Afrique Centrale
8 octobre 2020

Foot: le Franco-Angolais Eduardo Camavinga, plus jeune buteur chez les Bleus depuis 1914

Paris (© 2020 Afriquinfos)- Eduardo Camavinga n’en finit plus avec les records. Déjà plus jeune joueur à avoir revêtu la […]

16 août 2020 Afrique Centrale

Angola: José Filomeno dos Santos, première personnalité du régime de son père sanctionnée pour corruption

La Cour suprême angolaise a condamné vendredi à cinq ans de prison José Filomeno dos Santos, fils de l’ex-président José […]

Lire la suite »
12 août 2020 Afrique australe

Isabel dos Santos quitte le Conseil d’administration de l’opérateur téléphonique angolais Unitel

La milliardaire angolaise Isabel dos Santos, visée par une vaste enquête pour corruption, a démissionné mardi du conseil d’administration du […]

Lire la suite »
3 juillet 2020 Afrique Centrale

Luanda Leaks : Le Portugal nationalise une importante société d’Isabel dos Santos

Luanda Leaks | Présente dans les secteurs de l’énergie, de la mobilité électrique, la société industrielle Efacec est en difficultés […]

Lire la suite »
29 juin 2020 Afrique Centrale

Angola : la nouvelle ligne de défense d’Isabel dos Santos

Ligne de défense d’Isabel dos Santos | Suite au  rejet de l’appel qu’elle a formé contre le gel de ses […]

Lire la suite »
25 mai 2020 Afrique Centrale

Angola : Isabel dos Santos déplace son bras de fer judiciaire en Europe

Affaire Isabel dos Santos | A la décision de la justice portugaise de saisir ses avoirs dans le cadre de […]

Lire la suite »
18 mai 2020 Afrique Centrale

Angola : un jeune abattu par un soldat parce qu’il ne voulait pas porter le masque

Un jeune abattu par un soldat en Angola | Un adolescent a été tué à Luanda par un soldat qui […]

Lire la suite »
27 avril 2020 Afrique Centrale

Angola, cure d’amaigrissement pour Sonangol

Amaigrissement pour Sonangol | La compagnie pétrolière publique Sonangol a annoncé l’ouverture d’un appel d’offres pour vendre une partie de […]

Lire la suite »
12 avril 2020 Afrique Centrale

Covid-19: Cuba au secours de l’Angola via la ‘rééducation sanitaire’ 

Luanda (© 2020 Afriquinfos) – Cuba au secours de l’Angola – Deux cent cinquante (250) médecins cubains ont atterri à […]

Lire la suite »
9 avril 2020 Afrique Centrale

La justice portugaise a saisi une participation de Isabel dos Santos

Isabel dos Santos | La justice portugaise a ordonné la saisie d’une participation de 26% dans le groupe de télécommunications […]

Lire la suite »
6 mars 2020 Afrique Centrale

Le Groupe ACP désormais baptisé Organisation des États Africains, des Caraïbes et du Pacifique (OACP)

Bruxelles (© 2020 Afriquinfos)- Officiellement installé dans ses fonctions le 02 mars dernier, le nouveau Secrétaire Général du Groupe ACP, […]

Lire la suite »
28 février 2020 Afrique Centrale

L’ex-président angolais échappera-t-il au grand ménage anticorruption ?

Son fils Jose Filomeno pointe depuis deux mois dans le box des accusés d’un tribunal pour avoir vidé 500 millions […]

Lire la suite »
19 février 2020 Afrique Centrale

Angola: l’ex-président Dos Santos défend son fils et un ancien haut responsable

L’ancien président angolais José Eduardo Dos Santos a défendu par écrit son fils José Filomeno ainsi que l’ex-gouverneur de la […]

Lire la suite »
5 février 2020 Angola

Vers un nouveau renforcement des liens de l’Allemagne avec l’Afrique du Sud et l’Angola

Berlin (© 2020 Afriquinfos)-Dès ce du 5 février et ce jusqu’au 8 février,  Angela Merkel,  entreprend un voyage de trois […]

Lire la suite »
28 janvier 2020 Afrique Centrale

« Luanda Leaks »: Isabel dos Santos veut poursuivre en justice les médias qui l’accusent

La milliardaire angolaise Isabel dos Santos veut poursuivre en justice les médias qui ont publié une vaste enquête baptisée « Luanda […]

Lire la suite »
27 janvier 2020 Afrique Centrale

Le hacker portugais Rui Pinto révèle être derrière les « Luanda Leaks »

Le Portugais Rui Pinto, « hacker » derrière le scandale des « Football Leaks », a révélé lundi être également à l’origine des « Luanda […]

Lire la suite »
23 janvier 2020 Afrique Centrale

Angola: Isabel dos Santos accusée formellement de fraude et blanchiment d’argent

Isabel dos Santos, la fille de l’ex-président angolais José Eduardo dos Santos, est formellement accusée de toute une série de […]

Lire la suite »
18 janvier 2020 Afrique Centrale

Isabel dos Santos aspire à devenir présidente de l’Angola

Lisbonne (© 2020 Afriquinfos)- Malgré toutes les accusations de détournements de fonds publics dont elle fait objet, la milliardaire Isabel […]

Lire la suite »
16 janvier 2020 Afrique Centrale

Angola: accusée de corruption, Isabel dos Santos menace de briguer la présidentielle

La milliardaire Isabel dos Santos, en guerre avec la justice et le gouvernement angolais qui l’accusent de détournements de fonds […]

Lire la suite »

L’Angola officiellement la République d’Angola est un pays sur la côte ouest de l’Afrique australe. C’est le septième plus grand pays d’Afrique, bordé par la Namibie au sud, la République démocratique du Congo au nord, la Zambie à l’est et l’océan Atlantique à l’ouest. L’Angola a une province exclave, la province de Cabinda qui borde la République du Congo et la République démocratique du Congo. La capitale et la plus grande ville de l’Angola est Luanda. Le territoire de l’Angola est habité depuis le Paléolithique, abritant une grande variété de groupes ethniques, de tribus et de royaumes. L’État-nation de l’Angola est né de la colonisation portugaise, qui a d’abord commencé avec les colonies côtières et les comptoirs commerciaux fondés au XVIe siècle. Au 19ème siècle, les colons européens ont progressivement commencé à s’établir à l’intérieur. La colonie portugaise qui est devenue l’Angola n’a eu ses frontières actuelles qu’au début du XXe siècle en raison de la résistance de groupes tels que le Cuamato, le Kwanyama et le Mbunda. Après une longue lutte anticoloniale, l’indépendance a été obtenue en 1975 en tant que République populaire marxiste-léniniste d’Angola, un État à parti unique soutenu par l’Union soviétique et Cuba. La guerre civile entre le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA) au pouvoir et l’Union nationale anti-communiste insurrectionnelle pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA), soutenue par les États-Unis et l’apartheid en Afrique du Sud, a duré jusqu’en 2002. Le souverain depuis, l’État est devenu une république constitutionnelle présidentielle unitaire relativement stable.

L’Angola possède de vastes réserves de minéraux et de pétrole, et son économie est parmi les plus dynamiques du monde, en particulier depuis la fin de la guerre civile; cependant, le niveau de vie reste bas pour la plupart de la population, et l’espérance de vie en Angola est parmi les plus basses du monde, tandis que la mortalité infantile est parmi les plus élevées. La croissance économique de l’Angola est très inégale, la majeure partie de la richesse du pays étant concentrée dans un segment disproportionné de la population. L’Angola est un État membre des Nations Unies, de l’OPEP, de l’Union africaine, de la Communauté des pays de langue portugaise et de la Communauté de développement de l’Afrique australe. Pays très multiethnique, les 25,8 millions d’habitants de l’Angola englobent les groupes tribaux, les coutumes et les traditions. La culture angolaise reflète des siècles de domination portugaise, dans la prédominance de la langue portugaise et de l’Église catholique.

L’histoire de l’Angola

Migrations précoces et unités politiques

L’Angola moderne était peuplé principalement de Khoi et San nomades avant les premières migrations bantoues. Les peuples Khoi et San n’étaient ni des pasteurs ni des cultivateurs, mais plutôt des chasseurs-cueilleurs. Ils ont été déplacés par des peuples bantous arrivant du nord au premier millénaire avant JC, dont la plupart provenaient probablement de ce qui est aujourd’hui le nord-ouest du Nigeria et le sud du Niger. Les locuteurs bantous ont introduit la culture des bananes et du taro, ainsi que de grands troupeaux de bétail, dans les hauts plateaux du centre de l’Angola et la plaine de Luanda. Un certain nombre d’entités politiques ont été créées; le plus connu d’entre eux était le Royaume du Kongo, basé en Angola, qui s’étendait vers le nord jusqu’à ce qui est aujourd’hui la République démocratique du Congo, la République du Congo et le Gabon. Il a établi des routes commerciales avec d’autres cités-États et civilisations le long de la côte du sud-ouest et de l’ouest de l’Afrique et même avec le Grand Zimbabwe et l’Empire Mutapa, bien qu’il n’ait engagé que peu ou pas de commerce transocéanique. À son sud se trouvait le Royaume de Ndongo, d’où la région de la dernière colonie portugaise était parfois connue sous le nom de Dongo. 

Colonisation portugaise

L’explorateur portugais Diogo Cão a atteint la région en 1484. L’année précédente, les Portugais avaient établi des relations avec le Kongo, qui s’étendait à l’époque du Gabon moderne au nord jusqu’au fleuve Kwanza au sud. Les Portugais ont établi leur premier poste de traite à Soyo, qui est maintenant la ville la plus septentrionale d’Angola, à l’exception de l’enclave de Cabinda. Paulo Dias de Novais a fondé São Paulo de Loanda (Luanda) en 1575 avec une centaine de familles de colons et quatre cents soldats. Benguela a été fortifiée en 1587 et est devenue un canton en 1617. Les Portugais ont établi plusieurs autres colonies, forts et postes de traite le long de la côte angolaise, commercialisant principalement des esclaves angolais pour des plantations brésiliennes. Les marchands d’esclaves locaux fournissaient un grand nombre d’esclaves à l’Empire portugais, généralement en échange de produits manufacturés d’Europe. Cette partie de la traite négrière atlantique s’est poursuivie jusqu’à l’indépendance du Brésil dans les années 1820.
Malgré les revendications territoriales du Portugal en Angola, son contrôle sur une grande partie du vaste intérieur du pays était minime. Au XVIe siècle, le Portugal a pris le contrôle de la côte grâce à une série de traités et de guerres. La vie des colons européens était difficile et les progrès lents. John Iliffe note que «les registres portugais de l’Angola du XVIe siècle montrent qu’une grande famine s’est produite en moyenne tous les soixante-dix ans; accompagnée d’une maladie épidémique, elle pourrait tuer un tiers ou la moitié de la population, détruisant la croissance démographique d’un génération et forcer les colons à retourner dans les vallées fluviales « . Pendant la guerre de restauration portugaise, la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales a occupé la principale colonie de Luanda en 1641, utilisant des alliances avec les populations locales pour mener des attaques contre les possessions portugaises ailleurs. Une flotte dirigée par Salvador de Sá reprend Luanda en 1648 ; la reconquête du reste du territoire est achevée en 1650. De nouveaux traités avec le Kongo sont signés en 1649 ; d’autres avec le royaume de Njinga de Matamba et Ndongo suivirent en 1656. La conquête de Pungo Andongo en 1671 fut la dernière grande expansion portugaise de Luanda, car les tentatives d’envahir Kongo en 1670 et Matamba en 1681 échouèrent. Les avant-postes coloniaux se sont également étendus à l’intérieur de Benguela, mais jusqu’à la fin du XIXe siècle, les incursions de Luanda et de Benguela étaient très limitées. Entravé par une série de bouleversements politiques au début des années 1800, le Portugal tarde à monter une annexion à grande échelle du territoire angolais.
La traite des esclaves a été abolie en Angola en 1836, et en 1854, le gouvernement colonial a libéré tous ses esclaves existants. Quatre ans plus tard, une administration plus progressiste nommée par Lisbonne abolit complètement l’esclavage. Cependant, ces décrets sont restés en grande partie inapplicables et les Portugais dépendaient de l’aide de la Royal Navy britannique pour faire respecter leur interdiction de la traite des esclaves. Cela a coïncidé avec une série d’expéditions militaires renouvelées dans la brousse. Au milieu du XIXe siècle, le Portugal avait établi sa domination aussi loin à l’est que le fleuve Congo et aussi loin au sud que Mossâmedes. Jusqu’à la fin des années 1880, Lisbonne a envisagé de relier l’Angola à sa colonie au Mozambique, mais a été bloquée par l’opposition britannique et belge. Au cours de cette période, les Portugais se sont heurtés à différentes formes de résistance armée de divers peuples en Angola. La conférence de Berlin en 1884–1885 a fixé les frontières de la colonie, délimitant les frontières des revendications portugaises en Angola, bien que de nombreux détails n’aient pas été résolus jusqu’aux années 1920. Le commerce entre le Portugal et ses territoires africains a également augmenté rapidement en raison des tarifs de protection, conduisant à un développement accru et à une vague de nouveaux immigrants portugais.

L’indépendance angolaise

En vertu de la loi coloniale, il était interdit aux Angolais noirs de former des partis politiques ou des syndicats. Les premiers mouvements nationalistes n’ont pris racine qu’après la Seconde Guerre mondiale, menés par une classe urbaine lusophone largement occidentalisée qui comprenait de nombreux métis. Au début des années 1960, ils ont été rejoints par d’autres associations issues de l’activisme syndical ad hoc dans la main-d’œuvre rurale. Le refus du Portugal de répondre aux demandes croissantes d’autodétermination des Angolais a provoqué un conflit armé qui a éclaté en 1961 avec la révolte de la Baixa de Cassanje et s’est progressivement transformé en une guerre d’indépendance prolongée qui a persisté pendant les douze prochaines années. Tout au long du conflit, trois mouvements nationalistes militants dotés de leurs propres ailes de guérilla partisanes ont émergé des combats entre le gouvernement portugais et les forces locales, soutenus à des degrés divers par le Parti communiste portugais. Le Front national pour la libération de l’Angola (FNLA) recruté parmi les réfugiés de Bakongo au Zaïre. Bénéficiant d’une situation politique particulièrement favorable à Léopoldville, et en particulier d’une frontière commune avec le Zaïre, les exilés politiques angolais ont pu établir une base de pouvoir parmi une grande communauté d’expatriés issus de familles, clans et traditions apparentés. Les gens des deux côtés de la frontière parlaient des dialectes mutuellement intelligibles et jouissaient de liens partagés avec le royaume historique de Kongo. Bien que les étrangers qualifiés angolais ne pouvaient pas profiter du programme d’emploi public de Mobutu Sese Seko, certains ont trouvé du travail comme intermédiaires pour les propriétaires absents de diverses entreprises privées lucratives. Les migrants ont finalement formé le FNLA avec l’intention de faire une offre de pouvoir politique à leur retour envisagé en Angola.
Une initiative de guérilla en grande partie Ovimbundu contre les Portugais dans le centre de l’Angola à partir de 1966 a été dirigée par Jonas Savimbi et l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (UNITA). Il est resté handicapé par son éloignement géographique des frontières amies, la fragmentation ethnique des Ovimbundu et l’isolement des paysans dans les plantations européennes où ils avaient peu de possibilité de se mobiliser. À la fin des années 1950, la montée du Mouvement populaire marxiste-léniniste pour la libération de l’Angola (MPLA) dans l’est et les collines de Dembos au nord de Luanda a pris une importance particulière. Formé en tant que mouvement de résistance de coalition par le Parti communiste angolais, la direction de l’organisation est restée principalement Ambundu et a courtisé les travailleurs du secteur public à Luanda. Bien que le MPLA et ses rivaux aient accepté l’aide matérielle de l’Union soviétique ou de la République populaire de Chine, le premier nourrissait de fortes opinions anti-impérialistes et critiquait ouvertement les États-Unis et son soutien au Portugal. Cela lui a permis de gagner un terrain important sur le front diplomatique, en sollicitant le soutien de gouvernements non alignés au Maroc, au Ghana, en Guinée, au Mali et en République arabe unie. Le MPLA a tenté de déplacer son siège de Conakry à Léopoldville en octobre 1961, renouvelant ses efforts pour créer un front commun avec le FNLA, alors connu sous le nom d’Union des peuples angolais (UPA) et de son dirigeant Holden Roberto. Roberto a refusé l’offre. Lorsque le MPLA a tenté pour la première fois d’insérer ses propres insurgés en Angola, les cadres ont été pris en embuscade et anéantis par les partisans de l’UPA sur ordre de Roberto – créant un précédent pour les conflits acharnés entre factions qui allumeront plus tard la guerre civile angolaise.

Guerre civile angolaise

Tout au long de la guerre d’indépendance, les trois mouvements nationalistes rivaux ont été gravement entravés par le factionalisme politique et militaire, ainsi que par leur incapacité à unir les efforts de guérilla contre les Portugais. Entre 1961 et 1975, le MPLA, l’UNITA et le FNLA se sont fait concurrence pour exercer une influence sur la population angolaise et la communauté internationale. L’Union soviétique et Cuba sont devenus particulièrement sympathiques envers le MPLA et ont fourni à ce parti des armes, des munitions, du financement et une formation. Ils ont également soutenu les militants de l’UNITA jusqu’à ce qu’il devienne clair que ce dernier était en contradiction inconciliable avec le MPLA.  L’effondrement du gouvernement portugais Estado Novo à la suite de la révolution des œillets de 1974 a suspendu toutes les activités militaires portugaises en Afrique et la conclusion d’un cessez-le-feu en attendant les négociations pour l’indépendance angolaise. Encouragés par l’Organisation de l’unité africaine, Holden Roberto, Jonas Savimbi et le président du MPLA, Agostinho Neto, se sont rencontrés à Mombasa début janvier 1975 et ont convenu de former un gouvernement de coalition. Cela a été ratifié par l’Accord d’Alvor plus tard dans le mois, qui a appelé à des élections générales et a fixé la date de l’indépendance du pays au 11 novembre 1975. Cependant, les trois factions ont donné suite au cessez-le-feu en profitant du retrait progressif du Portugal pour saisir diverses positions stratégiques, acquérir plus d’armes et élargir leurs forces militantes. L’afflux rapide d’armes provenant de nombreuses sources extérieures, en particulier l’Union soviétique et les États-Unis, ainsi que l’escalade des tensions entre les partis nationalistes, ont alimenté une nouvelle flambée d’hostilités. Avec le soutien tacite américain et zaïrois, les FNLA ont commencé à masser un grand nombre de troupes dans le nord de l’Angola dans le but d’obtenir une supériorité militaire. Pendant ce temps, le MPLA a commencé à prendre le contrôle de Luanda, un bastion traditionnel d’Ambundu. Des violences sporadiques ont éclaté à Luanda au cours des prochains mois après que les FNLA ont attaqué les forces du MPLA en mars 1975. Les combats se sont intensifiés avec des affrontements dans les rues en avril et mai, et l’UNITA s’est impliquée après que plus de deux cents de ses membres ont été massacrés par un contingent du MPLA en juin. Une reprise des livraisons d’armes soviétiques au MPLA a influencé la décision de la Central Intelligence Agency de fournir également une aide secrète substantielle au FNLA et à l’UNITA. 

En août 1975, le MPLA a demandé l’aide directe de l’Union soviétique sous forme de troupes terrestres. Les Soviétiques ont décliné, offrant d’envoyer des conseillers mais pas de troupes ; cependant, Cuba s’est montré plus ouvert et, fin septembre, il a envoyé près de cinq cents militaires en Angola, ainsi que des armes et des fournitures sophistiquées. À l’indépendance, il y avait plus d’un millier de soldats cubains dans le pays. Ils étaient alimentés par un immense pont aérien réalisé avec des avions soviétiques. L’accumulation persistante de l’aide militaire cubaine et soviétique a permis au MPLA de chasser ses opposants de Luanda et d’émousser une intervention avortée des troupes zaïroises et sud-africaines, qui s’étaient déployées dans une tentative tardive d’aider le FNLA et l’UNITA. Le FNLA a été en grande partie anéanti, bien que l’UNITA ait réussi à retirer ses fonctionnaires civils et ses milices de Luanda et à chercher refuge dans les provinces du sud. De là, Savimbi a continué à monter une campagne d’insurgés déterminée contre le MPLA. Entre 1975 et 1991, le MPLA a mis en œuvre un système économique et politique basé sur les principes du socialisme scientifique, incorporant une planification centrale et un État à parti unique marxiste-léniniste. Il s’est lancé dans un ambitieux programme de nationalisation, et le secteur privé national a été essentiellement aboli. Les entreprises privées ont été nationalisées et incorporées dans un seul ensemble d’entreprises publiques appelées Unidades Economicas Estatais (UEE). Sous le MPLA, l’Angola a connu un degré important d’industrialisation moderne. Cependant, la corruption et la corruption ont également augmenté et les ressources publiques ont été allouées de manière inefficace ou simplement détournées par des fonctionnaires pour l’enrichissement personnel. Le parti au pouvoir a survécu à une tentative de coup d’État de l’Organisation communiste maoïste d’Angola (OCA) en 1977, qui a été réprimée après une série de purges politiques sanglantes qui ont fait des milliers de partisans de l’OCA. Le MPLA a abandonné son ancienne idéologie marxiste lors de son congrès du troisième parti en 1990, et a déclaré que la social-démocratie était sa nouvelle plate-forme. L’Angola est ensuite devenu membre du Fonds monétaire international ; les restrictions à l’économie de marché ont également été réduites afin d’attirer des investissements étrangers. En mai 1991, il est parvenu à un accord de paix avec l’UNITA, les accords de Bicesse, qui prévoyait de nouvelles élections générales pour septembre 1992. Lorsque le MPLA a remporté une grande victoire électorale, l’UNITA s’est opposée aux résultats du dépouillement des élections présidentielle et législative et est retournée à la guerre. Après les élections, le massacre d’Halloween s’est produit du 30 octobre au 1er novembre, où les forces du MPLA ont tué des milliers de sympathisants de l’UNITA.

21e siècle

Le 22 mars 2002, Jonas Savimbi a été tué lors d’une action contre les troupes gouvernementales. L’UNITA et le MPLA sont parvenus à un cessez-le-feu peu de temps après. L’UNITA a abandonné sa branche armée et a assumé le rôle d’un grand parti d’opposition. Bien que la situation politique du pays ait commencé à se stabiliser, des processus démocratiques réguliers n’ont pas prévalu jusqu’aux élections en Angola en 2008 et 2012 et à l’adoption d’une nouvelle constitution en 2010, qui ont toutes renforcé le système de parti dominant dominant. L’Angola connaît une grave crise humanitaire ; le résultat de la guerre prolongée, de l’abondance des champs de mines, de la poursuite des activités politiques (et dans une moindre mesure) militaires en faveur de l’indépendance de l’exclave de Cabinda (menées dans le contexte du conflit prolongé de Cabinda par les FLEC), mais surtout par la déprédation des riches ressources minérales du pays par le régime. Alors que la plupart des déplacés internes se sont maintenant installés autour de la capitale, dans les soi-disant musseques, la situation générale des Angolais reste désespérée. La sécheresse de 2016 a provoqué la pire crise alimentaire en Afrique australe en 25 ans. La sécheresse a touché 1,4 million de personnes dans sept des 18 provinces angolaises. Les prix des denrées alimentaires ont augmenté et les taux de malnutrition aiguë ont doublé, avec plus de 95 000 enfants touchés. José Eduardo dos Santos a quitté ses fonctions de président de l’Angola après 38 ans en 2017, succédant pacifiquement à João Lourenço, le successeur choisi de Santos.

La politique de l’Angola

Le gouvernement angolais est composé de trois branches du gouvernement : exécutif, législatif et judiciaire. Le pouvoir exécutif du gouvernement est composé du président, des vice-présidents et du Conseil des ministres. La branche législative comprend une législature monocamérale de 220 sièges, l’Assemblée nationale d’Angola, élue à la fois dans les circonscriptions provinciales et nationales. Pendant des décennies, le pouvoir politique a été concentré dans la présidence. Après 38 ans de règne, en 2017, le président dos Santos s’est retiré de la direction du MPLA. Le chef du parti vainqueur aux élections législatives d’août 2017 deviendrait le prochain président de l’Angola. Le MPLA a choisi l’ancien ministre de la Défense João Lourenço comme successeur choisi de Santos. Dans ce qui a été décrit comme une purge politique pour consolider son pouvoir et réduire l’influence de la famille Dos Santos, Lourenço a par la suite limogé le chef de la police nationale, Ambrósio de Lemos, et le chef des services de renseignement, Apolinário José. Pereira. Les deux sont considérés comme des alliés de l’ancien président Dos Santos. Il a également destitué Isabel Dos Santos, fille de l’ancien président, à la tête de la compagnie pétrolière nationale Sonangol.

L’économie de l’Angola

L’Angola possède des diamants, du pétrole, de l’or, du cuivre et une faune riche (considérablement appauvrie pendant la guerre civile), des forêts et des combustibles fossiles. Depuis l’indépendance, le pétrole et les diamants ont été la ressource économique la plus importante. L’agriculture des petits exploitants et des plantations a considérablement chuté pendant la guerre civile angolaise, mais a commencé à se redresser après 2002. L’industrie de la transformation de la fin de la période coloniale s’est effondrée à l’indépendance, en raison de l’exode de la plupart de la population ethnique portugaise, mais elle a a commencé à réapparaître avec des technologies mises à jour, en partie en raison d’un afflux de nouveaux entrepreneurs portugais. Des développements similaires se sont produits dans le secteur des services. L’économie angolaise est passée ces dernières années du désarroi causé par un quart de siècle de guerre civile angolaise pour devenir l’économie à la croissance la plus rapide en Afrique et l’une des plus dynamiques au monde, avec une croissance moyenne du PIB de 20% entre 2005 et 2007. Au cours de la période 2001-2010, l’Angola a enregistré la croissance annuelle moyenne du PIB la plus élevée au monde, avec 11,1%. En 2004, la Banque Exim de Chine a approuvé une ligne de crédit de 2 milliards de dollars en faveur de l’Angola, qui sera utilisée pour reconstruire les infrastructures de l’Angola et pour limiter l’influence du Fonds monétaire international dans ce pays. La Chine est le plus grand partenaire commercial et destination d’exportation de l’Angola ainsi que la quatrième source d’importations. Le commerce bilatéral a atteint 27,67 milliards de dollars en 2011, en hausse de 11,5% d’une année sur l’autre. Les importations chinoises, principalement le pétrole brut et les diamants, ont augmenté de 9,1% pour atteindre 24,89 milliards de dollars, tandis que les exportations chinoises vers l’Angola, y compris les produits mécaniques et électriques, les pièces de machines et les matériaux de construction, ont bondi de 38,8%. La surabondance d’huile a conduit à un prix local de l’essence sans plomb de 0,37 £ le gallon.

L’économie angolaise a progressé de 18% en 2005, 26% en 2006 et 17,6% en 2007. En raison de la récession mondiale, l’économie s’est contractée d’environ -0,3% en 2009. La sécurité apportée par le règlement de paix de 2002 a permis la réinstallation de 4 millions de personnes déplacées et une augmentation conséquente de la production agricole. L’économie angolaise devrait croître de 3,9% en 2014, a déclaré le Fonds monétaire international (FMI), une croissance robuste de l’économie non pétrolière, principalement tirée par une très bonne performance du secteur agricole, qui devrait compenser une baisse temporaire du pétrole. Le système financier angolais est géré par la Banque nationale d’Angola et géré par le gouverneur José de Lima Massano. Selon une étude sur le secteur bancaire, réalisée par Deloitte, la politique monétaire menée par la Banco Nacional de Angola (BNA), la banque nationale angolaise, a permis une baisse du taux d’inflation fixé à 7,96% en décembre 2013, ce qui a contribué à la tendance de croissance du secteur. Selon des estimations publiées par la banque centrale angolaise, l’économie du pays devrait croître à un taux annuel moyen de 5% au cours des quatre prochaines années, stimulée par la participation croissante du secteur privé. Bien que l’économie du pays ait connu une croissance importante depuis que l’Angola a atteint la stabilité politique en 2002, principalement en raison de l’augmentation rapide des revenus dans le secteur pétrolier, l’Angola fait face à d’énormes problèmes sociaux et économiques. Ceux-ci sont en partie le résultat d’un conflit armé presque continu depuis 1961, bien que le niveau le plus élevé de destruction et de dommages socio-économiques ait eu lieu après l’indépendance de 1975, pendant les longues années de guerre civile. Cependant, les taux de pauvreté élevés et les inégalités sociales flagrantes résultent principalement de l’autoritarisme persistant, des pratiques « néo-patrimoniales » à tous les niveaux des structures politiques, administratives, militaires et économiques et d’une corruption généralisée.  Les principaux bénéficiaires sont les détenteurs du pouvoir politique, administratif, économique et militaire, qui ont accumulé (et continuent d’accumuler) une énorme richesse.

Les « bénéficiaires secondaires » sont les couches moyennes qui sont sur le point de devenir des classes sociales. Cependant, près de la moitié de la population doit être considérée comme pauvre, avec des différences dramatiques entre la campagne et les villes (où vivent actuellement un peu plus de 50% de la population). Une étude réalisée en 2008 par l’Institut angolais Nacional de Estatística a révélé qu’environ 58% des zones rurales doivent être classées comme « pauvres » selon les normes des Nations Unies, mais en zone urbaine seulement 19% et un taux global de 37%. Dans les villes, une majorité de familles, bien au-delà de celles officiellement classées comme pauvres, doivent adopter une variété de stratégies de survie. Dans les zones urbaines, l’inégalité sociale est la plus évidente et elle est extrême à Luanda. Dans l’indice de développement humain, l’Angola se classe constamment dans le groupe inférieur. En janvier 2020, une fuite de documents gouvernementaux connus sous le nom de Luanda Leaks a montré que des sociétés de conseil américaines telles que Boston Consulting Group, McKinsey & Company et PricewaterhouseCoopers avaient aidé des membres de la famille de l’ancien président José Eduardo dos Santos (en particulier sa fille Isabel dos Santos) dirigeait corrompu Sonangol pour leur propre profit, les aidant à utiliser les revenus de l’entreprise pour financer des projets de vanité en France et en Suisse. Les énormes différences entre les régions posent un grave problème structurel pour l’économie angolaise, illustré par le fait qu’environ un tiers des activités économiques sont concentrées à Luanda et dans la province voisine de Bengo, tandis que plusieurs régions de l’intérieur souffrent de stagnation économique et même de régression.

L’une des conséquences économiques des disparités sociales et régionales est une forte augmentation des investissements privés angolais à l’étranger. La petite frange de la société angolaise où se déroule l’essentiel de l’accumulation d’actifs cherche à répartir ses actifs, pour des raisons de sécurité et de profit. Pour l’instant, la plus grande part de ces investissements est concentrée au Portugal où la présence angolaise (y compris la famille du président de l’État) dans les banques ainsi que dans les domaines de l’énergie, des télécommunications et des médias est devenue notable, tout comme l’acquisition de vignobles et de vergers ainsi que d’entreprises touristiques. L’Angola a modernisé ses infrastructures essentielles, un investissement rendu possible grâce aux fonds provenant du développement des ressources pétrolières du pays. Selon un rapport, un peu plus de dix ans après la fin de la guerre civile, le niveau de vie de l’Angola s’est globalement considérablement amélioré. L’espérance de vie, qui n’était que de 46 ans en 2002, a atteint 51 ans en 2011. Le taux de mortalité des enfants est passé de 25% en 2001 à 19% en 2010 et le nombre d’élèves inscrits à l’école primaire a triplé depuis 2001. Cependant, dans le même temps, l’inégalité sociale et économique qui caractérise le pays depuis longtemps n’a pas diminué, mais au contraire s’est aggravée à tous égards. Avec un stock d’actifs correspondant à 70 milliards de Kz (6,8 milliards de dollars), l’Angola est désormais le troisième marché financier en importance en Afrique subsaharienne, dépassé uniquement par le Nigéria et l’Afrique du Sud. Selon le ministre angolais de l’économie, Abraão Gourgel, le marché financier du pays a connu une croissance modeste à partir de 2002 et se situe désormais à la troisième place au niveau de l’Afrique subsaharienne. Le 19 décembre 2014, le marché des capitaux en Angola a démarré. BODIVA (Angola Stock Exchange and Derivatives, en anglais) a reçu le marché secondaire de la dette publique, et il devrait démarrer le marché de la dette des entreprises en 2015, mais le marché boursier ne devrait devenir réalité qu’en 2016.

La démographie de l’Angola

L’Angola a une population de 24 383 301 habitants selon les résultats préliminaires de son recensement de 2014, le premier effectué ou réalisé depuis le 15 décembre 1970. Il est composé d’Ovimbundu (langue Umbundu) 37%, d’Ambundu (langue Kimbundu) 23%, de Bakongo 13% et de 32% d’autres groupes ethniques (y compris les Chokwe, les Ovambo, les Ganguela et les Xindonga) ainsi qu’environ 2% mestiços (mixte européen et africain), 1,6% chinois et 1% européen. Les groupes ethniques Ambundu et Ovimbundu réunis forment la majorité de la population, avec 62%. La population devrait atteindre plus de 60 millions de personnes d’ici 2050, soit 2,7 fois la population de 2014. Cependant, le 23 mars 2016, les données officielles révélées par l’Institut national de statistique de l’Angola – Instituto Nacional de Estatística (INE), indiquent que l’Angola a une population de 25 789 024 habitants. On estime que l’Angola accueillait 12 100 réfugiés et 2 900 demandeurs d’asile à la fin de 2007. 11 400 de ces réfugiés étaient originaires de la République démocratique du Congo, arrivés dans les années 70. En 2008, on estimait à 400 000 le nombre de travailleurs migrants en République démocratique du Congo, au moins 220 000 Portugais et environ 259 000 Chinois vivant en Angola. 1 million d’Angolais sont métis (noir et blanc). Depuis 2003, plus de 400 000 migrants congolais ont été expulsés d’Angola. Avant l’indépendance en 1975, l’Angola comptait environ 350 000 Portugais, mais la grande majorité est partie après l’indépendance et la guerre civile qui a suivi. Cependant, l’Angola a récupéré sa minorité portugaise ces dernières années; actuellement, environ 200 000 personnes sont enregistrées auprès des consulats et augmentent en raison de la crise de la dette au Portugal et de la relative prospérité de l’Angola. La population chinoise s’élève à 258 920 personnes, principalement composées de migrants temporaires. En outre, il existe une petite communauté brésilienne d’environ 5 000 personnes. En 2007, le taux de fécondité total de l’Angola était de 5,54 enfants nés par femme (estimations 2012), le 11e plus élevé au monde.

L’éducation de l’Angola

Bien qu’en vertu de la loi, l’enseignement en Angola soit obligatoire et gratuit pendant huit ans, le gouvernement signale qu’un pourcentage d’élèves ne fréquentent pas en raison du manque de bâtiments scolaires et d’enseignants. Les élèves sont souvent tenus de payer des dépenses scolaires supplémentaires, y compris les frais de livres et de fournitures.  En 1999, le taux brut de scolarisation dans le primaire était de 74% et en 1998, dernière année pour laquelle des données sont disponibles, le taux net de scolarisation dans le primaire était de 61%. Les taux brut et net de scolarisation sont basés sur le nombre d’élèves officiellement inscrits à l’école primaire et ne reflètent donc pas nécessairement la fréquentation scolaire réelle. Il existe toujours d’importantes disparités de scolarisation entre les zones rurales et urbaines. En 1995, 71,2% des enfants de 7 à 14 ans fréquentaient l’école. Il est rapporté que des pourcentages plus élevés de garçons vont à l’école que de filles. Pendant la guerre civile angolaise (1975-2002), près de la moitié de toutes les écoles auraient été pillées et détruites, entraînant des problèmes actuels de surpeuplement.

Le Ministère de l’éducation a recruté 20 000 nouveaux enseignants en 2005 et a continué de mettre en place des formations pour les enseignants. Les enseignants sont généralement sous-payés, insuffisamment formés et surchargés de travail (enseignant parfois deux ou trois quarts de travail par jour). Certains enseignants auraient exigé un paiement ou des pots-de-vin directement de leurs élèves. D’autres facteurs, tels que la présence de mines terrestres, le manque de ressources et de papiers d’identité et une mauvaise santé empêchent les enfants d’aller régulièrement à l’école. Bien que les allocations budgétaires pour l’éducation aient été augmentées en 2004, le système éducatif angolais reste extrêmement sous-financé. Selon les estimations de l’Institut de statistique de l’UNESCO, le taux d’alphabétisation des adultes en 2011 était de 70,4%. En 2015, ce chiffre était passé à 71,1%. 82,9% des hommes et 54,2% des femmes étaient alphabétisés en 2001. Depuis l’indépendance du Portugal en 1975, un certain nombre d’étudiants angolais ont continué d’être admis chaque année dans des lycées, des instituts polytechniques et des universités au Portugal et au Brésil par le biais d’accords bilatéraux ; en général, ces étudiants appartiennent aux élites.

En septembre 2014, le ministère angolais de l’Éducation a annoncé un investissement de 16 millions d’euros dans l’informatisation de plus de 300 salles de classe à travers le pays. Le projet comprend également la formation d’enseignants au niveau national, « comme moyen d’introduire et d’utiliser les nouvelles technologies de l’information dans les écoles primaires, reflétant ainsi une amélioration de la qualité de l’enseignement ». En 2010, le gouvernement angolais a commencé à construire le Réseau des bibliothèques des médias angolais, distribué dans plusieurs provinces du pays pour faciliter l’accès des populations à l’information et au savoir. Chaque site dispose d’une archive bibliographique, de ressources multimédias et d’ordinateurs avec accès à Internet, ainsi que de zones de lecture, de recherche et de socialisation. Le plan prévoit la création d’une médiathèque dans chaque province angolaise d’ici 2017. Le projet comprend également la mise en place de plusieurs médiathèques, afin de fournir les différents contenus disponibles dans les médiathèques fixes aux populations les plus isolées du pays. À l’heure actuelle, les médiathèques mobiles fonctionnent déjà dans les provinces de Luanda, Malanje, Uíge, Cabinda et Lunda Sud. Quant au REMA, les provinces de Luanda, Benguela, Lubango et Soyo ont actuellement des médiathèques en activité.

Les langues de l’Angola

Les langues en Angola sont celles parlées à l’origine par les différents groupes ethniques et le portugais, introduites à l’époque coloniale portugaise. Les langues autochtones les plus parlées sont l’Umbundu, le Kimbundu et le Kikongo, dans cet ordre. Le portugais est la langue officielle du pays. Bien que le nombre exact de ceux qui parlent couramment le portugais ou qui parlent le portugais comme première langue ne soit pas connu, une étude de 2012 mentionne que le portugais est la première langue de 39% de la population. En 2014, un recensement effectué par l’Instituto Nacional de Estatística en Angola mentionne que 71,15% des près de 25,8 millions d’habitants de l’Angola (soit environ 18,3 millions de personnes) utilisent le portugais comme première ou deuxième langue. Selon le recensement de 2014, le portugais est parlé par 71,1% des Angolais, Umbundu par 23%, Kikongo par 8,2%, Kimbundu par 7,8%, Chokwe par 6,5%, Nyaneka par 3,4%, Ngangela par 3,1%, Fiote par 2,4%, Kwanyama de 2,3%, Muhumbi de 2,1%, Luvale de 1% et autres langues de 4,1%.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés