Zimbabwe : la first lady, Grâce Mugabe nie avoir confisqué des biens d’un homme d’affaires dans une histoire de bague en diamant

Afriquinfos 12 Vues
3 Min de Lecture

Harare (© 2017 Afriquinfos)-Grace Mugabe, l‘épouse du président zimbabwéen Robert Mugabe donne sa version des faits dans l’affaire d’une bague en diamant qui l’oppose à un libanais.

La Première dame du Zimbabwe, dans une déposition à la police, et consultée par l’AFP, dément avoir illégalement saisi trois propriétés appartenant à Jamal Ahmed, un homme d’affaire, comme ce dernier l’a fait croire. Elle affirme plutôt que ces propriétés sont entre les mains de la police zimbabwéenne qui enquêtent sur les crimes de l’homme dans le pays.

« Les policiers ne sont pas mes agents, ce sont des officiers de l’Etat qui font appliquer la loi et enquêtent sur des comportements inappropriés. Voilà pourquoi ils protègent ces propriétés », écrit Dame Mugabe dans sa déclaration.

Des propos qui sont contraires à ceux de l’homme d’affaires, qui déclare plutôt  que Madame Mugabé  lui a commandé en avril 2016 un diamant d’une valeur de 1,35 million de dollars que son époux voulait lui offrir pour leurs vingt ans de mariage.

Après l’achat, elle change d’avis, et décide de rendre la bague et exige le remboursement complet de la somme versée. Malgré ses promesses de rembourser la somme en plusieurs fois.

Jamal Ahmedil assure que ses trois propriétés lui ont été confisquées. Il affirme en outre avoir été victime de menaces des services de renseignement zimbabwéens et de la Première dame en personne. La justice zimbabwéenne lui a certes donné raison, mais ses biens ne lui ont toujours pas été retournés.

Une telle affaire pourrait attiser la colère des Zimbabwéens, puisque le pays  est déjà miné par une grave crise financière amplifiée par le manque de liquidités et  du fait que le régime du président Robert Mugabe est de plus en plus contesté. Encore que la femme du président est souvent critiquée pour son attrait pour le luxe et son implication dans des affaires de corruption.

Grace Mugabe n’ignorant pas les conséquences que peut drainer cette situation, a pris sur elle de calmer les esprits. La somme astronomique payée pour ce diamant a été « durement gagnée au fil des années » au prix des « nombreux sacrifices » faits par son mari, argue-t-elle.

Innocente Nice