Afrique Centrale
4 juin 2020

Covid-19: Le don du Président Obiang aux 17 partis politiques de son pays divise

Don du Président Obiang | Face au confinement strict de Malabo et Bata, les deux grandes villes de la Guinée […]

29 décembre 2017 Non classé

Guinée équatoriale : Malabo affirme une tentative de coup d’État contre Obiang Nguema

Malabo (© Afriquinfos 2017)- En Guinée équatoriale, un putsch aurait été déjoué  dans la nuit du 27 au 28 décembre. […]

Lire la suite »
7 juillet 2017 Non classé

Guinée équatoriale : le président reconduit à la tête du parti au pouvoir pour une « durée indéterminée

Malabo (© Afriquinfos 2017)- En Guinée équatoriale,  le président Teodoro Obiang, a été reconduit à la tête du Parti démocratique […]

Lire la suite »
3 juin 2017 Afrique de l'Ouest

ONU: La Côte d’Ivoire fière d’être élue au Conseil de sécurité « 26 ans après »

Abidjan (© Afriquinfos 2017)- Le président ivoirien Alassane Ouattara a accueilli « avec fierté » l’élection de son pays vendredi comme membre […]

Lire la suite »
25 novembre 2014 République de Guinée Equatoriale

Guinée équatoriale/Deuxième Sommet Afrique-Turquie

Malabo (© 2014 Afriquinfos) – La capitale de la Guinée équatoriale a abrité le 2ème sommet Afrique-Turquie qui s’est clôturé, le 21 novembre dernier, avec l’adoption d’un plan d’actions conjoint qui s’étalera sur la période 2015-2016.

Lire la suite »
23 octobre 2014 République de Guinée Equatoriale

Teodoro Obiang Nguema accorde une amnistie générale aux opposants en exil

MALABO (© 2014 Afriquinfos) – Selon un décret présidentiel lu à la télévision nationale ce mercredi le Président Obiang Nguema Mbasogo, a signé un décret mardi dernier, pour “donner les garanties à tous les acteurs politiques” pour la réconciliation nationale, dans la perspective d’un dialogue national en novembre prochain.

Lire la suite »
29 octobre 2013 Reste du Monde

Vatican : visite du Président de la Guinee Equatoriale

VATICAN (© APO) – Le chef de l’état et Mgr. Dominique Mamberti ont entre autres procédé à la ratification de l’Accord du 13 octobre 2012 réglant les rapports Eglise Etat en Guinée Equatoriale.

Lire la suite »
23 août 2013 Zimbabwe

Zimbabwe: Les défis corsés qui attendent Mugabe

HARARE (Xinhua) – Le président zimbabwéen Robert Mugabe a été investi hier pour un nouveau mandat de cinq ans à la présidence sur fond de rejet par l’Occident de sa victoire des élections.

Lire la suite »
22 août 2013 Zimbabwe

Zimbabwe: Mugabe prête serment pour un nouveau mandat de cinq ans

HARARE (Xinhua) – Le président du Zimbabwe Robert Mugabe a prêté serment aujourd’hui pour un sixième mandat présidentiel et demeure le plus ancien dirigeant de l’Afrique à l’âge de 89 ans.

Lire la suite »
30 novembre 2012 Non classé

Cameroun – Guinée Equatoriale : Obiang Nguema en visite officielle

YAOUNDE (Xinhua) – Le président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, est arrivé à Yaoundé vendredi matin aux environs de 11h20 locales (10h20 GMT) pour une visite officielle de quelques heures auprès de son homologue Paul Biya, dont l’objet n’a pas été dévoilé par les autorités du Cameroun.

Lire la suite »
Non classé

Fin de la brève visite officielle d’Obiang Nguema vendredi à Yaoundé

YAOUNDE (Xinhua) – Le président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, a regagné Malabo après une brève une visite officielle de quelques heures vendredi à Yaoundé, en compagnie de son épouse Constancia Mangue de Obiang, auprès de son homologue camerounais Paul Biya au cours de laquelle les deux leaders ont plaidé pour un rapprochement des économies de leurs pays.

Lire la suite »
29 janvier 2012 Éthiopie

Obiang Nguema fustige les "interventions militaires tragiques" étrangères en Afrique

ADDIS-ABEBA (Xinhua) – Le président équato-ginéen et président sortant de l’Union africaine (UA), Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, a fustigé dimanche « les interventions tragiques des forces extra-africaines » en Afrique.

Lire la suite »

Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, né le 5 juin 1942, est un homme politique équato-guinéen qui est président de la Guinée équatoriale depuis 1979. Il a évincé son oncle, Francisco Macías Nguema, lors d’un coup d’État militaire d’août 1979 et a supervisé l’émergence de la Guinée équatoriale en tant qu’important producteur de pétrole, commençant dans les années 1990. Obiang a été président de l’Union africaine du 31 janvier 2011 au 29 janvier 2012. Il est le deuxième dirigeant national non royal en fonction consécutivement le plus longtemps au monde. 

Obiang a été largement accusé de corruption et d’abus de pouvoir. Contrairement à la tendance à la démocratie dans la majeure partie de l’Afrique, la Guinée équatoriale est actuellement un État à parti dominant, dans lequel le Parti démocratique de Guinée équatoriale d’Obiang (PDGE) détient pratiquement tous les pouvoirs de gouvernement dans la nation. La constitution accorde à Obiang des pouvoirs étendus, y compris le droit de gouverner par décret, faisant de son gouvernement une dictature légale.

Jeunesse de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo

Né dans le clan Esanguii à Akoakam, fils de Santiago Nguema Eneme et María Mbasogo Ngui. Obiang a rejoint l’armée pendant la période coloniale de la Guinée équatoriale et a fréquenté l’Académie militaire générale de Saragosse, en Espagne. Il a obtenu le grade de lieutenant après que son oncle, Francisco Macías Nguema, a été élu premier président du pays. Sous Macías, Obiang a occupé divers postes, notamment celui de gouverneur de Bioko et de chef de la garde nationale. Il était également le chef de la prison de Black Beach, connu pour avoir sévèrement torturé ses détenus.

Présidence de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo

Après que Macías a ordonné le meurtre de plusieurs membres de la famille qu’ils partageaient, y compris le frère d’Obiang, Obiang et d’autres dans le cercle restreint de Macías craignaient que le président ne devienne fou. Obiang a renversé son oncle le 3 août 1979 dans un coup d’État sanglant et l’a traduit en justice pour ses actes, y compris le génocide du peuple Bubi, au cours de la décennie précédente. Macías a été condamné à mort et exécuté par un peloton d’exécution le 29 septembre 1979. Une nouvelle garde présidentielle marocaine a été requise pour former le peloton d’exécution, parce que les soldats locaux craignaient ses prétendus pouvoirs magiques.

Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a déclaré que le nouveau gouvernement allait prendre un nouveau départ avec le régime brutal et répressif de Macías. Il a accordé l’amnistie aux prisonniers politiques et a mis fin au système de travail forcé du régime précédent. Cependant, il n’a pratiquement fait aucune mention de son propre rôle dans les atrocités commises sous le règne de son oncle.

Nouvelle constitution

Le pays est officiellement revenu à un régime civil en 1982, avec la promulgation d’une constitution légèrement moins autoritaire. Dans le même temps, Obiang a été élu pour un mandat de sept ans à la présidence ; il était le seul candidat. Il a été réélu en 1989, à nouveau comme seul candidat. Après que d’autres partis ont été officiellement autorisés à s’organiser en 1992, il a été réélu en 1996 et 2002 avec 98% des voix lors d’élections condamnées comme frauduleuses par des observateurs internationaux. En 2002, par exemple, au moins un district électoral a été enregistré comme donnant à Obiang 103% des voix.

Il a été réélu pour un quatrième mandat en 2009 avec 97% des voix, à nouveau au milieu d’accusations de fraude électorale et d’intimidation, battant le chef de l’opposition Plácido Micó Abogo.

Le règne d’Obiang a d’abord été considéré comme plus humain que celui de son oncle. Selon certains témoignages, cependant, il est devenu de plus en plus brutal et a contrecarré la tendance plus large à une plus grande démocratie en Afrique. La plupart des observateurs nationaux et internationaux considèrent son régime comme l’un des États les plus corrompus, ethnocentriques, oppressifs et antidémocratiques du monde. La Guinée équatoriale est essentiellement un État à parti unique dominé par le Parti démocratique de Guinée équatoriale d’Obiang (PDGE). La constitution accorde à Obiang des pouvoirs étendus, y compris le pouvoir de gouverner par décret.

Bien que les partis d’opposition aient été légalisés en 1992, le pouvoir législatif reste dominé par le PDGE et il n’y a pratiquement aucune opposition aux décisions d’Obiang au sein de l’organisme. Il n’y a jamais eu plus de huit députés de l’opposition à la Chambre. Actuellement, tous les députés sauf un appartiennent au PDGE ou sont alliés à lui. À toutes fins utiles, Obiang détient tous les pouvoirs gouvernants dans la nation.

L’opposition est à peine tolérée ; en effet, un article de 2006 dans Der Spiegel citait Obiang comme demandant : « De quel droit l’opposition a-t-elle le droit de critiquer les actions d’un gouvernement ? » . Il n’y a pas de journaux et tous les médias radiodiffusés appartiennent directement au gouvernement ou sont contrôlés par ses alliés.

Relations internationales

États Unis

Les relations de la Guinée équatoriale avec les États-Unis se sont refroidies en 1993, après que l’ambassadeur John E. Bennett a été accusé de pratiquer la sorcellerie sur les tombes de 10 aviateurs britanniques qui ont été tués lorsque leur avion s’est écrasé pendant la Seconde Guerre mondiale. Bennett est parti après avoir reçu une menace de mort à l’ambassade des États-Unis à Malabo en 1994. Dans son discours d’adieu, il a publiquement nommé les tortionnaires les plus notoires du gouvernement, notamment le ministre de la Sécurité nationale de la Guinée équatoriale, Manuel Nguema Mba, un autre oncle d’Obiang. Aucun nouvel envoyé n’a été nommé et l’ambassade a été fermée en 1996, laissant ses affaires aux mains de l’ambassade du Cameroun voisin.

Les choses ont changé pour le régime d’Obiang après les attentats terroristes de New York et de Washington en 2001, après quoi les États-Unis ont redéfini leurs relations avec les principaux États africains. Le 25 janvier 2002, l’Institut des études stratégiques et politiques avancées, un groupe de réflexion néoconservateur basé en Israël, a parrainé un forum le 15 mai 2006. S’exprimant lors du forum de l’IASPS, le secrétaire d’État adjoint pour l’Afrique, Walter H. Kansteiner, a déclaré : « Le pétrole africain est d’un intérêt stratégique national pour nous, et il augmentera et deviendra plus important à mesure que nous progressons. » 

Lors d’une longue visite d’État de mars à avril 2006, le président Obiang a cherché à rouvrir l’ambassade fermée aux États-Unis, affirmant que «l’absence de présence diplomatique américaine freine définitivement la croissance économique». Le président Obiang a été chaleureusement accueilli par La secrétaire d’État Condoleezza Rice, qui l’a traité de « bon ami ». La société de relations publiques Cassidy & Associates pourrait être en partie responsable du changement de ton entre Obiang et le gouvernement américain. Depuis 2004, Cassidy était employée par le gouvernement du dictateur à raison d’au moins 120 000 $ par mois. 

En octobre 2006, cependant, la commission sénatoriale des relations étrangères avait exprimé ses préoccupations concernant la proposition de construire la nouvelle ambassade sur un terrain appartenant à Obiang, que la Commission des droits de l’homme des Nations Unies accusait de superviser directement la torture des opposants. La nouvelle chancellerie de l’ambassade a ouvert ses portes en 2013. 

Controverse

En juillet 2003, une radio publique a déclaré Obiang « le dieu du pays » avec « tout pouvoir sur les hommes et les choses ». Il a ajouté que le président était « en contact permanent avec le Tout-Puissant » et « peut décider de tuer sans que personne ne l’appelle à rendre des comptes et sans aller en enfer ». Il a personnellement fait des commentaires similaires en 1993. Macías s’était également proclamé dieu. 

Obiang a encouragé son culte de la personnalité en veillant à ce que les discours publics se terminent par des vœux de bien pour lui plutôt que pour la république. De nombreux bâtiments importants ont une loge présidentielle, de nombreuses villes et villages ont des rues commémorant le coup d’État d’Obiang contre Macías, et de nombreuses personnes portent des vêtements avec son visage imprimé dessus. 

Comme son prédécesseur et d’autres dictateurs africains tels que Idi Amin et Mobutu Sese Seko, Obiang s’est attribué plusieurs titres créatifs. Parmi eux se trouvent «un gentleman de la grande île de Bioko, Annobón et Río Muni». Il se réfère également à lui comme El Jefe (le patron).

En 2008, le journaliste américain Peter Maass a qualifié le pire dictateur d’Obiang Africa, pire que Robert Mugabe du Zimbabwe.

Depuis la chute de Mouammar Kadhafi en octobre 2011, Obiang est devenu le deuxième chef d’État non royal le plus ancien au monde.

Dans une interview d’octobre 2012 sur CNN, Christiane Amanpour a demandé à Obiang s’il démissionnerait à la fin du mandat alors en cours (2009-2016) car il avait été réélu au moins quatre fois au cours de son règne de plus de trente ans. Dans sa réponse, Obiang a catégoriquement refusé de démissionner à la fin du mandat malgré les limites de mandat dans la constitution de 2011. 

Les abus

Les abus perpétrés à Obiang comprennent « des exécutions illégales par les forces de sécurité ; des enlèvements sanctionnés par le gouvernement ; la torture systématique de prisonniers et de détenus par les forces de sécurité; des conditions potentiellement mortelles dans les prisons et les centres de détention ; l’impunité ; l’arrestation arbitraire, la détention et la détention au secret. »

Les quelques médias privés du pays appartiennent en grande partie à des personnes proches d’Obiang. Les libertés d’association et de réunion sont sévèrement restreintes et le gouvernement impose des conditions restrictives à l’enregistrement et au fonctionnement des organisations non gouvernementales. Les quelques militants locaux qui travaillent sur des questions liées aux droits humains sont souvent victimes d’intimidation, de harcèlement et de représailles. 

Richesse

Le magazine Forbes a déclaré qu’Obiang, avec une valeur nette de 600 millions de dollars américains, est l’un des chefs d’État les plus riches du monde. 

En 2003, Obiang a déclaré à ses citoyens qu’il se sentait obligé de prendre le contrôle total du Trésor national afin d’empêcher les fonctionnaires d’être tentés de se livrer à des pratiques de corruption. Obiang a ensuite déposé plus d’un demi-milliard de dollars dans plus de soixante comptes contrôlés par lui-même et sa famille à Riggs Bank à Washington, D.C., ce qui a conduit un tribunal fédéral américain à infliger à la banque une amende de 16 millions de dollars pour l’avoir autorisé à le faire. Une enquête du Sénat américain en 2004 a révélé que la Riggs Bank, basée à Washington, avait pris 300 millions de dollars en paiements au nom d’Obiang d’Exxon Mobil et de Hess Corporation. 

En 2008, le pays est devenu candidat à l’Initiative pour la transparence des industries extractives – un projet international destiné à promouvoir l’ouverture sur les revenus pétroliers du gouvernement – mais n’a jamais été qualifié et n’a pas respecté la date limite d’avril 2010. Transparency International inclut la Guinée équatoriale sur sa liste des douze États les plus corrompus. 

À partir de 2007, Obiang et plusieurs autres chefs d’État africains ont fait l’objet d’une enquête pour corruption et utilisation frauduleuse de fonds. Il était soupçonné d’utiliser des fonds publics pour financer des hôtels particuliers et d’autres luxes pour lui et sa famille. Lui et son fils, en particulier, possédaient plusieurs propriétés et supercars en France. Plusieurs plaintes ont également été déposées auprès des tribunaux américains contre le fils d’Obiang. Les avocats ont souligné que les fonds affectés par les Obiangs étaient prélevés de manière tout à fait légale en vertu des lois équato-guinéennes, même si ces lois n’étaient pas conformes aux normes internationales. 

Le département américain de la Justice a allégué qu’Obiang et son fils s’étaient approprié des centaines de millions de dollars pour corruption. En 2011 et début 2012, de nombreux actifs ont été saisis d’Obiang et de son fils par les gouvernements français et américain, notamment des hôtels particuliers, des collections de vins et des supercars. Les États-Unis, la France et l’Espagne ont tous enquêté sur l’utilisation des fonds publics par la famille Obiang. L’enquête sur la corruption est en cours.

Obiang, son cabinet et sa famille auraient reçu des milliards de revenus pétroliers non divulgués chaque année de la production pétrolière du pays. Marathon Oil a acheté un terrain à Abayak, le véhicule d’investissement personnel d’Obiang, pour plus de 2 millions de dollars; en juin 2004, la vente était en cours mais Marathon avait déjà effectué un premier paiement de 611 000 $ avec un chèque à l’ordre d’Obiang. Marathon a également participé à une coentreprise pour exploiter deux usines de gaz avec GEOGAM, une entreprise quasi-étatique dans laquelle Abayak contrôlait une participation de 75%. 

Bien que le cabinet ait légèrement augmenté les dépenses sociales, celles-ci restent largement éclipsées par les dépenses, par exemple, pour les palais présidentiels. En outre, l’administration Obiang a été caractérisée par le harcèlement de dissidents et de fonctionnaires étrangers cherchant à faire rapport sur les conditions. 

Obiang a intenté un procès en diffamation devant un tribunal français contre une organisation qui, selon lui, dégradait son image en disant que son gouvernement avait commis de tels actes, mais l’affaire a été classée.

Obiang a pris plusieurs engagements pour s’engager à une gouvernance ouverte, réduire la corruption, augmenter la transparence et améliorer la qualité de vie et respecter les libertés fondamentales de ses citoyens. Les critiques disent que le gouvernement d’Obiang a fait très peu de progrès vers cet objectif, cependant. Plusieurs groupes internationaux ont appelé Obiang à :

  • Accroître la transparence et la responsabilité fiscales en publiant toutes les recettes publiques et en effectuant et en publiant des audits annuels des comptes publics, y compris ceux à l’étranger, et en obligeant les fonctionnaires à déclarer leurs actifs
  • Divulguer les revenus tirés des ressources naturelles
  • Augmenter considérablement la réduction des dépenses de la pauvreté
  • Respecter les libertés et les droits politiques
  • Permettre aux pratiques judiciaires de respecter les normes internationales
  • Cessez de harceler et d’entraver ses détracteurs
  • Permettre aux inspecteurs et groupes étrangers de voyager librement, sans entrave et sans harcèlement.

Le ministère américain de la Justice a allégué que le fils d’Obiang avait également extorqué des fonds à des sociétés de bois d’œuvre et de construction en gonflant les paiements des entrepreneurs jusqu’à 500%, puis avait canalisé les fonds dans des comptes privés pour son propre usage. Obiang et son cabinet ont défendu Kiki, comme son fils est connu. Les avocats confirment son innocence devant les tribunaux américains et français, affirmant qu’il a reçu les fonds légalement par le biais d’entreprises commerciales légitimes. 

Peu de temps après l’émergence de ces allégations, Obiang a nommé son fils délégué permanent adjoint de la Guinée équatoriale auprès de l’UNESCO, lui accordant peut-être l’immunité diplomatique contre toute poursuite. Obiang a créé un groupe de travail d’audit indépendant pour examiner les dépenses et les données financières des personnalités publiques du gouvernement, dépister la corruption et accroître la transparence financière. Le chef de ce groupe de travail, cependant, a été nommé par Obiang lui-même. 

Finances

Obiang avait une relation étroite avec la Riggs Bank basée à Washington DC. Il aurait été accueilli par les hauts responsables de Riggs, qui ont organisé un déjeuner en son honneur. La publicité concernant cette relation contribuerait plus tard à la chute de Riggs. 

Le 10 novembre 2010, la Cour suprême de France a statué qu’une plainte déposée par Transparency International en France le 2 décembre 2008 était recevable devant la justice. La décision a permis la nomination d’un juge d’instruction et une enquête judiciaire sur les allégations selon lesquelles Obiang aurait utilisé des fonds publics pour acheter une propriété privée en France. 

Un article publié en 2010 dans le magazine Forbes suggérait qu’Obiang avait rassemblé environ 700 millions de dollars de la richesse du pays sur des comptes bancaires américains. 

Réclamations de cannibalisme

Les opposants à Nguema l’ont accusé de cannibalisme en référence à des allégations selon lesquelles il aurait consommé des parties de ses ennemis pour faire preuve de pouvoir.

Vie privée de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo

Teodoro Obiang Nguema Mbasogo favoriserait son fils Teodoro Nguema Obiang Mangue pour lui succéder.

Honneurs de Teodoro Obiang Nguema Mbasogo

  •  Philippines : Grand collier de l’Ordre de Lakandula, grade de Supremo (19 mai 2006)  
  • Suriname : Grand Officier de l’Ordre Honoraire de l’Étoile Jaune
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés