Afrique de l'Ouest
20 décembre 2019

Nouvelle Constitution en Guinée : l’opposition crie au « coup d’Etat » institutionnel

L’opposition au président guinéen Alpha Condé crie au « coup d’Etat constitutionnel » après l’annonce par le chef de l’Etat d’un projet […]

17 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Guinée: Démenti autour des des excuses de 2 ex-présidents à Condé

Conakry (© 2019 Afriquinfos)- L’une des organisations ayant envoyés deux anciens présidents africains menant une mission en Guinée dément des […]

Lire la suite »
13 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Dossier sur les enfants tués Guinée: les femmes du FNDC réclame toujours justice

Conakry (© 2019 Afriquinfos)-Au mouvement de contestations contre un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé, vient s’ajouter  une nouvelle […]

Lire la suite »
11 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Nouvelle grande manifestation contre le président Condé

Conakry (© 2019 Afriquinfos)- Un éventuel troisième mandat du président Alpha Condé est la raison ayant conduit  les Guinéens à […]

Lire la suite »
15 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

La Guinée met en cause le rapport d’Amnesty l’accusant de bafouer les droits de l’homme

Conakry (© 2019 Afriquinfos)- Suite à la publication d’un rapport d’Amnesty International sur la situation des droits de l’homme en […]

Lire la suite »
14 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Situation inquiétante sur les Droits de l’Homme en Guinée (Amnesty)

Conakry (© 2019 Afriquinfos)-  Dans un rapport de la publication d’un rapport intitulé «Guinée: les voyants au rouge à l’approche […]

Lire la suite »
10 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Enième report des législatives en Guinée Conakry

Conakry (© 2019 Afriquinfos)-La date des élections législatives en Guinée vient de subir un nouvel report. Ces scrutins se tiendront […]

Lire la suite »
30 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Guinée: La contestation privée des corps des manifestants tués

Les autorités guinéennes ont annoncé qu’elles ne pouvaient pour l’instant restituer aux familles les corps des manifestants tués récemment alors […]

Lire la suite »
28 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Des centaines de ressortissants d’Afrique de l’Ouest interpellés en Guinée

Conakry (© 2019 Afriquinfos)-Alors que la Guinée traverse une crise politique, des centaines de ressortissants de pays d’Afrique de l’Ouest […]

Lire la suite »
26 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Guinée, Égypte, Haïti, Iraq, Chili, Hong Kong/ Guterres aux dirigeants du monde : « Ecoutez les problèmes de vos concitoyens »

New York (© 2019 Afriquinfos)– Lors d’un point de presse qu’il a animé vendredi à New York, Antonio Guterres s’est prononcé […]

Lire la suite »
23 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Les inquiétudes de la CEDEAO face à la situation qui prévaut en Guinée

Abuja (© 2019 Afriquinfos)- Face à la montée des tensions politiques et des violences qui prévaut en République de Guinée, […]

Lire la suite »
16 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Guinée : climat de tension à Conakry, paralysée par les manifestations

Conakry (© 2019 Afriquinfos)- la capitale de la Guinée et plusieurs autres villes du pays ont observé le mot d’ordre […]

Lire la suite »
10 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Guinée : l’opposant Bah Oury reste plus favorable au dialogue qu’aux manifestations

Conakry (© 2019 Afriquinfos)-Alors que les consultations conduites par le Premier ministre en vue de recueillir des avis sur le […]

Lire la suite »
8 octobre 2019 République de Guinée

L’opposition guinéenne appelle à manifester contre un 3e mandat d’Alpha Condé

Conakry (© 2019 Afriquinfos)-Les désirs d’Alpha Condé de se présenter pour un troisième mandat en 2020 vont-ils-s ‘estomper face à […]

Lire la suite »
7 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Matchs amicaux : Didier Six explique l’absence de Naby Keïta contre les Comores et le Chili

Conakry (© 2019 Afriquinfos)- Tout nouveau, sélectionneur du Syli National de Guinée, Didier Six devra faire sans son joueur vedette, […]

Lire la suite »
19 août 2019 Afrique de l'Ouest

Paul Put contre-attaque après son bannissement à vie par la Féguifoot

Bruxelles (© 2019 Afriquinfos)-L’ancien sélectionneur du Syli de Guinée, limogé et accusé de corruption par la Fédération Guinéenne de Football […]

Lire la suite »
7 août 2019 Afrique de l'Ouest

Guinée: Emotion à l’inhumation de l’enseignant guinéen tué en France

CONAKRY (© 2019 AFP) – Des milliers de Guinéens, dont beaucoup étaient en pleurs, ont assisté lundi dernier à l’inhumation […]

Lire la suite »
22 juillet 2019 Afrique de l'Ouest

Mort de Mamadou Barry : un suspect arrêté ce lundi

Paris (© 2019 Afriquinfos)- Depuis samedi et l’annonce de sa mort suite à une agression en marge du match de […]

Lire la suite »
29 avril 2019 Afrique de l'Ouest

Bauxite en Guinée/Le chemin de fer Dapilon-Santou entre dans sa phase de construction pour une mise en exploitation en juin 2021

CONAKRY (© 2019 Afriquinfos) – Le consortium international SMB-Winning, responsable de l’opérationnalisation de l’important projet de l’exploitation de la bauxite […]

Lire la suite »
3 décembre 2018 Afrique de l'Ouest

En Guinée, plus de 126.000 personnes vivent avec le virus du VIH-sida (ministre

Conakry (© 2018 Afriquinfos)- Dans une déclaration faite ce dimanche à la télévision en marge de la Journée mondiale de […]

Lire la suite »
29 octobre 2018 Afrique de l'Ouest

Guinée/Grève dans l’éducation : les enseignants exigent 8 000 000 GNF comme salaire de base

Conakry (© 2018 Afriquinfos)- Les enseignants guinéens n’en démordent pas. Le gel de leur salaire d’octobre par le gouvernement n’a […]

Lire la suite »
11 octobre 2018 Afrique de l'Ouest

Téléphonie : l’Etat guinéen met définitivement fin aux activités d’INTERCEL GUINEE

Conakry (© 2018 Afriquinfos)- Via l’Autorité de Régulation des Postes et Télécommunication (ARPT), l’Etat guinéen a mis fin aux activités […]

Lire la suite »
4 octobre 2018 Afrique de l'Ouest

Guinée: Alpha Condé confirme l’éviction du chef de la cour constitutionnelle

Conakry (© 2018 Afriquinfos)- L’ancien président de la Cour constitutionnelle Kéléfa Sall, a en effet été éjecté et remplacé par Mohamed […]

Lire la suite »
16 juillet 2018 Afrique de l'Ouest

Guinée : le Général Sékouba Konaté bientôt dans les mailles de la justice ?

Conakry (© 2018 Afriquinfos)- Selon une information diffusée par le site Africaguinee.com, l’ancien Président de la transition, le Général Sékouba […]

Lire la suite »
11 juillet 2018 Afrique de l'Ouest

Guinée : la société civile proteste contre une récente hausse du prix du carburant à la pompe

Conakry  (© 2018 Afriquinfos)- Plusieurs plateformes de la société civile guinéenne ont organisé mardi à Conakry, une marche pacifique sur […]

Lire la suite »
25 juin 2018 Afrique de l'Ouest

Guinée : 4 personnes périssent dans un crash d’avion

Souguéta (© 2018 Afriquinfos)- Ce dimanche à Souguéta, une localité située au centre de la Guinée, le crash d’un petit […]

Lire la suite »
27 mai 2018 Afrique de l'Ouest

Guinée: le nouveau Premier ministre a formé son gouvernement

Conakry (© 2018 Afriquinfos)-  Le nouveau Premier ministre guinéen, Ibrahima Kassory Fofana, a formé son gouvernement, sans changement majeur par […]

Lire la suite »
25 mars 2018 Afrique de l'Ouest

Guinée : Un responsable de l’opposition aux arrêts

Conakry (© 2018 Afriquinfos)-L’opposant Ibrahima Sory Camara, responsable au sein du parti de l’Union des forces démocratiques de Guinée (Ufdg), […]

Lire la suite »
18 mars 2018 Afrique de l'Ouest

Guinée : Un incendie ravage le plus grand marché de Conakry

Conakry (© Afriquinfos 2017)- Un incendie a ravagé dans la nuit de samedi à dimanche le plus grand marché de […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Guinée: Le journaliste Aliou finalement libéré sous condition

Conakry (© Afriquinfos 2017)- Arrêté arbitrairement samedi 17 mars 2018 par la Compagnie Mobile d’Intervention Spéciale (CMIS) de Koloma pour avoir […]

Lire la suite »
8 février 2018 Afrique de l'Ouest

M. Mohamed Ibn Chambas entame une visite de deux jours en Guinée

Conakry (© Afriquinfos 2018)-Le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest […]

Lire la suite »
7 février 2018 Afrique de l'Ouest

Guinée: 7 Personnes dont 5 nourrissons meurent dans des violences Post-Électorales

Dinguiraye  (© Afriquinfos 2018)- En Guinée, des violences meurtrières n’ont pas manqué à la suite des élections locales, les premières […]

Lire la suite »
5 février 2018 Afrique de l'Ouest

Election en Guinée : L’opposition dénonce une fraude massive

Conakry  (© Afriquinfos 2018) – Ce Dimanche, les Guinéens ont été aux urnes pour les élections locales, les premières depuis 2005. […]

Lire la suite »
5 décembre 2017 Afrique de l'Ouest

Grève dans le milieu scolaire en Guinée : les enseignants durcissent le ton

Conakry (© Afriquinfos 2017)-Les enseignants membres du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée(SLECG) ont corsé leur mouvement de […]

Lire la suite »
23 novembre 2017 Afrique de l'Ouest

Massacre du stade de Conakry de 2009 : un collège de juges guinéens boucle l’instruction, les Etats Unis se félicitent

Washington (© Afriquinfos 2017)-Les États-Unis se félicitent des avancées réalisées par le collège de juges d’instruction guinéens qui enquêtait sur […]

Lire la suite »
21 novembre 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée : un élève tué par balle réelle lors d’une manifestation

Conakry (© Afriquinfos 2017)-Selon l’AFP, la police guinéenne a ouvert le feu sur des élèves lors d’une manifestation, causant la […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Guinée : Des manifestations d’élèves contre la situation dans l’éducation provoquent un mort

Conakry (© Afriquinfos 2017)- Âgé de 17 ans, un jeune homme a été tué par la police lors de heurts […]

Lire la suite »
10 novembre 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée : les juges d’instruction bouclent leurs investigations en marge des massacres de 2009

Conakry (© Afriquinfos 2017)- Le ministère de la Justice guinéenne a dans une annonce diffusé ce jeudi, indiqué que les […]

Lire la suite »
3 novembre 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée Conakry : l’ex-président du parlement Aboubacar Somparé a tiré sa révérence

Conakry (© Afriquinfos 2017)-L’ancien président du parlement Guinéen (2002- 2008), Elhadj Aboubacar Somparé, est décédé à Conakry à 73 ans, […]

Lire la suite »
5 octobre 2017 Afrique de l'Ouest

Faure G. et A. Condé : deux Présidents en exercice de la CEDEAO et de l’UA très contestés en interne

CONAKRY (© 2017 Afriquinfos) – COMMENTAIRE–  Présidents en exercice respectivement de la CEDEAO et de l’UA, Faure E. Gnassingbé et Alpha […]

Lire la suite »
26 septembre 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée: Elections locales en février 2018

Conakry (© Afriquinfos 2017– Les Guinéens pourront enfin choisir leurs élus locaux l’année prochaine, le 04 février 2018. Une date proposée […]

Lire la suite »
4 septembre 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée : le Dr Diallo Ibrahima Sory Diallo accusé de viol

Conakry (© Afriquinfos 2017)-Un leader politique membre de l’opposition républicaine est accusé de viol par une femme mariée. Le Dr […]

Lire la suite »
24 août 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée : polémique autour d’un remaniement ministériel

Conakry -(© Afriquinfos 2017)- En Guinée, tandis que deux anciens ministres, limogés il y a quelques mois, reviennent aux affaires, […]

Lire la suite »
22 août 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée: au moins 8 morts dans l’éboulement d’une décharge après de fortes pluies

Conakry (© Afriquinfos 2017)- Au moins huit personnes sont mortes et de nombreuses autres ont été blessées mardi en Guinée […]

Lire la suite »
3 août 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée: des dizaines de milliers de personnes dans les rues pour réclamer des élections locales

Conakry (© Afriquinfos 2017)-  Des dizaines de milliers de partisans de l’opposition guinéenne ont manifesté mercredi à Conakry pour exiger […]

Lire la suite »
23 avril 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée : Conakry devient la capitale mondiale du livre pendant une année

Conakry (© Afriquinfos 2017)-Conakry, nouveau centre de la littérature mondiale. La capitale guinéenne a été nommée capitale mondiale du livre […]

Lire la suite »
21 avril 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée : Six trafiquants présumés d’animaux arrêtés depuis février

Conakry (© Afriquinfos 2017)-Six trafiquants présumés d’animaux ont été arrêtés depuis février en Guinée, où plusieurs espèces protégées ont été […]

Lire la suite »
16 mars 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée : Aboubakar Sidiki Diakité inculpé

Conakry (© 2017 Afriquinfos) –Aboubakar Sidiki Diakité dit Toumba Diakité, extradé récemment du Sénégal, a été inculpé de plusieurs chefs […]

Lire la suite »
3 mars 2017 Afrique de l'Ouest

Guinée : L’Initiative africaine pour les énergies renouvelables se réunit

Conakry (© 2017 Afriquinfos)- l’Initiative africaine pour les énergies renouvelables (IAER) se réunit à Conakry pendant trois jours. Une rencontre […]

Lire la suite »
28 février 2017 Afrique de l'Ouest

Manifestations en Guinée : le président Alpha Condé limoge trois ministres

Conakry  (© 2017 Afriquinfos) En Guinée, le président Alpha Condé a limogé trois de ses ministres. Grève des enseignants, fermeture […]

Lire la suite »
Guinée officiellement la République de Guinée est un pays côtier ouest de l’Afrique de l’Ouest. Anciennement connu sous le nom de Guinée française, le pays moderne est parfois appelé Guinée-Conakry pour le distinguer des autres pays avec «Guinée» dans le nom et la région éponyme, comme la Guinée-Bissau et la Guinée équatoriale. La Guinée a une population de 12,4 millions d’habitants et une superficie de 245 857 kilomètres carrés (94 926 milles carrés). L’État souverain de Guinée est une république dont le président est directement élu par le peuple ; ce poste est à la fois chef d’État et chef de gouvernement. L’Assemblée nationale monocamérale de Guinée est l’organe législatif du pays et ses membres sont également élus directement par le peuple. Le pouvoir judiciaire est dirigé par la Cour suprême de Guinée, la plus haute et dernière cour d’appel du pays. Le pays doit son nom à la région de Guinée. La Guinée est un nom traditionnel pour la région de l’Afrique qui se trouve le long du golfe de Guinée. Il s’étend au nord à travers les régions tropicales boisées et se termine au Sahel. Le terme anglais Guinée vient directement du mot portugais Guiné, qui a émergé au milieu du XVe siècle pour désigner les terres habitées par le Guineus, un terme générique pour les peuples africains noirs au sud du fleuve Sénégal, contrairement au « fauve ». « Zenaga Berbers dessus, qu’ils ont appelé Azenegues ou Moors.

L’histoire de la Guinée

La terre qui est maintenant la Guinée appartenait à une série d’empires africains jusqu’à ce que la France la colonise dans les années 1890 et en fasse une partie de l’Afrique occidentale française. La Guinée a déclaré son indépendance de la France le 2 octobre 1958. De l’indépendance jusqu’à l’élection présidentielle de 2010, la Guinée a été gouvernée par un certain nombre de dirigeants autocratiques. 

Empires et royaumes ouest-africains en Guinée

Ce qui est maintenant la Guinée était en marge des principaux empires ouest-africains. Le premier, l’Empire du Ghana, a augmenté sur le commerce, mais a finalement chuté après des incursions répétées des Almoravides. C’est à cette période que l’islam est arrivé dans la région par le biais de commerçants nord-africains. Le royaume de Sosso (XIIe-XIIIe siècles) s’épanouit brièvement dans le vide qui en résulte, mais l’empire du Mali prend de l’importance lorsque Soundiata Kéïta bat le souverain Sosso Soumangourou Kanté à la bataille de Kirina en v. 1235. L’Empire du Mali était gouverné par Mansa (empereurs), le plus célèbre étant Kankou Moussa, qui fit un célèbre hajj à La Mecque en 1324. Peu de temps après son règne, l’empire du Mali commença à décliner et fut finalement supplanté par ses États vassaux dans le 15ème siècle. Le plus réussi d’entre eux était l’Empire Songhaï, qui a étendu son pouvoir à partir d’environ 1460 et a finalement dépassé l’Empire du Mali en territoire et en richesse. Il a continué à prospérer jusqu’à ce qu’une guerre civile sur la succession ait suivi la mort d’Askia Daoud en 1582. L’empire affaibli est tombé aux mains des envahisseurs du Maroc lors de la bataille de Tondibi trois ans plus tard. Cependant, les Marocains se sont révélés incapables de gouverner efficacement le royaume et il s’est divisé en de nombreux petits royaumes.

Après la chute des principaux empires ouest-africains, différents royaumes ont existé dans ce qui est aujourd’hui la Guinée. Les musulmans peuls ont émigré à Futa Jallon en Guinée centrale et ont établi un État islamique de 1727 à 1896 avec une constitution écrite et des dirigeants alternatifs. L’empire Wassoulou ou Wassulu était un empire éphémère (1878–1898), dirigé par Samori Touré dans la région à prédominance malinké de ce qui est maintenant la haute Guinée et le sud-ouest du Mali (Wassoulou). Il s’installe en Côte d’Ivoire avant d’être conquis par les Français.

L’ère coloniale

La traite des esclaves est arrivée dans la région côtière de la Guinée avec des commerçants européens au 16ème siècle. Les esclaves étaient exportés pour travailler ailleurs dans le commerce triangulaire. La période coloniale de la Guinée a commencé avec la pénétration militaire française dans la région au milieu du 19e siècle. La domination française a été assurée par la défaite en 1898 des armées de Samori Touré, Mansa (ou empereur) de l’État de Ouassoulou et chef de descendance malinké, qui a donné à la France le contrôle de ce qui est aujourd’hui la Guinée et les régions adjacentes. La France a négocié les frontières actuelles de la Guinée à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle avec les Britanniques pour la Sierra Leone, les Portugais pour leur colonie de Guinée (aujourd’hui Guinée-Bissau) et le Libéria. Sous les Français, le pays a formé le territoire de la Guinée au sein de l’Afrique occidentale française, administré par un gouverneur général résidant à Dakar. Les lieutenants-gouverneurs administraient les colonies individuelles, y compris la Guinée.

Indépendance et domination post-coloniale (1958-2008)

En 1958, la quatrième République française s’est effondrée en raison de l’instabilité politique et de ses échecs dans le traitement de ses colonies, en particulier l’Indochine et l’Algérie. La fondation d’une cinquième République a été soutenue par le peuple français, tandis que le président français Charles de Gaulle a clairement indiqué le 8 août 1958 que les colonies françaises devaient avoir le choix entre plus d’autonomie dans une nouvelle communauté française ou l’indépendance immédiate lors du référendum. qui se tiendra le 28 septembre 1958. Les autres colonies choisissent l’ancienne mais la Guinée – sous la direction d’Ahmed Sékou Touré dont le Parti démocratique du Rassemblement démocratique de Guinée-Afrique (PDG) avait remporté 56 des 60 sièges aux élections territoriales de 1957 – voté à une écrasante majorité pour indépendance. Les Français se retirent rapidement et le 2 octobre 1958, la Guinée se proclame république souveraine et indépendante, avec Sékou Touré comme président. En réponse au vote pour l’indépendance, les colons français en Guinée ont été assez dramatiques pour rompre les liens avec la Guinée. Le Washington Post observe à quel point les Français ont été brutaux en démolissant tout ce qu’ils pensaient être leurs contributions à la Guinée: « En réaction, et comme avertissement aux autres territoires francophones, les Français se sont retirés de la Guinée pendant une période de deux mois, emportant tout ce qu’ils pouvaient avec eux. Ils ont dévissé les ampoules, retiré les plans des canalisations d’égout à Conakry, la capitale, et même brûlé des médicaments plutôt que de les laisser aux Guinéens ».  La Guinée s’est par la suite rapidement alignée sur l’Union soviétique et a adopté des politiques socialistes. Cette alliance a toutefois été de courte durée, car la Guinée s’est dirigée vers un modèle chinois de socialisme. Malgré cela, le pays a continué de recevoir des investissements de pays capitalistes comme les États-Unis. En 1960, Touré avait déclaré le PDG le seul parti politique légal du pays et pour les 24 prochaines années, le gouvernement et le PDG ne faisaient qu’un. Touré a été réélu sans opposition pour quatre mandats de sept ans à la présidence, et tous les cinq ans, les électeurs ont reçu une seule liste de candidats du PDG à l’Assemblée nationale. Prônant un socialisme africain hybride au pays et un panafricanisme à l’étranger, Touré est rapidement devenu un leader polarisant, et son gouvernement est devenu intolérant à la dissidence, emprisonnant des milliers de personnes et étouffant la presse. Tout au long des années 1960, le gouvernement guinéen a nationalisé les terres, éloigné les chefs nommés et traditionnels français du pouvoir et entretenu des liens étroits avec le gouvernement français et les entreprises françaises. Le gouvernement de Touré comptait sur l’Union soviétique et la Chine pour l’aide aux infrastructures et le développement, mais une grande partie de cela était utilisée à des fins politiques et non économiques (comme la construction de grands stades pour organiser des rassemblements politiques). Pendant ce temps, les routes, les chemins de fer et les autres infrastructures du pays languissaient et l’économie stagnait. Le 22 novembre 1970, les forces portugaises de la Guinée portugaise voisine ont organisé l’Opération Mer Verte, un raid sur Conakry par plusieurs centaines de forces d’opposition guinéennes en exil. Parmi leurs objectifs, l’armée portugaise voulait tuer ou capturer Sékou Touré en raison de son soutien au PAIGC, un mouvement indépendantiste et un groupe rebelle qui a mené des attaques à l’intérieur de la Guinée portugaise depuis leurs bases en Guinée. Après des combats acharnés, les forces soutenues par les Portugais se sont retirées, après avoir libéré plusieurs dizaines de prisonniers de guerre portugais détenus par le PAIGC à Conakry mais sans évincer Touré. Dans les années qui ont suivi le raid, des purges massives ont été effectuées par le gouvernement Touré et au moins 50 000 personnes (1% de la population guinéenne) ont été tuées. D’innombrables autres ont été emprisonnés, soumis à la torture ou, souvent dans le cas des étrangers, forcés de quitter le pays (parfois après avoir fait arrêter leur conjoint guinéen et placé leurs enfants en garde à vue). Une économie en déclin, des massacres, une atmosphère politique étouffante et une interdiction de toutes les transactions économiques privées ont conduit en 1977 à la «révolte des femmes du marché», des émeutes antigouvernementales déclenchées par des femmes travaillant au marché de Madina à Conakry. Cela a amené Touré à effectuer des réformes majeures. Touré hésita à soutenir l’Union soviétique pour soutenir les États-Unis. La fin des années 70 et le début des années 80 ont vu quelques réformes économiques mais le contrôle centralisé de l’État sur Touré est resté. Même la relation avec la France s’est améliorée ; après l’élection de Valéry Giscard d’Estaing à la présidence française, les échanges se sont intensifiés et les deux pays ont échangé des visites diplomatiques. Sékou Touré est décédé le 26 mars 1984 des suites d’une opération cardiaque aux États-Unis et a été remplacé par le Premier ministre Louis Lansana Beavogui, qui devait être président par intérim en attendant de nouvelles élections. Le PDG devait élire un nouveau chef le 3 avril 1984. Selon la constitution, cette personne aurait été le seul candidat à la présidence. Cependant, quelques heures avant cette réunion, les colonels Lansana Conté et Diarra Traoré ont pris le pouvoir lors d’un coup d’État sans effusion de sang. Conté a assumé le rôle de président, Traoré étant Premier ministre jusqu’en décembre.

Conté a immédiatement dénoncé le bilan du régime précédent en matière de droits de l’homme, libéré 250 prisonniers politiques et encouragé environ 200 000 autres à rentrer d’exil. Il a également explicité l’abandon du socialisme. Cela n’a guère contribué à réduire la pauvreté et le pays n’a montré aucun signe immédiat de transition vers la démocratie. En 1992, Conté a annoncé le retour à un régime civil, avec un scrutin présidentiel en 1993 suivi d’élections au Parlement en 1995 (au cours desquelles son parti – le Parti de l’unité et du progrès – a remporté 71 des 114 sièges.) Malgré son engagement déclaré en faveur de la démocratie , L’emprise de Conté sur le pouvoir est restée serrée. En septembre 2001, le chef de l’opposition Alpha Condé a été emprisonné pour atteinte à la sécurité de l’État, bien qu’il ait été gracié 8 mois plus tard. Il a ensuite passé une période d’exil en France. En 2001, Conté a organisé et remporté un référendum pour prolonger le mandat présidentiel et en 2003 a entamé son troisième mandat après le boycott des élections par l’opposition. En janvier 2005, Conté a survécu à une tentative d’assassinat présumée tout en faisant une rare apparition publique dans la capitale Conakry. Ses opposants ont affirmé qu’il était un « dictateur fatigué » dont le départ était inévitable, tandis que ses partisans pensaient qu’il gagnait une bataille avec des dissidents. La Guinée fait toujours face à des problèmes très réels et, selon la politique étrangère, elle risque de devenir un État défaillant. En 2000, la Guinée a été entraînée dans l’instabilité qui a longtemps ravagé le reste de l’Afrique de l’Ouest alors que les rebelles franchissaient les frontières avec le Libéria et la Sierra Leone et il semblait pendant un certain temps que le pays se dirigeait vers une guerre civile. Conté a accusé les dirigeants voisins d’avoir convoité les ressources naturelles de la Guinée, bien que ces affirmations aient été vigoureusement rejetées. En 2003, la Guinée a accepté des plans avec ses voisins pour lutter contre les insurgés. En 2007, il y a eu de grandes manifestations contre le gouvernement, entraînant la nomination d’un nouveau Premier ministre.

Histoire récente

Conté est resté au pouvoir jusqu’à sa mort le 23 décembre 2008 et plusieurs heures après sa mort, Moussa Dadis Camara a pris le contrôle lors d’un coup d’État, se déclarant à la tête d’une junte militaire. Les manifestations contre le coup d’État sont devenues violentes et 157 personnes ont été tuées lorsque, le 28 septembre 2009, la junte a ordonné à ses soldats d’attaquer les personnes qui s’étaient rassemblées pour protester contre la tentative de Camara de devenir président. Les soldats se sont déchaînés de viols, de mutilations et de meurtres, ce qui a amené de nombreux gouvernements étrangers à retirer leur soutien au nouveau régime. Le 3 décembre 2009, un assistant a abattu Camara lors d’un différend sur les saccages en septembre. Camara est allée au Maroc pour des soins médicaux. Le vice-président (et ministre de la Défense) Sékouba Konaté s’est envolé du Liban pour diriger le pays en l’absence de Camara. Après s’être réunis à Ouagadougou les 13 et 14 janvier 2010, Camara, Konaté et Blaise Compaoré, président du Burkina Faso, ont produit une déclaration officielle de douze principes promettant un retour de la Guinée à un régime civil dans les six mois. L’élection présidentielle s’est tenue le 27 juin et une deuxième élection a eu lieu le 7 novembre en raison d’allégations de fraude électorale. Le taux de participation a été élevé et les élections se sont déroulées de manière relativement fluide. Alpha Condé, leader du parti d’opposition Rassemblement du peuple guinéen (RGP), a remporté les élections en promettant de réformer le secteur de la sécurité et de revoir les contrats miniers.

Fin février 2013, des violences politiques ont éclaté en Guinée après que des manifestants sont descendus dans la rue pour exprimer leurs inquiétudes quant à la transparence des prochaines élections de mai 2013. Les manifestations ont été alimentées par la décision de la coalition d’opposition de se retirer du processus électoral pour protester contre le manque de transparence dans la préparation des élections. Neuf personnes ont été tuées pendant les manifestations et environ 220 ont été blessées. Beaucoup de morts et de blessés ont été causés par les forces de sécurité qui ont utilisé des balles réelles sur des manifestants. La violence politique a également provoqué des affrontements interethniques entre les Peuls et les Malinkés, la base de soutien au président Condé. Le premier a principalement soutenu l’opposition. Le 26 mars 2013, le parti d’opposition s’est retiré des négociations avec le gouvernement lors des prochaines élections du 12 mai. L’opposition a déclaré que le gouvernement ne les avait pas respectés et n’avait tenu aucune promesse acceptée. Le 25 mars 2014, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que le ministère guinéen de la santé avait signalé une épidémie de maladie à virus Ebola en Guinée. Cette première flambée a eu un total de 86 cas, dont 59 décès. Au 28 mai, il y avait 281 cas, avec 186 décès. On pense que le premier cas était Emile Ouamouno, un garçon de 2 ans qui vivait dans le village de Meliandou. Il est tombé malade le 2 décembre 2013 et est décédé le 6 décembre. Le 18 septembre 2014, huit membres d’une équipe de soins de santé éducatifs Ebola ont été assassinés par des villageois de la ville de Womey. Au 1er novembre 2015, il y avait 3 810 cas et 2 536 décès en Guinée.

La politique de la Guinée

Le pays est une république. Le président est directement élu par le peuple et est chef de l’État et chef du gouvernement. L’Assemblée nationale monocamérale est l’organe législatif du pays et ses membres sont directement élus par le peuple. Le pouvoir judiciaire est dirigé par la Cour suprême de Guinée, la plus haute et dernière cour d’appel du pays. La Guinée est membre de nombreuses organisations internationales dont l’Union africaine, l’Agence pour la communauté francophone, la Banque africaine de développement, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, la Banque mondiale, la Banque islamique de développement, le FMI et les Nations Unies.

Culture politique

Le président Alpha Condé obtient le soutien du deuxième groupe ethnique de Guinée, les Malinkés. L’opposition guinéenne est soutenue par l’ethnie Peul, qui représente environ 32% de la population.

L’économie de la Guinée

La Guinée possède d’abondantes ressources naturelles, dont 25% ou plus des réserves de bauxite connues dans le monde. La Guinée possède également des diamants, de l’or et d’autres métaux. Le pays a un grand potentiel pour l’énergie hydroélectrique. La bauxite et l’alumine sont actuellement les seules exportations importantes. Les autres industries comprennent les usines de transformation de bière, de jus, de boissons gazeuses et de tabac. L’agriculture emploie 80% de la population active du pays. Sous la domination française, et au début de l’indépendance, la Guinée était un grand exportateur de bananes, d’ananas, de café, d’arachides et d’huile de palme. La Guinée dispose d’un potentiel de croissance considérable dans les secteurs de l’agriculture et de la pêche. Le sol, l’eau et les conditions climatiques offrent des opportunités pour l’agriculture irriguée à grande échelle et l’agro-industrie.

Exploitation minière

La Guinée possède plus de 25 milliards de tonnes (tonnes métriques) de bauxite – et peut-être jusqu’à la moitié des réserves mondiales. En outre, la richesse minérale de la Guinée comprend plus de 4 milliards de tonnes de minerai de fer à haute teneur, d’importants gisements de diamant et d’or et des quantités indéterminées d’uranium. Des possibilités d’investissement et d’activités commerciales existent dans tous ces domaines, mais les infrastructures mal développées et la corruption endémique de la Guinée continuent de faire obstacle à des projets d’investissement à grande échelle. L’exploitation en commun de mines de bauxite et d’alumine dans le nord-ouest de la Guinée fournit historiquement environ 80% des devises de la Guinée. La bauxite est raffinée en alumine, qui est ensuite fondue en aluminium. La Compagnie des Bauxites de Guinée (CBG), qui exporte environ 14 millions de tonnes de bauxite à haute teneur par an, est le principal acteur de l’industrie de la bauxite. CBG est une coentreprise détenue à 49% par le gouvernement guinéen et à 51% par un consortium international connu sous le nom de Halco Mining Inc., elle-même coentreprise contrôlée par le producteur d’aluminium Alcoa (AA), le mineur mondial Rio Tinto Group et Dadco Investments. CBG a des droits exclusifs sur les réserves et les ressources de bauxite dans le nord-ouest de la Guinée jusqu’en 2038. En 2008, les manifestants contrariés par la médiocrité des services électriques ont bloqué les voies empruntées par CBG. Guineau inclut souvent une clause dans ses accords avec les compagnies pétrolières internationales exigeant que ses partenaires produisent de l’électricité pour les communautés voisines. La Compagnie des Bauxites de Kindia (CBK), une joint-venture entre le gouvernement de la Guinée et RUSAL, produit quelque 2,5 millions de tonnes par an, dont la quasi-totalité est exportée vers la Russie et l’Europe de l’Est. Dian Dian, une coentreprise guinéenne / ukrainienne de bauxite, a un taux de production prévu de 1 000 000 t (1 102 311 tonnes courtes ; 984 207 tonnes longues) par an, mais ne devrait pas commencer à fonctionner avant plusieurs années. L’Alumina Compagnie de Guinée (ACG), qui a repris l’ancien consortium Friguia, a produit environ 2,4 millions de tonnes en 2004 comme matière première pour sa raffinerie d’alumine. La raffinerie exporte environ 750 000 tonnes d’alumine. Global Alumina et Alcoa-Alcan ont toutes deux signé des conventions avec le gouvernement de Guinée pour construire de grandes raffineries d’alumine d’une capacité combinée d’environ 4 millions de tonnes par an.

Les diamants et l’or sont également extraits et exportés à grande échelle. La majeure partie des diamants sont extraits artisanalement. La plus grande opération d’extraction d’or en Guinée est une coentreprise entre le gouvernement et Ashanti Goldfields du Ghana. AREDOR, une entreprise commune d’extraction de diamants entre le gouvernement guinéen (50%) et un consortium australien, britannique et suisse, a commencé la production en 1984 et extrait des diamants de qualité gemme à 90%. La production a cessé de 1993 à 1996, lorsque First City Mining of Canada a acheté la partie internationale du consortium. La Société Minière de Dinguiraye (SMD) possède également une grande installation d’extraction d’or à Lero, près de la frontière malienne.

Pétrole

La Guinée a signé un accord de partage de production avec Hyperdynamics Corporation de Houston en 2006 pour explorer une grande étendue offshore, et a récemment été en partenariat avec Dana Petroleum PLC (Aberdeen, Royaume-Uni). Le puits initial, le Sabu-1, devait commencer le forage en octobre 2011 sur un site dans environ 700 mètres d’eau. Le Sabu-1 ciblait une perspective anticlinale à quatre voies avec des sables du Crétacé supérieur et devait être foré à une profondeur totale de 3 600 mètres. Après l’achèvement des forages exploratoires en 2012, le puits Sabu-1 n’a pas été jugé commercialement viable. En novembre 2012, SCS, filiale d’Hyperdynamics, a conclu un accord pour la vente de 40% de la concession à Tullow Oil, portant à 37% Hyperdynamics, 40% Tullow Oil et 23% Dana Petroleum, les actions détenues dans le secteur offshore guinéen. Hyperdynamics aura jusqu’en septembre 2016 dans le cadre de l’accord actuel pour commencer à forer son prochain site sélectionné, le Fatala Cenomanian turbidite fan prospect.

Tourisme

Due to its diverse geography, Guinea presents some interesting tourist sites. Among the top attractions are the waterfalls found mostly in the Basse Guinee (Lower Guinea) and Moyenne Guinee (Middle Guinea) regions. The Soumba cascade at the foot of Mount Kakoulima in Kindia, Voile de la Mariée (bride’s veil) in Dubreka, the Kinkon cascades that are about 80 m (260 ft) high on the Kokoula River in the prefecture of Pita, the Kambadaga falls that can reach 100 m (330 ft) during the rainy season on the same river, the Ditinn & Mitty waterfalls in Dalaba, and the Fetoré waterfalls and the stone bridge in the region of Labe are among the most well-known water-related tourist sites.

La démographie de la Guinée

La population de la Guinée est estimée à 12,4 millions d’habitants. Conakry, la capitale et la plus grande ville, est le centre de l’économie, du commerce, de l’éducation et de la culture de la Guinée. En 2014, l’indice synthétique de fécondité (ISF) de la Guinée était estimé à 4,93 enfants nés par femme.

Selon la révision de 2019 des Perspectives de la population mondiale, la population totale était de 12 414 293 en 2018, contre seulement 3 094 000 en 1950. La proportion d’enfants de moins de 15 ans en 2010 était de 42,9%, 53,8% avait entre 15 et 65 ans, tandis que 3,3% avait 65 ans ou plus.

L’éducation de la Guinée

Le taux d’alphabétisation de la Guinée est l’un des plus bas du monde: en 2010, on estimait que seulement 41% des adultes étaient alphabétisés (52% des hommes et 30% des femmes). L’enseignement primaire est obligatoire pendant 6 ans, mais la plupart des enfants ne fréquentent pas aussi longtemps et beaucoup ne vont pas du tout à l’école. En 1999, la fréquentation de l’école primaire était de 40%. Les enfants, en particulier les filles, ne sont pas scolarisés pour aider leurs parents dans les travaux domestiques ou l’agriculture ou pour être mariés : la Guinée a l’un des taux de mariage d’enfants les plus élevés au monde.

Les langues de la Guinée

Le français est la langue de l’État et des institutions officielles. Il est utilisé comme première langue par 15 à 25% de la population. À la fin du régime d’Ahmed Sékou Touré, le français était la seule langue utilisée dans les entreprises et les écoles. Les autres langues importantes parlées sont le Pular (Fulfulde ou Fulani), le Maninka (Malinke), le Susu, le Kissi, le Kpelle et le Loma.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés