Afrique de l'Ouest
16 septembre 2020

Corruption : l’épouse de l’ex-président Jammeh dans le collimateur de Washington 

Washington (© 2020 Afriquinfos)- La justice américaine n’en a pas fini avec Yahya Jammeh, l’ancien Président gambien aujourd’hui en exil […]

3 septembre 2020 Afrique de l'Ouest

La Gambienne Fatou Bensouda au cœur d’une nouvelle passe d’armes entre Washington et la CPI

Washington (© 2020 Afriquinfos)- La CPI (Cour pénale internationale) est vue comme «corrompue» par le Secrétaire d’État américain, Mike Pompeo […]

Lire la suite »
30 juillet 2020 Afrique de l'Ouest

Covid-19 : après ses homologues ghanéen et sénégalais, le président Gambien Adama Barrow en isolement

Banjul (@Afriquinfos 2020)- On le sait désormais, la Covid-19 n’épargne personne. Malgré toutes les dispositions sécuritaires et les mesures sanitaires, […]

Lire la suite »
27 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Gambie: contre-attaque du gouvernement pour éteindre la contestation anti-présidentielle

Le gouvernement gambien a lancé dimanche une contre-attaque drastique pour éteindre le mouvement de contestation réclamant le départ du président […]

Lire la suite »
20 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

L’ex-président Jammeh « immédiatement arrêté » s’il retournait en Gambien, déclare le ministre de la Justice

L’ex-président gambien Yahya Jammeh, en exil en Guinée-équatoriale depuis sa chute il y a trois ans, serait « immédiatement arrêté » s’il […]

Lire la suite »
16 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Gambie: des milliers de manifestants réclament le retour de l’ex-président Jammeh

Des milliers de partisans de l’ancien président gambien Yahya Jammeh, qui a dirigé pendant 22 ans un régime de féroce […]

Lire la suite »
17 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

« Trois ans, ça suffit »: des milliers de Gambiens réclament le départ du président Barrow

Des milliers de personnes ont manifesté lundi à Banjul pour réclamer que le président gambien Adama Barrow quitte le pouvoir […]

Lire la suite »

La Gambie, officiellement la République de Gambie, est un pays d’Afrique de l’Ouest qui est presque entièrement entouré par le Sénégal à l’exception de sa côte ouest le long de l’océan Atlantique. C’est le plus petit pays d’Afrique continentale. La Gambie est située des deux côtés de la partie inférieure du fleuve Gambie, homonyme de la nation, qui traverse le centre de la Gambie et se jette dans l’océan Atlantique. Il a une superficie de 10 689 kilomètres carrés (4 127 milles carrés) avec une population de 1 857 181 au recensement d’avril 2013. Banjul est la capitale gambienne et les plus grandes villes sont Serekunda et Brikama.

La Gambie partage des racines historiques avec de nombreux autres pays ouest-africains dans le commerce des esclaves, qui a été le facteur clé dans le placement et le maintien d’une colonie sur le fleuve Gambie, d’abord par les Portugais, époque à laquelle elle était connue sous le nom de A Gâmbia. Plus tard, le 25 mai 1765, la Gambie a été faite une partie de l’empire britannique quand le gouvernement a officiellement pris le contrôle, établissant la province de Sénégambie. En 1965, la Gambie a obtenu son indépendance sous la direction de Dawda Jawara, qui a gouverné jusqu’à ce que Yahya Jammeh prenne le pouvoir lors d’un coup d’État sans effusion de sang en 1994. Adama Barrow est devenu le troisième président de la Gambie en janvier 2017, après avoir battu Jammeh aux élections de décembre 2016. Jammeh a d’abord accepté les résultats, puis a refusé de les accepter, ce qui a déclenché une crise constitutionnelle et une intervention militaire de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, entraînant son exil. L’économie de la Gambie est dominée par l’agriculture, la pêche et, surtout, le tourisme. En 2015, 48,6% de la population vivait dans la pauvreté. Dans les zones rurales, la pauvreté est encore plus répandue, à près de 70%.

L’histoire de la Gambie

Les commerçants arabes ont fourni les premiers comptes rendus écrits de la région de la Gambie aux IXe et Xe siècles. Au cours du Xe siècle, des marchands et des universitaires musulmans ont établi des communautés dans plusieurs centres commerciaux ouest-africains. Les deux groupes ont établi des routes commerciales transsahariennes, ce qui a entraîné un important commerce d’exportation de la population locale en tant qu’esclaves, ainsi que de l’or et de l’ivoire, ainsi que des importations de produits manufacturés.

Au 11ème ou 12ème siècle, les dirigeants de royaumes tels que Takrur, une monarchie centrée sur le fleuve Sénégal juste au nord, l’ancien Ghana et Gao s’étaient convertis à l’islam et avaient nommé à leurs tribunaux des musulmans alphabétisés en arabe. Au début du 14e siècle, la majeure partie de ce que l’on appelle aujourd’hui la Gambie faisait partie de l’empire du Mali. Les Portugais ont atteint cette zone par voie maritime au milieu du XVe siècle et ont commencé à dominer le commerce extérieur. En 1588, le revendicateur du trône portugais, António, prieur de Crato, a vendu des droits commerciaux exclusifs sur le fleuve Gambie à des marchands anglais. Des lettres patentes de la reine Elizabeth I ont confirmé l’octroi. En 1618, le roi James I d’Angleterre a accordé une charte à une société anglaise pour le commerce avec la Gambie et la Gold Coast (aujourd’hui le Ghana). Entre 1651 et 1661, certaines parties de la Gambie étaient sous la domination du duché de Courlande et des Semigallia appartenant au Commonwealth polonais-lituanien – la Lituanie moderne – et ont été achetées par le prince Jacob Kettler.

À la fin du XVIIe siècle et tout au long du XVIIIe siècle, l’Empire britannique et l’Empire français ont lutté continuellement pour la suprématie politique et commerciale dans les régions du fleuve Sénégal et du fleuve Gambie. L’Empire britannique a occupé la Gambie lorsqu’une expédition dirigée par Augustus Keppel a débarqué là-bas après la prise du Sénégal en 1758. Le premier traité de Versailles de 1783 a donné à la Grande-Bretagne la possession du fleuve Gambie, mais les Français ont conservé une petite enclave à Albreda sur la rivière. la Banque du nord. Celui-ci fut finalement cédé au Royaume-Uni en 1856.
Jusqu’à trois millions de personnes ont peut-être été prises comme esclaves de cette région générale au cours des trois siècles où la traite transatlantique des esclaves a fonctionné. On ne sait pas combien de personnes ont été prises comme esclaves par des guerres intertribales ou des commerçants musulmans avant le début de la traite transatlantique des esclaves. La plupart de ceux qui ont été capturés ont été vendus par d’autres Africains à des Européens : certains étaient prisonniers de guerres intertribales ; certains ont été vendus en raison de dettes impayées ; et beaucoup d’autres étaient simplement victimes d’enlèvement.
Les commerçants ont d’abord envoyé des gens en Europe pour travailler comme domestiques jusqu’à ce que le marché du travail se développe aux Antilles et en Amérique du Nord au XVIIIe siècle. En 1807, le Royaume-Uni abolit la traite négrière dans tout son empire. Il a également tenté, sans succès, de mettre fin à la traite des esclaves en Gambie. Des navires esclaves interceptés par l’escadron ouest-africain de la Royal Navy dans l’Atlantique ont également été renvoyés en Gambie, avec des personnes qui avaient été esclaves libérées sur l’île MacCarthy, très loin sur le fleuve Gambie, où elles devaient rétablir une nouvelle vie. Les Britanniques ont établi le poste militaire de Bathurst (aujourd’hui Banjul) en 1816.

Colonie et protectorat de la Gambie (1821–1965)

Dans les années qui ont suivi, Banjul était parfois sous la juridiction du Gouverneur général britannique en Sierra Leone. En 1888, la Gambie est devenue une colonie distincte. Un accord avec la République française en 1889 établit les limites actuelles. La Gambie est devenue une colonie britannique appelée Gambie britannique, divisée à des fins administratives en la colonie (ville de Banjul et ses environs) et le protectorat (reste du territoire). La Gambie a reçu ses propres conseils exécutif et législatif en 1901, et elle a progressivement progressé vers l’autonomie gouvernementale. L’esclavage a été aboli en 1906 et après un bref conflit entre les forces coloniales britanniques et les Gambiens indigènes, l’autorité coloniale britannique a été fermement établie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, certains soldats ont combattu avec les alliés de la Seconde Guerre mondiale. Bien que ces soldats aient combattu principalement en Birmanie, certains sont morts plus près de chez eux et un cimetière de la Commission des sépultures de guerre du Commonwealth se trouve à Fajara (près de Banjul). Banjul contenait une piste d’atterrissage pour les forces aériennes de l’armée américaine et un port d’escale pour les convois navals alliés. Après la Seconde Guerre mondiale, le rythme de la réforme constitutionnelle s’est accéléré. À la suite des élections générales de 1962, le Royaume-Uni a accordé la pleine autonomie interne l’année suivante.

La Gambie a accédé à l’indépendance le 18 février 1965, en tant que monarchie constitutionnelle au sein du Commonwealth, avec Elizabeth II comme reine de Gambie, représentée par le gouverneur général. Peu de temps après, le gouvernement national a organisé un référendum proposant que le pays devienne une république. Ce référendum n’a pas obtenu la majorité des deux tiers requise pour amender la constitution, mais les résultats ont gagné une large attention à l’étranger comme témoignage du respect par la Gambie du scrutin secret, des élections honnêtes, des droits civils et des libertés. Le 24 avril 1970, la Gambie est devenue une république au sein du Commonwealth, à la suite d’un second référendum. Le Premier ministre, Sir Dawda Kairaba Jawara, a assumé la fonction de président, un poste de direction, combinant les fonctions de chef de l’État et de chef du gouvernement. Le président Sir Dawda Jawara a été réélu cinq fois. Une tentative de coup d’État le 29 juillet 1981 fait suite à un affaiblissement de l’économie et à des allégations de corruption contre des politiciens de premier plan. La tentative de coup d’État s’est produite alors que le président Jawara était en visite à Londres et a été menée par le Conseil révolutionnaire national de gauche, composé du Parti socialiste et révolutionnaire du travail (SRLP) de Kukoi Samba Sanyang et d’éléments de la Force de campagne, une force paramilitaire qui constituait la majeure partie de la les forces armées du pays. Le président Jawara a demandé l’aide militaire du Sénégal, qui a déployé 400 soldats en Gambie le 31 juillet. Le 6 août, quelque 2 700 soldats sénégalais avaient été déployés, battant la force rebelle. Entre 500 et 800 personnes ont été tuées pendant le coup d’État et les violences qui ont suivi. En 1982, au lendemain de la tentative de coup d’État de 1981, le Sénégal et la Gambie ont signé un traité de confédération. La Confédération sénégalaise visait à combiner les forces armées des deux États et à unifier leurs économies et leurs monnaies. Après seulement sept ans, la Gambie s’est retirée définitivement de la confédération en 1989.

En 1994, le Conseil de décision provisoire des forces armées (AFPRC) a destitué le gouvernement de Jawara et a interdit l’activité politique de l’opposition. Le lieutenant Yahya A.J.J. Jammeh, président de l’AFPRC, est devenu chef de l’Etat. Jammeh n’avait que 29 ans au moment du coup d’État. L’AFPRC a annoncé un plan de transition pour le retour à un gouvernement civil démocratique. La Commission électorale indépendante provisoire (PIEC) a été créée en 1996 pour conduire les élections nationales et transformée en Commission électorale indépendante (CEI) en 1997 et est devenue responsable de l’enregistrement des électeurs et de la conduite des élections et des référendums. Fin 2001 et début 2002, la Gambie a achevé un cycle complet d’élections présidentielles, législatives et locales, que les observateurs étrangers jugeaient libres, équitables et transparents. Le président Yahya Jammeh, qui a été élu pour conserver le poste qu’il avait occupé pendant le coup d’État, a de nouveau prêté serment le 21 décembre 2001. L’Alliance pour la réorientation et la construction patriotiques (APRC) de Jammeh a maintenu sa forte majorité à l’Assemblée nationale, en particulier après que le principal parti d’opposition, le Parti démocratique uni (UDP), eut boycotté les élections législatives. (Il a cependant participé aux élections depuis). Le 2 octobre 2013, le ministre gambien de l’Intérieur a annoncé que la Gambie quitterait le Commonwealth avec effet immédiat, mettant ainsi fin à 48 ans d’adhésion à l’organisation. Le gouvernement gambien a déclaré qu’il avait « décidé que la Gambie ne sera jamais membre d’aucune institution néocoloniale et ne sera jamais partie à une institution qui représente une extension du colonialisme ».

Le président sortant Jammeh a affronté les chefs de l’opposition Adama Barrow de la Coalition indépendante des partis et Mamma Kandeh du parti du Congrès démocratique de Gambie lors des élections présidentielles de décembre 2016. La Gambie a condamné le principal chef de l’opposition et défenseur des droits humains Ousainou Darboe à 3 ans de prison en juillet 2016, le disqualifiant pour se présenter aux élections présidentielles. À la suite des élections du 1er décembre 2016, la commission électorale a déclaré Adama Barrow vainqueur de l’élection présidentielle. Jammeh, qui avait gouverné pendant 22 ans, a d’abord annoncé qu’il démissionnerait après avoir perdu les élections de 2016 avant d’annuler les résultats et d’appeler à un nouveau vote, déclenchant une crise constitutionnelle et conduisant à une invasion par une coalition de la CEDEAO. Le 20 janvier 2017, Jammeh a annoncé qu’il avait accepté de démissionner et qu’il quitterait le pays. Le 14 février 2017, la Gambie a entamé le processus de retour à son adhésion au Commonwealth et a officiellement présenté sa demande d’adhésion au Secrétaire général Patricia Scotland le 22 janvier 2018. Boris Johnson, qui est devenu le premier ministre britannique des Affaires étrangères à se rendre en Gambie depuis l’indépendance du pays en 1965, a annoncé que le gouvernement britannique se félicitait du retour de la Gambie dans le Commonwealth. La Gambie a officiellement rejoint le Commonwealth le 8 février 2018.

La politique de la Gambie

La Gambie a obtenu son indépendance du Royaume-Uni le 18 février 1965. De 1965 à 1994, le pays était apparemment une démocratie libérale multipartite. Il était dirigé par Dawda Jawara et son Parti progressiste du peuple (PPP). Cependant, le pays n’a jamais connu de revirement politique au cours de cette période et son engagement à la succession par les urnes n’a jamais été mis à l’épreuve. En 1994, un coup d’État militaire a propulsé au pouvoir une commission d’officiers militaires, connue sous le nom de Conseil de décision provisoire des forces armées (AFPRC). Après deux ans de gouvernement direct, une nouvelle constitution a été rédigée et en 1996, le chef de l’AFPRC, Yahya Jammeh, a été élu président. Il a régné dans un style autoritaire jusqu’aux élections de 2016, remportées par Adama Barrow, soutenu par une coalition de partis d’opposition.

À l’époque de Jawara, il y avait initialement quatre partis politiques, le PPP, le Parti uni (UP), le Parti démocrate (DP) et le Parti du Congrès musulman (MCP). La constitution de 1960 avait créé une Chambre des représentants et, lors des élections de 1960, aucun parti n’a remporté la majorité des sièges. Cependant, en 1961, le gouverneur britannique a choisi le chef de l’UP, Pierre Sarr N’Jie, pour être le premier chef de gouvernement du pays, sous la forme d’un ministre en chef. Cette décision a été impopulaire et les élections de 1962 ont été remarquables car les partis ont pu faire appel aux différences ethniques et religieuses à travers la Gambie. Le PPP a remporté la majorité et formé une coalition avec l’Alliance du Congrès démocratique (DCA; une fusion du DP et du MCP). Ils ont invité l’UP à la coalition en 1963, mais elle est partie en 1965. L’UP était considéré comme le principal parti d’opposition, mais il a perdu le pouvoir de 1965 à 1970. En 1975, le National Convention Party (NCP) a été formé par le shérif Mustapha Dibba, et est devenu le nouveau principal parti d’opposition à la domination du PPP. Le PPP et le NCP étaient tous deux idéologiquement similaires, de sorte que dans les années 80, un nouveau parti d’opposition a vu le jour, sous la forme de l’Organisation démocratique populaire socialiste radicale pour l’indépendance et le socialisme (PDOIS). Cependant, entre les élections de 1966 et 1992, le PPP a été « massivement dominant », remportant entre 55% et 70% des voix à chaque élection et une large majorité de sièges en continu. En principe, la politique de la concurrence existait à l’époque de Jawara, mais il a été déclaré qu’il existait en réalité un « monopole à parti unique du pouvoir de l’État centré sur la personnalité dominante de Dawda Jawara ». La société civile était limitée après l’indépendance et les partis d’opposition étaient faibles et risquaient d’être déclarés subversifs. L’opposition n’a pas eu un accès égal aux ressources, la classe économique refusant de les financer. Le gouvernement contrôlait quand il pouvait faire des annonces publiques et des points de presse, et il y avait également des allégations d’achat de votes et d’irrégularités dans la préparation du registre électoral. Une action en justice intentée par le PDOIS en 1991 contre des irrégularités sur le registre électoral de Banjul a été rejetée pour des raisons techniques.

En juillet 1994, un coup d’État militaire sans effusion de sang a mis fin à l’ère Jawara. Le Conseil provisoire de décision des forces armées (AFPRC), dirigé par Yahya Jammeh, a régné de façon dictatoriale pendant deux ans. Le conseil a suspendu la constitution, interdit tous les partis politiques et imposé un couvre-feu du crépuscule à l’aube sur la population. Une transition vers la démocratie s’est produite en 1996 et une nouvelle constitution a été rédigée, bien que le processus ait été manipulé au profit de Jammeh. Lors d’un référendum de 1996, 70% des électeurs ont approuvé la constitution et, en décembre 1996, Jammeh a été élu président. Tous les partis avant le coup d’État, sauf le PDOIS, ont été interdits et les anciens ministres ont été exclus de la fonction publique. Pendant le règne de Jammeh, l’opposition était à nouveau fragmentée. Par exemple, les luttes intestines entre les membres de l’Alliance nationale pour la démocratie et le développement (NADD), créée en 2005. Jammeh a utilisé les forces de police pour harceler les membres et les partis de l’opposition. Jammeh a également été accusé d’atteintes aux droits humains, en particulier à l’encontre de militants des droits humains, d’organisations de la société civile, d’opposants politiques et des médias. Leurs destins ont notamment été envoyés en exil, harcèlement, emprisonnement arbitraire, meurtre et disparition forcée. Des exemples particuliers comprennent le meurtre de la journaliste Deyda Hydara en 2004, un massacre d’étudiants lors d’une manifestation en 2000, des menaces publiques de tuer des défenseurs des droits humains en 2009 et des menaces publiques envers les homosexuels en 2013. En outre, Jammeh a menacé la liberté religieuse des non. Les musulmans ont utilisé des «juges mercenaires» pour affaiblir le système judiciaire et ont fait face à de nombreuses accusations de truquage des élections. Lors de l’élection présidentielle de décembre 2016, Jammeh a été battu par Adama Barrow, qui était soutenu par une coalition de partis d’opposition. L’accord initial de Jammeh de démissionner suivi d’un changement d’avis a provoqué une crise constitutionnelle qui a abouti à une intervention militaire des forces de la CEDEAO en janvier 2017. Barrow s’est engagé à servir à la tête d’un gouvernement de transition de trois ans. Le Centre nigérian pour la démocratie et le développement décrit les défis auxquels Barrow est confronté comme ayant besoin de restaurer « la confiance des citoyens et la confiance dans le secteur public ». Ils décrivent une « paix fragile » avec des tensions dans les zones rurales entre les agriculteurs et les grandes communautés. Ils ont également fait état des tensions entre les groupes ethniques qui se développaient. Un exemple est qu’en février 2017, 51 partisans de Jammeh ont été arrêtés pour harcèlement de partisans de Barrow. Bien que son élection ait d’abord été accueillie avec enthousiasme, le Centre note que cela a été atténué par le faux pas constitutionnel initial de Barrow avec son vice-président, le défi de l’inclusion et les attentes élevées après Jammeh.

Présidence

Le président nomme le vice-président et le cabinet des ministres et préside également le cabinet. Le poste de Premier ministre a été supprimé en 1970. Le pouvoir exécutif total appartient au président. Ils peuvent également nommer cinq membres de l’Assemblée nationale, les juges des cours supérieures, les gouverneurs régionaux et les chefs de district. En ce qui concerne la fonction publique, ils peuvent nommer la Commission de la fonction publique, le médiateur et la Commission électorale indépendante. Le président est élu directement pour un mandat de cinq ans sur la base d’une majorité simple de voix. Il n’y a aucune limite de durée. La Constitution est en cours de révision depuis 2018 et une limite de deux mandats et d’autres changements nécessaires pour améliorer les structures de gouvernance sont attendus.

L’économie de la Gambie

La Gambie a une économie libérale basée sur le marché caractérisée par une agriculture de subsistance traditionnelle, une dépendance historique aux arachides (arachides) pour les recettes d’exportation, un commerce de réexportation construit autour de son port océanique, de faibles droits d’importation, des procédures administratives minimales, une fluctuation taux de change sans contrôle des changes et industrie touristique importante. La Banque mondiale a fixé le PIB gambien pour 2018 à 1 624 millions de dollars US ; le Fonds monétaire international l’a estimé à 977 M $ US pour 2011. De 2006 à 2012, l’économie gambienne a connu une croissance annuelle de 5 à 6% du PIB. L’agriculture représente environ 30% du produit intérieur brut (PIB) et emploie environ 70% de la main-d’œuvre. Dans l’agriculture, la production d’arachide représente 6,9% du PIB, les autres cultures 8,3%, le bétail 5,3%, la pêche 1,8% et la foresterie 0,5%. L’industrie représente environ 8% du PIB et les services environ 58%. La quantité limitée de fabrication est principalement basée sur l’agriculture (par exemple, la transformation des arachides, les boulangeries, une brasserie et une tannerie). D’autres activités de fabrication concernent le savon, les boissons gazeuses et les vêtements. Auparavant, le Royaume-Uni et l’UE constituaient les principaux marchés d’exportation gambiens. Cependant, ces dernières années, le Sénégal, les États-Unis et le Japon sont devenus d’importants partenaires commerciaux de la Gambie. En Afrique, le Sénégal a représenté le plus grand partenaire commercial de la Gambie en 2007, ce qui contraste avec les années précédentes où la Guinée-Bissau et le Ghana étaient des partenaires commerciaux tout aussi importants. À l’échelle mondiale, le Danemark, les États-Unis et la Chine sont devenus d’importants pays sources d’importations gambiennes. Le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Côte d’Ivoire et les Pays-Bas fournissent également une part équitable des importations gambiennes. Le déficit commercial gambien pour 2007 était de 331 millions de dollars. En mai 2009, douze banques commerciales existaient en Gambie, dont une banque islamique. La plus ancienne d’entre elles, la Standard Chartered Bank, date de sa présence depuis l’entrée en 1894 de ce qui est devenu peu après la Bank of British West Africa. En 2005, le groupe bancaire suisse International Commercial Bank a créé une filiale et compte désormais quatre succursales dans le pays. En 2007, la Nigeria Access Bank a créé une filiale qui compte désormais quatre succursales dans le pays, en plus de son siège social ; la banque s’est engagée à en ouvrir quatre autres. En mai 2009, la Lebanese Canadian Bank a ouvert une filiale appelée Prime Bank.

La démographie de la Gambie

Le taux d’urbanisation en 2011 était de 57,3%. Les chiffres provisoires du recensement de 2003 montrent que l’écart entre les populations urbaines et rurales se rétrécit à mesure que davantage de zones sont déclarées urbaines. Alors que la migration urbaine, les projets de développement et la modernisation mettent davantage de Gambiens en contact avec les habitudes et les valeurs occidentales, les formes indigènes de tenue et de célébration et l’accent traditionnel mis sur la famille élargie font toujours partie intégrante de la vie quotidienne. Le Rapport sur le développement humain du PNUD pour 2010 classe la Gambie au 151e rang sur 169 pays pour son indice de développement humain, ce qui la classe dans la catégorie «Faible développement humain». Cet indice compare l’espérance de vie, les années de scolarité, le revenu national brut (RNB) par habitant et certains autres facteurs. L’indice synthétique de fécondité (ISF) était estimé à 3,98 enfants / femme en 2013.

L’éducation de la Gambie

La constitution impose un enseignement primaire gratuit et obligatoire en Gambie. Le manque de ressources et d’infrastructures éducatives a rendu la mise en œuvre difficile. En 1995, le taux brut de scolarisation dans le primaire était de 77,1% et le taux net de scolarisation dans le primaire était de 64,7%. Les frais de scolarité ont longtemps empêché de nombreux enfants d’aller à l’école, mais en février 1998, le président Jammeh a ordonné la suppression des frais de scolarité pour les six premières années de la scolarité. Les filles représentent environ 52% des élèves du primaire. Le chiffre peut être plus faible pour les filles dans les zones rurales, où les facteurs culturels et la pauvreté empêchent les parents d’envoyer les filles à l’école. Environ 20% des enfants d’âge scolaire fréquentent les écoles coraniques. Le siège mondial de l’International Open University, un établissement d’enseignement supérieur comptant plus de 435 000 étudiants inscrits dans plus de 250 pays à travers le monde, se trouve en Gambie.

Les langues de la Gambie

L’anglais est la langue officielle de la Gambie. Les autres langues sont le mandinka, le wolof, le fula, le serer, le krio, le jola et d’autres langues vernaculaires indigènes. En raison de la situation géographique du pays, la connaissance du français (une langue officielle dans une grande partie de l’Afrique de l’Ouest) est relativement répandue.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés