Afrique de l'Est
6 avril 2020

Coronavirus: la Fédération de football du Burundi décide la poursuite de ses championnats

Coronavirus au Burundi – La Fédération de football du Burundi (FFB), réunie en assemblée générale extraordinaire dimanche à Bujumbura, a […]

1 avril 2020 Afrique de l'Est

Le Burundi annonce ses deux premiers cas de Covid-19

Le ministre burundais de la Santé a annoncé mardi soir deux premiers cas de nouveau coronavirus au Burundi, les premiers […]

Lire la suite »
31 mars 2020 Afrique de l'Est

Le Burundi épargné par le COVID-19 par Dieu selon ses dirigeants

Bujumbura (© 2020 Afriquinfos)- Covid-19 au Burundi : Le Burundi, pays chrétien de l’Afrique des Grands Lacs,  n’a enregistré jusqu’à […]

Lire la suite »
11 mars 2020 Afrique Centrale

Burundi : à 2 mois des élections, le risque d’atrocités reste important, selon des enquêteurs de l’ONU

Genève (© 2020 Afriquinfos)-Alors que le Burundi s’apprête à vivre les élections présidentielles et parlementaires dans un intervalle de deux […]

Lire la suite »
Afrique Centrale

Prochaine présidentielle au Burundi: six candidatures retenues

Bujumbura (© 2020 Afriquinfos)-« Au total, dix candidats ont présenté des dossiers de candidature à l’élection présidentielle. (Ils) ont été soumis […]

Lire la suite »
21 février 2020 Afrique Centrale

Burundi : l’arrestation et la condamnation de 4 journalistes fait réagir l’ONU

Bujumbura  (© 2020 Afriquinfos)- Des peines de prison fermes ont été prononcées en janvier dernier contre 4 journalistes burundais  arrêtés […]

Lire la suite »
20 février 2020 Afrique de l'Ouest

Burundi: le président Nkurunziza nommé « guide suprême du patriotisme »

L’Assemblée nationale du Burundi a adopté mercredi un projet de loi qui élève au rang de « guide suprême du patriotisme » […]

Lire la suite »
10 février 2020 Afrique Centrale

Cameroun : les premières élections des conseillers régionaux seront « bientôt » organisées (Paul Biya)

Yaoundé (© 2020 Afriquinfos)- Le président camerounais Paul Biya s’exprimant ce dimanche, jour du double scrutin législatif et municipal, a […]

Lire la suite »
31 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Burundi: quatre journalistes condamnés à deux ans et demi de prison

La justice burundaise a condamné à deux ans et demi de prison quatre journalistes arrêtés le 22 octobre alors qu’ils […]

Lire la suite »
27 janvier 2020 Burundi

Burundi : Evariste Ndayishimiye candidat du pouvoir au scrutin de mai

Bujumbura (© 2020 Afriquinfos)-Alors que Pierre Nkurunziza sera au terme de son mandat en mai, un des hommes clés du […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Burundi: Evariste Ndayishimiye, le nouveau visage du régime burundais

Le général Evariste Ndayishimiye, désigné dimanche candidat à la présidentielle de mai par le parti au pouvoir au Burundi, est […]

Lire la suite »
23 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Burundi: 500.000 euros et une villa pour le président sortant Nkurunziza

Une villa de « très haut standing », un chèque d’environ 500.000 euros, un salaire à vie: voici les principaux avantages dont […]

Lire la suite »
16 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Le président du Burundi à nouveau débouté dans sa procédure en diffamation contre France 3

Le président burundais Pierre Nkurunziza a de nouveau perdu jeudi le procès en diffamation qu’il avait intenté contre France 3, […]

Lire la suite »

Le Burundi officiellement la République du Burundi est un pays enclavé de la vallée du Grand Rift où convergent la région des Grands Lacs africains et l’Afrique de l’Est. Il est bordé par le Rwanda au nord, la Tanzanie à l’est et au sud-est et la République démocratique du Congo à l’ouest ; Le lac Tanganyika se trouve le long de sa frontière sud-ouest. La capitale est Bujumbura. Les peuples Twa, Hutu et Tutsi vivent au Burundi depuis au moins 500 ans. Pendant plus de 200 de ces années, le Burundi a été un royaume indépendant, jusqu’au début du 20e siècle, lorsque l’Allemagne a colonisé la région. Après la Première Guerre mondiale et la défaite de l’Allemagne, elle cède le territoire à la Belgique. Les Allemands et les Belges ont gouverné le Burundi et le Rwanda en tant que colonie européenne connue sous le nom de Ruanda-Urundi. Malgré les idées fausses courantes, le Burundi et le Rwanda n’avaient jamais été soumis à une règle commune jusqu’au moment de la colonisation européenne. Le Burundi a accédé à l’indépendance en 1962 et avait initialement une monarchie, mais une série d’assassinats, de coups d’État et d’un climat général d’instabilité régionale a abouti à la création d’une république et d’un État à parti unique en 1966. Bouts de nettoyage ethnique et finalement deux guerres civiles et les génocides des années 1970 et de nouveau dans les années 1990 ont laissé l’économie sous-développée et la population parmi les plus pauvres du monde. Les présidents rwandais et burundais, tous deux hutus, sont décédés ensemble lorsque leur avion a été abattu en avril 1994. 2015 a été témoin de troubles politiques à grande échelle alors que le président Pierre Nkurunziza a choisi de briguer un troisième mandat, une tentative de coup d’État a échoué et le pays a échoué. Les élections parlementaires et présidentielles ont été largement critiquées par les membres de la communauté internationale.

L’État souverain du système politique du Burundi est celui d’une république démocratique représentative présidentielle basée sur un État multipartite. Le président du Burundi est le chef de l’État et le chef du gouvernement. Le Burundi compte actuellement 21 partis enregistrés. Le 13 mars 1992, le chef du coup d’État tutsi Pierre Buyoya a établi une constitution qui prévoyait un processus politique multipartite et reflétait la concurrence multipartite. Six ans plus tard, le 6 juin 1998, la Constitution a été modifiée, élargissant les sièges de l’Assemblée nationale et prévoyant deux vice-présidents. En raison de l’Accord d’Arusha, le Burundi a promulgué un gouvernement de transition en 2000. En octobre 2016, le Burundi a informé l’ONU de son intention de se retirer de la Cour pénale internationale. Le Burundi reste principalement une société rurale, avec seulement 13,4% de la population vivant dans les zones urbaines en 2019. La densité de la population d’environ 315 personnes par kilomètre carré (753 par km²) est la deuxième plus élevée d’Afrique subsaharienne. Environ 85% de la population sont d’origine ethnique hutue, 15% sont tutsis et moins de 1% sont des Twa indigènes. Les langues officielles du Burundi sont le kirundi, le français et l’anglais, le kirundi étant reconnu officiellement comme la seule langue nationale.

L’un des plus petits pays d’Afrique, le Burundi a un climat équatorial. Le Burundi fait partie du Rift Albertin, l’extension ouest du Rift Est Africain. Le pays se trouve sur un plateau vallonné au centre de l’Afrique. Le plus haut sommet, le mont Heha, à 2 685 m (8 810 pieds), se situe au sud-est de la plus grande ville, Bujumbura. La source la plus éloignée du Nil est le fleuve Ruvyironza dans la province de Bururi au Burundi, le Nil est relié du lac Victoria à ses eaux d’amont via le fleuve Kagera au fleuve Ruvyironza. Un autre lac majeur est le lac Tanganyika, situé dans une grande partie du coin sud-ouest du Burundi. Il y a deux parcs nationaux, le parc national de Kibira au nord-ouest (une petite région de forêt tropicale, adjacente au parc national de la forêt de Nyungwe au Rwanda) et le parc national de Ruvubu au nord-est (le long de la rivière Rurubu, également connu sous le nom de Ruvubu ou Ruvuvu) . Les deux ont été créés en 1982 pour conserver les populations d’animaux sauvages. Les terres du Burundi sont principalement agricoles ou pastorales. La colonisation par les populations rurales a entraîné la déforestation, l’érosion des sols et la perte d’habitat. La déforestation de l’ensemble du pays est presque entièrement due à la surpopulation, avec seulement 600 km2 (230 mi2) restants et une perte continue d’environ 9% par an. Outre la pauvreté, les Burundais doivent souvent faire face à la corruption, à la faiblesse des infrastructures, au mauvais accès aux services de santé et d’éducation et à la faim. Le Burundi est densément peuplé et a connu une émigration importante alors que les jeunes cherchent des opportunités ailleurs. Le World Happiness Report 2018 a classé le Burundi comme la nation la moins heureuse du monde avec un rang de 156.

L’histoire du Burundi

Le Burundi est l’un des rares pays d’Afrique, avec son voisin le Rwanda entre autres (comme le Botswana, le Lesotho et Eswatini), à être la continuation territoriale directe d’un État africain de l’ère précoloniale. Les débuts de l’histoire du Burundi, et en particulier le rôle et la nature des trois groupes ethniques dominants du pays ; les Twa, les Hutus et les Tutsis font l’objet d’un vif débat parmi les universitaires. Cependant, il est important de noter que la nature de la culture et des groupes ethniques est toujours fluide et changeante. Bien que les groupes aient pu migrer vers la région à différents moments et en tant que groupes ethniques distinctement différents, les distinctions actuelles sont des constructions socioculturelles contemporaines. Initialement, les différents groupes ethniques vivaient ensemble dans une paix relative. Les premiers conflits entre groupes ethniques remontent au XVIIe siècle, lorsque les terres devenaient de plus en plus rares en raison de la croissance continue de la population.

Royaume du Burundi

La première preuve de l’état burundais remonte à la fin du XVIe siècle où il a émergé sur les contreforts orientaux. Au cours des siècles suivants, il s’agrandit, annexant de plus petits voisins. Le Royaume du Burundi, ou Urundi, dans la région des Grands Lacs était un régime gouverné par un monarque traditionnel avec plusieurs princes sous lui; les luttes de succession étaient courantes. Le roi, connu sous le nom de mwami (traduit par souverain), dirigeait une aristocratie princière (ganwa) qui possédait la plupart des terres et exigeait un tribut ou une taxe des agriculteurs locaux (principalement hutus) et des éleveurs (principalement tutsis). Le Royaume du Burundi était caractérisé par une autorité politique hiérarchique et des échanges économiques tributaires. Au milieu du XVIIIe siècle, la royauté tutsie a consolidé l’autorité sur la terre, la production et la distribution avec le développement de l’ubugabire, une relation patron-client dans laquelle la population a reçu la protection royale en échange d’un hommage et d’un régime foncier. À cette époque, la cour royale était composée des Tutsi-Banyaruguru, ils avaient un statut social plus élevé que d’autres pasteurs tels que les Tutsi-Hima. Dans les niveaux inférieurs de cette société se trouvaient généralement des Hutus, et tout en bas de la pyramide se trouvaient les Twa. Le système avait cependant une certaine fluidité, certains Hutus appartenaient à la noblesse et avaient ainsi leur mot à dire dans le fonctionnement de l’État. La classification des Hutus ou des Tutsis ne reposait pas uniquement sur des critères ethniques. Les agriculteurs hutus qui ont réussi à acquérir de la richesse et du bétail ont régulièrement obtenu le statut social supérieur des Tutsis, certains ont même réussi à devenir de proches conseillers des Ganwa. D’un autre côté, il y a également des informations selon lesquelles des Tutsis auraient perdu tout leur bétail et par la suite perdu leur statut supérieur et étaient appelés Hutus. Ainsi, la distinction entre Hutu et Tutsi était également un concept socioculturel, au lieu d’un concept purement ethnique. De nombreux rapports ont également fait état de mariages entre Hutus et Tutsis. En général, les liens régionaux et les luttes tribales pour le pouvoir ont joué un rôle beaucoup plus déterminant dans la politique du Burundi que l’ethnicité. Le Burundi a cessé d’être une monarchie lorsque le roi Ntare V Ndizeye a été destitué par son Premier ministre et chef d’état-major, le capitaine Michel Micombero, qui a aboli la monarchie et déclaré une république après le coup d’État de novembre 1966.

La colonisation

À partir de 1884, la Compagnie allemande de l’Afrique de l’Est était active dans la région des Grands Lacs africains. Du fait de l’intensification des tensions et des différends frontaliers entre la German East Africa Company, l’Empire britannique et le Sultanat de Zanzibar, l’Empire allemand a été appelé à réprimer les révoltes d’Abushiri et à protéger les intérêts de l’empire dans la région. La German East Africa Company a transféré ses droits à l’Empire allemand en 1891, créant ainsi la colonie allemande de l’Afrique de l’Est allemande, qui comprenait le Burundi (Urundi), le Rwanda (Ruanda) et la partie continentale de la Tanzanie (anciennement connue sous le nom de Tanganyika). L’empire allemand a stationné des forces armées au Rwanda et au Burundi à la fin des années 1880. L’emplacement de la ville actuelle de Gitega a servi de centre administratif pour la région du Ruanda-Urundi. Pendant la Première Guerre mondiale, la campagne d’Afrique de l’Est a grandement affecté la région des Grands Lacs africains. Les puissances alliées, l’Empire britannique et la Belgique ont lancé une attaque coordonnée contre la colonie allemande. L’armée allemande stationnée au Burundi a été forcée de battre en retraite par la supériorité numérique de l’armée belge et le 17 juin 1916, le Burundi et le Rwanda étaient occupés. La Force Publique et la British Lake Force ont alors lancé une poussée pour capturer Tabora, un centre administratif du centre de l’Afrique orientale allemande. Après la guerre, comme indiqué dans le traité de Versailles, l’Allemagne a été forcée de céder le « contrôle » de la partie occidentale de l’ancienne Afrique orientale allemande à la Belgique. Le 20 octobre 1924, le Ruanda-Urundi, qui comprenait le Rwanda et le Burundi d’aujourd’hui, est devenu un territoire sous mandat de la Ligue des Nations belge, avec Usumbura comme capitale. En termes pratiques, il était considéré comme faisant partie de l’empire colonial belge. Le Burundi, dans le cadre du Ruanda-Urundi, a poursuivi sa dynastie royale malgré l’invasion des Européens. Les Belges, cependant, ont conservé de nombreuses institutions du royaume, la monarchie burundaise a réussi à survivre dans la période post-coloniale. Après la Seconde Guerre mondiale, le Ruanda-Urundi a été classé comme territoire sous tutelle des Nations Unies sous l’autorité administrative belge. Au cours des années 40, une série de politiques ont provoqué des divisions dans tout le pays. Le 4 octobre 1943, les pouvoirs ont été divisés dans la division législative du gouvernement du Burundi entre les chefferies et les chefferies inférieures. Des chefferies étaient responsables des terres et des sous-chefferies inférieures ont été créées. Les autorités autochtones avaient également des pouvoirs. En 1948, la Belgique a autorisé la région à former des partis politiques. Ces factions ont contribué à l’indépendance du Burundi vis-à-vis de la Belgique, le 1er juillet 1962.

Indépendance

Le 20 janvier 1959, le dirigeant burundais Mwami Mwambutsa IV a demandé l’indépendance du Burundi de la Belgique et la dissolution de l’union Ruanda-Urundi. Au cours des mois suivants, les partis politiques burundais ont commencé à plaider pour la fin de la domination coloniale belge et la séparation du Rwanda et du Burundi. Le premier et le plus grand de ces partis politiques était l’Union pour le progrès national (UPRONA). La poussée du Burundi pour l’indépendance a été influencée par la révolution rwandaise et l’instabilité et le conflit ethnique qui y ont accompagné. À la suite de la révolution rwandaise, de nombreux réfugiés tutsis rwandais sont arrivés au Burundi au cours de la période de 1959 à 1961. Les premières élections au Burundi ont eu lieu le 8 septembre 1961 et l’UPRONA, parti d’unité multiethnique dirigé par le prince Louis Rwagasore, a remporté un peu plus de 80% des voix de l’électorat. Au lendemain des élections, le 13 octobre, le prince Rwagasore, 29 ans, a été assassiné, privant le Burundi de ses nationalistes les plus populaires et les plus connus. Le pays a revendiqué son indépendance le 1er juillet 1962 et a légalement changé son nom du Ruanda-Urundi en Burundi. Le Burundi est devenu une monarchie constitutionnelle avec Mwami Mwambutsa IV, le père du prince Rwagasore, servant de roi du pays. [46] Le 18 septembre 1962, le Burundi a rejoint les Nations Unies. En 1963, le roi Mwambutsa a nommé un premier ministre hutu, Pierre Ngendandumwe, mais il a été assassiné le 15 janvier 1965 par un Tutsi rwandais employé par l’ambassade des États-Unis. L’assassinat s’est produit dans le contexte plus large de la crise du Congo, au cours de laquelle les pays anticommunistes occidentaux ont affronté la République populaire communiste de Chine alors qu’elle tentait de faire du Burundi une base logistique pour les insurgés communistes combattant au Congo. Les élections législatives de mai 1965 ont réuni une majorité de Hutus au Parlement, mais lorsque le roi Mwambutsa a nommé un Premier ministre tutsi, certains Hutus ont estimé que cela était injuste et les tensions ethniques ont encore augmenté. En octobre 1965, une tentative de coup d’État menée par la police dominée par les Hutus a été menée mais a échoué. L’armée dominée par les Tutsis, alors dirigée par l’officier tutsi, le capitaine Michel Micombero, a purgé les Hutus de leurs rangs et mené des attaques de représailles qui ont finalement coûté la vie à près de 5000 personnes en précurseur du génocide burundais de 1972.

Le roi Mwambutsa, qui avait fui le pays lors du coup d’État d’octobre 1965, a été destitué par un coup d’État en juillet 1966 et son fils adolescent, le prince Ntare V, a accédé au trône. En novembre de la même année, le Premier ministre tutsi, alors capitaine Michel Micombero, a procédé à un autre coup d’État, déposant cette fois Ntare, abolissant la monarchie et déclarant la nation république, bien que son gouvernement à parti unique soit en réalité une dictature militaire. En tant que président, Micombero est devenu un défenseur du socialisme africain et a reçu le soutien de la République populaire de Chine. Il a imposé un solide régime de maintien de l’ordre et réprimé brutalement le militarisme hutu.

Guerre civile et génocides

Fin avril 1972, deux événements ont conduit au déclenchement du premier génocide burundais de la famine de busu. Le 27 avril 1972, une rébellion dirigée par des membres hutus de la gendarmerie a éclaté dans les villes au bord du lac de Rumonge et Nyanza-Lac et les rebelles ont déclaré la République Martyazo de courte durée. Les rebelles ont attaqué à la fois les Tutsi et tout Hutu qui refusait de rejoindre leur rébellion. Au cours de cette première épidémie hutue, de 800 à 1 200 personnes ont été tuées. Dans le même temps, le roi Ntare V du Burundi est revenu d’exil, exacerbant les tensions politiques dans le pays. Le 29 avril 1972, Ntare V, 24 ans, a été assassiné. Au cours des mois suivants, le gouvernement dominé par les Tutsis, Michel Micombero, a utilisé l’armée pour combattre les rebelles hutus et commettre le génocide, tuant des membres ciblés de la majorité hutue. Le nombre total de victimes n’a jamais été établi, mais les estimations contemporaines placent le nombre de personnes tuées entre 80 000 et 210 000. En outre, plusieurs centaines de milliers de Hutus auraient fui les tueries au Zaïre, au Rwanda et en Tanzanie. Après la guerre civile et le génocide, Micombero est devenu mentalement désemparé et s’est retiré. En 1976, le colonel Jean-Baptiste Bagaza, un Tutsi, a mené un coup d’État sans effusion de sang pour renverser Micombero et a entrepris de promouvoir la réforme. Son administration a rédigé une nouvelle constitution en 1981, qui maintient le statut du Burundi en tant qu’État à parti unique. En août 1984, Bagaza a été élu chef de l’État. Pendant son mandat, Bagaza a supprimé les opposants politiques et les libertés religieuses. Le major Pierre Buyoya (Tutsi) a renversé Bagaza en 1987, suspendu la constitution et dissous les partis politiques. Il a rétabli le régime militaire par un Comité militaire pour le salut national (CSMN). La propagande ethnique anti-tutsie diffusée par les restes de l’UBU de 1972, qui s’était réorganisée sous le nom de PALIPEHUTU en 1981, a conduit au massacre de paysans tutsi dans les communes du nord de Ntega et Marangara en août 1988. Le gouvernement a fixé le nombre de morts à 5 000 personnes. ; certaines ONG internationales pensaient que cela minimisait les décès.

Le nouveau régime n’a pas déclenché les dures représailles de 1972. Ses efforts pour gagner la confiance du public ont été érodés lorsqu’il a décrété une amnistie pour ceux qui avaient réclamé, exécuté et reconnu le mérite des meurtres. Les analystes ont qualifié cette période de début de «culture d’impunité». D’autres analystes ont fait remonter les origines de la « culture de l’impunité » plus tôt, en 1965 et 1972, lorsqu’un petit nombre de Hutus identifiables ont déclenché des massacres massifs de Tutsis. Au lendemain des tueries, un groupe d’intellectuels hutus a écrit une lettre ouverte à Pierre Buyoya, demandant une plus grande représentation des Hutus dans l’administration. Ils ont été arrêtés et emprisonnés. Quelques semaines plus tard, Buyoya a nommé un nouveau gouvernement, avec un nombre égal de ministres hutu et tutsi. Il a nommé Adrien Sibomana (Hutu) Premier ministre. Buyoya a également créé une commission pour traiter des questions d’unité nationale. En 1992, le gouvernement a créé une nouvelle constitution qui prévoyait un système multipartite, mais une guerre civile a éclaté. On estime que 250 000 personnes au total sont mortes au Burundi des divers conflits survenus entre 1962 et 1993. Depuis l’indépendance du Burundi en 1962, deux génocides ont eu lieu dans le pays : les massacres de Hutus de 1972 par l’armée dominée par les Tutsi et les massacres de masse des Tutsis en 1993 par la majorité hutue. Tous deux ont été décrits comme des génocides dans le rapport final de la Commission internationale d’enquête sur le Burundi présenté en 2002 au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Première tentative de démocratie et de guerre entre l’armée nationale tutsie et la population hutue

En juin 1993, Melchior Ndadaye, chef du Front pour la démocratie dominée par les Hutus au Burundi (FRODEBU), a remporté les premières élections démocratiques. Il est devenu le premier chef d’État hutu, à la tête d’un gouvernement pro-hutu. En octobre 1993, des soldats tutsis ont assassiné Ndadaye, un acte qui a entraîné la mort de centaines de Hutus par les soldats tutsis. En effet, l’armée et la police burundaises étaient à plus de 90% tutsis, tous les officiers supérieurs étant tutsis. Les Hutus ont riposté en tuant quelques Tutsis dans les zones rurales et en formant ensuite un groupe de lebel. Cela a conduit à des années de violence entre les rebelles hutus et l’armée majoritaire tutsie. On estime que quelque 300 000 personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées dans les années qui ont suivi l’assassinat.

Début 1994, le Parlement a élu Cyprien Ntaryamira (Hutu) au poste de président. Lui et Juvénal Habyarimana, le président du Rwanda, tous deux hutus, sont morts ensemble lorsque leur avion a été abattu en avril 1994. D’autres réfugiés ont commencé à fuir vers le Rwanda. Le président du Parlement, Sylvestre Ntibantunganya (Hutu), a été nommé président en octobre 1994. Un gouvernement de coalition comprenant 12 des 13 partis a été formé. Un massacre général redouté a été évité, mais la violence a éclaté. Un certain nombre de réfugiés hutus à Bujumbura, alors capitale, ont été tués. L’Union principalement tutsie pour le progrès national s’est retirée du gouvernement et du parlement. En 1996, Pierre Buyoya (Tutsi) a de nouveau pris le pouvoir par un coup d’État. Il a suspendu la constitution et a prêté serment en tant que président en 1998. C’était le début de son deuxième mandat en tant que président, après son premier mandat de 1987 à 1993. En réponse aux attaques des rebelles, le gouvernement a forcé une grande partie de la population à se réfugier camps. Sous le règne de Buyoya, de longs pourparlers de paix ont commencé, sous la médiation de l’Afrique du Sud. Les deux parties ont signé des accords à Arusha, en Tanzanie et à Pretoria, en Afrique du Sud, pour partager le pouvoir au Burundi. Il a fallu quatre ans pour planifier les accords.

Le 28 août 2000, un gouvernement de transition pour le Burundi était prévu dans le cadre de l’Accord de paix et de réconciliation d’Arusha. Le gouvernement de transition a été placé à titre d’essai pendant cinq ans. Après plusieurs cessez-le-feu avortés, un plan de paix de 2001 et un accord de partage du pouvoir ont relativement bien réussi. Un cessez-le-feu a été signé en 2003 entre le gouvernement burundais sous contrôle tutsi et le plus grand groupe rebelle hutu, le CNDD-FDD (Conseil national pour la défense de la démocratie-Forces pour la défense de la démocratie). En 2003, Domitien Ndayizeye (Hutu), chef du FRODEBU, a été élu président. Début 2005, des quotas ethniques ont été constitués pour déterminer les postes au sein du gouvernement burundais. Tout au long de l’année, des élections au Parlement et au président ont eu lieu. Pierre Nkurunziza (Hutu), ancien chef d’un groupe rebelle, a été élu président en 2005. En 2008, le gouvernement burundais s’entretenait avec les Palipehutu-Forces de libération nationale (NLF) dirigées par les Hutus pour ramener la paix dans le pays.

Accords de paix

Les dirigeants africains ont entamé une série de pourparlers de paix entre les factions belligérantes à la suite d’une demande du Secrétaire général des Nations Unies Boutros Boutros-Ghali d’intervenir dans la crise humanitaire. Des pourparlers ont été entamés sous l’égide de l’ancien président tanzanien Julius Nyerere en 1995; après sa mort, le président sud-africain Nelson Mandela a pris la barre. Alors que les pourparlers progressaient, le président sud-africain Thabo Mbeki et le président américain Bill Clinton ont également prêté leur poids respectif. Les pourparlers de paix ont pris la forme de médiations de la voie I. Cette méthode de négociation peut être définie comme une forme de diplomatie impliquant des représentants gouvernementaux ou intergouvernementaux, qui peuvent utiliser leur réputation positive, la médiation ou la méthode « carotte et bâton » comme moyen d’obtenir ou de forcer un résultat, souvent sur le modèle de  » négociation « ou » gagnant-perdant « . L’objectif principal était de transformer le gouvernement burundais et l’armée de manière structurelle afin de combler le fossé ethnique entre les Tutsis et les Hutus. Elle devait se dérouler en deux grandes étapes. Premièrement, un gouvernement transitoire de partage du pouvoir serait mis en place, les présidents occupant un poste de trois ans. Le deuxième objectif impliquait une restructuration des forces armées, où les deux groupes seraient représentés également. Comme le montre la nature prolongée des pourparlers de paix, les médiateurs et les parties aux négociations se sont heurtés à plusieurs obstacles. Premièrement, les responsables burundais ont perçu les objectifs comme « irréalistes » et ont considéré le traité comme ambigu, contradictoire et déroutant. Deuxièmement, et c’est peut-être le plus important, les Burundais pensaient que le traité serait hors de propos sans un cessez-le-feu d’accompagnement. Cela nécessiterait des entretiens séparés et directs avec les groupes rebelles. Le principal parti hutu était sceptique quant à l’offre d’un gouvernement de partage du pouvoir ; ils ont allégué qu’ils avaient été trompés par les Tutsi dans les accords passés. En 2000, le président burundais a signé le traité, ainsi que 13 des 19 factions hutues et tutsies en guerre. Des désaccords persistaient quant au groupe qui présiderait le gouvernement naissant et au moment où le cessez-le-feu commencerait. Les spoilers des pourparlers de paix étaient les groupes extrémistes tutsis et hutus qui ont refusé de signer l’accord ; en conséquence, la violence s’est intensifiée. Trois ans plus tard, lors d’un sommet des dirigeants africains en Tanzanie, le président burundais et le principal groupe d’opposition hutu ont signé un accord pour mettre fin au conflit ; les membres signataires ont obtenu des postes ministériels au sein du gouvernement. Cependant, de plus petits groupes militants hutus tels que les Forces de libération nationale sont restés actifs.

Participation de l’ONU

Entre 1993 et ​​2003, de nombreux cycles de pourparlers de paix, supervisés par des dirigeants régionaux en Tanzanie, en Afrique du Sud et en Ouganda, ont progressivement établi des accords de partage du pouvoir pour satisfaire la majorité des groupes en lice. Initialement, le Détachement sud-africain de soutien à la protection a été déployé pour protéger les dirigeants burundais de retour d’exil. Ces forces sont devenues partie intégrante de la Mission de l’Union africaine au Burundi, déployée pour aider à superviser l’installation d’un gouvernement de transition. En juin 2004, l’ONU est intervenue et a assumé des responsabilités de maintien de la paix, signe d’un soutien international croissant au processus de paix déjà nettement avancé au Burundi. Le mandat de la mission, au titre du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, a été de surveiller le cessez-le-feu; procéder au désarmement, à la démobilisation et à la réintégration des anciens combattants; soutenir l’aide humanitaire et le retour des réfugiés et des déplacés internes; aider aux élections; protéger le personnel international et les civils burundais; surveiller les frontières délicates du Burundi, y compris l’arrêt des flux d’armes illicites; et aider à la mise en œuvre des réformes institutionnelles, notamment celles de la Constitution, du pouvoir judiciaire, des forces armées et de la police. La mission a reçu 5 650 militaires, 120 policiers civils et environ 1 000 civils internationaux et locaux. La mission fonctionne bien. Il a grandement bénéficié du gouvernement de transition, qui a fonctionné et est en train de passer à un gouvernement qui sera élu par le peuple.

Au début, la principale difficulté a été la résistance persistante au processus de paix du dernier groupe rebelle nationaliste hutu. Cette organisation a poursuivi son violent conflit à la périphérie de la capitale malgré la présence de l’ONU. En juin 2005, le groupe avait cessé les combats et ses représentants ont été réintégrés dans le processus politique. Tous les partis politiques ont accepté une formule de partage du pouvoir interethnique : aucun parti politique ne peut avoir accès aux bureaux du gouvernement s’il n’est pas ethniquement intégré. La mission de l’ONU avait pour objectif de consacrer les accords de partage du pouvoir dans une constitution votée par le peuple, afin que des élections puissent avoir lieu et qu’un nouveau gouvernement soit installé. Le désarmement, la démobilisation et la réintégration se sont déroulés parallèlement à la préparation des élections. En février 2005, la Constitution a été approuvée avec plus de 90% des suffrages exprimés. En mai, juin et août 2005, trois élections distinctes ont également eu lieu au niveau local pour le Parlement et la présidence. Bien qu’il y ait encore des difficultés avec le retour des réfugiés et la fourniture de vivres adéquats à la population fatiguée par la guerre, la mission a réussi à gagner la confiance de la majorité des anciens chefs belligérants, ainsi que de la population en général. Il a participé à plusieurs projets « à effet rapide », dont la réhabilitation et la construction d’écoles, d’orphelinats, de dispensaires et la reconstruction d’infrastructures telles que des conduites d’eau.

2006 à 2015

Les efforts de reconstruction au Burundi ont commencé à prendre pratiquement effet après 2006. L’ONU a suspendu sa mission de maintien de la paix et s’est recentrée sur l’aide à la reconstruction. Pour parvenir à la reconstruction économique, le Rwanda, la République démocratique du Congo et le Burundi ont relancé la Communauté économique régionale des pays des Grands Lacs. En outre, le Burundi et le Rwanda ont rejoint la Communauté de l’Afrique de l’Est en 2007. Cependant, les termes du cessez-le-feu de septembre 2006 entre le gouvernement et le dernier groupe d’opposition armé restant, le FLN (Forces pour la libération nationale, également appelé NLF ou FROLINA), n’ont pas été totalement appliqués, et des membres supérieurs du FLN ont ensuite quitté l’équipe de surveillance de la trêve, affirmant que leur sécurité était menacée. En septembre 2007, des factions rivales du FLN se sont affrontées dans la capitale, tuant 20 combattants et faisant fuir les habitants. Des raids rebelles ont été signalés dans d’autres parties du pays. Les factions rebelles n’étaient pas d’accord avec le gouvernement sur le désarmement et la libération des prisonniers politiques. Fin 2007 et début 2008, des combattants du FLN ont attaqué des camps protégés par le gouvernement où vivaient d’anciens combattants. Les maisons des habitants des zones rurales ont également été pillées. Le rapport d’Amnesty International de 2007 mentionne de nombreux domaines dans lesquels des améliorations sont nécessaires. Les civils sont victimes d’actes de violence répétés commis par le FLN. Ce dernier recrute également des enfants soldats. Le taux de violence à l’égard des femmes est élevé. Les auteurs échappent régulièrement aux poursuites et aux sanctions de l’État. Il est urgent de réformer le système judiciaire. Le génocide, les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité restent impunis. La création d’une commission vérité et réconciliation et d’un tribunal spécial pour les enquêtes et les poursuites n’a pas encore été mise en œuvre. La liberté d’expression est limitée ; des journalistes sont fréquemment arrêtés pour avoir exercé des activités professionnelles légitimes. Au total, 38 087 réfugiés burundais ont été rapatriés entre janvier et novembre 2007. Fin mars 2008, le FLN a demandé au Parlement d’adopter une loi lui garantissant une « immunité provisoire» contre l’arrestation. Cela couvrirait les crimes ordinaires, mais pas les violations graves du droit international humanitaire comme les crimes de guerre ou les crimes contre l’humanité. Même si le gouvernement a accordé cette autorisation à la population par le passé, le FLN n’a pas pu obtenir l’immunité provisoire.

Le 17 avril 2008, le FLN a bombardé Bujumbura. L’armée burundaise a riposté et le FLN a subi de lourdes pertes. Un nouveau cessez-le-feu a été signé le 26 mai 2008. En août 2008, le président Nkurunziza a rencontré le chef du FLN, Agathon Rwasa, avec la médiation de Charles Nqakula, ministre sud-africain de la sûreté et de la sécurité. Il s’agissait de la première réunion directe depuis juin 2007. Tous deux ont convenu de se réunir deux fois par semaine pour créer une commission chargée de résoudre tout différend qui pourrait survenir lors des négociations de paix. Les camps de réfugiés ferment maintenant et 450 000 réfugiés sont rentrés. L’économie du pays est bouleversée – en 2011, le Burundi avait l’un des revenus bruts par habitant les plus bas du monde. Avec le retour des réfugiés, entre autres, des conflits de propriété ont commencé. Le Burundi participe désormais aux missions de maintien de la paix de l’Union africaine, y compris la mission en Somalie contre les militants d’Al-Shabaab.

Troubles 2015

En avril 2015, des manifestations ont éclaté après que le parti au pouvoir a annoncé que le président Pierre Nkurunziza demanderait un troisième mandat. Les manifestants ont affirmé que Nkurunziza ne pouvait pas briguer un troisième mandat, mais la cour constitutionnelle du pays était d’accord avec le président (bien que certains de ses membres aient fui le pays au moment de son vote). Une tentative de coup d’État le 13 mai n’a pas permis de déposer Nkurunziza. Il est retourné au Burundi, a commencé à purger son gouvernement et a arrêté plusieurs des dirigeants du coup d’État. Suite à la tentative de coup d’État, les manifestations se sont toutefois poursuivies et plus de 100 000 personnes avaient fui le pays au 20 mai, provoquant une urgence humanitaire. Des informations font état de violations continues et généralisées des droits de l’homme, notamment des homicides illégaux, des actes de torture, des disparitions et des restrictions à la liberté d’expression. Malgré les appels des Nations Unies, de l’Union africaine, des États-Unis, de la France, de l’Afrique du Sud, de la Belgique et de divers autres gouvernements, le parti au pouvoir a organisé des élections législatives le 29 juin, mais celles-ci ont été boycottées par l’opposition.

La commission d’enquête

Le 30 septembre 2016, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a créé la Commission d’enquête sur le Burundi par la résolution 33/24. Son mandat est de « mener une enquête approfondie sur les violations et violations des droits humains commises au Burundi depuis avril 2015, d’identifier les auteurs présumés et de formuler des recommandations ». Le Conseil des droits de l’homme a prolongé le mandat de la Commission pour une nouvelle année en septembre 2017. Le 29 septembre 2017, la commission d’enquête sur le Burundi a appelé le gouvernement burundais à mettre fin aux graves violations des droits de l’homme. Il a en outre souligné que « le gouvernement burundais a jusqu’à présent refusé de coopérer avec la commission d’enquête, malgré les demandes et initiatives répétées de la commission ». La Commission a interrogé plus de 500 réfugiés burundais à l’étranger et d’autres qui sont restés dans leur pays et est parvenue à la conclusion que « de graves violations et violations des droits de l’homme ont été commises au Burundi depuis avril 2015. Les violations que la Commission a documentées comprennent des arrestations et détentions arbitraires, actes de torture et traitements cruels, inhumains ou dégradants, exécutions extrajudiciaires, disparitions forcées, viols et autres formes de violence sexuelle. « 

La politique du Burundi

Gouvernement

Le système politique du Burundi est celui d’une république démocratique représentative présidentielle basée sur un Etat multipartite. Le président du Burundi est le chef de l’État et le chef du gouvernement. Le Burundi compte actuellement 21 partis enregistrés. Le 13 mars 1992, le chef du coup d’État tutsi Pierre Buyoya a établi une constitution qui prévoyait un processus politique multipartite et reflétait la concurrence multipartite. Six ans plus tard, le 6 juin 1998, la Constitution a été modifiée, élargissant les sièges de l’Assemblée nationale et prévoyant deux vice-présidents. En raison de l’Accord d’Arusha, le Burundi a promulgué un gouvernement de transition en 2000. La branche législative du Burundi est une assemblée bicamérale, composée de l’Assemblée nationale de transition et du Sénat de transition. En 2004, l’Assemblée nationale de transition était composée de 170 membres, le Front pour la démocratie au Burundi détenant 38% des sièges et 10% de l’assemblée contrôlée par l’UPRONA. Cinquante-deux sièges étaient contrôlés par d’autres partis. La constitution du Burundi exige que la représentation à l’Assemblée nationale de transition soit conforme à 60% de Hutus, 40% de Tutsis et 30% de femmes, ainsi qu’à trois Batwa. Les membres de l’Assemblée nationale sont élus au suffrage universel et ont un mandat de cinq ans. Le Sénat de transition compte cinquante et un membres et trois sièges sont réservés aux anciens présidents. En raison des stipulations de la constitution du Burundi, 30% des membres du Sénat doivent être des femmes. Les membres du Sénat sont élus par les collèges électoraux, qui sont composés de membres de chacune des provinces et communes du Burundi. Pour chacune des dix-huit provinces du Burundi, un sénateur hutu et un sénateur tutsi sont choisis. Un mandat pour le Sénat de transition est de cinq ans. Ensemble, la branche législative du Burundi élit le président pour un mandat de cinq ans. Le président du Burundi nomme des responsables à son Conseil des ministres, qui fait également partie du pouvoir exécutif. Le président peut également choisir quatorze membres du Sénat de transition pour siéger au Conseil des ministres. Les membres du Conseil des ministres doivent être approuvés par les deux tiers de la législature burundaise. Le président choisit également deux vice-présidents. Au 7 mai 2015, le président du Burundi était Pierre Nkurunziza. Le premier vice-président est Therence Sinunguruza et le deuxième vice-président est Gervais Rufyikiri. La Cour Suprême est la plus haute juridiction du Burundi. Il existe trois cours d’appel directement en dessous de la Cour suprême. Les tribunaux de première instance sont utilisés comme tribunaux judiciaires dans chacune des provinces du Burundi ainsi que 123 tribunaux locaux.

L’économie du Burundi

Le Burundi est un pays enclavé et pauvre en ressources avec un secteur manufacturier sous-développé. L’économie est essentiellement agricole, représentant 50% du PIB en 2017 et employant plus de 90% de la population. L’agriculture de subsistance représente 90% de l’agriculture. Les principales exportations du Burundi sont le café et le thé, qui représentent 90% des recettes en devises, bien que les exportations représentent une part relativement faible du PIB. Les autres produits agricoles comprennent le coton, le thé, le maïs, le sorgho, les patates douces, les bananes, le manioc (tapioca) ; boeuf, lait et peaux. Même si l’agriculture de subsistance est fortement tributaire, de nombreuses personnes n’ont pas les ressources nécessaires pour subvenir à leurs besoins. Cela est dû à une forte croissance démographique et à l’absence de politiques cohérentes régissant la propriété foncière. En 2014, la taille moyenne d’une ferme était d’environ une acre. Le Burundi est l’un des pays les plus pauvres du monde, en partie à cause de sa géographie enclavée, de son système juridique médiocre, de son manque de liberté économique, de son manque d’accès à l’éducation et de la prolifération du VIH / sida. Environ 80% de la population burundaise vit dans la pauvreté. Des famines et des pénuries alimentaires se sont produites dans tout le Burundi, notamment au 20e siècle, et selon le Programme alimentaire mondial, 56,8% des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique. Les recettes d’exportation du Burundi et sa capacité à payer les importations dépendent principalement des conditions météorologiques et des cours internationaux du café et du thé.

Le pouvoir d’achat de la plupart des Burundais a diminué, les augmentations de salaires n’ayant pas suivi l’inflation. Du fait de l’aggravation de la pauvreté, le Burundi restera fortement tributaire de l’aide des donateurs bilatéraux et multilatéraux. L’aide étrangère représente 42% du revenu national burundais, le deuxième taux le plus élevé d’Afrique subsaharienne. Le Burundi a rejoint la Communauté de l’Afrique de l’Est en 2009, ce qui devrait renforcer ses relations commerciales régionales, et a également reçu en 2009 un allégement de dette de 700 millions de dollars. La corruption du gouvernement entrave le développement d’un secteur privé sain, les entreprises cherchant à naviguer dans un environnement aux règles en constante évolution. Des études menées depuis 2007 ont montré que les Burundais ont des niveaux de satisfaction de la vie extrêmement faibles ; le World Happiness Report 2018 les a classés parmi les moins heureux au monde en 2018.

Certaines des ressources naturelles du Burundi comprennent l’uranium, le nickel, le cobalt, le cuivre et le platine. Outre l’agriculture, d’autres industries comprennent : l’assemblage de composants importés ; construction de travaux publics ; transformation des aliments et biens de consommation légers tels que couvertures, chaussures et savon. En ce qui concerne les infrastructures de télécommunications, le Burundi est classé avant-dernier dans l’indice de préparation au réseau (NRI) du Forum économique mondial, un indicateur permettant de déterminer le niveau de développement des technologies de l’information et de la communication d’un pays. Le Burundi s’est classé au 147e rang du classement NRI 2014, contre 144 en 2013. Le manque d’accès aux services financiers est un problème grave pour la majorité de la population, en particulier dans les zones rurales densément peuplées : seulement 2% de la population totale détient des comptes bancaires et moins de 0,5% ont recours aux services de prêt bancaire. La microfinance, cependant, joue un rôle plus important, 4% des Burundais étant membres d’institutions de microfinance, une part de la population plus importante que celle atteinte par les services bancaires et postaux combinés. 26 institutions de microfinance agréées (IMF) offrent de l’épargne, des dépôts et des crédits à court et moyen terme. La dépendance du secteur à l’égard de l’aide des donateurs est limitée. Le Burundi fait partie de la Communauté de l’Afrique de l’Est et pourrait devenir un membre de la future Fédération de l’Afrique de l’Est. La croissance économique au Burundi est relativement stable mais le Burundi est toujours en retard sur les pays voisins.

Devise

La monnaie du Burundi est le franc burundais (code ISO 4217 BIF). Il est nominalement subdivisé en 100 centimes, bien que des pièces n’aient jamais été émises en centimes au Burundi indépendant ; les pièces de centime n’ont circulé que lorsque le Burundi a utilisé le franc belge du Congo. La politique monétaire est contrôlée par la banque centrale, la Banque de la République du Burundi.

La démographie du Burundi

En juillet 2018, les Nations Unies estimaient que le Burundi comptait 11 175 374 habitants, contre seulement 2 456 000 en 1950. Le taux de croissance démographique est de 2,5% par an, soit plus du double du rythme mondial moyen, et une femme burundaise a en moyenne 6,3 enfants, près du triple du taux de fécondité international. Le Burundi avait le cinquième taux de fécondité total le plus élevé au monde en 2012. De nombreux Burundais ont migré vers d’autres pays à la suite de la guerre civile. En 2006, les États-Unis ont accueilli environ 10 000 réfugiés burundais. Le Burundi reste une société essentiellement rurale, avec seulement 13% de la population vivant dans les zones urbaines en 2013. La densité de population d’environ 315 personnes par kilomètre carré (753 par km2) est la deuxième plus élevée en Afrique subsaharienne. Environ 85% de la population sont d’origine ethnique hutue, 15% sont tutsis et moins de 1% sont des Twa indigènes.

L’éducation du Burundi

En 2009, le taux d’alphabétisation des adultes au Burundi était estimé à 67% (73% d’hommes et 61% de femmes), avec un taux d’alphabétisation de 77% et 76%, respectivement, pour les hommes et les femmes âgés de 15 à 24 ans. En 2015, ce chiffre était passé à 85,6% (88,2% d’hommes et 83,1% de femmes). L’alphabétisation des femmes adultes a augmenté de 17% depuis 2002. Le taux d’alphabétisation du Burundi est relativement faible en raison de la faible fréquentation scolaire et parce que l’alphabétisation en kirundi ne donne accès qu’à du matériel imprimé dans cette langue, bien qu’il soit plus élevé que dans de nombreux autres pays africains. Dix pour cent des garçons burundais ont droit à un enseignement secondaire. Le Burundi n’a qu’une seule université publique, l’Université du Burundi. Il y a des musées dans les villes, comme le Musée géologique du Burundi à Bujumbura et le Musée national du Burundi et le Musée de la vie du Burundi à Gitega. Une nouvelle école ouvrira ses portes dans l’une des régions les plus pauvres, Rusaga, financée par une association caritative anglaise, la Burundi Education Foundation. La Burundi Education Foundation espérait ouvrir l’école à l’été 2014. En 2010, une nouvelle école primaire a été ouverte dans le petit village de Rwoga qui est financée par les élèves de Westwood High School, Québec, Canada.

Les langues du Burundi

Les langues officielles du Burundi sont le kirundi, le français et, depuis 2014, l’anglais. Le swahili est parlé le long de la frontière tanzanienne et il est reconnu officiellement par la loi comme une langue « parlée et enseignée » dans le pays.

 

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés