Afrique de l'Est
2 février 2020

L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan parviennent à un accord sur l’exploitation du nouveau barrage sur le Nil

Le Caire (© 2020 Afriquinfos)-L’Égypte, l’Éthiopie et le Soudan sont parvenus vendredi à un accord sur le grand barrage de […]

11 décembre 2019 Afrique de l'Est

Abiy Ahmed associe associe Asmara à son Nobel 2019

Oslo (© 2019 Afriquinfos)-Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed a reçu le prix Nobel de la Paix ce mardi à […]

Lire la suite »
Afrique de l'Est

Libye: Erdogan s’affirme davantage aux cotes de Sarraj

Ankara (© 2019 Afriquinfos)- la Turquie était prête à envoyer des troupes en Libye pour soutenir le Gouvernement d’union nationale […]

Lire la suite »
5 novembre 2019 Afrique de l'Est

Amina Mohammed soutient le rôle des femmes pour consolider les progrès dans la Corne de l’Afrique

New-York (© 2019 Afriquinfos)- Une fois de plus, la Vice-Secrétaire générale de l’ONU, Amina J. Mohammed, a fait part ce […]

Lire la suite »
15 octobre 2019 Afrique de l'Est

En Erythrée, aucune réaction officielle au prix Nobel de la paix d’Abiy Ahmed

Asmara (© 2019 Afriquinfos)-En Erythrée, aucune mention n’a été faite concernant le prix Nobel de la paix décerné au Premier […]

Lire la suite »
8 octobre 2019 Économie

La promesse pétrolière non réalisée de la RDC à l’ère «des milliards en jeu»

  Afrique du Sud (© 2019 Afriquinfos)- Au 12e rang des producteurs de pétrole africains, l’industrie pétrolière de la RDC […]

Lire la suite »
6 septembre 2018 Afrique de l'Est

Réchauffement des relations : l’Ambassade d’Ethiopie rouvre ses portes à Asmara

Asmara (© 2018 Afriquinfos)–L’Erythrée et l’Ethiopie renoue officiellement leurs relations diplomatiques. La réouverture ce jeudi de l’Ambassade d’Ethiopie à Asmara […]

Lire la suite »
18 juillet 2018 Afrique de l'Est

Premier vol entre l’Éthiopie et l’Érythrée après 20 ans

Asmara (© 2018 Afriquinfos)- D’autres secteurs de la vie socio-économique de l’Ethiopie et de  l’Erythrée bénéficient du réchauffement diplomatique entre […]

Lire la suite »
16 juillet 2018 Afrique de l'Est

Diplomatie/ Une visite du président de l’Erythrée, Afeworki en Ethiopie pour receler les liens

Addis-Abeba (© 2018 Afriquinfos)-Renforcer le rapprochement avec Addis-Abeba c’est la promesse faite par le  président de l’Érythrée, Issaias Afeworki, lors […]

Lire la suite »
9 juillet 2018 Afrique de l'Est

Le Premier ministre éthiopien entame une visite historique en Erythrée

Asmara (© 2018 Afriquinfos)- Une visite historique, telle peut être qualifié l’arrivée du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed ce dimanche […]

Lire la suite »
17 juin 2017 Afrique de l'Est

Djibouti-Érythrée : regain de tension, l’UA appelle au calme

Addis-Abeba (© Afriquinfos 2017)-  L’UA appelle Djibouti et l’Erythrée au calme. Djibouti accuse son voisin d’avoir envoyé des troupes pour […]

Lire la suite »
2 juillet 2016 Afrique de l'Est

Erythrée: les Nations Unies appellent l’UA à agir et sortir de son inaction sur les droits humains

Genève (© 2016 Afriquinfos)- Dans une résolution adoptée ce vendredi 1er juillet, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a condamné avec la plus grande fermeté les violations systématiques, généralisées et flagrantes des droits de l’Homme, commises par le Gouvernement érythréen. Elles demandent à l’Union africaine (UA) de poursuivre les responsables en justice.

Lire la suite »
17 octobre 2015 Érythrée

Erythrée : la dictature continue de faire fuir des footballeurs

Gaborone © 2015 Afriquinfos) -En déplacement avec leur équipe au Bostwana dans le cadre de la manche retour des éliminatoires Mondial 2018, dix (10) joueurs érythréens n’ont pas effectué le voyage retour à Asmara. Ils ont introduit une demande d’asile politique.

Lire la suite »
8 juin 2015 Érythrée

Erythrée : Le gouvernement d’Asmara suspecté par l’ONU pour crimes contre l’humanité

Asmara (© 2015 Afriquinfos) – Ce lundi, des enquêteurs mandatés par le Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies ont rendu public un rapport qui dénonce l’Erythrée. Le rapport contient des ‘’crimes systématiques et à la grande échelle ’’ commis par le régime d’Issayas Afewerki.

Lire la suite »
5 mars 2013 Érythrée

Le Procureur général israélien appelle à suspendre l’expulsion des migrants érythréens

JERUSALEM (Xinhua) – Le procureur général israélien Yehuda Weinstein, a appelé mardi à suspendre l’expulsion des migrants érythréens après qu’un prisonnier érythréen envoyé en Ouganda a été rejeté en raison d’un manque d’arrangement approprié avec le gouvernement ougandais.

Lire la suite »
22 janvier 2013 Érythrée

Erythrée : Retour au calme après des troubles au ministère de l’Information

ADDIS-ABEBA (Xinhua) – Mardi, le calme est revenu dans la capitale érythréenne Asmara après qu’une centaine de soldats a pris d’assaut lundi matin tôt le ministère de l’information.

Lire la suite »
16 mars 2012 Érythrée

Les forces éthiopiennes attaquent des postes militaires de groupes rebelles à l’intérieur de l’Érythrée

ADDIS ABEBA (Xinhua) – Les forces de défense éthiopiennes ont attaqué jeudi des postes militaires utilisés par des groupes anti-éthiopiens soutenus, financés et entraînés par le gouvernement érythréen, a déclaré à la presse le secrétaire d’État éthiopien aux Affaires de communication du gouvernement Shimelis Kemal.

Lire la suite »

L’Érythrée est officiellement l’État d’Érythrée) est un pays de la Corne de l’Afrique en Afrique de l’Est, avec sa capitale à Asmara. Il est bordé par le Soudan à l’ouest, l’Éthiopie au sud et Djibouti au sud-est. Les parties nord-est et est de l’Érythrée ont un vaste littoral le long de la mer Rouge. La nation a une superficie totale d’environ 117 600 km2 (45 406 milles carrés) et comprend l’archipel de Dahlak et plusieurs des îles Hanish. L’Érythrée est un pays multiethnique, avec neuf groupes ethniques reconnus dans sa population d’environ 3 millions d’habitants. L’Érythrée a neuf langues nationales qui sont la langue tigrinya, le tigre, l’afar, le beja, le bilen, le kunama, le nara et le saho. Le tigrinya, l’arabe et l’anglais sont les trois langues de travail. La plupart des résidents parlent des langues de la famille afroasiatique, soit des langues sémitiques éthiopiennes, soit des branches cushitiques. Parmi ces communautés, les Tigrinyas représentent environ 55% de la population, les Tigres constituant environ 30% des habitants. En outre, il existe un certain nombre de minorités ethniques nilotiques de langue nilo-saharienne. La plupart des habitants du territoire adhèrent à l’islam ou au christianisme.

Le Royaume d’Axoum, couvrant une grande partie de l’Érythrée moderne et du nord de l’Éthiopie, a été établi au cours du premier ou du deuxième siècle de notre ère. Il a adopté le christianisme vers le milieu du IVe siècle. À l’époque médiévale, une grande partie de l’Érythrée relevait du royaume de Medri Bahri, avec une région plus petite faisant partie du Hamasien. La création de l’Érythrée moderne est le résultat de l’incorporation de royaumes et de sultanats indépendants et distincts (par exemple, Medri Bahri et le Sultanat d’Aussa), ce qui a finalement abouti à la formation de l’Érythrée italienne. Après la défaite de l’armée coloniale italienne en 1942, l’Érythrée a été administrée par l’administration militaire britannique jusqu’en 1952. À la suite de la décision de l’Assemblée générale des Nations Unies, en 1952, l’Érythrée se gouvernerait avec un parlement érythréen local, mais pour les affaires étrangères et la défense, elle entrerait dans un statut fédéral avec l’Ethiopie pour une période de 10 ans. Cependant, en 1962, le gouvernement de l’Éthiopie a annulé le Parlement érythréen et annexé officiellement l’Érythrée, mais les Érythréens qui avaient plaidé pour l’indépendance complète de l’Érythrée depuis l’éviction des Italiens en 1941 ont anticipé ce qui allait arriver et, en 1961, ont organisé le Front de libération de l’Érythrée en opposition. En 1991, après 30 ans de lutte armée continue pour l’indépendance, les combattants de la libération érythréenne sont entrés dans la capitale, Asmara, dans la victoire.

L’État souverain est une dictature totalitaire à parti unique dans laquelle les élections législatives et présidentielles nationales n’ont jamais eu lieu depuis l’indépendance. Selon Human Rights Watch, le bilan du gouvernement érythréen en matière de droits de l’homme est parmi les pires au monde. Le gouvernement érythréen a rejeté ces allégations pour des motifs politiques.Le service militaire obligatoire nécessite de longues périodes de conscription indéfinies (6,5 ans en moyenne), que certains Érythréens quittent le pays pour éviter.Parce que tous les médias locaux appartiennent à l’État, l’Érythrée a également été classée comme ayant la troisième liberté de la presse la moins élevée de l’indice mondial de la liberté de la presse, derrière la Corée du Nord et le Turkménistan. L’État souverain d’Érythrée est membre de l’Union africaine, des Nations Unies et de l’Autorité intergouvernementale pour le développement, et est un État observateur de la Ligue arabe aux côtés du Brésil, du Venezuela et de la Turquie.

L’histoire de l’Érythrée

Préhistoire

Buya en Érythrée, l’un des plus anciens hominidés représentant un lien possible entre l’Homo erectus et un Homo sapiens archaïque a été découvert par des scientifiques italiens. Datant de plus d’un million d’années, c’est la plus ancienne découverte squelettique de son genre et elle fait le lien entre les hominidés et les premiers humains anatomiquement modernes. On pense que la section de la dépression de Danakil en Érythrée a également été un acteur majeur en termes d’évolution humaine, et peut contenir d’autres traces d’évolution des hominidés Homo erectus aux humains anatomiquement modernes.

Au cours de la dernière période interglaciaire, la côte de la mer Rouge d’Érythrée était occupée par les premiers humains anatomiquement modernes. On pense que la région était sur la route de l’Afrique que certains chercheurs suggèrent qu’elle était utilisée par les premiers humains pour coloniser le reste du Vieux Monde. En 1999, l’équipe du projet de recherche érythréen composée de scientifiques érythréens, canadiens, américains, néerlandais et français a découvert un site paléolithique avec des outils en pierre et en obsidienne datant de plus de 125000 ans près de la baie de Zula au sud de Massawa, le long du littoral de la mer Rouge. Les outils auraient été utilisés par les premiers humains pour récolter des ressources marines telles que les palourdes et les huîtres. Selon les linguistes, les premières populations de langue afro-asiatique sont arrivées dans la région au cours de l’ère néolithique qui a suivi l’urheimat proposé par la famille (« patrie d’origine ») dans la vallée du Nil. D’autres chercheurs proposent que la famille afroasiatique se développe in situ dans la Corne, ses locuteurs se dispersant ensuite à partir de là.

Antiquité

Coup de volée

Avec Djibouti, l’Éthiopie, le nord de la Somalie et la côte soudanaise de la mer Rouge, l’Érythrée est considérée comme l’emplacement le plus probable de la terre que les anciens Égyptiens appelaient Punt, mentionnée pour la première fois au 25e siècle avant JC Les anciens Puntites avaient des relations étroites avec les anciens L’Egypte sous le règne du pharaon Sahure et de la reine Hatchepsout. Ceci est confirmé par des études génétiques sur des babouins momifiés. En 2010, une étude a été menée sur les momies de babouins qui ont été amenées de Punt en Égypte en cadeau par les anciens Égyptiens. Les scientifiques du Musée égyptien et de l’Université de Californie ont utilisé l’analyse des isotopes de l’oxygène pour examiner les poils de deux momies de babouins qui avaient été conservés au British Museum. L’un des babouins avait des données isotopiques déformées, de sorte que les valeurs des isotopes de l’oxygène de l’autre ont été comparées à celles des spécimens de babouins actuels des régions d’intérêt. Les chercheurs ont initialement découvert que les momies correspondaient le mieux aux spécimens de babouins modernes en Érythrée et en Éthiopie, ce qui laissait penser que Punt était probablement une région étroite qui comprenait l’est de l’Éthiopie et l’ensemble de l’Érythrée. En 2015, l’analyse isotopique d’autres anciennes momies de babouins de Punt a confirmé que les spécimens provenaient probablement d’une zone englobant le couloir Érythrée-Éthiopie et l’est de la Somalie.

Culture Ona

Les fouilles de Sembel ont trouvé des preuves d’une ancienne civilisation pré-aksoumite dans le grand Asmara. Cette culture urbaine Ona serait parmi les premières communautés pastorales et agricoles de la région de Horn. Les artefacts sur le site ont été datés entre 800 avant JC et 400 avant JC, en même temps que d’autres colonies pré-aksoumites dans les hautes terres érythréennes et éthiopiennes au milieu du premier millénaire avant JC. De plus, la culture Ona peut avoir eu des liens avec l’ancienne terre de Punt. Dans une tombe à Thèbes (Louxor) datant du règne de la 18e dynastie du pharaon Amenophis II (Amenhotep II), des pots à long col similaires à ceux qui ont été fabriqués par le peuple Ona sont représentés comme faisant partie de la cargaison d’un navire de Punt. Groupe Gash Les fouilles à l’intérieur et à proximité d’Agordat dans le centre de l’Érythrée ont donné les restes d’une ancienne civilisation pré-aksoumite connue sous le nom de Gash Group. On a découvert des céramiques liées à celles de la culture pastorale du groupe C (Temehu), qui habitait la vallée du Nil entre 2500 et 1500 avant JC. Certaines sources remontent à 3500 avant JC.

Royaume de D’mt

Dʿmt était un royaume qui englobait la majeure partie de l’Érythrée et la frontière nord de l’Éthiopie. Le régime politique a existé entre le 10e et le 5e siècle avant JC. Étant donné la présence d’un complexe de temples massifs à Yeha, cette zone était probablement la capitale du royaume. Qohaito, souvent identifiée comme la ville de Koloe dans le périplus de la mer Érythrée, ainsi que Matara étaient d’importantes villes anciennes du royaume Dʿmt dans le sud de l’Érythrée. Le royaume a développé des systèmes d’irrigation, utilisé des charrues, cultivé du mil et fabriqué des outils et des armes en fer. Après la chute de Dʿmt au Ve siècle avant JC, le plateau est devenu dominé par de plus petits royaumes successeurs. Cela a duré jusqu’à l’essor de l’une de ces institutions politiques au cours du premier siècle, le royaume d’Axoum, qui a pu réunir la région.

Royaume d’Axoum

Le royaume d’Axoum était un empire commercial centré sur l’Érythrée et le nord de l’Éthiopie. Il a existé entre 100 et 940 après JC, passant de la période de l’âge du fer proto-aksumite vers le IVe siècle av. J.-C. pour devenir visible au 1er siècle après JC. Selon le Liber Axumae médiéval (Livre d’Axoum), la première capitale d’Axoum, Mazaber, a été construite par Itiyopis, fils de Cush. La capitale a ensuite été transférée à Axoum, dans le nord de l’Éthiopie. Le Royaume a utilisé le nom « Éthiopie » dès le IVe siècle. Les Axoumites ont érigé un certain nombre de grandes stèles, qui ont servi un but religieux à l’époque pré-chrétienne. L’une de ces colonnes de granit, l’obélisque d’Axoum, est la plus grande structure de ce type au monde, avec une hauteur de 90 pieds (27 mètres). Sous Ezana (fl. 320-360), Axoum adopta plus tard le christianisme. Au 7ème siècle, les premiers musulmans de La Mecque, au moins compagnons du prophète islamique Nabī Muhammad, ont cherché refuge contre la persécution Qurayshi en se rendant dans le royaume, un voyage connu dans l’histoire islamique sous le nom de Premier Hijrah. Ils auraient construit la première mosquée africaine, à savoir la mosquée des compagnons, Massawa. Le royaume est mentionné dans le Periplus de la mer Erythrée comme un important marché pour l’ivoire, qui a été exporté dans le monde antique. Aksum était à l’époque dirigée par Zoskales, qui gouvernait également le port d’Adulis. Les dirigeants d’Aksumite facilitaient le commerce en frappant leur propre monnaie Aksumite. L’État a également établi son hégémonie sur le royaume en déclin de Kush et est régulièrement entré dans la politique des royaumes de la péninsule arabique, étendant finalement son règne sur la région avec la conquête du royaume himyarite. Le pays est également le prétendu lieu de repos de l’Arche d’Alliance et la prétendue maison de la reine de Saba.

Moyen Âge

Medri Bahri

Après le déclin d’Axoum, les hauts plateaux érythréens étaient sous le domaine de Bahr Negash gouverné par les Bahr Negus. La région était alors connue sous le nom de Ma’ikele Bahr (« entre les mers / rivières », c’est-à-dire la terre entre la mer Rouge et le Mereb). Il a ensuite été renommé sous l’empereur Zara Yaqob comme domaine du Bahr Negash, le Medri Bahri (« terre de la mer » à Tigrinya, bien qu’il comprenait certaines zones comme Shire de l’autre côté du Mereb, aujourd’hui en Éthiopie). Avec sa capitale à Debarwa, les principales provinces de l’État étaient Hamasien, Serae et Akele Guzai. Les Turcs ont brièvement occupé les régions montagneuses de Baharnagash en 1559 et se sont retirés après avoir rencontré de la résistance et ont été repoussés par les forces de Bahrnegash et des hautes terres. En 1578, ils tentèrent de s’étendre dans les hautes terres avec l’aide de Bahr Negash Yisehaq, qui avait changé d’alliance en raison de la lutte pour le pouvoir, et en 1589, ils furent de nouveau apparemment obligés de retirer leurs forces sur la côte. Après cela, les Ottomans ont abandonné leurs ambitions de s’établir sur les hauts plateaux et sont restés dans les basses terres jusqu’à ce qu’ils quittent la région en 1872. Le voyageur écossais James Bruce a rapporté en 1771 que Medri Bahri était une entité politique distincte de l’Abyssinie, notant que les deux territoires étaient fréquemment en conflit. Les Bahre-Nagassi (« rois de la mer») ont combattu tour à tour avec ou contre les Abyssins et le sultanat musulman voisin d’Adal selon les circonstances géopolitiques. Medri Bahri faisait ainsi partie de la résistance chrétienne contre l’imam Ahmad ibn Ibrahim al-Ghazi des forces d’Adal, mais a ensuite rejoint les États adalites et le front de l’Empire ottoman contre l’Abyssinie en 1572. Ce 16e siècle a également marqué l’arrivée des Ottomans, qui ont commencé faire des incursions dans la région de la mer Rouge. James Bruce dans son livre publié en 1805 a rapporté que Hadawi, le siège de Baharanagash, faisait partie de la province de Tigré en Abyssinie qui était gouvernée par Ras Mikael Sehul au moment de son voyage. L’officier d’Hadawi surveillait le Naybe de Masawa (province de Habesh Eyalet, du Turc) et le privait d’obéissance en interceptant ses provisions, chaque fois que l’officier d’Hadawi et le gouverneur de Tigré le jugeaient nécessaire. Bruce a également localisé Tigré entre la mer Rouge et la rivière Tekezé et a déclaré que de nombreux grands gouvernements, tels que Enderta et Antalow, et la grande partie de Baharhagash étaient sur le côté est de la province de Tigré.

Aussa Sultanate

À la fin du XVIe siècle, le Sultanat d’Aussa a été établi dans les basses terres de Denkel en Érythrée. La politique avait vu le jour en 1577, lorsque Muhammed Jasa a déplacé sa capitale de Harar à Aussa (Asaita) avec la scission du sultanat d’Adal en Aussa et le sultanat de Harar. À un certain point après 1672, Aussa a décliné en même temps que l’ascension enregistrée de l’Imam Umar Din bin Adam au trône. En 1734, le chef Afar Kedafu, chef du clan Mudaito, a pris le pouvoir et a établi la dynastie Mudaito. Cela a marqué le début d’une nouvelle politique plus sophistiquée qui durerait jusqu’à la période coloniale.

Habesh Eyalet

En 1517, les Ottomans avaient réussi à conquérir Medri Bahri. Ils ont occupé tout le nord-est de l’Érythrée actuelle pendant les deux prochaines décennies, une zone qui s’étendait de Massawa à Swakin au Soudan. Le territoire est devenu un gouvernorat ottoman (eyalet), connu sous le nom de Habesh Eyalet. Massawa a été la première capitale de la nouvelle province. Lorsque la ville est devenue d’importance économique secondaire, la capitale administrative a rapidement été déplacée à travers la mer Rouge jusqu’à Djeddah. Son siège social y est resté de la fin du XVIe siècle au début du XIXe siècle, Medina servant temporairement de capitale au XVIIIe siècle. Les Ottomans ont finalement été chassés dans le dernier quart du XVIe siècle. Cependant, ils ont gardé le contrôle de la côte jusqu’à la création de l’Érythrée italienne à la fin des années 1800.

Histoire moderne

Érythrée italienne

Les frontières de l’actuel État-nation érythréen ont été établies lors de la ruée vers l’Afrique. En 1869 ou 1870, le sultan au pouvoir de Raheita a vendu des terres entourant la baie d’Assab à la Rubattino Shipping Company. La zone a servi de station de charbon le long des voies de navigation introduites par le canal de Suez récemment achevé. Il faisait depuis longtemps partie des Habesh Eyalet ottomans centrés en Égypte. Les premiers colons italiens sont arrivés en 1880. Dans le vide qui a suivi la mort de l’empereur Yohannes IV en 1889, le général Oreste Baratieri a occupé les hautes terres le long de la côte érythréenne et l’Italie a proclamé la création de la nouvelle colonie d’Érythrée italienne, colonie du Royaume d’Italie. Dans le traité de Wuchale (It. Uccialli) signé la même année, le roi Ménélik de Shewa, un royaume du sud de l’Éthiopie, a reconnu l’occupation italienne des terres de ses rivaux de Bogos, Hamasien, Akkele Guzay et Serae en échange de garanties financières l’assistance et l’accès continu aux armes et aux munitions européennes. Sa victoire subséquente sur ses rois rivaux et son intronisation en tant qu’empereur Menelek II (r. 1889–1913) ont rendu le traité officiellement obligatoire pour l’ensemble du territoire.

En 1888, l’administration italienne lance ses premiers projets de développement dans la nouvelle colonie. Le chemin de fer érythréen a été achevé à Saati en 1888 et a atteint Asmara dans les hautes terres en 1911. Le téléphérique Asmara – Massawa était la plus longue ligne du monde à son époque, mais a ensuite été démantelé par les Britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale. Outre les grands projets d’infrastructure, les autorités coloniales ont investi de manière significative dans le secteur agricole. Il a également supervisé la fourniture d’équipements urbains à Asmara et Massawa, et a employé de nombreux Érythréens dans la fonction publique, en particulier dans les services de police et de travaux publics. Des milliers d’Érythréens ont été enrôlés simultanément dans l’armée, servant pendant la guerre italo-turque en Libye ainsi que les première et deuxième guerres italo-abyssiniennes. En outre, l’administration italienne d’Érythrée a ouvert un certain nombre de nouvelles usines, qui produisent des boutons, de l’huile de cuisson, des pâtes, des matériaux de construction, de la viande, du tabac, de la peau et d’autres articles ménagers. En 1939, il y avait environ 2 198 usines et la plupart des employés étaient des citoyens érythréens. La création d’industries a également entraîné une augmentation du nombre d’Italiens et d’Érythréens résidant dans les villes. Le nombre d’Italiens résidant sur le territoire est passé de 4 600 à 75 000 en cinq ans; et avec la participation des Érythréens aux industries, le commerce et la plantation de fruits se sont étendus à travers le pays, tandis que certaines des plantations appartenaient à des Érythréens. En 1922, l’arrivée au pouvoir de Benito Mussolini en Italie a profondément modifié le gouvernement colonial en Érythrée italienne. Après qu’il a déclaré la naissance de l’Empire italien en mai 1936, l’Érythrée italienne (élargie aux régions du nord de l’Éthiopie) et le Somaliland italien ont été fusionnés avec l’Éthiopie tout juste conquise dans le nouveau territoire administratif de l’Afrique de l’Est italienne (Afrique Orientale Italiana). Cette période fasciste a été caractérisée par une expansion impériale au nom d’un « nouvel Empire romain ». L’Érythrée a été choisie par le gouvernement italien pour être le centre industriel de l’Afrique de l’Est italienne.

L’architecture d’Asmara après 1935 a été considérablement améliorée pour devenir une « ville moderniste Art Déco » (en 2017 a été déclarée « patrimoine mondial de l’UNESCO »), avec des formes construites éclectiques et rationalistes, des espaces ouverts bien définis et des bâtiments publics et privés, y compris les cinémas, les magasins, les banques, les structures religieuses, les bureaux publics et privés, les installations industrielles et les résidences (selon les publications de l’UNESCO). Les Italiens ont conçu plus de 400 bâtiments dans un boom de la construction qui n’a été interrompu que par l’implication de l’Italie dans la Seconde Guerre mondiale. Ceux-ci comprenaient des chefs-d’œuvre art déco comme le célèbre bâtiment Fiat Tagliero et le cinéma Impero.

Administration britannique

Au cours de la bataille de Keren en 1941, les Britanniques ont expulsé les Italiens et ont repris l’administration du pays. Les Britanniques placèrent l’Érythrée sous administration militaire britannique jusqu’à ce que les forces alliées puissent déterminer son sort. En l’absence d’accord entre les Alliés concernant le statut de l’Érythrée, l’administration britannique a continué pendant le reste de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’en 1950. Pendant les années d’après-guerre immédiates, les Britanniques ont proposé que l’Érythrée soit divisée selon des lignes religieuses et annexée en partie aux Britanniques. Colonie du Soudan et en partie en Éthiopie. L’Union soviétique, anticipant une victoire communiste dans les sondages italiens, a initialement soutenu le retour de l’Érythrée en Italie sous tutelle ou en tant que colonie.

Fédération avec l’Ethiopie

Dans les années 1950, l’administration féodale éthiopienne dirigée par l’empereur Hailé Sélassié a cherché à annexer l’Érythrée et le Somaliland italien. Il a revendiqué les deux territoires dans une lettre à Franklin D. Roosevelt à la Conférence de paix de Paris et à la première session des Nations Unies. Aux Nations Unies, le débat sur le sort des anciennes colonies italiennes s’est poursuivi. Les Britanniques et les Américains ont préféré céder la totalité de l’Érythrée à l’exception de la province occidentale aux Éthiopiens en récompense de leur soutien pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Bloc d’indépendance des partis érythréens a constamment demandé à l’Assemblée générale des Nations Unies qu’un référendum soit organisé immédiatement pour régler la question érythréenne de la souveraineté.

Suite à l’adoption de la résolution 390A (V) des Nations Unies en décembre 1950, l’Érythrée a été fédérée avec l’Éthiopie sous l’impulsion des États-Unis. La résolution demandait que l’Érythrée et l’Éthiopie soient liées par une structure fédérale souple sous la souveraineté de l’empereur. L’Érythrée devait avoir sa propre structure administrative et judiciaire, son propre drapeau et le contrôle de ses affaires intérieures, y compris la police, l’administration locale et la fiscalité. Le gouvernement fédéral, qui à toutes fins pratiques était le gouvernement impérial actuel, devait contrôler les affaires étrangères (y compris le commerce), la défense, les finances et les transports. La résolution a ignoré le souhait des Érythréens d’indépendance, mais a garanti à la population des droits démocratiques et une certaine autonomie.

Indépendance

En 1958, un groupe d’Érythréens a fondé le Mouvement de libération de l’Érythrée (ELM). L’organisation était principalement composée d’étudiants, de professionnels et d’intellectuels érythréens. Il s’est engagé dans des activités politiques clandestines visant à cultiver la résistance aux politiques centralisatrices de l’État impérial éthiopien. Le 1er septembre 1961, le Front de libération de l’Érythrée (ELF), sous la direction de Hamid Idris Awate, a mené une lutte armée pour l’indépendance. En 1962, l’empereur Hailé Sélassié a unilatéralement dissous le parlement érythréen et annexé le territoire. La guerre d’indépendance érythréenne qui a suivi a duré 30 ans contre les gouvernements éthiopiens successifs jusqu’en 1991, lorsque le Front de libération du peuple érythréen (EPLF), successeur de l’ELF, a vaincu les forces éthiopiennes en Érythrée et aidé une coalition de forces rebelles éthiopiennes à prendre le contrôle de la capitale éthiopienne Addis-Abeba. À la suite d’un référendum sous la supervision des Nations Unies en Érythrée (surnommé UNOVER) au cours duquel le peuple érythréen a voté à une écrasante majorité pour l’indépendance, l’Érythrée a déclaré son indépendance et a obtenu une reconnaissance internationale en 1993. L’EPLF a pris le pouvoir, a établi un État à parti unique selon des lignes nationalistes et a interdit activité politique. Il n’y a pas eu d’élections depuis.

La politique de l’Érythrée

Le Front populaire pour la démocratie et la justice (PFDJ) est le seul parti légal en Érythrée. D’autres groupes politiques ne sont pas autorisés à s’organiser, bien que la Constitution non mise en œuvre de 1997 prévoie l’existence d’une politique multipartite. L’Assemblée nationale compte 150 sièges. Des élections nationales ont été périodiquement programmées et annulées ; aucun n’a jamais été détenu dans le pays. Le président Isaias Afwerki est en fonction depuis l’indépendance en 1993. En 1993, soixante-quinze représentants ont été élus à l’Assemblée nationale ; les autres sont nommés. Comme l’explique le rapport du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies : « Aucune élection nationale n’a eu lieu depuis lors et aucune élection présidentielle n’a jamais eu lieu. Aucune élection locale ou régionale n’a eu lieu depuis 2003-2004. » Le président Isaias Afwerki a régulièrement exprimé son dédain pour ce qu’il appelle la démocratie de « style occidental ». Dans une interview accordée en 2008 à Al Jazeera, par exemple, le président a déclaré que « l’Érythrée attendra trois ou quatre décennies, peut-être davantage, avant de tenir des élections. Qui sait ? »

Élections nationales

Des élections nationales érythréennes ont été fixées pour 2001, mais il a ensuite été décidé qu’en raison de l’occupation de 20% des terres de l’Érythrée, les élections seraient reportées jusqu’à la résolution du conflit avec l’Éthiopie. Cependant, les élections locales se sont poursuivies en Érythrée. Le dernier tour des élections du gouvernement local a eu lieu en 2010 et 2011. Au sujet des nouvelles élections, le chef de cabinet du président, Yemane Gebremeskel, a déclaré : «La commission électorale gère ces élections cette fois-ci, ce qui pourrait être le nouvel élément de ce processus. L’Assemblée nationale a également mandaté la commission électorale pour fixer la date des élections nationales. Ainsi, chaque fois que la commission électorale fixe la date, il y aura des élections nationales. Cela ne dépend pas des élections régionales.  » Jusqu’à présent, aucune élection nationale n’a eu lieu depuis l’indépendance.

L’économie de l’Érythrée

L’économie de l’Érythrée a connu une croissance considérable au cours des dernières années, indiquée par une amélioration du produit intérieur brut (PIB) en octobre 2012 de 7,5% par rapport à 2011. L’une des principales raisons de la croissance récente de l’économie érythréenne est le début des opérations complètes dans la mine d’or et d’argent Bisha et la production de ciment de la cimenterie de Massawa.

Le PIB réel (2009): 1,8 milliard de dollars et le taux de croissance annuel ( 2011): 14%. Les envois de fonds des travailleurs de l’étranger devraient représenter 32% du produit intérieur brut. L’Érythrée possède une quantité considérable de ressources telles que le cuivre, l’or, le granit, le marbre et la potasse. L’économie érythréenne a subi des changements extrêmes en raison de la guerre d’indépendance. En 2011, le PIB de l’Érythrée a augmenté de 8,7%, ce qui en fait l’une des économies à la croissance la plus rapide au monde. 80% de la main-d’œuvre érythréenne travaille dans l’agriculture. Les principaux produits agricoles de l’Érythrée sont le sorgho, le millet, l’orge, le blé, les légumineuses, les légumes, les fruits, le sésame, les graines de lin, le bétail, les moutons, les chèvres et les chameaux.

La guerre entre l’Érythrée et l’Éthiopie a gravement nui à l’économie de l’Érythrée. La croissance du PIB en 1999 est tombée à moins de 1%, et le PIB a diminué de 8,2% en 2000. En mai 2000, la guerre a causé quelque 600 millions de dollars de dégâts matériels et de pertes de biens, dont 225 millions de dollars de bétail et 55 000 logements. Même pendant la guerre, l’Érythrée a développé son infrastructure de transport en asphaltant de nouvelles routes, en améliorant ses ports et en réparant les routes et les ponts endommagés par la guerre dans le cadre du programme Wefri Warsay Yika’alo. Le plus important de ces projets a été la construction d’une route côtière de plus de 500 km reliant Massawa à Asseb, ainsi que la réhabilitation du chemin de fer érythréen. La ligne de chemin de fer a été restaurée entre le port de Massawa et la capitale Asmara, bien que les services soient sporadiques. Les locomotives à vapeur sont parfois utilisées pour des groupes de passionnés. En théorie, l’Érythrée a un transporteur national, Eritrean Airlines, mais les services sont intermittents.

La démographie de l’Érythrée

L’Érythrée compte une population estimée à 3 452 786 habitants en 2018. Aucune donnée de recensement fiable n’est disponible, les meilleures estimations disponibles étant publiées par la Division de la population du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies. La population a doublé au cours des 30 dernières années, avec un taux de croissance accéléré estimé à près de 3,2% par an. En 2005-2010. Ce taux de croissance démographique est soutenu malgré un taux d’émigration élevé ; la Banque mondiale estimait qu’en 2010, près d’un million d’Érythréens avaient émigré. La nation compte neuf groupes ethniques reconnus. Selon SIL Ethnologue, Tigriniya représente environ 60% de la population ; les Tigres représentent environ 30% de la population, qui parle également une langue sémitique, constituent environ 30% des habitants. La plupart du reste de la population appartient à d’autres communautés de langue afro-asiatique de la branche couchitique. En outre, il existe un certain nombre de minorités ethniques nilo-sahariennes et d’autres petits groupes. Une majorité de la population de l’Érythrée adhère aux religions abrahamiques. Les deux religions les plus suivies sont le christianisme et l’islam, qui ont un nombre presque égal d’adeptes.

La population de l’Érythrée est passée de 3,2 millions à 5 755 124 entre 1990 et 2020. Le nombre moyen d’enfants nés de mères érythréennes est de 4,1.

L’éducation de l’Érythrée

Il y a cinq niveaux d’enseignement en Érythrée : préprimaire, primaire, moyen, secondaire et postsecondaire. Il y a près de 238 000 élèves dans les niveaux d’enseignement primaire, intermédiaire et secondaire. Il y a environ 824 écoles, deux universités (l’Université d’Asmara et l’Institut de technologie d’Érythrée) et plusieurs collèges et écoles techniques plus petits. L’éducation en Érythrée est officiellement obligatoire pour les enfants âgés de 7 à 13 ans. Cependant, l’infrastructure éducative est insuffisante pour répondre aux besoins actuels. Les statistiques varient au niveau élémentaire, suggérant que 65% à 70% des enfants d’âge scolaire fréquentent l’école primaire ; Environ 61% fréquentent l’école secondaire. Les ratios élèves-enseignant sont élevés : 45 : 1 au primaire et 54 : 1 au secondaire. La taille des classes compte en moyenne 63 et 97 élèves par classe aux niveaux primaire et secondaire, respectivement. Les heures d’apprentissage à l’école sont souvent inférieures à six heures par jour. Cependant, le taux d’alphabétisation est élevé : pour les 18 à 24 ans, il est de 92,6% pour les hommes et de 87,7% pour les femmes (2008-2012). L’alphabétisation globale est de 84%. Les obstacles à l’éducation en Érythrée comprennent les tabous traditionnels, les frais de scolarité (pour l’inscription et le matériel) et les coûts d’opportunité des ménages à faible revenu. L’Institut de technologie d’Erythrée « EIT » est un institut technologique situé près de la ville Himbrti, Mai Nefhi à l’extérieur d’Asmara. L’institut compte trois collèges : sciences, ingénierie et technologie et éducation. L’institut a commencé avec environ 5 500 étudiants au cours de l’année académique 2003-2004. L’EIT a été ouvert après la réorganisation de l’Université d’Asmara. Selon le ministère de l’Éducation, l’institution a été créée, comme l’un des nombreux efforts visant à parvenir à une répartition égale de l’enseignement supérieur dans les zones en dehors de la capitale, Asmara. En conséquence, plusieurs collèges similaires sont également créés dans différentes autres parties du pays. L’Institut de technologie d’Érythrée est le principal institut local d’études supérieures en sciences, en ingénierie et en éducation. L’Université d’Asmara est la plus ancienne université du pays et a été ouverte en 1958.

Les langues de l’Érythrée

L’Érythrée est un pays multilingue. La nation n’a pas de langue officielle, car la Constitution établit « l’égalité de toutes les langues érythréennes ». L’Érythrée a neuf langues nationales qui sont la langue tigrinya, le tigre, l’afar, le beja, le bilen, le kunama, le nara et le saho. Le tigrinya, l’arabe et l’anglais sont de facto des langues de travail, ce dernier étant utilisé dans l’enseignement universitaire et dans de nombreux domaines techniques. Alors que l’italien, l’ancienne langue coloniale, n’a aucun statut reconnu par le gouvernement en Érythrée, il est parlé par quelques monolingues et Asmara a Scuola Italiana di Asmara, une école italienne gérée depuis longtemps par le gouvernement. En outre, les Érythréens indigènes ont assimilé la langue des Érythréens italiens et ont parlé une version de l’italien mélangée à de nombreux mots tigrinyas: l’érythréen italien. Le tigrinya est la langue de facto de l’identité nationale. Avec 2 540 000 locuteurs au total sur une population de 5 254 000 en 2006, c’est la langue la plus parlée, en particulier dans le sud et le centre de l’Érythrée. La plupart des langues parlées en Érythrée appartiennent à la branche sémitique éthiopienne de la famille afroasiatique. D’autres langues afro-asiatiques appartenant à la branche couchitique sont également largement parlées dans le pays. Ces derniers comprennent Afar, Beja, Blin et Saho. De plus petits groupes parlent également d’autres langues afro-asiatiques, comme le dahlik et l’arabe nouvellement reconnus (les dialectes hejazi et hadhrami parlés respectivement par les rashaida et les hadhrami). En outre, les langues nilo-sahariennes (kunama et nara) sont parlées comme langue maternelle par les minorités ethniques nilotiques kunama et nara qui vivent dans le nord et le nord-ouest du pays.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés