Afrique Centrale
10 juin 2020

Disparition de Nkurunziza: Macky Sall, Kenyatta, Mohamed Farmaajo formulent leurs condoléances

Disparition de Nkurunziza | Alors qu’il devrait rester devait rester à la présidence du Burundi jusqu’au 20 août prochain, la […]

11 juillet 2019 Afrique de l'Est

L’UA, l’Onu et le président Kenyatta appellent à une « réponse panafricaine » contre le terrorisme

Nairobi (© 2019 Afriquinfos)- S’exprimant ce mercredi à la Conférence régionale africaine de haut niveau sur la lutte contre le […]

Lire la suite »
7 mai 2018 Non classé

Kenyatta, lauréat du prix Africa Road Builders – Prix Babacar Ndiaye

(© Afriquinfos 2018)-Une initiative qui récompense les chefs d‘États africains dont les pays développent des projets ambitieux en matière d’infrastructures […]

Lire la suite »
28 novembre 2017 Afrique de l'Est

Kenya : investiture ce mardi d’Uhuru Kenyatta dans une atmosphère tendue

Nairobi  (© Afriquinfos 2017)-Les Alors que le président Kényan Uhuru Kenyatta prêtait serment ce mardi 28 novembre à Nairobi, des […]

Lire la suite »
7 novembre 2017 Afrique de l'Est

Kenya : une nouvelle invalidation de la réélection de Kenyatta est-elle envisageable ?

Nairobi (© Afriquinfos 2017)-Après la sortie du chef de l’opposition kényane  Raila Odinga, contestant la réélection le 26 octobre de Uhuru Kenyatta, […]

Lire la suite »
30 octobre 2017 Afrique de l'Est

Kenya : Uhuru Kenyatta réélu

Nairobi (© Afriquinfos 2017)- Le président Uhuru Kenyatta a été déclaré vainqueur des élections présidentielles du 26 octobre dernier par […]

Lire la suite »
1 septembre 2017 Afrique de l'Est

Présidentielle au Kenya : Kenyatta n’approuve pas la décision de la Cour suprême mais la « respecte »

Nairobi (© Afriquinfos 2017)-Le président kényan Uhuru Kenyatta s’est dit en “désaccord” avec la décision vendredi de la Cour suprême […]

Lire la suite »
12 septembre 2016 Afrique de l'Est

Kenya: Plaidoyer vibrant d’Uhuru Kenyatta pour booster l’agriculture africaine

Nairobi (© 2016 Afriquinfos) – Dans une déclaration faite au cours d’un Forum consacré à la révolution verte en Afrique, […]

Lire la suite »
14 avril 2016 Afrique

Dopage/Menace de suspension du Kenya pour Rio 2016: Uhuru Kenyatta promet collaborer et sauver l’image sportive de son pays

Nairobi (© 2016 Afriquinfos)- Alors qu’une menace de suspension pèse sur les athlètes kenyans dans le cadre des Jeux de Rio 2016 pour la non-adoption d’une loi anti-dopage plus stricte tel que souhaité par la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), le Président Uhuru Kenyatta s’est voulu rassurant. Le N°1 Kenyan, indique que le géant africain de l’athlétisme sera bien au Brésil, et promet l’adoption d’une nouvelle loi dans les prochains jours.

Lire la suite »
30 décembre 2014 Kenya

Kenya : Uhuru Kenyatta empoigne le terrorisme sur le terrain de la loi

Nairobi (© 2014 Afriquinfos) – Une nouvelle loi contre le terrorisme a été promulguée vendredi dernier par le président kenyan, Uhuru Kenyatta. Le texte adopté la veille dans une atmosphère tendue réprime tout acte susceptible de porter atteinte à la sécurité de l’Etat. Une loi que les députés de l’opposition kenyane qualifient de «liberticide».

Lire la suite »
19 décembre 2013 Kenya

Le procueur de la CPI demande l’ajournement du procès de Kenyatta

LA HAYE (Xinhua) – Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Fatou Bensouda a demandé jeudi un ajournement indéfini du procès du président kenyan Uhuru Kenyatta à cause du manque de preuves après le retrait de deux témoins.

Lire la suite »
18 décembre 2013 Kenya

Le président Kenyatta appelle les travailleurs de la Santé à reprendre le travail

NAIROBI (Xinhua) – Le président kenyan Uhuru Kenyatta a appelé mercredi les travailleurs de la santé en grève à reprendre immédiatement le travail pour soulager la douleur et la souffrance des patients.

Lire la suite »

Uhuru Muigai Kenyatta (né le 26 octobre 1961) est un homme politique, homme d’affaires kenyan et quatrième et actuel président de la République du Kenya. Il a été député de Gatundu South de 2002 à 2013. Actuellement, il est membre et chef du parti du Jubilee Party of Kenya. Uhuru était auparavant associé à l’Union nationale africaine du Kenya avant de rejoindre l’Alliance nationale, l’un des partis alliés qui a fait campagne pour sa réélection lors des élections générales de 2017.

Il est le fils de Jomo Kenyatta, le premier président du Kenya, et de sa quatrième femme, Mama Ngina Kenyatta. Uhuru a été réélu pour un deuxième mandat lors des élections générales d’août 2017, remportant 54% des suffrages. La victoire a été officiellement déclarée à la télévision nationale par le président de la Commission indépendante des élections et des limites Wafula Chebukati. Cependant, l’élection d’Uhuru a été contestée avec succès devant la Cour suprême du Kenya par son principal concurrent, Raila Odinga. Le 1er septembre 2017, le tribunal a déclaré l’élection invalide et a ordonné qu’une nouvelle élection présidentielle ait lieu dans les 60 jours suivant le jour de la décision. Une nouvelle élection présidentielle s’est tenue le 26 octobre, qu’il a remportée, avec 39% de participation en raison de la fatigue des électeurs, de l’apathie des électeurs et du boycott de l’opposition.

Jeunesse

Uhuru est le fils de Jomo Kenyatta, le père fondateur du Kenya et le premier président de la République du Kenya (en fonction 1964-1978), avec sa quatrième épouse, Mama Ngina Kenyatta. Sa famille est originaire du Kikuyu, un groupe ethnique bantou. Son prénom « Uhuru » vient du terme swahili pour « liberté », et lui a été donné en prévision de l’indépendance prochaine du Kenya. Uhuru a fréquenté l’école St Mary à Nairobi. Entre 1979 et 1980, il a également brièvement travaillé comme caissier à la Kenya Commercial Bank.

Après l’école de St. Mary, Uhuru a continué à étudier l’économie, les sciences politiques et le gouvernement à Amherst College aux États-Unis. Après avoir obtenu son diplôme, Uhuru est retourné au Kenya et a lancé une entreprise, Wilham Kenya Limited, à travers laquelle il s’approvisionnait et exportait des produits agricoles. 

Uhuru a été nommé au Parlement en 2001, il est devenu ministre des collectivités locales sous le président Daniel Arap Moi et, malgré son inexpérience politique, a été favorisé par Moi comme son successeur. Kenyatta s’est présenté comme candidat de la KANU à l’élection présidentielle de décembre 2002, mais a perdu contre le candidat de l’opposition Mwai Kibaki par une large marge. Il est ensuite devenu chef de l’opposition au Parlement. Il a soutenu Kibaki pour sa réélection lors de l’élection présidentielle de décembre 2007 et a été nommé ministre des Gouvernements locaux par Kibaki en janvier 2008, avant de devenir vice-Premier ministre et ministre du Commerce en avril 2008 dans le cadre d’un gouvernement de coalition. 

Par la suite, Kenyatta a été ministre des Finances de 2009 à 2012, tout en restant vice-premier ministre. Accusé par la Cour pénale internationale (CPI) d’avoir commis des crimes contre l’humanité en relation avec les suites violentes des élections de 2007, il a démissionné de son poste de ministre des Finances le 26 janvier 2012. Il a été élu président du Kenya lors de l’élection présidentielle de mars 2013, battant Raila Odinga avec une faible majorité lors d’un seul tour de scrutin.

Vie politique

Uhuru est le fils de Jomo Kenyatta, le père fondateur du Kenya et le premier président de la république du Kenya (en fonction 1964-1978), avec sa quatrième épouse, Mama Ngina Kenyatta. Sa famille est originaire du Kikuyu, un groupe ethnique bantou. Son prénom « Uhuru » vient du terme swahili pour « liberté », et lui a été donné en prévision de l’indépendance prochaine du Kenya. Uhuru a fréquenté l’école St Mary à Nairobi. Entre 1979 et 1980, il a également brièvement travaillé comme caissier à la Kenya Commercial Bank. 

Après l’école de St. Mary, Uhuru a continué à étudier l’économie, les sciences politiques et le gouvernement à Amherst College aux États-Unis. Après avoir obtenu son diplôme, Uhuru est retourné au Kenya et a lancé une entreprise, Wilham Kenya Limited, à travers laquelle il s’approvisionnait et exportait des produits agricoles. 

Uhuru a été nommé au Parlement en 2001, il est devenu ministre des collectivités locales sous le président Daniel Arap Moi et, malgré son inexpérience politique, a été favorisé par Moi comme son successeur. Kenyatta s’est présenté comme candidat de la KANU à l’élection présidentielle de décembre 2002, mais a perdu contre le candidat de l’opposition Mwai Kibaki par une large marge. Il est ensuite devenu chef de l’opposition au Parlement. Il a soutenu Kibaki pour sa réélection lors de l’élection présidentielle de décembre 2007 et a été nommé ministre des Gouvernements locaux par Kibaki en janvier 2008, avant de devenir vice-Premier ministre et ministre du Commerce en avril 2008 dans le cadre d’un gouvernement de coalition. 

Par la suite, Kenyatta a été ministre des Finances de 2009 à 2012, tout en restant vice-premier ministre. Accusé par la Cour pénale internationale (CPI) d’avoir commis des crimes contre l’humanité en relation avec les suites violentes des élections de 2007, il a démissionné de son poste de ministre des Finances le 26 janvier 2012. Il a été élu président du Kenya lors de l’élection présidentielle de mars 2013, battant Raila Odinga avec une faible majorité lors d’un seul tour de scrutin.

Vie politique

Aux élections générales de 1997, Uhuru Kenyatta a contesté le siège parlementaire de la circonscription de Gatundu Sud, autrefois détenu par son père, mais a perdu contre Moses Mwihia, un architecte de Nairobi. 

En 1999, Moi a nommé Uhuru pour présider le Kenya Tourism Board, un organisme parapublic du gouvernement. Il a été nommé au Parlement en 2001, puis nommé au cabinet comme ministre des collectivités locales. Par la suite, il a été élu l’un des quatre vice-présidents nationaux de la KANU la même année.

En 2001, il a été nommé membre du Parlement et il a rejoint le Cabinet en tant que ministre des collectivités locales. Il serait également plus tard élu premier vice-président de la KANU.

Dans le processus de nomination en 2002 dans ce qui était largement considéré comme antidémocratique et sournois, Moi a influencé la nomination d’Uhuru Kenyatta comme candidat préféré à la présidentielle de KANU, déclenchant un tollé de la part d’autres candidats intéressés et une sortie massive du parti. Cette décision de Moi était considérée comme un stratagème pour installer Uhuru comme une marionnette afin que, même à la retraite, Moi gouvernerait toujours le pays par le biais d’Uhuru et s’isolerait vraisemblablement des accusations d’abus de pouvoir qui tourmentaient sa présidence.

Uhuru a terminé deuxième derrière Mwai Kibaki aux élections générales, avec 31% des voix. Il a concédé la défaite et a assumé un rôle de leadership actif en tant que chef de l’opposition. 

En janvier 2005, Uhuru Kenyatta a battu Nicholas Biwott pour la présidence de la KANU, remportant 2 980 voix parmi les délégués du parti contre les 622 voix de Biwott.

Uhuru a dirigé son parti KANU lors des campagnes référendaires contre le projet de constitution en 2005, après s’être associé au Parti libéral-démocrate, une faction rebelle du gouvernement de Kibaki, pour former le Mouvement démocratique orange. Le résultat a été un vote contre l’adoption du projet de constitution à une marge notable, ce qui a été un grand embarras politique pour Emilio Mwai Kibaki.

En novembre 2006, Kenyatta a été déplacé en tant que chef de la KANU par Biwott. Le 28 décembre 2006, la Haute Cour du Kenya a réintégré Uhuru Kenyatta à la présidence de la KANU. Cependant, de nouvelles procédures judiciaires ont suivi. Le 28 juin 2007, la Haute Cour a confirmé Kenyatta en tant que chef de parti, jugeant qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour l’argument de Biwott selon lequel Kenyatta avait rejoint un autre parti.

Dans la perspective des élections générales de 2007, il a conduit la KANU à rejoindre une coalition (appelée Parti de l’unité nationale « PNU ») avec le président Mwai Kibaki qui se présentait pour un second mandat contre Raila Odinga. PNU a remporté les élections controversées de 2007, mais le différend sur le scrutin a entraîné la crise kenyane de 2007-2008. En vertu d’un accord entre les deux parties pour mettre fin au chaos, Kibaki est resté président dans un accord de partage du pouvoir avec Raila en tant que Premier ministre, tandis que Uhuru Kenyatta était le choix de Kibaki en tant que vice-Premier ministre et ministre des Finances dans sa part des créneaux du Cabinet.

Le procureur de la CPI, Luis Moreno Ocampo, a accusé Uhuru, qui était un dirigeant de la PNU, comme coauteur indirect des violences qui ont suivi la crise kenyane de 2007-08, et les accusations ont été confirmées le 23 janvier 2012. Le procureur a également inculpé William Ruto qui avait soutenu l’ODM, rival du PNU lors des élections de 2007. Uhuru a démissionné de son poste de ministre des Finances après la confirmation des charges mais a maintenu son innocence. Les accusations ont été abandonnées le 13 mars 2015 pour manque de preuves.

Le 13 septembre 2007, Uhuru Kenyatta s’est retiré de l’élection présidentielle de décembre 2007 en faveur de Kibaki pour sa réélection. Il a dit qu’il ne voulait pas courir à moins d’être sûr de gagner.

Après l’élection, au milieu de la controverse qui a éclaté lorsque Kibaki a été déclaré vainqueur malgré les allégations de fraude du challenger Raila Odinga et de son Mouvement démocratique orange, Kibaki a nommé Kenyatta ministre des collectivités locales le 8 janvier 2008. Après que Kibaki et Odinga sont parvenus à un accord de partage du pouvoir, Kenyatta a été nommé vice-Premier ministre et ministre du Commerce le 13 avril 2008, au sein du Cabinet de la Grande Coalition. Il était le vice-premier ministre représentant la PNU, tandis qu’un autre vice-premier ministre, Musalia Mudavadi, représentait l’ODM.

Kenyatta et le reste du Cabinet ont prêté serment le 17 avril. Uhuru Kenyatta a ensuite été déplacé du gouvernement local et nommé ministre des Finances le 23 janvier 2009. Au cours de son mandat, il a dirigé un certain nombre de mesures de réforme qui ont changé la façon dont le Trésor et le gouvernement par extension traitent les affaires, comme le Système intégré de gestion financière (IFMIS) et un fonds pour l’inclusion du secteur informel dans l’économie principale.

En 2013, Uhuru Kenyatta a été élu 4e et actuel président du Kenya dans le cadre de la National Alliance (TNA), qui faisait partie de la Jubilee Alliance avec son colistier, le Parti républicain uni (URP), William Ruto. Uhuru et Ruto ont recueilli 50,07% des suffrages exprimés, avec leurs rivaux les plus proches, Raila Odinga et le colistier Kalonzo Musyoka de la Coalition pour les réformes et la démocratie, avec 42%. Raila Amolo Odinga a contesté les résultats des élections à la Cour suprême, qui a toutefois jugé (7-0) que l’élection d’Uhuru était valide et que les irrégularités qui existaient n’ont pas changé le résultat final. Uhuru Kenyatta a donc prêté serment en tant que président le 9 avril 2013. 

Uhuru s’est porté candidat aux élections du 4 mars 2013 et a recueilli 6 173 433 voix (50,03%) sur les 12 338 667 voix exprimées. Comme il dépassait le seuil des 50% plus 1, il a remporté l’élection au premier tour, évitant ainsi un second tour entre les deux premiers candidats. Il a donc été déclaré quatrième président de la République du Kenya par la Commission indépendante des élections et des limites (IEBC).

Selon l’IEBC, Raila Odinga a récolté 5 340 546 voix (43,4%) et a ainsi été le deuxième parmi huit candidats. CORD, sous la direction de la candidate à la présidentielle Raila Odinga, a déposé une requête auprès de la Cour suprême du Kenya le 10 mars 2013 pour contester l’élection d’Uhuru. Le 30 mars 2013, le Dr Willy Mutunga, juge en chef du Kenya, a rendu valide la décision unanime de la Cour suprême déclarant l’élection d’Uhuru Kenyatta et de son colistier William Ruto. Le 11 août 2017, le président de l’IEBC, Wafula Chebukati a annoncé la réélection d’Uhuru à un second mandat lors des élections générales de 2017 au Kenya, avec 54% des suffrages. Cela a été contesté par la suite devant le tribunal et annulé. Dans les événements qui ont suivi l’annulation, Kenyatta était considéré comme manquant de direction et étant un leader réactionnaire. Suite à cette annulation, une deuxième élection a été nécessaire au cours de laquelle Uhuru Kenyatta a remporté 98% des voix avec une participation de 38%. 

Le 9 mars 2018, Uhuru Kenyatta a conclu une trêve entre le chef de l’opposition, Raila Odinga. Cette action a marqué le tournant décisif du pays qui a redessiné son architecture politique. Le 27 novembre 2019, Uhuru Kenyatta a lancé les initiatives Building Bridges Initiatives (BBI) à Bomas au Kenya. C’est l’un des résultats entre lui et le chef de l’opposition Raila Odinga, car sa mise en œuvre prévoit certains amendements à la Constitution kenyane.

Controverses

Écarts budgétaires

Bien qu’il ait été affirmé que Uhuru était l’un des rares ministres à ne pas avoir de scandales liés à leur nom, le 29 avril 2009, il a fait face à une peur controversée après avoir présenté un budget supplémentaire qui a été approuvé par inadvertance par le Parlement. Le budget visait à combler le déficit budgétaire qui s’était créé en raison de la faible croissance économique. Le gouvernement a exigé 38 milliards de Ksh supplémentaires, mais a compromis sur un chiffre de 22 milliards de Kshs et les dépenses proposées non essentielles ont été reportées en conséquence. Après avoir voté sur le projet de loi présenté par Kenyatta, Gitobu Imanyara a soulevé des questions de divergence quant à ce qui avait été approuvé par la maison. Il est apparu que le parlement avait approuvé un budget de 31 milliards de Kshs contre 22 milliards de Kshs sur lesquels ils pensaient voter – une différence de 9,2 milliards de Kshs. Le vice-premier ministre a initialement défendu l’approbation, mais a reconnu plus tard qu’il y avait des erreurs informatiques ou typographiques dans le projet de loi de finances. Au milieu du débat qui fait rage sur la question litigieuse, le Président a ordonné au CID et à un comité parlementaire de l’interroger sur les divergences. Il a par la suite été dégagé de tout acte répréhensible par le Comité mixte des finances et du budget.

Accusations de la CPI liées aux violences postélectorales de 2007-2008

Le 15 décembre 2010, avant de devenir président, Kenyatta a été nommé suspect de crimes contre l’humanité par le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) Luis Moreno Ocampo, pour avoir planifié et financé des violences à Naivasha et Nakuru. Ceci était en relation avec la violence qui a suivi les élections nationales ratées de décembre 2007. Dans la foulée de son soutien politique au PNU de Kibaki à l’époque, il a été accusé d’avoir organisé un groupe politico-religieux de Kikuyu, le Mungiki, lors des élections post-électorales. la violence. Dans l’ensemble, les violences postélectorales de 2007 auraient fait environ 1 300 morts. Uhuru a maintenu son innocence et voulait que son nom soit effacé. Le 8 mars 2011, alors qu’il était ministre dans le gouvernement de Kibaki, il a été inculpé après avoir été convoqué à comparaître devant la chambre préliminaire de la CPI. Il devait comparaître à La Haye le 8 avril 2011 aux côtés de cinq autres suspects. Le 29 septembre 2011, alors qu’il cherchait à s’exonérer, Uhuru Kenyatta a mené une bagarre animée alors qu’il était contre-interrogé par le procureur en chef de la CPI, Luis Moreno Ocampo à La Haye, niant tout lien avec la secte Mungiki interdite. Il a déclaré que le Premier ministre Raila Odinga devrait assumer la responsabilité politique des actes de violence et des meurtres qui ont suivi les élections présidentielles de 2007 au Kenya. Il a déclaré aux trois juges qu ‘ »en disant à ses partisans que les résultats des élections étaient truqués, a attisé les tensions et n’a ensuite pas utilisé son influence pour réprimer la violence qui a suivi l’annonce des résultats présidentiels de 2007″.

Bien qu’Uhuru ait précédemment rejeté la convocation de la CPI, il a changé sa décision en cours de route. Avec ses deux autres suspects coaccusés, le chef de la fonction publique, l’ambassadeur Francis Muthaura et l’ancien commissaire de police Hussein Ali, le trio a honoré la convocation de la CPI qui cherchait à déterminer si leurs affaires répondaient aux normes établies pour les procès internationaux. Le 23 janvier 2012, la CPI a confirmé les cas contre Kenyatta et Muthaura bien que les charges contre Muthaura aient été abandonnées par la suite. De sérieuses inquiétudes ont été exprimées concernant cette affaire, en particulier la nature des preuves utilisées contre Kenyatta. Il y a également de graves préoccupations au sujet de la falsification de témoins et, en fait, un certain nombre de témoins ont disparu ou sont morts, ce qui est la raison invoquée par la CPI pour abandonner les charges contre Mathaura. Lors d’un discours à l’Union africaine le 12 octobre 2013, dans lequel il a donné un ton belliqueux, Uhuru a accusé la CPI d’être « un jouet des puissances impériales en déclin ».

Le 31 octobre 2013, la CPI a reporté le procès de Kenyatta pour crimes contre l’humanité de trois mois jusqu’au 5 février 2014 après que la défense eut demandé plus de temps. 

Le 8 octobre 2014, Kenyatta a comparu devant la CPI à La Haye. Il a été appelé à comparaître à la « conférence de mise en état » de la CPI lorsque l’accusation a déclaré que les preuves nécessaires à la poursuite du procès étaient retenues. Dans un discours au parlement kenyan, Kenyatta a déclaré qu’il se rendrait à La Haye à titre personnel – et non en tant que président du pays – afin de ne pas compromettre la souveraineté des Kenyans. Kenyatta n’a pas pris la parole devant le tribunal, mais a nié les accusations dans des commentaires aux journalistes alors qu’il quittait le tribunal pour prendre un vol de retour. « Nous, Kenyans, nous savons d’où nous venons, nous savons où nous allons, et personne ne nous dira quoi faire », a-t-il déclaré. Les juges ont ajourné les audiences et les charges ont été abandonnées le 13 mars 2015. 

Le Parti de l’Alliance Nationale (TNA)

Le 20 mai 2012, Uhuru Kenyatta a assisté au lancement minutieusement assemblé et très médiatisé du parti de l’Alliance nationale dans un dôme moderne de haute technologie au Kenyatta International Conference Center. Sa présence au lancement de la TNA était une indication forte qu’il se présenterait pour le ticket de nomination présidentielle du parti dans sa quête de la présidence aux élections générales de 2013.

Le ministre de la Justice et des Affaires constitutionnelles, Eugene Wamalwa, et le député de la circonscription d’Eldoret North, William Ruto, ont conduit plus de 70 députés à la cérémonie. Le président de l’Assemblée législative de l’Afrique de l’Est, Abdi Ramadhan, les ministres du Cabinet Mohamed Yusuf Haji, Jamleck Irungu Kamau, le Dr Naomi Shaaban, Samuel Poghisio, le professeur Sam Ongeri et le Dr Mohammed Kuti et les députés Charles Cheruiyot Keter, Aden Bare Duale et Mohamed Maalim Mohamud a également assisté à l’événement.

Les discours prononcés lors du lancement ont tourné autour de la nécessité d’une économie florissante, de la nécessité de défendre les droits des personnes de toutes les classes dans la société, de la nécessité d’une coexistence pacifique, de la nécessité d’un leadership visionnaire et engagé, de la nécessité d’un leadership transformateur, la nécessité d’une récolte jeune de professionnels engagés dans le leadership, la nécessité de processus de nomination et d’élection libres et équitables aux élections générales, la nécessité d’une jeunesse économiquement autonome et un appel à mettre fin aux intérêts politiques et sectaires protéger le Kenya du glissement vers la dictature. Machel Waikenda a été directeur des communications et secrétaire aux arts et spectacles de l’Alliance nationale, d’avril 2012 à août 2013 et a dirigé le département des médias et des communications du parti lors des élections de 2013.

Élections partielles (17 septembre 2012)

Le 17 septembre 2012, le parti de l’Alliance nationale a eu son premier véritable test lorsqu’il a contesté diverses positions civiques et parlementaires lors d’une élection partielle couvrant 17 sièges au total ; 3 parlementaires et 14 civiques. Au total, 133 054 voix ont été exprimées lors des élections partielles et la TNA a dominé le peloton après avoir recueilli 38,89% ou 51 878 voix, suivie du Mouvement démocratique orange avec 33,7% ou 44 837 voix, du Parti de l’unité nationale avec 4,46% ou 5 929 voix, Wiper Democratic Mouvement avec 4,44% ou 5 912 voix et Forum démocratique uni avec 4,15% ou 5 520 voix.

La TNA a remporté des sièges civiques et parlementaires dans 7 comtés différents tandis que ses concurrents les plus proches, l’ODM a remporté des sièges dans 4 comtés. Le Parti de l’Alliance nationale est resté un candidat sérieux aux élections générales de l’année suivante, après avoir reçu des défections majeures d’autres grands partis politiques du Kenya. L’élection réussie des principaux candidats de TNA (Uhuru Kenyatta et William Ruto) a continué d’améliorer la viabilité de TNA.

En janvier 2015, cependant, la TNA a fusionné avec l’URP pour former le Jubilee Alliance Party (JAP).

Élections présidentielles de 2013

Le parti d’Uhuru Kenyatta, l’Alliance nationale (TNA) a rejoint le Parti républicain uni (URP) de William Ruto, le Parti du congrès républicain (RCP) de Najib Balala et le parti National Rainbow Coalition de Charity Ngilu pour former la coalition Jubilee Alliance. Divers sondages d’opinion avant les élections ont placé Uhuru parmi les principaux candidats, et son Jubilee Alliance parmi les plus populaires. L’autre formidable coalition était la Coalition pour la réforme et la démocratie (CORD), dirigée par Raila Odinga.

Dans une séquence vidéo secrète, publiée dans un reportage de la BBC le 19 mars 2018, le directeur général de Cambridge Analytica, un cabinet de conseil politique qui a travaillé pour élire Donald Trump lors de l’élection présidentielle américaine de 2016, se vantait que son entreprise avait dirigé avec succès la présidentielle. campagnes électorales au Kenya en 2013 et 2017, bien qu’il n’ait pas nommé Kenyatta explicitement. « Nous avons rebaptisé l’ensemble du parti deux fois, écrit le manifeste, fait des recherches, des analyses, des messages », a déclaré Turnbull, au sujet des campagnes que son entreprise a gérées au Kenya. « Je pense que nous avons écrit tous les discours et nous avons organisé le tout – donc à peu près tous les éléments de ce candidat. » Un vice-président du Parti du Jubilé a admis le 20 mars 2018, que le parti avait engagé une filiale de Cambridge Analytica pour « image de marque » aux élections de 2017. 

Uhuru Kenyatta a été officiellement déclaré président élu le samedi 9 mars à 14 h 44. 

Selon les résultats officiels de l’IEBC, Uhuru a obtenu 6 173 433 des 12 221 053 votes valides exprimés avant la deuxième place Raila Odinga qui a récolté 5 340 546 (43,7%). Le résultat d’Uhuru a été de 50,51% des voix et était supérieur au seuil de 50% plus 1 vote fixé dans la constitution de 2010, ce qui en fait le président élu.

Conflit de résultats

Il y avait un certain mécontentement à l’égard des résultats officiels, comme on pouvait s’y attendre dans une élection aussi vivement contestée, en particulier dans les bastions de Raila Odinga. Le retard excessif dans la publication des résultats et la défaillance technique de certaines garanties et du matériel électoral déployés par l’IEBC n’ont pas aidé à penser que l’élection avait été loin d’être libre et équitable.

En outre, un sondage de sortie effectué par le professeur UCSD Clark Gibson et James Long, Asst. Le professeur et l’Université de Washington ont suggéré que ni Odinga ni Kenyatta n’avaient atteint le seuil de 50% plus une voix. Les analystes Ont soutenu que, même si des élections pour cinq autres niveaux se sont tenues au Kenya en même temps, leur taux de participation national et le total des votes ont été inférieurs d’environ 16% au total présidentiel ; par exemple. tandis que 10,6 millions d’électeurs ont élu des candidats à l’Assemblée nationale, au Sénat et aux 47 sièges de gouverneur, près de 2 millions de plus ont voté à l’élection présidentielle. Cela a alimenté l’inquiétude et les spéculations sur la manipulation des votes en faveur du président Kenyatta.

Deux groupes ont contesté ces résultats et déposé des pétitions contestant divers aspects de ces résultats à la Cour suprême du Kenya pour contester le résultat. Les groupes étaient la Coalition pour la réforme et la démocratie, CORD, dirigée par Raila Odinga, et le Centre africain pour la gouvernance ouverte (AFRICOG). Uhuru Kenyatta et son colistier étaient intimés dans ces affaires et étaient représentés respectivement par Fred Ngatia et Katwa Kigen. 

Décision de la Cour suprême

Les juges de la Cour suprême ont confirmé à l’unanimité l’élection d’Uhuru Kenyatta en tant que quatrième président du Kenya après avoir rejeté la pétition de Raila Odinga dans un verdict rendu le samedi 30 mars 2013. Le juge en chef Willy Mutunga, dans sa décision, a déclaré que les élections avaient bien été menées conformément à la Constitution et à la loi.

Assermentation présidentielle

Après que la Cour suprême eut rejeté les pétitions, la cérémonie de prestation de serment a eu lieu le 9 avril 2013 au Moi International Sports Center, Kasarani, Nairobi, conformément à l’article 141, paragraphe 2, point b), de la constitution qui stipule qu’en cas la Cour suprême confirme la victoire du président élu, l’assermentation aura lieu « le premier mardi suivant le septième jour suivant la date à laquelle le tribunal rend une décision déclarant l’élection valide ».

Présidence

Lors de son discours inaugural, Uhuru a promis une transformation économique à travers Vision 2030, l’unité entre tous les Kenyans, des soins maternels gratuits et qu’il servira tous les Kenyans. Il a également promis d’améliorer les normes d’éducation au Kenya. Lors des célébrations de la journée de Madaraka, fête nationale célébrée le 1er juin lors de l’indépendance du pays, le président Uhuru Kenyatta a annoncé la gratuité des soins maternels dans tous les établissements de santé publics, une décision saluée par de nombreux Kenyans. 

Le 1er septembre 2017, la Cour suprême du Kenya a annulé la réélection d’Uhuru Kenyatta après que la Commission électorale et des frontières indépendante (IEBC) lui eut annoncé le vainqueur le 8 août 2017. 

Il a prêté serment le 28 novembre 2017 pour son deuxième mandat présidentiel. 

Défis

Ses principaux défis incluent le coût élevé de la vie, l’augmentation de la dette publique, une masse salariale publique élevée et des allégations de corruption parmi des personnes proches de son gouvernement. Les élections générales de 2017 et sa violence sont également un défi qui menaçait non seulement sa présidence mais aussi l’avenir de la Nation est-africaine.

Projet de loi sur les salaires publics

Le coût salarial public élevé a été un casse-tête pour l’administration d’Uhuru. Au début de son mandat, le Président a dénoncé la masse salariale élevée qui était de 12% du PIB (contre 7% recommandés). En 2015, le Président a déclaré que la masse salariale représentait 50% du total des recettes annuelles du gouvernement. Pour tenter de le réduire, le président a annoncé une réduction de salaire pour lui-même et son cabinet en mars 2014, réduisant son salaire de 20%. On espérait que les hauts salaires du gouvernement emboîteraient le pas, mais cela ne s’est pas concrétisé. Une autre mesure a été la Commission constitutionnelle des salaires et des rémunérations nouvellement créée qui, espérait-on, régulariserait les salaires, mais elle a dû faire face à une bataille de haut niveau contre les membres du Parlement, qui souhaitent protéger leurs revenus et les syndicats. Le président a ensuite ordonné un audit de la masse salariale du gouvernement afin de débusquer les travailleurs fantômes. L’audit a identifié 12 000 travailleurs fantômes. Dans l’intervalle, des fonctionnaires de rang inférieur ont exigé des augmentations de salaire, plus particulièrement de la part des enseignants et des agents de santé, qui ont déclenché des grèves à divers moments pour exiger l’augmentation. Les grèves dans le secteur de la santé affectent principalement les comtés, l’autre niveau de gouvernement du Kenya, car il est géré par les unités déconcentrées.

Relations étrangères

Les relations extérieures du président avaient été dominées par la question de la CPI. On s’attendait à ce que ses relations avec l’Occident soient froides, d’autant plus que l’Occident a averti les Kenyans de ne pas l’élire à la présidence. Le Royaume-Uni a promis de n’avoir des contacts essentiels avec lui que s’il était élu. Cependant, sa relation avec l’Occident a considérablement dégelé et il a participé au sommet États-Unis-Afrique ainsi qu’à un sommet en Somalie au Royaume-Uni. La CPI a cependant accusé son gouvernement de frustrer ses efforts d’enquête sur son cas. La CPI a cependant déchargé le président de toute implication dans la frustration.

Ses activités ont cependant été plus robustes au niveau africain où il a poussé plus de commerce intra-africain et l’indépendance économique des nations africaines. En novembre 2014, il a lancé des consultations pour réformer le Conseil de sécurité des Nations Unies afin d’élargir la voix de l’Afrique au Conseil. Il a réussi à rallier l’UA contre la CPI, ce qui a abouti à un sommet extraordinaire des chefs d’État africains qui a décidé que les chefs d’État africains en exercice ne devraient pas comparaître devant la CPI. L’UA a en outre demandé au Conseil de sécurité de suspendre son procès devant la CPI ; pour la première fois, la résolution du Conseil de sécurité a été rejetée par abstention, 9 membres du Conseil s’étant abstenus plutôt que de voter contre afin de ne pas offenser Kenyatta. L’Assemblée des États parties à la CPI modifierait deux jours plus tard le statut de la CPI pour permettre à l’un d’apparaître par liaison vidéo, une proposition que le président Kenyatta avait faite lorsqu’il était vice-premier ministre.

Le président Kenyatta a dirigé et négocié des accords de paix au Soudan du Sud et en République démocratique du Congo. Au niveau de l’Afrique de l’Est, il a développé une relation étroite avec le président ougandais Yoweri Museveni et le président rwandais Paul Kagame, créant la Coalition of the Willing, un groupe au sein de la CAE qui a signé de nouveaux accords de développement et économiques conjoints. que les autres partenaires de la CAE, y compris un visa touristique commun.

Il a assisté aux funérailles de Nelson Mandela et a été accueilli chaleureusement par la foule. Il a également assisté aux funérailles du président zambien Michael Sata en novembre 2014. Cependant, il avait été perçu que les relations de son administration avec le Botswana étaient tendues en raison de l’appui du Botswana au processus de la CPI. Il s’est depuis rendu au Botswana pour éliminer cette perception et le Botswana a voté en faveur de la résolution de l’UA sur la CPI. 

Comme prévu, il est resté proche de la Chine qui finance la plupart de ses projets d’infrastructure.

Voyages à l’étranger

En novembre 2015, il a été noté qu’il était le président kenyan le plus voyagé par rapport à ses prédécesseurs. L’un des principaux journaux nationaux a noté qu’Uhuru Kenyatta avait été à l’étranger 43 fois en novembre 2015 dans une période d’environ trois ans depuis sa prise de fonction en 2013, contre 33 fois sur une période de 10 ans. par son prédécesseur Mwai Kibaki. L’unité des communications stratégiques du président est venue défendre ces voyages en déclarant que ces voyages avaient rapporté plus que ce qu’il en avait coûté aux contribuables pour les financer.

Cotes d’approbation

La première année au pouvoir de son gouvernement a reçu de faibles notes du grand public. C’est après qu’un sondage de Synovate a indiqué que plus de la moitié de la population était mécontente de la façon dont le gouvernement avait mené ses affaires. Les mêmes sondages ont également classé la présidence comme la deuxième institution la plus fiable après les médias. Après sa comparution à La Haye pour son cas de la CPI en octobre 2014, son taux de sondage s’est amélioré à 71%, selon un sondage de Synovate. Un sondage réalisé par Gallup en août 2014 a évalué son taux d’approbation à 78%, ce qui lui confère la troisième meilleure cote d’approbation de poste parmi les présidents africains après Ian Khama du Botswana et Ibrahim Boubacar Keïta du Mali. Cependant, en 2018 après les élections de 2017, la plupart des Kenyans n’étaient pas satisfaits des politiques mises en œuvre par le gouvernement. Ils comprenaient des taxes sur le carburant élevées qui rendaient pratiquement tous les autres produits très chers pour la plupart des Kenyans.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés