Togo
22 juin 2011

L’option table-ronde pour mieux financer une relance économique très attendue

LOME (Xinhua) – Le redressement de l’économie togolaise, mise à rude épreuve par plus de quinze ans de crise sociopolitique, a nécessité des réformes qui ont accouché de vastes et ambitieux programmes de développement dans plusieurs secteurs indiqués prioritaires.

Togo

Plus d’une centaine d’entreprises du Maroc explorent le marché togolais

LOME (Xinhua) – Plus d’une centaine d’entreprises de 18 secteurs d’activités du Maroc ont entamé, mercredi à Lomé, des journées économiques et commerciales marocaines dans la perspective de booster les échanges commerciaux entre le Maroc et le Togo positionné en 10e fournisseur du royaume chérifien, a constaté l’agence Xinhua.

Lire la suite »
Togo

Togo: Des opérateurs économiques marocains rassurés d’un bon climat des affaires

LOME (Xinhua) – Le ministre togolais du Commerce et de la Promotion du Secteur privé, Ahoomey-Zunu Séléagodji, a rassuré de la prévalence d’un bon climat d’affaires dans son pays à l’ouverture, mercredi à Lomé, des journées économiques et commerciales marocaines à laquelle participent plus d’une centaine d’entreprises marocaines, a constaté l’Agence Xinhua.

Lire la suite »
21 juin 2011 Togo

Les praticiens hospitaliers menacent de durcir leur grève générale

LOME (Xinhua) – Les praticiens hospitaliers du Togo ne sont pas prêts à mettre fin à n’importe quel prix à leur grève générale de revendications relatives à des primes, au statut particulier du secteur de la santé publique, à l’audit des centres hospitaliers et à la connexion à l’Internet, a constaté lundi l’agence Xinhua.

Lire la suite »
Togo

l’Allemagne annule les dettes du Togo estimées à 18 millions d’Euros

LOME (Xinhua) – Le restant de la dette du Togo vis-à-vis de l’Allemagne de près de 18 millions d’Euros a été annulé au terme d’un accord intervenu lundi dans la capitale togolaise, a appris l’Agence Xinhua de source officielle.

Lire la suite »
Togo

Des ONG d’Afrique et de France revoient l’approche genre dans des projets tenus par des femmes

LOME (Xinhua) – Des organisations non gouvernementales (ONG) de France et quatre pays ouest-africains tiennent à Lomé un atelier de formation et d’élaboration stratégique, a constaté mardi l’Agence Xinhua.

Lire la suite »
Togo

Un ministre annonce une forte implication prochaine du Togo dans les politiques monétaire et fiscale de l’Uemoa

LOME (Xinhua) – Le Togo « entend déployer toute son énergie » dans la conduite et la coordination des politiques monétaire et fiscale de l’Union économique et monétaire ouest- africaine (Uemoa) aux côtés des autres pays membres, a annoncé Mme Dédé Ahoéfa Ekoué, ministre chargée de la Planification, du Développement et de l’Aménagement du territoire, à l’ouverture lundi de la 11e session ordinaire de l’assemblée générale de la Chambre consulaire régionale de l’Uemoa.

Lire la suite »
Togo

45.954 élèves composent pour les études universitaires éprouvées par des perturbations

LOME (Xinhua) – Quelque 45.954 élèves des Lycées et collèges du Togo ont entamé mardi les examens du Baccalauréat deuxième partie devant leur ouvrir les portes de l’université pendant que des mouvements de revendication perturbent l’année académique à l’Université de Lomé, la première université du pays.

Lire la suite »
18 juin 2011 Togo

Les populations riveraines des gisements de phosphate menacent de descendre dans les rues

LOME (Xinhua) – Les populations de six cantons de VO dans le sud-Est du Togo menacent de descendre dans les rues de Vogan (environ 50 km au sud-Est de Lomé) pour exiger les indemnisations des localités où sont exploités les phosphates, a appris vendredi l’agence Xinhua d’une source citant l’Association des sinistrés des phosphates du Togo (ASSITO).

Lire la suite »
Togo

Un compromis conclu entre le gouvernement et le syndicat des agents hospitaliers

LOME (Xinhua) – Le gouvernement togolais et le syndicat des agents hospitaliers sont parvenus à un compromis sur la question de prime de risque qui est à l’origine d’un débrayage dans les hôpitaux et centres de santé depuis une semaine.

Lire la suite »
Togo

La BAD et le Togo peaufinent les orientations stratégiques d’appui à la relance économique du pays

LOME (Xinhua) – La Banque africaine de développement (BAD) et le gouvernement togolais peaufinent à Lomé le document de Stratégie pays 2011-2015 du Togo après l’expiration du précédent document sur la période 2009-2010.

Lire la suite »
Togo

De nouvelles mesures incitatives pour améliorer l’efficacité des agents du public au Togo

LOME (Xinhua) – Le gouvernement togolais a décidé vendredi d’appliquer prochainement de nouvelles mesures incitatives et une meilleure protection des agents du public afin d’accroître leur motivation et leur efficacité, a appris samedi l’Agence Xinhua de source officielle.

Lire la suite »
17 juin 2011 Togo

Limogeage du ministre de la Santé en pleine grève des hôpitaux

LOME (Xinhua) – Le ministre togolais de la Santé publique, Komlan Mally, est levé de ses fonctions par un décret signé jeudi du chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé, a rapporté la télévision nationale dans le journal de 20h, heure locale.

Lire la suite »
Togo

Annulation complète de 9,53 millions d’euros de dette du Togo vis-à-vis de l’Italie

LOME (Xinhua) – La dette bilatérale du Togo vis-à-vis de l’Italie, aujourd’hui estimée à 9,53 millions d’euros, soit 1,34 milliards de francs CFA, a été totalement épongée au terme d’un accord intervenu vendredi dans la capitale togolaise, a constaté l’agence Xinhua.

Lire la suite »
16 juin 2011 Togo

Des fonds arabes mobiliseront 28,35 milliards de FCfa pour une route de 80 km

LOME (Xinhua) – Des bailleurs de fonds arabes se sont accordés, de financer pour 28,35 milliards de francs Cfa la construction d’une route de 80 km dans la région des Plateaux très réputée pour la culture du café et du cacao.

Lire la suite »
Togo

Six mois après l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative PPTE

LOME (Xinhua) – L’atteinte mi-décembre 2010 par le Togo du point d’achèvement de l’initiative Pays pauvres très endettés (PPTE) a donné lieu à des remises en cascade de dettes extérieures présentées en terme de coup de pouce à ce pays en pleine relance économique avec une croissance estimée à 3,7%.

Lire la suite »
12 juin 2011 Togo

Togo : Le ministre du Commerce aborde des défis liés à l’AGOA

LOME (Xinhua) – Le ministre togolais du Commerce et de la Promotion du secteur privé, Ahoomey-Zunu Séléagodji, a noté samedi des défis à relever pour les pays bénéficiaires du Programme américain sur la croissance et les possibilités économiques en Afrique (AGOA), mécanisme facilitant les exportations des pays d’Afrique subsaharienne aux Etats-Unis.

Lire la suite »
Le Togo officiellement la République togolaise est un pays d’Afrique de l’Ouest bordé par le Ghana à l’ouest, le Bénin à l’est et le Burkina Faso au nord. Le pays s’étend vers le sud jusqu’au golfe de Guinée, où se trouve sa capitale Lomé. Le Togo couvre 57 000 kilomètres carrés (22 008 milles carrés), ce qui en fait l’un des plus petits pays d’Afrique, avec une population d’environ 7,9 millions d’habitants, ainsi que l’un des pays les plus étroits au monde avec une largeur inférieure à 115 km (71 mi) entre le Ghana et son voisin oriental légèrement plus grand, le Bénin. Du 11ème au 16ème siècle, diverses tribus sont entrées dans la région de toutes les directions. Du XVIe au XVIIIe siècle, la région côtière était un important centre commercial pour les Européens pour acheter des esclaves, ce qui a valu au Togo et à la région environnante le nom de « La côte des esclaves ». En 1884, l’Allemagne a déclaré une région comprenant l’actuel Togo comme protectorat appelé Togoland. Après la Première Guerre mondiale, le pouvoir sur le Togo a été transféré à la France. Le Togo a obtenu son indépendance de la France en 1960. En 1967, Gnassingbé Eyadéma a dirigé un coup d’État militaire réussi, après quoi il est devenu président d’un État anticommuniste à parti unique. Finalement, en 1993, Eyadéma a dû faire face à des élections multipartites, marquées par des irrégularités, et a remporté la présidence à trois reprises. Au moment de sa mort, Eyadéma était le dirigeant le plus ancien de l’histoire de l’Afrique moderne, ayant été président pendant 38 ans. En 2005, son fils Faure Gnassingbé a été élu président. Le Togo est une nation tropicale subsaharienne, dont l’économie dépend fortement de l’agriculture, avec un climat qui offre de bonnes saisons de croissance. Si la langue officielle est le français, de nombreuses autres langues sont parlées, notamment celles de la famille Gbe. Le groupe religieux le plus important est constitué de personnes de croyances autochtones, et il existe d’importantes minorités chrétiennes et musulmanes. Le Togo est membre des Nations Unies, de l’Union africaine, de l’Organisation de coopération islamique, de la zone de paix et de coopération de l’Atlantique Sud, de la Francophonie et de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest.

L’histoire du Togo

Avant la colonisation (avant 1884)

Les découvertes archéologiques indiquent que les anciennes tribus étaient capables de produire de la poterie et de traiter le fer. Le nom Togo est traduit de la langue Ewe comme « terre où se trouvent les lagunes ». On ne sait pas grand-chose de la période précédant l’arrivée des Portugais en 1490. Au cours de la période du XIe au XVIe siècle, diverses tribus sont entrées dans la région de toutes les directions : les Ewé à l’ouest et les Mina et Gun à l’est. La plupart d’entre eux se sont installés dans les zones côtières. La traite des esclaves a commencé au XVIe siècle et pendant les deux cents années suivantes, la région côtière a été un important centre commercial pour les Européens à la recherche d’esclaves, ce qui a valu au Togo et à la région environnante le nom de « Côte des esclaves ».

Époque coloniale (1884-1960)

En 1884, un document fut signé à Togoville avec le roi Mlapa III, par lequel l’Allemagne revendiqua un protectorat sur une portion de territoire le long de la côte et étendit progressivement son contrôle à l’intérieur des terres. Ses frontières ont été définies après la prise de l’arrière-pays par les forces allemandes et la signature d’accords avec la France et la Grande-Bretagne. En 1905, c’est devenu la colonie allemande du Togo. La population locale a été forcée de travailler, de cultiver du coton, du café et du cacao et de payer des impôts élevés. Une voie ferrée et le port de Lomé ont été construits pour l’exportation des produits agricoles. Les Allemands ont introduit des techniques modernes de culture du cacao, du café et du coton et développé l’infrastructure. Pendant la Première Guerre mondiale, le Togoland a été envahi par la Grande-Bretagne et la France, proclamant la copropriété anglo-française. Le 7 décembre 1916, la copropriété s’effondre et le Togo est divisé en zones britannique et française. Le 20 juillet 1922, la Grande-Bretagne reçut le mandat de la Société des Nations pour gouverner la partie occidentale du Togo et la France pour gouverner la partie orientale. En 1945, le pays a reçu le droit d’envoyer trois représentants au Parlement français. Après la Seconde Guerre mondiale, ces mandats sont devenus des territoires sous tutelle de l’ONU. Les habitants du Togo britannique ont voté pour rejoindre la Gold Coast dans le cadre de la nouvelle nation indépendante du Ghana en 1957. Le Togo français est devenu une république autonome au sein de l’Union française en 1959, tandis que la France conservait le droit de contrôler la défense, les relations extérieures et les finances.

De l’indépendance à nos jours (depuis 1960)

La République togolaise a été proclamée le 27 avril 1960. Lors des premières élections présidentielles de 1961, Sylvanus Olympio est devenu le premier président, obtenant 100% des suffrages lors des élections boycottées par l’opposition. Le 9 avril 1961, la Constitution de la République togolaise est adoptée, selon laquelle l’organe législatif suprême est l’Assemblée nationale du Togo. En décembre 1961, des chefs de partis d’opposition ont été arrêtés parce qu’ils étaient accusés d’avoir préparé un complot antigouvernemental. Un décret a été publié sur la dissolution des partis d’opposition. Olympio a tenté de réduire la dépendance à l’égard de la France en établissant une coopération avec les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Il a également rejeté les efforts des soldats français qui ont été démobilisés après la guerre d’Algérie et a tenté d’obtenir un poste dans l’armée togolaise. Ces facteurs ont finalement conduit à un coup d’État militaire le 13 janvier 1963, au cours duquel il a été assassiné par un groupe de soldats sous la direction du sergent Gnassingbé Eyadéma. Un état d’urgence a été déclaré au Togo. L’armée a remis le pouvoir à un gouvernement intérimaire dirigé par Nicolas Grunitzky. En mai 1963, Grunitzky est élu président de la République. La nouvelle direction a poursuivi une politique de développement des relations avec la France. Son objectif principal était d’atténuer les divisions entre le nord et le sud, de promulguer une nouvelle constitution et d’introduire un système multipartite. Exactement quatre ans plus tard, le 13 janvier 1967, Eyadéma Gnassingbé a renversé Grunitzky dans un coup d’État sans effusion de sang et a pris la présidence. Il crée le Rassemblement du Parti du peuple togolais, interdit les activités d’autres partis politiques et introduit un système de parti unique en novembre 1969. Il est réélu en 1979 et 1986. En 1983, le programme de privatisation est lancé et en 1991, d’autres partis politiques sont autorisés . En 1993, l’UE a gelé le partenariat, décrivant la réélection d’Eyadema en 1993, 1998 et 2003, comme une prise de pouvoir. En avril 2004, à Bruxelles, des entretiens ont eu lieu entre l’Union européenne et le Togo sur la reprise de la coopération. Eyadéma Gnassingbé est décédé subitement le 5 février 2005 après 38 ans au pouvoir, l’occupation la plus longue de tout dictateur en Afrique. L’installation immédiate par l’armée de son fils, Faure Gnassingbé, en tant que président, a provoqué une large condamnation internationale, sauf en France. Certains dirigeants africains démocratiquement élus tels que Abdoulaye Wade du Sénégal et Olusegun Obasanjo du Nigéria ont soutenu cette décision, créant ainsi une fracture au sein de l’Union africaine. Gnassingbé a quitté le pouvoir et a tenu des élections, qu’il a remportées deux mois plus tard. L’opposition a déclaré que les résultats des élections étaient frauduleux. Les événements de 2005 ont suscité des questions concernant l’engagement du gouvernement en faveur de la démocratie, qui avait été pris dans le but de normaliser les relations avec l’UE, ce qui a interrompu l’aide en 1993 en raison de questions sur la situation des droits de l’homme au Togo. De plus, jusqu’à 400 personnes ont été tuées dans les violences qui ont entouré les élections présidentielles, selon l’ONU. Environ 40 000 Togolais ont fui vers les pays voisins. Faure Gnassingbé a été réélu en 2010 et 2015. Fin 2017, des manifestations antigouvernementales ont éclaté au Togo, les plus importantes depuis les élections de 2005. Ils demandent la démission de Gnassingbé, qui fait partie d’une famille qui, selon eux, est au pouvoir depuis trop longtemps. L’ONU a condamné la répression des forces de sécurité togolaises qui en a résulté et le ministre gambien des Affaires étrangères, Ousainou Darboe, a dû publier une correction après avoir déclaré que Gnassingbé devait démissionner.

La politique du Togo

Le Président est élu au suffrage universel et direct pour 5 ans. Il est également le commandant des forces armées et a le droit d’initier une législation et de dissoudre le Parlement. Le pouvoir exécutif est exercé par le président et le gouvernement. Le chef du gouvernement est le Premier ministre, nommé par le président. La transition du Togo vers la démocratie est au point mort. Ses institutions démocratiques restent naissantes et fragiles. Le 5 février 2005, le président Gnassingbé Eyadéma, qui dirigeait le Togo en régime à parti unique, est décédé d’une crise cardiaque. Gravement malade, il était transporté par avion dans un pays étranger pour y être soigné. Il est décédé en transit alors qu’il était en Tunisie. En vertu de la Constitution togolaise, le président du Parlement, Fambaré Ouattara Natchaba, aurait dû devenir président du pays, dans l’attente d’une nouvelle élection présidentielle à convoquer dans les soixante jours. Natchaba était hors du pays, revenant sur un avion Air France de Paris. L’armée togolaise, connue sous le nom de Forces armées togolaises (FAT), ou Forces armées togolaises, a fermé les frontières du pays, forçant l’avion à atterrir au Bénin voisin. Avec un vide de pouvoir artificiel, le Parlement a voté pour supprimer la clause constitutionnelle qui aurait exigé une élection dans les soixante jours, et a déclaré que le fils d’Eyadema, Faure Gnassingbé, hériterait de la présidence et resterait en fonction pour le reste du mandat de son père. Faure a prêté serment le 7 février 2005, malgré les critiques internationales sur la succession. L’Union africaine a décrit cette prise de contrôle comme un coup d’État militaire. La pression internationale est également venue des Nations Unies. Au Togo, l’opposition à la prise de contrôle a abouti à des émeutes au cours desquelles plusieurs centaines de personnes sont mortes. Des soulèvements ont eu lieu dans de nombreuses villes et villages, principalement situés dans le sud du pays. Dans la ville d’Aného, ​​les informations faisant état d’un soulèvement civil général suivi d’un massacre à grande échelle par les troupes gouvernementales n’ont pas été notifiées. En réponse, Faure Gnassingbé a accepté de tenir des élections et, le 25 février, Gnassingbé a démissionné de son poste de président, mais peu de temps après, a accepté la nomination pour se porter candidat en avril. Le 24 avril 2005, Gnassingbé a été élu président du Togo, obtenant plus de 60% des voix selon les résultats officiels. Son principal rival dans la course avait été Emmanuel Bob-Akitani de l’Union des Forces du Changement (UFC) ou Union of Forces for Change. Cependant, une fraude électorale a été suspectée, en raison d’un manque de l’Union européenne ou d’un autre contrôle indépendant. Le Parlement a désigné le vice-président, Bonfoh Abbass, comme président par intérim jusqu’à l’investiture. Le 3 mai 2005, Faure Gnassingbé a prêté serment alors que le nouveau président et l’Union européenne suspendaient l’aide au Togo à l’appui des revendications de l’opposition, contrairement à l’Union africaine et aux États-Unis qui ont déclaré le vote « raisonnablement équitable ». Le président nigérian et président de l’UA, Olusẹgun Ọbasanjọ, a cherché à négocier entre le gouvernement en place et l’opposition pour établir un gouvernement de coalition, mais a rejeté la nomination par la Commission de l’UA de l’ancien président zambien, Kenneth Kaunda, comme envoyé spécial de l’UA au Togo. En juin, le président Gnassingbé a nommé le chef de l’opposition Edem Kodjo Premier ministre. En octobre 2007, après plusieurs reports, des élections ont eu lieu sous représentation proportionnelle. Cela a permis au nord moins peuplé de siéger autant de députés que le sud plus peuplé. Le Rassemblement du peuple togolais (RPT), soutenu par le président, a remporté la majorité absolue, l’UFC venant en deuxième position et les autres partis affirmant une représentation sans conséquence. Encore une fois, les accusations de truquage des votes ont été portées contre le RPT soutenu par l’appareil de sécurité civile et militaire. Malgré la présence d’une mission d’observation de l’UE, des scrutins annulés et des votes illégaux ont eu lieu, dont la majorité dans les bastions du RPT. L’élection a été déclarée équitable par la communauté internationale et saluée comme un modèle avec peu d’intimidation et peu d’actes violents pour la première fois depuis le rétablissement du multipartisme. Le 3 décembre 2007, Komlan Mally, du RPT, a été nommé Premier ministre succédant à Agboyibor. Cependant, le 5 septembre 2008, après seulement 10 mois de mandat, Mally a démissionné de son poste de Premier ministre du Togo. Faure Gnassingbé a été réélu lors de l’élection présidentielle de mars 2010, remportant 61% des voix contre Jean-Pierre Fabre de l’UFC, qui avait été soutenu par une coalition d’opposition appelée FRAC (Front républicain pour le changement). Bien que l’élection de mars 2010 ait été en grande partie pacifique, les observateurs électoraux ont noté des « erreurs de procédure » et des problèmes techniques, et l’opposition n’a pas reconnu les résultats, affirmant que des irrégularités avaient affecté le résultat. Des manifestations périodiques contre Faure Gnassingbé ont suivi les élections. En mai 2010, le chef de l’opposition de longue date, Gilchrist Olympio, a annoncé qu’il conclurait un accord de partage du pouvoir avec le gouvernement, un accord de coalition qui confère à l’UFC huit postes ministériels. En juin 2012, les réformes électorales ont incité les manifestants à descendre dans la rue à Lomé pendant plusieurs jours ; les manifestants ont demandé un retour à la constitution de 1992 qui rétablirait les limites du mandat présidentiel. Juillet 2012, a vu la démission surprise du Premier ministre, Gilbert Houngbo. Quelques jours plus tard, le ministre du Commerce, Kwesi Ahoomey-Zunu, a été nommé à la tête du nouveau gouvernement. Le même mois, le domicile du chef de l’opposition, Jean Pierre Fabre, a été perquisitionné par les forces de sécurité, et des milliers de manifestants se sont à nouveau manifestés publiquement contre la répression du gouvernement.

L’économie du Togo

Le Togo est l’un des plus petits pays d’Afrique, mais possède de précieux gisements de phosphate et un secteur d’exportation bien développé basé sur des produits agricoles tels que le café ; Fève de cacao ; et les arachides (arachides), qui génèrent ensemble environ 30% des recettes d’exportation. Le coton est la culture de rente la plus importante. Les terres fertiles occupent 11,3% du pays, dont la majeure partie est aménagée. Les principales cultures sont le manioc, le riz au jasmin, le maïs et le millet. Les autres secteurs importants sont la brasserie et l’industrie textile. Un problème permanent est le manque d’électricité, car le pays ne peut produire qu’environ un tiers de sa consommation, le reste étant couvert par les importations du Ghana et du Nigéria. La faiblesse des prix du marché pour les principaux produits d’exportation du Togo, combinée à la situation politique volatile des années 90 et du début des années 2000, a eu un effet négatif sur l’économie. Le Togo est l’un des pays les moins avancés ; la situation économique est encore précaire. Le Togo sert de centre commercial et commercial régional. Les efforts déployés par le gouvernement pendant une décennie, soutenus par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI), pour mener des réformes économiques, encourager l’investissement et créer un équilibre entre les revenus et la consommation sont au point mort. Les troubles politiques, notamment les grèves des secteurs privé et public en 1992 et 1993, ont compromis le programme de réforme, réduit l’assiette fiscale et perturbé l’activité économique vitale. Le Togo importe des machines, des équipements, des produits pétroliers et des denrées alimentaires. Les principaux partenaires d’importation sont la France (21,1%), les Pays-Bas (12,1%), la Côte d’Ivoire (5,9%), l’Allemagne (4,6%), l’Italie (4,4%), l’Afrique du Sud (4,3%) et la Chine (4,1%) . Les principales exportations sont le cacao, le café, la réexportation de marchandises, les phosphates et le coton. Les principaux partenaires à l’exportation sont le Burkina Faso (16,6%), la Chine (15,4%), les Pays-Bas (13%), le Bénin (9,6%) et le Mali (7,4%).

En termes de réformes structurelles, le Togo a progressé dans la libéralisation de l’économie, notamment dans les domaines du commerce et des activités portuaires. Cependant, le programme de privatisation du secteur du coton, des télécommunications et de l’approvisionnement en eau est au point mort. Le pays n’a actuellement aucune dette due à une assistance financière de l’extérieur alors que le Togo est probablement parmi les pays les plus bénéficiaires de l’aide de l’Initiative dans les pays pauvres très endettés. Le 12 janvier 1994, la dévaluation de la monnaie de 50% a donné une impulsion importante au nouvel ajustement structurel; ces efforts ont été facilités par la fin des conflits en 1994 et le retour à un calme politique manifeste. Les progrès dépendent de l’ouverture accrue des opérations financières du gouvernement (pour faire face à l’augmentation des dépenses de services sociaux) et de la réduction éventuelle des effectifs des forces armées, dont le régime a dû dépendre pour rester en place. Le manque d’aide et la baisse des prix du cacao ont entraîné une baisse de 1% du PIB en 1998 et une reprise de la croissance en 1999. Le Togo est membre de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA).

Exploitation minière

L’exploitation minière a généré environ 33,9% du PIB en 2012 et employait 12% de la population en 2010. Le Togo possède le quatrième plus grand gisement de phosphate au monde. Leur production est de 2,1 millions de tonnes par an. Depuis le milieu des années 90, cependant, il y a eu un déclin dans l’industrie minière et le gouvernement devra investir massivement pour la soutenir. L’industrie minière est confrontée à des difficultés en raison de la baisse des prix du phosphate sur les marchés mondiaux et de l’intensification de la concurrence étrangère. Il existe également des réserves de calcaire, de marbre et de sel. L’industrie ne fournit que 20,4% du revenu national du Togo, car elle ne comprend que quelques industries légères et constructeurs. De grandes réserves de calcaire permettent au Togo de produire du ciment.

La démographie du Togo

Le recensement de novembre 2010 a donné au Togo une population de 6 191 155 habitants, soit plus du double du total recensé lors du dernier recensement. Ce recensement, effectué en 1981, a montré que le pays avait une population de 2 719 567 habitants. La capitale et la plus grande ville, Lomé, est passée de 375 499 en 1981 à 837 437 en 2010. Lorsque la population urbaine de la préfecture de Golfe environnante est ajoutée, l’agglomération de Lomé comptait 1 477 660 habitants en 2010. Selon le nouveau recensement, les autres villes du Togo sont Sokodé (95 070), Kara (94 878), Kpalimé (75 084), Atakpamé (69 261), Dapaong (58 071) et Tsévié (54 474). Avec une population estimée à 7889 093 habitants (en 2018), le Togo est le 107e plus grand pays par la population. La majorité de la population (65%) vit dans des villages ruraux dédiés à l’agriculture ou aux pâturages. La population du Togo connaît une forte croissance : de 1961 (l’année après l’indépendance) à 2003, elle a quintuplé.

L’éducation du Togo

L’éducation au Togo est obligatoire pendant six ans. En 1996, le taux brut de scolarisation dans le primaire était de 119,6% et le taux net de scolarisation dans le primaire était de 81,3%. En 2011, le taux net de scolarisation était de 94%, l’un des meilleurs de la sous-région ouest-africaine. Le système éducatif a souffert de pénuries d’enseignants, d’une qualité éducative inférieure dans les zones rurales et de taux élevés de redoublement et d’abandon.

Les langues du Togo

Le Togo est un pays multilingue. Selon Ethnologue, 39 langues distinctes sont parlées dans le pays, beaucoup d’entre elles par des communautés qui comptent moins de 100 000 membres. Sur les 39 langues, la seule langue officielle est le français. En 1975, deux langues autochtones parlées ont été désignées politiquement comme langues nationales : l’ewé (ewe: Èʋegbe ; le français : evé) et le kabiyé ; ce sont également les deux langues autochtones les plus parlées. Le français est utilisé dans l’enseignement formel, la législature, toutes les formes de médias, l’administration et le commerce. La brebis est une langue de communication plus large dans le sud. Le tem fonctionne dans une certaine mesure comme langue commerciale dans certaines villes du nord. Officiellement, l’éwé et le kabiye sont des « langues nationales », ce qui dans le contexte togolais signifie des langues qui sont promues dans l’éducation formelle et utilisées dans les médias.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés