Afrique
24 juin 2020

Succession d’Azevedo à l’OMC : le Nigeria sort la grande artillerie diplomatique pour Okonjo-Iweala

Succession d’Azevedo à l’OMC | Le Nigeria, veut présenter son ancienne ministre des Finances Ngozi Okonjo-Iweala pour prendre la tête […]

17 juin 2020 Afrique

OMC : batailles rangées en Afrique pour succéder à Azevedo

Succession d’Azevedo à l’OMC | La course à la Direction Générale de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) fait rage à […]

Lire la suite »
9 juin 2020 Afrique

Succession d’Azevêdo à l’OMC : qui sont les diplomates africains en piste?

Genève (© 2020 Afriquinfos) – Après la démission du Brésilien Roberto Azevedo, la course à la Direction Générale de l’Organisation Mondiale […]

Lire la suite »
27 septembre 2016 Reste du Monde

Economie : «2016 connaîtra la plus lente croissance depuis la crise financière de 2008» (OMC)

Genève (© 2016 Afriquinfos) – Dans un communiqué publié ce mardi 27 septembre, l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a  largement […]

Lire la suite »
12 avril 2016 Reste du Monde

L’OMC établit ses prévisions de croissance mondiale du commerce à 2,8%

Genève (© 2016 Afriquinfos) – L’Organisation mondiale du commerce (OMC) a de nouveau établi ses prévisions autour du commerce mondial pour l’année 2016. Préalablement annoncées à 3,9 %, les prévisions de croissance de l’OMC ne devraient progresser que de 2,8% en 2016.

Lire la suite »
22 décembre 2015 Afrique

Cycle de Doha : Conférence de Nairobi, «plus significatif résultat pour l’agriculture» jamais obtenu dans l’histoire de l’OMC

Nairobi (© 2015 Afriquinfos) – La 10e Conférence ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ayant réuni près de 6.000 délégués, qui s’est déroulée pour la première fois en Afrique, a pris fin samedi dernier à Nairobi, sur un constat d’échec concernant le cycle de Doha, mais a offert des avancées sur le front des subventions aux exportations agricoles.

Lire la suite »
7 avril 2015 Maroc

Conférence internationale à Marrakech pour les 20 ans de l’OMC

Marrakech (© 2015 Afriquinfos) – Une conférence des ministres africains du commerce aura lieu les 8 et 9 avril à Marrakech, ville où ont pris fin il y a 20 ans les négociations de l’Uruguay Round du GATT qui ont donné naissance à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

Lire la suite »
9 décembre 2013 Reste du Monde

La directrice générale du FMI se félicite de l’accord commercial de l’OMC

WASHINGTON (Xinhua) – La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) Christine Lagarde s’est félicitée dimanche de la percée réalisée dans les négociations commerciales multilatérales avec la conclusion d’un accord historique lors de la réunion des ministres du Commerce de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) tenu à Bali en Indonésie.

Lire la suite »
1 septembre 2013 Reste du Monde

OMC : Le Brésilien Roberto Azevêdo nouveau Directeur de l’OMC

GENEVE (Xinhua) – Le Brésilien Roberto Azevêdo a pris les commandes de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC), dont il est devenu le sixième Directeur général le 1er septembre 2013.

Lire la suite »
30 juillet 2013 Non classé

Les nouvelles règles sur la valeur en douane de l’OMC ne sont pas appliquées dans la CEMAC

GENEVE (Xinhua) – Le ministre gabonais du Commerce Fidèle Mengue Me Engouang a avoué lundi que les nouvelles règles sur la valeur en douane de l’Organisation mondiale du commerce ( OMC) ne sont pas encore appliqués dans l’espace de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Lire la suite »
10 avril 2013 Reste du Monde

OMC : Faible croissance du commerce dans le monde en 2013

GENEVE (Xinhua) – Le commerce des marchandises dans le monde connaîtrait une faible croissance en 2013, à 3,3%, contre 2% pour 2012, selon un rapport publié mercredi par l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Lire la suite »
2 avril 2013 Reste du Monde

Un africain à la tête de l’OMC ?

GENEVE (Xinhua) – Le processus de sélection du prochain directeur général de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), a débuté mardi matin à Genève. La première série de sélections visant à dégager un consensus sur un candidat va durer jusqu’au mardi 9 avril.

Lire la suite »

L’Organisation mondiale du commerce (OMC) est une organisation intergouvernementale qui s’occupe de la réglementation du commerce international entre les nations. L’OMC a officiellement débuté le 1er janvier 1995 dans le cadre de l’Accord de Marrakech, signé par 123 pays le 15 avril 1994, remplaçant l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), entré en vigueur en 1948. Il s’agit de la plus grande organisation économique internationale au monde.

L’OMC traite de la réglementation du commerce des marchandises, des services et de la propriété intellectuelle entre les pays participants en fournissant un cadre pour la négociation d’accords commerciaux et un processus de règlement des différends visant à faire respecter l’adhésion des participants aux accords de l’OMC, qui sont signés par des représentants des gouvernements membres fol.9-10 et ratifié par leurs parlements. L’OMC interdit la discrimination entre les partenaires commerciaux, mais prévoit des exceptions pour la protection de l’environnement, la sécurité nationale et d’autres objectifs importants. Les différends liés au commerce sont résolus par des juges indépendants à l’OMC par le biais d’un processus de règlement des différends.

L’actuel Directeur général de l’OMC est Roberto Azevêdo, qui dirige un personnel de plus de 600 personnes à Genève (Suisse). Un accord sur la facilitation des échanges, faisant partie du paquet de décisions de Bali, a été approuvé par tous les membres le 7 décembre 2013, premier accord global de l’histoire de l’organisation. Le 23 janvier 2017, la modification de l’Accord de l’OMC sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) marque la première fois depuis l’ouverture de l’organisation en 1995 que les accords de l’OMC ont été modifiés, et ce changement devrait garantir aux pays en développement une voie légale vers accéder à des recours abordables en vertu des règles de l’OMC. 

Des études montrent que l’OMC a stimulé le commerce et que les obstacles au commerce seraient plus élevés en l’absence de l’OMC. L’OMC a fortement influencé le texte des accords commerciaux, car «presque tous les [accords commerciaux préférentiels (ACPr)] récents font explicitement référence à l’OMC, souvent des dizaines de fois dans plusieurs chapitres … dans bon nombre de ces mêmes ACPr, nous constatons que des portions substantielles de la langue des traités – parfois la majorité d’un chapitre – est copiée textuellement d’un accord de l’OMC. « 

OMC : Histoire

Le prédécesseur de l’OMC, l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT), a été établi par un traité multilatéral de 23 pays en 1947 après la Seconde Guerre mondiale, dans le sillage d’autres nouvelles institutions multilatérales dédiées à la coopération économique internationale, comme la Banque mondiale ( fondée en 1944) et le Fonds monétaire international (fondé en 1944 ou 1945). Une institution internationale comparable pour le commerce, nommée l’Organisation internationale du commerce, n’a jamais commencé car les États-Unis et d’autres signataires n’ont pas ratifié le traité d’établissement et le GATT est donc devenu lentement une organisation internationale de facto.

Négociations du GATT avant l’Uruguay

Sept cycles de négociations ont eu lieu dans le cadre du GATT (1949 à 1979). Les premiers véritables du GATT (1947 à 1960) se sont concentrés sur une nouvelle réduction des tarifs. Puis le Kennedy Round, au milieu des années 60, a débouché sur un accord antidumping du GATT et une section sur le développement. Le Tokyo Round des années 70 a représenté la première grande tentative de s’attaquer aux barrières commerciales qui ne prennent pas la forme de tarifs et d’améliorer le système, en adoptant une série d’accords sur les barrières non tarifaires qui, dans certains cas, ont interprété les règles existantes du GATT, et dans d’autres, il a innové. Parce que tous les membres du GATT n’ont pas accepté ces accords plurilatéraux, ils étaient souvent appelés officieusement « codes ». (Le Cycle d’Uruguay a modifié plusieurs de ces codes et les a transformés en engagements multilatéraux acceptés par tous les membres de l’OMC. Seuls quatre sont restés plurilatéraux (ceux concernant les marchés publics, la viande bovine, les aéronefs civils et les produits laitiers), mais en 1997, les membres de l’OMC ont convenu de mettre fin au accords sur la viande bovine et les produits laitiers, n’en laissant que deux. Malgré les tentatives faites au milieu des années 50 et 60 pour établir une certaine forme de mécanisme institutionnel pour le commerce international, le GATT a continué de fonctionner pendant près d’un demi-siècle en tant que multilatéral semi-institutionnalisé. régime conventionnel à titre provisoire.

Négociations d’Uruguay : 1986–1994

Bien avant le 40e anniversaire du GATT, ses membres ont conclu que le système du GATT s’efforçait de s’adapter à une nouvelle économie mondiale mondialisée. En réponse aux problèmes identifiés dans la Déclaration ministérielle de 1982 (déficiences structurelles, retombées des politiques de certains pays sur le commerce mondial que le GATT n’a pas pu gérer, etc.), le huitième cycle du GATT – connu sous le nom d’Uruguay Round – a été lancé en Septembre 1986, à Punta del Este, Uruguay. 

Il s’agissait du plus grand mandat de négociation sur le commerce jamais convenu : les pourparlers visaient à étendre le système commercial à plusieurs nouveaux domaines, notamment le commerce des services et la propriété intellectuelle, et à réformer le commerce dans les secteurs sensibles de l’agriculture et des textiles ; tous les articles originaux du GATT devaient être examinés. L’Acte final concluant le Cycle d’Uruguay et instituant officiellement le régime de l’OMC a été signé le 15 avril 1994, lors de la réunion ministérielle de Marrakech (Maroc), et est donc connu sous le nom d’Accord de Marrakech. 

Le GATT existe toujours en tant que traité-cadre de l’OMC pour le commerce des marchandises, mis à jour à la suite des négociations du Cycle d’Uruguay (une distinction est faite entre le GATT de 1994, les parties mises à jour du GATT et le GATT de 1947, l’accord initial qui est toujours le cœur du GATT de 1994). Le GATT de 1994 n’est cependant pas le seul accord juridiquement contraignant inclus dans l’Acte final de Marrakech ; une longue liste d’environ 60 accords, annexes, décisions et accords a été adoptée. Les accords se divisent en six parties principales :

  • l’Accord instituant l’OMC

  • les accords multilatéraux sur le commerce des marchandises 

  • l’Accord général sur le commerce des services

  • l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce

  • règlement des différends

  • examens des politiques commerciales des gouvernements 

En ce qui concerne le principe de l’OMC relatif au « plafonnement » des tarifs (n ° 3), le Cycle d’Uruguay a réussi à accroître les engagements contraignants des pays développés et des pays en développement, comme on peut le voir dans les pourcentages de tarifs consolidés avant et après les pourparlers de 1986-1994. 

Conférences ministérielles

L’organe décisionnel suprême de l’OMC, la Conférence ministérielle, se réunit généralement tous les deux ans. Il rassemble tous les membres de l’OMC, qui sont tous des pays ou des unions douanières. La Conférence ministérielle peut prendre des décisions sur toutes les questions relevant de n’importe lequel des accords commerciaux multilatéraux. Certaines réunions, telles que la conférence ministérielle inaugurale de Singapour et la conférence de Cancún en 2003 ont impliqué des discussions entre les économies développées et en développement appelées « questions de Singapour » telles que les subventions agricoles ; tandis que d’autres, comme la conférence de Seattle en 1999, ont provoqué de grandes manifestations. La quatrième conférence ministérielle de Doha en 2001 a approuvé l’entrée de la Chine à l’OMC et a lancé le Cycle de développement de Doha, qui a été complété par la sixième conférence ministérielle de l’OMC (à Hong Kong), qui a convenu d’éliminer progressivement les subventions à l’exportation de produits agricoles et d’adopter tout sauf l’Union européenne. Initiative sur les armes visant à éliminer progressivement les tarifs des marchandises en provenance des pays les moins avancés.

La douzième conférence ministérielle (MC12) devrait se tenir à Nur-Sultan, au Kazakhstan, en juin 2020.

Cycle de Doha (Programme de Doha): 2001-présent

L’OMC a lancé le cycle de négociations en cours, le Cycle de développement de Doha, lors de la quatrième conférence ministérielle de Doha, au Qatar, en novembre 2001. Ce devait être un effort ambitieux pour rendre la mondialisation plus inclusive et aider les pauvres du monde, en particulier en réduisant les barrières et subventions à l’agriculture. Le programme initial comprenait à la fois une libéralisation accrue des échanges et une nouvelle réglementation, étayés par des engagements à renforcer une assistance substantielle aux pays en développement. 

Les progrès sont au point mort en raison des différences entre les pays développés et les principaux pays en développement sur des questions telles que les tarifs industriels et les barrières non tarifaires au commerce, en particulier contre et entre l’UE et les États-Unis au sujet du maintien des subventions agricoles – considérées comme fonctionnant efficacement comme commerce barrières. Des tentatives répétées de relancer les pourparlers se sont révélées infructueuses, bien que l’adoption de la Déclaration ministérielle de Bali en 2013 ait éliminé les obstacles bureaucratiques au commerce. 

En juin 2012, l’avenir du Cycle de Doha restait incertain : le programme de travail énumère 21 sujets pour lesquels l’échéance initiale du 1er janvier 2005 a été manquée et le cycle reste incomplet. Le conflit entre le libre-échange des biens et services industriels mais le maintien du protectionnisme sur les subventions agricoles aux secteurs agricoles nationaux (demandé par les pays développés) et la justification du commerce équitable des produits agricoles (demandé par les pays en développement) restent les principaux obstacles. Cette impasse a rendu impossible le lancement de nouvelles négociations à l’OMC au-delà du Cycle de Doha pour le développement. En conséquence, il y a eu un nombre croissant d’accords de libre-échange bilatéraux entre les gouvernements. En juillet 2012, il y avait divers groupes de négociation dans le système de l’OMC pour l’impasse actuelle des négociations commerciales agricoles. 

Les fonctions

Parmi les différentes fonctions de l’OMC, celles-ci sont considérées par les analystes comme les plus importantes :

  • Il supervise la mise en œuvre, l’administration et le fonctionnement des accords visés (à l’exception du fait qu’il n’applique aucun accord lorsque la Chine est entrée à l’OMC en décembre 2001).
  • Il fournit un forum pour les négociations et le règlement des différends. 

En outre, il incombe à l’OMC d’examiner et de diffuser les politiques commerciales nationales et de garantir la cohérence et la transparence des politiques commerciales grâce à une surveillance dans l’élaboration des politiques économiques mondiales. Une autre priorité de l’OMC est l’aide aux pays en développement, aux pays les moins avancés et aux pays à faible revenu en transition pour s’adapter aux règles et disciplines de l’OMC grâce à la coopération technique et à la formation.

  1. L’OMC facilitera la mise en œuvre, l’administration et le fonctionnement et fera avancer les objectifs du présent accord et des accords commerciaux multilatéraux et fournira également le cadre pour la mise en œuvre, l’administration et le fonctionnement des accords commerciaux multilatéraux.

  2. L’OMC fournira le forum pour les négociations entre ses membres concernant leurs relations commerciales multilatérales dans les questions traitées dans le cadre de l’Accord dans les annexes du présent Accord.

  3. L’OMC administrera le Mémorandum d’accord sur les règles et procédures régissant le règlement des différends.

  4. L’OMC administrera le mécanisme d’examen des politiques commerciales.

  5. Afin de parvenir à une plus grande cohérence dans l’élaboration des politiques économiques mondiales, l’OMC coopérera, le cas échéant, avec le Fonds monétaire international (FMI) et avec la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) et ses agences affiliées.

Les cinq listes ci-dessus sont les fonctions supplémentaires de l’Organisation mondiale du commerce. Alors que la mondialisation progresse dans la société actuelle, la nécessité d’une organisation internationale pour gérer les systèmes commerciaux a été d’une importance vitale. À mesure que le volume des échanges augmente, des problèmes tels que le protectionnisme, les barrières commerciales, les subventions, la violation de la propriété intellectuelle se posent en raison des différences dans les règles commerciales de chaque nation. L’Organisation mondiale du commerce sert de médiateur entre les nations lorsque de tels problèmes surviennent. L’OMC pourrait être considérée comme le produit de la mondialisation et également comme l’une des organisations les plus importantes de la société mondialisée d’aujourd’hui.

L’OMC est également un centre de recherche et d’analyse économiques: l’organisation évalue régulièrement la situation du commerce mondial dans ses publications annuelles et ses rapports de recherche sur des sujets spécifiques. Enfin, l’OMC coopère étroitement avec les deux autres composantes du système de Bretton Woods, le FMI et la Banque mondiale. 

OMC : Principes du système commercial

L’OMC établit un cadre pour les politiques commerciales; il ne définit ni ne précise les résultats. Autrement dit, il s’agit de fixer les règles des jeux de politique commerciale. Cinq principes sont particulièrement importants pour comprendre à la fois le GATT d’avant 1994 et l’OMC :

  1. Non-discrimination. Il comprend deux éléments principaux : la règle de la nation la plus favorisée (NPF) et la politique de traitement national. Les deux sont intégrés dans les principales règles de l’OMC sur les biens, les services et la propriété intellectuelle, mais leur portée et leur nature précises diffèrent d’un domaine à l’autre. La règle NPF exige qu’un membre de l’OMC applique les mêmes conditions à tous les échanges avec d’autres membres de l’OMC, c’est-à-dire qu’un membre de l’OMC doit accorder les conditions les plus favorables en vertu desquelles il autorise le commerce d’un certain type de produit à tous les autres membres de l’OMC. « Accordez à quelqu’un une faveur spéciale et vous devez faire de même pour tous les autres membres de l’OMC. » Le traitement national signifie que les marchandises importées devraient être traitées non moins favorablement que les marchandises produites dans le pays (au moins après que les marchandises étrangères sont entrées sur le marché ) et a été introduit pour lutter contre les obstacles non tarifaires au commerce (par exemple, les normes techniques, les normes de sécurité et autres discriminatoires à l’égard des marchandises importées).
  2. La réciprocité. Il reflète à la fois le désir de limiter la portée du parasitisme qui peut survenir en raison de la règle NPF et le désir d’obtenir un meilleur accès aux marchés étrangers. Un point connexe est que, pour qu’une nation négocie, il est nécessaire que le gain résultant de cette opération soit supérieur à celui résultant de la libéralisation unilatérale ; les concessions réciproques visent à faire en sorte que ces gains se concrétisent.

3. Engagements contraignants et exécutoires. Les engagements tarifaires pris par les membres de l’OMC dans le cadre d’une négociation commerciale multilatérale et lors de l’accession sont énumérés dans une liste (liste) de concessions. Ces listes établissent des « consolidations de plafond » : un pays peut modifier ses consolidations, mais seulement après avoir négocié avec ses partenaires commerciaux, ce qui pourrait signifier qu’il les indemnise pour la perte de commerce. Si la satisfaction n’est pas obtenue, le pays plaignant peut invoquer les procédures de règlement des différends de l’OMC.

4.Transparence. Les membres de l’OMC sont tenus de publier leurs règlements commerciaux, de maintenir des institutions permettant le réexamen des décisions administratives affectant le commerce, de répondre aux demandes de renseignements des autres membres et de notifier à l’OMC les modifications des politiques commerciales. Ces prescriptions de transparence interne sont complétées et facilitées par des rapports périodiques par pays (examens des politiques commerciales) par le biais du Mécanisme d’examen des politiques commerciales (MEPC). Le système de l’OMC tente également d’améliorer la prévisibilité et la stabilité, décourageant l’utilisation de contingents et d’autres mesures utilisées pour fixer des limites aux quantités d’importations.

 5.Valeurs de sécurité. Dans des circonstances spécifiques, les gouvernements peuvent restreindre le commerce. Les accords de l’OMC permettent aux membres de prendre des mesures pour protéger non seulement l’environnement mais aussi la santé publique, la santé animale et la santé des plantes.

Il existe trois types de dispositions allant dans ce sens :

  1. articles autorisant le recours à des mesures commerciales pour atteindre des objectifs non économiques ;

  2. articles visant à assurer une « concurrence loyale » ; les membres ne doivent pas utiliser des mesures de protection de l’environnement pour déguiser les politiques protectionnistes.

  3. dispositions autorisant l’intervention dans le commerce pour des raisons économiques. 

Les exceptions au principe NPF permettent également un traitement préférentiel aux pays en développement, aux zones régionales de libre-échange et aux unions douanières. 

OMC : Structure organisationnelle

Le Conseil général comprend les organes subsidiaires suivants qui supervisent les comités dans différents domaines :

Conseil du commerce des marchandises

Il y a 11 comités sous la juridiction du Conseil des marchandises chacun ayant une tâche spécifique. Tous les membres de l’OMC participent aux comités. L’Organe de surveillance des textiles est distinct des autres comités mais relève toujours de la compétence du Conseil des marchandises. L’organisme a son propre président et seulement 10 membres. L’organisme comprend également plusieurs groupes liés aux textiles. 

Conseil des aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce

Informations sur la propriété intellectuelle à l’OMC, actualités et comptes rendus officiels des activités du Conseil des ADPIC, et détails des travaux de l’OMC avec d’autres organisations internationales dans ce domaine.

Conseil du commerce des services

Le Conseil du commerce des services fonctionne sous la direction du Conseil général et est chargé de superviser le fonctionnement de l’Accord général sur le commerce des services (AGCS). Il est ouvert à tous les membres de l’OMC et peut créer des organes subsidiaires selon les besoins.

Comité des négociations commerciales

Le Comité des négociations commerciales (CNC) est le comité qui s’occupe du cycle de négociations commerciales en cours. Le président est le directeur général de l’OMC. En juin 2012, le comité était chargé du Cycle de Doha pour le développement. 

Le Conseil des services compte trois organes subsidiaires: les services financiers, la réglementation intérieure, les règles de l’AGCS et les engagements spécifiques. Le conseil compte plusieurs comités, groupes de travail et groupes de travail différents. Il existe des comités sur les sujets suivants : commerce et environnement ; Commerce et développement (Sous-Comité des pays les moins avancés) ; Accords commerciaux régionaux ; Restrictions de la balance des paiements ; et Budget, finances et administration. Il existe des groupes de travail sur les sujets suivants: Adhésion. Il existe des groupes de travail sur les sujets suivants: commerce, dette et finances; et Commerce et transfert de technologie.

La prise de décision

L’OMC se décrit comme « une organisation fondée sur des règles et dirigée par ses membres – toutes les décisions sont prises par les gouvernements membres, et les règles sont le résultat de négociations entre les membres ». L’Accord de l’OMC prévoit des votes pour lesquels aucun consensus ne peut être atteint, mais la pratique du consensus domine le processus décisionnel. 

Richard Harold Steinberg (2002) fait valoir que bien que le modèle de gouvernance consensuelle de l’OMC prévoie une négociation initiale fondée sur la loi, les cycles de négociation se terminent par une négociation fondée sur le pouvoir en faveur de l’Europe et des États-Unis et ne conduisent pas nécessairement à une amélioration de Pareto. 

Règlement des différends

Le système de règlement des différends de l’OMC « est le résultat de l’évolution des règles, procédures et pratiques développées pendant près d’un demi-siècle sous le GATT de 1947″. En 1994, les membres de l’OMC sont convenus du Mémorandum d’accord sur les règles et procédures régissant le règlement des différends (Mémorandum d’accord) annexé à l ‘ »Acte final » signé à Marrakech en 1994. Le règlement des différends est considéré par l’OMC comme le pilier central du système commercial multilatéral et comme une « contribution unique à la stabilité de l’économie mondiale ». Les membres de l’OMC ont convenu que s’ils croient que leurs confrères violent les règles commerciales, ils utiliseront le système multilatéral de règlement des différends au lieu de prendre des mesures unilatérales.

Le fonctionnement du processus de règlement des différends de l’OMC implique des groupes spéciaux par affaire nommés par l’Organe de règlement des différends (ORD), l’Organe d’appel le Directeur général et le Secrétariat de l’OMC, arbitres et des experts consultatifs.

La priorité est de régler les différends, de préférence par une solution mutuellement convenue, et des dispositions ont été prises pour que le processus soit mené de manière efficace et en temps opportun afin que « Si une affaire est jugée, elle ne devrait normalement pas prendre plus d’un an pour une décision du groupe spécial et pas plus de 16 mois si l’affaire est portée en appel … Si le plaignant juge l’affaire urgente, l’examen de l’affaire devrait prendre encore moins de temps. Les pays membres de l’OMC sont obligés d’accepter le processus comme exclusif et obligatoire.

Selon une étude publiée en 2018 dans le Journal of Politics, les États sont moins susceptibles et plus lents d’appliquer les violations de l’OMC lorsque les violations affectent les États de manière diffuse. En effet, les États sont confrontés à des problèmes d’action collective dans la poursuite des litiges : ils s’attendent tous à ce que les autres États supportent les coûts des litiges. Une étude de 2016 dans International Studies Quarterly conteste que le système de règlement des différends de l’OMC entraîne une augmentation plus importante du commerce. 

Cependant, le système de règlement des différends ne peut pas être utilisé pour résoudre des différends commerciaux résultant de désaccords politiques. Lorsque le Qatar a demandé l’établissement d’un groupe spécial de règlement des différends concernant les mesures imposées par les Émirats arabes unis, d’autres pays du CCG et les États-Unis ont rapidement rejeté sa demande en tant que question politique, déclarant que les questions de sécurité nationale étaient politiques et ne convenaient pas au système de règlement des différends de l’OMC.

Adhésion et adhésion

Le processus d’adhésion à l’OMC est propre à chaque pays candidat et les conditions d’accession dépendent du stade de développement économique du pays et du régime commercial actuel. Le processus prend environ cinq ans, en moyenne, mais il peut durer plus longtemps si le pays n’est pas pleinement engagé dans le processus ou si des problèmes politiques interfèrent. La négociation d’accession la plus courte a été celle de la République kirghize, tandis que la plus longue a été celle de la Russie, qui, ayant demandé à adhérer au GATT en 1993, a été approuvée en décembre 2011 et est devenue membre de l’OMC le 22 août 2012. Le Kazakhstan avait également un long processus de négociation d’adhésion. Le Groupe de travail de l’accession du Kazakhstan a été créé en 1996 et sa composition a été approuvée en 2015. La deuxième plus longue était celle de Vanuatu, dont le Groupe de travail de l’accession de Vanuatu a été créé le 11 juillet 1995. Après une dernière réunion du Groupe de travail en octobre 2001, Vanuatu a demandé plus de temps pour examiner ses conditions d’adhésion. En 2008, il a indiqué son intérêt à reprendre et à conclure son accession à l’OMC. Le Groupe de travail de l’accession de Vanuatu a été convoqué à nouveau de manière informelle le 4 avril 2011 pour discuter de la future adhésion de Vanuatu à l’OMC. Le Groupe de travail reconstitué a achevé son mandat le 2 mai 2011. Le Conseil général a officiellement approuvé le paquet d’accession de Vanuatu le 26 octobre 2011. Le 24 août 2012, l’OMC a accueilli Vanuatu en tant que 157e membre. Une offre d’adhésion n’est présentée qu’une fois qu’un consensus est intervenu entre les parties intéressées. 

Une étude de 2017 fait valoir que « les liens politiques plutôt que les gains fonctionnels dans les domaines déterminent qui adhère » et montre « comment l’alignement géopolitique façonne les aspects de l’offre et de la demande ». Les « constatations remettent en question le point de vue selon lequel les États libéralisent d’abord les échanges commerciaux pour adhérer au GATT / à l’OMC. Au lieu de cela, la similitude entre la démocratie et la politique étrangère encourage les États à adhérer ». 

Processus d’adhésion

Un pays souhaitant accéder à l’OMC soumet une demande au Conseil général et doit décrire tous les aspects de ses politiques commerciales et économiques qui ont une incidence sur les accords de l’OMC. La demande est présentée à l’OMC dans un mémorandum qui est examiné par un groupe de travail ouvert à tous les Membres de l’OMC intéressés. 

Une fois toutes les informations de base nécessaires obtenues, le groupe de travail se concentre sur les questions de divergence entre les règles de l’OMC et les politiques et lois commerciales internationales et nationales du demandeur. Le groupe de travail détermine les conditions d’entrée à l’OMC pour le pays candidat et peut envisager des périodes de transition pour laisser aux pays une certaine latitude pour se conformer aux règles de l’OMC.

La phase finale de l’adhésion implique des négociations bilatérales entre le pays candidat et d’autres membres du groupe de travail concernant les concessions et les engagements concernant les niveaux tarifaires et l’accès aux marchés pour les biens et services. Les engagements du nouveau membre doivent s’appliquer également à tous les membres de l’OMC en vertu des règles normales de non-discrimination, même s’ils sont négociés bilatéralement. Par exemple, à la suite de son adhésion à l’OMC, l’Arménie a offert un taux de droit consolidé plafond de 15 pour cent sur l’accès à son marché pour les marchandises. Avec les consolidations tarifaires ad valorem, il n’y a pas de taux spécifiques ou composés. En outre, il n’y a pas de contingents tarifaires sur les produits industriels et agricoles. La croissance de la performance économique et commerciale de l’Arménie a été notée depuis son premier examen en 2010, en particulier sa reprise après la crise financière mondiale de 2008, avec un taux de croissance annuel moyen de 4% du PIB, malgré certaines fluctuations. L’économie de l’Arménie a été marquée par une faible inflation, une diminution de la pauvreté et des progrès essentiels dans l’amélioration de sa stabilité macroéconomique dans laquelle le commerce des biens et des services, qui équivaut à 87% du PIB, a joué un rôle croissant.

À l’issue des pourparlers bilatéraux, le groupe de travail envoie au conseil général ou à la conférence ministérielle un dossier d’adhésion, qui comprend un résumé de toutes les réunions du groupe de travail, le protocole d’adhésion (un projet de traité d’adhésion) et des listes (« listes »). des engagements du futur membre. Une fois que le conseil général ou la conférence ministérielle a approuvé les conditions d’adhésion, le parlement du demandeur doit ratifier le protocole d’adhésion avant de pouvoir devenir membre. Certains pays ont pu faire face à un processus d’accession plus difficile et beaucoup plus long en raison des difficultés rencontrées lors des négociations avec d’autres membres de l’OMC, comme le Vietnam, dont les négociations ont pris plus de 11 ans avant de devenir membre officiel en janvier 2007. 

Membres et observateurs

L’OMC compte 164 membres et 24 gouvernements observateurs. Le Libéria est devenu le 163e membre le 14 juillet 2016, et l’Afghanistan est devenu le 164e membre le 29 juillet 2016. Outre les États, l’Union européenne et chaque pays de l’UE à part entière, est membre. Les membres de l’OMC ne doivent pas nécessairement être des États totalement indépendants ; ils ne doivent être qu’un territoire douanier jouissant d’une pleine autonomie dans la conduite de leurs relations commerciales extérieures. Ainsi, Hong Kong est membre depuis 1995 (en tant que « Hong Kong, Chine » depuis 1997) avant la République populaire de Chine, qui a adhéré en 2001 après 15 ans de négociations. La République de Chine (Taïwan) a accédé à l’OMC en 2002 en tant que « Territoire douanier distinct de Taïwan, Penghu, Kinmen et Matsu » (Taipei chinois) malgré son statut contesté. Le Secrétariat de l’OMC omet les titres officiels (tels que conseiller, premier secrétaire, deuxième secrétaire et troisième secrétaire) des membres de la mission permanente du Taipei chinois auprès de l’OMC, à l’exception des titres de représentant permanent et de représentant permanent adjoint. 

En 2007, les États membres de l’OMC représentaient 96,4% du commerce mondial et 96,7% du PIB mondial. L’Iran, suivi de l’Algérie, sont les économies dont le PIB et le commerce sont les plus élevés en dehors de l’OMC, d’après les données de 2005. À l’exception du Saint-Siège, les observateurs doivent entamer les négociations d’adhésion dans les cinq ans suivant leur nomination. Un certain nombre d’organisations internationales intergouvernementales ont également obtenu le statut d’observateur auprès des organes de l’OMC. 12 États membres de l’ONU n’ont aucune affiliation officielle avec l’OMC. 

Les accords

L’OMC supervise environ 60 accords différents qui ont le statut de textes juridiques internationaux. Les pays membres doivent signer et ratifier tous les accords de l’OMC lors de leur accession. Une discussion de certains des accords les plus importants suit.

L’Accord sur l’agriculture est entré en vigueur avec la création de l’OMC au début de 1995. L’AsA a trois concepts centraux, ou « piliers » : le soutien interne, l’accès aux marchés et les subventions à l’exportation.

L’Accord général sur le commerce des services a été créé pour étendre le système commercial multilatéral au secteur des services, de la même manière que l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) prévoyait un tel système pour le commerce des marchandises. L’accord est entré en vigueur en janvier 1995.

L’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce établit des normes minimales pour de nombreuses formes de réglementation de la propriété intellectuelle (PI). Il a été négocié à la fin du Cycle d’Uruguay de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) en 1994.

L’Accord sur l’application des mesures sanitaires et phytosanitaires – également connu sous le nom d’Accord SPS – a été négocié lors du Cycle d’Uruguay du GATT et est entré en vigueur avec la création de l’OMC au début de 1995. En vertu de l’accord SPS, l’OMC impose des contraintes aux politiques des membres concernant la sécurité alimentaire (contaminants bactériens, pesticides, inspection et étiquetage) ainsi que la santé animale et végétale (ravageurs et maladies importés).

L’Accord sur les obstacles techniques au commerce est un traité international de l’Organisation mondiale du commerce. Il a été négocié lors du Cycle d’Uruguay de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce et est entré en vigueur avec la création de l’OMC à la fin de 1994. L’objet garantit que les négociations techniques et les normes, ainsi que les procédures d’essai et de certification, pas créer d’obstacles inutiles au commerce « . 

L’Accord sur l’évaluation en douane, officiellement connu sous le nom d’Accord sur la mise en œuvre de l’article VII du GATT, prescrit les méthodes d’évaluation en douane que les Membres doivent suivre. Elle adopte principalement l’approche de la « valeur transactionnelle ».

OMC : Bureau du directeur général

Les procédures de nomination du Directeur général de l’OMC ont été publiées en janvier 2003. En outre, il y a quatre directeurs généraux adjoints. Au 13 juin 2018, sous la direction du directeur général Roberto Azevêdo, les quatre directeurs généraux adjoints sont :

  • Yi Xiaozhun de Chine (depuis le 1er octobre 2017),

  • Karl Brauner d’Allemagne (depuis le 1er octobre 2013),

  • Yonov Frederick Agah du Nigéria (depuis le 1er octobre 2013)

  • Alan W. Wolff, des États-Unis (depuis le 1er octobre 2017).

Liste des directeurs généraux

  • Brésil Roberto Azevêdo, 2013-présent

  • France Pascal Lamy, 2005-2013

  • Thaïlande Supachai Panitchpakdi, 2002-2005

  • Nouvelle-Zélande Mike Moore, 1999-2002

  • Italie Renato Ruggiero, 1995–1999

  • République d’Irlande Peter Sutherland, 1995

Chefs de l’organisation précurseur, GATT

  • République d’Irlande Peter Sutherland, 1993–1995
  • Suisse Arthur Dunkel, 1980–1993
  • Suisse Olivier Long, 1968-1980
  • Royaume-Uni Eric Wyndham White, 1948-1968

Critiques

Bien que, grâce au GATT et à l’OMC, les tarifs et autres barrières commerciales aient été considérablement réduits. Cependant, la promesse que le libre-échange accélérera la croissance économique, réduira la pauvreté et augmentera les revenus des gens a été remise en question par de nombreux critiques. Certains sceptiques éminents citent l’exemple du Salvador. Au début des années 90, ils ont supprimé tous les obstacles quantitatifs aux importations et ont également réduit les tarifs. Cependant, la croissance économique du pays est restée faible. D’un autre côté, le Vietnam, qui n’a commencé à réformer son économie qu’à la fin des années 80, a connu beaucoup de succès en décidant de suivre le modèle économique de la Chine et en libéralisant lentement tout en mettant des garanties pour le commerce intérieur. Le Vietnam a largement réussi à accélérer la croissance économique et à réduire la pauvreté sans éliminer immédiatement les barrières commerciales substantielles. Bien qu’il y ait eu d’autres facteurs qui ont affecté la performance économique de ces deux pays et certains pourraient dire que c’est essentiellement en raison de l’ouverture finale des marchés qui a contribué à l’histoire de croissance attribuée à l’économie vietnamienne.

L’économiste Ha-Joon Chang lui-même fait valoir qu’il existe un « paradoxe » dans les croyances néolibérales concernant le libre-échange, car la croissance économique des pays en développement a été plus élevée au cours de la période 1960-1980 par rapport à la période 1980-2000, même si ses politiques commerciales sont désormais beaucoup plus libéral qu’auparavant. En outre, des résultats de recherche montrent également que les nouveaux pays ne réduisent activement les barrières commerciales qu’après s’être considérablement enrichis. D’après les résultats de l’étude, les détracteurs de l’OMC soutiennent que la libéralisation du commerce ne garantit pas la croissance économique et certainement pas la réduction de la pauvreté.

Les détracteurs de l’OMC ont également avancé que les avantages tirés du libre-échange ne sont pas partagés également. Cette critique est généralement étayée par des données montrant que l’écart entre les riches et les pauvres continue de se creuser, en particulier en Chine et en Inde, où les inégalités économiques augmentent même si la croissance économique est très élevée. En outre, l’approche de l’OMC qui veut réduire les barrières commerciales peut nuire aux pays en développement. La libéralisation du commerce qui est trop tôt sans barrières nationales importantes risque de piéger les économies en développement dans le secteur primaire, qui n’a souvent pas besoin de main-d’œuvre qualifiée. Et lorsque ces pays en développement décident de faire progresser leur économie au moyen de l’industrialisation, l’industrie nationale prématurée ne peut pas immédiatement monter en flèche comme prévu, ce qui rend difficile la concurrence avec d’autres pays dont les industries sont plus avancées.

On dit que le principal économiste Adam Smithonce a alors conseillé au gouvernement américain nouvellement indépendant de se concentrer sur le secteur agricole national plutôt que d’essayer de concurrencer l’Europe dont l’industrie était plus avancée. Les États-Unis ont finalement fixé des tarifs élevés pour protéger les producteurs américains. Ce n’est qu’à ce moment-là que les États-Unis sont devenus l’un des pays ayant la plus forte industrie nationale au monde. Il en va de même pour les économies d’Asie de l’Est. Certains prédisent même que si la Corée du Sud avait aboli ses tarifs auparavant, il était plus probable que le pays aurait été encore un pays semi-industrialisé producteur de riz. 

Le droit de l’OMC a également été sévèrement critiqué en raison de l’accord sur l’agriculture, qui permet essentiellement aux pays développés de maintenir les subventions agricoles (un exemple étant la politique agricole commune de l’Union européenne) sans pour autant favoriser les pays en développement. Grâce à ces subventions, ces pays vendent souvent des produits excédentaires sur les marchés mondiaux à des prix beaucoup plus bas et les déversent dans les pays les plus pauvres. Même si les membres de l’OMC sont convenus d’éliminer les subventions à l’exportation de produits agricoles, certains disent que les pays développés maintiennent toujours des subventions et protègent leur secteur agricole par des barrières commerciales, et cette pratique entrave le développement de l’industrie agricole dans les pays en développement. 

D’un autre côté, si toutes les subventions agricoles devaient être abolies immédiatement, les prix des denrées alimentaires pourraient exploser, ce qui pourrait également nuire à la population et menacer la sécurité alimentaire dans certains pays. Par conséquent, les experts juridiques qui critiquent l’OMC du point de vue des droits de l’homme, Sarah Joseph, suggèrent que cette subvention devrait être progressivement supprimée, afin que le marché puisse s’adapter aux changements qui se produisent. 

OMC / Impact

Des études montrent que l’OMC a stimulé le commerce. La recherche montre qu’en l’absence de l’OMC, le pays moyen ferait face à une augmentation des droits de douane sur ses exportations de 32 points de pourcentage. Le mécanisme de règlement des différends de l’OMC est l’un des moyens d’accroître les échanges.

Selon une étude publiée en 2017 dans le Journal of International Economic Law, «presque tous les accords commerciaux préférentiels (ACPr) récents font explicitement référence à l’OMC, souvent des dizaines de fois dans plusieurs chapitres. du libellé du traité – parfois la majorité d’un chapitre – est copié textuellement d’un accord de l’OMC … la présence de l’OMC dans les accords commerciaux préférentiels a augmenté avec le temps. « 

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés