Fil AFP
11 février 2020

Une quarantaine de dirigeants du continent à l’ouverture du 33e sommet de l’Union africaine

Addis-Abeba (© 2020 Afriquinfos)-Le levé de rideau du 33ème  sommet l’Union Africaine  (UA), doit avoir lieu en présence d’une quarantaine […]

18 janvier 2020 Afrique Centrale

La CEEAC organise une table pour développer le secteur des routes et des transports

Brazzaville (© 2020 Afriquinfos)-La CEEAC se réunit le 19 mars prochain à Brazzaville (Congo) pour une table ronde organisée par […]

Lire la suite »
15 août 2019 Congo

59 ans du Congo: Les projections de développement sur le moyen terme du Président Nguesso

Brazzaville (© 2019 Afriquinfos)- A la veille du 59ème  anniversaire de l’indépendance de son pays, le président congolais Denis Sassou-Nguesso […]

Lire la suite »
8 juin 2018 R.D. Congo

Crise en RDC : Le Drian appelle au respect de l’accord de la Saint-Sylvestre

Brazzaville  (© 2018 Afriquinfos) – Lors de leur rencontre, le président congolais Denis Sassou-Nguesso et le ministre français des Affaires étrangères […]

Lire la suite »
30 mai 2018 Afrique du Nord

Libye : les premières élections post-Kadhafi fixées au 10 décembre

Paris (© 2018 Afriquinfos)-Les élections législatives et présidentielles auront lieu le 10 décembre prochain en Libye. C’est ce qui ressort […]

Lire la suite »
27 avril 2018 Congo

Changements climatiques : le grand enjeu du sommet sur le Fonds bleu du Bassin du Congo

Brazzaville (© 2018 Afriquinfos) – Brazzaville, la capitale du Congo abrite du 27 au 29 avril, le tout premier sommet […]

Lire la suite »
26 avril 2018 Congo

Congo : George Weah accueilli par Denis Sassou-Nguesso à Brazzaville

Brazzaville (© Afriquinfos 2018)- Le Chef de l’Etat libérien est arrivé ce jeudi à Brazzaville pour une visite officielle de trois […]

Lire la suite »
20 janvier 2017 Congo

Dialogue politique en RDC: Sassou-Nguesso à Kinshasa pour pencher sur les négociations

Kinshasa (Afriquinfos 2017) –Sassou-Nguesso, était en visite à Kinshasa ce jeudi 19 janvier. Les deux chefs-d ‘Etat n’ont pas eu […]

Lire la suite »
27 décembre 2016 Gabon

Congo Brazzaville : Sassou-Nguesso en visite aux Etats-Unis pour rencontrer le président Trump

Brazzaville (© 2016 Afriquinfos)- Le président Denis Sassou-Nguesso doit rencontrer ce mardi 27 décembre le nouveau chef d’Etat américain, d’après […]

Lire la suite »
18 janvier 2014 Non classé

François Hollande s’entretient de la crise en Centrafrique avec Sassou-Nguesso

PARIS (Xinhua) – Le président français François Hollande s’est entretenu vendredi à l’Elysée, avec le président de la République du Congo, Denis Sassou-Nguesso, de la crise en Centrafrique, a indiqué l’Elysée dans un communiqué.

Lire la suite »
5 janvier 2012 Congo

Le président Sassou-Nguesso souhaite un développpement dans la paix en Afrique du Nord

BRAZZAVILLE (Xinhua) – Le chef de l’Etat congolais Denis Sassou-Nguesso a exprimé le voeu mercredi, devant le corps diplomatique accrédité en République du Congo que les pays de l’Afrique du Nord se développe dans la paix, la sécurité et la stabilité.

Lire la suite »
Denis Sassou-Nguesso (né le 23 novembre 1943) est un homme politique congolais qui est président de la République du Congo depuis 1997. Il était auparavant président de 1979 à 1992. Durant sa première période à la présidence, il a dirigé le régime du parti unique du Parti congolais du travail (PCT) pendant 12 ans. Sous la pression de sources internationales, il a introduit le multipartisme en 1990, puis a été déchu de ses pouvoirs exécutifs par la Conférence nationale de 1991, restant en fonction en tant que chef d’État cérémoniel. Il s’est présenté comme candidat à l’élection présidentielle de 1992, mais a été battu, se classant troisième.

Sassou Nguesso a été chef de l’opposition pendant cinq ans avant de revenir au pouvoir pendant la Seconde Guerre civile (1997-1999), au cours de laquelle ses forces rebelles ont renversé le président Pascal Lissouba. Après une période de transition, il a remporté l’élection présidentielle de 2002, qui a impliqué une faible participation de l’opposition; il a été réélu lors de l’élection présidentielle de 2009. L’introduction d’une nouvelle constitution, votée par référendum en 2015, a permis à Sassou Nguesso de se présenter pour un autre mandat. Il a été réélu lors de l’élection présidentielle de 2016 avec une majorité au premier tour.

Sassou Nguesso est soutenu par une variété de partis politiques, surtout le PCT. Il est président du Comité central du PCT.

Jeunesse et carrière militaire de Denis Sassou-Nguesso

Membre de la tribu Mbochi, Sassou Nguesso est né à Edou dans le district d’Oyo au nord du Congo en 1943. Ses parents sont Julien Nguesso et Émilienne Mouebara. Nguesso était le plus jeune enfant de la famille. Son père Julien était un chef de chasse notable à Edou. Il a reçu une éducation primaire à Fort Rousset, maintenant Owando. Il a étudié au Dolisie Normal College entre 1956 et 1960 a rejoint l’armée en 1960 juste avant que le pays n’obtienne son indépendance. Il a été marqué pour sa proéminence et a reçu une formation militaire en Algérie. En 1962, il est retourné au Congo et a été réaffecté à des officiers actifs avec le grade de sous-lieutenant. Il a également reçu une formation militaire à Saint Maixent, en France, obtenant son diplôme avec le grade de lieutenant avant de retourner rejoindre le régiment d’élite de parachutisme du Congo. Il était l’un des premiers officiers du Groupe aéroporté, le premier bataillon de parachutistes de l’armée congolaise, qui a été créé en 1965. Il commandait le Groupe aéroporté, l’armée et la zone militaire de Brazzaville (ZAB), puis dirigeait le service de renseignement des services de sécurité de l’État. Il est devenu capitaine, puis commandant, et a été promu colonel (1978) et plus tard comme général de l’armée (1989).

Carrière politique de Denis Sassou-Nguesso

1963-1979 : premières positions

Il avait des penchants socialistes et soutenait l’opposition à Fulbert Youlou dans Les Trois Glorieuses d’août 1963. Il a ensuite fait partie du coup d’État militaire de 1968 qui a porté Marien Ngouabi au pouvoir, et il a été membre fondateur du Parti congolais du travail (Parti congolais du Travail, PCT) en décembre 1969.

En 1970, Sassou Nguesso a été nommé directeur de la sécurité et ministre au nouveau conseil présidentiel. Au cours de la session extraordinaire du Comité central du PCT, qui s’est tenue du 5 au 12 décembre 1975, le bureau politique du parti a été dissous et un état-major révolutionnaire spécial de cinq membres a été créé avec Nguesso comme membre. Lorsque Ngouabi a été assassiné en mars 1977, Nguesso a joué un rôle clé dans le maintien du contrôle, dirigeant brièvement le Comité militaire du Parti (CMP, Comité militaire du Parti) qui contrôlait l’État jusqu’à la succession du colonel Joachim Yhombi-Opango. Sassou Nguesso a été récompensé par une promotion au grade de colonel et le poste de vice-président du CMP. Il y est resté jusqu’au 5 février 1979, date à laquelle Yhombi-Opango a été chassé du pouvoir par un coup d’État technique, accusé de corruption et de divergence politique. Le 8 février, le CMP a choisi Nguesso comme nouveau président et, au troisième congrès extraordinaire du PCT, sa position a été approuvée à l’unanimité le 27 mars 1979.

1979-1991 : trois premiers mandats présidentiels

En tant que président nouvellement élu, Sassou Nguesso a négocié des prêts du Fonds monétaire international et a permis aux investisseurs étrangers de France et des Amériques d’opérer dans les opérations vitales d’extraction de pétrole et de minéraux. Il s’est également rendu à Moscou en 1981 pour signer un pacte d’amitié de vingt ans avec l’Union soviétique.

Sassou Nguesso a été réélu pour un mandat de cinq ans en tant que président du Comité central du PCT et président de la République lors du troisième congrès ordinaire du parti les 27 et 31 juillet 1984 ; il a prêté serment pour son nouveau mandat le 10 Novembre 1984, et à cette occasion, il a annoncé la libération de Yhombi-Opango. Il a été président de l’Organisation de l’unité africaine de 1986 à 1987. Fin 1987, il a fait face à une grave révolte militaire dans le nord du pays avec l’aide de la France.

Au quatrième congrès ordinaire du PCT, les 26 et 31 juillet 1989, Sassou Nguesso a été réélu président du Comité central du PCT et président de la République. Avec l’effondrement des États socialistes d’Europe de l’Est, avec l’influence des Français, Sassou Nguesso a commencé à préparer le processus d’amener le pays au capitalisme. En décembre 1989, il a annoncé la fin du contrôle gouvernemental de l’économie et a déclaré une amnistie partielle pour les prisonniers politiques. L’année suivante, il a tenté d’améliorer la situation économique défaillante et de réduire les niveaux scandaleux de corruption. À partir de septembre 1990, des partis politiques autres que le PCT ont été autorisés et Sassou Nguesso a effectué une visite d’État symbolique aux États-Unis d’Amérique, jetant les bases d’une nouvelle série de prêts conditionnels du FMI plus tard dans l’année.

En février 1991, une conférence nationale a commencé ; l’opposition a pris le contrôle de la conférence et la déclaration de sa propre souveraineté n’a pas été contestée par Sassou Nguesso. La conférence, qui a pris fin en juin 1991, a choisi André Milongo comme Premier ministre pendant la période de transition menant aux élections prévues en 1992. Milongo a reçu des pouvoirs exécutifs, laissant Sassou Nguesso comme président de proue. Le pouvoir de Sassou Nguesso a été si limité par la Conférence qu’il lui a été interdit de voyager en dehors du Congo sans l’approbation du gouvernement de transition. Il a également fait l’objet de critiques et d’allégations graves au cours de la Conférence, y compris une affirmation de certains délégués selon laquelle il aurait été impliqué dans l’assassinat de Ngouabi en 1977. Sa réponse éventuelle aux critiques du 26 avril était « repentante plutôt que provocante ». 

1992–1997 : Première guerre civile et campagnes électorales

Aux élections législatives de juin-juillet 1992, le PCT n’a remporté que 19 des 125 sièges à l’Assemblée nationale; l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS) était le plus grand parti, avec le Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégré (MCDDI) une autre force forte. Lors de l’élection présidentielle d’août 1992, Sassou Nguesso a été éliminé au premier tour, où il s’est classé troisième avec 17% des voix. Bien qu’il ait obtenu de bons résultats dans le nord, il a obtenu de mauvais résultats dans le reste du pays. Le deuxième tour s’est déroulé entre Pascal Lissouba (UPADS) et Bernard Kolelas (MCDDI) ; Sassou Nguesso a soutenu Lissouba, qui a gagné au deuxième tour avec 61% des voix, bien que lui et le PCT se soient rapidement opposés après que le PCT ait reçu moins de postes au gouvernement sous Lissouba qu’il ne l’avait prévu. 

Lissouba a commencé son règne acharné d’accusations d’irrégularités de vote et il a dû agir avec une répression croissante pour maintenir son pouvoir. En 1994, Sassou Nguesso a quitté le pays pour Paris. Il est retourné au Congo le 26 janvier 1997 et avait l’intention de contester l’élection présidentielle prévue pour juillet. 

1997-2008 : Seconde guerre civile et retour à la présidence

En mai 1997, une visite de Sassou Nguesso à Owando, le bastion politique de Yhombi-Opango, a provoqué une flambée de violence entre ses partisans et ceux de Yhombi-Opango. Le 5 juin 1997, les forces gouvernementales ont encerclé le domicile de Sassou Nguesso dans le quartier Mpila de Brazzaville, tentant d’arrêter deux hommes, Pierre Aboya et Engobo Bonaventure, qui avaient été impliqués dans les violences antérieures. Des combats ont éclaté entre les forces gouvernementales et les combattants de Sassou Nguesso, appelés Cobras, et ont conduit au déclenchement de la deuxième guerre civile (1997-1999). En octobre, Sassou Nguesso, aidé à la fin de la guerre par les troupes angolaises, contrôlait le pays, et il a prêté serment en tant que président le 25 octobre.

Les forces gouvernementales contrôlant une majorité du territoire, des accords de paix ont été signés en décembre 1999, bien que tous les groupes rebelles n’aient pas signé les accords. Un référendum constitutionnel le 20 janvier 2002 a ouvert la voie aux élections présidentielles.

Le 10 mars 2002, Denis Sassou-Nguesso a gagné avec près de 90% des voix ; ses deux principaux rivaux, Lissouba et Kolelas, ont été empêchés de concourir. Le seul rival crédible qui reste, André Milongo, a retiré sa candidature trois jours avant le jour du scrutin, affirmant que l’élection serait truquée. Une nouvelle constitution a été convenue en janvier 2002 qui accordait au président de nouveaux pouvoirs et prolongeait le mandat présidentiel de cinq à sept ans. Alors que les élections de 2002 ont été saluées comme étant exemptes de violence, elles ont conféré peu de légitimité au régime de Denis Sassou-Nguesso en raison du manque de participation significative des partis d’opposition. Sassou Nguesso a prêté serment le 14 août 2002. 

Ayant déjà été président de l’Organisation de l’unité africaine en 1986-1987, il a été élu président de l’Union africaine, l’organe successeur de l’OUA, en janvier 2006. Son élection est le résultat d’un compromis intervenu pour empêcher la présidence de se rendre à Omar el-Béchir, président du Soudan.

2009-2016 : Réélection et référendum constitutionnel

Denis Sassou-Nguesso a été réélu président du Comité central du PCT lors du cinquième congrès extraordinaire du parti en décembre 2006. En janvier 2007, la réputation internationale de Sassou Nguesso a été mise à mal après qu’un groupe de juges en France a rouvert une enquête officielle sur le rôle présumé du gouvernement de Sassou Nguesso dans la disparition en 1999 de 353 réfugiés congolais.

Réélu lors de l’élection présidentielle de juillet 2009 avec 78,61% des suffrages dans le cadre d’un boycott de l’opposition, Sassou Nguesso a prêté serment pour un nouveau mandat de sept ans lors d’une cérémonie à Brazzaville le 14 août 2009. Il a déclaré que sa réélection signifiait la poursuite de « paix, stabilité et sécurité », et il a appelé à la fin de « penser comme … des freeloaders » en référence à l’aide internationale reçue par le pays. Sassou Nguesso a également fait une annonce importante lors de son investiture, disant qu’il allait mettre en route un projet de loi d’amnistie pour pardonner à Pascal Lissouba, qui s’était exilé après son éviction de 1997 et avait été reconnu coupable de crimes par contumace. Sassou Nguesso a déclaré qu’il souhaitait que le projet de loi d’amnistie soit présenté au Parlement avant la fin de 2009. Alors que le Congo-Brazzaville s’apprêtait à célébrer le 50e anniversaire de son indépendance de la France en 2010, Denis Sassou-Nguesso a noté que le pays avait beaucoup à faire pour réaliser pleinement le rêve d’indépendance : « Notre pays ne sera pas totalement indépendant tant que notre peuple ne sera pas le joug de la pauvreté.  » Il a présidé un grand défilé à Brazzaville, mettant en vedette des milliers de soldats et de civils, pour célébrer l’anniversaire du 15 août 2010.

Le 27 mars 2015, Denis Sassou-Nguesso a annoncé que son gouvernement organiserait un référendum pour modifier la constitution de 2002, ce qui lui permettrait de se présenter pour un troisième mandat consécutif. La proposition de modification de la constitution a été massivement approuvée par les électeurs, avec 92,96% de suffrages. La participation a été placée à 72,44%. L’opposition a fait valoir qu’en raison du faible taux de participation, les résultats devraient être annulés.

Controverse

En septembre 2006, lors de la réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies, l’entourage de Denis Sassou-Nguesso, y compris plusieurs membres de sa famille, occupait 44 chambres qui coûtaient ensemble 130 000 £. Près de 14 000 £ de service en chambre au Waldorf Astoria ont été ajoutés à la facture de Denis Sassou-Nguesso au cours d’un séjour de cinq nuits, y compris deux bouteilles de champagne Cristal facturées 400 £. Le total a été souligné par le journal britannique The Sunday Times comme « confortablement plus que les 106 000 £ que la Grande-Bretagne a donnés à la République du Congo en aide humanitaire en 2006 ».

En juillet 2007, l’ONG britannique Global Witness a publié sur son site Web des documents qui semblent montrer que le fils du président, Denis Christel Sassou Nguesso, a peut-être dépensé des centaines de milliers de dollars qui pourraient provenir des ventes de pétrole du pays pour des virées shopping dans Paris et Dubaï. Les documents montrent que rien qu’en août 2006, Denis Christel, qui dirigeait Cotrade – la branche marketing de la compagnie pétrolière d’État congolaise SNPC – a dépensé 35 000 $ en achats auprès de designers tels que Louis Vuitton et Roberto Cavalli. La société de gestion de la réputation Schillings Solicitors a tenté de supprimer ces informations, mais l’application a échoué.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés