Mondial 2022 : Le Qatar entraine l’Afrique dans la tempête de la corruption

Afriquinfos Editeur 12 Vues
4 Min de Lecture

On croyait le choix du Qatar pour accueillir la Coupe du Monde de football 2022 accepté, ou du moins les polémiques à ce sujet finies, mais elles ont été relancées par le Sunday Times dimanche dernier. Le quotidien accuse en effet Bin Hammam, ancien responsable du football qatari, d’avoir versé cinq millions de dollars en pots de vins pour obtenir l’organisation du Mondial 2022. Des affirmations qui ont aussitôt été démenties par le Qatar mais qui continuent d’agiter le monde du football.

L’Afrique a été touchée de plein fouet par cette tempête de corruption. Selon le quotidien britannique, 200.000 dollars ont été versés sur des comptes contrôlés par les présidents de 30 associations de football africaines. De plus, Bim Hammam aurait organisé des soirées caritatives en Afrique, au cours desquelles il a délivré des fonds pour soutenir la candidature de son pays. Toutefois, ce qui agite le plus le continent africain ce sont les soupçons portés sur le président de la CAF (Confédération africaine de football), aussi vice-président de la FIFA, Issa Hayatou. Selon le Sunday Times, il aurait reçu de l’argent du Qatar et accepté des avantages matériels tels que des voyages.

Dans un communiqué de presse du 1er juin, le président de la CAF a démenti ces accusations. Aujourd’hui, il a répondu sur le site internet de la CAF aux questions du quotidien britannique. Dans ce communiqué, Issa Hayatou reprend une par une les accusations du Sunday Times et les nie, expliquant pourquoi elles sont infondées. Il répète rapidement ses propos lorsqu’il répond aux questions du journal britannique. A la question « Avez-vous reçu de Mr Bin Hamman ou de tout autre membre de la candidature du Qatar une gratification financière ou tout autre cadeau pour apporter votre soutien à Qatar 2022 ? » il répond:

« Je n’ai jamais reçu de M. Bin Hammam, de l’Emir du Qatar ou de tout membre de la candidature Qatari de gratifications financières afin de soutenir la candidature Qatar 2022. Contrairement aux affirmations du « Sunday Times » dans le mail qui m’a été envoyé, selon lesquelles j’ai été choyé au Qatar, en recevant notamment des «cadeaux de valeurs» de la part de M. Bin Hammam à Doha en décembre 2009. Je tiens à indiquer que je ne me suis jamais rendue à une invitation de M. Bin Hammam ni à Doha, ni à Kuala Lumpur. Le « Sunday Times » affirme que j’ai reçu de la part de M. Bin Hammam juste avant le 02 Décembre 2010, soixante (60) billets pour la Coupe du Monde. Mais de quelle Coupe du Monde s’agit-il ? Celle de 2010 ou celle de 2014 ? En tant que Président de la Commission d’organisation de la Coupe du Monde 2010 et actuel vice-président de la FIFA, ai-je besoin qu’on m’offre des billets pour la Coupe du Monde ? Ne suis-je pas fondé de ma position à en recevoir de droit? »

De nombreux responsables du football international sont visés par les accusations du Sunday Times. Si elles s’avèrent fondées, le monde du ballon rond pourrait connaitre un bouleversement sans précédent.

Afriquinfos