Reste du Monde
15 mai 2020

Covid-19 : Kouchner, Stiglitz, Sall, Addo plaident pour un « vaccin gratuit pour tous »

Dakar (© 2020 Afriquinfos) – Covid-19 – Dans une tribune qu’elles ont cosignée et rendue publique jeudi 14 mai, 140 […]

5 avril 2020 Afrique de l'Ouest

COVID-19 AU Sénégal : Pour mieux contenir le coronavirus le président proroge d’un mois l’état d’urgence et le couvre-feu

Dakar (© 2020 Afriquinfos) – COVID-19 au Sénégal – Ce samedi, le chef de l’Etat sénégalais Macky Sall a décidé […]

Lire la suite »
1 avril 2020 Afrique

Disparition de Pape Diouf : Macky Sall, le monde sportif marseillais et français rendent hommage à une “grande figure du sport“

Dakar (© 2020 Afriquinfos)- Depuis l’annonce du décès de Pape Diouf, les hommages ont afflué de partout pour rendre hommage […]

Lire la suite »
27 mars 2020 Afrique de l'Ouest

L’Appel de Macky Sall à l’annulation de la dette de l’Afrique, est « prématuré » Dr Ndongo Mané Kébé

Dakar (© 2020 Afriquinfos) – Le chef de l’Etat  sénégalais, Macky Sall a demandé l’annulation de la dette de l’Afrique, […]

Lire la suite »
3 mars 2020 Afrique de l'Ouest

Cas suspect de coronavirus au Sénégal : Macky Sall appelle ses concitoyens au calme

Dakar (© 2020 Afriquinfos)-Après l’annonce lundi de la détection d’un cas suspect de coronavirus sur le sol sénégalais, le président […]

Lire la suite »
13 février 2020 Afrique de l'Ouest

Interdire l’homosexualité n’a rien d’homophobe (Macky Sall)

Dakar (© 2020 Afriquinfos)-Tout en défendant l’interdiction de l’homosexualité au Sénégal, le président Macky Sall a déclaré mercredi que cette […]

Lire la suite »
29 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

La crise libyenne au cœur d’une discussion entre Tayyip Erdogan et Macky Sall

Dakar (© 2020 Afriquinfos)-Alors qu’il effectuait une visite au Sénégal, le président turc Recep Tayyip Erdogan dont le pays soutient […]

Lire la suite »
21 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

CAF Awards 2019 : Sadio Mané a présenté son trophée à Macky Sall à Londres

Londres (© 2020 Afriquinfos)- Après son rendez-vous manqué avec ses compatriotes au lendemain de son sacre comme « Joueur africain de l’année », […]

Lire la suite »
15 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

ONU/ Conseil de Sécurité : Macky Sall fait d’une meilleure représentativité de l’Afrique une « urgence légitime »

Dakar (© 2020 Afriquinfos)-  La fronde est lancée en Afrique pour exiger une meilleure représentativité du Continent au sein du […]

Lire la suite »
2 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Perspective du 3ème mandat : l’heure n’est pas encore à ce débat selon Macky Sall

Dakar (© 2020 Afriquinfos)- Face à des journalistes à l’orée de la nouvelle année, Macky Sall, n’a pas clairement répondu à […]

Lire la suite »
9 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Macky Sall apporte son soutien au peuple Burkinabé

Ouagadougou (© 2019 Afriquinfos)- C’est toute l’Afrique qui s’est sentie interpellée et touchée par l’attaque terroriste dans l’Est du Burkina, […]

Lire la suite »
28 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

Début de réconciliation acté entre les Présidents Wade et Macky Sall

Dakar (© 2019 Afriquinfos)- La Grande mosquée Massalikoul Djinan a été le théâtre des retrouvailles entre le président de la […]

Lire la suite »
25 août 2019 Afrique de l'Ouest

Deuil: Amath Dansokho, un grand combattant de la liberté, de la démocratie et du progrès des peuples (Macky Sall)

Dakar (© 2019 Afriquinfos)- Ex-leader du Parti de l’indépendance et du travail (PIT) qui fut une figure charismatique de la […]

Lire la suite »
Macky Sall (né le 11 décembre 1961) est un homme politique sénégalais qui est président du Sénégal depuis avril 2012. Il a été réélu président lors du premier tour de scrutin en février 2019 à l’élection présidentielle sénégalaise. Sous le président Abdoulaye Wade, Sall a été Premier ministre du Sénégal de juillet 2004 à juin 2007 et président de l’Assemblée nationale de juin 2007 à novembre 2008. Il a été maire de Fatick de 2002 à 2008 et a de nouveau occupé ce poste de 2009 à 2012. Sall était un membre de longue date du Parti démocratique sénégalais (PDS). Après être entré en conflit avec Wade, il a été démis de ses fonctions de président de l’Assemblée nationale en novembre 2008 ; il a par conséquent fondé son propre parti, l’APR, et a rejoint l’opposition. Se classant deuxième au premier tour de l’élection présidentielle de 2012, il a obtenu le soutien des autres candidats de l’opposition et l’a emporté sur Wade lors du deuxième tour de scrutin, qui s’est tenu le 25 mars 2012.

Macky Sall : Jeunesse

Sall était l’un des cinq enfants nés d’Amadou Abdoul Sall, qui était fonctionnaire, puis gardien et Coumba Thimbo, vendeur d’arachides.  Il a été élevé à Fatick et Futa Tooro, ainsi qu’à Mboro de 2 à 5 ans. Le père de Sall était membre du Parti socialiste du Sénégal (PS), mais, au lycée de Kaolack, Sall s’est associé aux maoïstes sous l’encouragement de son beau-frère. Au cours de ses études à l’Université de Dakar, il a été impliqué dans le mouvement marxiste-léniniste, And-Jëf, dirigé par Landing Savané. Il quitte rapidement And-Jëf, car il ne partage pas les idées du mouvement ou Savané utilise une stratégie de boycott contre le PS lors des élections de 1983, au cours desquelles Sall vote pour le libéral Abdoulaye Wade, comme il le fait à nouveau en 1988. Sall a été formé en tant qu’ingénieur géologue à l’Institut des sciences de la Terre (IST) de l’Université de Dakar puis à l’Institut national du pétrole et des moteurs (ENSPM) de l’Institut français du pétrole (IFP) à Paris. Il est membre de plusieurs associations nationales et internationales de géologues et d’ingénieurs géologues. Il a rencontré sa femme Mariéme Faye Sall en 1992 alors qu’elle était lycéenne dans la ville de Diourbel.

Macky Sall : Début de carrière politique

Sall a rejoint le Parti démocratique sénégalais (PDS) de Wade à la fin des années 1980.

Il est devenu secrétaire général de la Convention régionale du PDS à Fatick en 1998 et a été secrétaire national du PDS en charge des mines et de l’industrie. Il a été activement impliqué dans la campagne « Sopi » qui a porté Wade au pouvoir lors de l’élection présidentielle sénégalaise de 2000.

Il a été conseiller spécial pour l’énergie et les mines du président Abdoulaye Wade du 6 avril 2000 au 12 mai 2003, ainsi que directeur général de la Compagnie pétrolière du Sénégal (Société des pétroles du Sénégal, PETROSEN) du 13 décembre 2000 au 5 juillet 2001. Il est devenu ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Hydraulique le 12 mai 2001, en remplacement d’Abdoulaye Bathily qui avait été nommé vice-président de l’Assemblée nationale. Sall a été promu au rang de ministre d’État, tout en conservant son portefeuille, le 6 novembre 2002. Il est également devenu maire de Fatick le 1er juin 2002.

Le 27 août 2003, Sall est passé de son poste de ministre d’État aux Mines, à l’Énergie et à l’Hydraulique à celui de ministre d’État à l’Intérieur et aux Collectivités locales, tout en devenant porte-parole du gouvernement.

Premiership

Le 21 avril 2004, Macky Sall a été nommé Premier ministre par le président Wade, après que Wade a limogé son prédécesseur, Idrissa Seck. Le 25 avril 2004, Sall est devenu vice-président du comité directeur du PDS. Bien que Sall était peu connu au moment de sa nomination, il a fait forte impression dans son discours inaugural sur la politique générale. Sall a été directeur de la campagne de réélection de Wade pour l’élection présidentielle de février 2007, au cours de laquelle Wade a été victorieux, obtenant la majorité au premier tour. Après l’assermentation de Wade, Sall a présenté sa démission le 10 avril et a été immédiatement reconduit dans ses fonctions, le gouvernement étant inchangé. Sall est resté Premier ministre jusqu’au 19 juin 2007, faisant de lui le plus ancien des premiers ministres de Wade. Au cours de son mandat, il a déclenché plusieurs politiques présidentielles qui avaient été négligées par son prédécesseur, notamment l’autoroute Corniche de Dakar et la construction de l’aéroport international Blaise Diagne.

Président de l’Assemblée nationale

Aux élections législatives de juin 2007, Sall a été élu à l’Assemblée nationale en tant que candidat sur la liste nationale de la Coalition. Après les élections, Wade a nommé le 19 juin le ministre délégué au Budget, Cheikh Hadjibou Soumaré, en tant que Premier ministre, en remplacement de Sall, qui avait démissionné avec son gouvernement peu de temps avant de se retirer des élections. Sall a dit qu’il était fier de ce qu’il avait accompli en tant que Premier ministre.

Sall n’a pas été élu président de l’Assemblée nationale un jour plus tard, le 20 juin 2007 ; il était le seul candidat et a reçu 143 voix des 146 députés présents. Sall et Wade sont entrés en conflit plus tard en 2007 lorsque Sall a appelé le fils de Wade, Karim, président de l’Agence nationale de l’Organisation de la Conférence islamique (OCI), pour une audition à l’Assemblée nationale concernant les chantiers de construction à Dakar pour le sommet de l’OCI prévu qui doit y avoir lieu en mars 2008. Cela a été perçu comme une tentative de Sall d’affaiblir la position de Karim et peut-être d’influencer la succession présidentielle éventuelle en sa faveur, provoquant l’inimitié de Wade et de ses loyalistes au sein du PDS. En novembre 2007, le comité directeur du PDS a aboli le poste de secrétaire général adjoint de Sall, qui était le deuxième poste le plus puissant du parti, et il a décidé de soumettre un projet de loi à l’Assemblée nationale qui réduirait le mandat du président de la Assemblée nationale de cinq ans à un an. Suite au décès du chef religieux des Mourides, Serigne Saliou Mbacké, fin décembre 2007, son successeur, Serigne Mouhamadou Lamine Bara Mbacké, a demandé à Wade de pardonner à Sall ; Wade a ensuite rencontré Sall et les deux auraient fait la paix au début de janvier 2008. 

Sall est néanmoins resté en désaccord avec la direction du PDS en 2008. En septembre 2008, un député du PDS a présenté le projet de loi visant à réduire à un an le mandat du président de l’Assemblée nationale, et plus tard au cours du mois, Sall a été appelé devant le PDS Disciplinary. Comité, bien qu’il n’ait pas comparu. A cette occasion, Sall a été accusé d’initiatives personnelles conflictuelles au sein du parti ; il aurait également commis « des actes visant à saper l’image du parti et du pays », se référant notamment aux visites de Sall au Sénat de France et à la Convention de 2008 du Parti démocrate américain. Un communiqué publié par le conseiller politique de Sall a condamné la décision de discipliner Sall comme une « tentative de liquidation politique ». Le 13 octobre 2008, l’Assemblée nationale a voté la réduction du mandat du président de l’Assemblée nationale à un an; cela a été approuvé par le président Wade le 21 octobre. Malgré les efforts déterminés de Sall pour maintenir sa position, l’Assemblée nationale a voté pour sa révocation en tant que président de l’Assemblée nationale le 9 novembre 2008. Il y a eu 111 voix en faveur de sa révocation et 22 contre. Sall a rapidement annoncé qu’il démissionnait du PDS ; cette décision signifiait qu’il perdrait son siège à l’Assemblée nationale, ainsi que son siège au conseil municipal de Fatick et son poste de maire de Fatick. Il a également dit qu’il créerait un nouveau parti. Mamadou Seck a été élu pour remplacer Sall à la présidence de l’Assemblée nationale le 16 novembre 2008.

En opposition

Sall a fondé son propre parti, l’Alliance pour la République – Yaakaar (APR), le 1er décembre 2008. Le ministère de l’Intérieur a accusé Sall de blanchiment d’argent le 26 janvier 2009; Sall a nié cela et a déclaré que l’accusation était politiquement motivée. Fin février 2009, il a été décidé de ne pas poursuivre Sall faute de preuves.

 À la suite des élections locales de mars 2009 à Fatick, Sall a été réélu à son ancien poste de maire en avril 2009. Il a reçu 44 voix des 45 conseillers municipaux présents ; les cinq conseillers de la Coalition Sopi n’étaient pas présents pour le vote. Lors des mêmes élections locales, l’APR a également réussi dans la cité de Gossas, douze districts au nord du pays et trois au sud.

Dans l’intention de se présenter aux élections présidentielles de 2012, Sall a voyagé à travers le Sénégal et a rencontré des membres de la communauté sénégalaise d’outre-mer. Il a employé Jean-Pierre Pierre-Bloch [en], un ancien membre de l’Assemblée nationale française qui avait été auparavant un proche associé de Wade, comme conseiller. En 2010, un sondage a indiqué qu’il était le chef de file de la présidence à Dakar et ses environs.

Présidence

Aux élections présidentielles de 2012, Sall s’est présenté comme candidat de la coalition « Macky 2012 » [24] avec le slogan « The Path of Real Development » (« Yoonu Yookuté » en wolof). Il a fait campagne à travers le pays, sans rompre les liens avec le mouvement d’opposition «23 juin» (M23), qui a protesté contre Wade à Dakar, lui demandant de se voir interdire de briguer un troisième mandat. Le résultat initial de l’élection du 26 février 2012 a vu Sall obtenir 26,5% des voix contre les 34,8% de Wade, forçant un second tour. Lors du second tour, Sall a convaincu tous les candidats éliminés et le candidat disqualifié Youssou N’Dour de le soutenir, formant une coalition nommée « Benno Bokk Yakkar » (Wolof pour « Unis dans le même espoir »). Il y est parvenu en promettant de revenir à un mandat présidentiel de cinq ans après le mandat de sept ans que Wade avait rétabli de manière controversée ; il a également dit qu’il veillerait à ce qu’aucun dirigeant ne puisse servir plus de deux mandats. Le second tour a eu lieu le 25 mars 2012, et Wade a téléphoné à Sall à 21h30 GMT pour concéder la course avec félicitations avant que le Conseil constitutionnel ne proclame officiellement que Sall avait gagné avec 65,8% des voix. Sall a été inauguré en tant que quatrième président du Sénégal le 2 avril à l’hôtel King Fahd Palace. Le lendemain, il a nommé le technocrate et banquier Abdoul Mbaye comme son premier ministre, qui est devenu le chef d’un gouvernement limité à 25 ministres et a annoncé son intention de dissoudre l’Assemblée nationale afin de tenir des élections législatives le 1er juillet. Deux controverses ont marqué les premiers jours de mandat de Sall : sa visite à son homologue français, Nicolas Sarkozy, quelques jours avant la défaite de ce dernier aux élections présidentielles françaises de 2012 et la publication de sa fortune, un étonnant 1,3 milliard de francs CFA, largement acquis durant son mandat. en tant que Premier ministre de Wade. À l’approche des élections législatives de juillet, pour lesquelles il a réussi à préserver intacte la coalition Benno Bokk Yakaar, Sall a effectué de nombreux gestes symboliques. Conformément à sa promesse de réduire les dépenses publiques, il a réduit certains avantages ministériels, a annoncé un audit de l’administration de son prédécesseur et a annulé 59 projets et agences jugés inutiles. Il a mis fin à plusieurs contrats au sein du Palais présidentiel et a limité les salaires des directeurs d’agences, mais a également augmenté le nombre de ministres-conseillers. Il a rétabli la Cour de répression de l’enrichissement illégal et a annoncé la création d’un Office national de lutte contre la corruption (Ofnac) et d’une Commission nationale pour la restitution des biens et la récupération des biens mal acquis, ainsi que l’annulation de certains des derniers décrets et contrats signés par Wade. Pour réduire le coût de la vie, le gouvernement d’Abdoul Mbaye a baissé le prix du pétrole, du riz et du sucre. Les pensions de retraite ont été réévaluées, les agriculteurs ont reçu des subventions d’urgence et les 29 permis délivrés aux chalutiers hauturiers étrangers par le gouvernement précédent ont été annulés. Avant la nouvelle année scolaire, des conférences nationales sur l’éducation étaient prévues. Dans le domaine de la politique étrangère, Sall a chargé le ministre des Affaires étrangères Alioune Badara Cissé de renouveler les liens traditionnels du Sénégal avec le Maroc, la Mauritanie et la Gambie et de rétablir le rôle diplomatique du Sénégal en Afrique. Deux affaires juridiques difficiles ont remis en cause son engagement à ne pas interférer avec le pouvoir judiciaire : le socialiste Barthélémy Dias a été inculpé du meurtre d’un membre du PDS et le marabout Béthio Thioune, un ancien partisan de Wade a été accusé d’être impliqué dans la mort de deux de ses disciples. En février 2013, Sall a obtenu 7,5 milliards de dollars pour son plan de développement économique, baptisé «Sénégal émergent», destiné à transformer le Sénégal en une économie émergente d’ici 2035 grâce à des investissements dans l’agriculture, les infrastructures et le tourisme. Le gouvernement de Sall s’est également dirigé vers la mise en place d’un nouveau système de santé universel. Alors que l’Organisation mondiale du commerce qualifiait les plans de Sall d ‘ »ambitieux », le mécontentement populaire face à la lenteur des progrès a été signalé. En septembre 2013, Sall a limogé Mbaye et nommé le ministre de la Justice, Aminata Touré au poste de Premier ministre. Le 4 juillet 2014, elle a été révoquée en tant que Premier ministre par le Parlement après avoir échoué à remporter un siège au conseil à Dakar lors des élections locales et Macky Sall a nommé l’un de ses conseillers, Mohammed Dionne au poste de Premier ministre. En janvier 2016, Sall a soutenu les réformes constitutionnelles proposées qui limiteraient tout président à deux mandats consécutifs et ramèneraient le mandat de sept à cinq ans, conformément à sa promesse lors des élections de 2012. Le Conseil constitutionnel a refusé d’autoriser Sall à raccourcir son propre mandat, mais a permis que les autres changements soient soumis à un référendum, au grand désarroi de certains des anciens partisans de Sall. Des manifestations et des affrontements violents ont précédé le référendum, qui s’est déroulé le 20 mars 2016 avec 63% de voix pour et une participation légèrement supérieure à 40%. Lors de l’élection présidentielle sénégalaise de 2019, Sall a été réélu avec 58% des voix.

Macky Sall : Honneurs

Le président Sall a reçu le prix Sunhak pour la paix 2020 pour avoir réussi à raccourcir le mandat présidentiel de sept à cinq ans et à relancer l’économie grâce à des politiques transparentes, répandant ainsi une démocratie mature dans les pays voisins du continent africain où la dictature à long terme et la pauvreté abondent encore.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés