Afrique du Nord
9 juin 2020

La Tunisie, première équipe nationale africaine de football à reprendre les entraînements

Équipe nationale de Tunisie | Les Aigles de Carthage seront les premiers internationaux africains à retrouver le pré après la suspension […]

12 avril 2020 Afrique de l'Ouest

Classement FIFA Avril 2020 : quand le Covid-19 permet au Soudan du Sud de gagner une place

Dakar (© 2020 Afriquinfos) –En pleine pandémie du Coronavirus, la FIFA a publié son classement du mois d’avril. Alors que […]

Lire la suite »
26 août 2019 Afrique du Nord

Aigles de Carthage : Radhi Jaïdi pour prendre la succession d’Alain Giresse

Tunis (© 2019 Afriquinfos) –Depuis l’officialisation du départ d’Alain Giresse, la course à sa succession a été lancée par la […]

Lire la suite »
21 août 2019 Afrique du Nord

Après CAN 2019 : Et de 13, Alain Giresse aussi quitte les Aigles de Carthage

Tunis (© 2019 Afriquinfos)- Alain Giresse a officiellement quitté ce mercredi la direction de la sélection nationale de Tunisie. Le […]

Lire la suite »
9 juillet 2019 Fil AFP

CAN 2019: La Côte d’Ivoire et la Tunisie dominées mais qualifiées en quarts

LE CAIRE (© 2019 AFP) – Dominer ne suffit pas: la Tunisie et la Côte d’Ivoire se sont hissées, lundi, […]

Lire la suite »
31 octobre 2018 Football

Football/Amical : Les Lions de l’Atlas opposés aux Aigles de Carthage le 20 novembre prochain

Radés (© 2018 Afriquinfos)- Le Maroc et la Tunisie seront aux prises le 20 novembre prochain pour un match amical. L’information […]

Lire la suite »
18 octobre 2018 Football

Classement FIFA/septembre 2018 : La Tunisie solide leader sur le Continent 

Zurich (© 2018 Afriquinfos)- Tunisie-Sénégal-RDC, c’est le trio de tête africain du classement FIFA du mois de septembre rendu public […]

Lire la suite »
19 juin 2018 Football

Mondial 2018/4 matches, 3 défaites pathétiques culottes baissées pour les équipes d’Afrique !!

MOSCOU (© CHRONIQUE «WORLD CUP 2018 SPIRIT» Afriquinfos) – Sur le papier, on savait plusieurs équipes supérieures aux 5 formations africaines […]

Lire la suite »
18 octobre 2017 Football

Tunisie : les Aigles de Carthage classés 1ère nation africaine du football

Tunis (© Afriquinfos 2017)- La Tunisie est selon le classement d’octobre 2017 de la FIFA, le nouveau roi du football […]

Lire la suite »
22 janvier 2017 Gabon

Football/Le Gabon, 4ème pays organisateur out dès le 1er tour dans l’histoire de la CAN

LIBREVILLE (©Afriquinfos 2017) – La CAN 2017 livre depuis ce dimanche les noms complets des 2 équipes qualifiées par poules. […]

Lire la suite »
14 janvier 2015 Football

CAN 2015 : Les équipes débarquent déjà à Malabo

MALABO (© 2015 Afriquinfos) – Décidemment, les Requins Bleus veulent être toujours aux premières loges dans la perspective de cette 30ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations. Première équipe à se qualifier pour la compétition, le Cap-Vert est l’une des toutes premières à rendre publics ses 23 sélectionnés, et est désormais la première sélection à poser ses valises à Malabo, capitale de la Guinée équatoriale, pays hôte de la CAN 2015.

Lire la suite »
17 décembre 2014 Football

CAN 2015/ Préparatifs : Ca se précise pour les équipes qualifiées

MALABO (© 2014 Afriquinfos) – La Coupe d’Afrique des Nations Guinée équatoriale 2015, ce n’est plus qu’une question de jours. Le 17 janvier prochain, les hostilités démarreront sur les différents stades. Les 16 équipes qualifiées pour cette phase finale en sont déjà à l’étape des préparatifs. Les listes des 23 commencent à être dévoilées et les lieux des stages aussi. Focus sur quelques équipes qualifiées.

Lire la suite »
8 juin 2014 Football

Mondial 2014 : Interruption du match de préparation Belgique-Tunisie à cause d’une violente grêle

BRUXELLES (Xinhua) – Le dernier match de préparation des Diables rouges (équipe nationale belge de football) avant le Mondial 2014, face à la Tunisie, a été interrompu par une violente tempête de grêle, a constaté samedi soir un journaliste de Xinhua, au Stade Roi Baudouin à Bruxelles.

Lire la suite »
26 juin 2013 Football

Jeux Méditerranéens : Le Maroc disputera la finale de football

MERSIN (© 2013 Afriquinfos) – La compétition de la 17e édition des Jeux Méditerranéens n’est pas encore terminée, elle se clôture le 30 juin, mais on peut déjà faire un premier bilan sur les médailles gagnées par les jeunes de nos équipes favorites : les jeunes d’Afrique du nord n’ont pas à rougir de leurs performances.

Lire la suite »
1 février 2013 Football

CAN 2013 : La Tunisie, meilleure équipe éliminée de la compétition

TUNIS (Xinhua) – Après avoir échoué à passer aux quarts de finale, la sélection tunisienne de football vient de terminer la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2013) en Sud-Afrique à la 9e position en tant que meilleure équipe éliminée de la compétition.

Lire la suite »

L’équipe nationale tunisienne de football représente la Tunisie dans le football international masculin depuis leur premier match en 1957. Elle est dirigée par la Fédération tunisienne de football, fondée en 1957 après l’indépendance tunisienne en 1956. Les Tunisie sont connues sous le nom de Les Aigles de Carthage (Les Aigles de Carthage). Les couleurs de l’équipe sont le rouge et le blanc, et l’aigle à tête blanche son symbole, périodes de représentation régulière tunisienne au plus haut niveau international, de 1962 à 1978, de 1994 à 2008 et à nouveau à partir de 2014, la plupart des matchs à domicile de la Tunisie se jouent au Stade Olympique de Radès à Radès depuis 2001, l’équipe représente à la fois la FIFA et la Confédération Africaine de Football (CAF).

L’équipe nationale tunisienne a participé à trois grandes compétitions quadriennales de football. Il est apparu dans les phases finales de cinq Coupes du Monde de la FIFA et dix-huit Coupe d’Afrique des Nations, et a participé à quatre tournois olympiques de football. Néanmoins, ils ont créé l’histoire dans ce tournoi de 1978 en Argentine en devenant la première équipe africaine à remporter un match de Coupe du monde, battant le Mexique 3-1. Ils ont également détenu les champions en titre de l’Allemagne de l’Ouest à un match nul et vierge avant de s’incliner. Ils se sont depuis qualifiés pour trois tournois consécutifs, en 1998, 2002 et 2006 avant de revenir lors de la dernière édition tenue en Russie en 2018 ; cependant, malgré ce riche record, la Tunisie n’a jamais pu progresser en phase de groupes dans aucun tournoi de la Coupe du monde de la FIFA ou des Jeux olympiques d’été. La Tunisie entretient des rivalités de football de longue date avec des équipes nord-africaines : l’Égypte, le Maroc et l’Algérie. En fait, l’équipe tunisienne les a toujours rencontrés, que ce soit lors de matches amicaux ou lors des éliminatoires de la Coupe du monde et de la Coupe d’Afrique des nations. La Tunisie est l’une des équipes nationales africaines les plus performantes en compétitions, ayant remporté une Coupe d’Afrique des nations, en tant qu’hôtes du tournoi en 2004. Ils ont également été deux fois finalistes en 1965 en tant qu’hôtes et en 1996 en Afrique du Sud.

La Tunisie est un cas notoire car c’est l’un des participants les plus réussis et les plus fréquents dans les grandes compétitions africaines, mais il ne répond pas aux mêmes attentes en dehors de l’Afrique. Bien que la Tunisie ait remporté une CAN et participé à quatre Jeux olympiques d’été et cinq Coupes du monde de la FIFA, les Tunisiens n’ont pas réussi à progresser au-delà de la phase de groupes des Jeux olympiques et de la Coupe du monde.

Histoire de l’équipe de Tunisie de football

Début (1928-1956)

Avant l’indépendance, une équipe officieuse a été formée en 1928, comprenant les meilleurs joueurs tunisiens de la Ligue tunisienne. Le premier match de l’équipe a eu lieu le 11 mars 1928, contre l’équipe nationale de France de football B ; La Tunisie a perdu 8-2. Leurs prochains matchs amicaux, contre la même équipe le 23 mars 1930 et le 26 mars 1933, entraînent également de lourdes défaites : 0–5 et 1–6 respectivement. La Tunisie a dû attendre jusqu’en 1939 pour remporter son premier match : une victoire 4-1 sur une équipe de footballeurs amateurs parisiens.

Les joueurs les plus limités de cette période sont :

  • Gustave Ducousso (Olympique Béja) : 22 sélections
  • Gaetano Chiarenza (CS Hammam-Lif) : 21 sélections
  • Azzopardi (Olympique Béja) : 19 sélections
  • Larbi Ben Hassine -Larbi Bardo- (Espérance de Tunis) : 16 sélections
  • Rachid Sehili (Étoile du Sahel) : 16 sélections
  • Mehl (Racing Club) : 15 sélections
  • Laâroussi Tsouri (Espérance de Tunis) : 15 sélections
  • Ben Moussa (US Tunis) : 15 sélections
  • Alaya Douik (Étoile du Sahel) : 14 sélections
  • Dara (Sporting Club Tunis) : 11 sélections.

Après l’indépendance (1956-1962)

Dès l’indépendance proclamée en 1956, les dirigeants tunisiens du football ont pris les mesures nécessaires pour créer un organisme exclusivement national en remplacement de la Ligue tunisienne de football (une émanation de la Fédération française de football). Ces démarches ont conduit à la création de la Fédération Tunisienne de Football (FTF) dirigée par Chedly Zouiten, agréée le 29 mars 1957. Reconnue d’utilité publique, la FTF a depuis investi dans sa double mission de promotion du football et de gestion de la compétition nationale ainsi que les différentes équipes représentant la Tunisie dans les compétitions internationales. Malgré cela, l’équipe nationale tunisienne a été constituée avant l’indépendance. L’entraîneur tunisien Rachid Turki a été nommé premier entraîneur de la Tunisie. Un match amical a eu lieu deux jours avant l’indépendance, et c’était devant l’équipe de France du Sud-Ouest. La Tunisie a réussi à gagner le match grâce au but de Ghariani.

L’équipe tunisienne était la suivante : Zine el-Abidine Chennoufi, Sadok Dhaou (alors Mohieddine Zeghir), Azaiez Jaballah, Driss Messaoud, Hassen Tasco, Abdou Béji, Ali Hannachi «Haj Ali», Amedée Scorsone, Hédi Braïek, Noureddine Diwa, Khemais Ghariani.

L’équipe tunisienne a également joué un match avec l’équipe autrichienne FC Admira Wacker Mödling le 30 décembre de la même année et a réussi à gagner 4-1 grâce à deux buts de D ه wa et Braïek et l’équipe tunisienne était la suivante: Mohamed Bennour (alors Houcine El Bez), Youssef Sehili, Azaiez Jaballah, Mokhtar Ben Nacef, Mehrez Jelassi, Abdou Béji, Ali Hannachi «Haj Ali», Abderrahman Ben Ezzedine, Hédi Braïek, Noureddine Diwa (puis Khemais Gharianiani), Hammadi Henia.

La Tunisie a obtenu son indépendance de la France le 20 mars 1956. La Fédération tunisienne de football a été fondée le 29 mars 1957 et est affiliée à la FIFA et à la Confédération africaine de football en 1960. La Tunisie indépendante a joué son premier match contre l’Algérie le 1er juin 1957, dans le au milieu de la guerre d’Algérie; La Tunisie a perdu 2-1. Ils ont joué leur premier match officiel aux Jeux panarabes de 1957, où ils ont remporté la Libye 4-3 après avoir marqué le premier but tunisien lors d’une compétition officielle de Farzit. Ils ont également réussi à traverser l’Irak et le Liban avant de s’incliner en finale contre la Syrie 3-1. En 1960, le Yougoslave Milan Kristić a été le premier étranger à entraîner l’équipe nationale, de sorte que la Tunisie s’est qualifiée pour les Jeux olympiques d’été de 1960, qui étaient leur premier événement international après avoir battu Malte, le Maroc et le Soudan ; le 24 juillet 1960, l’équipe a connu sa plus grande défaite de tous les temps, s’inclinant 10-1 contre la Hongrie. Cependant, moins d’un mois plus tard, le 18 août 1960, la Tunisie a enregistré sa plus grande victoire de tous les temps: un 8-1 contre Taïwan. Quant aux Jeux Olympiques, les résultats ont été très médiocres lors du premier match et malgré l’ouverture du score par Kerrit à la troisième minute, mais l’équipe polonaise est revenue dans le match et a gagné 6-1. Ils ont également perdu contre l’Argentine 2-1 avant d’être à nouveau battus, cette fois contre le Danemark 3-1.

Génération dorée (1962-1978)

Frane Matošić a été nommé entraîneur de l’équipe en tant que deuxième entraîneur yougoslave de l’équipe tunisienne après que Kristić a conduit la Tunisie à se qualifier pour les Jeux olympiques. En 1962, la Tunisie est entrée pour la première fois dans les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations : l’équipe s’est qualifiée pour le tournoi après avoir vaincu le Maroc et le Nigeria et a terminé troisième après avoir battu l’Ouganda lors du match pour la troisième place. La fédération tunisienne a nommé l’entraîneur français André Gérard pour former l’équipe à continuer de travailler avec des entraîneurs étrangers. L’équipe a réussi à couronner la Coupe des nations arabes 1963 pour être le premier championnat de l’équipe, après avoir obtenu des résultats impressionnants, notamment en remportant la Syrie, la Jordanie, le Liban et le Koweït. La Tunisie s’est également qualifiée pour la Coupe d’Afrique des Nations 1963 malgré la sortie du premier tour. La CAF a décidé que la Tunisie accueillerait la Coupe d’Afrique des Nations 1965, malgré le fait que seulement 9 ans se sont écoulés depuis l’indépendance du pays, en plus d’une génération distinguée de joueurs, notamment Abdelmajid Chetali et Attouga qui ont atteint la finale après avoir battu L’Ethiopie 4-0 dans le match d’ouverture au Stade Chedly Zouiten, mais elle a perdu 3-2 contre le Ghana en prolongation de la finale. Malgré ce premier succès, la Tunisie n’est entrée à nouveau en Coupe des Nations qu’en 1976 en Éthiopie et ne s’est qualifiée pour celle-ci qu’en 1978.

En 1973, cependant, l’équipe est entrée dans la Palestine Cup of Nations et a gagné de manière dominante, remportant tous les six de leurs matchs en battant la Syrie, l’Égypte, la Palestine, le Yémen et l’Irak, marquant 19 buts et n’en concédant que trois avec l’entraîneur tunisien Ameur Hizem .

En février 1975, après une courte expérience de l’entraîneur hongrois André Nagy, l’entraîneur de l’ES Sahel, Abdelmajid Chetali est engagé. Cela a coïncidé avec le retour de l’équipe à la compétition en Coupe d’Afrique des Nations avant de se mesurer au Soudan avant qu’il ne réussisse à se qualifier après 13 ans d’absence en 1978 après avoir vaincu l’Égypte et la Guinée en qualifications. Dans le même temps, l’équipe a pu se qualifier pour la première fois en Coupe du Monde de la FIFA en 1978 après une performance remarquable dans les qualifications dirigées par une génération distinguée comme Mokhtar Dhouib, Néjib Ghommidh, Raouf Ben Aziza et Tarak Dhiab. Ils ont réservé le seul siège africain en allant dans des équipes telles que le Maroc, l’Algérie, le Nigeria et l’Egypte. Avant la Coupe du monde, la Tunisie a participé à la Coupe d’Afrique et a remporté l’Ouganda pour se retrouver en demi-finale avant de s’incliner face au Ghana, pays hôte, pour disputer le match pour la troisième place avec le Nigéria. La Tunisie a d’abord pris les devants, mais lorsque le Nigeria a marqué un égaliseur controversé à la 42e minute, les Tunisiens ont quitté le terrain en signe de protestation et le Nigeria a remporté une victoire 2-0 par défaut.

Lors de la Coupe du monde en Argentine, la Tunisie a eu un impact immédiat en venant de derrière après que les préparatifs n’étaient pas au niveau souhaité après un match nul avec la Hongrie 2-2 et une défaite de la France 2-0 et une autre grande défaite contre les Pays-Bas 4-0.

Lors du premier match, le Mexique a réussi à passer à travers un penalty en première mi-temps pour mettre fin à la pause 1-0 pour l’équipe mexicaine. Et avant le début de la seconde mi-temps, l’entraîneur tunisien Chetali a jeté le drapeau tunisien devant les joueurs et a quitté le vestiaire. La Tunisie a réussi à revenir dans le match après qu’Ali Kaabi a marqué l’égalisation pour que la Tunisie entre dans l’histoire en tant que premier joueur tunisien à marquer un but en Coupe du Monde à la 55e minute avant d’ajouter deux buts pour terminer le match 3-1.

Lors du deuxième match, ils ont réalisé une bonne performance contre la Pologne avant que l’équipe ne perde 1-0, mais lors du dernier match, il était juste au coin de gagner le champion en titre de l’Allemagne de l’Ouest avant la fin du match 0-0. Cette performance a été admirée par la plupart des analystes qui ne s’y attendaient pas, ce qui a contribué à faire passer le nombre d’équipes africaines qualifiées pour la Coupe du monde à deux. L’équipe a été reçue à l’aéroport international de Tunis-Carthage par des Tunisiens, fournis par le président tunisien Habib Bourguiba, disant aux joueurs qu’ils avaient accompli la tâche de 50 ambassadeurs, car ils ont contribué au rayonnement international de la Tunisie.

Après cette performance impressionnante, l’entraîneur Abdelmajid Chetali a décidé de démissionner après une période remarquable au cours de laquelle il a réussi à atteindre l’équipe nationale tunisienne au niveau international. Cependant, la période qui suivra sa démission sera remplie de plusieurs troubles qui durent depuis des années.

Déclin (1978–1994)

Après sa première expérience de football en Coupe du monde, la Tunisie a connu une baisse soudaine après le passage d’entraîneurs tunisiens comme Ameur Hizem et Hmid Dhib qui ont retiré l’équipe lors des éliminatoires de la Coupe du monde en 1982 contre le Nigéria malgré la participation de dizaines de joueurs qui ont joué le édition précédente. Entre 1980 et 1992, l’équipe n’a réussi à se qualifier que pour deux tournois – la Coupe d’Afrique des nations 1982 et les Jeux olympiques d’été de 1988 – et dans les deux, ils ont été éliminés au premier tour. En fait, la Tunisie s’est qualifiée pour la Coupe d’Afrique organisée par son voisin la Libye avec le sélectionneur polonais Ryszard Kulesza après avoir été bannie en Coupe d’Afrique des Nations 1980 mais a obtenu des résultats négatifs: a fait match nul avec le Cameroun 1 à 1 lors du premier match avant d’être battu contre la Libye 2 à 0 et le Ghana. 1–0 pour se retirer d’un seul point. Kulesza n’a pas non plus réussi à se qualifier pour la Coupe d’Afrique 1984 après la défaite contre l’Égypte, qui a précipité son départ. L’entraîneur Youssef Zouaoui a été nommé pour superviser l’équipe et a pris un bon départ en remportant des matchs amicaux contre le Nigeria 5-0 et le Canada 2-0 et a également dépassé le Bénin et la Guinée lors des premiers tours des éliminatoires de la Coupe du monde en 1986. Cependant, il a échoué. pour se qualifier pour la Coupe d’Afrique des Nations 1986 après la défaite contre l’équipe libyenne, qui était forte à cette période. Mais cela ne les a pas empêchés d’atteindre le dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde en battant le Nigeria avant d’être battu devant l’Algérie, qui s’est qualifiée pour la deuxième fois.

L’ancien entraîneur du Cameroun Jean Vincent a été embauché mais n’a pas réussi à se qualifier pour la Coupe d’Afrique 1988 au Maroc après sa défaite contre l’Algérie. Il a également obtenu des résultats catastrophiques au football aux Jeux africains avec des défaites contre le Cameroun, Madagascar et le Kenya. Il a été immédiatement limogé. Taoufik Ben Othman a été nommé qui était l’ancien entraîneur adjoint de Chetali dans l’équipe de 1978. Les résultats se sont relativement améliorés car ils se sont qualifiés pour les Jeux Olympiques après avoir dépassé le Maroc (grâce au but de Tarak Dhiab à la dernière minute) et l’Égypte lors des éliminatoires mais Ben Othman a été limogé quelques jours avant le début de la compétition après les mauvais résultats du 1988 Arab Nations Cup et l’échec de la victoire dans leurs matchs contre l’Arabie saoudite, le Liban, l’Égypte et l’Irak, ainsi que les mauvais résultats des matches amicaux contre Malte, la Finlande et l’Allemagne de l’Est.

L’entraîneur polonais Antoni Piechniczek a été nommé temporairement et a supervisé l’équipe lors du premier tour des éliminatoires de la Coupe du monde 1990 et également en finale des Jeux Olympiques où les résultats n’étaient pas bons après avoir fait match nul avec la Chine 0-0 et la Suède 2-2 et une lourde défaite de l’Allemagne de l’Ouest 1–4.

Mokhtar Tlili a été nommé entraîneur mais les résultats ne se sont pas améliorés en ne se qualifiant pas pour la Coupe d’Afrique d’Algérie 1990 après la lourde défaite au Sénégal, qui a précipité son départ et l’arrivée d’Antoni Piechniczek à nouveau et n’a pas réussi les éliminatoires de la Coupe du monde en 1990 après la défaite au dernier tour contre le Cameroun à contracter avec l’entraîneur Mrad Mahjoub. Bien qu’il n’ait pas pu se qualifier à nouveau pour la Coupe d’Afrique 1992, la fédération lui a renouvelé sa confiance en raison des performances respectables qu’il avait données lors des éliminatoires car l’équipe a été éliminée avec une différence de buts contre l’Égypte, en plus de gagner la Belgique lors d’un match amical mais la sortie anticipée des éliminatoires de la Coupe du monde en 1994 a contribué à son licenciement après un match nul avec le Maroc pour être remplacé par l’entraîneur Youssef Zouaoui avant la Coupe d’Afrique de 1994 qui se tiendra en Tunisie donc l’équipe a réussi à briser la séquence en 1994 en accueillant ce Coupe d’Afrique des Nations de l’année remplaçant les hôtes d’origine, le Zaïre, mais le résultat a été catastrophique et inattendu avec une défaite du Mali 2-0 dans le match d’ouverture au stade El Menzah devant 45 000, ce qui a contribué au licenciement de Zouaoui après le match d’ouverture et compensé par Faouzi Benzarti, qui a fait match nul avec le Zaïre dans le deuxième match terminant en bas du groupe.

Début de la résurgence (1994-2002)

Après avoir confirmé le déclin du football tunisien, il a été décidé d’engager un entraîneur qui connaît bien le football africain. L’ancien entraîneur de la Côte d’Ivoire Henryk Kasperczak a été nommé et les résultats de l’équipe se sont progressivement améliorés. Ils ont réussi à se qualifier pour la Coupe d’Afrique pour la première fois en 14 ans grâce à la qualification après avoir vaincu le Libéria et le Sénégal.

Lors de la finale de la Coupe d’Afrique des nations de 1996, la Tunisie a mal commencé après un match nul contre le Mozambique et une défaite contre le Ghana, mais ils ont terminé deuxième de leur groupe, les plaçant en quarts de finale dépassant le premier tour pour la première fois depuis 1978 après avoir remporté la Côte d’Ivoire 3-1. La Tunisie a ensuite battu le Gabon en quart de finale et la Zambie en demi-finale 4-2 pour atteindre leur première finale majeure en 31 ans, mais a perdu contre le pays hôte, l’Afrique du Sud 2-0.

Cette performance a été appréciée par les fans tunisiens qui ne s’attendaient pas à ce développement dans l’équipe dirigée par une nouvelle génération, notamment Chokri El Ouaer, Zoubeir Baya et Adel Sellimi. Ils ont également été reçus par le président Zine El Abidine Ben Ali à l’aéroport.

Au cours de cette période, la Tunisie s’est qualifiée pour les Jeux Olympiques de 1996 après avoir dépassé la Guinée. L’équipe n’a pas atteint ce qui était attendu après la défaite du Portugal et des États-Unis avec le même résultat 2-0 en plus du match nul contre l’Argentine 1-1 qui les a éliminés de la phase de groupes.

Toujours sous la direction de Kasperczak, ils se sont qualifiés pour la Coupe d’Afrique des Nations 1998 après avoir battu la Guinée et la Sierra Leone et se sont qualifiés pour le dernier quart-temps en tête du groupe avec une victoire sur la RD Congo, le Togo et la défaite du Ghana. En quart de finale, où ils ont été éliminés lors d’une séance de tirs au but par le pays hôte, le Burkina Faso.

Au cours de cette période, l’équipe s’est qualifiée pour le deuxième tour des éliminatoires de la Coupe du monde après avoir battu le Rwanda. La Tunisie a été classée dans le groupe 2 avec l’Égypte, qui était un candidat solide pour la qualification, mais la Tunisie a réussi à se qualifier pour la Coupe du Monde de la FIFA 1998 pour la deuxième fois de son histoire et la première depuis 20 ans après avoir remporté l’Égypte, le Libéria et la Namibie . L’équipe a disputé des matchs amicaux avant la Coupe du monde avec le Pays de Galles (gagné 4-0), l’Autriche (perdu 1-2) et le Chili (perdu 2-3). En finale, ils n’ont pas réussi à passer des phases de groupes, s’inclinant 2-0 contre l’Angleterre et 1-0 contre la Colombie et tirant 1-1 contre la Roumanie. Kasperczak a été limogé et remplacé par l’entraîneur italien Francesco Scoglio, qui a idéalement qualifié l’équipe pour la Coupe d’Afrique des Nations 2000 après avoir remporté l’Algérie, l’Ouganda et le Libéria.

La Tunisie s’est qualifiée pour les troisièmes de finale de la compétition pour la troisième fois consécutive avec difficulté après la défaite au premier tour du Nigeria et la victoire contre le Congo et nul contre le Maroc alors que l’équipe a réussi à se qualifier pour la demi-finale en vainquant l’Egypte avant ils ont perdu trois contre le Cameroun et ont terminé la compétition à la quatrième place avec une défaite de l’Afrique du Sud aux tirs au but.

L’année suivante, Scoglio part pour rejoindre Genoa CFC, déclenchant une période d’instabilité sévère. L’entraîneur allemand Eckhard Krautzun, a été nommé et qualifié l’équipe à la Coupe d’Afrique des Nations 2000 avec difficulté avec un groupe qui comprend le Maroc, le Gabon et le Kenya, il a réussi à mener l’équipe à la Coupe du monde en Corée du Sud et au Japon pour la troisième moment de son histoire avec un groupe difficile, dont la Côte d’Ivoire et la RD Congo. Krautsen a été licencié de façon surprenante malgré les bons résultats après une vive dispute avec les responsables de la Fédération tunisienne de football. Henri Michel l’a remplacé, mais a été limogé lorsque la Tunisie s’est retirée de la Coupe d’Afrique des Nations 2002 sans marquer un seul but après un match nul avec le Sénégal et la Zambie et une défaite contre l’Égypte. Enfin, Ammar Souayah a pris le relais à temps pour la Coupe du monde 2002; L’équipe a fait match nul contre la Norvège et la Corée du Sud et a été battue par le Danemark et la Slovénie. En finale, la Tunisie n’a pas pu faire mieux que la performance de 1998, faisant match nul 1 à 1 avec la Belgique mais perdant 2 à 0 face à la Russie et co-hôtes du Japon, ce qui fait que la fédération cherche un grand entraîneur avant le début de la Coupe d’Afrique 2004 organisée par la Tunisie.

Époque Lemerre : domination africaine (2002-2008)

Après la Coupe du monde 2002, l’ancien sélectionneur français Roger Lemerre a pris le relais, devenant ainsi le cinquième manager tunisien en moins de deux ans. En plus de stabiliser le navire, Lemerre était chargé de remporter la Coupe d’Afrique des Nations 2004, que la Tunisie organiserait parce que sa carrière d’entraîneur lui donne le droit d’entraîner l’équipe alors qu’il remportait la Coupe du Monde de la FIFA 1998 en tant qu’assistant, l’UEFA Euro 2000 et la Coupe des Confédérations de la FIFA 2001. Au cours de la préparation du tournoi, l’équipe s’est imposée comme favorite avec plusieurs résultats amicaux impressionnants, maintenant la France et le Portugal à 1 à 1 nuls et battant la Suède 1 à 0 en plus des bons résultats avec les géants africains en battant le Sénégal, Cameroun, Ghana et Côte d’Ivoire. Tous ces indicateurs en plus d’accueillir le tournoi ont fait de l’équipe tunisienne un candidat solide pour remporter la coupe.

La Tunisie s’est qualifiée invaincue depuis la phase de groupes, battant le Rwanda 2-1 dans le match d’ouverture du tournoi avant de remporter le deuxième match contre la RD Congo 3-0 et de faire match nul 1-1 avec la Guinée. L’équipe a ensuite battu le Sénégal 1 à 0 en quart de finale grâce au but de Jawhar Mnari à la 65e minute et du Nigeria aux tirs au but 5 à 3 en demi-finale après un match nul 1 à 1 pour affronter le Maroc en finale, où les buts de Francileudo Santos et Ziad Jaziri ont donné à la Tunisie une victoire de 2 à 1, ce qui signifie que la Tunisie a remporté la Coupe d’Afrique des Nations pour la première fois de son histoire. Lemerre est devenu le premier entraîneur à remporter deux tournois continentaux différents, après avoir remporté l’Euro 2000 avec la France. La victoire a donné naissance au surnom actuel de l’équipe tunisienne, les « Aigles de Carthage », et en conséquence, l’insigne de l’équipe a été changé pour son design actuel, qui intègre un aigle.

Au cours de la même période, la Tunisie s’est qualifiée pour la quatrième fois de son histoire pour les Jeux Olympiques de 2004, surpassant après qu’un groupe solide comprenant l’Égypte, le Nigéria et le Sénégal se soit imposé à Athènes face à de grandes équipes. La Tunisie était juste autour de la qualification pour les quarts de finale de la compétition mais la différence de buts l’a empêchée. Après un match nul 1-1 avec l’Australie et une défaite 2-0 face à l’Argentine pour ajouter à battre la Serbie 3-2 pour laisser de bonnes impressions dans la compétition et consacrer leur présence internationale.

La victoire en Coupe d’Afrique des Nations 2004 les a qualifiés pour la Coupe des Confédérations de la FIFA 2005, où ils ont été tirés au sort dans un groupe difficile comprenant l’Allemagne, l’Argentine et l’Australie. Le match d’ouverture de ce tournoi a opposé la Tunisie à l’Argentine, qui a gagné de justesse 2-1. Lors du deuxième match, les Tunisiens se sont battus à la 74e minute où ils ont accepté trois buts de l’équipe allemande pour terminer le score 3-0, tandis qu’au troisième match, ils ont réussi à battre l’Australie 2-0 pour laisser de bonnes impressions.

La même année, l’équipe tunisienne a disputé les éliminatoires de la Coupe du monde en 2006 et a réussi à acquérir la Guinée, le Kenya, le Malawi, le Botswana et le Maroc, qui les ont attirés lors du dernier tour 2-2 au Stade 7 novembre devant 65 000 spectateurs, ce qui a permis au national tunisien de se qualifier pour la Coupe du monde pour la quatrième fois de son histoire et troisième d’affilée, dédiée à la domination africaine de l’équipe tunisienne. L’année suivante, ils n’ont pas réussi à défendre leur titre de coupe continentale des nations, s’inclinant contre le Nigeria en quart de finale aux tirs au but malgré le bon départ en phase de groupes après avoir remporté la Zambie 4-1 et l’Afrique du Sud.

Avant le début de la Coupe du monde 2006, ils ont disputé des matchs amicaux qui étaient généralement bons après une victoire de 0-0 contre l’Uruguay et une victoire de 3-0 contre le Bélarus. En finale, ils ont de nouveau échoué en phase de groupes après un match nul au premier tour avec l’Arabie saoudite 2-2 à Munich. Au deuxième tour, l’équipe a joué avec les équipes les plus puissantes du monde et est l’Espagne dirigée par Raúl, Iker Casillas, Carles Puyol et Sergio Ramos et la Tunisie a réussi à progresser dans le résultat à la 8e minute grâce au but de Jawhar Mnari, mais l’équipe a encaissé 3 buts dans les dernières minutes pour vaincre durement 3-1. Au dernier tour, l’équipe a perdu contre l’Ukraine 1-0 grâce au but de Shevchenko avec un penalty pour quitter la Tunisie la Coupe du monde avec un seul point.

Après la Coupe du monde, l’équipe a réussi à se qualifier pour la Coupe d’Afrique 2008 après s’être qualifié contre le Soudan, les Seychelles et Maurice. La Tunisie a été candidate au Championnat d’Afrique après les performances exceptionnelles de ces dernières années en plus de la présence de 7 joueurs de l’Étoile Sportive du Sahel, qui était alors champion d’Afrique et la Tunisie a pu se qualifier pour le quart de finale. les finales en tête après avoir battu l’Afrique du Sud 3–1 et égalité avec le Sénégal 2–2 et l’Angola 0–0 mais ils ont été très durs à battre le Cameroun 3–2 en prolongation pour quitter la Tunisie des quarts de finale. Le 30 juin 2008, Roger Lemerre a quitté la Tunisie après six ans, le plus long règne de tous les entraîneurs de l’équipe. Il a été remplacé par l’entraîneur portugais Humberto Coelho.

Déceptions (2008-2014)

Sous Coelho, la Tunisie s’est qualifiée pour la Coupe d’Afrique des Nations 2010 et les éliminatoires de la Coupe du monde ont bien commencé avec une victoire sur le Kenya et le Mozambique et un match nul avec le Nigeria à la dernière minute au stade Abuja devant 60 000. Il n’a fallu qu’un point pour se qualifier avant la défaite à la 83e minute au Mozambique pour quitter le Nigéria, Coelho a été limogé immédiatement et l’entraîneur Faouzi Benzarti a été embauché pour superviser l’équipe lors de la Coupe d’Afrique 2010 ; lui aussi a été limogé après que la Tunisie a été éliminée de la phase de groupes, tirant ses trois matchs contre le Gabon, le Cameroun et la Zambie terminant en bas du groupe.

En juin 2010, Bertrand Marchand a été nommé manager sur un contrat de deux ans, dans le but d’atteindre les demi-finales de la Coupe d’Afrique des Nations 2012 notamment après les excellents résultats qu’il a obtenus avec l’ES Sahel au niveau africain et international. Cependant, la qualification a mal commencé, avec deux défaites contre le Botswana et un nul 2-2 contre le Malawi, ramenant l’équipe tunisienne à la 65e place du classement de la FIFA, la pire de son histoire. Marchand a été limogé en décembre, seulement six mois après son terme de deux ans.

Le début de l’année 2011 a vu des événements politiques difficiles en Tunisie. Dans ce contexte tumultueux, et avec peu de préparation sous la direction du nouvel entraîneur Sami Trabelsi, l’équipe a étonnamment remporté le Championnat d’Afrique des Nations 2011, après des victoires contre le Sénégal et le Rwanda au premier tour ainsi que contre la RD Congo et l’Algérie en séries éliminatoires et battant l’Angola 3– 0 en finale obligeant la fédération à prolonger le contrat de Trabelsi. La Tunisie s’est ensuite qualifiée pour la Coupe d’Afrique des Nations 2012 et a réussi à se qualifier pour le tour suivant après avoir battu le Maroc et le Niger et la défaite du Gabon, mais une défaite en prolongation contre le Ghana les a à nouveau éliminés en quart de finale. La Tunisie a fait encore pire dans le tournoi suivant où la qualification a été difficile contre la Sierra Leone, tombant en phase de groupes après une grosse défaite contre la Côte d’Ivoire 3-0 en plus du match nul contre le Togo malgré une victoire 1-0 sur l’Algérie en qui Youssef Msakni a marqué ce qui a ensuite été voté le but du tournoi.

En février 2013, Sami Trabelsi a été remplacé par Nabil Maâloul. Sous Maâloul, les résultats se sont détériorés car la Tunisie n’a pas réussi les éliminatoires de la Coupe du monde après une défaite 2-0 contre l’équipe nationale de football du Cap-Vert bien que les résultats des éliminatoires de la Coupe du monde aient été bons initialement en battant la Guinée équatoriale et la Sierra Leone, mais le Cap-Vert se sont avérés avoir aligné un joueur inadmissible et la Tunisie a remporté une victoire 3-0, les mettant en phase éliminatoire. Maâloul ayant déjà démissionné, l’entraîneur néerlandais Ruud Krol a pris le relais pour les éliminatoires à deux jambes, mais la Tunisie a perdu 4-1 contre le Cameroun et Krol lui-même a ensuite démissionné, laissant l’équipe tunisienne aller mal.

Retour à l’amélioration (2014–)

L’entraîneur belge Georges Leekens a été nommé début 2014 pour tenter de faire revivre la fortune de l’équipe. Les premiers résultats ont été positifs, notamment un match nul (1-1) contre la Colombie et une victoire 1-0 contre la Corée du Sud, tous deux en matches amicaux. Sous Leekens, l’équipe est passée du 49e au 22e rang en quelques mois dans le classement FIFA afin que l’équipe retrouve son éclat continental après l’émergence d’une nouvelle génération de joueurs. La Tunisie s’est qualifiée pour la Coupe d’Afrique des Nations 2015 et a terminé en tête de son solide groupe, dont le Sénégal, l’Égypte et le Botswana. Lors de la finale du tournoi, la Tunisie a terminé première de son groupe pour la première fois depuis 2008 en remportant la Zambie 2-1 et en tirant avec le Cap-Vert et la RD Congo avec le même résultat 1-1 mais a été éliminée en quart de finale après une polémique La défaite de 2 à 1 contre l’hôte de la Guinée équatoriale faisant de la CAF a interdit l’arbitre Rajindraparsad Seechurn pendant six mois pour sa « mauvaise performance » lors du tournoi. En juin 2015, Leekens a étonnamment démissionné de 2015 pour des raisons de sécurité après avoir restauré le glamour de l’équipe. En juillet 2015, Henryk Kasperczak est revenu comme entraîneur après 17 ans. Il a réussi à qualifier l’équipe pour la Coupe d’Afrique 2017 en tête avec la victoire sur le Libéria, le Togo et Djibouti.

Il a également atteint les quarts de finale de la compétition après avoir battu l’Algérie et le Zimbabwe 4-2 avant de s’incliner à nouveau dans ce tour, cette fois contre le Burkina Faso 2-0. Les défaites en matches amicaux contre le Cameroun et le Maroc avec le même résultat 1-0 ont conduit au limogeage de Kasperczak. Le 27 avril 2017, Nabil Maâloul est revenu comme entraîneur malgré la désapprobation des supporters tunisiens suite à l’échec des éliminatoires de la Coupe du monde 2014, mais cette fois il a qualifié la Tunisie pour la Coupe du monde FIFA 2018 en Russie pour la cinquième fois dans l’histoire de la Tunisie. et le premier depuis 12 ans après avoir gagné contre la RD Congo, la Guinée et la Libye dans la qualification. La qualification de la Tunisie pour la Coupe du Monde de la FIFA 2018 et ses résultats positifs dans les matches amicaux contre l’Iran et le Costa Rica ont conduit à sa 14e place au classement mondial de la FIFA pour la première fois de son histoire, après avoir été première dans les équipes africaines et surpassant des équipes comme l’Italie et Pays-Bas. Malgré cela, lors de la Coupe du monde, la performance de l’équipe n’a pas atteint le niveau escompté et a de nouveau été éliminée de la phase de groupes après avoir perdu 1 à 2 contre l’Angleterre à cause du but de Harry Kane à la dernière minute et un 2 complet. –5 thrash contre la Belgique, avant de remporter le dernier match 2-1 contre le Panama, la première victoire de la Tunisie en Coupe du monde depuis qu’elle avait battu le Mexique 3-1 en 1978. Ainsi, toutes les victoires de la Tunisie en Coupe du monde ont été contre les équipes de la CONCACAF. En raison de cette performance lamentable, l’équipe tunisienne a été fortement critiquée pour ses performances peu prometteuses et le record douteux de l’équipe en Coupe du monde, et est tombée parmi les 20 meilleures équipes du classement FIFA.

L’équipe a vécu une courte expérience avec Faouzi Benzarti, qui a réussi à se qualifier pour la Coupe d’Afrique des Nations 2019 dépassant l’Égypte, le Niger et Eswatini avant d’être licencié en raison de problèmes entre lui et le président de la Fédération tunisienne de football Wadii Jarii.

En décembre 2018, l’entraîneur français Alain Giresse a été embauché pour superviser l’équipe lors de la finale de la CAN 2019 en raison de son expérience dans le football africain et de son record exceptionnel en tant que joueur avec l’équipe nationale française.

Le début de la compétition a été médiocre après trois nuls en phase de groupes contre l’Angola 1-1 et le Mali dans le même résultat 1-1 avant un nul 0-0 contre la Mauritanie pour se qualifier pour la ronde 16 avec beaucoup de difficulté en deuxième place. Au tour suivant, les résultats se sont améliorés en battant le Ghana aux tirs au but pour se qualifier pour les quarts de finale et aussi battre la surprise du tournoi de Madagascar 3-0 pour se qualifier pour les demi-finales pour la première fois en 15 ans lorsque la Tunisie a remporté le La CAN en 2004 avant de s’incliner de justesse contre le Sénégal 1-0 en prolongation après un différend d’arbitre de Bamlak Tessema pour n’avoir pas donné un penalty clair à la Tunisie 4 minutes avant la fin du match pour terminer la compétition à la quatrième place derrière le Nigeria. Néanmoins, c’est la meilleure performance de la Tunisie depuis qu’elle a remporté la CAN 2004 à domicile.

Stade à domicile

Après l’indépendance de la Tunisie en 1956, le stade national tunisien était le stade Chedly Zouiten qui a une capacité de 18 000 personnes et a accueilli tous les matches de l’équipe tunisienne. Il a également accueilli la Coupe d’Afrique des Nations de 1965 et 1994 et le Championnat du monde junior de la FIFA 1977 avant d’être remplacé après la construction du Stade El Menzah (45 000) en 1967 pour les Jeux méditerranéens de 1967. Le premier match de la Tunisie au stade a été joué le 8 septembre 1967 contre la Libye. La Tunisie a remporté le match 3-0. Ce stade est devenu le nouveau bastion des Aigles de Carthage. Il a accueilli le Championnat du Monde Juniors de la FIFA 1977 et a été entièrement rénové pour la Coupe d’Afrique des Nations de 1994. Il a également accueilli la Coupe d’Afrique des Nations 2004. En 2001, le Stade Olympique de Radès a été inauguré en tant que stade national de la Tunisie avant les Jeux méditerranéens de 2001. Situé à Radès, le stade a une capacité de 60000 places. Le premier match au stade a été joué le 7 juillet 2001 contre l’Étoile du Sahel et le CS Hammam-Lif pour la finale de la Coupe de Tunisie. Le CS Hammam-Lif a remporté le match 1-0, Anis Ben Chouikha marquant le seul but. Depuis ce match, la Tunisie a utilisé le stade pour presque tous les grands matches à domicile, y compris la finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2004. Les Tunisiens accueillent souvent leurs matchs au Stade Mustapha Ben Jannet à Monastir qui a une capacité de 20 000 personnes.

En outre, il existe de nombreux autres sites qui accueillent l’équipe tunisienne, comme le Stade Olympique de Sousse, qui a accueilli un match amical entre la Tunisie et la Suisse en novembre 2012 et a également accueilli un match de qualification AFCON 2012 entre la Tunisie et le Tchad qui était remporté par la Tunisie 5-0.

Le Stade Municipal de Gabès a également été choisi pour accueillir un match amical entre la Tunisie et la Mauritanie qui s’est terminé par un match nul en octobre 2016.

Supporteurs de l’équipe de Tunisie de football

Les fans de l’équipe nationale tunisienne arborent le drapeau national du pays, généralement en mettant l’accent sur l’élément rouge. L’un des plus grands moments de l’équipe tunisienne a été l’accueil chaleureux de la délégation tunisienne à l’aéroport international de Tunis-Carthage après l’épopée de 1978 qui a ravi les Tunisiens, qui se souviennent encore des détails, et de la brillante performance de l’équipe. a été crédité de l’ajout d’une nouvelle place de qualification à l’Afrique pour la Coupe du Monde. La popularité de l’équipe est également apparue lors de la Coupe d’Afrique des Nations 2004 en Tunisie, où la foule était très fréquentée pendant cette période. Le Stade Olympique de Radès de Radès a été rempli de 60 000 spectateurs lors des six matches du tournoi.

La détérioration de l’équipe après la Coupe du monde 2006 a conduit à leur absence des phases finales des deux prochaines coupes du monde et a mis à rude épreuve leur popularité. En fait, les stades étaient presque vides avec les matches de l’équipe nationale à cette période. Entre 2008 et 2014, des journalistes locaux ont accusé l’équipe tunisienne de leurs piètres performances.

Parmi les fans qui ont continué à soutenir l’équipe dans les mauvais moments, Bechir Manoubi était l’un des plus fidèles. Il a assisté aux matchs de l’équipe dans le monde entier depuis 1960, il était célèbre pour porter le chapeau mexicain et son costume avec des milliers de slogans et de cartes pour les différents événements qu’il couvrait. Le match de qualification pour la Coupe du monde 2006, le 6 octobre 2005, entre la Tunisie et le Maroc, quelques jours avant sa mort, était le dernier événement auquel il ait participé.

L’émergence de joueurs qualifiés et la montée d’une nouvelle génération prometteuse en plus de bons résultats au second mandat de Henryk Kasperczak, ont accru l’enthousiasme des fans et leur foi dans une campagne de Coupe du monde réussie. En raison de ce pic de popularité, la FIFA a nommé les supporters tunisiens parmi les meilleurs de la Coupe du Monde de la FIFA 2018.

Ce choix intervient après la grande fréquentation des masses tunisiennes, qui se sont tournées vers la Russie en grand nombre entre 15 et 20 mille fans, ont assisté et soutenu l’équipe tunisienne dans leurs trois matches de groupe de la Coupe du monde. Cependant, le soutien des fans a chuté, la Tunisie n’ayant à nouveau pas répondu à ses attentes, les Tunisiens n’ayant pas pu progresser depuis la phase de groupes lors de sa cinquième participation à la Coupe du monde.

Rivalités de l’équipe de Tunisie de football

Les principaux rivaux du football tunisien sont ses voisins l’Algérie, le Maroc et l’Égypte, avec lesquels il partage des relations culturelles et politiques étroites. Une distinction notable est que la Tunisie a souvent de moins bonnes performances à ces équipes dans les matchs amicaux et domine le reste dans les compétitions officielles.

Algérie

La Tunisie a joué jusqu’à aujourd’hui 45 matchs contre l’Algérie.

Le premier match eut lieu le 1er juin 1957 lors d’un match amical contre l’équipe de football du FLN alors que l’Algérie était une colonie française. C’est à cette époque que les matchs étaient les plus réguliers. En effet, les deux équipes se sont rencontrées six fois, entre juin 1957 et mai 1958, avec huit victoires pour les Algériens.

Après l’indépendance de l’Algérie, le premier match officiel a eu lieu le 15 décembre 1963, lors d’un match amical au stade Chedly Zouiten en Tunisie. Les équipes se sont également rencontrées à trois reprises lors de la phase de qualification de la Coupe du monde en 1970, 1978 et 1986. Le bilan général est légèrement favorable aux Algériens avec seize victoires, quatorze nuls et quatorze défaites. La dernière défaite de l’Algérie contre ses voisins remonte au 20 janvier 2017 lors de la Coupe d’Afrique des Nations 2017 organisée par le Gabon. Avant ce match, les deux équipes s’étaient rencontrées une fois en finale de la Coupe d’Afrique des nations en 2013, également dominée par les Tunisiens. Actuellement, les Algériens dominent le record du face à face et la réussite internationale, néanmoins, dans les compétitions officielles, la Tunisie se révèle plus dominante que l’Algérie.

Maroc

Les Tunisiens et les Marocains ont joué 50 matchs depuis leur indépendance de la France en 1956.

Leur premier match était pour la qualification pour la Coupe du monde 1962, qui a eu lieu le 30 octobre 1960 à Casablanca. La plupart des matches ont été disputés en qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA, car ils se sont rencontrés lors des éliminatoires de 1962, 1970, 1978, 1990, 1994 et 2006. Ils se sont également rencontrés 4 fois en Coupe d’Afrique des Nations. Deux d’entre eux se sont soldés par un match nul en 1978 et 2000 et les deux autres matchs avec la victoire de l’équipe tunisienne en 2004 et 2012 Coupe d’Afrique des nations.

En fait, leur match le plus important a été la finale de la Coupe d’Afrique des nations 2004 au stade 7 novembre en Tunisie, où les Tunisiens ont remporté leur premier titre africain. Le bilan global est favorable aux Marocains avec 13 victoires, 28 nuls et 9 défaites; mais la Tunisie a réussi à dominer la majorité des rencontres officielles dans les grandes compétitions. Le dernier match entre les équipes maghrébines remonte au 28 mars 2017 lors d’un match amical remporté par le Maroc à Marrakech qui a contribué au limogeage de l’entraîneur tunisien Henryk Kasperczak.

Les deux équipes sont similaires en ce qui concerne les deux ayant une seule Coupe d’Afrique et les deux équipes se sont également qualifiées pour cinq Coupes du Monde, malgré leurs nombreux matchs de qualification à la Coupe du Monde. Ils se sont qualifiés pour le même tournoi en 1998 en France et 2018 en Russie.

Egypte

Le match entre l’Égypte et l’équipe tunisienne est l’un des meilleurs et des plus passionnants matchs d’Afrique pour leur longue histoire continentale. Les deux équipes se sont rencontrées 39 fois lors de matches officiels et amicaux. Les équipes tunisiennes et égyptiennes ont récolté 25 matchs officiels et 14 matchs amicaux. Le bilan général est légèrement favorable aux Tunisiens qui ont remporté 16 matches et l’Egypte a remporté 12 matchs et terminé 11 matchs avec un nul; cependant l’Égypte a obtenu plus de succès en Afrique que la Tunisie.

Les Eagles ont marqué 42 buts dans le but des Pharaons, tandis que l’Égypte n’a marqué que 35 buts contre la Tunisie. Le match marquant le plus grand but a été le 11 décembre 1977 pour la qualification de la Coupe du Monde de la FIFA 1978 (CAF) après la grande victoire des Tunisiens 4-1 qui a contribué à leur qualification pour la Coupe du Monde.

La Tunisie a affronté l’équipe égyptienne à 7 reprises lors des qualifications pour la Coupe du monde ou la Coupe d’Afrique des nations. Les trois qualifications de la Coupe du monde se sont déroulées en 1974, 1978 et 1998 où la Tunisie s’est qualifiée lors des deux dernières éditions contre l’Egypte. Les quatre éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations ont eu lieu en 1978 (la Tunisie a gagné 3–2 après le nul 2–2), 1984 (0–0 nul à Tunis et les Pharaons ont gagné au Caire 1–0), 1992 (les équipes ont tiré 2– 2 fois) et 2015 (la Tunisie a respectivement gagné 1-0 et 2-1), en plus des qualifications actuelles pour la cinquième fois en 2019, dont la Tunisie a remporté le premier match 1-0 à Radès et perdu le deuxième match à Alexandrie 2– 3.

Les deux équipes se sont rencontrées deux fois en finale de la Coupe d’Afrique des nations en 2000 au Nigéria lorsque la Tunisie a gagné 1-0 et lors de la prochaine édition en 2002 au Mali lorsque l’Égypte a remporté le même résultat. Hossam Hassan est le plus de joueurs égyptiens participant aux matchs des Pharaons contre les Aigles de Carthage avec 12 matchs, tandis que Wahbi Khazri arrive comme le plus de joueurs tunisiens à participer à leurs matchs contre l’Egypte par 3 matchs.

L’Egypte et la Tunisie partagent également un record douteux similaire en Coupe du Monde de la FIFA, les deux équipes n’ayant pas pu progresser au-delà de la phase de groupes.

Honneurs de l’équipe de Tunisie de football

Compétitions officielles

Compétitions africaines

Coupe d’Afrique des Nations
  •  Champions : 2004
  • Finaliste : 1965, 1996 Médaille de bronze 
  • Troisième place : 1962
  • Quatrième place : 1978, 2000, 2019
Championnat d’Afrique des Nations
  •  Champions : 2011
Jeux Africains
  •  Médaille d’argent : 1991
  • Médaille de bronze : 2007

Compétitions arabes

Coupe arabe des nations
  • 1ère place, champion médaillé d’or : 1963
Coupe de Palestine des Nations
  • 1ère place, champion médaillé d’or : 1973
Jeux panarabes
  • 2e place, médaillé d’argent Médaille d’argent : 1957

Compétitions méditerranéennes

Jeux méditerranéens
  • 1ère place, médaillé d’or Médaille d’or : 2001
  • 2e place, médaillé d’argent Médaille d’argent : 1971
  • 3e place, médaillé (s) de bronze Médaille de bronze: 1975, 2013

Autres compétitions

Compétitions amicales

Coupe du 7 novembre
  • 1ère place, médaillé d’or Champions 1991, 1993, 1995
Trophée International de Catalogne
  • 1ère place, médaillé d’or Champions 2011, 2016
Coupe LG
  • Champions 1997
  • 2e place, médaillé (s) d’argent
 Tournoi international de football de Malte
  • 3e place, médaille (s) de bronze 3e place 1994
Tournoi des quatre nations de Tunis
  •  Champions 2003
Tournoi de Tripoli
  •  Champions 1965
Jeux d’amitié
  •  Finaliste 1963
  • 3e place 1985
Coupe Kuneitra
  •  3e place 1974

Prix

Prix ​​CAF

Équipe nationale africaine de l’année
  • 1ère place, médaillé d’or 1995, 1999, 2004, 2005
  • 2e place, médaillé d’argent 1996, 1997

Kits historiques

Kits

Le kit à domicile de l’équipe nationale tunisienne est entièrement blanc avec une garniture rouge, et le kit extérieur est entièrement rouge avec une garniture blanche.

  • Allemagne Adidas 1970–1994
  • Italie Loto 1994–1998
  • Allemagne Uhlsport 2000-2001
  • Allemagne Puma 2002–2010
  • Suisse Burrda Sport 2010–2016
  • Allemagne Uhlsport 2016-2018
  • Italie Kappa 2019–
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés