Marcel Desailly face à sa fille illégitime au tribunal

Afriquinfos Editeur 2 Vues
2 Min de Lecture

Marcel Desailly, ancien footballeur des Bleus risque bien de ne pas profiter du Mondial cette année. Aïda Mendy, 23 ans, vient de recevoir un avis favorable du parquet de Toulon suite à sa demande de reconnaissance de paternité par Marcel Desailly.

L’histoire a démarré il y a 23 ans, avec la naissance d’Aïda Mendy d’une mère franco-sénégalaise. Sur son carnet de naissance, aucune donnée de filiation paternelle n’est établie. Néanmoins, en 2000, à l’issu d’un procès, sa mère avait obtenu que l’actuel consultant de Canal + lui verse une pension alimentaire jusqu’à la majorité de sa fille. En 2012, la jeune femme entame une procédure judiciaire, contre son père, afin d’établir légalement sa paternité. Celle-ci n’a jamais abouti, l’ancien footballeur ayant toujours refusé de se soumettre à un test de paternité.

Récemment, le tribunal de grande instance de Toulon a examiné à huit clos une demande de reconnaissance de paternité émise par Aïda. Selon son avocat, Olivier Casanova, cette sollicitude a été envoyée afin de « mettre un terme à 23 années de souffrance ». Hier, le parquet s’est prononcé en faveur de cette demande, un premier succès pour la jeune femme qui a maintenant (presque) acquis la certitude que Marcel Desailly devra se soumettre à un test de paternité.

Cette demande est justifiée par l’avocat de « l’enfant » qui explique que : « Aucune paternité ne figure sur l'acte de naissance d'Aïda, mais, contrairement à d'autres enfants sans filiation qui peuvent parfois oublier, cela lui est impossible. Car si cet homme veut la gommer de sa vie, elle ne peut pas en faire de même : il est une personnalité médiatique, elle le voit régulièrement à la télévision… ». Il a par ailleurs précisé que le combat de Aïda est symbolique et qu’elle n’a pas l’intention de demander une compensation financière.

Le jugement aura lieu le 26 juin prochain.

Afriquinfos