Togo/47 universitaires dont d’anciens ministres interpellent: ‘L’élaboration d’une nouvelle Constitution ne peut se faire dans un climat de tension’

Afriquinfos Editeur
2 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Lomé  (© 2024 Afriquinfos)-  “La démarche entreprise par une Assemblée nationale en fin de mandat porte les germes d’une crise sociale aux conséquences imprévisibles”; ‘’Elle est inopportune en ce moment où le Peuple togolais se mobilise pour élire une nouvelle Assemblée nationale et désigner ses élus régionaux“, ont alerté ce mardi 9 avril 2024 des universitaires togolais dans une lettre ouverte au président Faure Gnassingbé.

Ces enseignants chercheurs de l’Université de Lomé, au premier rang desquels figure l’ancien ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Nicoue Broohm, dénoncent en outre cette révision constitutionnelle adoptée par l’Assemblée nationale du Togo le 25 mars 2024 qui fait basculer le pays dans une cinquième République avec un régime parlementaire. Selon eux, cette manœuvre est  digne d’’’un coup d’État constitutionnel’’.

Les signataires de la lettre souligne également que ‘’l’Assemblée nationale ne peut, en aucun cas, adopter une nouvelle Constitution ni au cours de son mandat ordinaire, ni pendant le prolongement de celui-ci“. Parmi les 47 professeurs, on peut entre autres identifier: Gayibor Nikoué, Goeh-Akue, Deckon Kuassi, Nao Aklesso, Folikoué Ekoué, Walla Atchi, Wolou Komi, Awokou lokou, Dosseh Ayron, Anaté Hodabalou,  etc.

En dehors de ces derniers, des opposants à Faure Gnassingbé dénoncent eux aussi un coup de force constitutionnel, contre lequel ils s’insurgent. La démarche entreprise par ces universitaires intervient alors qu’UNIR le parti au pouvoir a entamé depuis ce 08 avril 2024 « une campagne de sensibilisation » sur le projet de la nouvelle Constitution.

- Advertisement -

V. A.