Afrique de l'Ouest
6 avril 2020

Bénin: Thomas Boni Yayi menace de poursuites judiciaire toute utilisation de son nom lors des élections locales par la FCBE

Cotonou (© 2020 Afriquinfos) – Thomas Boni Yayi – Alors que le Bénin est à quelques semaines des élections municipales […]

31 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

En exil depuis juin dernier, l’ancien président béninois Boni Yayi est rentré à Cotonou

Cotonou (© 2019 Afriquinfos)-L’ex-chef d’Etat béninois Thomas Boni Yayi en exil depuis plusieurs mois et adversaire politique de l’actuel chef […]

Lire la suite »
21 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Bénin: Une rencontre prévue entre Yayi et Talon n’a finalement pas eu lieu

Cotonou (© 2019 Afriquinfos)- L’ancien président béninois et opposant aujourd’hui Thomas Boni Yayi n’a finalement pas rencontré son successeur lors […]

Lire la suite »
12 février 2018 Non classé

Bénin: Yayi Boni désigné président d’honneur du Mouvement FCBE

Parakou (© 2018 Afriquinfos)- C’est la ville de Parakou qui a été choisie pour accueillir le deuxième congrès ordinaire des […]

Lire la suite »
1 octobre 2016 Afrique

Cap Vert : l’ancien président Yayi Boni à la tête d’une Mission d’observation pour la présidentielle 2016

Abuja (© 2016 Afriquinfos) – L’ancien président béninois, Boni Yayi , a été désigné comme chef d’une mission de 40 […]

Lire la suite »
14 janvier 2016 Bénin

Bénin: 48 candidats dont beaucoup d’indépendants pour remplacer Yayi Boni

Cotonou (© 2015 Afriquinfos) – Le président de la commission électorale, Emmanuel Tiando, a ce mercredi 13 janvier au cours d’une Conférence de presse, annoncé que quarante-huit candidats, dont quatre femmes, ont officiellement déposé leur dossier pour l’élection présidentielle du 28 février au Bénin.

Lire la suite »
8 septembre 2015 Bénin

Burkina Faso : Dr Thomas Boni Yayi nommé facilitateur des élections

Cotonou (© Afriquinfos) – A l’approche des prochaines échéances électorales au Burkina Faso, la CEDEAO (Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest) vient de désigner le président béninois, le Dr Thomas Boni Yayi, comme facilitateur des élections présidentielles et législatives du 11 octobre prochain. L’annonce a été confirmée le samedi 05 septembre dernier par le ministre béninois des Affaires étrangères, Saliou Akadiri.

Lire la suite »
3 juillet 2015 Bénin

Bénin : François Hollande fait l’éloge de la démocratie béninoise

Cotonou (© 2015 Afriquinfos) – Deux semaines après la nomination à la tête du gouvernement béninois de Lionel Zinsou, le président français François Hollande a foulé le sol béninois pour rencontrer son homologue béninois Thomas Boni Yayi. Rencontre au cours de laquelle François Hollande a salué la démocratie dont fait preuve cet Etat côtier ouest-africain. Cette visite constitue la première étape d’une tournée africaine qui le conduira ensuite en Angola et au Cameroun.

Lire la suite »
9 janvier 2013 Mali

Mali : La France répond au président béninois

PARIS (Xinhua) – Le ministère français des Affaires étrangères a réagi mercredi à la déclaration du président béninois Thomas Boni Yayi en faveur d’un déploiement de troupes de l’OTAN dans le nord du Mali, en indiquant en avoir pris note et en appelant à la mise en oeuvre de la résolution onusienne 2085 autorisant l’envoi d’une force militaire internationale dans ce pays ouest-africain.

Lire la suite »
13 juillet 2012 Bénin

Yayi Boni chez les Ottomans

COTONOU (© 2012 Afriquinfos) – Le président béninois vient d’achever sa première visite officielle en Turquie. Avec un oubli de taille : les hommes d’affaires et les Mamas Benz n’ont pas été du voyage. Etrange, pour un déplacement destiné à séduire les investisseurs et développer les échanges commerciaux entre les deux pays ! (Par Francis Kpatindé)

Lire la suite »
29 janvier 2012 Éthiopie

UA : le président Boni place son mandat sous le signe du règlement des conflits

ADDIS-ABEBA (Xinhua) – Le président béninois Thomas Yayi Boni, porté à la présidence tournante de l’Union africaine (UA) pour 2012 pour le compte de l’Afrique de l’Ouest à l’ouverture du 18e sommet de l’organisation continentale dimanche à Addis-Abeba en Ethiopie, a placé son mandat sous le signe de la résolution des conflits en Afrique.

Lire la suite »

Thomas Boni Yayi, né le 1er janvier 1952, est un banquier et homme politique béninois qui a été président du Bénin de 2006 à 2016. Il a pris ses fonctions après avoir remporté l’élection présidentielle de mars 2006 et a été réélu pour un second mandat en mars 2011. Il a également été le Président de l’Union africaine du 29 janvier 2012 au 27 janvier 2013.

Jeunesse et carrière bancaire de Thomas Boni Yayi

Thomas Boni Yayi  est né à Tchaourou, dans le département du Borgou au nord du Bénin, puis dans la colonie française du Dahomey. Il a d’abord fait ses études dans la capitale régionale de Parakou avant de poursuivre ses études pour obtenir une maîtrise en économie à l’Université nationale du Bénin. Il a ensuite poursuivi une maîtrise supplémentaire en économie à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, puis a obtenu un doctorat en économie et politique à l’Université d’Orléans en France et à l’Université Paris Dauphine, où il a obtenu un doctorat en économie à 1976.

À la fin de ses études, Thomas Boni Yayi a commencé une longue carrière dans le secteur bancaire. De 1975 à 1979, il a travaillé à la Banque commerciale du Bénin avant de travailler à la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) de 1977 à 1989. De 1992 à 1994, il a été conseiller économique du président du Bénin Nicéphore Soglo. En 1994, il a quitté ce poste pour devenir président de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD).

Présidence de Thomas Boni Yayi

Thomas Boni Yayi était l’un des 26 candidats à l’élection présidentielle de mars 2006. Le président en exercice, Mathieu Kérékou, avait été une force dominante dans la politique du pays depuis le début des années 1970 et il y avait de sérieux doutes quant à son accord pour permettre une transition de pouvoir. Boni a surpris beaucoup de personnes en obtenant 35,8% des voix au premier tour en tant que candidat indépendant. Les principales parties de sa campagne ont été d’améliorer la gouvernance, de stimuler le secteur privé, d’améliorer les possibilités d’éducation pour les femmes et de moderniser le secteur agricole. Son concurrent le plus proche était Adrien Houngbédji du Parti pour le renouveau démocratique de Soglo, qui a reçu 25%. Dans le second tour entre Boni et Houngbédji le 19 mars 2006, Boni a gagné avec près de 75% des voix. Il a pris ses fonctions le 6 avril 2006. Les élections de 2006 ont vu un taux de participation élevé et ont été considérées comme libres et équitables par des observateurs électoraux indépendants.

Lors des élections législatives de 2007, une coalition dirigée par les Cowry Forces for an Emerging Benin (FCBE) et soutenue par Boni a remporté la plus grande part des sièges. Cette coalition s’est séparée en 2010 et a empêché le passage de nombreuses parties de l’agenda de Thomas Boni Yayi. En août 2010, une coalition de plus en plus unifiée a réussi à faire voter la majorité du Parlement pour destituer Boni pour son implication dans un projet de Ponzi qui a permis à 100 000 personnes d’économiser au Bénin. Bien qu’ils n’aient pas obtenu la majorité requise des deux tiers pour destituer Boni du pouvoir, l’opposition a accepté de s’organiser autour de Houngbédji lors de l’élection présidentielle de 2011.

Un nouveau système électoral dans le pays a été largement critiqué par l’opposition et, avec l’aide d’organisations internationales, Thomas Boni Yayi a accepté de reporter de deux semaines l’élection présidentielle de 2011. Le résultat de l’élection, jugé libre et équitable par les observateurs électoraux internationaux, a été une victoire pour Boni au premier tour avec 53,8% des voix. Houngbédji, qui a obtenu 36%, a contesté les élections et a porté l’affaire devant la Cour constitutionnelle. Le tribunal a nommé Boni vainqueur le 21 mars 2011, ce qui a entraîné des manifestations à grande échelle et la répression policière contre ces manifestations. Bien que les manifestations se soient poursuivies, l’opposition s’est largement fracturée et la coalition de Boni a remporté 49 des 83 sièges lors des élections législatives qui ont suivi. Boni a été le premier président depuis le rétablissement de la démocratie à remporter la présidence en un seul tour.

Après avoir servi deux mandats, Thomas Boni Yayi a été constitutionnellement contraint de démissionner en 2016. Son successeur préféré, le Premier ministre Lionel Zinsou, a été défait lors de l’élection présidentielle de mars 2016 par Patrice Talon, et Yayi Boni a été remplacé par Talon le 6 avril 2016. 

Peu de temps après avoir quitté ses fonctions, Thomas Boni Yayi a dirigé la mission d’observation de l’Union africaine pour l’élection présidentielle d’avril 2016 en Guinée équatoriale. 

Tentatives d’assassinat

Le 15 mars 2007, Thomas Boni Yayi a survécu à une embuscade sur son convoi près du village d’Ikemon à son retour d’un rassemblement de campagne électorale dans la ville d’Ouesse pour les prochaines élections législatives. Les assaillants ont bloqué la route avec des arbres abattus et ont tiré sur le véhicule qui transporte habituellement le président ; cependant, le président Boni voyageait dans un véhicule séparé. Plusieurs de son entourage ont été blessés dans les tirs croisés qui ont suivi entre la garde présidentielle et les assassins potentiels. Cependant, ces informations ne sont pas prouvées puisque toutes les sources affirmant la tentative d’assassinat proviennent du camp du président. La vérification de ces informations reste impossible à ce jour.

Le 23 octobre 2012, la BBC a rapporté que le médecin, la nièce et l’ancien ministre du Commerce du président avaient été arrêtés dans un complot visant à empoisonner le président. Patrice Talon, ancien allié du président et homme d’affaires, aurait payé la nièce pour remplacer le médicament du président par une « substance toxique » alors qu’il se trouvait en visite d’État à Bruxelles.

Vie privée de Thomas Boni Yayi

Originaire d’une famille musulmane, Thomas Boni Yayi est maintenant protestant évangélique. Il a cinq enfants et son épouse Chantal (née de Souza), originaire de la ville côtière de Ouidah, est la nièce du président Paul-Émile de Souza et de l’archevêque Isidore de Souza, et l’arrière-petite-fille de Francisco Félix de Sousa, également connu sous le nom de Chacha de Souza, qui était un marchand d’esclaves brésilien et le vice-roi de Ouidah. Descendant des princes yoruba de Sabe de son propre chef, Boni Yayi et son épouse ont reçu des titres de chefferie par le roi nigérian d’Ile-Ife en 2008.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés