Afrique du Nord
6 juillet 2019

Khartoum en liesse après un accord de transition entre généraux et contestataires

KHARTOUM (© 2019 AFP) – Des centaines de Soudanais ont laissé éclater leur joie vendredi dans les rues de Khartoum, […]

3 juillet 2019 Afrique du Nord

Soudan: Les généraux et la contestation conviés à des pourparlers ce mercredi

Négociations au Soudan dans l’après-Béchir en 2019

Lire la suite »
2 juillet 2019 Afrique du Nord

Soudan: La contestation appelle à la désobéissance civile le 14 juillet

Soudan & contestations civiles durant l’après-Béchir

Lire la suite »
20 juin 2019 Fil AFP

Soudan : le procureur général remplacé, nouvelles manifestations antipouvoir

Les généraux au Soudan ont démis de ses fonctions jeudi le procureur général, le jour de nouvelles manifestations pour maintenir […]

Lire la suite »
25 juillet 2018 Afrique du Nord

Signature d’accord sur l’exploration du gaz naturel en mer Rouge entre le Soudan et la Russie

Khartoum (© 2018 Afriquinfos)- Un accord sur l’exploration du gaz naturel dans les eaux régionales de la mer Rouge à […]

Lire la suite »
14 juillet 2018 Afrique du Nord

Le Conseil de sécurité de l’ONU prolonge le mandat de la Minuad jusqu’au 30 juin 2019

New York (© 2018 Afriquinfos)- Le mandat de l’Opération hybride de l’Union africaine et des Nations Unies au Darfour (Minuad), sera […]

Lire la suite »
27 juin 2018 Afrique du Nord

Soudan : la peine de mort annulée pour la jeune femme violée

Juba (© 2018 Afriquinfos) – Accusée d’avoir tué son mari et condamnée à la peine capitale à l’âge de 16 […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Diplomatie/ Soudan : Salva Kiir et rival Riek Machar sont parvenus à se mettre d’accord sur « sur certains points »

Khartoum (© 2018 Afriquinfos) – MM. Kiir et Machar participent depuis lundi à un nouveau round de discussions à Khartoum […]

Lire la suite »
20 juin 2018 Afrique du Nord

Kiir et Machar en Ethiopie pour discuter de paix, une première en 2 ans

Addis-Abeba  (© 2018 Afriquinfos) –Le président sud-soudanais Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar sont arrivés mercredi à Addis […]

Lire la suite »
7 juin 2018 Afrique du Nord

Le Soudan annule ses accords de défense avec la Corée du Nord

Khartoum (© 2018 Afriquinfos) –Le Soudan a annoncé mercredi avoir annulé tous ses accords de défense avec la Corée du […]

Lire la suite »
11 mai 2018 Afrique du Nord

Soudan : Une campagne lancée pour sauver une jeune fille condamnée à mort pour avoir poignardé son mari pendant un viol

Omdurman (© 2018 Afriquinfos) –Au Soudan, un tribunal a condamné à mort une jeune femme pour avoir tué son mari […]

Lire la suite »
17 janvier 2018 Afrique du Nord

Soudan: une manifestation pour protester contre la hausse des prix

Omdurman (© Afriquinfos 2018)-Au Soudan, la hausse des prix des produits alimentaires a provoqué une deuxième manifestation ce mercredi. Mais […]

Lire la suite »
29 novembre 2017 Afrique du Nord

Soudan: le chef d’une milice du Darfour sera jugé par une cour militaire

Darfour (© Afriquinfos 2017)-  Un puissant chef d’une milice au Darfour, arrêté par les forces soudanaises après de violents combats […]

Lire la suite »
24 novembre 2017 Afrique du Nord

Soudan : En visite d’Etat en Russie, Omar El-Béchir a demandé la protection et le rééquipement de son armée

Moscou (© Afriquinfos 2017)-Le Président soudanais Omar El-Béchir était hier jeudi en Russie où il a rencontré son homologue Vladimir […]

Lire la suite »
2 novembre 2017 Soudan

Kiir accuse le Soudan d’être une « source d’armes » utilisées dans son pays

Khartoum (© Afriquinfos 2017)-Le président sud-soudanais Salva Kiir, en visite à Khartoum, a accusé jeudi le Soudan d’être une « source […]

Lire la suite »
13 juillet 2017 Afrique du Nord

Le Soudan gèle ses discussions avec Washington sur une levée des sanctions

Khartoum (© Afriquinfos 2017)- Le Soudan a suspendu mercredi ses discussions avec les Etats-Unis sur la levée totale de l’embargo […]

Lire la suite »
9 juillet 2017 Afrique du Nord

Football : le Soudan suspendu par la FIFA

Zurich (© Afriquinfos 2017)-  Par l’intermédiaire de la Confédération africaine de football (CAF), la FIFA a ordonné ce vendredi 7 […]

Lire la suite »
4 juillet 2017 Afrique du Nord

CPI: décision jeudi sur le refus de l’Afrique du Sud d’arrêter el-Béchir

La Haye (© Afriquinfos 2017)- La Cour pénale internationale (CPI) doit prononcer jeudi une décision très attendue concernant la violation […]

Lire la suite »
2 juillet 2017 Afrique du Nord

Soudan : le gouvernement accusé de taire une épidémie de choléra qui a déjà fait 700 morts

Khartoum (© Afriquinfos 2017)- Des médecins et travailleurs humanitaires soudanais ont lancé ce dimanche un appel au gouvernement soudanais sur […]

Lire la suite »
30 juin 2017 Afrique du Nord

ONU: le Conseil de sécurité entérine la réduction de la mission au Darfour

New York (© Afriquinfos 2017)- Jeudi, le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé une réduction majeure de la […]

Lire la suite »
18 juin 2017 Afrique du Nord

Soudan : l’épidémie du choléra prend de l’ampleur

Khartoum (© Afriquinfos 2017)-Au Soudan, environ 280 personnes sont mortes du choléra et 15 mille en sont toujours malades. Mais […]

Lire la suite »
12 mai 2017 Afrique du Nord

Soudan: premier gouvernement dirigé par un Premier ministre depuis 1989

Khartoum (© Afriquinfos 2017)-Un nouveau gouvernement dirigé pour la première fois depuis près de 30 ans par un Premier ministre, […]

Lire la suite »
7 avril 2017 Afrique du Nord

Le Soudan en situation d’urgence face à l’afflux de Sud-Soudanais

Khartoum (© Afriquinfos 2017) –Le Soudan se trouve face à « ce qu’on pourrait considérer comme une situation d’urgence », avec près […]

Lire la suite »
7 mars 2017 Soudan

Soudan : Amnesty International demande une enquête

Londres (© 2017 Afriquinfos) – Amnesty International vient de redemander à l’ONU de diligenter une enquête sur les soupçons d’attaques à […]

Lire la suite »
2 mars 2017 Afrique du Nord

Soudan: Béchir nomme un Premier ministre, une première depuis 1989

Khartoum (© 2017 Afriquinfos)-  Le président soudanais Omar el-Béchir a nommé un proche conseiller au poste de Premier ministre, une […]

Lire la suite »
27 octobre 2016 Afrique du Nord

Politique/Omar el-Béchir bientôt affublé d’un Premier ministre

Khartoum (© 2016 Afriquinfos) – Depuis que le président soudanais Omar el-Béchir a accédé au pouvoir en 1989, il se […]

Lire la suite »
23 octobre 2016 Soudan

Soudan : les allégations d’Amnesty International au sujet des attaques chimiques sont fausses selon Omar El-Béchir

Khartoum-(Afriquinfos 2016)- Le chef d’Etat soudanais Omar EL Béchir met en cause un rapport d’Amnesty International au sujet des attaques […]

Lire la suite »
28 septembre 2016 Afrique du Nord

La Banque Mondiale exige du Soudan «des réformes structurelles rapides» pour redresser son économie

Khartoum (© 2016 Afriquinfos) – En vue de relancer l’économie du Soudan très affectée par les sanctions, la Banque mondiale […]

Lire la suite »
31 août 2016 Afrique du Nord

Soudan: PAM et FIDA engagés pour booster la production agricole soudanaise

KHARTOUM (© 2016 Afriquinfos)- Le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds international de développement agricole (FIDA) ont signé lundi […]

Lire la suite »
7 avril 2016 Soudan

Gouvernance en Afrique : Après Dos Santos, Omar El Béchir à son tour promet de quitter le pouvoir

Khartoum (© 2016 Afriquinfos) – Le président soudanais, Omar el-Béchir a annoncé son intention de quitter le pouvoir en 2020. Une décision qu’il justifie par le caractère épuisant de la fonction présidentielle. Le locataire du «Palais de l’Hospitalité» fera donc ses valises, au terme de son mandat actuel.

Lire la suite »
30 mars 2016 Soudan

Le Soudan s’engage à s’opposer fermement à l’enrôlement d’enfants soldats

KHARTOUM (© 2016 Afriquinfos) – L’Organisation des Nations unies (ONU) et le Soudan sont parvenus à un important accord signé lundi dernier. Il s’agit d’un plan d’action visant l’interdiction du recrutement des enfants dans l’armée soudanaise.

Lire la suite »
5 février 2016 Soudan

Soudan/Soudan du Sud: les redevances sur le pétrole rapprochent les Soudanais malgré eux

Juba/Khartoum (© 2016 Afriquinfos – Les ministres du Pétrole du Soudan-Sud et du Soudan sont parvenus à un accord de principe sur le montant de la redevance que paie Juba à Khartoum pour l’utilisation de ses oléoducs, selon des informations de presse parues ce jeudi.

Lire la suite »
12 octobre 2015 Soudan

Soudan : Omar El Béchir propose une paix durable à son opposition méfiante

Darfour (© 2015 Afriquinfos) – Le président soudanais Omar el-Béchir accompagné par le président tchadien Idriss Deby Itno, a lancé ce samedi 10 octobre la première session de la Conférence du dialogue national. Cette opération qui vise à régler les problèmes économiques et insurrectionnels du pays, s’est heurtée à l’absence des principaux mouvements d’opposition qui boycottent l’initiative.

Lire la suite »
21 septembre 2015 Soudan

Soudan: Face aux menaces insistantes, un journaliste renonce à son métier

JUBA (© 2015 Afriquinfos) – Le directeur du premier quotidien indépendant du Soudan du Sud vient de renoncer au métier du journalisme. Nhial Bol a pris cette décision suite aux nombreuses menaces qui pesaient sur lui.

Lire la suite »
9 décembre 2014 Soudan

Soudan : Le pays affecte plus de 40.000 hectares de terres agricoles à l’Egypte

Khartoum (© 2014 Afriquinfos) – Dans un communiqué officiel, le Soudan a accepté d’allouer près de 40.568 hectares de terres arables à l’Egypte. L’objectif est de permettre à ce dernier pays de faire des investissements dans l’agriculture. Une information livrée par nos confrères d’ « APANEWS ».

Lire la suite »
8 décembre 2014 Soudan

Soudan : Deux opposants arrêtés

Khartoum (© 2014 Afriquinfos) – Les services de sécurité soudanais ont arrêté samedi dernier Farouk Abou Issa, le chef des Forces nationales de consensus (NCF) et Amine Makki Madani, un militant de la société civile. Ces deux figures de l’opposition ont été mis aux arrêts après que leurs formations se sont mis d’accord pour unir leurs forces contre le gouvernement.

Lire la suite »
10 novembre 2014 Soudan

Soudan/Un homme entrant par effraction à la Présidence tue deux hommes

Khatourm (© 2014 Afriquinfos) – Deux gardes soudanais ont été tués samedi à Khartoum par un homme qui essayait de pénétrer dans le palais présidentiel.

Lire la suite »
6 novembre 2014 Soudan

Soudan/Autorités et UA examinent leurs relations

Khartoum (© 2014 Afriquinfos) – Le président soudanais Omar el-Béchir a rencontré mercredi dernier Thabo Mbeki, le président du Panel de haut niveau de l’Union Africaine. Les deux hommes ont discuté de la relation entre le Soudan et le Soudan du Sud, du dialogue national et de la dette extérieure du Soudan.

Lire la suite »
4 juillet 2014 Soudan

Soudan : 150 morts dans des affrontements près d’un champ de pétrole

KHARTOUM (© 2014 AFP) – Au moins 150 personnes sont mortes dans des combats entre clans rivaux près d’un site pétrolier dans la région soudanaise du Kordofan-Ouest, ont annoncé jeudi les médias officiels.

Lire la suite »
3 juillet 2014 Soudan

Darfour : Le chef de l’ONU demande une enquête sur les allégations contre la MINUAD

NEW YORK (Nations Unies) (Xinhua) – Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon est très inquiet des récentes et sérieuses allégations exprimées contre l’Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD), selon une déclaration publiée mardi par le porte-parole de M. Ban.

Lire la suite »
17 juin 2014 Soudan

Soudan : Un hôpital de MSF bombardé

PARIS (© APO) – Lors d’une attaque d’un village au Sud Kordofan, les forces aériennes soudanaises ont partiellement détruit un hôpital géré par l’organisation humanitaire médicale Médecins Sans Frontières.

Lire la suite »
14 juin 2014 Soudan

SOUDAN : Libération d’un employé de la Minuad enlevé au Darfour

KHARTOUM (© 2014 AFP) – Un membre de la mission conjointe ONU-Union africaine au Darfour (Minuad), enlevé en mars à El-Facher la capitale du Nord-Darfour, a été libéré, a indiqué la mission vendredi.

Lire la suite »
2 juin 2014 Soudan

L’ONU s’inquiète de l’augmentation des besoins humanitaires au Soudan

KHARTOUM (Xinhua) – L’ONU a noté avec préoccupation dimanche que le niveau de l’aide humanitaire ne permettait pas de répondre à la nette augmentation des besoins humanitaires au Soudan, mettant ainsi en péril des centaines de milliers de personnes touchées par les violences à travers le pays.

Lire la suite »
28 mai 2014 Soudan

Soudan du Sud : Record de plus de 670 cas de choléra

BARCELONE (© 2014 Afriquinfos) – Dans la capitale Sud-soudanaise plus de 670 cas de choléra ont été pris en charge. Parmi eux, 23 cas mortels ont été enregistrés.

Lire la suite »
27 mai 2014 Soudan

Darfour : Le comité du dialogue interne cherche la paix régionale

EL FASHER (Soudan) (Xinhua) – Les dirigeants locaux du Soudan et les représentants internationaux se sont réunis lundi à El Fasher, capitale de l’Etat du Darfour-Nord, afin de tenter d’amener la paix dans la région troublée du Darfour, par le dialogue interne.

Lire la suite »
19 mai 2014 Soudan

Soudan : Le maintien de la suspension des activités a un impact humanitaire grave

GENEVE (© APO) – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) regrette qu’il n’ait pas été autorisé à reprendre ses activités au Soudan.

Lire la suite »
16 mai 2014 Soudan

Centrafrique : Des experts de l’ONU réclament des mesures pour protéger les civils et les journalistes

NEW YORK (Xinhua) – A la suite de l’assassinat de la journaliste française Camille Lepage, l’Experte indépendante sur la situation des droits de l’homme en République centrafricaine, Marie-Thérèse Keita-Bocoum, et le Rapporteur spécial sur la liberté d’expression, Frank La Rue, ont réclamé jeudi des mesures urgentes pour renforcer la protection des civils et des journalistes dans le pays.

Lire la suite »
10 mai 2014 Soudan

Le Soudan et l’Erythrée examinent la coopération économique

KHARTOUM (Xinhua) – Le président érythréen Isaias Afwerki a achevé samedi une visite de trois jours au Soudan, au cours de laquelle il a eu des entretiens avec son homologue soudanais Omar el-Béchir sur des questions d’intérêt commun, dont la coopération économique.

Lire la suite »
8 mai 2014 Soudan

L’énergie et le contrôle des frontières au coeur des discussions entre les présidents soudanais et érythréen

KHARTOUM (Xinhua) – Les présidents du Soudan et de l’Erythrée se sont penchés, lors de leur rencontre jeudi à Khartoum sur la coopération en matière d’énergie et de contrôle des frontières, a indiqué le ministère soudanais des Affaires étrangères.

Lire la suite »
2 mai 2014 Soudan

Libération de deux Chinois enlevés au Soudan

KHARTOUM (Xinhua) – Deux ingénieurs chinois qui avaient été enlevés par des hommes non identifiés en avril dans la province soudanaise du Kordofan-Ouest ont été relâchés, a-t-on appris vendredi d’une source de l’ambassade de Chine à Khartoum.

Lire la suite »
Soudan officiellement la République du Soudan est un pays d’Afrique de l’Est. Il est bordé par l’Égypte au nord, la Libye au nord-ouest, le Tchad à l’ouest, la République centrafricaine au sud-ouest, le Soudan du Sud au sud, l’Éthiopie au sud-est, l’Érythrée à l’est et la mer Rouge au nord-est. Le Soudan compte 43 millions d’habitants (estimation de 2018) et occupe 1886 068 kilomètres carrés (728 215 miles carrés), ce qui en fait le troisième pays d’Afrique et le troisième du monde arabe. Avant la sécession du Soudan du Sud du Soudan le 9 juillet 2011, le Soudan uni était le plus grand pays d’Afrique et du monde arabe par zone. La religion prédominante du Soudan est l’islam et ses langues officielles sont l’arabe et l’anglais. La capitale est Khartoum, située au confluent du Nil bleu et blanc. Depuis 2011, le Soudan est le théâtre d’un conflit militaire en cours dans ses États du sud. L’histoire du Soudan remonte à la période pharaonique, témoin du royaume de Kerma (vers 2500 avant JC-1500 avant JC), la domination ultérieure du Nouvel Empire égyptien (vers 1500 avant JC-1070 avant JC) et la montée du royaume de Kouch (vers 785 avant JC – 350 après JC), qui à son tour contrôlerait l’Égypte elle-même pendant près d’un siècle. Après la chute de Kush, les Nubiens formèrent les trois royaumes chrétiens de Nobatia, Makuria et Alodia, les deux derniers s’étalant jusqu’à environ 1500. Entre le 14e et le 15e siècles, une grande partie du Soudan fut colonisée par des nomades arabes. À partir du XVIe XIXe siècle, le centre et l’est du Soudan étaient dominés par le sultanat de Funj, tandis que le Darfour régnait à l’ouest et les Ottomans à l’extrême nord. Cette période a vu une islamisation et une arabisation étendues.

De 1820 à 1874, l’ensemble du Soudan a été conquis par la dynastie Muhammad Ali. Entre 1881 et 1885, le dur règne égyptien a finalement rencontré une révolte réussie dirigée par l’auto-proclamé Mahdi Muhammad Ahmad, qui a abouti à la création du califat d’Omdurman. Cet État a finalement été détruit en 1898 par les Britanniques, qui gouverneraient alors le Soudan avec l’Égypte. Le 20e siècle a vu la croissance du nationalisme soudanais et en 1953, la Grande-Bretagne a accordé au Soudan l’autonomie gouvernementale. L’indépendance a été proclamée le 1er janvier 1956. Depuis l’indépendance, le Soudan est dirigé par une série de gouvernements parlementaires et de régimes militaires instables. Sous Gaafar Nimeiry, le Soudan a institué la loi islamique en 1983. Cela a exacerbé la fracture entre le nord islamique, le siège du gouvernement et les animistes et les chrétiens du sud. Des différences de langue, de religion et de pouvoir politique ont éclaté dans une guerre civile entre les forces gouvernementales, fortement influencées par le Front islamique national (NIF), et les rebelles du sud, dont la faction la plus influente était l’Armée populaire de libération du Soudan (SPLA), pour finalement conclure lors de l’indépendance du Soudan du Sud en 2011. Entre 1989 et 2019, le Soudan a connu une dictature militaire de 30 ans dirigée par Omar al-Bashir. En raison de ses actions, une guerre dans la région du Darfour a éclaté en 2003. Bashir a été accusé de génocide ethnique. Dans l’ensemble, le régime a fait de 300 000 à 400 000 morts. Des manifestations ont éclaté fin 2018, exigeant la démission de Bashir, qui a abouti à un coup d’État réussi le 11 avril 2019.

L’histoire du Soudan

Soudan préhistorique (vers 800 avant JC)

Au huitième millénaire avant JC, les habitants d’une culture néolithique s’y étaient installés dans un mode de vie sédentaire dans des villages fortifiés en briques de boue, où ils complétaient la chasse et la pêche sur le Nil par la récolte de céréales et l’élevage de bétail. Les peuples néolithiques ont créé des cimetières tels que R12. Au cours du cinquième millénaire avant JC, les migrations du Sahara asséchant ont amené des personnes néolithiques dans la vallée du Nil avec l’agriculture. La population qui résulta de ce mélange culturel et génétique développa une hiérarchie sociale au cours des siècles suivants qui devint le royaume de Kush (avec la capitale à Kerma) à 1700 av. Les recherches anthropologiques et archéologiques indiquent que pendant la période prédynastique, la Nubie et la Nagadan Haute-Égypte étaient ethniquement et culturellement presque identiques, et donc, ont évolué simultanément des systèmes de royauté pharaonique en 3300 avant JC.

Royaume de Kush (vers 800 avant JC – 350 après JC)

Le Royaume de Kush était un ancien État nubien centré sur les confluences du Nil Bleu et du Nil Blanc, et du fleuve Atbarah et du Nil. Il a été établi après l’effondrement de l’âge du bronze et la désintégration du nouveau royaume d’Égypte, centré à Napata à ses débuts. Après que le roi Kashta (« les Koushites ») ait envahi l’Égypte au VIIIe siècle avant JC, les rois koushites ont régné en tant que pharaons de la vingt-cinquième dynastie d’Égypte pendant un siècle avant d’être vaincus et chassés par les Assyriens. Au sommet de leur gloire, les Koushites ont conquis un empire qui s’étendait de ce qui est maintenant connu sous le nom de Kordofan du Sud au Sinaï. Le pharaon Piye a tenté d’étendre l’empire au Proche-Orient mais a été contrecarré par le roi assyrien Sargon II. Le Royaume de Kush est mentionné dans la Bible comme ayant sauvé les Israélites de la colère des Assyriens, bien que la maladie parmi les assiégeants ait été la principale raison de l’échec de la prise de la ville. La guerre qui a eu lieu entre le pharaon Taharqa et le roi assyrien Sennacherib a été un événement décisif dans l’histoire occidentale, les Nubiens ayant été vaincus dans leurs tentatives de prendre pied au Proche-Orient par l’Assyrie. Le successeur de Sennacherib, Esarhaddon, est allé plus loin et a envahi l’Égypte elle-même pour assurer son contrôle sur le Levant. Cela a réussi, car il a réussi à expulser Taharqa de la Basse Égypte. Taharqa s’est enfui en Haute-Égypte et en Nubie, où il est décédé deux ans plus tard. La Basse Égypte est tombée sous le vassalage assyrien mais s’est avérée indisciplinée, se rebellant sans succès contre les Assyriens. Ensuite, le roi Tantamani, successeur de Taharqa, a fait une dernière tentative déterminée pour regagner la Basse-Égypte du vassal assyrien nouvellement rétabli Necho I.Il a réussi à reprendre Memphis tuant Necho dans le processus et assiégé des villes dans le delta du Nil. Ashurbanipal, qui avait succédé à Esarhaddon, a envoyé une grande armée en Egypte pour reprendre le contrôle. Il mit en déroute Tantamani près de Memphis et, le poursuivant, limogea Thèbes. Bien que les Assyriens aient immédiatement quitté la Haute-Égypte après ces événements, affaiblis, Thèbes s’est soumise pacifiquement au fils de Necho, Psamtik I, moins d’une décennie plus tard. Cela a mis fin à tous les espoirs d’une renaissance de l’Empire nubien, qui s’est plutôt poursuivi sous la forme d’un petit royaume centré sur Napata. La ville a été pillée par les Egyptiens c. 590 avant JC et les Koushites se réinstallent à Meroë. Pendant l’Antiquité classique, la capitale nubienne était encore à Méroé. Dans la géographie de la Grèce antique, le royaume méroïtique était connu comme l’Éthiopie (un terme également utilisé plus tôt par les Assyriens lors de la rencontre avec les Nubiens). La civilisation de Kush a été parmi les premières au monde à utiliser la technologie de la fonte du fer. Le royaume nubien de Méroé a persisté jusqu’au milieu du IVe siècle après JC.

Royaumes chrétiens nubiens médiévaux (vers 350–1500)

Au tournant du cinquième siècle, les Blemmyes ont établi un état de courte durée en Haute-Égypte et en Basse-Nubie, probablement centré autour des Talmis (Kalabsha), mais avant 450, ils étaient déjà chassés de la vallée du Nil par les Nobates. Ces derniers ont finalement fondé un royaume à eux seuls, la Nobatia. Au 6ème siècle, il y avait au total trois royaumes nubiens : la Nobatia au nord, qui avait sa capitale à Pachoras (Faras); le royaume central, Makuria centré à Tungul (Old Dongola), à environ 13 kilomètres (8 miles) au sud de Dongola moderne; et Alodia, au cœur de l’ancien royaume koushitique, qui avait sa capitale à Soba (aujourd’hui une banlieue de Khartoum moderne). Toujours au sixième siècle, ils se sont convertis au christianisme. Au septième siècle, probablement entre 628 et 642, la Nobatia fut incorporée à Makuria. Entre 639 et 641, les Arabes musulmans du califat de Rashidun ont conquis l’Égypte byzantine. En 641 ou 642 et de nouveau en 652, ils envahirent la Nubie mais furent repoussés, faisant des Nubiens l’un des rares à avoir réussi à vaincre les Arabes lors de l’expansion islamique. Par la suite, le roi de Makurian et les Arabes se sont mis d’accord sur un pacte de non-agression unique qui comprenait également un échange annuel de cadeaux, reconnaissant ainsi l’indépendance de Makuria. Alors que les Arabes n’ont pas réussi à conquérir la Nubie, ils ont commencé à s’installer à l’est du Nil, où ils ont finalement fondé plusieurs villes portuaires et se sont mariés avec la Beja locale.

Du milieu du 8e au milieu du 11e siècle, le pouvoir politique et le développement culturel de la Nubie chrétienne ont culminé. En 747, la Makurie a envahi l’Égypte, qui appartenait à l’époque aux Omeyyades en déclin, et elle l’a fait à nouveau au début des années 960, lorsqu’elle a poussé aussi loin au nord que Akhmim. La Makurie a maintenu des liens dynastiques étroits avec Alodia, entraînant peut-être l’unification temporaire des deux royaumes en un seul État. La culture des Nubiens médiévaux a été décrite comme « afro-byzantine », mais a également été de plus en plus influencée par la culture arabe. L’organisation étatique était extrêmement centralisée, étant basée sur la bureaucratie byzantine des VIe et VIIe siècles. Les arts ont prospéré sous la forme de peintures de poterie et en particulier de peintures murales. Les Nubiens ont développé un propre alphabet pour leur langue, le vieux Nobiin, en le basant sur l’alphabet copte, tout en utilisant le grec, le copte et l’arabe. Les femmes jouissaient d’un statut social élevé : elles avaient accès à l’éducation, pouvaient posséder, acheter et vendre des terres et utilisaient souvent leurs richesses pour doter des églises et des peintures d’églises. Même la succession royale était matrilinéaire, le fils de la sœur du roi étant l’héritier légitime. À partir de la fin du 11ème / 12ème siècle, la capitale de Makuria, Dongola, était en déclin, et la capitale d’Alodia a également décliné au 12ème siècle. Aux XIVe et XVe siècles, les tribus bédouines ont envahi la majeure partie du Soudan, migrant vers le Butana, le Gezira, le Kordofan et le Darfour. En 1365, une guerre civile a contraint le tribunal de Makurian à fuir vers Gebel Adda en Basse-Nubie, tandis que Dongola a été détruite et laissée aux Arabes. Ensuite, la Makurie a continué d’exister uniquement en tant que petit royaume. Après le règne prospère du roi Joël (fl. 1463–1484), la Makurie s’est probablement effondrée. Au sud, le royaume d’Alodia est tombé aux mains des Arabes, commandés par le chef tribal Abdallah Jamma, ou du Funj, un peuple africain originaire du sud. Les datations vont du 9ème siècle après l’Hégire (c. 1396–1494), la fin du 15ème siècle, 1504 à 1509. Un état de croupe alodien aurait pu survivre sous la forme du royaume de Fazughli, jusqu’en 1685.

Royaumes islamiques du Sennar et du Darfour (vers 1500-1821)

En 1504, les Funj auraient fondé le Royaume de Sennar, dans lequel le royaume d’Abdallah Jamma a été incorporé. En 1523, lorsque le voyageur juif David Reubeni visita le Soudan, l’État de Funj s’étendait déjà au nord jusqu’à Dongola. Pendant ce temps, l’islam a commencé à être prêché sur le Nil par des hymènes soufis qui s’y sont installés aux XVe et XVIe siècles et par la visite de David Reubeni, le roi Amara Dunqas, auparavant païen ou chrétien nominal, a été enregistré comme étant musulman. Cependant, le Funj conserverait des coutumes non islamiques comme la royauté divine ou la consommation d’alcool jusqu’au 18ème siècle. L’islam populaire soudanais a conservé de nombreux rituels issus des traditions chrétiennes jusqu’à un passé récent. Bientôt, le Funj entra en conflit avec les Ottomans, qui avaient occupé Suakin vers 1526 et finalement poussé vers le sud le long du Nil, atteignant la troisième zone de cataracte du Nil en 1583/1584. Une tentative ottomane ultérieure de capturer Dongola fut repoussée par les Funj en 1585. Par la suite, Hannik, situé juste au sud de la troisième cataracte, marquera la frontière entre les deux États. Les séquelles de l’invasion ottomane ont vu la tentative d’usurpation d’Ajib, un petit roi du nord de la Nubie. Alors que le Funj l’a finalement tué en 1611/1612, ses successeurs, les Abdallab, ont été autorisés à gouverner tout au nord du confluent des Nils bleu et blanc avec une autonomie considérable.

Au cours du XVIIe siècle, l’État de Funj a atteint sa plus grande étendue, mais au siècle suivant, il a commencé à décliner. Un coup d’État en 1718 a apporté un changement dynastique, tandis qu’un autre en 1761-1762 a abouti à la régence de Hamaj, où les Hamaj (un peuple de la frontière éthiopienne) ont effectivement gouverné tandis que les sultans de Funj n’étaient que de simples marionnettes. Peu de temps après, le sultanat a commencé à se fragmenter ; au début du 19e siècle, il était essentiellement limité à la Gezira. Le coup d’État de 1718 a donné le coup d’envoi d’une politique de poursuite d’un islam plus orthodoxe, qui à son tour a favorisé l’arabisation de l’État. Afin de légitimer leur domination sur leurs sujets arabes, le Funj a commencé à propager une descente omeyyade. Au nord de la confluence des Nils bleu et blanc, aussi en aval qu’Al Dabbah, les Nubiens ont adopté l’identité tribale des Jaalin arabes. Jusqu’au XIXe siècle, l’arabe avait réussi à devenir la langue dominante du Soudan fluvial central et de la majeure partie du Kordofan. À l’ouest du Nil, au Darfour, la période islamique a d’abord vu l’essor du royaume Tunjur, qui a remplacé l’ancien royaume Daju au XVe siècle et s’est étendu jusqu’à l’ouest jusqu’à Wadai. Le peuple Tunjur était probablement des berbères arabisés et, au moins leur élite dirigeante, des musulmans. Au 17ème siècle, les Tunjur ont été chassés du pouvoir par le sultanat de Fur Keira. L’État de Keira, nominalement musulman depuis le règne de Sulayman Solong (rc 1660-1680), était initialement un petit royaume dans le nord du Jebel Marra, mais s’est étendu vers l’ouest et le nord au début du XVIIIe siècle et vers l’est sous le règne de Muhammad Tayrab ( 1751–1786), culminant à la conquête du Kordofan en 1785. L’apogée de cet empire, aujourd’hui à peu près de la taille de l’actuel Nigeria, durera jusqu’en 1821.

Turkiyah et Mahdist Soudan (1821-1899)

En 1821, le souverain ottoman d’Égypte, Muhammad Ali d’Égypte, avait envahi et conquis le nord du Soudan. Bien que techniquement le Vali d’Egypte sous l’Empire ottoman, Muhammad Ali se soit qualifié de Khédive d’une Egypte pratiquement indépendante. Cherchant à ajouter le Soudan à ses domaines, il a envoyé son troisième fils Ismail (à ne pas confondre avec Ismaʻil Pacha mentionné plus tard) pour conquérir le pays, puis l’incorporer en Égypte. À l’exception du Shaiqiya et du sultanat du Darfour au Kordofan, il a été rencontré sans résistance. La politique égyptienne de conquête a été élargie et intensifiée par le fils d’Ibrahim Pacha, Ismaʻil, sous le règne duquel la majeure partie du reste du Soudan moderne a été conquise. Les autorités égyptiennes ont considérablement amélioré l’infrastructure soudanaise (principalement dans le nord), notamment en ce qui concerne l’irrigation et la production de coton. En 1879, les grandes puissances ont forcé le retrait d’Ismail et ont établi son fils Tewfik Pacha à sa place. La corruption et la mauvaise gestion de Tewfik ont ​​entraîné la révolte d’Urabi, qui a menacé la survie du Khédive. Tewfik a lancé un appel à l’aide aux Britanniques, qui ont ensuite occupé l’Égypte en 1882. Le Soudan a été laissé entre les mains du gouvernement khédivial, ainsi que la mauvaise gestion et la corruption de ses fonctionnaires. Au cours de la période khédiviale, la dissidence s’était répandue en raison des taxes sévères imposées sur la plupart des activités. Les impôts sur les puits d’irrigation et les terres agricoles étaient si élevés que la plupart des agriculteurs ont abandonné leurs fermes et leur bétail. Au cours des années 1870, les initiatives européennes contre la traite des esclaves ont eu un impact négatif sur l’économie du nord du Soudan, précipitant la montée des forces mahdistes. Muhammad Ahmad ibn Abd Allah, le Mahdi (Guidé), a offert aux ansars (ses partisans) et à ceux qui se sont rendus à lui le choix entre adopter l’islam ou être tué. Le Mahdiyah (régime mahdiste) a imposé les lois islamiques traditionnelles de la charia.

Depuis son annonce du Mahdiyya en juin 1881 jusqu’à la chute de Khartoum en janvier 1885, Muhammad Ahmad a mené avec succès une campagne militaire contre le gouvernement turco-égyptien du Soudan, connu sous le nom de Turkiyah. Muhammad Ahmad est décédé le 22 juin 1885, à peine six mois après la conquête de Khartoum. Après une lutte de pouvoir entre ses députés, Abdallahi ibn Muhammad, avec l’aide principalement des Baggara de l’ouest du Soudan, a vaincu l’opposition des autres et s’est imposé comme le leader incontesté du Mahdiyah. Après avoir consolidé son pouvoir, Abdallahi ibn Muhammad prit le titre de Khalifa (successeur) du Mahdi, institua une administration et désigna Ansar (qui était généralement Baggara) comme émirs dans chacune des différentes provinces.

Les relations régionales sont restées tendues pendant une grande partie de la période de Mahdiyah, en grande partie à cause des méthodes brutales du Khalifa pour étendre son règne à travers le pays. En 1887, une armée Ansar de 60 000 hommes a envahi l’Éthiopie, pénétrant jusqu’à Gondar. En mars 1889, le roi Yohannes IV d’Ethiopie a marché sur Metemma; cependant, après la chute de Yohannes au combat, les forces éthiopiennes se sont retirées. Abd ar Rahman an Nujumi, le général du Khalifa, a tenté une invasion de l’Égypte en 1889, mais les troupes égyptiennes dirigées par les Britanniques ont vaincu les Ansar à Tushkah. L’échec de l’invasion égyptienne a brisé le charme de l’invincibilité de l’Ansar. Les Belges ont empêché les hommes du Mahdi de conquérir l’Équatoria et, en 1893, les Italiens ont repoussé une attaque d’Ansar à Agordat (en Érythrée) et ont forcé les Ansar à se retirer d’Éthiopie. Dans les années 1890, les Britanniques ont cherché à rétablir leur contrôle sur le Soudan, une fois de plus officiellement au nom du Khédive égyptien, mais en réalité, traitant le pays comme une colonie britannique. Au début des années 1890, les revendications britanniques, françaises et belges avaient convergé vers le cours supérieur du Nil. La Grande-Bretagne craignait que les autres puissances ne profitent de l’instabilité du Soudan pour acquérir un territoire précédemment annexé à l’Égypte. En dehors de ces considérations politiques, la Grande-Bretagne voulait établir un contrôle sur le Nil pour sauvegarder un barrage d’irrigation prévu à Assouan. Herbert Kitchener a mené des campagnes militaires contre le Soudan Mahdiste de 1896 à 1898. Les campagnes de Kitchener ont abouti à une victoire décisive dans la bataille d’Omdurman le 2 septembre 1898.

Soudan anglo-égyptien (1899–1956)

En 1899, la Grande-Bretagne et l’Égypte ont conclu un accord en vertu duquel le Soudan était dirigé par un gouverneur général nommé par l’Égypte avec le consentement britannique. En réalité, le Soudan était effectivement administré en tant que colonie de la Couronne. Les Britanniques tenaient à inverser le processus, commencé sous Muhammad Ali Pacha, d’unir la vallée du Nil sous la direction égyptienne et cherchaient à contrecarrer tous les efforts visant à unir davantage les deux pays. Dans le cadre de la Délimitation, la frontière du Soudan avec l’Abyssinie a été contestée par des raids d’hommes de la tribu qui faisaient du commerce d’esclaves, violant les limites de la loi. En 1905, le chef du Sultan Yambio, réticent à la fin, a abandonné la lutte avec les forces britanniques qui avaient occupé la région du Kordofan, mettant ainsi fin à l’anarchie. L’administration britannique continue du Soudan a alimenté une réaction nationaliste de plus en plus vive, les dirigeants nationalistes égyptiens étant déterminés à forcer la Grande-Bretagne à reconnaître une seule union indépendante entre l’Égypte et le Soudan. Avec la fin officielle de la domination ottomane en 1914, Sir Reginald Wingate fut envoyé en décembre pour occuper le Soudan en tant que nouveau gouverneur militaire. Hussein Kamel a été déclaré Sultan d’Égypte et du Soudan, tout comme son frère et successeur, Fuad I.Ils ont continué à insister sur un seul État égypto-soudanais même lorsque le Sultanat d’Égypte a été renommé Royaume d’Égypte et du Soudan, mais il était Saad Zaghloul qui a continué à être frustré par les ambitions jusqu’à sa mort en 1927.

De 1924 jusqu’à l’indépendance en 1956, les Britanniques avaient pour politique de diriger le Soudan en deux territoires essentiellement séparés, le nord et le sud. L’assassinat d’un gouverneur général du Soudan anglo-égyptien au Caire a été le facteur causal ; il a amené les forces coloniales aux exigences du gouvernement Wafd nouvellement élu. Un établissement permanent de deux bataillons à Khartoum a été rebaptisé Force de défense du Soudan agissant comme sous le gouvernement, en remplacement de l’ancienne garnison de soldats de l’armée égyptienne, a ensuite pris des mesures lors de l’incident de Walwal. La majorité parlementaire wafdiste avait rejeté le plan d’hébergement de Sarwat Pacha avec Austen Chamberlain à Londres ; pourtant le Caire avait encore besoin d’argent. Les revenus du gouvernement soudanais avaient atteint un pic en 1928 à 6,6 millions de livres sterling, après les perturbations wafdistes et les incursions aux frontières italiennes depuis le Somaliland, Londres a décidé de réduire les dépenses pendant la Grande Dépression. Les exportations de coton et de gomme ont été éclipsées par la nécessité d’importer presque tout de la Grande-Bretagne, ce qui a entraîné un déficit de la balance des paiements à Khartoum.  En juillet 1936, le chef de la Constitution libérale, Muhammed Mahmoud, est persuadé d’amener des délégués de la Wafd à Londres pour signer le traité anglo-égyptien, « le début d’une nouvelle étape dans les relations anglo-égyptiennes », écrit Anthony Eden. L’armée britannique a été autorisée à retourner au Soudan pour protéger la zone du canal. Ils ont pu trouver des installations d’entraînement et la RAF était libre de survoler le territoire égyptien. Elle n’a cependant pas résolu le problème du Soudan : l’intelligentsia soudanaise a agité pour un retour à la domination métropolitaine, conspirant avec les agents de l’Allemagne.

Mussolini a précisé qu’il ne pouvait pas envahir l’Abyssinie sans d’abord conquérir l’Egypte et le Soudan ; ils avaient l’intention d’unifier la Libye avec l’Afrique orientale italienne. L’état-major impérial britannique s’est préparé à la défense militaire de la région, qui était mince sur le terrain. L’ambassadeur britannique a bloqué les tentatives italiennes de conclure un traité de non-agression avec l’Égypte et le Soudan. Mais Mahmoud était un partisan du Grand Mufti de Jérusalem ; la région était coincée entre les efforts de l’Empire pour sauver les Juifs et les appels arabes modérés à stopper la migration. Le gouvernement soudanais était directement impliqué militairement dans la campagne d’Afrique de l’Est. Formée en 1925, la Force de défense du Soudan a joué un rôle actif dans la réponse aux incursions au début de la Seconde Guerre mondiale. Les troupes italiennes ont occupé Kassala et d’autres zones frontalières du Somaliland italien en 1940. En 1942, les FDS ont également joué un rôle dans l’invasion de la colonie italienne par les forces britanniques et du Commonwealth. Le dernier gouverneur général britannique était Robert George Howe. La révolution égyptienne de 1952 a finalement annoncé le début de la marche vers l’indépendance du Soudan. Après avoir aboli la monarchie en 1953, les nouveaux dirigeants égyptiens, Mohammed Naguib, dont la mère était soudanaise, et plus tard Gamal Abdel Nasser, pensaient que le seul moyen de mettre fin à la domination britannique au Soudan était que l’Égypte abandonne officiellement ses revendications de souveraineté. De plus, Nasser savait qu’il serait difficile pour l’Égypte de gouverner un Soudan appauvri après son indépendance. Les Britanniques ont pour leur part continué leur soutien politique et financier au successeur mahdiste, Abd al-Rahman al-Mahdi, qui, croyait-on, résisterait aux pressions égyptiennes pour l’indépendance du Soudan. Rahman était capable de cela, mais son régime était en proie à une ineptie politique, qui a entraîné une perte colossale de soutien dans le nord et le centre du Soudan. L’Égypte et la Grande-Bretagne ont senti une grande instabilité fomenter, et ont donc choisi d’autoriser les deux régions soudanaises, nord et sud, à voter librement si elles souhaitaient l’indépendance ou un retrait britannique.

Indépendance (de 1956 à nos jours)

Un scrutin a été mené aboutissant à la composition d’un parlement démocratique et Ismail al-Azhari a été élu premier Premier ministre et a dirigé le premier gouvernement soudanais moderne. Le 1er janvier 1956, lors d’une cérémonie spéciale tenue au Palais du Peuple, les drapeaux égyptien et britannique ont été baissés et le nouveau drapeau soudanais, composé de rayures vertes, bleues et jaunes, a été hissé à leur place par le Premier ministre Ismail al-Azhari . L’insatisfaction a culminé avec un second coup d’État le 25 mai 1969. Le chef du coup d’État, le colonel Gaafar Nimeiry, est devenu Premier ministre, et le nouveau régime a aboli le Parlement et interdit tous les partis politiques. Les différends entre les éléments marxistes et non marxistes au sein de la coalition militaire au pouvoir ont abouti à un coup d’État couronné de succès en juillet 1971, dirigé par le Parti communiste soudanais. Quelques jours plus tard, des éléments militaires anticommunistes ont remis Nimeiry au pouvoir. En 1972, l’accord d’Addis-Abeba a entraîné la cessation de la guerre civile nord-sud et une certaine autonomie. Cela a conduit à une interruption de dix ans dans la guerre civile, mais à la fin des investissements américains dans le projet du canal de Jonglei. Cela avait été considéré comme absolument essentiel pour irriguer la région du Haut Nil et empêcher une catastrophe environnementale et une famine à grande échelle parmi les tribus locales, en particulier les Dinka. Dans la guerre civile qui a suivi leur patrie a été pillée, pillée, pillée et brûlée. Beaucoup de la tribu ont été assassinés dans une guerre civile sanglante qui a fait rage pendant plus de 20 ans.

Jusqu’au début des années 70, la production agricole du Soudan était principalement consacrée à la consommation intérieure. En 1972, le gouvernement soudanais est devenu plus pro-occidental et a prévu d’exporter des cultures vivrières et commerciales. Cependant, les prix des produits de base ont baissé tout au long des années 1970, causant des problèmes économiques au Soudan. Dans le même temps, les coûts du service de la dette, provenant de l’argent dépensé pour la mécanisation de l’agriculture, ont augmenté. En 1978, le FMI a négocié un programme d’ajustement structurel avec le gouvernement. Cela a favorisé davantage le secteur de l’agriculture d’exportation mécanisée. Cela a causé de grandes difficultés aux pasteurs du Soudan (voir les peuples Nuba). En 1976, les Ansars avaient monté une tentative de coup d’État sanglante mais infructueuse. Mais en juillet 1977, le président Nimeiry a rencontré le dirigeant d’Ansar Sadiq al-Mahdi, ouvrant la voie à une éventuelle réconciliation. Des centaines de prisonniers politiques ont été libérés et, en août, une amnistie générale a été annoncée pour tous les opposants.

1989-2019 Gouvernement Béchir

Le 30 juin 1989, le colonel Omar el-Béchir a mené un coup d’État militaire sans effusion de sang. Le nouveau gouvernement militaire a suspendu les partis politiques et introduit un code juridique islamique au niveau national. Plus tard, al-Bashir a procédé à des purges et des exécutions dans les rangs supérieurs de l’armée, à l’interdiction des associations, des partis politiques et des journaux indépendants et à l’emprisonnement de personnalités politiques et de journalistes de premier plan. Le 16 octobre 1993, al-Bashir s’est nommé «président» et a dissous le Conseil de commandement révolutionnaire. Al-Bashir a pris les pouvoirs exécutif et législatif du conseil. Lors des élections générales de 1996, il a été le seul candidat légal à se présenter aux élections. Le Soudan est devenu un État à parti unique sous le Parti du Congrès national (PCN). Au cours des années 1990, Hassan al-Turabi, alors président de l’Assemblée nationale, a contacté des groupes fondamentalistes islamiques et a invité Oussama ben Laden dans le pays. Les États-Unis ont par la suite inscrit le Soudan parmi les États parrainant le terrorisme. Après le bombardement d’Al Qaïda des ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, les États-Unis ont lancé l’opération Infinite Reach et ciblé l’usine pharmaceutique Al-Shifa qui, selon le gouvernement américain, fabriquait à tort des armes chimiques pour le groupe terroriste. L’influence d’Al-Turabi a commencé à décliner, d’autres en faveur d’un leadership plus pragmatique ont tenté de changer l’isolement international du Soudan. Le pays a travaillé pour apaiser ses détracteurs en expulsant des membres du Jihad islamique égyptien et en encourageant Ben Laden à partir.

Avant l’élection présidentielle de 2000, al-Turabi a présenté un projet de loi visant à réduire les pouvoirs du président, incitant al-Bashir à ordonner une dissolution et à déclarer l’état d’urgence. Quand al-Turabi a exhorté au boycott de l’accord de signature de la campagne de réélection du président avec l’Armée populaire de libération du Soudan, al-Bashir a soupçonné qu’ils complotaient pour renverser le gouvernement. Hassan al-Turabi a été emprisonné plus tard la même année. En février 2003, les groupes du Mouvement / Armée de libération du Soudan (SLM / A) et du Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM) au Darfour ont pris les armes, accusant le gouvernement soudanais d’opprimer les Soudanais non arabes en faveur des Arabes soudanais, précipitant la guerre en Darfour. Le conflit a depuis été décrit comme un génocide, et la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye a émis deux mandats d’arrêt contre el-Béchir. Les milices nomades arabophones connues sous le nom de Janjaweed sont accusées de nombreuses atrocités. Le 9 janvier 2005, le gouvernement a signé l’Accord de paix global de Nairobi avec le Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM) dans le but de mettre fin à la deuxième guerre civile soudanaise. La Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS) a été créée en vertu de la résolution 1590 du Conseil de sécurité des Nations Unies pour soutenir sa mise en œuvre. L’accord de paix était une condition préalable au référendum de 2011: le résultat a été un vote unanime en faveur de la sécession du Soudan du Sud; la région d’Abyei tiendra son propre référendum à une date ultérieure.

L’Armée populaire de libération du Soudan (SPLA) était le principal membre du Front de l’Est, une coalition de groupes rebelles opérant dans l’est du Soudan. Après l’accord de paix, leur place a été prise en février 2004 après la fusion du plus grand Congrès Hausa et Beja avec les plus petits Lions libres de Rashaida. Un accord de paix entre le gouvernement soudanais et le Front de l’Est a été signé le 14 octobre 2006, à Asmara. Le 5 mai 2006, l’accord de paix au Darfour a été signé, visant à mettre fin au conflit qui dure depuis trois ans. Le conflit Tchad-Soudan (2005-2007) avait éclaté après le déclenchement de la déclaration de guerre du Tchad par la bataille d’Adré. Les dirigeants du Soudan et du Tchad ont signé un accord en Arabie saoudite le 3 mai 2007 pour arrêter les combats du conflit du Darfour qui s’étendent le long de la frontière de 1 000 kilomètres (600 milles) de leur pays. En juillet 2007, le pays a été frappé par des inondations dévastatrices, avec plus de 400 000 personnes directement touchées. Depuis 2009, une série de conflits en cours entre des tribus nomades rivales au Soudan et au Soudan du Sud ont fait un grand nombre de victimes civiles.

Partition et réhabilitation

Le conflit soudanais au Sud Kordofan et au Nil Bleu au début des années 2010 entre l’Armée du Soudan et le Front révolutionnaire du Soudan a commencé comme un différend sur la région riche en pétrole d’Abyei dans les mois précédant l’indépendance du Soudan du Sud en 2011, bien qu’il soit également lié à la guerre civile au Darfour qui est nominalement réglée. Les événements seront connus plus tard sous le nom d’Intifada soudanaise, qui ne se terminera qu’en 2013 après qu’al-Bashir a promis qu’il ne se représenterait pas en 2015. Il a ensuite rompu sa promesse et a été réélu en 2015, en remportant le boycott de l’opposition qui pensait que les élections ne seraient pas libres et équitables. Le taux de participation était à un faible 46%. Le 13 janvier 2017, le président américain Barack Obama a signé un décret exécutif qui a levé de nombreuses sanctions contre le Soudan et les avoirs de son gouvernement détenus à l’étranger. Le 6 octobre 2017, le président américain suivant, Donald Trump, a levé la plupart des sanctions restantes contre le pays et ses industries du pétrole, des exportations-importations et de l’immobilier.

Révolution soudanaise 2019 et gouvernement de transition de Hamdok

Le 19 décembre 2018, des manifestations massives ont commencé après la décision du gouvernement de tripler le prix des marchandises à un moment où le pays souffrait d’une grave pénurie de devises étrangères et d’une inflation de 70%. En outre, le président el-Béchir, au pouvoir depuis plus de 30 ans, a refusé de démissionner, ce qui a entraîné la convergence des groupes d’opposition pour former une coalition unie. Le gouvernement a riposté en arrêtant plus de 800 personnalités et manifestants de l’opposition, entraînant la mort d’environ 40 personnes selon Human Rights Watch, bien que ce nombre soit beaucoup plus élevé que selon les rapports locaux et civils. Les protestations se sont poursuivies après le renversement de son gouvernement le 11 avril 2019, lorsque le président el-Béchir a été arrêté et qu’un état d’urgence de trois mois a été décrété. Plus de 100 personnes sont décédées début juin dans des affrontements entre des manifestants pro-démocratie et les forces de sécurité de l’État, entraînant la suspension du Soudan de l’Union africaine. La jeunesse soudanaise serait à l’origine des manifestations. Les manifestations ont pris fin lorsque les Forces pour la liberté et le changement (une alliance de groupes organisant les manifestations) et le Conseil militaire de transition (le gouvernement militaire au pouvoir) ont signé l’accord politique de juillet 2019 et le projet de déclaration constitutionnelle d’août 2019. Les institutions et procédures transitoires comprenaient la création d’un Conseil de souveraineté militaire-civil conjoint du Soudan à la tête de l’État, d’un nouveau juge en chef du Soudan à la tête de la branche judiciaire du pouvoir, Nemat Abdullah Khair, et d’un nouveau Premier ministre. Le nouveau Premier ministre, Abdalla Hamdok, économiste de 61 ans qui travaillait auparavant pour la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, a prêté serment le 21 août. Il a entamé des pourparlers avec le FMI et la Banque mondiale dans le but de stabiliser l’économie, qui était dans une situation critique à cause des pénuries de nourriture, de carburant et de devises fortes. Hamdok a estimé que 10 milliards de dollars américains sur deux ans suffiraient à enrayer la panique et a déclaré que plus de 70% du budget 2018 avait été consacré à des mesures liées à la guerre civile. Les gouvernements de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis ont investi des sommes importantes depuis l’éviction de Béchir. Le 3 septembre, Hamdok a nommé 14 ministres civils, dont la première femme ministre des Affaires étrangères et la première chrétienne copte, également une femme.

La politique du Soudan

La politique du Soudan a officiellement eu lieu dans le cadre d’une république démocratique représentative fédérale jusqu’en avril 2019, lorsque le régime du président Omar el-Béchir a été renversé par un coup d’État militaire dirigé par le vice-président Ahmed Awad Ibn Auf. Dans un premier temps, il a créé le Conseil militaire de transition pour gérer les affaires intérieures du pays. Il a également suspendu la constitution et dissous le parlement bicaméral – la législature nationale, avec son Assemblée nationale (chambre basse) et le Conseil des États (chambre haute). Ibn Auf n’est toutefois resté en fonction que pendant une seule journée, puis a démissionné, la direction du Conseil militaire de transition étant ensuite confiée à Abdel Fattah al-Burhan. Le 4 août 2019, une nouvelle déclaration constitutionnelle a été signée entre les représentants du Conseil militaire de transition et des Forces de liberté et de changement, et le 21 août 2019 le Conseil militaire de transition a été officiellement remplacé à la tête de l’État par un Conseil de souveraineté de 11 membres. et en tant que chef du gouvernement par un Premier ministre civil.

L’économie du Soudan

En 2010, le Soudan était considéré comme la 17e économie à la croissance la plus rapide au monde et le développement rapide du pays, en grande partie grâce aux bénéfices pétroliers, même face à des sanctions internationales, a été noté par le New York Times dans un article de 2006. En raison de la sécession du Soudan du Sud, qui contenait plus de 80% des champs pétroliers du Soudan, le Soudan est entré dans une phase de stagflation, la croissance du PIB a ralenti à 3,4% en 2014, 3,1% en 2015 et devrait se redresser lentement à 3,7% en 2016 tandis que l’inflation à 21,8% en 2015. Le PIB du Soudan est passé de 123,053 milliards de dollars américains en 2017 à 40,852 milliards de dollars américains en 2018. Même avec les bénéfices pétroliers avant la sécession du Soudan du Sud, le Soudan était toujours confronté à de formidables problèmes économiques, et sa croissance était toujours en hausse par rapport à un niveau très faible de production par habitant. L’économie du Soudan n’a cessé de croître au cours des années 2000, et selon un rapport de la Banque mondiale, la croissance globale du PIB en 2010 était de 5,2% contre une croissance de 4,2% en 2009. Cette croissance s’est maintenue même pendant la guerre du Darfour et la période d’autonomie du Sud précédant l’indépendance du Soudan du Sud. Le pétrole était la principale exportation du Soudan, la production ayant augmenté de façon spectaculaire à la fin des années 2000, dans les années précédant l’indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011. Avec l’augmentation des revenus pétroliers, l’économie soudanaise était en plein essor, avec un taux de croissance d’environ neuf pour cent en 2007. Le l’indépendance du Soudan du Sud, riche en pétrole, a cependant placé la plupart des principaux gisements de pétrole sous le contrôle direct du gouvernement soudanais et la production de pétrole au Soudan est passée d’environ 450 000 barils par jour (72 000 m3 / j) à moins de 60 000 barils par jour (9 500 m3 / j). Depuis, la production s’est redressée pour osciller autour de 250 000 barils par jour (40 000 m3 / j) pour 2014-2015.

Afin d’exporter du pétrole, le Soudan du Sud dépend d’un pipeline vers Port-Soudan sur la côte soudanaise de la mer Rouge, car le Soudan du Sud est un pays sans littoral, ainsi que des installations de raffinage du pétrole au Soudan. En août 2012, le Soudan et le Soudan du Sud ont conclu un accord pour le transport de pétrole sud-soudanais via des pipelines soudanais vers Port-Soudan. La République populaire de Chine est l’un des principaux partenaires commerciaux du Soudan, la Chine détient une participation de 40% dans la Greater Nile Petroleum Operating Company. Le pays vend également des armes légères au Soudan, qui ont été utilisées dans des opérations militaires telles que les conflits au Darfour et dans le Sud-Kordofan. Alors que, historiquement, l’agriculture reste la principale source de revenus et d’embauche d’emplois pour plus de 80% des Soudanais et représente un tiers du secteur économique, la production de pétrole a tiré l’essentiel de la croissance du Soudan après 2000. Actuellement, le Fonds monétaire international (FMI) travaille main dans la main avec le gouvernement de Khartoum pour mettre en œuvre des politiques macroéconomiques saines. Cela fait suite à une période turbulente dans les années 80, lorsque les relations du Soudan, endetté avec le FMI et la Banque mondiale, se sont détériorées, aboutissant à sa suspension éventuelle du FMI. Le programme est en place depuis le début des années 90, ainsi que le taux de change d’entraînement et la réserve de devises. Depuis 1997, le Soudan met en œuvre les réformes macroéconomiques recommandées par le Fonds monétaire international. La production agricole reste le secteur le plus important du Soudan, employant 80% de la main-d’œuvre et contribuant à 39% du PIB, mais la plupart des exploitations restent pluviales et sujettes à la sécheresse. L’instabilité, les conditions météorologiques défavorables et la faiblesse des prix agricoles mondiaux garantissent qu’une grande partie de la population restera au-dessous ou au-dessous du seuil de pauvreté pendant des années. Le barrage de Merowe, également connu sous le nom de projet hydroélectrique polyvalent de Merowe ou barrage Hamdab, est un grand projet de construction dans le nord du Soudan, à environ 350 kilomètres (220 mi) au nord de la capitale, Khartoum. Il est situé sur le Nil, près de la quatrième cataracte où le fleuve se divise en plusieurs branches plus petites avec de grandes îles entre les deux. Merowe est une ville située à environ 40 kilomètres (25 mi) en aval du chantier de construction du barrage.

L’objectif principal du barrage sera la production d’électricité. Ses dimensions en font le plus grand projet hydroélectrique contemporain en Afrique. La construction du barrage s’est terminée en décembre 2008, fournissant plus de 90% de la population en électricité. D’autres centrales électriques au gaz sont opérationnelles dans l’État de Khartoum et dans d’autres États. Selon l’indice de perception de la corruption, le Soudan est l’un des pays les plus corrompus au monde. Selon l’indice mondial de la faim de 2013, le Soudan a une valeur d’indicateur GHI de 27,0 indiquant que le pays a une « situation de faim alarmante». Il est classé cinquième nation la plus affamée du monde. Selon l’indice de développement humain (IDH) de 2015, le Soudan se classe au 167e rang du développement humain, ce qui indique que le Soudan a toujours l’un des taux de développement humain les plus bas du monde. Près d’un cinquième de la population du Soudan vit en dessous du seuil de pauvreté international, ce qui signifie vivre avec moins de 1,25 USD par jour.

La démographie du Soudan

Lors du recensement de 2008 au Soudan, la population du nord, de l’ouest et de l’est du Soudan était de plus de 30 millions d’habitants. Cela met les estimations actuelles de la population du Soudan après la sécession du Soudan du Sud à un peu plus de 30 millions de personnes. Il s’agit d’une augmentation importante au cours des deux dernières décennies, car le recensement de 1983 a estimé la population totale du Soudan, y compris l’actuel Soudan du Sud, à 21,6 millions. La population du Grand Khartoum (y compris Khartoum, Omdurman et Khartoum North) croît rapidement et a été enregistrée à 5,2 millions d’habitants. En plus d’être un pays générateur de réfugiés, le Soudan accueille également une grande population de réfugiés en provenance d’autres pays. Selon les statistiques du HCR, plus de 1,1 million de réfugiés et demandeurs d’asile vivaient au Soudan en août 2019. La majorité de cette population provenait du Soudan du Sud (858 607 personnes), d’Érythrée (123 413), de Syrie (93 502), d’Éthiopie (14 201), République centrafricaine (11 713) et Tchad (3 100). En dehors de cela, le HCR rapporte 1 864 195 personnes déplacées internes (PDI). Le Soudan est partie à la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés.

L’éducation du Soudan

L’éducation au Soudan est gratuite et obligatoire pour les enfants âgés de 6 à 13 ans, bien que plus de 40% des enfants ne fréquentent pas l’école en raison de la situation économique. Les facteurs environnementaux et sociaux augmentent également la difficulté d’aller à l’école, en particulier pour les filles. L’enseignement primaire se compose de huit ans, suivis de trois ans d’enseignement secondaire. L’ancienne échelle d’enseignement 6 + 3 + 3 a été modifiée en 1990. La langue principale à tous les niveaux est l’arabe. Les écoles sont concentrées dans les zones urbaines; beaucoup à l’ouest ont été endommagés ou détruits par des années de guerre civile. En 2001, la Banque mondiale estimait que le taux d’inscription au primaire était de 46% des élèves éligibles et 21% des élèves du secondaire. Les inscriptions varient considérablement, tombant en dessous de 20% dans certaines provinces. Le taux d’alphabétisation est de 70,2% de la population totale, hommes: 79,6%, femmes: 60,8%.

Science et recherche

Le Soudan compte environ 25 à 30 universités; l’enseignement est principalement en arabe. L’éducation aux niveaux secondaire et universitaire a été sérieusement entravée par l’exigence que la plupart des hommes effectuent leur service militaire avant de terminer leurs études. En outre, l « islamisation » encouragée par le président Al-Bashir a aliéné de nombreux chercheurs: la langue officielle d’enseignement dans les universités est passée de l’anglais à l’arabe et les cours islamiques sont devenus obligatoires. Le financement scientifique interne s’est flétri. Selon l’UNESCO, plus de 3 000 chercheurs soudanais ont quitté le pays entre 2002 et 2014. En 2013, le pays ne comptait que 19 chercheurs pour 100 000 citoyens, soit 1/30 du ratio de l’Égypte, selon le Centre national soudanais pour la recherche. En 2015, le Soudan n’a publié qu’environ 500 articles scientifiques. A titre de comparaison, la Pologne, pays de taille démographique similaire, publie de l’ordre de 10 000 articles par an.

Les langues du Soudan

Environ 70 langues sont originaires du Soudan. L’arabe soudanais est la langue la plus parlée du pays. C’est la variété de l’arabe, une langue afro-asiatique de la branche sémitique parlée dans tout le Soudan. Le dialecte a emprunté beaucoup de vocabulaire aux langues nilo-sahariennes locales (Nobiin, Fur, Zaghawa, Mabang). Cela a abouti à une variété d’arabe unique au Soudan, reflétant la façon dont le pays a été influencé par les cultures nilotiques, arabes et occidentales. Peu de nomades au Soudan ont encore des accents similaires à ceux de l’Arabie saoudite. La langue haoussa est issue de la famille afroasiatique et est la deuxième langue la plus parlée au Soudan avec plus de 8 millions de locuteurs. Parmi les autres langues importantes, il y a le Beja (Bedawi) le long de la mer Rouge, avec peut-être deux millions de locuteurs. C’est la langue de la branche couchitique de la famille afroasiatique qui est aujourd’hui parlée sur le territoire. La deuxième langue la plus parlée dans l’est du Soudan est la langue Tigre, parlée par l’autre partie du Beja, le Bani-amir et par le peuple Tigre. Comme au Soudan du Sud, un certain nombre de langues nilo-sahariennes sont également parlées au Soudan. Les locuteurs de la fourrure habitent l’ouest (Darfour), avec peut-être un million de locuteurs. Il existe également diverses langues nubiennes, avec plus de 6 millions de locuteurs le long du Nil dans le nord. La région la plus diversifiée sur le plan linguistique du pays est la région des collines Nuba au Kordofan, habitée par des locuteurs de familles linguistiques multiples, le Darfour et les autres régions frontalières occupant la deuxième place. La famille Niger – Congo est représentée par de nombreuses langues kordofaniennes et indo-européenne par le domari (gitan) et l’anglais. Historiquement, le vieux nubien, le grec et le copte étaient les langues de la Nubie chrétienne, tandis que le méroïtique était la langue du royaume de Koush, qui a conquis l’Égypte. Le Soudan a également plusieurs langues des signes régionales, qui ne sont pas mutuellement intelligibles. Une proposition de 2009 pour une langue des signes soudanaise unifiée avait été élaborée, mais n’était pas largement connue. Avant 2005, l’arabe était la seule langue officielle du pays. Dans la constitution de 2005, les langues officielles du Soudan sont devenues l’arabe et l’anglais.

 
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés