Burundi : premier bilan de la campagne électorale

Campagne électorale au Burundi

Campagne électorale au Burundi | Alors que cette année 2020 reste gangrénée par la crise sanitaire du Covid-19, le Burundi tient malgré tout à organiser quatre scrutins, à savoir l’élection présidentielle, les élections législatives et communales prévues le 20 mai 2020, les sénatoriales programmées le 20 juillet 2020 ainsi que l’élection des conseils de collines/quartiers prévue le 24 août 2020.

S’exprimant mercredi dernier au cours d’un point de presse, 16 jours après le lancement de ces opérations électorales qui vont se clôturer le 17 mai prochain, le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Pierre-Claver Kazihise, a salué « l’amélioration de la situation » pour la campagne électorale en cours au Burundi depuis le 27 avril dernier.

« Aujourd’hui, le constat est que la situation s’est quelque peu améliorée, notamment sur le plan de la communication. En effet, le discours politique de campagne semble mesuré, et dans ce cadre, nous appelons à ce que cela continue ainsi afin de parvenir à un apaisement complet au sein de toutes les couches de la population », a précisé le président de la CENI burundaise.

Cependant, il a rappelé qu’à l’issue de la première semaine de campagne électorale « ponctuée d’actes de violence » entre des militants de certains partis politiques, la CENI avait « fermement condamné » les propos et les agissements qui traduisent l’intolérance politique émaillée d’affrontements entre les citoyens burundais.

Selon lui, il faut inscrire à l’actif des progrès marqués au cours de la deuxième semaine de campagne le travail abattu par les institutions nationales chargées de la sécurité et de la justice en vue du rétablissement d’un « climat apaisé » entre partenaires politiques.

  1. Kazihise a saisi cette occasion pour souligner que la distribution d’une nouvelle carte d’électeur pour les prochains scrutins burundais, en remplacement de celle utilisée lors du référendum constitutionnel de 2018 et initialement valable pour les élections générales de 2020, est une « innovation introduite par la CENI dans l’ultime objectif de prévenir toute manœuvre frauduleuse » pour le processus électoral en cours.

Présidentielle et législatives le 20 mai malgré la pandémie du Covid-19

Selon les autorités du pays, « la grâce divine » est au chevet du Burundi qui présente officiellement 27 cas de Covid-19 dont un décès. Jeudi 14 mai, le Burundi a expulsé le représentant de l’OMS dans le ainsi que trois autres experts qui travaillaient sur la pandémie. Les autorités sont soupçonnées de cacher l’ampleur de la contagion.

Petit pays de l’Afrique des grands lacs, peuplé de 11 millions d’habitants, le Burundi n’a pris aucune mesure contre la pandémie de Covid-19, cependant il s’apprête à vivre le mercredi 20 mai, ces élections présidentielles et législatives.

V.A.

Ne ratez pas de nouvelles sur le Burundi.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés