Une ‘Conférence humanitaire pour le Soudan’ dénonce des ‘généraux impitoyables’ et recueille des promesses d’aides de 2 milliards d’euros

Afriquinfos Editeur
6 Min de Lecture
Le ministre français des Affaires étrangères, Stéphane Sejourné (d) accueille son homologue allemande Annalena Baerbock, au Quai d'Orsay, à Paris, le 15 avril 2024.

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

La communauté internationale, réunie lundi 15 avril 2024 à Paris lors d’une ‘Conférence humanitaire pour le Soudan’, a exhorté à « briser le silence » entourant la guerre qui sévit depuis un an dans ce pays, et a appelé à coordonner les différentes médiations pour mettre fin à ce conflit dévastateur.

Sommet humanitaire pour le Soudan: tour de table des participants.

« Depuis un an, les Soudanais sont victimes d’une guerre terrible (…) qui ne produit que chaos et souffrance », a déploré le ministre français des Affaires étrangères Stéphane Séjourné, estimant que les Soudanais étaient « victimes de l’oubli et de l’indifférence ». Il a ainsi appelé à « briser le silence qui entoure ce conflit et mobiliser la communauté internationale ». A l’ouverture de la conférence, co-présidée par la France, l’Allemagne et l’Union européenne, plus de 840 millions (de dollars) ont été annoncés dont 110 millions par Paris, 244 par Berlin, 350 par Bruxelles et 138 par Washington. En tout, 2 milliards d’euros d’aides hétéroclites ont été promises, a éclairé le Président Macron.

Une Conférence humanitaire sur le Soudan s’est ouverte au ministère des Affaires étrangères, à Paris, le 15 avril 2024.

La conférence se décline en trois volets: un volet politique avec la participation essentiellement d’ambassadeurs et ministres des Affaires étrangères (Soudan du Sud, Djibouti, Kenya, Tchad notamment), un volet humanitaire pour récolter les dons et une réunion d’une quarantaine de membres de la société civile soudanaise. Cette conférence se tient alors que les yeux sont rivés sur la situation au Proche-Orient après l’attaque de l’Iran contre Israël, a souligné la ministre allemande Annalena Baerbock.

Pour autant, la communauté internationale ne doit pas ignorer la guerre au Soudan qui a provoqué une crise humanitaire catastrophique, a-t-elle déclaré, évoquant la « souffrance indicible » et le sentiment d’abandon des Soudanais, victimes de la guerre que se mènent « deux généraux impitoyables ». Les multiples initiatives de médiation sont restées sans effet, a-t-elle poursuivi, appelant « à œuvrer à une meilleure coordination » et à « agir de concert pour amener les belligérants à la table de négociation et parvenir à un cessez-le-feu ». « Seule la pression internationale » poussera les belligérants à négocier, a renchéri le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

- Advertisement -

– Déstabilisation régionale –

« Au-delà du financement, il faut mettre de la pression pour qu’il y ait un cessez-le-feu immédiat parce que si l’on continue comme ça, dans un an, le Soudan risque de se désintégrer », a alerté le chef de la diplomatie tchadienne Mahamat Saleh Annadif. Et le risque est de déstabiliser toute la Corne de l’Afrique, la guerre ayant poussé de nombreux Soudanais à se réfugier dans les pays voisins. Plus de 3,4 millions de personnes ont ainsi un besoin « urgent » d’une réponse humanitaire au Tchad, selon ACF (Action contre la faim). La guerre avait éclaté le 15 avril 2023 entre les forces loyales au chef de l’Armée Abdel Fattah al-Burhane et celles de Mohamed Hamdane Daglo, son ancien adjoint et commandant des Forces paramilitaires de soutien rapide.

 La crise alimentaire au Soudan pourrait être « la plus grande jamais connue« , a averti la directrice exécutive du PAM (Programme alimentaire mondial), Cindy McCain lors d’un entretien. Outre la famine, les civils sont victimes de « violences sexuelles massives, de massacres ethniques à grande échelle et d’exécutions« , a déploré Will Carter, le directeur au Soudan du Norwegian Refugee Council.

– Sanctions –

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, Volker Türk, a, lui, mis en garde, contre une nouvelle escalade de la violence alors que les parties au conflit arment les civils et que davantage de groupes armés se joignent aux combats. « Le recrutement et l’utilisation d’enfants par les parties au conflit sont également très préoccupants« , a-t-il également déclaré. Alors que 25 millions de personnes, soit la moitié de la population soudanaise, ont besoin d’aide, Jean Stowell, chef de mission de Médecins sans frontières au Soudan, dénonce pour sa part « un vide humanitaire extrêmement inquiétant« .

« L’an dernier l’appel humanitaire des Nations Unies n’a été financé qu’à moitié. Cette année, 5% » seulement sur les 3,8 milliards d’euros demandés », pointe le Quai d’Orsay. « Nous n’avons pas la prétention de les atteindre à Paris mais avons bon espoir que la communauté internationale se réveille ». Directrice adjointe de la Division Afrique de ‘l’ONG Human Rights Watch’, Laetitia Bader appelle, elle, à des sanctions contre les belligérants, qui ont « empêché la réponse humanitaire », « pillé massivement l’aide » et planifié des « tueries d’humanitaires », en plus des nombreuses exactions contre les civils. Ce lundi 15 avril, le Royaume-Uni a annoncé de nouvelles sanctions visant des entreprises qui soutiennent les belligérants.

Une vue générale de la deuxième extension du camp de réfugiés de Farchana, dans l’est du Tchad, le 7 avril 2024.

© Afriquinfos & Agence France-Presse