Afrique Centrale
19 mai 2020

Soudan du Sud: le vice-président Riek Machar contaminé par le coronavirus

Riek Machar contaminé par le coronavirus | Le Vice-président du Soudan, Riek Machar  a été déclaré positif au Covid-19 ainsi […]

14 mars 2020 Afrique du Nord

Le mandat de la mission onusienne au Soudan du Sud renouvelé (Conseil de sécurité)

New York (© 2020 Afriquinfos)-Le mandat de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) vient d’être renouvelé […]

Lire la suite »
23 février 2020 Afrique du Nord

Soudan du Sud : Un gouvernement d’union mis en place

Juba (© 2020 Afriquinfos)- Le Soudan du Sud a procédé à la formation d’un gouvernement d’union de transition après que […]

Lire la suite »
21 février 2020 Afrique du Nord

Soudan du Sud: le président et le chef de la rébellion d’accord pour un gouvernement d’union

Le président sud-soudanais Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar se sont mis d’accord jeudi pour former un gouvernement […]

Lire la suite »
18 février 2020 Afrique de l'Est

Les essaims de criquets en Afrique de l’Est atteignent le Soudan du Sud

Les essaims de criquets qui s’abattent sur l’Afrique de l’Est sont arrivés au Soudan du Sud, ont annoncé mardi les […]

Lire la suite »
12 février 2020 Afrique de l'Est

Soudan : Omar el-Béchir dit non à la CPI et préfère être jugé à Khartoum

Khartoum (© 2020 Afriquinfos)- Après l’accord entre les autorités de Khartoum et les mouvements rebelles ouvrant la voie à un […]

Lire la suite »
Afrique de l'Est

L’anglo-soudanais Luol Deng nommé Ambassadeur international de la Basketball Africa League

Johannesburg (© 2020 Afriquinfos)- Luol Deng est nommé par la Basket Afrrica League, Ambassadeur International de la compétition continentale. Son […]

Lire la suite »
30 janvier 2020 Afrique du Nord

Soudan du Sud : Salva Kiir amnistie les groupes d’opposition

Juba (© 2020 Afriquinfos)- Au Soudan du Sud, le président Salva Kiir a amnistié les groupes rebelles qui avaient cherché […]

Lire la suite »
14 décembre 2019 Afrique du Nord

Les sanctions imposées par les États-Unis entravent les progrès de la paix (accusation portées par Juba)

Juba (© 2019 Afriquinfos)-Les sanctions récemment imposées par les États-Unis à certains des représentants mettent en périls les progrès de […]

Lire la suite »
13 décembre 2019 Afrique du Nord

Soudan du Sud : Le PAM alerte sur la progression de la faim

Italie (© 2019 Afriquinfos)-Au Soudan du Sud, la faim progresse au sein d’une population qui a un besoin urgent d’aide […]

Lire la suite »
8 octobre 2019 Afrique du Nord

Le Soudan du Sud renégocie un accord pétrolier avec Khartoum

Le Soudan du Sud a annoncé lundi qu’il renégociait un accord pétrolier avec le Soudan, étant incapable d’achever de lui […]

Lire la suite »
9 septembre 2019 Afrique du Nord

Soudan du Sud: Machar va rencontrer lundi Kiir à Juba

Le dirigeant rebelle sud-soudanais Riek Machar devrait rencontrer son rival, le président Salva Kiir, lundi à Juba, ont indiqué dimanche […]

Lire la suite »
4 décembre 2018 Afrique du Nord

Soudan du Sud : les Nations Unies réclament des poursuites suite à plusieurs agressions sexuelles

New York (© 2018 Afriquinfos)- Au Soudan du Sud, des femmes ont été victimes d’agressions sexuelles, tandis que certaines d’entre […]

Lire la suite »
29 septembre 2018 Afrique du Nord

Soudan du Sud/ Accord de Paix : tous les prisonniers politiques relaxés

Juba (© 2018 Afriquinfos)- Après l’accord de paix signé en Août dernier, le Soudan du Sud se remet peu à […]

Lire la suite »
31 août 2018 Afrique du Nord

Sud-Soudan : Riek Machar signe enfin l’Accord de paix avec le pouvoir de Juba

Juba (© 2018 Afriquinfos)- Après une volte-face en début de semaine, le Chef rebelle Riek Machar a paraphé jeudi l’Accord […]

Lire la suite »
29 août 2018 Afrique du Nord

Soudan du Sud : Après un refus, Machar va finalement signer l’accord de paix

Khartoum (© 2018 Afriquinfos)-Au Soudan du Sud, le chef rebelle sud-soudanais Riek Machar a accepté de signer l’accord de paix […]

Lire la suite »
28 août 2018 Afrique du Nord

Les rebelles sud-soudanais refusent de signer l’accord de paix

Khartoum (© 2018 Afriquinfos)-Au Soudan du sud, le chef des rebelles, Riek Machar, a refusé de signer l’accord de paix […]

Lire la suite »
11 août 2018 Afrique du Nord

Le Soudan du Sud reprendra en septembre la production de pétrole sur les champs de pétrole endommagés

Juba (© 2018 Afriquinfos)- Au Soudan du sud, la production pétrolière reprendrait en septembre sur les champs de pétrole endommagés […]

Lire la suite »
6 août 2018 Afrique du Nord

Soudan du Sud: les belligérants signent un accord sur le partage du pouvoir

Khartoum (© 2018 Afriquinfos)- Ce dimanche à Khartoum, le gouvernement et les rebelles du Soudan du Sud ont signé un accord […]

Lire la suite »
26 juillet 2018 Afrique du Nord

Soudan du sud: signature d’un accord « préliminaire » sur le partage du pouvoir

Khartoum (© 2018 Afriquinfos)- Au Soudan du Sud, le gouvernement et les rebelles sont parvenus à la signature d’un accord […]

Lire la suite »
11 juillet 2018 Afrique du Nord

Soudan du Sud : l’ONU dénonce de possibles crimes de guerre dans l’État d’Unité

Genève  (© 2018 Afriquinfos)-Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) dénonce, dans un rapport publié mardi à […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Soudan du Sud: l’ONU appelée à se prononcer sur un embargo sur les armes

New York  (© 2018 Afriquinfos)- Le Conseil de sécurité de l’ONU est appelé à se prononcer en fin de semaine […]

Lire la suite »
8 juillet 2018 Afrique du Nord

Soudan du Sud: accord pour que Riek Machar redevienne vice-président de Salva Kiir

Kampala (© 2018 Afriquinfos) – Au Soudan du sud, une signature sur le partage du pouvoir qui doit voir le chef […]

Lire la suite »
7 juillet 2018 Afrique du Nord

Soudan du Sud : Les pourparlers de paix de Khartoum progressent bien (le gouvernement)

Juba  (© 2018 Afriquinfos)- Au Soudan du Sud les négociations en cours à Khartoum au Soudan avec les différentes factions […]

Lire la suite »
5 juillet 2018 Afrique du Nord

Soudan du Sud : la Vice-Secrétaire générale de l’ONU entend être la porte-voix des femmes victimes du conflit

Juba (© 2018 Afriquinfos)- La Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, Amina J. Mohammed, est arrivée mardi à Juba, au Soudan du […]

Lire la suite »
4 juillet 2018 Afrique du Nord

Soudan du Sud : l’opposition s’oppose à un mandat prolongé du président Salva Kiir

Juba (© 2018 Afriquinfos)- Une proposition visant à prolonger de trois ans le mandat du président soudanais Salva Kiir a […]

Lire la suite »
27 juin 2018 Afrique du Nord

Soudan du Sud : fin de la guerre civile ?

Khartoum  (© 2018 Afriquinfos) – Après s’être mis d’accord sur un certain nombre de questions en suspens, ce mercredi, le […]

Lire la suite »
Afrique du Nord

Diplomatie/ Soudan : Salva Kiir et rival Riek Machar sont parvenus à se mettre d’accord sur « sur certains points »

Khartoum (© 2018 Afriquinfos) – MM. Kiir et Machar participent depuis lundi à un nouveau round de discussions à Khartoum […]

Lire la suite »
20 juin 2018 Afrique du Nord

Kiir et Machar en Ethiopie pour discuter de paix, une première en 2 ans

Addis-Abeba  (© 2018 Afriquinfos) –Le président sud-soudanais Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar sont arrivés mercredi à Addis […]

Lire la suite »
19 juin 2018 Afrique du Nord

Soudan du Sud: un pays ravagé par la guerre civile

Addis-Abeba (© 2018 Afriquinfos) –Le Soudan du Sud, théâtre depuis près de cinq ans d’une guerre civile dévastatrice dont les […]

Lire la suite »
1 juin 2018 Afrique du Nord

L’ONU demande un accord de paix au Soudan du Sud, sous peine de sanctions

New York  (© 2018 Afriquinfos) – Le Conseil de sécurité de l’ONU a menacé jeudi les factions belligérantes au Soudan du […]

Lire la suite »
30 mai 2018 Afrique du Nord

La double peine des handicapés dans le soudan du sud en guerre

Juba (© 2018 Afriquinfos)-Au Soudan du Sud, ravagé depuis quatre ans et demi par la guerre civile et sa litanie […]

Lire la suite »
14 mars 2018 Afrique du Nord

Conseil des droits de l’homme: Examen de la situation des droits de l’homme au Soudan du Sud

Genève (© 2018 Afriquinfos) –Le Conseil des droits de l’homme a examiné, ce mardi le rapport de la Commission sur […]

Lire la suite »
28 février 2018 Afrique du Nord

Soudan du sud : deux tiers de la population risque de connaître de nouvelles famines plus sévères

Juba (© Afriquinfos 2018)-Sans une aide soutenue et un acheminement humanitaire durable, plus de 7 millions de personnes au Soudan […]

Lire la suite »
14 février 2018 Afrique du Nord

Scandale Oxfam : l’ONG visée par de nouvelles accusations de viol au Soudan du sud

Londres (© 2018 Afriquinfos) –Le scandale entourant l’ONG Oxfam s’étend avec de nouvelles accusations, cette fois de viol contre certains […]

Lire la suite »
20 janvier 2018 Afrique du Nord

Au moins 28 travailleurs humanitaires ont été tués au Soudan du Sud en 2017, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA)

New York (© Afriquinfos 2018)-Il s’agit notamment, a indiqué OCHA vendredi, de six travailleurs humanitaires qui ont été tués lors […]

Lire la suite »
21 décembre 2017 Sud Soudan

Soudan du Sud: signature d’un cessez-le-feu qui entrera en vigueur dimanche

Addis Abeba (© Afriquinfos 2017)- Le gouvernement et les principaux groupes rebelles au Soudan du Sud ont signé jeudi un […]

Lire la suite »
25 août 2017 Afrique du Nord

L’ONU réclame au Soudan du Sud de cesser les obstructions à sa mission de paix

Genève (© Afriquinfos 2017)-Le Conseil de sécurité de l’ONU veut que le gouvernement du Soudan du Sud « cesse les obstructions » […]

Lire la suite »
20 août 2017 Afrique du Nord

Soudan du Sud : Rebecca Nyandeng Garang, la veuve de John Garang a dénoncé les menaces de mort contre elle et ses collègues de l’opposition

Juba (© Afriquinfos 2017)-Rebecca Nyandeng Garang, la figure éminente de l’opposition a dénoncé les intimidations et les menaces de mort […]

Lire la suite »
24 juillet 2017 Afrique du Nord

Soudan du Sud : Amnesty international dénonce les violences sexuelles dans un rapport

Londres (© Afriquinfos 2017)-Dans un rapport publié ce lundi,  Amnesty international révèle les scènes d’atrocité liées au viol au Soudan […]

Lire la suite »
21 juin 2017 Afrique du Nord

Soudan du Sud: le pape François apporte son soutien financier

Rome (© Afriquinfos 2017)- Le Vatican a annoncé mercredi que le pape François avait décidé de soutenir une série de […]

Lire la suite »
31 mai 2017 Afrique du Nord

Soudan du Sud: 13 soldats jugés pour divers crimes

Juba (© Afriquinfos 2017)- Au Soudan du sud, des militaires  sont jugés pour divers crimes. Le procès ouvert mardi devant […]

Lire la suite »
25 mai 2017 Afrique du Nord

Les Directeurs des agences alimentaires onusiennes en visite au Soudan du Sud

Juba (© Afriquinfos 2017)- M. José Graziano da Silva de la FAO et M. David Beasley du PAM ont lancé […]

Lire la suite »
23 mai 2017 Afrique du Nord

Soudan du Sud: Salva Kiir annonce un cessez-le-feu et ouvre un dialogue national

Juba (© Afriquinfos 2017)- Le président sud-soudanais Salva Kiir a déclaré lundi un cessez-le-feu unilatéral en lançant un dialogue national […]

Lire la suite »
19 mai 2017 Afrique du Nord

Soudan du Sud : Un rapport de l’ONU dévoile les violations des droits de l’homme et les abus contre des civils

Genève (© Afriquinfos 2017)- Un rapport des Nations Unies publié ce vendredi 19 mai, rend public les conclusions d’une enquête […]

Lire la suite »
8 mai 2017 Afrique du Nord

Soudan du Sud : plus d’un million d’enfants réfugiés

New York (© Afriquinfos 2017)- Des sud-soudanais continuent de fuir le pays en direction des pays voisins La guerre civile […]

Lire la suite »
3 mai 2017 Sud Soudan

Soudan du Sud : arrivée du premier contingent britannique

Juba (© Afriquinfos 2017)-La Grande Bretagne a envoyé mardi les premiers éléments de son contingent au Soudan du Sud, pays […]

Lire la suite »
2 mai 2017 Afrique du Nord

Soudan du Sud: Al-Jazeera suspendue

L’Autorité des médias sud-soudanais a suspendu jusqu’à nouvel ordre les activités du bureau de langue anglaise d’Al-Jazeera dans la capitale, […]

Lire la suite »
26 avril 2017 Afrique du Nord

Soudan du sud : l’ONU annonce de nouvelles mesures coercitives

New York (© Afriquinfos 2017)-Le Conseil de sécurité des Nations unies a menacé le Soudan du Sud de nouvelles mesures […]

Lire la suite »
24 avril 2017 Afrique du Nord

Soudan du Sud : un génocide en cours contre des ethnies autres que celle du président Salva Kiir, selon l’opposition

Juba (© Afriquinfos 2017)-Dans un communiqué, une coalition de partis politiques accuse les autorités de chercher à exterminer les populations […]

Lire la suite »
1 2 3 5
Le Soudan du Sud, officiellement connu sous le nom de République du Soudan du Sud, est un pays enclavé de l’Afrique centrale et orientale. Il a obtenu son indépendance de la République du Soudan en 2011, ce qui en fait le dernier État ou pays souverain le plus largement reconnu. Sa capitale et sa plus grande ville est Juba. Le Soudan du Sud est bordé par le Soudan au nord, l’Éthiopie à l’est, le Kenya au sud-est, l’Ouganda au sud, la République démocratique du Congo au sud-ouest et la République centrafricaine à l’ouest. Il comprend la vaste région marécageuse du Sudd, formée par le Nil Blanc et connue localement sous le nom de Bahr al Jabal, qui signifie « Mer de Montagne ». Le Soudan a été occupé par l’Égypte sous la dynastie Mohammed Ali et a été gouverné comme un condominium anglo-égyptien jusqu’à l’indépendance du Soudan en 1956. Après la première guerre civile soudanaise, la région autonome du Sud-Soudan a été formée en 1972 et a duré jusqu’en 1983. Un deuxième civil soudanais la guerre éclate rapidement et se termine en 2005 avec l’Accord de paix global. Plus tard dans l’année, l’autonomie du Sud a été rétablie lorsqu’un gouvernement autonome du Sud-Soudan a été formé. Le Soudan du Sud est devenu un État indépendant le 9 juillet 2011, à la suite d’un soutien à l’indépendance de 98,83% lors d’un référendum de janvier 2011. Il a subi des violences ethniques et a subi une guerre civile de 2013 au 22 février 2020, lorsque les rivaux du Soudan du Sud, Salva Kiir et Riek Machar, ont conclu un accord d’unité et formé un gouvernement de coalition.

Le Soudan du Sud a une population de 12 millions d’habitants, principalement des peuples nilotiques, et il est démographiquement parmi les plus jeunes nations du monde, avec environ la moitié des moins de 18 ans. La majorité des habitants adhèrent au christianisme ou à diverses confessions traditionnelles. Le pays est membre des Nations Unies, de l’Union africaine, de la Communauté de l’Afrique de l’Est et de l’Autorité intergouvernementale pour le développement. et est partie aux Conventions de Genève. En 2019, le Soudan du Sud se classe au dernier rang dans le dernier rapport des Nations Unies sur le bonheur dans le monde, au deuxième rang du Global Peace Index et a le troisième score le plus élevé du American Fund for Peace’s Fragile States Index.

L’histoire du Sud Soudan

Le peuple nilotique du Soudan du Sud, Acholi, Anyuak, Bari, Dinka, Nuer, Shilluk, Kaligi et d’autres, est entré pour la première fois au Sud-Soudan quelque temps avant le 10e siècle, coïncidant avec la chute de la Nubie médiévale. Au cours de la période du XVe au XIXe siècle, les migrations tribales, principalement de la région de Bahr el Ghazal, ont amené les Anyuak, Dinka, Nuer et Shilluk à leurs emplacements modernes à la fois dans les régions de Bahr El Ghazal et du Haut-Nil, tandis que l’Acholi et Bari s’est installé en Equatoria. Les Zande, Mundu, Avukaya et Baka, qui sont entrés au Soudan du Sud au XVIe siècle, ont établi le plus grand État de la région de la région de l’Équatoria. Les Dinkas sont le plus grand, les Nuer le deuxième, les Zande le troisième et les Bari sont le quatrième groupe ethnique du pays. On les trouve dans les districts de Maridi, Yambio et Tombura, dans la ceinture de forêt tropicale humide d’Equatoria occidental, le client Adio d’Azande à Yei, Equatoria central et Bahr el Ghazal occidental. Au 18ème siècle, le clan Avungara a pris le pouvoir sur le reste de la société azande et cette domination s’est poursuivie jusqu’au 20ème siècle. Les barrières géographiques, y compris les marécages le long du Nil blanc et la préférence britannique pour l’envoi de missionnaires chrétiens dans les régions du sud, y compris son ordonnance du district fermé de 1922 (voir Histoire du Soudan anglo-égyptien), ont contribué à empêcher la propagation de l’islam aux sudistes, leur permettant ainsi de conserver leur patrimoine social et culturel, ainsi que leurs institutions politiques et religieuses. Les principales raisons incluent la longue histoire de la préférence politique britannique pour développer le nord arabe et son ignorance du sud noir. Après les premières élections indépendantes du Soudan en 1958, l’ignorance continue du sud par Khartoum (manque d’écoles, de routes, de ponts) a provoqué des soulèvements, une révolte et la plus longue guerre civile du continent. Depuis 2012, les peuples comprennent Acholi, Anyuak, Baka, Balanda Bviri, Bari, Boya, Didinga, Dinka, Jiye, Kaligi, Kuku, Lotuka, Mundari, Murie, Nilotic, Nuer, Shilluk, Toposa et Zande.

L’esclavage a été une institution de la vie soudanaise à travers l’histoire. La traite des esclaves dans le sud s’est intensifiée au XIXe siècle et s’est poursuivie après que les Britanniques eurent supprimé l’esclavage dans une grande partie de l’Afrique subsaharienne. Des raids annuels d’esclaves soudanais dans des territoires non musulmans ont entraîné la capture d’innombrables milliers de Soudanais du Sud et la destruction de la stabilité et de l’économie de la région.

Les Azande ont eu de bonnes relations avec les voisins, à savoir les Moru, Mundu, Pöjulu, Avukaya, Baka et les petits groupes de Bahr el Ghazal, en raison de la politique expansionniste de leur roi Gbudwe, au XVIIIe siècle. Au 19ème siècle, les Azande ont combattu les Français, les Belges et les Mahdistes pour maintenir leur indépendance. L’Égypte, sous le règne de Khedive Ismail Pacha, a tenté pour la première fois de contrôler la région dans les années 1870, établissant la province d’Equatoria dans la partie sud. Le premier gouverneur de l’Égypte fut Samuel Baker, mis en service en 1869, suivi de Charles George Gordon en 1874 et d’Emin Pasha en 1878. La révolte mahdiste des années 1880 a déstabilisé la province naissante et Equatoria a cessé d’exister en tant qu’avant-poste égyptien en 1889. Les colonies importantes en Equatoria comprenaient Lado, Gondokoro, Dufile et Wadelai. Les manœuvres coloniales européennes dans la région ont atteint leur point culminant en 1898, lorsque l’incident de Fashoda s’est produit à l’actuel Kodok ; La Grande-Bretagne et la France ont failli faire la guerre à la région. En 1947, les Britanniques espèrent rejoindre le Soudan du Sud avec l’Ouganda, ainsi que quitter l’Équatoria occidental en tant que partie de la République démocratique du Congo, ont été anéantis par la Conférence de Rajaf pour unifier le Nord et le Sud-Soudan.

Le Soudan du Sud a une population estimée à 8 millions d’habitants, mais, étant donné l’absence de recensement depuis plusieurs décennies, cette estimation pourrait être gravement faussée. L’économie est essentiellement rurale et dépend principalement de l’agriculture de subsistance. Vers 2005, l’économie a amorcé une transition de cette domination rurale et les zones urbaines du Soudan du Sud ont connu un développement important. La région a été affectée négativement par deux guerres civiles depuis l’indépendance du Soudan : de 1955 à 1972, le gouvernement soudanais a combattu l’armée rebelle d’Anyanya (Anya-Nya est un terme en langue Madi qui signifie « venin de serpent ») pendant la première guerre civile soudanaise. Guerre, suivie par l’Armée / Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLA / M) pendant la deuxième guerre civile soudanaise pendant plus de 20 ans. En conséquence, le pays a subi de graves négligences, un manque de développement des infrastructures et d’importantes destructions et déplacements. Plus de 2,5 millions de personnes ont été tuées et des millions d’autres sont devenues des réfugiés à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Indépendance (2011)

Entre le 9 et le 15 janvier 2011, un référendum a été organisé pour déterminer si le Soudan du Sud devait devenir un pays indépendant et séparé du Soudan. 98,83% de la population a voté pour l’indépendance. Le Soudan du Sud est officiellement devenu indépendant du Soudan le 9 juillet, bien que certains différends demeurent, notamment la répartition des revenus pétroliers, car 75% de toutes les réserves de pétrole de l’ancien Soudan se trouvent au Soudan du Sud. La région d’Abyei est toujours contestée et un référendum séparé aura lieu à Abyei pour savoir s’ils souhaitent rejoindre le Soudan ou le Soudan du Sud. Le conflit du Sud-Kordofan a éclaté en juin 2011 entre l’armée du Soudan et l’APLS sur les monts Nuba. Le 9 juillet 2011, le Soudan du Sud est devenu le 54e pays indépendant d’Afrique et depuis le 14 juillet 2011, le Soudan du Sud est le 193e membre des Nations Unies. Le 27 juillet 2011, le Soudan du Sud est devenu le 54e pays à rejoindre l’Union africaine. En 2011, il a été signalé que le Soudan du Sud était en guerre avec au moins sept groupes armés dans 9 de ses 10 États, et des dizaines de milliers de personnes déplacées. Les combattants accusent le gouvernement de comploter pour rester au pouvoir indéfiniment, ne représentant pas et ne soutenant pas équitablement tous les groupes tribaux tout en négligeant le développement dans les zones rurales. L’Armée de résistance du Seigneur (LRA) de Joseph Kony opère également dans une vaste zone qui comprend le Soudan du Sud. La guerre interethnique qui, dans certains cas, est antérieure à la guerre d’indépendance est répandue. En décembre 2011, les affrontements tribaux à Jonglei se sont intensifiés entre l’armée blanche Nuer des Lou Nuer et les Murle. L’Armée blanche a averti qu’elle anéantirait le Murle et combattrait également les forces sud-soudanaises et de l’ONU envoyées dans la région autour de Pibor. En mars 2012, les forces sud-soudanaises ont saisi les champs de pétrole de Heglig sur des terres revendiquées par le Soudan et le Soudan du Sud dans la province du Sud-Kordofan après un conflit avec les forces soudanaises dans l’État d’unité du Soudan du Sud. Le Soudan du Sud s’est retiré le 20 mars et l’armée soudanaise est entrée à Heglig deux jours plus tard.

Guerre civile (2013-2020)

En décembre 2013, une lutte de pouvoir politique a éclaté entre le président Kiir et son ancien adjoint Riek Machar, alors que le président accusait Machar et dix autres de tenter un coup d’État. Des combats ont éclaté, déclenchant la guerre civile sud-soudanaise. Des troupes ougandaises ont été déployées pour combattre aux côtés des forces gouvernementales sud-soudanaises contre les rebelles. L’ONU a des soldats de la paix dans le pays dans le cadre de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS). De nombreux cessez-le-feu ont été négociés par l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) entre le Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM) et le SPLM dans l’opposition et ont ensuite été rompus. Un accord de paix a été signé en Éthiopie sous la menace de sanctions des Nations Unies pour les deux parties en août 2015. Machar est retourné à Juba en 2016 et a été nommé vice-président. Après une deuxième vague de violence à Juba, Machar a été remplacé comme vice-président et il a fui le pays alors que le conflit éclatait à nouveau. Les combats rebelles sont devenus une partie importante du conflit. La rivalité entre les factions Dinka dirigées par le président et Malong Awan a également conduit à des combats. En août 2018, un autre accord de partage du pouvoir est entré en vigueur. On estime qu’environ 400 000 personnes ont été tuées pendant la guerre, y compris des atrocités notables telles que le massacre de Bentiu en 2014. Bien que les deux hommes aient des partisans de toutes les divisions ethniques du Soudan du Sud, les combats ultérieurs ont été communautaires, les rebelles ciblant des membres de l’ethnie Dinka de Kiir et des soldats du gouvernement attaquant Nuers. Plus de 4 millions de personnes ont été déplacées, dont environ 1,8 million de personnes déplacées à l’intérieur du pays et environ 2,5 millions ayant fui vers les pays voisins, en particulier l’Ouganda et le Soudan. Le 20 février 2020, Salva Kiir Mayardit et Riek Machar ont convenu d’un accord de paix et, le 22 février 2020, ont formé un gouvernement d’unité nationale.

La politique du Sud Soudan

Gouvernement

L’Assemblée législative du Sud-Soudan, aujourd’hui disparue, a ratifié une constitution transitoire peu de temps avant l’indépendance le 9 juillet 2011. La constitution a été signée par le président du Soudan du Sud le jour de l’indépendance et est ainsi entrée en vigueur. C’est maintenant la loi suprême du pays, remplaçant la Constitution intérimaire de 2005. La constitution établit un système présidentiel de gouvernement dirigé par un président qui est chef de l’État, chef du gouvernement et commandant en chef des forces armées. Il établit également la législature nationale comprenant deux chambres : une assemblée élue au suffrage direct, l’Assemblée législative nationale et une deuxième chambre des représentants des États, le Conseil des États. John Garang, le fondateur de la SPLA / M, a été le premier président du gouvernement autonome jusqu’à sa mort le 30 juillet 2005. Salva Kiir Mayardit, son adjoint, a prêté serment en tant que premier vice-président du Soudan et président du gouvernement du Sud. Soudan le 11 août 2005. Riek Machar l’a remplacé comme vice-président du gouvernement. Le pouvoir législatif appartient au gouvernement et à la législature nationale bicamérale. La constitution prévoit également un pouvoir judiciaire indépendant, l’organe suprême étant la Cour suprême.

Projet de capital national

La capitale du Soudan du Sud est située à Juba, qui est également la capitale de l’État de l’Équatoria central et le siège du comté du comté éponyme de Juba, et est la plus grande ville du pays. Cependant, en raison de la mauvaise infrastructure de Juba et de la croissance urbaine massive, ainsi que de son manque de centralité au Soudan du Sud, le gouvernement sud-soudanais a adopté une résolution en février 2011 pour étudier la création d’une nouvelle ville prévue pour servir de siège du gouvernement. Il est prévu que la capitale soit transformée en Ramciel plus central. Cette proposition est fonctionnellement similaire aux projets de construction à Abuja, au Nigéria ; Brasilia, Brésil; et Canberra, Australie; entre autres capitales nationales prévues de l’ère moderne. On ne sait pas comment le gouvernement financera le projet. En septembre 2011, un porte-parole du gouvernement a déclaré que les dirigeants politiques du pays avaient accepté une proposition de construction d’une nouvelle capitale à Ramciel, un endroit dans l’État des lacs près des frontières avec l’Équatoria central et Jonglei. Ramciel est considéré comme le centre géographique du pays, et le regretté leader indépendantiste John Garang aurait prévu d’y déménager la capitale avant sa mort en 2005. La proposition a été soutenue par le gouvernement de l’État des lacs et au moins une tribu Ramciel chef. La conception, la planification et la construction de la ville prendront probablement jusqu’à cinq ans, ont déclaré les ministres, et le transfert des institutions nationales vers la nouvelle capitale sera mis en œuvre par étapes.

L’économie du Sud Soudan

L’économie du Soudan du Sud est l’une des plus sous-développées du monde, le Soudan du Sud ayant peu d’infrastructures existantes et les taux de mortalité maternelle et d’analphabétisme féminin les plus élevés au monde en 2011. Le Soudan du Sud exporte du bois vers le marché international. La région contient également de nombreuses ressources naturelles telles que le pétrole, le minerai de fer, le cuivre, le minerai de chrome, le zinc, le tungstène, le mica, l’argent, l’or, les diamants, les bois durs, le calcaire et l’hydroélectricité. L’économie du pays, comme dans de nombreux autres pays en développement, dépend fortement de l’agriculture. Outre les entreprises basées sur les ressources naturelles, d’autres organisations de ce type incluent Southern Sudan Beverages Limited, une filiale de SABMiller.

Pétrole

Les champs pétrolifères du sud sont importants pour l’économie depuis la fin du XXe siècle. Le Soudan du Sud possède les troisièmes plus grandes réserves de pétrole en Afrique subsaharienne. Cependant, après que le Soudan du Sud est devenu un pays indépendant en juillet 2011, les négociateurs du sud et du nord n’ont pas été en mesure de parvenir immédiatement à un accord sur la façon de répartir les revenus de ces champs pétrolifères du sud.

On estime que le Soudan du Sud possède environ 4 fois les gisements de pétrole du Soudan. Les revenus pétroliers, selon l’Accord de paix global (CPA), ont été répartis également pour la durée de l’accord. Étant donné que le Soudan du Sud dépend des pipelines, des raffineries et des installations de Port-Soudan dans l’État de la mer Rouge au Soudan, l’accord a déclaré que le gouvernement du Soudan à Khartoum recevrait une part de 50% de toutes les recettes pétrolières. Cette disposition a été maintenue pendant la deuxième période d’autonomie de 2005 à 2011. À l’approche de l’indépendance, les négociateurs du Nord auraient fait pression pour un accord maintenant le partage 50-50 des revenus pétroliers, tandis que les Sud-Soudanais attendaient des conditions plus favorables. Selon le ministère des Finances et de la Planification économique du gouvernement du Sud, les revenus pétroliers représentent plus de 98% du budget du gouvernement du Sud-Soudan, ce qui représente plus de 8 milliards de dollars de revenus depuis la signature de l’accord de paix. Après l’indépendance, le Soudan du Sud s’est opposé à ce que le Soudan facture 34 dollars le baril pour transporter le pétrole par l’oléoduc jusqu’au terminal pétrolier de Port-Soudan. Avec une production d’environ 30 000 barils par jour, cela coûtait plus d’un million de dollars par jour. En janvier 2012, le Soudan du Sud a suspendu la production de pétrole, entraînant une réduction spectaculaire de 120% des revenus et des coûts alimentaires. La China National Petroleum Corporation (CNPC) est un investisseur majeur dans le secteur pétrolier du Soudan du Sud. L’économie du Soudan du Sud est sous pression pour se diversifier loin du pétrole, car les réserves de pétrole diminueront probablement de moitié d’ici 2020 si aucune nouvelle découverte n’est faite, selon le Fonds monétaire international (FMI).

Dette

En termes de dette extérieure du Soudan du Sud, le Soudan et le Soudan du Sud maintiennent une dette partagée d’environ 38 milliards de dollars, qui s’est accumulée au cours des cinq dernières décennies. Bien qu’une petite partie de cette dette soit due à des institutions internationales telles que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (environ 5,3 milliards de dollars selon un rapport de 2009 fourni par la Banque du Soudan), la majeure partie de son endettement est en fait due à de nombreux acteurs étrangers qui ont octroyé des prêts financiers à la nation, dont le Club de Paris (plus de 11 milliards de dollars) et également des créanciers bilatéraux non membres du Club de Paris (plus de 13 milliards de dollars). Le Club de Paris fait référence à un groupe informel de responsables financiers de 19 des économies les plus influentes du monde, y compris des pays membres tels que les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France et le Canada, tandis que les créanciers bilatéraux non-membres du Club de Paris désignent toute entité qui ne bénéficie pas du statut permanent / associé de membre du Club de Paris. Les créanciers privés bilatéraux (c’est-à-dire les banques commerciales privées et les fournisseurs de crédit privés) représentent la majorité du solde (environ 6 milliards de dollars EU de la dette totale).

La démographie du Sud Soudan

Le Soudan du Sud a une population d’environ 11 millions d’habitants et une économie de subsistance essentiellement rurale. Cette région a été affectée négativement par la guerre pendant toutes les années sauf 10 depuis 1956, ce qui a entraîné de graves négligences, un manque de développement des infrastructures et d’importantes destructions et déplacements. Plus de 2 millions de personnes sont décédées et plus de 4 millions sont des personnes déplacées ou sont devenues des réfugiés à la suite de la guerre civile et de ses conséquences.

L’éducation du Sud Soudan

Contrairement au système éducatif précédent du Sud-Soudan régional qui était calqué sur le système utilisé en République du Soudan depuis 1990, le système éducatif actuel de la République du Soudan du Sud suit le système 8 + 4 + 4 (similaire au Kenya). L’enseignement primaire se compose de huit ans, suivis de quatre ans d’enseignement secondaire, puis de quatre ans d’enseignement universitaire. La langue principale à tous les niveaux est l’anglais, par rapport à la République du Soudan, où la langue d’enseignement est l’arabe. En 2007, le Soudan du Sud a adopté l’anglais comme langue officielle de communication. Il y a une grave pénurie d’enseignants d’anglais et d’enseignants anglophones dans les domaines scientifiques et techniques. Le 1er octobre 2019, la South Sudan Library Foundation a ouvert la première bibliothèque publique du Soudan du Sud, la Juba Public Peace Library à Gudele 2. La bibliothèque emploie actuellement plus de 40 bénévoles et conserve une collection de plus de 13000 livres. La South Sudan Library Foundation a été cofondée par Yawusa Kintha et Kevin Lenahan.

Les langues du Sud Soudan

La langue officielle du Soudan du Sud est l’anglais. Il existe plus de 60 langues autochtones, la plupart classées dans la famille des langues nilo-sahariennes ; collectivement, ils représentent deux des divisions de premier ordre du Soudan du Nil et du Soudan central.

Le Soudan du Sud est un pays multilingue, avec plus de 60 langues autochtones parlées. La langue officielle du pays est l’anglais qui a été introduit dans la région à l’époque coloniale (voir Soudan anglo-égyptien). Certaines des langues autochtones comptant le plus de locuteurs sont le dinka, le nuer, le bari et le zande. L’anglais et l’arabe de Juba, un pidgin arabe utilisé par plusieurs milliers de personnes, en particulier dans la capitale de Juba, servent de lingua francas.

 
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés