It seems we can’t find what you’re looking for. Perhaps searching can help.

La République centrafricaine est un pays enclavé d’Afrique centrale. Il est bordé par le Tchad au nord, le Soudan au nord-est, le Soudan du Sud au sud-est, la République démocratique du Congo au sud, la République du Congo au sud-ouest et le Cameroun à l’ouest. La RCA couvre une superficie d’environ 620 000 kilomètres carrés (240 000 mi) et comptait une population d’environ 4,7 millions d’habitants en 2018. En 2020, la RCA est le théâtre d’une guerre civile, en cours depuis 2012. La majeure partie de la RCA est constituée de savanes soudano-guinéennes, mais le pays comprend également une zone sahélo-soudanienne au nord et une zone de forêt équatoriale au sud. Les deux tiers du pays se trouvent dans le bassin du fleuve Oubangui (qui se jette dans le Congo), tandis que le tiers restant se trouve dans le bassin du Chari, qui se jette dans le lac Tchad.

Ce qui est aujourd’hui la République centrafricaine est habitée depuis des millénaires; cependant, les frontières actuelles du pays ont été établies par la France, qui a gouverné le pays comme une colonie à partir de la fin du 19e siècle. Après avoir obtenu son indépendance de la France en 1960, la République centrafricaine a été dirigée par une série de dirigeants autocratiques, y compris une tentative avortée de monarchie; dans les années 1990, les appels à la démocratie ont conduit aux premières élections démocratiques multipartites en 1993. Ange-Félix Patassé est devenu président, mais a été démis de ses fonctions par le général François Bozizé lors du coup d’État de 2003. La guerre de Bush en République centrafricaine a commencé en 2004 et, malgré un traité de paix en 2007 et un autre en 2011, la guerre civile a repris en 2012. Malgré ses importants gisements minéraux et autres ressources, telles que les réserves d’uranium, le pétrole brut, l’or, les diamants, le cobalt, le bois d’oeuvre et l’hydroélectricité, ainsi que des quantités importantes de terres arables, la République centrafricaine est parmi les dix pays les plus pauvres du monde , avec le PIB par habitant le plus bas à parité de pouvoir d’achat au monde en 2017. En 2019, selon l’indice de développement humain (IDH), le pays avait le deuxième niveau de développement humain le plus bas, se classant 188e sur 189 pays. On estime également qu’il est le pays le plus malsain ainsi que le pire pays dans lequel être jeune. La République centrafricaine est membre des Nations Unies, de l’Union africaine, de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale, de l’Organisation internationale de la Francophonie et du Mouvement des pays non alignés.

L’histoire de la République centrafricaine

Histoire ancienne

Il y a environ 10 000 ans, la désertification a contraint les sociétés de chasseurs-cueilleurs au sud dans les régions sahéliennes du nord de l’Afrique centrale, où certains groupes se sont installés. L’agriculture a commencé dans le cadre de la révolution néolithique. La culture initiale de l’igname blanche a progressé en mil et en sorgho, et avant 3000 avant JC, la domestication du palmier à huile africain a amélioré la nutrition des groupes et a permis l’expansion des populations locales. Cette révolution agricole, combinée à une «révolution du ragoût de poisson», dans laquelle la pêche a commencé à avoir lieu, et l’utilisation de bateaux, ont permis le transport de marchandises. Les produits étaient souvent déplacés dans des pots en céramique, qui sont les premiers exemples connus d’expression artistique des habitants de la région. Les mégalithes de Bouar dans la région ouest du pays indiquent un niveau d’habitation avancé remontant au Néolithique très tardif (vers 3500-2700 avant JC). La ferronnerie est arrivée dans la région vers 1000 av. Des personnes parlant le Soudan central se sont installées le long de la rivière Oubangui dans ce qui est aujourd’hui le Centre et l’Est de la RCA. tandis que les peuples bantoïdes ont migré du sud-ouest du Cameroun. Les bananes sont arrivées dans la région au cours du premier millénaire avant notre ère et ont ajouté une source importante de glucides à l’alimentation; ils étaient également utilisés dans la production de boissons alcoolisées. La production de cuivre, de sel, de poisson séché et de textiles a dominé le commerce économique dans la région de l’Afrique centrale.

XVIe-XIXe siècle

Au cours des XVIe et XVIIe siècles, les marchands d’esclaves ont commencé à attaquer la région dans le cadre de l’expansion des routes des esclaves du Sahara et du Nil. Leurs captifs ont été réduits en esclavage et expédiés vers la côte méditerranéenne, l’Europe, l’Arabie, l’hémisphère occidental, ou vers les ports et usines d’esclaves le long de l’Afrique de l’Ouest et du Nord ou au sud le long des fleuves Ubanqui et Congo. Au milieu du 19e siècle, le peuple Bobangi est devenu un important marchand d’esclaves et a vendu ses captifs aux Amériques en utilisant le fleuve Oubangui pour atteindre la côte. Au cours du XVIIIe siècle, les peuples Bandia-Nzakara ont établi le Royaume de Bangassou le long de la rivière Oubangui. En 1875, le sultan soudanais Rabih az-Zubayr gouvernait le Haut-Oubangui, qui comprenait la RCA actuelle.

Période coloniale française

L’invasion européenne du territoire centrafricain a commencé à la fin du XIXe siècle lors de la ruée vers l’Afrique. Les Européens, principalement les Français, les Allemands et les Belges, sont arrivés dans la région en 1885. La France a saisi et colonisé le territoire d’Oubangi-Shari en 1894. En 1911, lors du traité de Fès, la France a cédé une portion de près de 300 000 km² des bassins de la Sangha et de la Lobaye à l’Empire allemand qui a cédé une plus petite zone (dans l’actuel Tchad) à la France. Après la Première Guerre mondiale, la France a de nouveau annexé le territoire. Sur le modèle de l’État libre du roi Léopold au Congo, des concessions ont été accordées à des entreprises privées qui s’efforçaient de dépouiller les actifs de la région le plus rapidement et le moins cher possible avant de déposer un pourcentage de leurs bénéfices dans le Trésor français. Les sociétés concessionnaires ont forcé la population locale à récolter du caoutchouc, du café et d’autres produits de base sans rémunération et ont gardé leurs familles en otage jusqu’à ce qu’elles atteignent leurs quotas. Entre 1890, un an après l’arrivée des Français, et 1940, la population a diminué de moitié en raison de maladies, de la famine et de l’exploitation par des entreprises privées. En 1920, l’Afrique équatoriale française a été créée et Ubangi-Shari a été administré à partir de Brazzaville. Au cours des années 1920 et 1930, les Français ont introduit une politique de culture obligatoire du coton, un réseau de routes a été construit, des tentatives ont été faites pour lutter contre la maladie du sommeil et des missions protestantes ont été établies pour propager le christianisme. De nouvelles formes de travail forcé ont également été introduites et un grand nombre d’Oubangais ont été envoyés travailler sur le chemin de fer Congo-Océan. Tout au long de la période de construction jusqu’en 1934, il y a eu un coût élevé et continu en vies humaines, avec un nombre total de décès parmi tous les travailleurs le long du chemin de fer estimé à plus de 17000 travailleurs de la construction, à cause d’une combinaison d’accidents industriels et de maladies, y compris le paludisme. En 1928, une insurrection majeure, la rébellion Kongo-Wara ou «guerre de la houe», a éclaté dans l’ouest d’Ubangi-Shari et s’est poursuivie pendant plusieurs années. L’étendue de cette insurrection, qui était peut-être la plus grande rébellion anticoloniale en Afrique pendant l’entre-deux-guerres, a été soigneusement cachée au public français car elle a fourni des preuves d’une forte opposition à la domination coloniale française et au travail forcé. En septembre 1940, pendant la Seconde Guerre mondiale, des officiers français pro-gaullistes prennent le contrôle d’Ubangi-Shari et le général Leclerc établit son quartier général des Forces françaises libres à Bangui. En 1946, Barthélémy Boganda est élu avec 9 000 voix à l’Assemblée nationale française, devenant ainsi le premier représentant de la RCA au gouvernement français. Boganda a maintenu une position politique contre le racisme et le régime colonial, mais s’est progressivement découragée du système politique français et est retournée en RCA pour établir le Mouvement pour l’évolution sociale de l’Afrique noire (MESAN) en 1950.

Depuis l’indépendance (depuis 1960)

Lors de l’élection de l’Assemblée territoriale Ubangi-Shari en 1957, MESAN a remporté 347 000 des 356 000 voix et a remporté tous les sièges législatifs, ce qui a conduit Boganda à être élu président du Grand Conseil de l’Afrique équatoriale française et vice-président de l’Oubangi. Conseil du gouvernement Shari. En un an, il a déclaré la création de la République centrafricaine et a été le premier Premier ministre du pays. MESAN a continué d’exister, mais son rôle était limité. Après la mort de Boganda dans un accident d’avion le 29 mars 1959, son cousin, David Dacko, a pris le contrôle de MESAN et est devenu le premier président du pays après que la RCA eut officiellement obtenu l’indépendance de la France. Dacko a chassé ses rivaux politiques, dont l’ancien Premier ministre et le Mouvement d’évolution démocratique de l’Afrique centrale (MEDAC), le chef Abel Goumba, qu’il a contraint à l’exil en France. Tous les partis d’opposition étant supprimés en novembre 1962, Dacko déclara MESAN comme le parti officiel de l’État.

Bokassa et l’Empire centrafricain (1965-1979)

Le 31 décembre 1965, Dacko est renversé lors du coup d’État de Saint-Sylvestre par le colonel Jean-Bédel Bokassa, qui suspend la constitution et dissout l’Assemblée nationale. Le président Bokassa s’est déclaré président à vie en 1972 et s’est nommé empereur Bokassa I de l’Empire centrafricain (comme le pays a été renommé) le 4 décembre 1976. Un an plus tard, l’empereur Bokassa s’est couronné lors d’une cérémonie somptueuse et coûteuse qui a été ridiculisée par une grande partie du monde. En avril 1979, de jeunes étudiants ont protesté contre le décret de Bokassa selon lequel tous les élèves devraient acheter des uniformes à une entreprise appartenant à l’une de ses épouses. Le gouvernement a violemment réprimé les manifestations, tuant 100 enfants et adolescents. Bokassa lui-même a peut-être été personnellement impliqué dans certains des meurtres. En septembre 1979, la France renversa Bokassa et rendit Dacko au pouvoir (restituant par la suite le nom du pays et du gouvernement d’origine à la République centrafricaine). Dacko, à son tour, est de nouveau renversé par un coup d’État du général André Kolingba le 1er septembre 1981.

République centrafricaine sous Kolingba

Kolingba a suspendu la constitution et a régné avec une junte militaire jusqu’en 1985. Il a présenté une nouvelle constitution en 1986 qui a été adoptée par un référendum national. L’adhésion à son nouveau parti, le Rassemblement Démocratique Centrafricain (RDC), était volontaire. En 1987 et 1988, des élections semi-libres au Parlement ont eu lieu, mais les deux principaux opposants politiques de Kolingba, Abel Goumba et Ange-Félix Patassé, n’ont pas été autorisés à participer. En 1990, inspiré par la chute du mur de Berlin, un mouvement pro-démocratie a vu le jour. Les pressions des États-Unis, de la France et d’un groupe de pays et d’agences représentés localement appelé GIBAFOR (France, États-Unis, Allemagne, Japon, UE, Banque mondiale et ONU) ont finalement conduit Kolingba à accepter, en principe, organiser des élections libres en octobre 1992 avec l’aide du Bureau des affaires électorales des Nations Unies. Après avoir utilisé l’excuse d’irrégularités présumées pour suspendre les résultats des élections comme prétexte pour conserver le pouvoir, le président Kolingba a subi d’intenses pressions de la GIBAFOR pour créer un « Conseil National Politique Provisoire de la République » (Conseil politique national provisoire, CNPPR ) et de créer une «commission électorale mixte», comprenant des représentants de tous les partis politiques. Lorsqu’un deuxième tour des élections a finalement eu lieu en 1993, toujours avec l’aide de la communauté internationale coordonnée par la GIBAFOR, Ange-Félix Patassé a gagné au deuxième tour avec 53% des voix tandis que Goumba a remporté 45,6%. Le parti de Patassé, le Mouvement pour la libération du peuple centrafricain (MLPC) ou le Mouvement pour la libération du peuple centrafricain, a obtenu une majorité simple mais non absolue de sièges au Parlement, ce qui signifie que le parti de Patassé a besoin de partenaires de la coalition.

Gouvernement Patassé (1993-2003)

Patassé a purgé de nombreux éléments de Kolingba du gouvernement et les partisans de Kolingba ont accusé le gouvernement de Patassé de mener une « chasse aux sorcières » contre les Yakoma. Une nouvelle constitution a été approuvée le 28 décembre 1994 mais a eu peu d’impact sur la politique du pays. En 1996–1997, reflétant une baisse constante de la confiance du public dans le comportement erratique du gouvernement, trois mutineries contre l’administration de Patassé se sont accompagnées de destructions massives de biens et de tensions ethniques accrues. Pendant cette période (1996), le Peace Corps a évacué tous ses volontaires vers le Cameroun voisin. À ce jour, le Peace Corps n’est pas retourné en République centrafricaine. Les accords de Bangui, signés en janvier 1997, prévoyaient le déploiement d’une mission militaire interafricaine en République centrafricaine et la réintégration d’anciens mutins au gouvernement le 7 avril 1997. La mission militaire interafricaine a ensuite été remplacée. par une force de maintien de la paix des Nations Unies (MINURCA). Depuis 1997, le pays a accueilli près d’une douzaine d’interventions de maintien de la paix, ce qui lui a valu le titre de « champion du monde de maintien de la paix ». En 1998, les élections législatives ont permis au RDC de Kolingba de remporter 20 des 109 sièges. L’année suivante, cependant, malgré la colère généralisée du public dans les centres urbains à cause de sa domination corrompue, Patassé a remporté un deuxième mandat à l’élection présidentielle. Le 28 mai 2001, les rebelles ont pris d’assaut des bâtiments stratégiques à Bangui lors d’une tentative de coup d’État infructueuse. Le chef d’état-major de l’armée, Abel Abrou, et le général François N’Djadder Bedaya ont été tués, mais Patassé a repris le dessus en faisant venir au moins 300 soldats du chef rebelle congolais Jean-Pierre Bemba et des soldats libyens. Au lendemain du coup d’État manqué, les milices fidèles à Patassé ont cherché à se venger des rebelles dans de nombreux quartiers de Bangui et ont provoqué des troubles, notamment le meurtre de nombreux opposants politiques. Finalement, Patassé est venu soupçonner que le général François Bozizé était impliqué dans une autre tentative de coup d’État contre lui, ce qui a conduit Bozizé à fuir avec des troupes fidèles au Tchad. En mars 2003, Bozizé a lancé une attaque surprise contre Patassé, qui était hors du pays. Les troupes libyennes et quelque 1 000 soldats de l’organisation rebelle congolaise de Bemba n’ont pas réussi à arrêter les rebelles et les forces de Bozizé ont réussi à renverser Patassé.

Guerre civile

François Bozizé a suspendu la constitution et nommé un nouveau cabinet, qui comprenait la plupart des partis d’opposition. Abel Goumba a été nommé vice-président, ce qui a donné au nouveau gouvernement de Bozizé une image positive. Bozizé a créé un Conseil national de transition à large assise pour rédiger une nouvelle constitution et a annoncé qu’il démissionnerait et se présenterait aux élections une fois la nouvelle constitution approuvée. En 2004, la guerre Bush en République centrafricaine a commencé, alors que les forces opposées à Bozizé prenaient les armes contre son gouvernement. En mai 2005, Bozizé a remporté l’élection présidentielle, qui excluait Patassé, et en 2006, les combats se sont poursuivis entre le gouvernement et les rebelles. En novembre 2006, le gouvernement de Bozizé a sollicité le soutien militaire français pour les aider à repousser les rebelles qui avaient pris le contrôle des villes des régions du nord du pays. Bien que les détails initialement publics de l’accord concernaient la logistique et le renseignement, en décembre, l’aide française comprenait des frappes aériennes de combattants Dassault Mirage 2000 contre des positions rebelles. L’accord de Syrte en février et l’accord de paix de Birao en avril 2007 ont appelé à la cessation des hostilités, à l’hébergement des combattants du FDPC et à leur intégration aux FACA, à la libération des prisonniers politiques, à l’intégration du FDPC au gouvernement, à une amnistie pour l’UFDR, à son la reconnaissance en tant que parti politique et l’intégration de ses combattants dans l’armée nationale. Plusieurs groupes ont continué de se battre, mais d’autres groupes ont signé l’accord, ou des accords similaires avec le gouvernement (par exemple UFR le 15 décembre 2008). Le seul grand groupe à ne pas avoir signé d’accord à l’époque était la CPJP, qui a poursuivi ses activités et signé un accord de paix avec le gouvernement le 25 août 2012. En 2011, Bozizé a été réélu lors d’une élection largement considérée comme frauduleuse. En novembre 2012, Séléka, une coalition de groupes rebelles, a pris le contrôle de villes des régions du nord et du centre du pays. Ces groupes ont finalement conclu un accord de paix avec le gouvernement de Bozizé en janvier 2013 impliquant un gouvernement de partage du pouvoir, mais cet accord a échoué et les rebelles ont saisi la capitale en mars 2013 et Bozizé a fui le pays. Michel Djotodia a pris la présidence. Le Premier ministre Nicolas Tiangaye a sollicité une force de maintien de la paix de l’ONU auprès du Conseil de sécurité de l’ONU et, le 31 mai, l’ancien président Bozizé a été inculpé de crimes contre l’humanité et d’incitation au génocide. À la fin de l’année, il y avait eu des avertissements internationaux d’un « génocide » et les combats étaient en grande partie des attaques de représailles contre des civils des combattants à prédominance musulmane de la Séléka et des milices chrétiennes appelées « anti-balaka ». En août 2013, plus de 200 000 personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays avaient été signalées.

Le président français François Hollande a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies et l’Union africaine à intensifier leurs efforts pour stabiliser le pays. Le 18 février 2014, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies à déployer immédiatement 3 000 soldats dans le pays, renforçant les 6 000 soldats de l’Union africaine et 2 000 soldats français déjà présents dans le pays, pour lutter contre les civils tués dans le pays. grands nombres. Le gouvernement de la Séléka serait divisé. Et en septembre 2013, Djotodia a officiellement dissous la Séléka, mais de nombreux rebelles ont refusé de désarmer, devenant l’ex-Séléka, et se sont éloignés de tout contrôle gouvernemental. On fait valoir que le fait que les efforts de désarmement initiaux aient été exclusivement concentrés sur la Séléka a, par inadvertance, pris le dessus sur les anti-Balaka, entraînant le déplacement forcé de civils musulmans par des anti-Balaka à Bangui et dans l’ouest de la RCA. Le 11 janvier 2014, Michael Djotodia et Nicolas Tiengaye ont démissionné dans le cadre d’un accord négocié lors d’un sommet régional au Tchad voisin. Catherine Samba-Panza a été élue présidente par intérim du Conseil national de transition, devenant ainsi la toute première femme présidente centrafricaine. Le 23 juillet 2014, suite aux efforts de médiation congolais, Séléka et des représentants anti-balaka ont signé un accord de cessez-le-feu à Brazzaville. Fin 2014, le pays était de facto divisé avec les anti-Balaka au sud-ouest et l’ex-Séléka au nord-est. En mars 2015, Samantha Power, ambassadrice des États-Unis auprès des Nations Unies, a déclaré que 417 des 436 mosquées du pays avaient été détruites et que les femmes musulmanes avaient tellement peur de sortir en public qu’elles accouchaient chez elles au lieu d’aller à l’hôpital. . Le 14 décembre 2015, les dirigeants rebelles de la Séléka ont proclamé une République indépendante du Logone.

La politique de la République centrafricaine

La politique en République centrafricaine se déroule officiellement dans le cadre d’une république semi-présidentielle. Dans ce système, le président est le chef de l’État, avec un premier ministre comme chef du gouvernement. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. Le pouvoir législatif appartient au gouvernement et au parlement. Les changements de gouvernement se sont produits ces dernières années selon trois méthodes : la violence, les négociations et les élections. Une nouvelle constitution a été approuvée par les électeurs lors d’un référendum organisé le 5 décembre 2004. Le gouvernement a été classé «partiellement libre» de 1991 à 2001 et de 2004 à 2013.

Branche exécutive

Le président est élu au suffrage universel pour un mandat de six ans et le Premier ministre est nommé par le président. Le président nomme et préside également le Conseil des ministres, qui initie les lois et supervise les opérations gouvernementales. Cependant, depuis 2018, le gouvernement officiel ne contrôle pas de grandes parties du pays, qui sont gouvernées par des groupes rebelles. Le président par intérim depuis avril 2016 est Faustin Archange Touadera qui a suivi le gouvernement intérimaire sous Catherine Samba-Panza, le Premier ministre intérimaire André Nzapayeké.

L’économie de la République centrafricaine

Le revenu par habitant de la République est souvent répertorié comme étant d’environ 400 dollars par an, l’un des plus bas au monde, mais ce chiffre est basé principalement sur les ventes déclarées d’exportations et ignore en grande partie la vente non enregistrée d’aliments, de boissons alcoolisées produites localement, diamants, ivoire, viande de brousse et médecine traditionnelle. La monnaie de la République centrafricaine est le franc CFA, qui est accepté dans les anciens pays de l’Afrique occidentale française et s’échange à un taux fixe vers l’euro. Les diamants constituent l’exportation la plus importante du pays, représentant 40 à 55% des recettes d’exportation, mais on estime qu’entre 30% et 50% de ceux produits chaque année quittent le pays clandestinement.

L’agriculture est dominée par la culture et la vente de cultures vivrières telles que le manioc, les arachides, le maïs, le sorgho, le millet, le sésame et le plantain. Le taux de croissance annuel du PIB réel est légèrement supérieur à 3%. L’importance des cultures vivrières par rapport aux cultures de rente exportées est indiquée par le fait que la production totale de manioc, l’aliment de base de la plupart des Centrafricains, varie entre 200 000 et 300 000 tonnes par an, tandis que la production de coton, principale culture de rente exportée, varie de 25 000 à 45 000 tonnes par an. Les cultures vivrières ne sont pas exportées en grande quantité, mais constituent toujours les principales cultures de rente du pays, car les Centrafricains tirent beaucoup plus de revenus de la vente périodique de cultures vivrières excédentaires que des cultures de rente exportées telles que le coton ou le café. Une grande partie du pays est autosuffisante en cultures vivrières; cependant, le développement de l’élevage est entravé par la présence de la mouche tsé-tsé. Le principal partenaire d’importation de la République est les Pays-Bas (19,5%). Les autres importations proviennent du Cameroun (9,7%), de la France (9,3%) et de la Corée du Sud (8,7%). Son principal partenaire d’exportation est la Belgique (31,5%), suivie de la Chine (27,7%), de la République démocratique du Congo (8,6%), de l’Indonésie (5,2%) et de la France (4,5%). La RCA est membre de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA). Dans le rapport Doing Business de 2009 du Groupe de la Banque mondiale, il était classé 183e sur 183 en ce qui concerne la «  facilité de faire des affaires  », un indice composite qui prend en compte les réglementations qui renforcent l’activité commerciale et celles qui la restreignent.

La démographie de la République centrafricaine

La population de la République centrafricaine a presque quadruplé depuis l’indépendance. En 1960, la population était de 1 232 000; selon une estimation de l’ONU de 2018, il est d’environ 4666368. Les Nations Unies estiment qu’environ 4% de la population âgée de 15 à 49 ans est séropositive. Seuls 3% du pays disposent de traitements antirétroviraux, contre 17% dans les pays voisins du Tchad et de la République du Congo. La nation est divisée en plus de 80 groupes ethniques, chacun ayant sa propre langue. Les groupes ethniques les plus importants sont les Arabes Baggara, Baka, Banda, Bayaka, Fula, Gbaya, Kara, Kresh, Mbaka, Mandja, Ngbandi, Sara, Vidiri, Wodaabe, Yakoma, Yulu, Zande, avec d’autres, y compris des Européens de descendance principalement française.

L’éducation de la République centrafricaine

L’enseignement public en République centrafricaine est gratuit et l’enseignement est obligatoire de 6 à 14 ans. Les décès liés au sida ont lourdement pesé sur les enseignants, contribuant à la fermeture de plus de 100 écoles primaires entre 1996 et 1998. En 1991, le taux brut de scolarisation dans le primaire était de 56,9%. En 2000, le taux net de scolarisation primaire des enfants âgés de 6 à 11 ans était de 43%. Les taux de fréquentation de l’école primaire n’étaient pas disponibles pour la République centrafricaine en 2001. Bien que les taux de scolarisation indiquent un niveau d’engagement envers l’éducation, ils ne reflètent pas toujours la participation des enfants à l’école. Il n’y a pas d’accès égal à l’école primaire pour les filles. Pour la première année d’école, 65% des filles sont inscrites à l’école primaire. Ce pourcentage est tombé à 23% des filles après six ans d’école primaire en 2007. De nombreuses filles ont abandonné l’école au début de l’adolescence en raison des pressions de la société pour se marier et avoir des enfants. Le maigre budget du système éducatif et les arriérés de salaires ont entraîné une pénurie d’enseignants et une augmentation du nombre d’enfants des rues. Le pourcentage du budget national alloué à l’éducation, qui était traditionnellement inférieur à 12%, est passé à 18% à la fin des années 90. Selon le gouvernement, il augmentera encore à 25% d’ici 2010. 800 000 étudiants ont été touchés par les violences qui ont éclaté en décembre 2012 à cause des rebelles de la Séléka. De nombreux enseignants qui ont cherché refuge dans d’autres régions n’avaient pas encore regagné le pays. La corruption est un problème au sein du gouvernement de nombreux pays, y compris la République centrafricaine: l’ancienne ministre de l’Éducation, Gisèle Bedan, a déclaré qu’il était impossible de diriger un département. Le taux d’alphabétisation des hommes âgés de 15 à 24 ans est de 72,3%, tandis que le même groupe d’âge pour les femmes a un taux d’alphabétisation de 59,1%.

L’enseignement supérieur

Les deux établissements d’enseignement supérieur en République centrafricaine sont l’Université de Bangui, une université publique située à Bangui, qui comprend une école de médecine; et Euclid University, une université internationale.

Les langues de la République centrafricaine

Les langues officielles de la République centrafricaine sont le français et le sangho. Au total, le pays compte environ 72 langues. En RCA, le français est la langue de l’écriture et des situations formelles. En 2005, on estimait que 22,5% de la population parlait français. Sangho compte environ 350 000 locuteurs natifs. Il est devenu la lingua franca du pays. Il est devenu une langue nationale en 1963 et une langue officielle (à côté du français) en 1991. On estime que 92% de la population centrafricaine est capable de parler le sangho. La langue est devenue la langue maternelle de presque tous les enfants de Bangui. Presque toutes les langues maternelles de la RCA appartiennent aux langues oubangaises. Il existe quelques langues bantoues dans l’extrême sud, le long de la frontière avec le Congo-Brazzaville, et plusieurs langues bongo – bagirmi dans le nord, près de la frontière avec le Tchad. De plus, il existe une langue Luo, le runga. L’éducation des sourds en RCA utilise la langue des signes américaine, introduite par le missionnaire américain sourd Andrew Foster.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés