Non classé
12 mai 2020

BAD: Les accusateurs d’Adesina ne désarment pas et réclament une enquête indépendante

Accusateurs d’Adesina | Les « lanceurs d’alerte » qui avaient accusé le président de la Banque africaine de développement (BAD) Akinwumi Adesina […]

10 avril 2020 Afrique

Les 55è Assemblée annuelle de la BAD reportées en Août (Akiwumi Adesina)

Abidjan (© 2020 Afriquinfos)- Prévue pour se tenir en mai prochain à Abidjan, la 55è Assemblée annuelle de la Banque […]

Lire la suite »
29 mars 2020 Afrique

Lutte contre le Covid-19 sur le continent : L’Union africaine va créer un fonds continental anti-COVID-19

Addis-Abeba(© 2020 Afriquinfos)- Comme action dans la lutte contre l’épidémie du nouveau coronavirus en Afrique, le Bureau de l’Assemblée des […]

Lire la suite »
26 février 2020 Afrique de l'Ouest

Zoom sur Antoinette Sayeh, deuxième personnalité africaine au poste de DGA du FMI

Washington (© 2020 Afriquinfos)-La libérienne Antoinette Sayeh vient d’être nommée  directrice générale adjointe (DGA) du Fonds monétaire internationale (FMI) sur […]

Lire la suite »
30 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Afrique/Agriculture : Adesina Akinwumi exhorte la jeunesse africaine à s’adonner à ‘’l’activité la plus importante au monde’’

Abeokuta (© 2020 Afriquinfos)- Akinwumi Adesina, président de la Banque Africaine de Développement (BAD) était le mercredi 29 janvier devant […]

Lire la suite »
29 janvier 2020 Afrique australe

Afrique du Sud: une banque publique vient au secours de SAA au bord de la faillite

La compagnie aérienne sud-africaine SAA, lourdement endettée, va recevoir 218 millions d’euros d’une banque publique afin d’éviter la faillite, ont […]

Lire la suite »
13 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

COP25 : un Guide intégrant toutes les initiatives mondiales de développement ciblant l’Afrique dévoilé

Madrid (© 2019 Afriquinfos)- En marge de la COP 25 qui se tient dans la capitale espagnole, le Programme des […]

Lire la suite »
26 novembre 2019 Société

Le soutien de la BAD et de l’Union Africaine au Sommet mondial du Genre

Kigali (© 2019 Afriquinfos)- Le Sommet mondial du Genre, le tout premier qu’accueille l’Afrique s’est ouvert, lundi, à Kigali sur […]

Lire la suite »
2 novembre 2019 Non classé

Augmentation de son capital de 115 milliards d’USD: Comment la BAD compte mettre cette manne au service du développement de l’Afrique

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)-Lors d’une assemblée extraordinaire des actionnaires tenue à Abidjan, les Gouverneurs de la Banque africaine de développement, […]

Lire la suite »
27 octobre 2019 Afrique du Nord

La 14ème édition de la Conférence Economique Africaine s’ouvre du 2 au 4 à décembre 2019 Charm El-Cheik

Charm El-Cheik (© 2019 Afriquinfos)- Co-organisée par la Banque africaine de développement, la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique […]

Lire la suite »
26 septembre 2019 Non classé

Les femmes Africaines se font entendre au sommet des Nations Unies

New York (© 2019 Afriquinfos)- L’Organisation des Premières Dames d’Afrique pour le développement (OPDAD) se sont elles aussi réunies en […]

Lire la suite »
23 août 2019 Économie

Sommet du G7 : le Président de la BAD présentera « AFAWA », pour booster l’accès des femmes africaines aux financements

Biarritz (© 2019 Afriquinfos) –  Le Sommet du G7 qui démarre ce samedi 24 août, verra la participation du Président […]

Lire la suite »
29 juillet 2019 Afrique de l'Ouest

La BAD encourage les entreprises africaines à se mobiliser en faveur de la jeunesse africaine

Abuja (© 2019 Afriquinfos)-Lors d’une table ronde organisée à l’occasion du Forum de l’entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu (TEF) […]

Lire la suite »
9 juillet 2019 Afrique de l'Ouest

La Banque mondiale insiste sur la place cardinale de l’orthodoxie financière

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)- S’exprimait sur « les nouveaux mécanismes de  financement et de gouvernance des projets d’infrastructures et  d’équipements […]

Lire la suite »
10 février 2019 Économie

Le commerce intra-africain pourrait subir une augmentation de 15 % grâce à la mise en œuvre de la zone de libre-échange africaine

Addis-Abeba (© 2019 Afriquinfos)-La mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale (ZLEC), en Afrique devrait faire augmenter le […]

Lire la suite »
28 août 2018 Non classé

La Banque africaine de développement et la FAO unissent leurs efforts et s’engagent à éradiquer la faim et à créer de la richesse

Rome (© 2018 Afriquinfos)-La Banque africaine de développement (BAD) et la FAO ont convenu d’intensifier leurs efforts visant à catalyser […]

Lire la suite »
29 juin 2018 Non classé

La Banque africaine de développement classée au 4e rang des entreprises les plus attractives en Afrique

Abidjan  (© 2018 Afriquinfos) –La Banque africaine de développement se classe au quatrième rang des meilleures entreprises pour lesquelles travailler […]

Lire la suite »
25 mai 2018 Non classé

Les Assemblées 2018 de la Banque africaine de développement prennent fin dans un climat de satisfaction générale

Busan (© 2018 Afriquinfos) –  Les 53e Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement se sont achevées, vendredi 25 mai […]

Lire la suite »
23 mai 2018 Afrique de l'Est

Les banques d’Afrique de l’Est dominent les Trophées African Banker 2018

Busan (© Afriquinfos 2018)- L’Afrique de l’Est a dominé les trophées cette année. Le PDG d’Equity Group Holdings Plc au […]

Lire la suite »
3 mai 2018 Non classé

Les banques du Maroc, du Nigeria et du Kenya parmi les nominés du Trophées d’African Banker 2018

Londres (© Afriquinfos 2018)-Les nominés pour les Trophées African Banker 2018 ont été sélectionnés par les membres du jury du […]

Lire la suite »
28 mars 2018 Afrique de l'Ouest

Africa CEO Forum 2018: NSIA et Sanlam arrachent le prix de la meilleure Société africaine de l’année

Abidjan (© 2018 Afriquinfos)-Le prix de la meilleure Société africaine de l’année pour l’édition 2018 du Forum économique ‘’Africa CEO […]

Lire la suite »
23 février 2018 Non classé

La BAD appelle les États-Unis à soutenir l’agriculture africaine

 Arlington (© Afriquinfos 2018) -Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement a avancé de solides arguments en faveur […]

Lire la suite »
Non classé

Banques et Dettes : la Boad va rembourser Plus de 12 milliards FCFA de dettes mars 2018

Lomé (© Afriquinfos 2018) -La Banque Ouest africaine de développement (BOAD) procédera le 6 mars 2018 au paiement des intérêts […]

Lire la suite »
8 février 2018 Afrique de l'Ouest

Économie Africaine : la production du café en Afrique en régression

Grand Bassam (© Afriquinfos 2018)- C’est autour du thème le « développement d’une caféiculture durable pour l’émergence de l’économie africaine », que […]

Lire la suite »
17 janvier 2018 Non classé

La Banque africaine de développement présente l’édition 2018 des Perspectives économiques en Afrique

Abidjan (© Afriquinfos 2018)-La Banque africaine de développement a présenté ce mercredi 17 janvier 2018, en son siège à Abidjan, […]

Lire la suite »
30 novembre 2017 Afrique du Nord

Attijariwafa bank et BMCE Bank of Africa élues « banques de l’année »

Casablanca (© Afriquinfos 2017)- Le groupe Attijariwafa bank s’est vu attribuer le trophée de la  » Banque Africaine de l’Année […]

Lire la suite »
28 novembre 2017 Non classé

La Banque africaine de développement envisage créer 25 millions d’emplois pour les jeunes

Abidjan (© Afriquinfos 2017)- Le président du Groupe de la Banque africaine de développement  Akinwumi Adesina a mis en place […]

Lire la suite »
31 mars 2016 Afrique de l'Ouest

Défis de développement en Afrique/Dr Mayaki du NEPAD: «Il ne s’agit pas uniquement de construire des ponts et des routes, mais il faut favoriser l’inclusion sociale»

Abidjan (© 2016 Afriquinfos) –  L’édition 2016 de la semaine du Programme pour le développement des infrastructures en Afrique (PIDA), s’est tenue […]

Lire la suite »
26 janvier 2015 Afrique

La Banque Africaine de Développement et MasterCard étendent l’Inclusion Financière en Afrique

ABIDJAN (© 2015 AMA) – La Banque africaine de développement (BAD) et MasterCard ont annoncé aujourd’hui une importante collaboration en vue d’étendre l’inclusion financière à l’ensemble du continent africain. Cette collaboration vise à développer des solutions permettant de dynamiser la croissance inclusive en Afrique en élargissant l’accès aux services financiers numériques et l’utilisation de ces services.

Lire la suite »
10 octobre 2013 Maroc

Le Maroc reste le premier client la Banque africaine de développement

RABAT (Xinhua) – Le Maroc reste le premier client la Banque africaine de développement (BAD) avec un portefeuille actif qui compte 28 opérations représentant un montant d’ engagements nets de plus de 2,3 milliards d’ euros, soit environ 25,7 milliards de dirhams.

Lire la suite »
Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) ou Banque africaine de développement (BAD) est une institution multilatérale de financement du développement. La BAD a été fondée en 1964 et comprend trois entités : la Banque africaine de développement, le Fonds africain de développement et le Nigeria Trust Fund. La BAD a pour mission de lutter contre la pauvreté et d’améliorer les conditions de vie sur le continent en favorisant l’investissement de capitaux publics et privés dans des projets et programmes susceptibles de contribuer au développement économique et social de la région. La BAD est un fournisseur financier des gouvernements africains et des entreprises privées investissant dans les pays membres régionaux (PMR). Alors qu’elle était à l’origine basée à Abidjan, en Côte d’Ivoire, le siège de la banque a déménagé à Tunis, en Tunisie, en 2003, en raison de la guerre civile ivoirienne; avant de revenir en septembre 2014.

Histoire

Après la fin de la période coloniale en Afrique, un désir croissant d’unité au sein du continent a conduit à l’établissement de deux projets de chartes, l’un pour la création de l’Organisation de l’unité africaine (établie en 1963, remplacée plus tard par l’Union africaine) et pour une banque de développement régional. Un projet d’accord a été soumis aux hauts responsables africains puis à la Conférence des ministres des finances sur la création d’une banque africaine de développement. Cette conférence a été organisée par la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) à Khartoum, au Soudan, du 31 juillet au 4 août. C’est ici que l’accord portant création de la Banque africaine de développement (BAD) a été cosigné par vingt-trois gouvernements africains le 4 août 1963. L’accord est entré en vigueur le 10 septembre 1964. La réunion inaugurale du Conseil des gouverneurs de la Banque s’est tenue du 4 au 7 novembre 1964 à Lagos (Nigéria). Le siège de la Banque a ouvert ses portes à Abidjan (Côte d’Ivoire) en mars 1965 et ses opérations ont commencé le 1er juillet 1966. À partir de février 2003, la Banque a opéré depuis son Agence de relocalisation temporaire à Tunis (Tunisie), en raison du conflit politique qui régnait en La Côte d’Ivoire à l’époque. La Banque a pu regagner son siège d’origine à Abidjan fin 2013 une fois la crise politique terminée. En juin 2015, plus de 1 500 membres du personnel étaient rentrés au siège de la Banque à Abidjan sur un effectif total de plus de 1 900 à la Banque. Bien que, à l’origine, seuls les pays africains aient pu rejoindre la banque, elle permet depuis 1982 l’entrée de pays non africains également. Depuis sa création, la BAD a financé 2 885 opérations, pour un total de 47,5 milliards de dollars. En 2003, elle a reçu la note AAA des principales agences de notation financière et disposait d’un capital de 32,043 milliards de dollars. En novembre 2019, le capital de la banque était estimé à 208 milliards de dollars.

Entités du groupe

Le Groupe de la Banque africaine de développement compte deux autres entités: le Fonds africain de développement (FAD) et le Nigeria Trust Fund (NTF).

Fonds africain de développement

Créé en 1972, le Fonds africain de développement a démarré ses activités en 1974. «Le Fonds africain de développement» Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD) 2004, n’est plus disponible (2006) Il fournit un financement du développement à des conditions concessionnelles aux PMR à faible revenu qui ne sont pas en mesure d’emprunter aux conditions non concessionnelles de la BAD. En harmonie avec sa stratégie de prêt, la réduction de la pauvreté est le principal objectif des activités du FAD. Vingt-quatre pays non africains ainsi que la BAD constituent sa composition actuelle. Le plus gros actionnaire d’ADF est le Royaume-Uni, avec environ 14% du total des parts sociales, suivi des États-Unis avec environ 6,5% du total des actions avec droit de vote, suivi du Japon avec environ 5,4%. La Federal Reserve Bank de New York a été désignée comme banque dépositaire du fonds selon des télégraphes envoyés par l’ambassade des États-Unis à Abidjan en 1976. Les opérations générales du FAD sont décidées par un conseil d’administration, dont six sont nommés par les États membres non africains et six désignés par la BAD parmi les directeurs exécutifs régionaux de la banque. Les sources du FAD sont principalement des contributions et des remplacements périodiques par des Etats membres non africains. Le fonds est généralement reconstitué tous les trois ans, sauf décision contraire des États membres. À la fin de 1996, le total des dons s’élevait à 12,58 milliards de dollars. Le FAD prête sans taux d’intérêt, avec des frais de service annuels de 0,75%, une commission d’engagement de 0,5% et une période de remboursement de 50 ans comprenant une période de grâce de 10 ans. La dixième reconstitution du FAD par le Royaume-Uni a eu lieu en 2006.

Fonds d’affectation spéciale du Nigéria

Le Nigeria Trust Fund (NTF) a été créé en 1976 par le gouvernement nigérian avec un capital initial de 80 millions de dollars.

Le FSN vise à aider aux efforts de développement des membres les plus pauvres de la BAD. Le FSN utilise ses ressources pour financer des projets d’importance nationale ou régionale qui favorisent le développement économique et social des PMR à faible revenu dont les conditions économiques et sociales nécessitent un financement à des conditions non conventionnelles. En 1996, le FSN avait une base de ressources totales de 432 millions de dollars. Il prête à un taux d’intérêt de 4% avec une période de remboursement de 25 ans, y compris une période de grâce de cinq ans. 

Gestion et contrôle

La BAD est contrôlée par un conseil d’administration composé de représentants de ses pays membres. Le droit de vote au Conseil est divisé en fonction de la taille de la part de chaque membre, actuellement 60% -40% entre les pays africains (ou « régionaux ») et les pays membres « non régionaux » (« donateurs »). Le plus grand actionnaire de la Banque africaine de développement est le Nigéria avec près de 9% des voix. Tous les pays membres de la BAD sont représentés au conseil d’administration de la BAD.

Le Dr Akinwumi Ayodeji Adesina est le 8e président élu [1] du Groupe de la Banque africaine de développement, ayant prêté serment le 1er septembre 2015. Il préside les conseils d’administration de la Banque africaine de développement et du Fonds africain de développement. Le Dr Adesina a été ministre nigérian de l’Agriculture et du Développement rural de 2011 à 2015.

Les gouvernements membres sont officiellement représentés à la BAD par leur ministre des finances, de la planification ou de la coopération qui siège au conseil des gouverneurs de la BAD. Les gouverneurs de la BAD se réunissent une fois par an (lors des assemblées annuelles de la BAD en mai) pour prendre des décisions importantes concernant le leadership, les orientations stratégiques et les organes directeurs de l’institution. Les gouverneurs nomment généralement un représentant de leur pays pour siéger dans les bureaux du conseil d’administration de la BAD.

Les décisions quotidiennes concernant les prêts et les subventions à approuver et les politiques devant guider les travaux de la BAD sont prises par le Conseil d’administration. Chaque pays membre est représenté au Conseil, mais leur pouvoir de vote et leur influence diffèrent selon le montant d’argent qu’ils contribuent à la BAD.

Unité de compte

La Banque africaine de développement utilise une unité de compte enregistrée comme XUA en tant que code de devise standard ISO 4217. Il n’est pas échangé directement par les particuliers, il est utilisé pour la comptabilité entre les États membres.

Les fonctions

La fonction principale de la BAD consiste à consentir des prêts et des prises de participation pour le progrès socio-économique du PMR. Deuxièmement, la banque fournit une assistance technique aux projets et programmes de développement. Troisièmement, il encourage l’investissement de capitaux publics et privés pour le développement. Quatrièmement, la banque aide à organiser les politiques de développement des PMR. La BAD est également tenue d’accorder une attention particulière aux projets nationaux et multinationaux qui sont nécessaires pour promouvoir l’intégration régionale.
  •  Mobiliser des ressources financières auprès du gouvernement ou des institutions financières étrangères avec
  •  En vue de prêter de l’argent pour le développement de secteurs spécifiques de l’économie

Statut

La BAD promeut le développement économique et le progrès social de ses PMR en Afrique et la banque engage environ 3 milliards de dollars par an dans les pays africains. Ses prêts relativement modestes et sa tendance à suivre les traces d’institutions publiques plus importantes comme la Banque mondiale, impliquent que la Banque africaine de développement a reçu peu d’intérêt des organisations de la société civile ainsi que du monde universitaire.

La BAD met l’accent sur le rôle des femmes dans les réformes de l’éducation et a apporté son soutien à des initiatives clés telles que l’allégement de la dette des pays pauvres très endettés et le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD).

La Banque est actuellement basée à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Il emploie environ 1865 employés en 2016 et compte 80 membres : 54 pays en Afrique et 26 pays américains, européens et asiatiques.

Tendances et orientations récentes

L’un des points de vue émergents, cité à plusieurs reprises par le conseil d’administration et la direction de la BAD, est que la BAD devrait être plus «sélective» et «axée sur les pays» dans ses opérations. Bien que cette politique doive encore être clairement définie, elle semble être le moteur de certaines priorités de prêt.

Le secteur des infrastructures, y compris l’approvisionnement en électricité, l’eau et l’assainissement, les transports et les communications, a traditionnellement reçu la plus grande part des prêts de la BAD. Cette orientation a été réaffirmée dans le plan stratégique 2003-2007 de la BAD, qui a identifié l’infrastructure comme un domaine prioritaire pour les prêts de la BAD. En 2005, la BAD a approuvé 23 projets d’infrastructure pour environ 982 millions de dollars, ce qui représente 40% des approbations de la BAD cette année-là. Étant donné l’attention accrue que les donateurs et les emprunteurs accordent au développement des infrastructures en Afrique, il est probable que les prêts aux infrastructures de la BAD augmenteront considérablement au cours des prochaines années. En 2007, les opérations d’infrastructure représentaient environ 60% du portefeuille de la banque.

Les projets d’infrastructures d’intégration régionale seront un élément clé des activités futures de la BAD. Selon le rapport annuel 2005 de la BAD, les blocs économiques régionaux rendront l’Afrique «plus compétitive sur le marché mondial», tandis que les interconnexions de transport et d’électricité entre les petites économies africaines aideront à créer de plus grands marchés sur le continent. Les pays membres de la BAD affirment que la BAD, en tant qu’institution multilatérale, est particulièrement adaptée pour soutenir des projets d’intégration régionale.

La BAD a été désignée comme agence chef de file pour faciliter les «initiatives d’infrastructure du NEPAD», qui sont des projets d’intégration régionale dirigés par les communautés économiques régionales africaines (CER). De plus, la BAD héberge le Consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA). L’ICA a été créé par les pays du G8 pour coordonner et encourager le développement des infrastructures en Afrique, en se concentrant sur le développement des infrastructures régionales en particulier. La BAD aide à préparer des projets afin qu’ils puissent obtenir un financement auprès d’autres sources grâce à une initiative appelée Infrastructure Project Preparation Facility (IPPF). Ainsi, même si la BAD n’est pas directement impliquée dans le financement d’un projet d’infrastructure particulier, elle a peut-être contribué à le rendre possible.

Un autre domaine clé de concentration du soutien de la BAD aux PMR est la lutte contre le VIH / SIDA. La BAD a cinq politiques pour assurer l’avenir de l’Afrique grâce au financement de la santé:

  • Renforcement des capacités institutionnelles par l’assistance à la formulation et à la mise en œuvre de politiques / stratégies
  • Développement du capital humain pour créer un environnement propice au fonctionnement des stratégies nationales de lutte contre le SIDA par la formation et l’assistance technique
  • Réponses multisectorielles contre le VIH / sida en mettant l’accent sur les interventions de prévention et de contrôle qui incluent l’IEC (information, éducation et communication), le contrôle des IST (infections sexuellement transmissibles), le CDV (conseil et dépistage volontaires), le soutien des infrastructures pour la création de laboratoires et de sang installations de transfusion et fourniture de matériel et de fournitures, y compris les médicaments antirétroviraux
  • Plaidoyer par la participation à des forums internationaux et régionaux pour accroître l’engagement politique et le leadership vers un effort de collaboration dans la lutte contre la pandémie entre les PMR et les partenaires au développement
  • Développement de partenariats en vue de forger de nouvelles alliances et de revitaliser la collaboration existante pour couvrir les problèmes de développement critiques tels que le VIH / SIDA et pour placer les activités de partenariat dans le cadre de la vision de la banque

À ce jour, la contribution de la banque à la lutte contre le VIH / SIDA est estimée à plus de 500 millions d’UC. La banque fait partie des partenaires initiateurs de «AIDS in Africa – Scenarios for the future», un projet dont les résultats permettront aux gouvernements et aux partenaires au développement de faire des choix stratégiques de voies de développement actuelles et futures et de définir leurs activités en conséquence afin de faire face à la défis posés par le VIH / SIDA.

Les projets énergétiques devraient devenir un domaine plus important des travaux d’infrastructure de la BAD, étant donné le manque d’accès aux services énergétiques en Afrique et la persistance des prix élevés du pétrole affectant les pays importateurs de pétrole. Il n’est pas clair si le rôle de la BAD dans le secteur de l’énergie donnera la priorité aux projets énergétiques pour la consommation intérieure ou pour l’exportation, bien que la BAD ait soutenu les deux dans le passé. La BAD élabore actuellement une politique énergétique et développe sa contribution au cadre d’investissement dans les énergies propres mandaté par le G8.

Bien qu’il n’y ait pas de déclaration officielle ou de consensus à cet effet, les prêts de la BAD pour l’agriculture, le développement rural (hors infrastructure) et les secteurs sociaux, tels que la santé et l’éducation, devraient diminuer au cours des prochaines années.

En 2010, l’Institut africain de développement est devenu le point focal du Groupe de la Banque africaine de développement pour le renforcement des capacités. L’institut a été créé en 1973 pour améliorer l’efficacité des opérations financées par la BAD. Son mandat a été réorienté en 1992 et il a été restructuré en 2001.

Perspectives

La situation financière de la BAD a été rétablie depuis l’effondrement proche de 1995, mais sa crédibilité opérationnelle reste en cours. Un groupe de travail réuni par le Center for Global Development, un groupe de réflexion indépendant de Washington, a publié un rapport en septembre 2006 qui proposait au président et au conseil d’administration de la Banque six recommandations sur des principes généraux pour guider le renouvellement de la Banque. Le rapport contient six recommandations à l’intention de la direction et des actionnaires alors qu’elles abordent la tâche urgente de réformer la banque de développement de l’Afrique. Parmi les recommandations, l’accent est mis sur les infrastructures.

Alors que les prêts de la BAD n’avaient pas augmenté de manière significative ces dernières années, les chiffres de 2006 indiquent que les choses pourraient changer. Entre 2005 et 2006, les activités de prêt de la BAD ont augmenté de plus de 30% pour atteindre 3,4 milliards de dollars. Au cours de la même période, les opérations du secteur privé ont doublé de valeur. La BAD a des mandats spécifiques du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et d’autres organisations internationales pour diriger les institutions financières et de développement dans des domaines tels que les infrastructures, l’intégration régionale et les normes bancaires et financières en Afrique. Ces mandats ont également accru la visibilité de la BAD dans les médias. L’accent international accru mis sur les besoins de développement de l’Afrique ces dernières années (par exemple, autour du sommet du G8 de Gleneagles en 2005) et sur l’importance des investissements dans les infrastructures en Afrique, a mis en évidence le rôle de la BAD.

Certaines recherches ont indiqué qu’un pourcentage élevé de personnes interrogées dans les pays africains a une préférence marquée pour une aide supplémentaire de la Banque africaine de développement, malgré le fait que sa note relativement faible par rapport à la plupart des critères d’efficacité de l’aide jugés importants par les donateurs donateurs. Cela donne à penser que les points de vue des donateurs en Afrique sur le «donateur multilatéral de choix» sont éclairés par des critères supplémentaires d’efficacité de l’aide qui ne sont pas communément identifiés ou signalés, bien que ces critères n’aient pas été examinés.

D’une manière générale, alors que des progrès ont été accomplis à tous les niveaux en matière de démocratie, de croissance et de rétablissement des équilibres macroéconomiques en Afrique au cours des quinze dernières années, la moitié de l’Afrique subsaharienne vit avec moins d’un dollar par jour et le sida menace le tissu social du continent. Les études menées par diverses organisations (dont la Banque africaine de développement et la Banque mondiale) montrent que, à l’exception de l’Afrique du Nord et de l’Afrique australe, les objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies (réduire de moitié le nombre de personnes vivant dans la pauvreté et sans accès à eau potable d’ici à 2015) ne sera dans la plupart des cas pas atteinte. Néanmoins, ces mêmes études indiquent que la majorité des pays africains peuvent faire des progrès notables à ces fins.

Conférences annuelles de la Banque africaine de développement

La 4e conférence annuelle de la Banque africaine de développement (BAD) en dehors de l’Afrique s’est tenue en Inde (Gandhinagar, Gujarat) du 22 au 26 mai 2017 lors d’un événement inauguré par le Premier ministre indien Narendra Modi. Les conférences précédentes en dehors de l’Afrique ont eu lieu en Espagne, en Chine et au Portugal.

Adhésion

Pays bénéficiaires de la BAD:

  • Algérie  
  • Botswana  
  • Egypte  
  • Guinée Équatoriale  
  • Eswatini
  •  Gabon  
  • Maurice
  •  Maroc  
  • Namibie  
  • les Seychelles  
  • Afrique du Sud  
  • Tunisie

Pays bénéficiaires du FAD :

  •  Angola  
  • Bénin
  •  Burkina Faso  
  • Burundi  
  • Cameroun  
  • Cap-Vert  
  • République centrafricaine
  •  Tchad  
  • Comores  
  • République démocratique du Congo
  •  Congo  
  • Côte d’Ivoire
  •  Djibouti  
  • Érythrée  
  • Ethiopie  
  • Gambie  
  • Ghana  
  • Guinée  
  • Guinée-Bissau
  •  Kenya  
  • Lesotho  
  • Libéria  
  • Madagascar
  •  Malawi
  •  Mali  
  • Mauritanie
  •  Mozambique
  •  Niger
  •  Rwanda
  •  São Tomé et Príncipe  
  • Sénégal
  •  Sierra Leone
  •  Somalie
  •  Soudan du sud  
  • Soudan
  •  Tanzanie
  •   Ouganda
  •  Zambie

Pays bénéficiaires de la BAD et du FAD :

  •  Nigeria  
  • Zimbabwe

Pays membres non africains :

  •  Argentine
  • Autriche
  •  Belgique
  •  Brésil
  • Canada
  •  Chine
  • Danemark
  • Finlande
  •  France
  • Allemagne
  • Inde
  •  Italie
  • Japon
  •  Koweit
  •  Luxembourg
  •  Pays-Bas
  •  Norvège
  • Portugal
  •  Arabie Saoudite
  •  Corée du Sud
  •  Espagne
  • Suède
  •  Suisse
  • Turquie
  • Royaume-Uni
  •  États Unis

Liste des 20 plus grands pays par pouvoirs de vote

Le tableau suivant présente les montants pour les 20 plus grands pays en fonction des droits de vote à la Banque africaine de développement en décembre 2014. 

Les 20 plus grands pays grâce aux pouvoirs de vote à la Banque africaine de développement

  •  1 Nigéria 9.281
  • 2 États-Unis 6.563
  • 3 Japon 5,494
  • 4 Égypte 5,379
  • 5 Afrique du Sud 4,871
  • 6 Algérie 4.209
  • 7 Allemagne 4.127
  • 8 Canada 3,802
  • 9 France 3.760
  • 10 Côte d’Ivoire  3.687
  • 11 Libye 3.683
  • 12 Maroc 3,498
  • 13 Italie 2,428
  • 14 Ghana 2.137
  • 15 Zimbabwe 2.052
  • 16 Royaume-Uni 1,689 1
  • 7 Éthiopie 1,587
  • 18 Suède 1,553
  • 19 Suisse 1,474
  • 20 Kenya 1,430

Entreprise de développement des Nations Unies

L’ONU a lancé Development Business en 1978 avec le soutien de la Banque mondiale et de nombreuses autres grandes banques de développement du monde entier. Aujourd’hui, Development Business est la principale publication de toutes les grandes banques multilatérales de développement, y compris la Banque africaine de développement, les agences des Nations Unies et plusieurs gouvernements nationaux, dont beaucoup ont rendu obligatoire la publication de leurs offres et contrats dans Development Business.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés