Afrique de l'Ouest
12 mai 2020

Guinée-Bissau : Chantier d’une nouvelle Constitution lancée sur recommandation de la CEDEAO

Nouvelle Constitution en Guinée-Bissau | Hier lundi, le président de Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embalo, a ouvert le chantier d’une réforme […]

11 mars 2020 Afrique de l'Ouest

Le président de la Guinée-Bissau en tournée dans la sous-région

Bissau (© 2020 Afriquinfos)- Dès ce mardi, le président de la Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embalo entame une visite officielle dans […]

Lire la suite »
29 février 2020 Afrique de l'Ouest

Bissau: l’ONU prolonge une dernière fois sa mission et appelle au dialogue politique

Genève (© 2020 Afriquinfos)- La mission des Nations Unies en Guinée-Bissau sera prorogée pour la dernière fois jusqu’au 31 décembre. […]

Lire la suite »
27 février 2020 Afrique de l'Ouest

Présidentielle contestée à Bissau: un des candidats a déclaré son intention de se faire investir au poste de chef de l’Etat

L’un des deux candidats au second tour de la présidentielle en Guinée-Bissau a déclaré mercredi son intention de se faire […]

Lire la suite »
11 février 2020 Afrique de l'Ouest

Guinée-Bissau/ Contentieux électoral : la CEDEAO donne jusqu’au 15 février à la Cour Suprême pour trancher

Addis Abeba (© 2020 Afriquinfos)-   En  marge du Sommet l’UA qu’est achevé lundi à Addis Abeba, la Communauté économique des […]

Lire la suite »
5 février 2020 Afrique de l'Ouest

Bissau: Umaro Sissoco Embalo de nouveau proclamé vainqueur de la présidentielle (CE)

Bissau (© 2020 Afriquinfos)-Après une vérification des procès-verbaux du second tour demandée par l’organisation ouest-africaine Cédéao pour tenter de sortir […]

Lire la suite »
31 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Crise post-électorale en Guinée : La Cedeao prend des décisions fermes

Bissau (© 2020 Afriquinfos)-La mission conduite par le ministre des Affaires étrangères du Niger, Kalla Ankourao, président du Conseil des […]

Lire la suite »
29 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Portugal: un député portugais d’extrême-droite propose le renvoi d’une collègue en Afrique

Lisbonne (© 2020 Afriquinfos)- « Je propose que la députée Joacine soit elle-même rendue à son pays d’origine. Ce serait beaucoup […]

Lire la suite »
16 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Guinée-Bissau: le PAIGC rejette la compilation des résultats de l’élection présidentielle du 29 décembre

Bissau (© 2020 Afriquinfos)-La publication des résultats définitifs du second tour de la présidentielle du 29 décembre en Guinée-Bissau tarde […]

Lire la suite »
13 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Présidentielle/ Guinée Bissau : la Cour Suprême tranche et déboute le parti majoritaire

Bissau (© 2020 Afriquinfos)- Selon les résultats provisoires du second tour de l’élection présidentielle, c’est l’opposant Umaro Sissoco Embalo qui […]

Lire la suite »
3 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Guinée-Bissau : l’ONU salue le bon déroulement du scrutin présidentiel

Bissau (© 2020 Afriquinfos)-M. Chambas a salué la population de ce pays pour le bon déroulement des élections et l’atmosphère […]

Lire la suite »
2 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Guinée Bissau : L’opposant Umaro Sissoco Embalo vainqueur de l’élection présidentielle

Bissau (© 2020 Afriquinfos)- L’ex-Premier ministre et candidat de l’opposition en Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embalo, a été proclamé mercredi vainqueur […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Guinée-Bissau: victoire de l’opposant Umaro Sissoco Embalo, contestée par son adversaire

Le candidat de l’opposition en Guinée-Bissau, l’ancien Premier ministre Umaro Sissoco Embalo, a été proclamé mercredi vainqueur de l’élection présidentielle […]

Lire la suite »
31 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Les résultats du deuxième tour attendus mercredi en Guinée Bissau

Bissau (© 2019 Afriquinfos)-En Guinée Bissau, les élections du dimanche pourraient participer à contribuer à baisser la tension politique dans […]

Lire la suite »
9 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Guinée Bissau : José Mario Vaz soutient Umaro Sissoco Embalo le candidat de l’opposition

Bissau (© 2019 Afriquinfos)-Arrivé au 2e au premier tour de la présidentielle du 24 novembre, avec 27,65%,  face au chef […]

Lire la suite »
27 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Le scrutin présidentiel sans incident en Guinée-Bissau

Bissau (© 2019 Afriquinfos)-Le scrutin présidentiel en Guinée-Bissau s’est bel et bien déroulé ce dimanche 24 novembre et sans incident, […]

Lire la suite »
25 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Guinée-Bissau / Présidentielle : dans l’attente des résultats du 1er tour

Bissau (© 2019 Afriquinfos)- Le premier tour de l’élection présidentielle s’est tenue ce dimanche à Bissau. Quelques 761 000 électeurs […]

Lire la suite »
14 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Guinée-Bissau : l’élection présidentielle maintenue sur le 24 novembre

Bissau (© 2019 Afriquinfos)-Malgré la crise politique en Guinée-Bissau, le calendrier électoral qui convie les électeurs aux urnes le 24 […]

Lire la suite »
5 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Election/Message ferme du Conseil de sécurité de l’ONU a l’endroit des Bissau-Guineens !

Genève (© 2019 Afriquinfos)-Les réactions continuent à pleuvoir pour amortir la crise en Guinée Bissau.  En attendant le sommet extraordinaire […]

Lire la suite »
4 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Crise en Guinée Bissau : la CEDEAO convoque un sommet extraordinaire sur le 8 novembre

Bissau (© 2019 Afriquinfos)- Une délégation ministérielle de la Cédéao s’est rendue ce dimanche 3 novembre en Guinée Bissau en […]

Lire la suite »
2 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

La Guinée-Bissau exhortée à maintenir la date prévue pour la présidentielle

Bissau (© 2019 Afriquinfos)- Ce vendredi, le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé dans une déclaration adoptée à l’unanimité […]

Lire la suite »
1 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

José Mario Vaz nomme un nouveau gouvernement et se met à dos la CEDEAO et l’UA

Bissau (© 2019 Afriquinfos)–  José Mario Vaz allant à l’encontre de toutes les résolutions prises jusque-là a limogé du gouvernement […]

Lire la suite »
31 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Crise en Guinée-Bissau: la CEDEAO reçoit le soutien de l’ONU et de l’Union africaine

Lomé (© 2019 Afriquinfos)- Force est de constater que malgré l’ultimatum donné par la Communauté économique des Etats de l’Afrique […]

Lire la suite »
30 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Guinée Bissau : Faustino Imbali nommé nouveau chef de gouvernement

Bissau (© 2019 Afriquinfos)- L’ancien Premier ministre et ex-ministre des Affaires étrangères Faustino Imbali vient d’être nommé nouveau chef du […]

Lire la suite »
17 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

L’harmonisation des accords commerciaux entre les pays membres de l’UA et l’UE en un accord unique est possible

Praia (© 2019 Afriquinfos)- Selon Carlos Lopes, ancien secrétaire exécutif de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) […]

Lire la suite »
9 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

La Guinée-Bissau appelée à tenir ses élections présidentielles « de manière impérative » en 2019

Bissau (© 2019 Afriquinfos)- Ce lundi, la mission internationale conjointe en Guinée-Bissau, chargée d’évaluer les préparatifs en vue des élections […]

Lire la suite »
21 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

Ansu Fati opte pour la Roja et est définitivement perdu pour la Guinée-Bissau

Barcelone (© 2019 Afriquinfos)-  Depuis ce vendredi, la pépite du FC Barcelone Ansu Fati a obtenu la nationalité espagnole. Les […]

Lire la suite »
18 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

Record : Ansu Fati, plus jeune joueur du FC Barcelone à débuter en Ligue des Champions

Dortmund (© 2019 Afriquinfos)-  En moins d’un mois et ses débuts professionnels avec le FC Barcelone, le jeune prodige d’origine […]

Lire la suite »
11 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

La CEDEAO appelle au respect de la date des législatives en Guinée Bissau

Bissau (© 2019 Afriquinfos)- Les acteurs politiques en Guinée-Bissau ont été exhortés à respecter la date prévue pour les législatives […]

Lire la suite »
4 septembre 2019 République de Guinée Bissau

Guinée-Bissau : Iaia Djalo, ancien conseiller spécial du président désigné candidat pour les prochaines élections présidentielles

Bissau (© 2019 Afriquinfos)- D’après un communiqué de presse du Conseil national du PND, Iaia Djalo, ancien conseiller spécial du […]

Lire la suite »
30 août 2019 Afrique de l'Ouest

Bissau: le président Vaz candidat en indépendant à la présidentielle

Malabo (© 2019 Afriquinfos)-Ce jeudi, le président sortant de Guinée-Bissau, José Mario Vaz, a annoncé sa candidature en indépendant à […]

Lire la suite »
24 août 2019 Afrique de l'Ouest

Bissau: L’ex-Premier ministre Pereira candidat du parti majoritaire à la présidentielle

BISSAU (© 2019 AFP) – L’ex-Premier ministre bissau-guinéen Domingos Simoes Pereira a été désigné vendredi par le PAIGC, le parti […]

Lire la suite »
8 juillet 2019 Afrique de l'Ouest

La Guinée Bissau accueille du 9 au 11 juillet 2019 le 3ème Forum régional de la conservation de l’Afrique centrale et occidentale

Bissau (© 2019 Afriquinfos)- La troisième édition du forum régional de la conservation en Afrique centrale et occidentale se tiendra […]

Lire la suite »
10 août 2018 Afrique de l'Ouest

Guinée-Bissau : probable report des législatives

Bissau (© 2018 Afriquinfos)-  Les élections législatives fixées au dimanche 18 novembre 2018 en Guinée Bissau peuvent subir un report, […]

Lire la suite »
24 juin 2018 Afrique de l'Ouest

Guinée-Bissau: un budget pour conduire le pays jusqu’aux élections

Bissau (© 2018 Afriquinfos) – après plus de deux années de tensions politique en Guinée Bissau, le parlement a adopté ce […]

Lire la suite »
13 avril 2018 Afrique de l'Ouest

Sommet de la CEDEAO sur la Guinée-Bissau samedi à Lomé

Lomé (© 2018 Afriquinfos) –Un sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (CEDEAO) axé sur la […]

Lire la suite »
7 février 2018 Afrique de l'Ouest

La CEDEAO impose ses sanctions à la Guinée-Bissau

Lomé (© Afriquinfos 2018)-Les sanctions de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, Cedeao contre la Guinée Bissau […]

Lire la suite »
20 janvier 2018 Afrique de l'Ouest

Guinée Bissau : les ministres Robert Dussey et Naby Youssouf Kiridi Bangoura dépêchés à Bissau

Bissau (© Afriquinfos 2018)- Le ministre togolais des affaires étrangères, Robert Dussey et le Ministre d’Etat Secrétaire Général de la […]

Lire la suite »
4 décembre 2017 Afrique de l'Ouest

Crise bissau-guinéenne : la CEDEAO n’exclut pas d’adopter des sanctions

Bissau (© Afriquinfos 2017)-Déçue du manque d’engagement et de la volonté du pouvoir bissau-guinéen à mettre en œuvre les accords […]

Lire la suite »
22 septembre 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée-Bissau : près de 4 500 fonctionnaires ne seront pas payés jusqu’à nouvel ordre

Bissau (© Afriquinfos 2017– Des fonctionnaires qui perçoivent deux, trois salaires pour le même boulot, des travailleurs fictifs et des salaires qui […]

Lire la suite »
29 août 2017 République de Guinée Bissau

La Guinée équatoriale réclame 48 milliards de franc CFA à Total pour « fraude »

Malabo (© Afriquinfos 2017)- Le ministre des Finances de la Guinée équatoriale, Miguel Egonga Obiang a annoncé lundi que le […]

Lire la suite »
12 mai 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée-Bissau: l’ONU exhorte à la nomination d’un nouveau Premier ministre

New York (© Afriquinfos 2017)-Le Conseil de sécurité de l’ONU, préoccupé par le blocage politique en Guinée-Bissau, a exhorté jeudi […]

Lire la suite »
15 novembre 2016 Afrique de l'Ouest

Guinée Bissau : le Premier ministre Baciro Dja démis de ses fonctions pour une seconde fois

Bissau (© 2016 Afriquinfos)- Suite à l’accord signé à Conakry en octobre dans le cadre d’une sortie de la crise […]

Lire la suite »
6 novembre 2014 République de Guinée Bissau

Guinée-Bissau : le FMI débloque 5,4 millions de dollars pour le pays

BISSAU (© 2014 Afriquinfos) – Dans le cadre de la Facilité de crédit rapide (FCR) équivalente à 3,55 millions de droits de tirages spéciaux (DTS), le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé une assistance financière d’environ 5,4 millions de dollars au profit de la Guinée-Bissau.

Lire la suite »
30 juillet 2014 République de Guinée Bissau

Compagnie portugaise TAP : Accord pour la reprise des vols sur Bissau

BISSAU (Xinhua) – Un accord pour la reprise des vols de la compagnie portugaise TAP à destination de Bissau, suspendus en décembre 2013 suite à l’embarquement forcé de 74 Syriens avec de faux passeports, a été signé lundi à Lisbonne, annonce-t-on de source officielle à Bissau.

Lire la suite »
8 juillet 2014 République de Guinée Bissau

Les Fidji et la Guinée-Bissau établissent leurs relations diplomatiques

SUVA (Xinhua) – Les Fidji et la Guinée-Bissau ont établi mardi leurs relations diplomatiques, a annoncé le gouvernement fidjien.

Lire la suite »
5 juillet 2014 République de Guinée Bissau

Guinée-Bissau : Investiture du nouveau gouvernement

BISSAU (Xinhua) – Le nouveau gouvernement de la Guinée-Bissau, dirigé par le président du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), Domingos Simoes Pereira, a été investi vendredi soir lors d’une cérémonie présidée par le chef de l’Etat José Mário Vaz.

Lire la suite »
4 juillet 2014 République de Guinée Bissau

Guinée-Bissau : Investiture du nouveau Premier ministre Domingos Simões Pereira

BISSAU (Xinhua) – Le nouveau Premier ministre de la Guinée-Bissau Domingos Simões Pereira, nommé le 25 juin par décret présidentiel, a été investi ce jeudi au cours d’une cérémonie présidée par le chef de l’Etat bissau-guinéen José Mário Vaz.

Lire la suite »
20 juin 2014 République de Guinée Bissau

L’Union africaine lève les sanctions contre la Guinée-Bissau

BISSAU (Xinhua) – L’Union africaine (UA) a levé les sanctions imposées contre la Guinée-Bissau à la suite du coup d’Etat intervenu dans ce pays le 12 avril 2012, a annoncé jeudi son représentant à Bissau, Ovidio Pequeno, au cours d’une conférence de presse.

Lire la suite »
18 juin 2014 République de Guinée Bissau

Guinée-Bissau : Cipriano Cassama du PAIGC élu nouveau président de l’Assemblée nationale

BISSAU (Xinhua) – Le député du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), Cipriano Cassama, a été élu président de l’Assemblée nationale de la Guinée-Bissau, avec 94 voix pour, 3 contre et 2 abstentions, après l’investiture mardi des députés élus lors des législatives d’avril.

Lire la suite »
1 2 3 8
La Guinée-Bissau officiellement la République de Guinée-Bissau est un pays d’Afrique de l’Ouest qui couvre 36 125 kilomètres carrés (13 948 milles carrés) avec une population estimée à 1 874 303 habitants. Il borde le Sénégal au nord et la Guinée au sud-est. La Guinée-Bissau faisait autrefois partie du royaume de Kaabu, ainsi que de l’empire du Mali. Certaines parties de ce royaume ont persisté jusqu’au XVIIIe siècle, tandis que quelques autres étaient sous une certaine domination de l’Empire portugais depuis le XVIe siècle. Au 19ème siècle, il a été colonisé en Guinée portugaise. À l’indépendance, déclarée en 1973 et reconnue en 1974, le nom de sa capitale, Bissau, a été ajouté au nom du pays pour éviter toute confusion avec la Guinée (ex-Guinée française). La Guinée-Bissau a une histoire d’instabilité politique depuis l’indépendance et un seul président élu (José Mário Vaz) a rempli avec succès un mandat de cinq ans. Environ 2% seulement de la population parle le portugais, langue officielle, comme première langue, et 33% le parle comme langue seconde. Cependant, le créole est la langue nationale et également considéré comme la langue de l’unité. Selon une étude de 2012, 54% de la population parle le créole comme première langue et environ 52% le parle comme deuxième langue. Les autres parlent une variété de langues africaines natives. Il existe différentes religions en Guinée-Bissau, aucune religion n’ayant la majorité. En 2008, le CIA World Factbook estimait que la population était d’environ 40% musulmane, 22% chrétienne, 15% animiste et 18% non spécifiée ou autre. Le produit intérieur brut par habitant du pays est l’un des plus bas au monde. L’État souverain de Guinée-Bissau est membre des Nations Unies, de l’Union africaine, de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, de l’Organisation de coopération islamique, de la Communauté des pays de langue portugaise, de la Francophonie et de la zone de paix et de coopération de l’Atlantique Sud, et était membre de l’Union latine aujourd’hui disparue.

L’histoire de la Guinée-Bissau

La Guinée-Bissau faisait autrefois partie du royaume de Kaabu, partie de l’empire du Mali ; certaines parties de ce royaume ont persisté jusqu’au XVIIIe siècle. D’autres parties du territoire du pays actuel étaient considérées par les Portugais comme faisant partie de leur empire. La Guinée portugaise était connue comme la Côte des Esclaves, car c’était une zone importante pour l’exportation d’esclaves africains par les Européens vers l’hémisphère occidental. Les premiers rapports d’Européens atteignant cette zone incluent ceux du voyage vénitien d’Alvise Cadamosto de 1455, le voyage de 1479–1480 par le commerçant flamand-français Eustache de la Fosse, et Diogo Cão. Dans les années 1480, cet explorateur portugais a atteint le fleuve Congo et les terres de Bakongo, établissant les fondations de l’Angola moderne, à quelque 4200 km en aval de la côte africaine de la Guinée-Bissau. Bien que les rivières et les côtes de cette région aient été parmi les premiers endroits colonisés par les Portugais, qui ont établi des postes de traite au XVIe siècle, ils n’ont exploré l’intérieur qu’au XIXe siècle. Les dirigeants africains locaux en Guinée, dont certains ont beaucoup prospéré grâce à la traite négrière, contrôlaient le commerce intérieur et ne permettaient pas aux Européens de pénétrer à l’intérieur. Ils les ont gardés dans les établissements côtiers fortifiés où le commerce a eu lieu. Les communautés africaines qui ont riposté contre les marchands d’esclaves se sont également méfiées des aventuriers européens et des colons potentiels. Les Portugais en Guinée étaient largement limités aux ports de Bissau et de Cacheu. Un petit nombre de colons européens ont établi des fermes isolées le long des rivières intérieures de Bissau. Pendant une brève période dans les années 1790, les Britanniques ont tenté de s’établir sur une île au large, à Bolama. Mais au 19ème siècle, les Portugais étaient suffisamment en sécurité à Bissau pour considérer le littoral voisin comme leur propre territoire spécial, également au nord dans une partie du sud du Sénégal actuel. Une rébellion armée, commencée en 1956 par le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) sous la direction d’Amílcar Cabral, a progressivement renforcé son emprise sur la Guinée portugaise d’alors. Contrairement aux mouvements de guérilla dans d’autres colonies portugaises, le PAIGC a rapidement étendu son contrôle militaire sur de grandes parties du territoire, aidé par le terrain semblable à la jungle, ses frontières facilement atteintes avec les alliés voisins, et de grandes quantités d’armes de Cuba, de Chine, des Soviétiques L’Union européenne et les pays africains de gauche. Cuba a également accepté de fournir des experts en artillerie, des médecins et des techniciens. Le PAIGC a même réussi à acquérir une importante capacité antiaérienne afin de se défendre contre les attaques aériennes. En 1973, le PAIGC contrôlait de nombreuses régions de la Guinée, bien que le mouvement ait subi un revers en janvier 1973 lorsque Cabral a été assassiné.

Indépendance (1973)

L’indépendance a été déclarée unilatéralement le 24 septembre 1973, qui est désormais célébrée comme le jour de l’indépendance du pays, jour férié. La reconnaissance est devenue universelle après le coup d’État militaire d’inspiration socialiste du 25 avril 1974 au Portugal, qui a renversé le régime Estado Novo de Lisbonne. Luís Cabral, frère d’Amílcar et co-fondateur du PAIGC, a été nommé premier président de la Guinée-Bissau. Après l’indépendance, le PAIGC a tué des milliers de soldats guinéens locaux qui avaient combattu aux côtés de l’armée portugaise contre les guérilleros. Certains se sont enfuis pour s’installer au Portugal ou dans d’autres pays africains. L’un des massacres s’est produit dans la ville de Bissorã. En 1980, le PAIGC a reconnu dans son journal Nó Pintcha (daté du 29 novembre 1980) que de nombreux soldats guinéens avaient été exécutés et enterrés dans des tombes collectives anonymes dans les bois de Cumerá, Portogole et Mansabá. Le pays était contrôlé par un conseil révolutionnaire jusqu’en 1984. Les premières élections multipartites ont eu lieu en 1994. Un soulèvement de l’armée en mai 1998 a conduit à la guerre civile en Guinée-Bissau et à la destitution du président en juin 1999. Des élections ont eu lieu à nouveau en 2000 et Kumba Ialá a été élu président. En septembre 2003, un coup d’État militaire a été mené. L’armée a arrêté Ialá, accusé d’être « incapable de résoudre les problèmes ». Après plusieurs retards, des élections législatives ont eu lieu en mars 2004. Une mutinerie de factions militaires en octobre 2004 a entraîné la mort du chef des forces armées et provoqué des troubles généralisés.

Années Vieira

En juin 2005, des élections présidentielles ont eu lieu pour la première fois depuis le coup d’État qui a déposé Ialá. Ialá est revenu en tant que candidat au PRS, prétendant être le président légitime du pays, mais l’élection a été remportée par l’ancien président João Bernardo Vieira, destitué lors du coup d’État de 1999. Vieira a battu Malam Bacai Sanhá lors d’un second tour. Sanhá a initialement refusé de concéder, affirmant que l’altération et la fraude électorale s’étaient produites dans deux circonscriptions, dont la capitale, Bissau. Malgré les informations selon lesquelles des armes auraient pénétré dans le pays avant les élections et certaines « perturbations pendant la campagne », notamment des attaques contre des bureaux du gouvernement par des hommes armés non identifiés, les observateurs étrangers ont qualifié les élections de 2005 de « calmes et organisées ». Trois ans plus tard, le PAIGC a remporté une forte majorité parlementaire, avec 67 des 100 sièges, lors des élections législatives de novembre 2008. En novembre 2008, la résidence officielle du président Vieira a été attaquée par des membres des forces armées, tuant un garde mais laissant le président indemne. Le 2 mars 2009, cependant, Vieira a été assassinée par ce que les rapports préliminaires indiquaient être un groupe de soldats vengeant la mort du chef d’état-major interarmées, le général Batista Tagme Na Wai, qui avait été tué dans une explosion la veille. La mort de Vieira n’a pas déclenché de violence généralisée, mais il y avait des signes de troubles dans le pays, selon le groupe de défense des droits Swisspeace. Les dirigeants militaires du pays se sont engagés à respecter l’ordre constitutionnel de succession. Le président de l’Assemblée nationale, Raimundo Pereira, a été nommé président par intérim jusqu’aux élections nationales du 28 juin 2009. Il a été remporté par Malam Bacai Sanhá du PAIGC, contre Kumba Ialá en tant que candidat présidentiel du PRS. Le 9 janvier 2012, le président Sanhá est décédé des complications du diabète et Pereira a de nouveau été nommé président par intérim. Dans la soirée du 12 avril 2012, des membres de l’armée du pays ont organisé un coup d’État et ont arrêté le président par intérim et un candidat à la présidence. L’ancien vice-chef d’état-major, le général Mamadu Ture Kuruma, a pris le contrôle du pays pendant la période de transition et a entamé des négociations avec les partis d’opposition.

La politique de la Guinée-Bissau

La Guinée-Bissau est une république. Dans le passé, le gouvernement était très centralisé. La gouvernance multipartite n’a été mise en place qu’au milieu de 1991. Le président est le chef de l’État et le Premier ministre est le chef du gouvernement. Depuis 1974, aucun président n’a accompli avec succès un mandat complet de cinq ans, jusqu’à récemment lorsque Jose Maria Vaz a mis fin à son mandat de cinq ans le 24 juin 2019. Au niveau législatif, une Assembleia Nacional Popular (Assemblée populaire nationale) monocamérale est composée de 100 membres. Ils sont élus au suffrage universel dans des circonscriptions plurinominales pour un mandat de quatre ans. Le système judiciaire est dirigé par un Tribunal Supremo da Justiça (Cour suprême), composé de neuf juges nommés par le président; ils servent au gré du président. Les deux principaux partis politiques sont le PAIGC (Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert) et le PRS (Parti pour le renouveau social). Il y a plus de 20 fêtes mineures.

L’économie de la Guinée-Bissau

Le PIB par habitant de la Guinée-Bissau est l’un des plus bas au monde et son indice de développement humain est l’un des plus bas de la planète. Plus des deux tiers de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté. L’économie dépend principalement de l’agriculture ; le poisson, les noix de cajou et les arachides sont ses principales exportations. Une longue période d’instabilité politique a entraîné une activité économique déprimée, une détérioration des conditions sociales et une aggravation des déséquilibres macroéconomiques. L’enregistrement d’une nouvelle entreprise prend en moyenne plus de temps en Guinée-Bissau (233 jours ou environ 33 semaines) que dans tout autre pays du monde, à l’exception du Suriname. La Guinée-Bissau a commencé à montrer quelques avancées économiques après qu’un pacte de stabilité a été signé par les principaux partis politiques du pays, conduisant à un programme de réformes structurelles soutenu par le FMI. Les principaux défis que devra relever le pays au cours de la période à venir sont de parvenir à une discipline budgétaire, de reconstruire l’administration publique, d’améliorer le climat économique pour l’investissement privé et de promouvoir la diversification économique. Après que le pays est devenu indépendant du Portugal en 1974 en raison de la guerre coloniale portugaise et de la révolution des œillets, l’exode rapide des autorités civiles, militaires et politiques portugaises a causé des dommages considérables à l’infrastructure économique, à l’ordre social et au niveau de vie du pays. Après plusieurs années de ralentissement économique et d’instabilité politique, en 1997, la Guinée-Bissau est entrée dans le système monétaire du franc CFA, apportant une certaine stabilité monétaire interne. La guerre civile qui a eu lieu en 1998 et 1999 et un coup d’État militaire en septembre 2003 ont à nouveau perturbé l’activité économique, laissant une partie substantielle des infrastructures économiques et sociales en ruine et exacerbant la pauvreté déjà répandue. Après les élections législatives de mars 2004 et les élections présidentielles de juillet 2005, le pays tente de se remettre de la longue période d’instabilité, malgré une situation politique encore fragile. À partir de 2005 environ, des trafiquants de drogue basés en Amérique latine ont commencé à utiliser la Guinée-Bissau, ainsi que plusieurs pays ouest-africains voisins, comme point de transbordement vers l’Europe pour la cocaïne. Un responsable des Nations Unies a décrit la nation comme risquant de devenir un « narco-État ». Le gouvernement et l’armée ont peu fait pour arrêter le trafic de drogue, qui a augmenté après le coup d’État de 2012. Le gouvernement de Guinée-Bissau continue d’être ravagé par la distribution illégale de drogues, selon le magazine The Week. La Guinée-Bissau est membre de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA).  

La démographie de la Guinée-Bissau

Selon la révision de 2019 des Perspectives de la population mondiale, la population de la Guinée-Bissau était de 1 874 303 en 2018, contre 518 000 en 1950. La proportion de la population de moins de 15 ans en 2010 était de 41,3%, 55,4% étaient âgés de 15 à 65 ans, tandis que 3,3% étaient âgés de 65 ans ou plus.

L’éducation de la Guinée-Bissau

L’éducation est obligatoire de 7 à 13 ans. L’éducation préscolaire pour les enfants de 3 à 6 ans est facultative et à ses débuts. Il existe cinq niveaux d’enseignement: préscolaire, enseignement élémentaire et complémentaire de base, enseignement secondaire général et complémentaire, enseignement secondaire général, enseignement technique et professionnel et enseignement supérieur (universitaire et non universitaire). L’éducation de base est en cours de réforme et forme désormais un cycle unique comprenant 6 années d’enseignement. L’enseignement secondaire est largement disponible et il existe deux cycles (7e à 9e classe et 10e à 11e classe). L’enseignement professionnel dans les institutions publiques n’est pas opérationnel, mais des offres d’écoles privées ont été ouvertes, notamment le Centro de Formação São João Bosco (depuis 2004) et le Centro de Formação Luís Inácio Lula da Silva (depuis 2011). L’enseignement supérieur est limité et la plupart préfèrent être scolarisés à l’étranger, les étudiants préférant s’inscrire au Portugal. Un certain nombre d’universités, dont une faculté de droit institutionnellement autonome ainsi qu’une faculté de médecine. Le travail des enfants est très courant. Le taux de scolarisation des garçons est supérieur à celui des filles. En 1998, le taux brut de scolarisation dans le primaire était de 53,5%, avec un taux de scolarisation plus élevé pour les garçons (67,7%) que pour les filles (40%). L’éducation non formelle est centrée sur les écoles communautaires et l’enseignement des adultes. En 2011, le taux d’alphabétisation était estimé à 55,3% (68,9% d’hommes et 42,1% de femmes).

Les langues de la Guinée-Bissau

Bien qu’elle soit un petit pays, la Guinée-Bissau compte plusieurs groupes ethniques très distincts les uns des autres, avec leurs propres cultures et langues. Cela est dû au fait que la Guinée-Bissau est un territoire de réfugiés et de migration en Afrique. La colonisation et le métissage ont amené le portugais et le créole portugais, le Kriol ou crioulo.

Bien que perçu comme l’une des langues nationales de la Guinée-Bissau depuis l’indépendance, le portugais standard est principalement parlé comme langue seconde, avec peu de locuteurs natifs et souvent confiné aux élites intellectuelles et politiques. C’est le langage du gouvernement et de la communication nationale comme héritage de la domination coloniale. Le portugais est la seule langue ayant un statut officiel ; la scolarité du primaire au niveau universitaire est dispensée en portugais bien que seulement 67% des enfants aient accès à une éducation formelle. Les données suggèrent que le nombre de locuteurs du portugais varie de 11 à 15%. Lors du dernier recensement (2009), 27,1% de la population a déclaré parler portugais non-révolutionnaire (46,3% des citadins et 10,6% de la population rurale, respectivement). Le créole portugais est parlé par 44%, ce qui est effectivement la langue nationale de communication entre des groupes distincts pour la plupart de la population. Le créole est toujours en expansion, et il est compris par la grande majorité de la population. Cependant, des processus de décréolisation se produisent, en raison de l’interférence du portugais standard et le créole forme un continuum de variétés avec la langue standard, les plus éloignées sont les basilectes et les plus proches, les acrolectes. Un continuum post-créole existe en Guinée-Bissau et en Crioulo ‘leve’ (créole ‘doux’) étant plus proche de la norme de langue portugaise.

La population rurale restante parle une variété de langues indigènes africaines propres à chaque ethnie: peul (16%), balanta (14%), mandinka (7%), manjak (5%), papel (3%), felupe (1% ), Beafada (0,7%), Bijagó (0,3%) et Nalu (0,1%), qui forment les langues ethniques africaines parlées par la population. La plupart des locuteurs portugais et métis ont également l’une des langues africaines et le kriol comme langues supplémentaires. Les langues ethniques africaines ne sont découragées, en aucun cas, malgré leur moindre prestige. Ces langues sont le lien entre individus de même origine ethnique et utilisées quotidiennement dans les villages, entre voisins ou amis, cérémonies traditionnelles et religieuses, et également utilisées au contact des populations urbaines et rurales. Cependant, aucune de ces langues n’est dominante en Guinée-Bissau.

Il convient également de noter que le français est enseigné comme langue étrangère dans les écoles, car la Guinée-Bissau est entourée de nations francophones. La Guinée-Bissau est membre à part entière de la Francophonie.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés