Éthiopie
29 janvier 2012

Prospérité économique et lutte contre les changements climatiques vont ensemble (Ban Ki-moon)

ADDIS-ABEBA (Xinhua) – « L’auguementation des prix de l’alimentation et du carburant, les phénomènes climatiques extrêmes, l’insécurité énergétique, la pauvreté, le chômage des jeunes, les écarts qui se creusent…tous ces symptômes montrent que la voie sur laquelle nous avançons mène à l’impasse », a déclaré M. Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations Unies, dimanche matin à la céremonie d’ouverture du 18ème sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba en Ethiopie.

Éthiopie

600 millions de yuans RMB à l’UA sur les trois ans à venir

ADDIS ABEBA (Xinhua) – En tant qu’invité d’honneur de la 18e session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine (UA) , Jia Qinglin, président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) a déclaré dans son discours prononcé à la cérémonie d’ouverture du sommet que le gouvernement chinois a décidé d’otroyer à l’UA un total de 600 millions de yuans RMB (un dollar équivaut 6,3 yuans RMB) de dons sur les trois ans à venir.

Lire la suite »
Éthiopie

Le chef de l’Onu pour un dialogue sincère entre le Soudan et le Sud-Soudan

ADDIS-ABEBA (Xinhua) – Le secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a exhorté dimanche en marge de l’ouverture du 18e sommet de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba en Ethiopie, les présidents soudanais Omar el béchir et sud-sadounais Salva Kir Mayardit à un dialogue sincère pour éviter l’escalade militaire.

Lire la suite »
Éthiopie

Sommet de l’UA: un responsable chinois fait cinq propositions pour le développement des relations sino-africaines

ADDIS ABEBA (Xinhua) – « Le renforcement de la solidarité et de la coopération entre la Chine, le plus grand pays en développement et l’Afrique, continent qui regroupe le plus de pays en développement, revêt une signitifcaiton majeure pour la paix, la stabilité et le développement dans le monde », a déclaré Jia Qinglin, président du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), à l’occasion de l’ouverture de la 18e session ordinaire de la Conférence de l’Union africaine (UA) à Addis Abeba (capitale de l’Ethopie).

Lire la suite »
Éthiopie

Elections à l’UA : l’Afrique du Sud soupçonnée de velléités hégémoniques (diplomate)

ADDIS-ABEBA (Xinhua) – Candidate à la présidence de la Commission de l’Union africaine (UA) dont l’élection se déroulera plutôt lundi au lieu de ce dimanche après-midi comme initialement annoncée, l’Afrique du Sud agace de nombreux pays qui l’accusent de velléités hégémoniques, a confié à Xinhua une source diplomatique africaine.

Lire la suite »
Éthiopie

Libye : appel à la création d’un fonds mondial pour la récupération des armes

ADDIS-ABEBA (Xinhua) – Préoccupé par retour de la paix et de la stabilité dans le pays après la révolution de 2011, le nouveau Premier ministre libyen Abdul Rahim al-Kaeb a appelé dimanche à l’ouverture du 18e sommet de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba en Ethiopie à la création d’un fonds mondial pour la récupération des armes.

Lire la suite »
Éthiopie

UA : le président Boni place son mandat sous le signe du règlement des conflits

ADDIS-ABEBA (Xinhua) – Le président béninois Thomas Yayi Boni, porté à la présidence tournante de l’Union africaine (UA) pour 2012 pour le compte de l’Afrique de l’Ouest à l’ouverture du 18e sommet de l’organisation continentale dimanche à Addis-Abeba en Ethiopie, a placé son mandat sous le signe de la résolution des conflits en Afrique.

Lire la suite »
Éthiopie

Sommet de l’UA: Jean Ping souligne l’importance de l’investissement dans l’infrastructure et l’intégration

ADDIS-ABEBA (Xinhua) – Optimiste de l’avenir de la croissance économique de l’Afrique, Jean Ping, président de la Commssion de l’Union africaine (UA) a fait remarquer dimanche matin à Addis-Abeba, Ethiopie, que l’investissement dans l’infrastrure et l’accélération de l’intégration sont les facteurs importants pour faire de ce continent un acteur économique à la hauteur de ses ressources.

Lire la suite »
Éthiopie

UA et CPI : des décisions prises sur la base de l’intégrité professionnelle (Ban Ki-moon)

ADDIS-ABEBA (Xinhua) – Accusée d’être à la solde des puissances étrangères et d’acharnement contre des dirigeants africains, la Cour pénale internationale (CPI) basée à La Haye aux Pays-Bas est un organe indépendant, qui prend ses décisions sur la base de l’intégrité professionnelle, a soutenu dimanche le secrétaire général de l’Onu Ban Ki-moon.

Lire la suite »
28 janvier 2012 Éthiopie

"Utiliser le sida comme une plateforme industrielle" (ONUSIDA)

ADDIS ABEBA (Xinhua) – Pour lutter efficacement contre le sida sur un continent où 400.000 enfants naissent chaque année avec cette maladie, le directeur exécutif de l’Onusida, Michel Sidibé, préconise de la même pandémie comme « une plateforme industrielle pour transférer des technologies » existant dans les pays émergents.

Lire la suite »
Éthiopie

Le nouveau Centre de conférence de l’Union Africaine

ADDIS-ABEBA (Xinhua) — Du point de vue architectural, le nouveau centre de conférences de l’Union Africaine, à Addis Abeba en Ethiopie, inauguré ce samedi après- midi, représente deux bras enlaçant un précieux objet. Ce geste d’une part symbolise les liens d’amitié entre l’Afrique et la Chine et d’autre part représente la solidarité africaine autour du continent, a expliqué M. Jean Ping, Président de la Commission de l’Union africaine à la cérémonie d’inauguration.

Lire la suite »
27 janvier 2012 Éthiopie

Ouverture de la 20e session du Conseil exécutif dans le cadre du 18e Sommet de l’UA

ADDIS ABEBA (Xinhua) – La 20e session du Conseil exécutif de l’Union africaine (UA) s’est ouverte jeudi, dans le cadre du 18e sommet de l’UA, qui se tient depuis le 23 janvier à Addis Abeba, la capitale éthiopienne.

Lire la suite »
Éthiopie

La visite de la délégation chinoise va renforcer la coopération entre la Chine et l’Ethiopie

ADDIS ABEBA (Xinhua) – La Chine et l’Afrique jouissent de relations très solides, basées sur le principe « gagnant-gagnant », et la prochaine visite d’une délégation chinoise de haut niveau devrait encore contribuer à renforcer et à consolider la coopération de niveau élevé qui existe déjà entre la Chine et l’Ethiopie, a déclaré Meles Zenawi, le Premier ministre éthiopien.

Lire la suite »
25 janvier 2012 Éthiopie

Ethiopie : le HCR craint la polio dans les camps de réfugiés

GENEVE (Xinhua) – Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s’est dit mardi « très préoccupé », dans un communiqué, par des informations reçues cette semaine concernant deux cas suspects de poliomyélite parmi les réfugiés somaliens dans le camp de Bur Amino, à Dollo Ado en Ethiopie, et trois cas suspects au sein de la communauté d’accueil environnante.

Lire la suite »
23 janvier 2012 Éthiopie

Ethiopian Airlines affrète un vol spécial pour emmener 152 touristes chinois aux Seychelles

ADDIS-ABEBA (Xinhua) – La compagnie Ethiopian Airlines, l’une des principales compagnies aériennes en Afrique, a affrété dimanche à la veille du Nouvel an chinois un vol spécial pour les Seychelles, sa plus récente destination, avec à son bord un groupe de 152 touristes chinois.

Lire la suite »
18 janvier 2012 Éthiopie

Un rapport attribue à l’équipage le crash de 2010 d’Ethiopian Airlines au Liban

BEYROUTH (Xinhua) – Une commission d’enquête a attribué mardi dans son rapport aux membres de l’équipage d’Ethiopian Airlines la responsabilité du crash d’avion meurtrier en 2010 au Liban, blâmant leur manque d’expérience et leur mauvaise gestion.

Lire la suite »
Éthiopie

Cinq touristes étrangers tués dans le nord de l’Ethiopie

ADDIS ABEBA (Xinhua) – Cinq touristes étrangers ont été tués par des hommes armés lundi dans le nord de l’Ethiopie, rapporté mardi la chaîne de télévision locale en citant le ministère éthiopien de la Défense.

Lire la suite »
Éthiopie

Les touristes qui ont péri dans une attaque en Ethiopie étaient européens et australiens

ADDIS-ABEBA (Xinhua) – Le gouvernement éthiopien a fait savoir mercredi que les touristes étrangers victimes d’une attaque perpétrée lundi dans le nord du pays par des terrosistes armés étaient originaires d’Europe et d’Australie.

Lire la suite »
17 janvier 2012 Éthiopie

Jia Qinglin assistera au 18ème Sommet de l’Union africaine

BEIJING (Xinhua) – Jia Qinglin, président du Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC), assistera à la cérémonie d’ouverture de la 18e Session ordinaire de l’Assemblée de l’Union africaine (UA) et effectuera une visite officielle d’amitié en Ethiopie du 27 au 29 janvier, a annoncé mardi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Liu Weimin.

Lire la suite »
15 décembre 2011 Éthiopie

Éthiopie : plus de 1 500 réfugiés soudanais échangent des nouvelles avec des proches

GENEVE (© 2011 APO) – Plus de 1 500 réfugiés soudanais dans l’ouest de l’Éthiopie ont pu parler à leurs familles par téléphone portable grâce à un service mis en place par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) début novembre. Bon nombre de réfugiés dans les camps d’Ademazin, de Sherkole et de Tongo ont perdu le contact avec leurs proches alors qu’ils fuyaient le conflit dans l’État du Nil bleu au Soudan il y a plusieurs semaines.

Lire la suite »
4 décembre 2011 Éthiopie

L’ancien président américain Bush arrive en Ethiopie pour participer à l’ICASA 2011

ADDIS ABEBA (Xinhua) – L’ancien président américain George W. Bush est arrivé dimanche à Addis Abeba pour participer à la conférence internationale sur le SIDA et les MST en Afrique (ICASA 2011) prévue du 4 au 8 décembre.

Lire la suite »
24 novembre 2011 Éthiopie

Les leaders Africains bientôt réunis pour discuter de la situation sécuritaire régionale

NAIROBI (Xinhua) – Les leaders de la région est- africaine se réuniront à Addis Abeba, Ethiopie, vendredi pour un Sommet de l’Autorité de développement intergouvernementale (IGAD) pour discuter de la situation sécuritaire dans la région.

Lire la suite »

L’Éthiopie, officiellement la République fédérale démocratique d’Éthiopie, est un pays enclavé de la Corne de l’Afrique. Il partage des frontières avec l’Érythrée au nord, Djibouti au nord-est, la Somalie à l’est, le Kenya au sud, le Soudan du Sud à l’ouest et le Soudan au nord-ouest. Avec plus de 109 millions d’habitants en 2019, l’Éthiopie est le pays sans littoral le plus peuplé du monde et le deuxième pays le plus peuplé du continent africain. Le pays a une superficie totale de 1 100 000 kilomètres carrés (420 000 milles carrés). Sa capitale et sa plus grande ville est Addis-Abeba, qui se trouve à quelques kilomètres à l’ouest du rift est-africain qui divise le pays en plaques tectoniques nubienne et somalienne.

Certaines des preuves squelettiques les plus anciennes pour les humains anatomiquement modernes ont été trouvées en Éthiopie. Il est largement considéré comme la région à partir de laquelle les humains modernes sont partis pour le Moyen-Orient et ailleurs. Selon les linguistes, les premières populations de langue afro-asiatique se sont installées dans la région de la Corne au cours du néolithique qui a suivi. Remontant ses origines au 2e millénaire avant notre ère, le système gouvernemental éthiopien a été une monarchie pendant la majeure partie de son histoire. La littérature orale raconte que la monarchie a été fondée par la dynastie solomonique de la reine de Saba, sous son premier roi, Menelik I. Au cours des premiers siècles, le royaume d’Axoum a maintenu une civilisation unifiée dans la région, suivie par l’Empire éthiopien v. 1137. À la fin du XIXe siècle, Scramble for Africa, l’Éthiopie et le Libéria étaient les deux seuls pays à avoir préservé leur souveraineté de la colonisation à long terme par une puissance coloniale européenne, et de nombreux pays nouvellement indépendants du continent ont par la suite adopté les couleurs de leur drapeau. . Cependant, le pays a été plus tard occupé par l’Italie en 1936 et est devenu l’Éthiopie italienne (une partie de l’Afrique orientale italienne), jusqu’à ce qu’il soit libéré pendant la Seconde Guerre mondiale. Pendant la domination italienne, le gouvernement a aboli l’esclavage, une pratique qui existait dans le pays depuis des siècles, et l’urbanisation n’a cessé d’augmenter. L’Éthiopie a également été le premier membre africain indépendant de la Société des Nations et des Nations Unies du XXe siècle. En 1974, la monarchie éthiopienne sous Haile Selassie a été renversée par le Derg, un gouvernement militaire communiste soutenu par l’Union soviétique. En 1987, le Derg a créé la République démocratique populaire d’Éthiopie, mais elle a été renversée en 1991 par le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien, qui est la coalition politique au pouvoir depuis.

L’Éthiopie et l’Érythrée utilisent l’ancien script Ge’ez, qui est l’un des plus anciens alphabets encore en usage dans le monde. Ils suivent le calendrier éthiopien, qui a environ sept ans et trois mois de retard sur le calendrier grégorien. Une majorité de la population adhère au christianisme (principalement l’église éthiopienne orthodoxe Tewahedo et P’ent’ay), et le royaume historique d’Axoum a été l’un des premiers États à adopter officiellement la religion, tandis qu’un tiers environ suit l’islam (principalement sunnite ). Le pays est le site de la migration islamique vers l’Abyssinie et la plus ancienne colonie musulmane d’Afrique, à Negash. Une importante population de juifs éthiopiens, connue sous le nom de Bete Israel, résidait également en Éthiopie jusqu’aux années 1980. L’Éthiopie est une nation multilingue, avec environ 80 groupes ethnolinguistiques, dont les quatre plus importants sont les Oromo, Amhara, Somali et Tigrayans. La plupart des gens dans le pays parlent des langues afro-asiatiques des branches couchitiques ou sémitiques. De plus, les langues omotiques sont parlées par des groupes ethniques minoritaires habitant les régions du sud. Les langues nilo-sahariennes sont également parlées par les minorités ethniques nilotiques du pays. L’oromo est la langue la plus peuplée par les locuteurs natifs, tandis que l’amharique est la plus peuplée en nombre de locuteurs et sert de langue de travail au gouvernement fédéral. Ge’ez reste important en tant que langue liturgique à la fois pour l’église éthiopienne orthodoxe Tewahedo et pour l’église érythréenne orthodoxe Tewahedo et pour la Beta Israel.

La nation est une terre de contrastes naturels, avec son vaste ouest fertile, ses forêts et ses nombreuses rivières, et la colonie la plus chaude du monde de Dallol dans son nord. Les hauts plateaux éthiopiens sont les plus grandes chaînes de montagnes continues en Afrique, et les grottes de Sof Omar contiennent la plus grande grotte du continent. L’Éthiopie possède également le plus de sites du patrimoine mondial de l’UNESCO en Afrique. En outre, l’État souverain est un membre fondateur de l’ONU, du Groupe des 24 (G-24), du Mouvement des pays non alignés, du G77 et de l’Organisation de l’unité africaine. Sa capitale, Addis-Abeba, est le siège de l’Union africaine, de la Chambre panafricaine de commerce et d’industrie, de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique, de la Force africaine en attente et de nombreuses ONG mondiales axées sur l’Afrique. Dans les années 1970 et 1980, l’Éthiopie a connu des conflits civils et des purges communistes, qui ont entravé son économie. Depuis, le pays s’est rétabli et, en 2010, a la plus grande économie (en termes de PIB) d’Afrique de l’Est, avec la plus grande population de la région. Malgré ces améliorations, il reste l’un des pays les plus pauvres du monde. Outre la pauvreté, l’Éthiopie est confrontée à la faim, à la corruption, à la faiblesse des infrastructures et au mauvais respect des droits de l’homme et de l’accès à la santé et à l’éducation (avec un taux d’analphabétisme de 51%), se classant dans le pire quartile de l’indice de développement humain.

L’histoire de l’Éthiopie

Préhistoire

Plusieurs découvertes importantes ont propulsé l’Éthiopie et la région environnante à la pointe de la paléontologie. Le plus ancien hominidé découvert à ce jour en Éthiopie est l’Ardipithicus ramidus (Ardi) de 4,2 millions d’années trouvé par Tim D. White en 1994. La découverte d’hominidés la plus connue est Australopithecus afarensis (Lucy). Connu localement sous le nom de Dinkinesh, le spécimen a été trouvé dans la vallée d’Awash de la région Afar d’Éthiopie en 1974 par Donald Johanson, et est l’un des fossiles australopithèques adultes les plus complets et les mieux conservés jamais découverts. Le nom taxonomique de Lucy fait référence à la région où la découverte a été faite. On estime que l’hominidé a vécu il y a 3,2 millions d’années. L’Éthiopie est également considérée comme l’un des premiers sites d’émergence d’humains anatomiquement modernes, l’Homo sapiens. La plus ancienne de ces découvertes fossiles locales, les vestiges d’Omo, ont été fouillées dans le sud-ouest d’Omo Kibish et datées du Paléolithique moyen, il y a environ 200 000 ans. De plus, des squelettes d’Homo sapiens idaltu ont été trouvés sur un site de la vallée du Middle Awash. Datées d’il y a environ 160 000 ans, elles peuvent représenter une sous-espèce éteinte d’Homo sapiens, ou les ancêtres immédiats des humains anatomiquement modernes. Les fossiles archaïques de l’Homo sapiens fouillés sur le site de Jebel Irhoud au Maroc ont depuis été datés d’une période antérieure, il y a environ 300 000 ans, tandis que l’Omo-Kibish I (Omo I) du sud de l’Éthiopie est le plus ancien squelette de l’Homo sapiens anatomiquement moderne actuellement connu (196 ± 5 ka).

Selon les linguistes, les premières populations de langue afro-asiatique sont arrivées dans la région au cours du néolithique qui a suivi à partir de l’urheimat proposé par la famille (« patrie d’origine ») dans la vallée du Nil ou le Proche-Orient. D’autres chercheurs proposent que la famille afroasiatique se développe in situ dans la Corne, ses locuteurs se dispersant ensuite à partir de là. En 2019, les archéologues ont découvert un abri sous roche datant de l’âge moyen de 30 000 ans sur le site de Fincha Habera dans les montagnes de Bale en Éthiopie à une altitude de 3469 mètres au-dessus du niveau de la mer. À cette altitude élevée, les humains sont sensibles à la fois à l’hypoxie et aux conditions météorologiques extrêmes. Selon une étude publiée dans la revue Science, cette habitation est la preuve de la première occupation humaine permanente à haute altitude encore découverte. Des milliers d’os d’animaux, des centaines d’outils en pierre et des cheminées anciennes ont été découverts, révélant un régime qui comprenait des rats-taupes géants. Des preuves de certaines des premières armes à projectiles à pointe de pierre connues (un outil caractéristique de l’Homo sapiens), les pointes de pierre de javelots ou de lances de jet, ont été découvertes en 2013 sur le site éthiopien de Gademotta, et datent d’environ 279000 ans. En 2019, des preuves supplémentaires d’armes à projectiles complexes de l’âge de pierre moyen ont été trouvées à Aduma, également en Éthiopie, il y a 100 000 à 80 000 ans, sous la forme de points considérés comme susceptibles d’appartenir à des fléchettes livrées par des lanceurs de lances.

Antiquité

Vers le 8ème siècle avant JC, un royaume connu sous le nom de Dʿmt a été établi au Tigré, dans le nord de l’Éthiopie et en Érythrée. La capitale de l’État était située à Yeha, dans le nord de l’Éthiopie. La plupart des historiens modernes considèrent que cette civilisation est d’origine éthiopienne, bien qu’elle soit influencée par les Sabéens en raison de l’hégémonie de cette dernière sur la mer Rouge. D’autres érudits considèrent Dtmt comme le résultat d’une union de cultures afro-asiatiques des branches couchitique et sémitique; à savoir, les peuples Agaw locaux et les Sabéens d’Arabie du Sud. Cependant, Ge’ez, l’ancienne langue sémitique de l’Éthiopie, se serait développée indépendamment du sabéen, l’une des langues sémitiques du Sud. Dès 2000 avant JC, d’autres locuteurs sémitiques vivaient en Éthiopie et en Érythrée où Ge’ez s’est développé. On pense maintenant que l’influence sabéenne est mineure, limitée à quelques localités, et disparaît après quelques décennies ou un siècle. Il peut s’agir d’une colonie commerciale ou militaire en alliance avec la civilisation éthiopienne de Dʿmt ou un autre État proto-aksoumite.

Après la chute de Dʿmt au IVe siècle avant JC, le plateau éthiopien est devenu dominé par de plus petits royaumes successeurs. Au premier siècle de notre ère, le royaume d’Axoum a émergé dans ce qui est aujourd’hui le Tigré et l’Érythrée. Selon le Livre médiéval d’Axoum, la première capitale du royaume, Mazaber, a été construite par Itiyopis, fils de Cush. Axoum étendra parfois son règne au Yémen de l’autre côté de la mer Rouge. Le personnage religieux persan Mani a inscrit Axoum avec Rome, la Perse et la Chine comme l’une des quatre grandes puissances de son époque, au cours du IIIe siècle. Vers 316 après JC, Frumentius et son frère Edesius de Tyr accompagnèrent leur oncle lors d’un voyage en Ethiopie. Lorsque le navire s’est arrêté dans un port de la mer Rouge, les autochtones ont tué tous les voyageurs, à l’exception des deux frères, qui ont été emmenés à la cour comme esclaves. Le monarque leur a confié des postes de confiance et ils ont converti les membres de la cour royale au christianisme. Frumentius est devenu le premier évêque d’Axoum. Une pièce datée de 324 montre que l’Éthiopie a été le deuxième pays à adopter officiellement le christianisme (après que l’Arménie l’a fait en 301), bien que la religion ait peut-être d’abord été confinée aux cercles judiciaires; ce fut la première grande puissance à le faire. La dynastie axumite affaiblie a pris fin au 9ème siècle lorsque Yodit a vaincu le dernier roi de la dynastie. Le règne de l’impératrice Yodit, qui a duré 40 ans, visait à abolir le christianisme (une religion d’abord acceptée par le roi Ezana de la dynastie axumite) en incendiant des églises et en crucifiant des gens qui restaient fidèles à l’église orthodoxe de Tewahedo, qui à l’époque était considérée comme la religion de l’État. L’impératrice a tenté de forcer de nombreuses personnes à changer de religion et a détruit une grande partie du patrimoine historique de la dynastie axumite, ce qui lui a valu l’épithète de Yodit Gudit (en amharique ዮዲት ጉዲት). Son règne a finalement pris fin en 912 après sa défaite par le premier chef de la dynastie Zagwe. Le règne de la dynastie Zagwe a pris fin avec la montée de Yekuno Amlak.

À l’époque de Mahomet

La première interaction que le prophète islamique Muhammad a eu avec l’Éthiopie a eu lieu sous le règne d’Aṣḥama ibn Abjar, qui était à l’époque l’empereur d’Axoum et qui a donné refuge à plusieurs musulmans du royaume d’Axoum en 614 après JC. Selon d’autres auteurs, Ashama pourrait être la même personne que le roi Armah, ou son père ou son fils. Taddesse Tamrat rapporte que les habitants de Wiqro, où le souverain est connu sous le nom d’Ashamat al-Negashi, affirment que sa tombe est située dans leur village. La deuxième interaction de Mahomet avec l’Éthiopie a eu lieu lors de l’expédition de Zaid ibn Haritha, lorsqu’il a envoyé Amr bin Umayyah al-Damri au roi d’Éthiopie (alors Abyssinie).

Moyen Âge

La dynastie Zagwe a gouverné de nombreuses régions de l’Éthiopie et de l’Érythrée actuelles entre le début du 12e et la fin du 13e siècle. Le nom de la dynastie est dérivé de l’Agaw parlant le couchitique du nord de l’Éthiopie. De 1270 après JC jusqu’à la Zemene Mesafint (Age of Princes), la dynastie solomonique gouverna l’Empire éthiopien. Au début du XVe siècle, l’Éthiopie a cherché à établir un contact diplomatique avec les royaumes européens pour la première fois depuis l’ère aksoumite. Une lettre d’Henri IV d’Angleterre à l’empereur d’Abyssinie survit. En 1428, Yeshaq I a envoyé deux émissaires à Alphonse V d’Aragon, qui a envoyé des émissaires de retour. Ils n’ont pas terminé le voyage de retour. Les premières relations continues avec un pays européen ont commencé en 1508 avec le Portugal sous Dawit II (Lebna Dengel), qui venait d’hériter du trône de son père.

Cela s’est avéré être un développement important, car lorsque l’Empire a été soumis aux attaques du général et imam du sultanat d’Adal, Ahmad ibn Ibrahim al-Ghazi (appelé « Grañ » « les gauchers »), le Portugal a aidé l’empereur éthiopien en l’envoi d’armes et quatre cents hommes, qui ont aidé son fils Gelawdewos à vaincre Ahmad et à rétablir son règne. Cette guerre abyssinienne-adal fut également l’une des premières guerres par procuration dans la région, l’Empire ottoman et le Portugal ayant pris parti dans le conflit. Lorsque l’empereur Susenyos I s’est converti au catholicisme romain en 1624, des années de révolte et de troubles civils ont suivi, entraînant des milliers de morts. Les missionnaires jésuites avaient offensé la foi éthiopienne orthodoxe Tewahedo des Éthiopiens locaux. En juin 1632, Fasilides, le fils de Susenyos, déclara à nouveau que la religion d’État était l’orthodoxie éthiopienne. Il a expulsé les missionnaires jésuites et d’autres Européens.

Aussa Sultanate

Le Sultanat d’Aussa ou « Afar Sultanate » a succédé à l’ancien Imamat d’Aussa. Ce dernier régime politique a vu le jour en 1577 lorsque Muhammed Jasa a déplacé sa capitale de Harar à Aussa (Asaita) avec la scission du sultanat d’Adal en le sultanat d’Aussa et le sultanat de Harar. À un moment donné après 1672, le sultanat d’Aussa déclina et prit temporairement fin en même temps que l’ascension enregistrée de l’Imam Umar Din bin Adam au trône. Le Sultanat a ensuite été rétabli par Kedafu vers 1734. Il a ensuite été gouverné par sa dynastie Mudaito. Le symbole principal du Sultan était un bâton en argent, qui était considéré comme ayant des propriétés magiques.

Zemene Mesafint

Entre 1755 et 1855, l’Éthiopie a connu une période d’isolement appelée Zemene Mesafint ou « Age of Princes ». Les empereurs sont devenus des figures de proue, contrôlés par des seigneurs et des nobles régionaux comme Ras Mikael Sehul de Tigray, Ras Wolde Selassie de Tigray, et par la dynastie Were ShehYejju Oromo, comme Ras Gugsa de Yejju. Avant le Zemene Mesafint, le roi Iyoas avait présenté l’Oromo comme langue de la cour de l’amharique à l’Afaan Oromo.

L’isolationnisme éthiopien a pris fin à la suite d’une mission britannique qui a conclu une alliance entre les deux nations, mais ce n’est qu’en 1855 que les royaumes amhara du nord de l’Éthiopie (Gonder, Gojam, Shoa) ont été brièvement unis après le rétablissement du pouvoir de l’empereur à partir de la règne de Tewodros II. Tewodros était né à Begemder d’un noble de Qwara, où le dialecte Qwara de la langue Agaw est parlé. Après son ascension, il a commencé à moderniser l’Éthiopie et à recentraliser le pouvoir de l’empereur. L’Éthiopie a recommencé à participer aux affaires mondiales. Mais Tewodros a subi plusieurs rébellions à l’intérieur de son empire. Les milices d’Oromo du Nord, la rébellion du Tigrayan et l’incursion constante de l’Empire ottoman et des forces égyptiennes près de la mer Rouge ont provoqué l’affaiblissement et la chute définitive de Tewodros II. Il s’est suicidé en 1868 lors de son dernier combat avec l’expédition britannique en Abyssinie lors de la bataille de Magdala. Après la mort de Tewodros, Tekle Giyorgis II a été proclamé empereur mais a été vaincu dans les batailles de Zulawu (21 juin 1871) et Adua (11 juillet 1871).

La victorieuse Mercha Kassai fut par la suite déclarée Yohannes IV le 21 janvier 1872. En 1875 et 1876, les forces turco-égyptiennes, accompagnées de nombreux «conseillers» européens et américains, envahirent deux fois l’Abyssinie, mais furent d’abord vaincues: une fois à la bataille de Gundet perdant 800 hommes, puis lors de la deuxième invasion, vaincu de façon décisive par l’empereur Yohannes IV lors de la bataille de Gura le 7 mars 1875, où les forces d’invasion ont perdu au moins 3000 hommes par la mort ou capturés. De 1885 à 1889, l’Éthiopie a rejoint la guerre mahdiste alliée à la Grande-Bretagne, à la Turquie et à l’Égypte contre l’État mahdiste soudanais. En 1887, Menelik, roi de Shewa, a envahi l’émirat de Harar après sa victoire à la bataille de Chelenqo. Le 10 mars 1889, Yohannes IV est tué par l’armée soudanaise de Khalifah Abdullah alors qu’il mène son armée dans la bataille de Gallabat (également appelée bataille de Metemma).

De Menelik II à Adwa (1889–1913)

L’Ethiopie, à peu près sous sa forme actuelle, a commencé sous le règne de Menelik II, qui était empereur de 1889 jusqu’à sa mort en 1913. Depuis sa base dans la province centrale de Shewa, Menelik a entrepris d’annexer des territoires aux régions sud, est et ouest. habitée par les Oromo, Sidama, Gurage, Welayta et d’autres peuples. Il l’a fait avec l’aide de la milice Shewan Oromo de Ras Gobana Dacche, qui occupait des terres qui n’avaient pas été détenues depuis la guerre d’Ahmad ibn Ibrahim al-Ghazi, ainsi que d’autres zones qui n’avaient jamais été sous la souveraineté éthiopienne. La campagne de Menelik contre Oromos en dehors de son armée était en grande partie en représailles pour des siècles d’expansionnisme oromo et le Zemene Mesafint, une période pendant laquelle une succession de dirigeants féodaux oromo dominait les montagnards. Le chef parmi eux était la dynastie Yejju, qui comprenait Aligaz de Yejju et son frère Ali I de Yejju. Ali I a fondé la ville de Debre Tabor dans la région d’Amhara, qui est devenue la capitale de la dynastie.

Menelik est né du roi Hailemelekot de Shewa et de sa mère Ejegayehu Lema Adeyamo qui était domestique dans la maison royale.Il était né à Angolala dans une région d’Oromo et avait vécu ses douze premières années avec Shewan Oromos avec qui il avait donc beaucoup commun. Pendant son règne, Menelik II a avancé la construction de routes, l’électricité et l’éducation; le développement d’un système fiscal central et la fondation et la construction de la ville d’Addis-Abeba, qui devint la capitale de la province de Shewa en 1881. Après son ascension sur le trône en 1889, elle fut rebaptisée Addis-Abeba, la nouvelle capitale de l’Abyssinie. Pour son leadership, malgré l’opposition des éléments plus traditionnels de la société, Menelik II est présenté comme un héros national. Menelik avait signé le traité de Wichale avec l’Italie en mai 1889, dans lequel l’Italie reconnaîtrait la souveraineté de l’Éthiopie tant que l’Italie pourrait contrôler une zone au nord de l’Éthiopie (qui fait maintenant partie de l’Érythrée moderne). En échange, l’Italie devait fournir des armes à Menelik et le soutenir comme empereur. Les Italiens ont utilisé le temps entre la signature du traité et sa ratification par le gouvernement italien pour étendre leurs revendications territoriales. Ce conflit a éclaté lors de la bataille d’Adwa le 1er mars 1896 au cours de laquelle les forces coloniales italiennes ont été vaincues par les Éthiopiens. Environ un tiers de la population est décédée lors de la grande famine éthiopienne (1888 à 1892).

Époque Haile Selassie I (1916-1974) et Ethiopie italienne

Le début du XXe siècle a été marqué par le règne de l’empereur Hailé Sélassié (Ras Tafari). Haile Selassie I est née de parents ayant des liens ethniques avec trois des populations de langue afro-asiatique d’Éthiopie: les Oromo et Amhara, les deux plus grands groupes ethniques du pays, ainsi que les Gurage. Il est arrivé au pouvoir après la destitution d’Iyasu V et a entrepris une campagne de modernisation nationale à partir de 1916, lorsqu’il a été nommé Ras et Regent (Inderase) pour l’impératrice Regnant, Zewditu, et est devenu le dirigeant de facto de l’Empire éthiopien. Après la mort de Zewditu, le 2 novembre 1930, il lui succède comme empereur. L’indépendance de l’Éthiopie a été interrompue par la deuxième guerre italo-éthiopienne, qui a commencé lorsqu’elle a été envahie par l’Italie fasciste au début d’octobre 1935 et par l’occupation italienne du pays (1936-1941). Pendant ce temps, Haile Selassie a fait appel à la Société des Nations en 1935, en prononçant une adresse qui a fait de lui une figure mondiale et l’homme du temps de l’année 1935. Comme la majorité de la population éthiopienne vivait dans des villes rurales, l’Italie a dû faire face à une résistance continue et à des embuscades dans les centres urbains tout au long de son occupation. Haile Selassie s’est enfuie en exil à Fairfield House, Bath, Angleterre. Mussolini a pu proclamer l’Éthiopie italienne et la prise du titre impérial par le roi italien Vittorio Emanuele III.

Les Italiens ont beaucoup investi dans le développement des infrastructures éthiopiennes. Ils ont créé la « route impériale » entre Addis-Abeba et Massaua, Addis-Abeba Mogadiscio et Addis-Abeba Assab. Plus de 900 km de voies ferrées ont été reconstruits, des barrages et des centrales hydroélectriques ont été construits et de nombreuses entreprises publiques et privées ont été créées. Ceci, ainsi que l’afflux de colons et de travailleurs italiens, a été la principale cause de la croissance rapide de l’urbanisation. En outre, le gouvernement italien a aboli l’esclavage, une pratique qui existait dans le pays depuis des siècles. En 1937, le massacre italien de Yekatit 12, au cours duquel de nombreux Éthiopiens ont été emprisonnés et massacrés, a eu lieu. Cela était dû à une tentative infructueuse d’assassiner Rodolfo Graziani, le vice-roi de l’Afrique de l’Est italienne. Après l’entrée de l’Italie dans la Seconde Guerre mondiale, les forces de l’Empire britannique, ainsi que l’Arbegnoch (littéralement «patriotes», se référant aux soldats de la résistance armée) ont restauré la souveraineté de l’Éthiopie au cours de la campagne d’Afrique de l’Est en 1941. Une guérilla italienne La campagne de guerre s’est poursuivie jusqu’en 1943. Elle a été suivie par la reconnaissance britannique de la pleine souveraineté de l’Éthiopie, sans aucun privilège britannique spécial, lorsque l’accord anglo-éthiopien a été signé en décembre 1944. En vertu du traité de paix de 1947, l’Italie a reconnu la souveraineté et l’indépendance de l’Éthiopie.

Le 26 août 1942, Haile Selassie a publié une proclamation qui supprimait le fondement juridique éthiopien de l’esclavage. L’Éthiopie comptait entre deux et quatre millions d’esclaves au début du XXe siècle, sur une population totale d’environ onze millions. En 1952, Haile Selassie a orchestré une fédération avec l’Érythrée. Il l’a dissous en 1962 et a annexé l’Érythrée, entraînant la guerre d’indépendance de l’Érythrée. Haile Selassie a joué un rôle de premier plan dans la formation de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) en 1963. L’opinion en Éthiopie s’est retournée contre Haile Selassie I en raison de la crise mondiale du pétrole de 1973. Cette crise pétrolière a provoqué une forte augmentation des prix de l’essence à partir du 13 février 1974; des pénuries alimentaires; incertitude concernant la succession; guerres frontalières; et le mécontentement de la classe moyenne créé par la modernisation. Les prix élevés de l’essence ont poussé les chauffeurs de taxi et les enseignants à se mettre en grève le 18 février 1974, et les étudiants et les travailleurs d’Addis-Abeba ont commencé à manifester contre le gouvernement le 20 février 1974. Le cabinet oligarchique féodal d’Akilou Habte Wolde a été renversé et un nouveau gouvernement a été formé avec Endelkachew Makonnen comme Premier ministre.

Époque communiste (1974–1991)

Le règne de Haile Selassie a pris fin le 12 septembre 1974, lorsqu’il a été destitué par le Derg, une dictature militaire marxiste léniniste soutenue par les Soviétiques et dirigée par Mengistu Haile Mariam. Le nouveau Conseil administratif militaire provisoire a créé un État communiste à parti unique en mars 1975. Le gouvernement qui a suivi a subi plusieurs coups d’État, soulèvements, sécheresse à grande échelle et un énorme problème de réfugiés. En 1977, la Somalie, qui avait précédemment reçu de l’aide et des armes de l’URSS, a envahi l’Éthiopie pendant la guerre d’Ogaden, capturant une partie de la région d’Ogaden. L’Éthiopie l’a récupéré après avoir commencé à recevoir une aide militaire massive de l’URSS, de Cuba, du Yémen du Sud, de l’Allemagne de l’Est et de la Corée du Nord. Cela comprenait environ 15 000 soldats de combat cubains. En 1977-1978, jusqu’à 500 000 personnes ont été tuées à cause de la terreur rouge, suite à des expulsions forcées ou à l’utilisation de la faim comme arme sous le règne de Mengistu. La terreur rouge a été menée en réponse à ce que le Derg a appelé la «terreur blanche», une chaîne d’événements violents, d’assassinats et de meurtres perpétrés par ce qu’elle a appelé des «réactionnaires petits-bourgeois» qui souhaitaient un renversement de la révolution de 1974.

La famine de 1983-1985 en Éthiopie a touché environ huit millions de personnes, faisant un million de morts. Des insurrections contre le régime communiste ont surgi, en particulier dans les régions septentrionales de l’Érythrée et du Tigré. Le Front de libération du peuple du Tigrayan (TPLF) a fusionné avec d’autres mouvements d’opposition ethniques en 1989, pour former la coalition connue sous le nom de Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF). Parallèlement, l’Union soviétique a commencé à se retirer de la construction du communisme mondial sous les politiques de glasnost et de perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev, marquant une réduction spectaculaire de l’aide à l’Éthiopie des pays du bloc socialiste. Cela a provoqué plus de difficultés économiques et l’effondrement de l’armée face aux assauts déterminés des forces de guérilla dans le nord. L’effondrement du marxisme-léninisme en général et en Europe de l’Est lors des révolutions de 1989 a coïncidé avec l’arrêt de l’aide soviétique à l’Éthiopie en 1990. Les perspectives stratégiques pour Mengistu se sont rapidement détériorées.

Les forces de l’EPRDF ont avancé sur Addis-Abeba en mai 1991, et l’Union soviétique n’est pas intervenue pour sauver le gouvernement. Mengistu a fui le pays et a obtenu l’asile au Zimbabwe, où il réside toujours. En 2006, après un procès qui a duré 12 ans, la Haute Cour fédérale d’Éthiopie à Addis-Abeba a déclaré Mengistu coupable de génocide par contumace. De nombreux autres hauts dirigeants de son gouvernement ont également été reconnus coupables de crimes de guerre. Mengistu et d’autres qui avaient fui le pays ont été jugés et condamnés par contumace. De nombreux anciens responsables ont été condamnés à mort et des dizaines d’autres ont passé les 20 prochaines années en prison, avant d’être graciés à perpétuité. En juillet 1991, l’EPRDF a convoqué une conférence nationale pour établir le gouvernement de transition de l’Éthiopie, composé d’un conseil de représentants de 87 membres et guidé par une charte nationale qui a fonctionné comme une constitution de transition. En juin 1992, le Front de libération oromo s’est retiré du gouvernement; en mars 1993, des membres de la Coalition démocratique des peuples du sud de l’Éthiopie ont également quitté le gouvernement. En 1994, une nouvelle constitution a été rédigée qui a établi une république parlementaire avec une législature bicamérale et un système judiciaire.

République fédérale démocratique (1991 à aujourd’hui)

Les premières élections multipartites ont eu lieu en mai 1995, remportées par l’EPRDF. Le président du gouvernement de transition, le dirigeant de l’EPRDF, Meles Zenawi, est devenu le premier Premier ministre de la République fédérale démocratique d’Éthiopie, et Negasso Gidada a été élu président. En mai 1998, un différend frontalier avec l’Érythrée a conduit à la guerre Érythrée-Éthiopie, qui a duré jusqu’en juin 2000 et a coûté aux deux pays environ 1 million de dollars par jour. Cela a eu un effet négatif sur l’économie éthiopienne [139], mais a renforcé la coalition au pouvoir. La troisième élection multipartite du 15 mai 2005 en Éthiopie a été très contestée, certains groupes d’opposition ayant dénoncé la fraude. Bien que le Centre Carter ait approuvé les conditions préélectorales, il a exprimé son mécontentement à l’égard des événements postélectoraux. Les observateurs électoraux de l’Union européenne ont cité le soutien de l’État à la campagne EPRDF, ainsi que des irrégularités dans le dépouillement des votes et la publication des résultats. Les partis d’opposition ont obtenu plus de 200 sièges parlementaires, contre seulement 12 aux élections de 2000. Alors que la plupart des représentants de l’opposition ont rejoint le Parlement, certains dirigeants du parti CUD qui ont refusé de prendre leurs sièges parlementaires ont été accusés d’incitation à la violence postélectorale et ont été emprisonnés. Amnesty International les considérait comme des « prisonniers d’opinion » et ils ont ensuite été libérés. Une coalition de partis d’opposition et de quelques individus a été constituée en 2009 pour évincer le gouvernement de l’EPRDF lors des élections législatives de 2010. Le parti de Meles, au pouvoir depuis 1991, a publié son manifeste de 65 pages à Addis-Abeba le 10 octobre 2009. L’opposition a remporté la plupart des votes à Addis-Abeba, mais l’EPRDF a suspendu le décompte des voix pendant plusieurs jours. Après cela, il a revendiqué l’élection, au milieu d’accusations de fraude et d’intimidation.

Certains des huit partis membres du Medrek (Forum pour le dialogue démocratique) comprennent le Congrès fédéraliste oromo (organisé par le Mouvement démocratique fédéraliste oromo et le Congrès populaire oromo), l’Arena Tigray (organisé par d’anciens membres du parti au pouvoir TPLF), l’Unité pour la démocratie et la justice (UDJ, dont le chef est emprisonné) et la Coalition des forces démocratiques somaliennes. À la mi-2011, deux saisons des pluies consécutives manquées ont précipité la pire sécheresse en Afrique de l’Est depuis 60 ans. Le rétablissement complet des effets de la sécheresse n’a eu lieu qu’en 2012, les stratégies à long terme du gouvernement national en collaboration avec les agences de développement étant censées offrir les résultats les plus durables.

Meles est décédé le 20 août 2012 à Bruxelles, où il était soigné pour une maladie non précisée. Le vice-Premier ministre Hailemariam Desalegn a été nommé nouveau Premier ministre jusqu’aux élections de 2015, et il l’a conservé par la suite, son parti contrôlant chaque siège parlementaire. Des manifestations ont éclaté à travers le pays le 5 août 2016 et des dizaines de manifestants ont par la suite été abattus par la police. Les manifestants ont exigé la fin des violations des droits de l’homme, la libération des prisonniers politiques, une redistribution plus équitable des richesses générées par plus d’une décennie de croissance économique et un retour du district de Wolqayt dans la région d’Amhara. Ces événements ont constitué la répression la plus violente contre les manifestants en Afrique subsaharienne depuis que le gouvernement éthiopien a tué au moins 75 personnes lors de manifestations dans la région d’Oromia en novembre et décembre 2015. À la suite de ces manifestations, l’Éthiopie a déclaré l’état d’urgence le 6 octobre 2016. L’état d’urgence a été levé en août 2017. Le 16 février 2018, le gouvernement éthiopien a déclaré l’état d’urgence national pour une période de six mois à la suite de la démission du Premier ministre Hailemariam Desalegn. Hailemariam est le premier dirigeant de l’histoire éthiopienne moderne à démissionner; les anciens dirigeants sont morts au pouvoir ou ont été renversés. Il a dit qu’il voulait ouvrir la voie à des réformes.

Réformes gouvernementales (2018 à aujourd’hui)

Le nouveau Premier ministre était Abiy Ahmed, qui a effectué une visite historique en Érythrée en 2018, mettant fin à l’état de conflit entre les pays. Pour ses efforts pour mettre fin à la guerre de 20 ans entre l’Éthiopie et l’Érythrée, Abiy Ahmed a reçu le prix Nobel de la paix en 2019. Depuis son entrée en fonction en avril 2018, Abiy, 42 ans, a également libéré des prisonniers politiques, promis juste élections pour 2019 et a annoncé de vastes réformes économiques. Au 6 juin 2019, tous les sites Web précédemment censurés ont été rendus accessibles, plus d’un millier de prisonniers politiques ont été libérés et des centaines de membres du personnel administratif ont été licenciés dans le cadre des réformes. La violence ethnique a augmenté avec les troubles politiques. Il y a eu des affrontements entre Oromo et Somali entre les Oromo, qui constituent le plus grand groupe ethnique du pays, et les Somaliens, ce qui a entraîné jusqu’à 400 000 déplacés en 2017. Gedeo – Oromo, entre les Oromo et les Gedeo dans le au sud du pays, l’Éthiopie a vu le plus grand nombre de personnes fuir leur foyer dans le monde en 2018, avec 1,4 million de personnes nouvellement déplacées. En septembre 2018, lors de la manifestation des minorités qui a eu lieu à Oromo près de la capitale éthiopienne Addis-Abeba, 23 personnes ont été tuées. Certains ont imputé la montée de la violence ethnique des Oromo au nouveau Premier ministre oromo Abiy Ahmed pour avoir donné de l’espace à des groupes autrefois interdits par les précédents gouvernements dirigés par le Tigrayan, tels que le Front de libération Oromo.

La politique de l’Éthiopie

La politique de l’Éthiopie se déroule dans le cadre d’une république parlementaire fédérale, où le Premier ministre est le chef du gouvernement. Le président est le chef de l’État, mais avec des pouvoirs largement cérémoniels. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. Le pouvoir législatif fédéral appartient au gouvernement et aux deux chambres du Parlement. Sur la base de l’article 78 de la Constitution éthiopienne de 1994, le pouvoir judiciaire est totalement indépendant de l’exécutif et du législatif. En 2015, les réalités de cette disposition ont été remises en question dans un rapport préparé par Freedom House.

Selon l’indice de démocratie publié par l’Economist Intelligence Unit, basée au Royaume-Uni fin 2010, l’Éthiopie était un «régime autoritaire», se classant au 118e rang des démocraties sur 167 pays. [169] L’Éthiopie a perdu 12 places sur la liste depuis 2006, et le rapport de 2010 attribue cette baisse à la répression du gouvernement contre les activités de l’opposition, les médias et la société civile avant les élections législatives de 2010, qui, selon le rapport, avaient fait de l’Éthiopie un État de facto à parti unique . Cependant, depuis la nomination d’Abiy Ahmed au poste de Premier ministre en 2018, la situation a rapidement évolué. En juillet 2015, lors d’un voyage aux États-Unis. Le président Barack Obama s’est rendu en Éthiopie, il a souligné le rôle du pays dans la lutte contre le terrorisme islamique. Obama a été le premier président américain en exercice à se rendre en Éthiopie.

L’économie de l’Éthiopie

Selon le FMI, l’Éthiopie était l’une des économies à la croissance la plus rapide au monde, enregistrant une croissance économique de plus de 10% de 2004 à 2009. C’était l’économie africaine non dépendante du pétrole à la croissance la plus rapide au cours des années 2007 et 2008. En 2015 , la Banque mondiale a souligné que l’Éthiopie avait connu une croissance économique rapide avec une croissance du produit intérieur réel (PIB) en moyenne de 10,9% entre 2004 et 2014. En 2008 et 2011, les performances de croissance de l’Éthiopie et les gains de développement considérables ont été compromis par une inflation élevée et une situation de balance des paiements difficile. L’inflation a bondi à 40% en août 2011 en raison d’une politique monétaire souple, d’une forte augmentation des salaires dans la fonction publique au début de 2011 et des prix alimentaires élevés. Pour 2011/12, l’inflation de fin d’année devrait être d’environ 22%, et une inflation à un chiffre est projetée en 2012/13 avec la mise en œuvre de politiques monétaires et budgétaires strictes.

Malgré une croissance rapide ces dernières années, le PIB par habitant est l’un des plus bas du monde et l’économie est confrontée à un certain nombre de graves problèmes structurels. Cependant, avec un investissement ciblé dans les infrastructures publiques et les parcs industriels, l’économie éthiopienne s’attaque à ses problèmes structurels pour devenir une plaque tournante de la fabrication légère en Afrique. En 2019, une loi a été adoptée permettant aux expatriés éthiopiens d’investir dans le secteur des services financiers en Éthiopie. La constitution éthiopienne définit le droit de posséder des terres comme appartenant uniquement à «l’État et au peuple», mais les citoyens peuvent louer des terres (jusqu’à 99 ans) et ne peuvent ni hypothéquer ni vendre. La location de terrains pour une durée maximale de vingt ans est autorisée, ce qui devrait garantir que les terrains reviennent à l’utilisateur le plus productif. La distribution et l’administration des terres sont considérées comme un domaine où la corruption est institutionnalisée, et des paiements de facilitation ainsi que des pots-de-vin sont souvent exigés lorsqu’ils traitent de questions liées à la terre. Comme il n’y a pas de propriété foncière, les projets d’infrastructure se font le plus souvent simplement sans demander aux utilisateurs des terres, qui finissent par être déplacés et sans domicile ni terre. Beaucoup de colère et de méfiance entraînent parfois des protestations publiques. En outre, la productivité agricole reste faible et des sécheresses fréquentes continuent de ravager le pays, entraînant également des déplacements internes.

La démographie de l’Éthiopie

La population totale de l’Éthiopie est passée de 38,1 millions en 1983 à 109,5 millions en 2018. La population n’était que d’environ neuf millions au 19e siècle. Les résultats du recensement de la population et du logement de 2007 montrent que la population de l’Éthiopie a augmenté à un taux annuel moyen de 2,6% entre 1994 et 2007, contre 2,8% au cours de la période 1983–1994. Actuellement, le taux de croissance démographique figure parmi les dix premiers pays du monde. La population devrait atteindre plus de 210 millions d’habitants d’ici 2060, ce qui représenterait une augmentation par rapport aux estimations de 2011 d’un facteur d’environ 2,5. Selon les estimations de l’ONU, l’espérance de vie s’est considérablement améliorée ces dernières années, l’espérance de vie des hommes étant de 56 ans et celle des femmes de 60 ans. La population du pays est très diversifiée, contenant plus de 80 groupes ethniques différents. Selon le recensement national éthiopien de 2007, les Oromo sont le groupe ethnique le plus important en Éthiopie, avec 34,4% de la population du pays. Les Amhara représentent 27,0% des habitants du pays, tandis que les Somaliens et les Tigrayans représentent respectivement 6,2% et 6,1% de la population. Les autres groupes ethniques importants sont les suivants: Sidama 4,0%, Gurage 2,5%, Welayta 2,3%, Afar 1,7%, Hadiya 1,7%, Gamo 1,5% et Arabes et autres 12,6%. Les communautés de langue afro-asiatique constituent la majorité de la population. Parmi ceux-ci, les locuteurs sémitiques se réfèrent souvent collectivement au peuple Habesha. La forme arabe de ce terme (al-Ḥabasha) est la base étymologique de « l’Abyssinie », l’ancien nom de l’Éthiopie en anglais et dans d’autres langues européennes. En outre, des minorités ethniques de langue nilo-saharienne habitent les régions du sud du pays, en particulier dans les régions de la région de Gambela qui borde le Soudan du Sud. Les plus grands groupes ethniques parmi eux sont les Nuer et les Anuak.

En outre, l’Éthiopie comptait plus de 75 000 colons italiens pendant l’occupation italienne du pays. Après l’indépendance, de nombreux Italiens sont restés pendant des décennies après avoir reçu la grâce complète de l’empereur Sélassié, alors qu’il voyait l’opportunité de poursuivre les efforts de modernisation. Cependant, en raison de la guerre civile éthiopienne de 1974, près de 22 000 Italo-Éthiopiens ont quitté le pays. Dans les années 2000, certaines entreprises italiennes ont repris leurs activités en Éthiopie, et de nombreux techniciens et cadres italiens sont arrivés avec leurs familles, résidant principalement dans la zone métropolitaine de la capitale. En 2009, l’Éthiopie a accueilli une population de réfugiés et de demandeurs d’asile d’environ 135 200 personnes. La majorité de cette population provenait de la Somalie (environ 64 300 personnes), de l’Érythrée (41 700) et du Soudan (25 900). Le gouvernement éthiopien a exigé que presque tous les réfugiés vivent dans des camps de réfugiés.

L’éducation de l’Éthiopie

L’éducation en Éthiopie a été dominée par l’église de Tewahedo pendant plusieurs siècles jusqu’à ce que l’éducation laïque soit adoptée au début des années 1900. Le système actuel suit des programmes d’expansion scolaire qui sont très similaires au système dans les zones rurales des années 80, avec en plus une régionalisation plus profonde, dispensant un enseignement rural dans les propres langues des élèves à partir du niveau élémentaire, et avec plus de ressources budgétaires allouées à le secteur de l’éducation. La séquence de l’enseignement général en Éthiopie est de six ans d’école primaire, quatre ans d’école secondaire inférieure et deux ans d’école secondaire supérieure. L’accès à l’éducation en Éthiopie s’est considérablement amélioré. Environ trois millions de personnes fréquentaient l’école primaire en 1994/95 et, en 2008/09, le taux de scolarisation dans le primaire était passé à 15,5 millions, soit une augmentation de plus de 500%. En 2013/14, le pays a connu une forte augmentation des inscriptions brutes dans toutes les régions. Le TBS national était de 104,8% pour les garçons, 97,8% pour les filles et 101,3% pour les deux sexes. Le taux d’alphabétisation a augmenté ces dernières années: selon le recensement de 1994, le taux d’alphabétisation en Éthiopie était de 23,4%. En 2007, il était estimé à 39% (hommes 49,1% et femmes 28,9%). Un rapport du PNUD en 2011 a montré que le taux d’alphabétisation en Éthiopie était de 46,7%. Le même rapport indique également que le taux d’alphabétisation des femmes est passé de 27 à 39% de 2004 à 2011, et le taux d’alphabétisation des hommes est passé de 49 à 59% au cours de la même période pour les personnes de 10 ans et plus. En 2015, le taux d’alphabétisation avait encore augmenté pour atteindre 49,1% (57,2% d’hommes et 41,1% de femmes).

Les langues de l’Éthiopie

Selon Ethnologue, l’Éthiopie compte 90 langues individuelles. La plupart des gens dans le pays parlent des langues afro-asiatiques des branches couchitiques ou sémitiques. Le premier comprend la langue oromo, parlée par les oromo, et le somali, parlé par les somaliens; ce dernier comprend l’amharique, parlé par les Amhara, et le tigrinya, parlé par les tigréens. Ensemble, ces quatre groupes représentent environ les trois quarts de la population éthiopienne. Les autres langues afro-asiatiques avec un nombre important de locuteurs comprennent les langues cushitique Sidamo, Afar, Hadiyya et Agaw, ainsi que les langues sémitiques Gurage, Harari, Silt’e et Argobba. L’arabe, qui appartient également à la famille afro-asiatique, est également parlé dans certaines régions. De plus, les langues omotiques sont parlées par des groupes de minorités ethniques omotiques habitant dans les régions du sud. Parmi ces idiomes figurent Aari, Bench, Dime, Dizin, Gamo-Gofa-Dawro, Maale, Hamer et Wolaytta.

Les langues de la famille nilo-saharienne sont également parlées par des minorités ethniques concentrées dans le sud-ouest du pays. Ces langues incluent le Nuer, l’Anuak, le Nyangatom, le Majang, le Suri, le Me’en et le Mursi.

L’anglais est la langue étrangère la plus parlée et est le moyen d’enseignement dans les écoles secondaires. L’amharique était la langue de l’enseignement primaire, mais il a été remplacé dans de nombreuses régions par des langues régionales telles que l’oromiffa, le somali ou le tigrinya. Alors que toutes les langues bénéficient d’une reconnaissance égale de l’État dans la Constitution éthiopienne de 1995 et que l’Oromo est la langue la plus parlée, l’amharique est reconnu comme la langue de travail officielle du gouvernement fédéral. Les différentes régions d’Éthiopie et les villes à charte sont libres de déterminer leurs propres langues de travail. L’amharique est reconnu comme la langue de travail officielle de la région d’Amhara, de Benishangul-Gumuz, de la région des nations, nationalités et peuples du Sud, de la région de Gambela, d’Addis Abeba et de Dire Dawa. La langue oromo est la langue de travail officielle et la principale langue d’enseignement dans les régions d’Oromia, Harar et Dire Dawa et de la zone d’Oromia dans la région d’Amhara. Le somali est la langue de travail officielle de la région somalienne et du Dire Dawa, tandis que l’afar, le harari et le tigrinya sont reconnus comme langues de travail officielles dans leurs régions respectives. L’italien, ancienne langue coloniale, est encore parlé par quelques parties de la population, principalement parmi les générations plus âgées, et est enseigné dans de nombreuses écoles (notamment l’Istituto Statale Italiano Omnicomprensivo di Addis Abeba). De plus, l’amharique et le tigrinya ont de nombreux mots empruntés à la langue italienne.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés