle de guerres et de famine, Imerina a été réunie en 1793 par le roi Andrianampoinimerina (1787–1810). De sa capitale initiale Ambohimanga, et plus tard de la Rova d’Antananarivo, ce roi Merina a rapidement étendu son règne sur les principautés voisines. Son ambition de mettre toute l’île sous son contrôle a été largement réalisée par son fils et successeur, le roi Radama I (1810-1828), qui a été reconnu par le gouvernement britannique comme roi de Madagascar. Radama a conclu un traité en 1817 avec le gouverneur britannique de Maurice pour abolir la lucrative traite des esclaves en échange d’une assistance militaire et financière britannique. Des envoyés missionnaires artisans de la London Missionary Society ont commencé à arriver en 1818 et comprenaient des personnalités telles que James Cameron, David Jones et David Griffiths, qui ont créé des écoles, transcrit la langue malgache en utilisant l’alphabet romain, traduit la Bible et introduit une variété de nouvelles technologies à l’île. Le successeur de Radama, la reine Ranavalona I (1828-1861), a répondu à l’empiètement politique et culturel croissant de la Grande-Bretagne et de la France en publiant un édit royal interdisant la pratique du christianisme à Madagascar et faisant pression sur la plupart des étrangers pour qu’ils quittent le territoire. William Ellis (missionnaire) a décrit ses visites faites pendant son règne dans son livre Three Visits to Madagascar durant les années 1853, 1854 et 1856. Elle a fait un usage intensif de la pratique traditionnelle de la fanompoana (travail forcé comme paiement de l’impôt) pour achever des projets de travaux publics et développer une armée permanente composée de 20 000 à 30 000 soldats Merina, qu’elle a déployés pour pacifier les régions périphériques de l’île et étendre le Royaume de Merina pour englober la majeure partie de Madagascar. Les habitants de Madagascar pourraient s’accuser mutuellement de divers délits, dont le vol, le christianisme et surtout la sorcellerie, pour lesquels le calvaire de tangena était systématiquement obligatoire. Entre 1828 et 1861, l’épreuve de la tangena a causé environ 3 000 morts par an. En 1838, on estimait que jusqu’à 100 000 personnes à Imerina étaient décédées des suites de l’épreuve de tangena, ce qui représentait environ 20% de la population. La combinaison de guerres régulières, de maladies, de travaux forcés difficiles et de mesures de justice rigoureuses a entraîné un taux de mortalité élevé parmi les soldats et les civils au cours de ses 33 ans de règne, la population de Madagascar est passée d’environ 5 millions à 2,5 millions entre 1833 et 1839.

Parmi ceux qui ont continué à résider à Imerina, il y avait Jean Laborde, un entrepreneur qui a développé des munitions et d’autres industries pour le compte de la monarchie, et Joseph-François Lambert, un aventurier et marchand d’esclaves français, avec qui le prince Radama II de l’époque a signé un commerce controversé. accord dénommé la Charte de Lambert. Succédant à sa mère, Radama II (1861-1863) tenta d’assouplir les politiques strictes de la reine, mais fut renversé deux ans plus tard par le Premier ministre Rainivoninahitriniony (1852-1865) et une alliance de courtisans Andriana (noble) et Hova (roturier), qui cherché à mettre fin au pouvoir absolu du monarque. Après le coup d’État, les courtisans offrent à la reine de Radama, Rasoherina (1863-1868), la possibilité de se prononcer, si elle accepte un accord de partage du pouvoir avec le Premier ministre: un nouveau contrat social qui sera scellé par un mariage politique entre eux. La reine Rasoherina accepte, épousant d’abord Rainivoninahitriniony, puis le déposant plus tard et épousant son frère, le premier ministre Rainilaiarivony (1864-1895), qui épousera ensuite la reine Ranavalona II (1868-1883) et la reine Ranavalona III (1883-1897) en Succession. Au cours du mandat de 31 ans de Rainilaiarivony comme Premier ministre, de nombreuses politiques ont été adoptées pour moderniser et consolider le pouvoir du gouvernement central. Des écoles ont été construites dans toute l’île et la fréquentation est devenue obligatoire. L’organisation de l’armée a été améliorée et des consultants britanniques ont été employés pour former et professionnaliser les soldats. La polygamie a été proscrite et le christianisme, déclaré religion officielle de la cour en 1869, a été adopté aux côtés des croyances traditionnelles d’une partie croissante de la population. Les codes juridiques ont été réformés sur la base de la common law britannique et trois tribunaux de style européen ont été créés dans la capitale. Dans son rôle conjoint de commandant en chef, Rainilaiarivony a également assuré avec succès la défense de Madagascar contre plusieurs incursions coloniales françaises.

Colonisation française

Principalement au motif que la Charte de Lambert n’avait pas été respectée, la France a envahi Madagascar en 1883 lors de ce qui est devenu la première guerre franco-hova. À la fin de la guerre, Madagascar a cédé la ville portuaire d’Antsiranana (Diego Suarez) au nord de la France et a payé 560 000 francs aux héritiers de Lambert. En 1890, les Britanniques ont accepté l’imposition formelle complète d’un protectorat français sur l’île, mais l’autorité française n’a pas été reconnue par le gouvernement de Madagascar. Pour forcer la capitulation, les Français bombardèrent et occupèrent le port de Toamasina sur la côte est et de Mahajanga sur la côte ouest, en décembre 1894 et janvier 1895 respectivement. Une colonne de vol militaire française a ensuite marché vers Antananarivo, perdant de nombreux hommes à cause du paludisme et d’autres maladies. Des renforts sont venus d’Algérie et d’Afrique subsaharienne. En atteignant la ville en septembre 1895, la colonne a bombardé le palais royal avec de l’artillerie lourde, causant de lourdes pertes et conduisant la reine Ranavalona III à se rendre. La France annexa Madagascar en 1896 et déclara l’île colonie l’année suivante, dissolvant la monarchie Merina et envoyant la famille royale en exil à la Réunion et en Algérie. Un mouvement de résistance de deux ans organisé en réponse à la prise française du palais royal est effectivement mis fin à la fin de 1897.

Sous la domination coloniale, des plantations ont été établies pour la production d’une variété de cultures d’exportation. L’esclavage a été aboli en 1896 et environ 500 000 esclaves ont été libérés; beaucoup sont restés chez leurs anciens maîtres comme domestiques ou comme métayers; dans de nombreuses parties de l’île, de fortes opinions discriminatoires à l’égard des descendants d’esclaves sont toujours d’actualité. De larges boulevards pavés et des lieux de rassemblement ont été construits dans la capitale Antananarivo et le complexe du palais Rova a été transformé en musée. Des écoles supplémentaires ont été construites, en particulier dans les zones rurales et côtières où les écoles de la Merina n’étaient pas encore arrivées. L’éducation est devenue obligatoire entre 6 et 13 ans et s’est concentrée principalement sur la langue française et les compétences pratiques. La tradition royale Merina d’impôts payés sous forme de travail a été maintenue sous les Français et utilisée pour construire un chemin de fer et des routes reliant les principales villes côtières à Antananarivo. Les troupes malgaches ont combattu pour la France pendant la Première Guerre mondiale. Dans les années 1930, les penseurs politiques nazis ont élaboré le plan de Madagascar qui avait identifié l’île comme un site potentiel pour la déportation des Juifs d’Europe. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’île a été le site de la bataille de Madagascar entre le gouvernement de Vichy et les Britanniques. L’occupation de la France pendant la Seconde Guerre mondiale a terni le prestige de l’administration coloniale à Madagascar et galvanisé le mouvement indépendantiste croissant, conduisant au soulèvement malgache de 1947. Ce mouvement a conduit les Français à créer des institutions réformées en 1956 sous la Loi Cadre (Overseas Reform Act), et Madagascar a progressé pacifiquement vers l’indépendance. La République malgache a été proclamée le 14 octobre 1958 comme État autonome au sein de la Communauté française. Une période de gouvernement provisoire prit fin avec l’adoption d’une constitution en 1959 et l’indépendance totale le 26 juin 1960.

État indépendant

Depuis la reprise de son indépendance, Madagascar est passée par quatre républiques avec des révisions correspondantes de sa constitution. La Première République (1960-1972), sous la direction du président français Philibert Tsiranana, a été caractérisée par la poursuite de liens économiques et politiques étroits avec la France. De nombreux postes techniques de haut niveau ont été pourvus par des expatriés français et les enseignants, manuels et programmes scolaires français ont continué d’être utilisés dans les écoles du pays. Le ressentiment populaire à l’égard de la tolérance de Tsiranana pour cet arrangement « néocolonial » a inspiré une série de protestations d’agriculteurs et d’étudiants qui ont renversé son administration en 1972. Gabriel Ramanantsoa, ​​général de division, a été nommé président et premier ministre par intérim la même année, mais la faible approbation du public l’a contraint à démissionner en 1975. Le colonel Richard Ratsimandrava, nommé pour lui succéder, a été assassiné six jours après son entrée en fonction. Le général Gilles Andriamahazo a régné sur Ratsimandrava pendant quatre mois avant d’être remplacé par un autre nommé militaire: le vice-amiral Didier Ratsiraka, qui a inauguré la Deuxième République socialiste-marxiste qui a fonctionné sous son mandat de 1975 à 1993. Cette période a vu un alignement politique sur les pays du bloc de l’Est et un glissement vers l’insularité économique. Ces politiques, conjuguées aux pressions économiques résultant de la crise pétrolière de 1973, ont entraîné l’effondrement rapide de l’économie de Madagascar et une forte baisse du niveau de vie, et le pays était devenu complètement en faillite en 1979. L’administration de Ratsiraka a accepté les conditions de transparence, -les mesures de lutte contre la corruption et les politiques de libre marché imposées par le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et divers donateurs bilatéraux en échange de leur renflouement de l’économie brisée du pays.

La baisse de popularité de Ratsiraka à la fin des années 80 a atteint un point critique en 1991 lorsque les gardes présidentiels ont ouvert le feu sur des manifestants non armés lors d’un rassemblement. En deux mois, un gouvernement de transition a été mis en place sous la direction d’Albert Zafy (1993-1996), qui a remporté les élections présidentielles de 1992 et inauguré la Troisième République (1992-2010). La nouvelle constitution de Madagascar a instauré une démocratie multipartite et une séparation des pouvoirs qui ont placé un contrôle important entre les mains de l’Assemblée nationale. La nouvelle constitution met également l’accent sur les droits de l’homme, les libertés sociales et politiques et le libre-échange. Le mandat de Zafy, cependant, a été entaché par le déclin économique, les allégations de corruption et son introduction d’une législation pour se donner plus de pouvoirs. Il a donc été destitué en 1996 et un président par intérim, Norbert Ratsirahonana, a été nommé pour les trois mois précédant la prochaine élection présidentielle. Ratsiraka a ensuite été réélu au pouvoir sur une plateforme de décentralisation et de réformes économiques pour un second mandat qui a duré de 1996 à 2001. Les élections présidentielles contestées de 2001 au cours desquelles le maire d’Antananarivo, Marc Ravalomanana, est finalement sorti vainqueur, ont provoqué une impasse de sept mois en 2002 entre les partisans de Ravalomanana et de Ratsiraka. L’impact économique négatif de la crise politique a été progressivement surmonté par les politiques économiques et politiques progressistes de Ravalomanana, qui ont encouragé les investissements dans l’éducation et l’écotourisme, facilité l’investissement étranger direct et entretenu des partenariats commerciaux aux niveaux régional et international. Le PIB national a augmenté à un taux moyen de 7% par an sous son administration. Au cours de la deuxième moitié de son deuxième mandat, Ravalomanana a été critiqué par des observateurs nationaux et internationaux qui l’ont accusé d’augmenter l’autoritarisme et la corruption. Le chef de l’opposition et alors maire d’Antananarivo, Andry Rajoelina, a dirigé un mouvement au début de 2009 dans lequel Ravalomanana a été chassé du pouvoir dans un processus inconstitutionnel largement condamné comme un coup d’État. En mars 2009, Rajoelina a été déclarée par la Cour suprême président de la Haute Autorité de transition, un organe directeur intérimaire chargé de diriger le pays vers les élections présidentielles. En 2010, une nouvelle constitution a été adoptée par référendum, établissant une quatrième République, qui a maintenu la structure démocratique multipartite établie dans la constitution précédente. Hery Rajaonarimampianina a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle de 2013, que la communauté internationale a jugée juste et transparente.

La politique de Madagascar

Depuis que Madagascar a obtenu son indépendance de la France en 1960, les transitions politiques de l’île ont été marquées par de nombreuses protestations populaires, plusieurs élections contestées, une destitution, deux coups d’État militaires et un assassinat. Les crises politiques récurrentes de l’île se prolongent souvent, avec des effets néfastes sur l’économie locale, les relations internationales et le niveau de vie malgache. L’affrontement de huit mois entre le président sortant Ratsiraka et le concurrent Marc Ravalomanana à la suite des élections présidentielles de 2001 a coûté à Madagascar des millions de dollars en recettes touristiques et commerciales ainsi qu’en dommages aux infrastructures, tels que des ponts bombardés et des bâtiments endommagés par un incendie criminel. Une série de manifestations dirigées par Andry Rajoelina contre Ravalomanana au début de 2009 est devenue violente, avec plus de 170 personnes tuées. La politique moderne à Madagascar est colorée par l’histoire de l’assujettissement de Merina des communautés côtières sous leur domination au 19ème siècle. La tension qui en résulte entre les populations des montagnes et des côtes s’est périodiquement transformée en événements de violence isolés.

Madagascar a toujours été perçue comme étant en marge des affaires africaines dominantes, en dépit d’être un membre fondateur de l’Organisation de l’unité africaine, qui a été créée en 1963 et dissoute en 2002 pour être remplacée par l’Union africaine. Madagascar n’a pas été autorisé à assister au premier sommet de l’Union africaine en raison d’un différend sur les résultats de l’élection présidentielle de 2001, mais a rejoint l’Union africaine en juillet 2003 après une interruption de 14 mois. Madagascar a de nouveau été suspendue par l’Union africaine en mars 2009 à la suite du transfert inconstitutionnel du pouvoir exécutif à Rajoelina. Madagascar est membre de la Cour pénale internationale avec un accord d’immunité bilatérale de protection pour l’armée américaine. Onze pays ont établi des ambassades à Madagascar, dont la France, le Royaume-Uni, les États-Unis, la Chine et l’Inde, tandis que Madagascar a des ambassades dans seize autres pays.

Les droits de l’homme à Madagascar sont protégés par la constitution et l’État est signataire de nombreux accords internationaux, dont la Déclaration universelle des droits de l’homme et la Convention relative aux droits de l’enfant. Les minorités religieuses, ethniques et sexuelles sont protégées par la loi. La liberté d’association et de réunion est également garantie par la loi, bien que, dans la pratique, le refus de permis de réunion publique ait parfois été utilisé pour entraver les manifestations politiques. La torture par les forces de sécurité est rare et la répression de l’État est faible par rapport à d’autres pays avec relativement peu de garanties juridiques, bien que les arrestations arbitraires et la corruption des militaires et des officiers de police restent des problèmes. La création par Ravalomanana en 2004 de BIANCO, un bureau anti-corruption, a entraîné une réduction de la corruption parmi les bureaucrates de niveau inférieur d’Antananarivo en particulier, bien que des fonctionnaires de haut niveau n’aient pas été poursuivis par le bureau. Les droits de l’homme à Madagascar sont protégés par la constitution et l’État est signataire de nombreux accords internationaux, dont la Déclaration universelle des droits de l’homme et la Convention relative aux droits de l’enfant. Les minorités religieuses, ethniques et sexuelles sont protégées par la loi. La liberté d’association et de réunion est également garantie par la loi, bien que, dans la pratique, le refus de permis de réunion publique ait parfois été utilisé pour entraver les manifestations politiques. La torture par les forces de sécurité est rare et la répression de l’État est faible par rapport à d’autres pays avec relativement peu de garanties juridiques, bien que les arrestations arbitraires et la corruption des militaires et des officiers de police restent des problèmes. La création par Ravalomanana en 2004 de BIANCO, un bureau anti-corruption, a entraîné une réduction de la corruption parmi les bureaucrates de niveau inférieur d’Antananarivo en particulier, bien que des fonctionnaires de haut niveau n’aient pas été poursuivis par le bureau.

L’économie de Madagascar

À l’époque de la Première République de Madagascar, la France a fortement influencé la planification et la politique économiques de Madagascar et a été son principal partenaire commercial. Les principaux produits ont été cultivés et distribués à l’échelle nationale par le biais de coopératives de producteurs et de consommateurs. Des initiatives gouvernementales telles qu’un programme de développement rural et des fermes d’État ont été mises en place pour stimuler la production de produits tels que le riz, le café, le bétail, la soie et l’huile de palme. L’insatisfaction populaire à l’égard de ces politiques a été un facteur clé du lancement de la Deuxième République socialiste-marxiste, dans laquelle les banques et les assurances autrefois privées ont été nationalisées; des monopoles d’État ont été créés pour des secteurs tels que le textile, le coton et l’électricité ; et le commerce et l’expédition import-export ont été placés sous le contrôle de l’État. L’économie de Madagascar s’est rapidement détériorée avec la baisse des exportations, la production industrielle a chuté de 75%, l’inflation a augmenté et la dette publique a augmenté; la population rurale a rapidement été réduite à vivre à des niveaux de subsistance. Plus de 50% des recettes d’exportation du pays ont été consacrées au service de la dette.

Le FMI a forcé le gouvernement de Madagascar à accepter les politiques d’ajustement structurel et la libéralisation de l’économie lorsque l’État a fait faillite en 1982 et que les industries contrôlées par l’État ont été progressivement privatisées au cours des années 80. La crise politique de 1991 a entraîné la suspension de l’assistance du FMI et de la Banque mondiale. Les conditions de la reprise de l’aide n’étaient pas réunies sous Zafy, qui a tenté en vain d’attirer d’autres formes de revenus pour l’État avant que l’aide ne soit à nouveau reprise sous le gouvernement intérimaire établi lors de la destitution de Zafy. Le FMI a accepté d’annuler la moitié de la dette de Madagascar en 2004 sous l’administration Ravalomanana. Après avoir satisfait à un ensemble de critères économiques, de gouvernance et de droits humains rigoureux, Madagascar est devenu le premier pays à bénéficier du Millennium Challenge Account en 2005. Le PIB de Madagascar en 2015 était estimé à 9,98 milliards de dollars américains, avec un PIB par habitant de 411,82 dollars. Environ 69% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté national d’un dollar par jour. Au cours de 2011-2015, le taux de croissance moyen était de 2,6% mais devrait atteindre 4,1% en 2016, en raison des programmes de travaux publics et de la croissance du secteur des services. Le secteur agricole représentait 29% du PIB malgache en 2011, tandis que le secteur manufacturier représentait 15% du PIB. Les autres sources de croissance de Madagascar sont le tourisme, l’agriculture et les industries extractives. Le tourisme se concentre sur le marché de l’éco-tourisme de niche, capitalisant sur la biodiversité unique de Madagascar, les habitats naturels préservés, les parcs nationaux et les espèces de lémuriens. On estime que 365 000 touristes ont visité Madagascar en 2008, mais le secteur a décliné pendant la crise politique avec 180 000 touristes en 2010. Cependant, le secteur n’a cessé de croître depuis quelques années; En 2016, 293 000 touristes ont débarqué sur l’île africaine avec une augmentation de 20% par rapport à 2015; Pour 2017, le pays a pour objectif d’atteindre 366 000 visiteurs, tandis que pour 2018 les estimations du gouvernement devraient atteindre 500 000 touristes annuels.

L’île est encore un pays très pauvre en 2018; des freins structurels demeurent dans le développement de l’économie: corruption et entraves de l’administration publique, manque de sécurité juridique et retard de la législation foncière. L’économie, cependant, est en croissance depuis 2011, avec une croissance du PIB supérieure à 4% par an; presque tous les indicateurs économiques sont en croissance, le PIB par habitant était d’environ 1600 $ (PPA) pour 2017, l’un des plus bas au monde, bien qu’en croissance depuis 2012; le chômage a également été réduit, ce qui en 2016 était égal à 2,1% avec une main-d’œuvre de 13,4 millions en 2017. Les principales ressources économiques de Madagascar sont le tourisme, le textile, l’agriculture et les mines.

La démographie de Madagascar

En 2018, la population de Madagascar était estimée à 26 millions d’habitants, contre 2,2 millions en 1900. Le taux de croissance démographique annuel à Madagascar était d’environ 2,9% en 2009. Environ 42,5% de la population a moins de 15 ans, tandis que 54,5% ont entre 15 et 64 ans. Les 65 ans et plus représentent 3% de la population totale. Seuls deux recensements généraux, en 1975 et 1993, ont été effectués après l’indépendance. Les régions les plus densément peuplées de l’île sont les hauts plateaux orientaux et la côte orientale, contrastant le plus dramatiquement avec les plaines occidentales peu peuplées.

L’éducation de Madagascar

Avant le 19e siècle, toute l’éducation à Madagascar était informelle et servait généralement à enseigner des compétences pratiques ainsi que des valeurs sociales et culturelles, y compris le respect des ancêtres et des anciens. La première école formelle de style européen a été créée en 1818 à Toamasina par des membres de la London Missionary Society (LMS). Le LMS a été invité par le roi Radama I à étendre ses écoles à Imerina pour enseigner l’alphabétisation et le calcul de base aux enfants aristocratiques. Les écoles ont été fermées par Ranavalona I en 1835 mais ont rouvert et agrandi dans les décennies qui ont suivi sa mort.

À la fin du 19ème siècle, Madagascar avait le système scolaire le plus développé et le plus moderne de l’Afrique sub-saharienne précoloniale. L’accès à l’école a été élargi dans les zones côtières au cours de la période coloniale, la langue française et les compétences professionnelles de base devenant la priorité du programme d’études. Au cours de la Première République post-coloniale, le recours permanent aux Français comme enseignants et au français comme langue d’enseignement a déplu à ceux qui souhaitaient une séparation complète de l’ancienne puissance coloniale. En conséquence, sous la Deuxième République socialiste, des instructeurs français et d’autres ressortissants ont été expulsés, le malgache a été déclaré langue d’enseignement et un grand nombre de jeunes malgaches ont été rapidement formés pour enseigner dans des écoles rurales éloignées dans le cadre de la politique obligatoire de deux ans de service national. Cette politique, connue sous le nom de malgachisation, a coïncidé avec un grave ralentissement économique et une baisse spectaculaire de la qualité de l’éducation. Ceux qui ont été scolarisés pendant cette période n’ont généralement pas maîtrisé la langue française ou de nombreuses autres matières et ont eu du mal à trouver un emploi, ce qui a forcé beaucoup de personnes à occuper des emplois peu rémunérés sur le marché informel ou noir, ce qui les a embourbées dans une pauvreté croissante. À l’exception de la brève présidence d’Albert Zafy, de 1992 à 1996, Ratsiraka est resté au pouvoir de 1975 à 2001 et n’a pas réussi à améliorer sensiblement l’éducation tout au long de son mandat. L’éducation a été priorisée sous l’administration Ravalomanana (2002-2009) et est actuellement gratuite et obligatoire de 6 à 13 ans. Le cycle de l’enseignement primaire est de cinq ans, suivi de quatre ans au niveau secondaire inférieur et de trois ans au niveau secondaire supérieur. . Pendant le premier trimestre de Ravalomanana, des milliers de nouvelles écoles primaires et des salles de classe supplémentaires ont été construites, des bâtiments plus anciens ont été rénovés et des dizaines de milliers de nouveaux enseignants du primaire ont été recrutés et formés. Les frais de scolarité dans le primaire ont été supprimés et des kits contenant des fournitures scolaires de base ont été distribués aux élèves du primaire.

Les initiatives de construction d’écoles publiques ont assuré au moins une école primaire par fokontany et une école secondaire inférieure dans chaque commune. Au moins un lycée est situé dans chacun des grands centres urbains. Les trois branches de l’université publique nationale sont situées à Antananarivo, Mahajanga et Fianarantsoa. Celles-ci sont complétées par des écoles publiques de formation des enseignants et plusieurs universités privées et écoles techniques. Du fait de l’accroissement de l’accès à l’éducation, les taux de scolarisation ont plus que doublé entre 1996 et 2006. Cependant, la qualité de l’éducation est faible, ce qui entraîne des taux élevés de redoublement et d’abandon. La politique éducative du deuxième mandat de Ravalomanana s’est concentrée sur les problèmes de qualité, notamment une augmentation des normes minimales d’éducation pour le recrutement des enseignants du primaire d’un certificat de fin d’études secondaires (BEPC) à un certificat de fin d’études secondaires (BAC), et un programme de formation des enseignants réformé pour soutenir la transition de l’enseignement didactique traditionnel vers des méthodes d’enseignement centrées sur l’élève pour stimuler l’apprentissage et la participation des élèves en classe. Les dépenses publiques d’éducation représentaient 2,8% du PIB en 2014. Le taux d’alphabétisation est estimé à 64,7%.

Les langues de Madagascar

La langue malgache est d’origine malayo-polynésienne et est généralement parlée dans toute l’île. Les nombreux dialectes du malgache, qui sont généralement mutuellement intelligibles, peuvent être regroupés en deux sous-groupes: le malgache oriental, parlé le long des forêts et des hauts plateaux orientaux, y compris le dialecte merina d’Antananarivo, et le malgache occidental, parlé à travers les plaines côtières occidentales. Le français est devenu la langue officielle pendant la période coloniale, lorsque Madagascar est passée sous l’autorité de la France. Dans la première Constitution nationale de 1958, le malgache et le français ont été nommés langues officielles de la République malgache. Madagascar est un pays francophone et le français est principalement parlé comme langue seconde parmi la population éduquée et utilisé pour la communication internationale. Aucune langue officielle n’est mentionnée dans la Constitution de 1992, bien que le malgache soit identifié comme langue nationale. Néanmoins, de nombreuses sources affirment toujours que le malgache et le français sont des langues officielles, ce qui a finalement conduit un citoyen à engager une action en justice contre l’État en avril 2000, au motif que la publication de documents officiels uniquement en français était inconstitutionnelle. La Haute Cour constitutionnelle a relevé dans sa décision qu’en l’absence d’une loi linguistique, le français avait toujours le caractère d’une langue officielle. Dans la Constitution de 2007, le malgache est resté la langue nationale tandis que les langues officielles ont été réintroduites: le malgache, le français et l’anglais. L’anglais a été retiré comme langue officielle de la constitution approuvée par les électeurs lors du référendum de novembre 2010. Le résultat du référendum, et ses conséquences pour la politique des langues officielles et nationales, ne sont pas reconnus par l’opposition politique, qui invoque le manque de transparence et d’inclusivité dans la manière dont l’élection a été organisée par la Haute Autorité de transition.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés