Soudan: Affrontements immondes entre des assoiffés de pouvoir en treillis, risques d’enlisement et d’externalisation des combats

Afriquinfos Editeur 7 Vues
8 Min de Lecture
Images satellites des bases aériennes endommagées à Merowe, Jebel Aulia et El-Obeid, au Soudan.

Des milliers d’habitants de Khartoum ont fui mercredi 19 avril, sur des routes bordées de cadavres et de blindés calcinés, pour échapper aux combats incessants entre les paramilitaires et l’armée régulière, qui ont tué plus de 270 civils en six jours au Soudan.

De la fumée au-dessus de Khartoum pendant des combats entre l’armée et les paramilitaires, le 19 avril 2023 au Soudan.

A pied ou en voiture, les civils tentent de passer sous les tirs croisés des Forces de soutien rapide (FSR), les paramilitaires du général Mohamed Hamdane Daglo, dit Hemedti, et de l’armée dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhane, chef de facto du Soudan depuis le putsch mené par les deux hommes en 2021.

« La vie est impossible à Khartoum« , raconte à l’AFP Alawya al-Tayeb, 33 ans, en route vers le sud. « J’ai tout fait pour que mes enfants ne voient pas les cadavres » car ils sont « déjà traumatisés ». « On part chez des proches à Wad Madani« , le chef-lieu d’al-Jazira, à 200 kilomètres au sud, explique Mohammed Saleh, un fonctionnaire de 43 ans. Maintenant que militaires et paramilitaires rôdent dans les rues, « on a peur que nos maisons soient attaquées« .

Les combats qui ont éclaté samedi dernier ravagent principalement Khartoum et le Darfour (ouest) mais les toutes premières frictions ont débuté jeudi 13 avril aux abords de la base aérienne de Méroé, dans le nord voisin de l’Egypte. Là, alors que militaires et paramilitaires se massaient depuis des jours, dans le chaos des combats, 177 soldats égyptiens présents pour des entraînements ont été capturés par les FSR. Depuis, l’Egypte –grande alliée du général Burhane– disait travailler à leur retour. Ils ont décollé mercredi 19 avril au soir, à bord de « quatre avions militaires égyptiens depuis l’aéroport de Dongola« , à 400 km au nord de Khartoum, a annoncé l’armée soudanaise, sans que Le Caire confirme leur départ ou leur arrivée. Si ce point de tension qui faisait craindre une déflagration régionale semble résolu, les deux généraux rivaux restent sourds aux appels au cessez-le-feu.

– Pas de trêve –

Image satellite du 17 avril 2023 fournie par Maxar Technologies montrant des avions détruits à l’aéroport de Khartoum, au Soudan, pendant des combats entre armée et paramilitaires.

Les FSR et l’armée ont annoncé mercredi 19 avril « une trêve de 24 heures » à partir de 16H00 GMT mais, comme la précédente pause annoncée la veille, elle n’a jamais commencé. Ce 20 avril, les patrons de l’ONU, de l’Union africaine, de la Ligue arabe et d’autres organisations régionales doivent se réunir pour réclamer un nouveau cessez-le-feu!

Dans la capitale de plus de cinq millions d’habitants privée d’électricité et d’eau courante, les balles perdues transpercent régulièrement murs et fenêtres. Parfois, une bombe réduit un immeuble ou un hôpital à un tas de gravats. Plus de 270 civils ont été tués depuis samedi 15 avril, selon un bilan provisoire des ambassades occidentales. Elles ont exhorté les deux camps à « ne pas expulser illégalement les habitants, épargner les infrastructures civiles, laisser passer les denrées de base et l’aide d’urgence aux blessés et aux malades« .

Mercredi, l’armée a dit s’être battue avec les FSR autour d’une agence de la Banque centrale et affirmé que « des sommes astronomiques ont été volées« .

– Hôpitaux hors d’usage –

L’armée de l’air et l’artillerie des deux camps ont bombardé neuf hôpitaux de Khartoum. En tout, 39 des 59 hôpitaux des zones touchées par les combats ont été mis hors d’usage ou forcés de fermer, selon des médecins. Quant aux stocks de nourriture, déjà limités dans un pays avec une inflation à trois chiffres, ils s’épuisent et aucun camion d’approvisionnement n’entre dans la capitale.

Humanitaires et diplomates disent ne plus pouvoir travailler au Soudan, un pays de 45 millions d’habitants, dont plus du tiers souffre de la faim. Trois employés du Programme alimentaire mondial (PAM) ont été tués au Darfour et l’ONU a dénoncé « des pillages, des attaques et des violences sexuelles contre des humanitaires« .

– Cadavres et chiens errants –

Pour fuir les violences, des milliers de femmes et d’enfants ont pris la route mercredi 19 avril vers les provinces qui bordent Khartoum. Autour d’eux, selon des témoins, des cadavres gisent sous un soleil de plomb. Alors que des odeurs pestilentielles commencent à s’en dégager, quelques personnes s’aventurent pour les recouvrir d’un drap. Un homme explique qu’il veut empêcher les chiens errants d’en approcher. Parfois, un convoi de combattants juchés sur des pick-ups passe ou d’autres, postés en bord de route, contrôlent les véhicules. Au bout de la route, à quelques dizaines de kilomètres de la capitale, la vie se poursuit comme si de rien n’était avec des magasins ouverts et des transports qui fonctionnent normalement.

A Khartoum en revanche, les attaques n’épargnent personne: le patron belge de la mission humanitaire de l’UE a été « hospitalisé » après avoir été touché par balle et l’ambassadeur européen agressé chez lui. Après cinq jours de combats, la confusion est totale et la désinformation en ligne galopante. Les images satellitaires montrent toutefois l’étendue des dégâts, visibles notamment au QG de l’état-major.

Une dizaine d’avions gisent en cendres sur le tarmac de l’aéroport, le siège des renseignements généraux apparaît ravagé, ce qui était un dépôt de camion-citernes d’essence n’est plus qu’une immense tache noire.

Au Darfour, dans l’ouest du pays, 320 militaires soudanais ont traversé la frontière, officiellement fermée depuis samedi dernier, vers le Tchad pour se rendre parce qu’ils avaient « peur d’être tués par les FSR« , selon le ministre tchadien de la Défense. « Aucun camp ne semble l’emporter pour le moment et vu l’intensité des combats (…), les choses peuvent encore empirer avant que les deux généraux ne s’assoient à la table des négociations« , prévient Clément Deshayes, enseignant à l’Université Paris 1.

Pour cela, « il faudrait que leurs partenaires régionaux fassent pression et pour l’instant, les déclarations ne vont pas dans ce sens« , affirme à l’AFP ce spécialiste du Soudan.