Soudan: Des forces navales saoudiennes inaugurent des évacuations de masse, 66 ressortissants de 12 autres pays rapatriés à Jeddah

Afriquinfos Editeur 8 Vues
7 Min de Lecture
Capture vidéo de la chaîne de télévision d'Etat saoudienne Al-Ekhbariyah obtenue via AFPTV le 22 avril 2023 montrant des ressortissants saoudiens évacués depuis le Soudan accueillis à Jeddah.

Les évacuations de civils étrangers au Soudan ont débuté samedi 22 avril pendant que les combats meurtriers entre l’armée régulière et les paramilitaires se sont poursuivis, entrant dans leur deuxième semaine après une brève accalmie.

Capture vidéo de la chaîne de télévision d’Etat saoudienne Al-Ekhbariyah obtenue via AFPTV le 22 avril 2023 montrant le ministre saoudien des Affaires étrangères Walid al-Khuraiji (D) accueillant, à Jeddah, des civils saoudiens et étrangers évacués depuis le Soudan.

Si la nuit a été relativement calme à Khartoum privée en grande partie d’électricité et d’eau courante, de fortes explosions ont secoué la capitale dans la journée et des échanges de tirs ont été entendus dans différents quartiers, selon des témoignages rapportés à l’AFP. La première grande opération d’évacuation de civils depuis le début des combats a été annoncée samedi 23 avril par l’Arabie saoudite qui a rapatrié ses citoyens et des ressortissants d’autres pays. Plus de 150 personnes, dont des diplomates et des responsables étrangers sont arrivés à Jeddah, ville portuaire d’Arabie saoudite, selon les Affaires étrangères saoudiennes.

L’évacuation a été effectuée par les forces navales du royaume avec le soutien d’autres branches de l’armée, a indiqué le ministère saoudien dans un communiqué, annonçant « l’arrivée en toute sécurité » de 91 citoyens saoudiens et environ 66 ressortissants de 12 autres pays.

Il s’agit notamment du Koweït, du Qatar, des Emirats arabes unis, de l’Egypte, de la Tunisie, du Pakistan, de l’Inde, de la Bulgarie, du Bangladesh, des Philippines, du Canada et du Burkina Faso, selon le communiqué. « Des diplomates et des responsables internationaux » faisaient partie des personnes secourues, selon la même source.

– Evacuations d’Occidentaux –

De la fumée s’élève d’un bâtiment à Khartoum, au Soudan, où les combats entre militaires et paramilitaires ont fait des centaines de morts et des milliers de blessés, le 23 avril 2023.

De son côté, l’armée soudanaise a annoncé que « les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France et la Chine évacueraient leurs diplomates et leurs ressortissants avec leurs avions militaires ». Les ministres allemands de la Défense et des Affaires étrangères ont annoncé avoir tenu une réunion de crise samedi sur la faisabilité d’une évacuation, après que trois avions militaires se sont vus contraints de faire demi-tour mercredi dernier, a rapporté le magazine allemand Der Spiegel.

Depuis plusieurs jours, les Etats-Unis, la Corée du Sud et le Japon ont déployé des forces dans les pays voisins, et l’Union européenne envisage de prendre de mesures similaires en vue d’évacuer leurs diplomates et ressortissants du Soudan. Les violences y ont éclaté le 15 avril entre l’armée du général Abdel Fattah al-Burhane, dirigeant de facto du Soudan depuis le putsch de 2021, et son adjoint devenu rival, le général Mohamed Hamdane Daglo, qui commande les Forces de soutien rapide (FSR), des paramilitaires redoutés.

Vendredi, l’armée a annoncé avoir « accepté un cessez-le-feu de trois jours » pour l’Aïd al-Fitr, qui marque la fin du mois sacré du jeûne musulman. L’ONU, les Etats-Unis et d’autres pays avaient appelé à l’arrêt des combats. Mais une nouvelle fois, l’armée et les FSR n’ont pas respecté leurs engagements de faire une pause pour permettre aux civils de fuir et aux pays étrangers de rapatrier leurs ressortissants. Le bilan encore très provisoire s’élève à 413 morts et 3.551 blessés, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Les FSR du général Daglo ont indiqué être « prêtes à ouvrir tous les aéroports du Soudan » pour évacuer les étrangers. Le général Burhane a lui déclaré samedi que l’armée régulière « contrôlait tous les aéroports à l’exception de ceux de Khartoum et de Nyala », le chef-lieu du Darfour-Sud. Alors que les deux camps se livrent aussi à une bataille de communication, il est impossible de savoir qui contrôle les aéroports du pays et dans quel état ils se trouvent après avoir été le théâtre de violents combats depuis le premier jour du conflit.

Les deux généraux qui avaient pris le pouvoir lors du coup d’Etat de 2021 sont désormais engagés dans une lutte sans merci. Ils ont été incapables de s’accorder sur l’intégration des paramilitaires du général Daglo aux troupes régulières du général Burhane, après des semaines de négociations politiques sous égide internationale.

– « Situation catastrophique » –

Des habitants s’approvisionnent en eau, le 23 avril 2023 à Khartoum.

A Khartoum, ville de cinq millions d’habitants, de nombreux civils se sont aventurés à l’extérieur uniquement pour obtenir des denrées alimentaires d’urgence ou pour fuir la ville. La fin du mois de jeûne du ramadan se fête habituellement « avec des pâtisseries et des cadeaux pour les enfants », mais cette année, ce sont « des coups de feu et l’odeur de la mort », se lamente auprès de l’AFP Sami al-Nour, un habitant de Khartoum. Les conditions de vie sont probablement pires au Darfour, où personne ne peut se rendre dans l’immédiat. Sur place, un docteur de Médecins sans frontières (MSF) évoque une « situation catastrophique ».

Au Soudan, troisième producteur d’or d’Afrique et pourtant l’un des pays les plus pauvres au monde, les services de santé sont à genoux depuis des décennies et un tiers des 45 millions d’habitants souffre de la faim. L’arrêt des opérations de la plupart des humanitaires, après la mort d’au moins quatre d’entre eux depuis une semaine, va aggraver la situation. Et le conflit menace désormais de gagner du terrain au-delà des frontières du Soudan, selon des experts. Maintenant que les armes ont parlé, il faut agir rapidement pour éviter une « guerre civile à part entière », prévient l’International Crisis Group (IGC).

Des habitants s’approvisionnent en eau, le 23 avril 2023 à Khartoum.