Afrique de l'Ouest
7 mai 2018

Burkina : Compaoré acclamé et fait président d’honneur de son parti

Ouagadougou (© Afriquinfos 2018)- L’ex-président burkinabè Blaise Compaoré, renversé par la rue en 2014 après 27 ans au pouvoir et […]

Afrique de l'Ouest

Vols de bétail dans le nord du Nigeria: 45 morts dans des violences (milice locale)

Kano (© Afriquinfos 2018)-De nouvelles violences ont éclaté dans le nord du Nigeria, faisant 45 morts au cours d’une vague […]

Lire la suite »
2 mai 2018 Afrique de l'Ouest

Double attentat au Nigeria: le bilan s’alourdit à 86 morts

Mubi (© 2018 Afriquinfos) –Des employés du cimetière de Mubi, ville du nord-est du Nigeria théâtre d’un double attentat mardi, […]

Lire la suite »
1 mai 2018 Afrique de l'Ouest

Lutte contre le terrorisme : Trump salue le rôle du Nigeria

Washington (© 2018 Afriquinfos)-Outre la signature de plusieurs contrats, Donald Trump a affiché lundi sa volonté de travailler en étroite […]

Lire la suite »
30 avril 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria. Les évêques demandent la démission du président après la mort de deux prêtres

Abuja (© Afriquinfos 2018)-Mardi 24 avril, deux prêtres et seize paroissiens ont été tués dans une église du Nigeria. Dans […]

Lire la suite »
29 avril 2018 Afrique de l'Ouest

Buhari en visite aux Etats-Unis pour discuter des questions de sécurité et d’économie avec Donald Trump

Washington (© 2018 Afriquinfos) – Le président nigérian Muhammadu Buhari, qui rencontre lundi le président américain Donald Trump, est le […]

Lire la suite »
26 avril 2018 Afrique de l'Ouest

violences au Nigeria: le parlement convoque le président Buhari

Abuja  (© 2018 Afriquinfos) –Le Parlement du Nigeria a convoqué le président Muhammadu Buhari afin qu’il s’explique sur les mesures […]

Lire la suite »
25 avril 2018 Afrique de l'Ouest

Deux prêtres et au moins 16 fidèles assassinés dans une église au Centre du Nigeria

Benue (© 2018 Afriquinfos) –Deux prêtres catholiques et au moins 16 fidèles ont été tués dans l’attaque d’une église attribuée […]

Lire la suite »
23 avril 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria : des parents des filles de Chibok victimes d’un accident mortel

Yola (© 2018 Afriquinfos) – Le groupe de parents était en route pour une réunion avec des enseignants de l’Académie […]

Lire la suite »
19 avril 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria: le président Buhari crée la polémique en traitant les jeunes de paresseux

Abuja  (© 2018 Afriquinfos) –Le président nigérian Muhammadu Buhari est sous le feu des critiques après un discours dans lequel […]

Lire la suite »
18 avril 2018 Afrique de l'Ouest

Lutte contre boko haram: l’armée nigériane doit s’adapter aux tactiques de guérilla

Abuja (© 2018 Afriquinfos) –Les soldats nigérians qui combattent Boko Haram dans le nord-est du Nigeria doivent s’adapter aux tactiques […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Fin de la visite officielle du Président de la Cour pénale internationale (CPI) au Nigéria

Abuja (© Afriquinfos 2018)-Le Président de la Cour pénale internationale (CPI ou « la Cour »), M. le juge Chile […]

Lire la suite »
15 avril 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria : le compte Twitter du parti de Buhari piraté

Abuja (© Afriquinfos 2018)-Le compte Twitter du parti au pouvoir au Nigeria « All People’s Congress » (APC, Congrès de […]

Lire la suite »
14 avril 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria: marches et prières pour le 4e anniversaire de l’enlèvement de lycéennes à chibok

Abuja (© Afriquinfos 2018)-Les parents de lycéennes enlevées par Boko Haram à Chibok, dans le nord-est du Nigeria, et toujours […]

Lire la suite »
13 avril 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria: boko haram a enlevé plus de 1.000 enfants depuis 2013

(© 2018 Afriquinfos)-Plus de 1.000 enfants ont été enlevés depuis 2013 par les jihadistes de Boko Haram au Nigeria, a […]

Lire la suite »
31 mars 2018 Nigéria

Nigeria : Une attaque de kamikazes fait 1 mort et 4 blessés

Maiduguri (© 2018 Afriquinfos)-Une personne a été tuée le vendredi soir dans le village de Muna Zawuya à Maiduguri (nord-est) […]

Lire la suite »
29 mars 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria: Lagos paralysée en attendant une visite inédite du président

Lagos (© 2018 Afriquinfos)-Lagos, la capitale économique du Nigeria où vivent quelque 20 millions d’habitants, était paralysée jeudi en attendant […]

Lire la suite »
26 mars 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria : les écolières de Dapchi retrouvent leurs familles

Abuja (© 2018 Afriquinfos)-Elles sont enfin de retour chez elles après une brève rencontre à Abuja avec le président nigérian […]

Lire la suite »
20 mars 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria : des activistes menacent de saboter les installations pétrolières dans le Delta du Niger

Abuja (© Afriquinfos 2017)-Quatre semaines. C’est la durée que donnent dix mouvements activistes du Delta du Niger au sud-est du […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Enlèvement des élèves de Dapchi: l’armée nigériane n’a pas réagi à temps selon Amnesty

Londres (© Afriquinfos 2018) –Amnesty International accuse l’armée nigériane d’avoir ignoré les mises en garde répétées sur les mouvements de […]

Lire la suite »
19 mars 2018 Afrique de l'Ouest

Mali : Renforcement de capacité sur les violences sexuelles liées au conflit des membres du collectif « Les Amazones »

Bamako (© 2018 Afriquinfos) –Les 13 et 14 mars 2018, la MINUSMA a tenu une formation sur les violences sexuelles […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Nigeria: les VIP n’auront plus droit aux gardes

Abuja (© 2018 Afriquinfos) –Ibrahim Idris, l’Inspecteur Général de la Police Rechercher Police au Nigeria, a ordonné ce lundi à […]

Lire la suite »
16 mars 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria : crédit de 850 millions d’euros aux importateurs grâce au Brexit

Londres (© Afriquinfos 2018) –Le gouvernement britannique a annoncé vendredi l’octroi d’un crédit d’environ 850 millions d’euros aux importateurs nigérians. […]

Lire la suite »
8 mars 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria: le dernier enlèvement de Boko Haram, nouvel obstacle à l’éducation

Abuja (© 2018 Afriquinfos) –Le récent enlèvement d’une centaine de jeunes filles par Boko Haram soulève des craintes sur la […]

Lire la suite »
5 mars 2018 Afrique de l'Ouest

Ouverture du procès pour corruption au Nigeria contre Eni et Shell

Milan (© 2018 Afriquinfos) –Les compagnies pétrolières Eni et Shell comparaissent à partir de lundi devant le tribunal de Milan, […]

Lire la suite »
4 mars 2018 Afrique de l'Ouest

Egina: un projet pétrolier « historique » pour le Nigeria

Abuja (© Afriquinfos 2018)-Développée par le groupe français Total, cette unité flottante de production, de stockage et de déchargement (FPSO), […]

Lire la suite »
28 février 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria: la fièvre de lassa a fait 72 morts depuis janvier

Genève (© Afriquinfos 2018)- La fièvre hémorragique de Lassa a fait 72 morts depuis le début de l’année dans 18 […]

Lire la suite »
25 février 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria: le gouvernement confirme la disparition de 110 élèves à Dapchi

Abuja (© Afriquinfos 2018)- Après six jours de silence et de confusion, le gouvernement nigérian a finalement confirmé dimanche la […]

Lire la suite »
17 février 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria : explosion de trois kamikazes sur un marché, 19 morts

Borno (© Afriquinfos 2018)-Dix-neuf personnes sont mortes dans l’explosion de trois kamikazes sur un marché à Konduga, dans le nord-est […]

Lire la suite »
13 février 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria: 15 ans de prison pour un des ravisseurs des lycéennes de chibok

Abuja (© Afriquinfos 2018)-Un djihadiste du groupe nigérian Boko Haram a été condamné à 15 ans de prison pour sa […]

Lire la suite »
9 février 2018 Afrique de l'Ouest

Le président nigérian interpelle le Togo contre une probable instabilité politique

Abuja (© 2018 Afriquinfos) –Lors d’un entretien entre Muhammadu Buhari, et l’ambassadeur du Togo à Abuja ce jeudi, le chef de […]

Lire la suite »
6 février 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria : Muhammadu Buhari fait l’objet de vives critiques après une année passée à la présidence

Abuja (© 2018 Afriquinfos) – L’ancien président du Nigeria Olusegun Obasanjo a ouvert la voie aux critiques, en écrivant mi-janvier […]

Lire la suite »
3 février 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria : Le juge anti-corruption accusé lui-même de corruption

Abuja (© 2018 Afriquinfos) –Le juge chargé des dossiers de corruption chez des responsables publics du Nigeria a lui-même été […]

Lire la suite »
23 janvier 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria: interpellation de soutiens aux filles de Chibok

Abuja  (© Afriquinfos 2018)- La police nigériane a détenu brièvement mardi des militants qui manifestaient pour demander la libération des […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

L’ex-président nigérian Obasanjo exhorte Muhammadu Buhari à ne plus se présenter en 2019

Abuja  (© Afriquinfos 2018)- Tout en proposant la création d’un nouveau mouvement politique,  l’ancien chef d’Etat du Nigeria Olusegun Obasanjo […]

Lire la suite »
9 janvier 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria: des violences intercommunautaires ont fait au moins 80 morts depuis 31 décembre 2017

Benue (© Afriquinfos 2018)- Au moins 80 personnes ont trouvé la mort dans l’Etat du Benue, dans le centre du […]

Lire la suite »
5 janvier 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria : le ministre du Pétrole rassure sur la non-augmentation du prix de l’essence

Abuja (© Afriquinfos 2018)-Le Nigeria, par la voix de son ministre d’Etat des Ressources pétrolières, Emmanuel Kachikwu, a démenti les […]

Lire la suite »
3 janvier 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria: 14 personnes périssent dans un attentat dans une mosquée

(© Afriquinfos 2018)-Un attentat, attribué au groupe jihadiste Boko Haram, dans une mosquée à la frontière entre le Nigeria et […]

Lire la suite »
2 janvier 2018 Afrique de l'Ouest

Nigeria: 16 tués par des hommes armés

Omoku (© Afriquinfos 2018)-  Dans la nuit de dimanche à lundi à Omoku, dans le sud du pays, au moins […]

Lire la suite »
27 décembre 2017 Afrique de l'Ouest

Nigeria : une pénurie d’essence à la pompe paralyse les activités du pays

Lagos (© Afriquinfos 2017)- Au Nigéria, les files d’attente ne cessent d’accroitre. Les automobilistes attendent parfois plus de 24 heures […]

Lire la suite »
20 décembre 2017 Afrique de l'Ouest

Nigeria: 1 milliard de dollars pour la lutte contre Boko Haram, l’opposition s’indigne

Abuja (© Afriquinfos 2017)- Au Nigeria, un projet initié par le gouvernement concernant l’octroie d’un montant d’un milliard de dollars […]

Lire la suite »
19 décembre 2017 Afrique de l'Ouest

Nigeria : le commerce de peau d’âne en plein essor

Kano (© Afriquinfos 2017)- La demande croissante en Chine de la peau d’âne est prisée pour ses supposées vertus médicinales, […]

Lire la suite »
15 décembre 2017 Afrique de l'Ouest

Sénégal : vers un retour à la pratique de la peine de mort ?

Dakar (© Afriquinfos 2017)-Le débat autour d’un retour éventuel de la peine de mort au Sénégal s’ouvre. Bon nombre de […]

Lire la suite »
13 décembre 2017 Afrique de l'Ouest

Des milliers de Nigérians rapatriés « vidés » de Libye

Lagos (© Afriquinfos 2017)-Lorsqu’il est descendu de l’avion le ramenant de Libye au Nigeria et qu’il a entendu dire que […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Jérusalem : le gouvernement nigérian appelle à un règlement pacifique

Abuja (© Afriquinfos 2017)-Le gouvernement nigérian a appelé à la résolution pacifique du conflit entre Israël et les Palestiniens suite […]

Lire la suite »
6 décembre 2017 Afrique de l'Ouest

Nigeria/corruption: saisie de nouvelles propriétés de l’ex-ministre du Pétrole

Lagos (© Afriquinfos 2017)-Deux appartements « penthouses » valant plusieurs millions de dollars et appartenant à l’ex-ministre nigériane du Pétrole Diezani Alison-Madueke […]

Lire la suite »
4 décembre 2017 Afrique de l'Ouest

Nigeria : l’ancien vice-président Atiku Abubakar quitte le parti APC de Buhari

Abuja (© Afriquinfos 2017)-L’ancien vice-président du Nigeria Atiku Abubakar, a annoncé dimanche sur sa page Facebook qu’il quitte l’APC (All […]

Lire la suite »
2 décembre 2017 Afrique de l'Ouest

Nigeria: au moins 13 morts et une cinquantaine de blessés dans un double attentat

Maiduguri (© Afriquinfos 2017)-Un double attentat-suicide dans un marché samedi matin dans le nord-est du Nigeria a fait au moins […]

Lire la suite »
30 novembre 2017 Nigéria

Mondial-2018: le Nigeria n’a pas « d’appréhension » selon le sélectionneur Rohr

Abuja (© Afriquinfos 2017)- Malgré que le Nigeria figure dans le quatrième chapeau, celui des équipes les plus faibles, son […]

Lire la suite »
29 novembre 2017 Afrique de l'Ouest

Nigeria : Shell complice d’homicides dans les années 90 selon Amnesty international

Abuja (© Afriquinfos 2017)-Selon l’organisation internationale de lutte contre l’impunité et la protection des droits de l’homme, Amnesty International, accuse la société […]

Lire la suite »
Le Nigéria, officiellement République fédérale du Nigéria, est un pays d’Afrique de l’Ouest, limitrophe du Niger au nord, du Tchad au nord-est, du Cameroun à l’est et du Bénin à l’ouest. Sa côte au sud est située sur le golfe de Guinée dans l’océan Atlantique. La fédération comprend 36 États et 1 territoire de la capitale fédérale, où se trouve la capitale, Abuja. La constitution définit le Nigeria comme un État laïque démocratique. Le Nigéria a abrité un certain nombre de royaumes et d’États anciens et indigènes au cours des millénaires. L’État moderne est né de la domination coloniale britannique à partir du 19e siècle et a pris sa forme territoriale actuelle avec la fusion du protectorat du sud du Nigeria et du nord du Nigeria en 1914 par Lord Fredrick Lugard. Les Britanniques ont mis en place des structures administratives et juridiques tout en pratiquant un régime indirect à travers des chefferies traditionnelles, le Nigeria est devenu une fédération officiellement indépendante en 1960. Il a connu une guerre civile de 1967 à 1970. Il a ensuite alterné entre gouvernements civils démocratiquement élus et dictatures militaires jusqu’à ce qu’il atteigne un démocratie stable en 1999, l’élection présidentielle de 2011 étant considérée comme la première à être raisonnablement libre et équitable. Le Nigéria est souvent désigné comme le «géant de l’Afrique», en raison de sa grande population et de son économie. Avec 206 millions d’habitants, le Nigéria est le pays le plus peuplé d’Afrique et le septième pays le plus peuplé du monde. Le Nigéria a la troisième plus grande population de jeunes au monde, après l’Inde et la Chine, avec plus de 90 millions de sa population de moins de dix-huit ans. Le Nigéria est la 20e économie mondiale en date de 2015, avec plus de 500 milliards de dollars et 1 billion de dollars en termes de PIB nominal et de parité de pouvoir d’achat, respectivement. Le ratio de la dette au PIB de 2013 était de 11%.

Le Nigéria est considéré comme un État multinational car il est habité par 250 groupes ethniques, dont les trois plus importants sont les Hausa, les Igbo et les Yoruba ; ces groupes ethniques parlent plus de 500 langues distinctes et sont identifiés avec une grande variété de cultures. La langue officielle du Nigéria est l’anglais, choisi pour faciliter l’unité linguistique au niveau national. Le Nigéria est divisé à peu près en deux entre les chrétiens, qui vivent principalement dans le sud du pays, et les musulmans, qui vivent principalement dans le nord. Une minorité de la population pratique des religions indigènes au Nigéria, comme celles originaires des ethnies Igbo et Yoruba. Le Nigeria est considéré comme un marché émergent par la Banque mondiale, il a été identifié comme une puissance régionale sur le continent africain, une puissance moyenne dans les affaires internationales et a également été identifiée comme une puissance mondiale émergente. Cependant, son indice de développement humain se classe au 158e rang mondial. Le Nigéria est membre du groupe de pays MINT, qui sont largement considérés comme les prochaines économies « de type BRIC » du monde. Il figure également parmi les économies des « onze prochains » qui devraient devenir parmi les plus grandes du monde. Le Nigéria est membre fondateur de l’Union africaine et membre de nombreuses autres organisations internationales, notamment les Nations Unies, le Commonwealth des Nations et l’OPEP.

L’histoire du Nigéria

Tôt (1500 avant JC – 1500)

La civilisation Nok du nord du Nigeria a prospéré entre 1 500 avant JC et 200 après JC. Elle a produit des figures en terre cuite grandeur nature qui sont parmi les premières sculptures connues en Afrique subsaharienne et fer fondu par environ 550 avant JC et peut-être quelques siècles plus tôt. Des indices de fonte de fer ont également été mis au jour sur des sites de la région de Nsukka, dans le sud-est du Nigéria : datant de 2000 avant JC sur le site de Lejja (Uzomaka 2009) et de 750 avant JC et sur le site d’Opi (Holl 2000. Plus au nord, les villes de Kano et Katsina ont une histoire enregistrée datant d’environ 999 après JC. Les royaumes haoussa et l’empire Kanem-Bornu ont prospéré en tant que postes commerciaux entre l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Ouest. Le Royaume de Nri du peuple Igbo s’est consolidé au 10ème siècle et a continué jusqu’à ce qu’il ait perdu sa souveraineté aux Britanniques en 1911. Nri était dirigée par les Eze Nri, et la ville de Nri est considérée comme le fondement de la culture Igbo. Nri et Aguleri, d’où provient le mythe de la création Igbo, se trouvent sur le territoire du clan Umeuri. Les membres du clan remontent leurs lignées à la figure patriarcale du roi Eri. En Afrique de l’Ouest, les bronzes les plus anciens fabriqués avec le procédé à la cire perdue provenaient d’Igbo-Ukwu, une ville sous influence Nri.

Les royaumes yoruba d’Ife et d’Oyo, dans le sud-ouest du Nigéria, sont devenus importants au 12e et 14e siècles, respectivement. Les plus anciens signes d’établissement humain sur le site actuel d’Ife remontent au IXe siècle et sa culture matérielle comprend des figures en terre cuite et en bronze.

Première période moderne (1500-1800)

Oyo, à son apogée territoriale à la fin du XVIIe au début du XVIIIe siècle, a étendu son influence de l’ouest du Nigéria au Togo moderne. L’Empire béninois d’Edo est situé dans le sud-ouest du Nigéria. Le pouvoir du Bénin a duré entre le XVe et le XIXe siècle. Leur domination a atteint jusqu’à la ville d’Eko (un nom d’Edo changé plus tard en Lagos par les Portugais) et plus loin. Au début du 19ème siècle, Usman dan Fodio dirigea un jihad réussi et créa et dirigea l’empire peul centralisé (également connu sous le nom de califat de Sokoto). Le territoire contrôlé par l’État résultant comprenait une grande partie du nord et du centre du Nigéria d’aujourd’hui ; il dura jusqu’à l’éclatement de l’Empire en 1903 en diverses colonies européennes.

Pendant des siècles, divers peuples du Nigéria moderne ont fait du commerce par voie terrestre avec des commerçants d’Afrique du Nord. Les villes de la région sont devenues des centres régionaux dans un vaste réseau de routes commerciales s’étendant sur l’Afrique occidentale, centrale et septentrionale. Au XVIe siècle, les explorateurs portugais ont été les premiers Européens à commencer un commerce important et direct avec les peuples du Nigéria moderne, au port qu’ils ont nommé Lagos et à Calabar. Les Européens échangeaient des marchandises avec les peuples de la côte ; le commerce côtier avec les Européens a également marqué les débuts de la traite négrière atlantique. Le port de Calabar sur la baie historique du Biafra (maintenant communément appelé la baie de Bonny) est devenu l’un des plus grands postes de traite des esclaves en Afrique de l’Ouest à l’époque de la traite transatlantique des esclaves. D’autres ports d’asservissement importants au Nigéria étaient situés à Badagry, Lagos sur la baie du Bénin et sur l’île de Bonny sur la baie du Biafra. La majorité de ceux qui ont été réduits en esclavage et emmenés dans ces ports ont été capturés lors de raids et de guerres. Habituellement, les captifs étaient ramenés sur le territoire des conquérants comme travail forcé ; après un certain temps, ils étaient parfois acculturés et absorbés par la société des conquérants. Un certain nombre de routes d’esclaves ont été établies dans tout le Nigéria reliant les zones de l’arrière-pays aux principaux ports côtiers. Certains des marchands d’esclaves les plus prolifiques étaient liés à l’Empire Oyo au sud-ouest, à la Confédération Aro au sud-est et au califat de Sokoto au nord. L’esclavage existait également dans les territoires comprenant le Nigéria moderne ; sa portée était plus large vers la fin du XIXe siècle. Dans les années 1890, la plus grande population d’esclaves du monde, environ 2 millions de personnes, était concentrée dans les territoires du califat de Sokoto. Le recours à la main-d’œuvre esclave était très répandu, en particulier dans l’agriculture. « 

Nigéria britannique (1800–1960)

Un impératif juridique changeant (la traite transatlantique des esclaves proscrite par la Grande-Bretagne en 1807) et un impératif économique (un désir de stabilité politique et sociale) ont conduit la plupart des puissances européennes à soutenir la culture généralisée de produits agricoles, tels que la palme, destinés à l’industrie européenne. Le commerce des esclaves de l’Atlantique a été pratiqué par des entreprises européennes jusqu’à ce qu’il soit interdit en 1807. Après cela, des contrebandiers illégaux ont acheté des esclaves le long de la côte par des esclavagistes indigènes. L’escadron britannique d’Afrique de l’Ouest a cherché à intercepter les passeurs en mer. Les esclaves secourus ont été emmenés à Freetown, une colonie en Afrique de l’Ouest établie à l’origine pour la réinstallation des esclaves libérés de Grande-Bretagne. La Grande-Bretagne est intervenue dans la lutte pour le pouvoir de la royauté de Lagos en bombardant Lagos en 1851, en déposant Oba Kosoko, un ami de la traite négrière, en aidant à installer l’amiable Oba Akitoye et en signant le traité entre la Grande-Bretagne et Lagos le 1er janvier 1852. La Grande-Bretagne a annexé Lagos en tant que couronne Colonie en août 1861 avec le traité de cession de Lagos. Les missionnaires britanniques ont étendu leurs opérations et voyagé plus à l’intérieur des terres. En 1864, Samuel Ajayi Crowther est devenu le premier évêque africain de l’Église anglicane. En 1885, les revendications britanniques sur une sphère d’influence ouest-africaine ont été reconnues par d’autres nations européennes lors de la Conférence de Berlin. L’année suivante, il a affrété la Royal Niger Company sous la direction de Sir George Taubman Goldie. En 1900, le territoire de la société est passé sous le contrôle du gouvernement britannique, qui a décidé de consolider son emprise sur la région du Nigeria moderne. Le 1er janvier 1901, le Nigeria est devenu un protectorat britannique et une partie de l’Empire britannique, la première puissance mondiale de l’époque. À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, les royaumes indépendants de ce qui allait devenir le Nigéria ont combattu un certain nombre de conflits contre les efforts de l’Empire britannique pour étendre son territoire. Par la guerre, les Britanniques ont conquis le Bénin en 1897 et, dans la guerre anglo-aro (1901-1902), ont vaincu d’autres adversaires. La retenue ou la conquête de ces États a ouvert la zone du Niger à la domination britannique. En 1914, les Britanniques ont officiellement uni la région du Niger en tant que colonie et protectorat du Nigéria. Sur le plan administratif, le Nigéria est resté divisé en protectorats du nord et du sud et colonie de Lagos. Les habitants de la région sud ont maintenu plus d’interaction, économique et culturelle, avec les Britanniques et les autres Européens en raison de l’économie côtière.

Les missions chrétiennes ont établi des établissements d’enseignement occidentaux dans les protectorats. Dans le cadre de la politique britannique de domination indirecte et de validation de la tradition islamique, la Couronne n’a pas encouragé le fonctionnement des missions chrétiennes dans la partie nord du pays islamique. Certains enfants de l’élite du sud se sont rendus en Grande-Bretagne pour poursuivre des études supérieures. Lors de l’indépendance en 1960, les différences régionales dans l’accès à l’éducation moderne ont été marquées. L’héritage, bien que moins prononcé, se poursuit jusqu’à nos jours. Des déséquilibres entre le Nord et le Sud ont également été exprimés dans la vie politique du Nigéria. Par exemple, le nord du Nigéria n’a interdit l’esclavage qu’en 1936 tandis que dans d’autres parties du Nigéria, l’esclavage a été aboli peu de temps après le colonialisme. Après la Seconde Guerre mondiale, en réponse à la croissance du nationalisme nigérian et aux revendications d’indépendance, les constitutions successives légiférées par le gouvernement britannique ont fait évoluer le Nigéria vers l’autonomie gouvernementale sur une base représentative et de plus en plus fédérale. Au milieu du 20e siècle, une grande vague d’indépendance balayait l’Afrique. Le Nigéria a accédé à l’indépendance en 1960.

Fédération indépendante et Première République (1960-1966)

La Fédération du Nigéria a obtenu son indépendance du Royaume-Uni le 1er octobre 1960, tout en conservant le monarque britannique, Elizabeth II, comme chef d’État et reine du Nigéria. Le gouvernement du Nigéria était une coalition de partis conservateurs: le Congrès du peuple nigérian (NPC), un parti dominé par les habitants du Nord et ceux de confession islamique, et le Conseil national du Nigéria et du Cameroun à dominance Igbo et chrétienne (NCNC) dirigé par Nnamdi Azikiwe . Azikiwe a remplacé le gouverneur général colonial en novembre 1960. L’opposition comprenait le Groupe d’action (AG), relativement libéral, largement dominé par les Yoruba et dirigé par Obafemi Awolowo. Les différences culturelles et politiques entre les groupes ethniques dominants du Nigéria – les Hausa et les Fulani («Nordistes»), Igbo («Orientaux») et Yoruba («Occidentaux») – étaient marquées. Un déséquilibre a été créé dans le système politique à la suite du plébiscite de 1961. Le Cameroun du Sud a choisi de rejoindre la République du Cameroun tandis que le Cameroun du Nord a choisi de rester au Nigéria. La partie nord du pays est alors devenue plus grande que la partie sud. En 1963, la nation a établi une République fédérale, avec Azikiwe comme son premier président. Lorsque des élections ont eu lieu en 1965, le Parti démocratique national nigérian est arrivé au pouvoir dans la région occidentale du Nigéria.

Guerre civile (1967-1970)

Le déséquilibre et la corruption perçue du processus électoral et politique ont conduit, en 1966, à des coups d’État militaires consécutifs. Le premier coup d’État a eu lieu en janvier 1966 et a été mené principalement par des soldats Igbo dirigés par les majors Emmanuel Ifeajuna et Chukwuma Kaduna Nzeogwu. Les comploteurs du coup d’État ont réussi à assassiner le Premier ministre Abubakar Tafawa Balewa, le premier ministre Ahmadu Bello de la région du Nord et le premier ministre Ladoke Akintola de la région de l’Ouest, mais les comploteurs du coup d’État ont eu du mal à former un gouvernement central. Le président Nwafor Orizu a remis le contrôle du gouvernement à l’armée, alors sous le commandement d’un autre officier Igbo, le général JTU Aguiyi-Ironsi. Plus tard, le contre-coup d’État de 1966, soutenu principalement par des officiers militaires du Nord, a facilité la montée du lieutenant-colonel Yakubu Gowon à la tête de l’État. La tension monta entre le Nord et le Sud ; Les Igbos des villes du Nord ont été persécutés et beaucoup ont fui vers la région de l’Est. En mai 1967, la région du Sud a déclaré son indépendance en tant qu’État appelé la République du Biafra, sous la direction du lieutenant-colonel Emeka Ojukwu. La guerre civile nigériane a commencé lorsque le côté officiel du gouvernement nigérian a attaqué le Biafra le 6 juillet 1967 à Garkem. La guerre de 30 mois, avec un long siège du Biafra et son isolement du commerce et des fournitures, s’est terminée en janvier 1970. Les estimations du nombre de morts dans l’ancienne Région de l’Est se situent entre 1 et 3 millions de personnes, victimes de la guerre, de la maladie et de la famine, pendant la guerre civile de 30 mois. La France, l’Égypte, l’Union soviétique, la Grande-Bretagne, Israël et d’autres ont été profondément impliqués dans la guerre civile en coulisses. La Grande-Bretagne et l’Union soviétique étaient les principaux soutiens militaires du gouvernement nigérian tandis que la France et d’autres aidaient les Biafrans. Le gouvernement congolais, sous le président Joseph-Désiré Mobutu, a pris rapidement position sur la sécession du Biafra, exprimant un soutien ferme au gouvernement fédéral nigérian et déployant des milliers de soldats pour lutter contre les sécessionnistes. Le Nigéria a utilisé des pilotes égyptiens pour son armée de l’air.

Juntes militaires (1970-1999)

Pendant le boom pétrolier des années 1970, le Nigéria a adhéré à l’OPEP et les énormes revenus pétroliers qu’il générait ont enrichi l’économie. Malgré ces revenus, le gouvernement militaire n’a pas fait grand-chose pour améliorer le niveau de vie de la population, aider les petites et moyennes entreprises ou investir dans les infrastructures. Comme les revenus pétroliers ont alimenté la hausse des subventions fédérales aux États, le gouvernement fédéral est devenu le centre de la lutte politique et le seuil de pouvoir dans le pays. Avec l’augmentation de la production et des revenus pétroliers, le gouvernement nigérian est devenu de plus en plus dépendant des revenus pétroliers et des marchés internationaux de produits de base pour des raisons budgétaires et économiques. Il n’a pas développé d’autres sources de revenus dans l’économie pour la stabilité économique. Cela a condamné le fédéralisme au Nigeria. À partir de 1979, les Nigérians ont participé à un retour à la démocratie lorsque Olusegun Obasanjo a transféré le pouvoir au régime civil de Shehu Shagari. Le gouvernement Shagari est devenu considéré comme corrompu par pratiquement tous les secteurs de la société nigériane. En 1983, les inspecteurs de la société d’État nigériane nationale pétrolière (NNPC), appartenant à l’État, ont commencé à remarquer « l’empoisonnement lent des eaux de ce pays ». Le coup d’État militaire de Muhammadu Buhari peu après la réélection du régime en 1984 a été généralement considéré comme une évolution positive. Buhari a promis des réformes majeures, mais son gouvernement n’a guère mieux fait que son prédécesseur. Son régime a été renversé par un autre coup d’État militaire en 1985. Le nouveau chef de l’État, Ibrahim Babangida, s’est déclaré président et commandant en chef des forces armées et du Conseil militaire suprême au pouvoir. Il a fixé 1990 comme date limite officielle pour un retour à la gouvernance démocratique. Le mandat de Babangida a été marqué par une vague d’activités politiques : il a institué le Programme d’ajustement structurel (PAS) du Fonds monétaire international pour aider au remboursement de la dette internationale écrasante du pays. À l’époque, la plupart des recettes fédérales étaient consacrées au service de cette dette. Il a inscrit le Nigéria à l’Organisation de la Conférence islamique, ce qui a aggravé les tensions religieuses dans le pays.

Babangida a survécu à un coup d’État avorté, puis a reporté un retour promis à la démocratie à 1992. Des élections libres et équitables ont finalement eu lieu le 12 juin 1993, la première depuis le coup d’État militaire de 1983, avec une victoire présidentielle pour Moshood Kashimawo Olawale Abiola du social-démocrate. Parti, qui a obtenu environ 58% des voix, battant Bashir Tofa de la Convention républicaine nationale. Cependant, Babangida a annulé les élections, conduisant à des manifestations civiles massives qui ont effectivement fermé le pays pendant des semaines. Babangida a finalement tenu sa promesse de céder ses fonctions à un gouvernement civil, mais pas avant de nommer Ernest Shonekan à la tête d’un gouvernement intérimaire. Le régime de Babangida a été considéré comme le plus corrompu et responsable de la création d’une culture de corruption au Nigéria. À la fin de 1993, le régime de gardien de Shonekan a été submergé par le coup d’État militaire du général Sani Abacha, qui a utilisé la force militaire à grande échelle pour réprimer les troubles civils persistants. Il a transféré de l’argent sur des comptes offshore dans des banques d’Europe occidentale et a vaincu des complots de coup d’État en soudoyant des généraux de l’armée. En 1995, le gouvernement a pendu l’écologiste Ken Saro-Wiwa sur des accusations forgées de toutes pièces pour la mort de quatre anciens Ogoni. Les poursuites intentées en vertu du Statut américain pour délit extraterrestre contre Royal Dutch Shell et Brian Anderson, le chef de l’opération nigériane de Shell, ont été réglées à l’amiable, Shell continuant de nier toute responsabilité. Plusieurs centaines de millions de dollars de comptes remontant à Abacha ont été découverts en 1999. Le régime a pris fin en 1998, lorsque le dictateur est décédé dans la villa. Son successeur, le général Abdulsalami Abubakar, a adopté une nouvelle constitution le 5 mai 1999, qui prévoyait des élections multipartites. Le 29 mai 1999, Abubakar a transféré le pouvoir au vainqueur des élections, Obasanjo, qui avait depuis pris sa retraite de l’armée.

Démocratisation (1999)

Le Nigéria a retrouvé la démocratie en 1999 lorsqu’il a élu Olusegun Obasanjo, l’ancien chef d’État militaire, comme nouveau président du Nigéria. Cela a mis fin à près de 33 ans de régime militaire (de 1966 à 1999), à l’exclusion de la seconde république éphémère (entre 1979 et 1983) des dictateurs militaires qui ont pris le pouvoir lors de coups d’État et de contre-coups d’État pendant les juntes militaires nigérianes de 1966. –1979 et 1983–1998. Bien que les élections qui ont amené Obasanjo au pouvoir en 1999 puis en 2003 aient été condamnées comme non libres et injustes, le Nigéria a montré des améliorations marquées dans ses tentatives de lutter contre la corruption du gouvernement et d’accélérer le développement. La violence ethnique pour le contrôle de la région pétrolière du delta du Niger et les infrastructures inadéquates sont quelques-uns des problèmes dans le pays. Umaru Yar’Adua du Parti démocratique populaire (PDP) est arrivé au pouvoir aux élections générales de 2007. La communauté internationale a observé les élections nigérianes pour encourager un processus libre et équitable, et a condamné celui-ci comme étant gravement défectueux. Yar’Adua est décédé le 5 mai 2010. Le docteur Goodluck Jonathan a prêté serment en tant que remplaçant de Yar’Adua le 6 mai 2010, devenant le 14e chef de l’État nigérian, tandis que son vice-président, Namadi Sambo, architecte et ancien Kaduna. Gouverneur d’État, a été choisi le 18 mai 2010 par l’Assemblée nationale. Sa confirmation a suivi la nomination par le président Jonathan de Sambo à ce poste. Goodluck Jonathan a été président du Nigéria jusqu’au 16 avril 2011, date à laquelle une nouvelle élection présidentielle au Nigéria a eu lieu. Jonathan du PDP a été déclaré vainqueur le 19 avril 2011, après avoir remporté l’élection avec un total de 22 495 187 des 39 469 484 voix exprimées, pour devancer Muhammadu Buhari du principal parti d’opposition, le Congrès pour le changement progressif (CPC), qui a remporté 12 214 853 du total des suffrages exprimés. Les médias internationaux ont rapporté que les élections se sont bien déroulées avec relativement peu de violence ou de fraude électorale, contrairement aux élections précédentes. Lors des élections de mars 2015, Muhammadu Buhari a battu Goodluck Jonathan par environ 2 millions de voix. Les observateurs ont généralement salué l’élection comme étant équitable. Jonathan a été généralement félicité pour avoir concédé la défaite et limité le risque de troubles.

La politique du Nigéria

Le Nigéria est une république fédérale inspirée des États-Unis, le pouvoir exécutif étant exercé par le président. Il est influencé par le modèle du système de Westminster dans la composition et la gestion des chambres hautes et basses de la législature bicamérale. Le président préside à la fois le chef de l’État et le chef du gouvernement fédéral ; le chef est élu au suffrage universel pour un maximum de deux mandats de 4 ans. Lors de l’élection présidentielle du 28 mars 2015, le général Muhammadu Buhari est sorti vainqueur pour devenir le président de la République fédérale du Nigéria, battant le Dr Goodluck Jonathan, alors en fonction. Malgré le ralentissement économique du pays, Muhammadu Buhari a été réélu en février 2019 pour un second mandat. Le pouvoir du président est contrôlé par un Sénat et une Chambre des représentants, qui sont réunis en un organe bicaméral appelé Assemblée nationale. Le Sénat est un organe de 109 sièges avec trois membres de chaque État et un de la région capitale d’Abuja ; les membres sont élus au suffrage universel pour un mandat de quatre ans. La Chambre compte 360 ​​sièges, le nombre de sièges par État étant déterminé par la population.

L’ethnocentrisme, le tribalisme, la persécution religieuse et le prébendalisme ont affecté la politique nigériane à la fois avant et après l’indépendance en 1960. L’altruisme sélectif a fait son chemin dans la politique nigériane, entraînant des efforts tribalistes pour concentrer le pouvoir fédéral sur une région particulière de leurs intérêts. Le nationalisme a également conduit à des mouvements sécessionnistes actifs tels que MASSOB, des mouvements nationalistes tels que le Congrès des peuples d’Oodua, le Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger et une guerre civile. Les trois plus grands groupes ethniques du Nigéria (Hausa, Igbo et Yoruba) ont conservé une prééminence historique dans la politique nigériane ; la concurrence entre ces trois groupes a alimenté la corruption et la corruption. En raison des problèmes susmentionnés, les partis politiques du Nigéria ont un caractère pan-national et laïque (bien que cela n’empêche pas la prééminence continue des ethnies dominantes).  Les deux principaux partis politiques sont le Parti démocratique populaire du Nigéria et le Congrès progressiste. Une vingtaine de partis d’opposition mineurs sont enregistrés. Le président d’alors, Olusegun Obasanjo, a reconnu la fraude et d’autres « manquements » électoraux, mais a déclaré que le résultat reflétait les sondages d’opinion. Dans un discours à la télévision nationale en 2007, il a ajouté que si les Nigérians n’aimaient pas la victoire de son successeur trié sur le volet, ils auraient la possibilité de voter à nouveau dans quatre ans. Lors des élections générales nigérianes de 2015, le Congrès victorieux de tous les progressistes compte 225 sièges à la Chambre et 60 au Sénat, tandis que le Parti démocratique populaire du Nigéria, défait, est devenu l’opposition avec 125 sièges à la Chambre et 49 au Sénat. Comme dans de nombreuses autres sociétés africaines, le prébendalisme et les taux élevés de corruption continuent de constituer des défis majeurs pour le Nigéria. Tous les grands partis ont pratiqué le truquage des voix et d’autres moyens de coercition pour rester compétitifs. Avant les élections de 1983, un rapport d’experts établi par l’Institut national des politiques et des études stratégiques a montré que seules les élections de 1959 et 1979 se sont déroulées sans truquage systématique. En 2012, le Nigeria aurait perdu plus de 400 milliards de dollars à cause de la corruption depuis l’indépendance.

L’économie du Nigéria

Le Nigeria est classé comme un marché émergent à économie mixte. Il a atteint un statut de revenu intermédiaire inférieur selon la Banque mondiale, avec son offre abondante de ressources naturelles, ses secteurs financiers, juridiques, de communications, de transport et de bourse bien développés (la Bourse nigériane), qui est le deuxième plus grand en Afrique. Le Nigéria était classé 21e au monde en termes de PIB (PPA) en 2015. Le Nigéria est le plus grand partenaire commercial des États-Unis en Afrique subsaharienne et fournit un cinquième de son pétrole (11% des importations de pétrole). Il a le septième plus grand excédent commercial avec les États-Unis de tous les pays du monde. Le Nigéria est le 50e plus grand marché d’exportation de biens américains et le 14e plus grand exportateur de biens vers les États-Unis. Les États-Unis sont le plus grand investisseur étranger du pays. Après l’effondrement des prix du pétrole en 2014-2016, combiné à des chocs de production négatifs, le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) est tombé à 2,7% en 2015. En 2016, lors de sa première récession en 25 ans, l’économie s’est contractée de 1,6%. En 2019, l’économie a commencé à se redresser légèrement, le PIB réel du pays augmentant de 2,3% et le FMI estimant une nouvelle augmentation de 2,3% en 2020. Le développement économique a été entravé par des années de régime militaire, de corruption et de mauvaise gestion. Le rétablissement de la démocratie et les réformes économiques qui ont suivi ont réussi à remettre le Nigéria sur la voie de la réalisation de son plein potentiel économique. En 2014, c’est la plus grande économie d’Afrique, ayant dépassé l’Afrique du Sud. Pendant le boom pétrolier des années 1970, le Nigéria a accumulé une dette extérieure importante pour financer d’importants investissements dans les infrastructures. Avec la chute des prix du pétrole au cours des années 80, la surabondance de pétrole du Nigeria a eu du mal à suivre ses versements de prêts et a finalement échoué sur ses remboursements de la dette principale, limitant le remboursement à la partie des intérêts des prêts. Les arriérés et les intérêts de pénalité accumulés sur le principal impayé ont augmenté la taille de la dette. Après des négociations avec les autorités nigérianes, en octobre 2005, le Nigéria et ses créanciers du Club de Paris sont parvenus à un accord aux termes duquel le Nigéria a racheté sa dette à un escompte d’environ 60%. Le Nigéria a utilisé une partie de ses bénéfices pétroliers pour payer les 40% résiduels, libérant au moins 1,15 milliard de dollars par an pour des programmes de réduction de la pauvreté. Le Nigeria est entré dans l’histoire en avril 2006 en devenant le premier pays africain à rembourser intégralement sa dette (estimée à 30 milliards de dollars) envers le Club de Paris. Le Nigéria tente d’atteindre le premier des objectifs de développement durable, qui est de mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes d’ici 2030.

La démographie du Nigéria

La population du Nigéria a augmenté de 57 millions entre 1990 et 2008, soit un taux de croissance de 60% en moins de deux décennies. En 2017, la population s’élevait à 191 millions d’habitants. Environ 42,5% de la population était âgée de 14 ans ou moins, 19,6% était âgée de 15 à 24 ans, 30,7% était âgée de 25 à 54 ans, 4,0% âgée de 55 à 64 ans et 3,1% âgée de 65 ans ou plus. L’âge médian en 2017 était de 18,4 ans. Le Nigéria est le pays le plus peuplé d’Afrique et représente environ 17% de la population totale du continent en 2017 ; cependant, exactement à quel point la population est un sujet de spéculation. Les Nations Unies estiment que la population en 2018 était de 195 874 685, répartie en 51,7% rural et 48,3% urbain, et avec une densité de population de 167,5 personnes par kilomètre carré. Les résultats du recensement national des dernières décennies ont été contestés. Les résultats du dernier recensement ont été publiés en décembre 2006 et ont donné une population de 140 003 542 habitants. La seule ventilation disponible était par sexe : les hommes étaient au nombre de 71 709 859, les femmes au nombre de 68 293 008. En juin 2012, le président Goodluck Jonathan a déclaré que les Nigérians devraient limiter leur nombre d’enfants. Selon les Nations Unies, le Nigeria connaît une croissance démographique explosive et présente l’un des taux de croissance et de fécondité les plus élevés du monde. D’après leurs projections, le Nigéria est l’un des huit pays qui devraient représenter collectivement la moitié de l’augmentation de la population mondiale en 2005-2050. D’ici 2100, l’ONU estime que la population nigériane se situera entre 505 millions et 1,03 milliard de personnes (estimation moyenne : 730 millions). En 1950, le Nigéria ne comptait que 33 millions de personnes. Un Africain sur six est Nigérian en 2019. Actuellement, le Nigéria est le septième pays le plus peuplé du monde. Le taux de natalité est de 35,2 naissances / 1 000 habitants et le taux de mortalité est de 9,6 décès / 1 000 habitants en 2017, tandis que le taux de fécondité total est de 5,07 enfants nés / femme. La plus grande ville du Nigéria est Lagos. Lagos est passé d’environ 300 000 en 1950 à environ 13,4 millions en 2017.

L’éducation du Nigéria

L’éducation au Nigéria est supervisée par le ministère de l’Éducation. Les autorités locales sont responsables de la mise en œuvre de la politique de l’enseignement public contrôlé par l’État et des écoles publiques au niveau régional. Le système éducatif est divisé en jardins d’enfants, enseignement primaire, enseignement secondaire et enseignement supérieur. Après le boom pétrolier des années 1970, l’enseignement supérieur a été amélioré de manière à atteindre toutes les sous-régions du Nigéria. 68% de la population nigériane est alphabétisée et le taux pour les hommes (75,7%) est supérieur à celui pour les femmes (60,6%). Le Nigéria offre une éducation gratuite et financée par le gouvernement, mais la fréquentation n’est obligatoire à aucun niveau et certains groupes, tels que les nomades et les handicapés, sont mal desservis. Le système éducatif se compose de six ans d’école primaire, de trois ans d’école secondaire de premier cycle, de trois ans d’école secondaire de deuxième cycle et de quatre, cinq ou six ans d’enseignement universitaire menant à un baccalauréat.

Les langues du Nigéria

Il y a 521 langues parlées au Nigéria ; neuf d’entre eux sont maintenant éteints. Dans certaines régions du Nigéria, les groupes ethniques parlent plus d’une langue. La langue officielle du Nigéria, l’anglais, a été choisie pour faciliter l’unité culturelle et linguistique du pays, en raison de l’influence de la colonisation britannique qui s’est terminée en 1960. De nombreux francophones des pays voisins ont influencé l’anglais parlé dans les régions frontalières du Nigéria et certains citoyens nigérians sont devenus suffisamment à l’aise en français pour travailler dans les pays voisins. Le français parlé au Nigéria peut être mélangé avec certaines langues maternelles mais est principalement parlé comme le français parlé au Bénin. Le français peut également être mélangé avec l’anglais comme c’est le cas au Cameroun. Les principales langues parlées au Nigéria représentent trois grandes familles de langues d’Afrique: la majorité sont des langues nigéro-congolaises, telles que l’igbo, le yoruba, l’ijaw, le fulfulde, l’ogoni et l’edo. Le kanuri, parlé dans le nord-est, principalement dans l’État de Borno et de Yobe, fait partie de la famille nilo-saharienne et le haoussa est une langue afro-asiatique. Même si la plupart des groupes ethniques préfèrent communiquer dans leur propre langue, l’anglais comme langue officielle est largement utilisé pour l’éducation, les transactions commerciales et à des fins officielles. L’anglais comme première langue n’est utilisé que par une petite minorité de l’élite urbaine du pays, et il n’est pas du tout parlé dans certaines zones rurales. Le haoussa est la plus parlée des trois principales langues parlées au Nigeria même. Avec la majorité de la population du Nigeria dans les zones rurales, les principales langues de communication dans le pays restent les langues autochtones. Certains des plus grands d’entre eux, notamment le yoruba et l’igbo, ont tiré des langues standardisées d’un certain nombre de dialectes différents et sont largement parlés par ces groupes ethniques. L’anglais nigérian Pidgin, souvent connu simplement sous le nom de « Pidgin » ou « Broken » (anglais cassé), est également une lingua franca populaire, bien que ses influences régionales varient sur le dialecte et l’argot. L’anglais pidgin ou l’anglais nigérian est largement parlé dans les régions du delta du Niger, principalement à Warri, Sapele, Port Harcourt, Agenebode, Ewu et Benin City.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés