Les frères Williams, Barcola, Boateng, archétypes de familles écartelées entre deux sélections sur différents continents

Afriquinfos Editeur 632 Vues
7 Min de Lecture
ENTREVISTA CON LOS HERMANOS WILLIAMS. NICO E IÑAKI Photo by Icon Sport.

Accra (© 2024 Afriquinfos)-  Il y a quelques temps encore, on ne parlait que des frères germano-ghanéens Kevin-prince et Jérôme Boateng comme symbole de familles de footballeurs partagées entre deux sélections sur différents continents. A la faveur de l’Euro 2024 dans laquelle l’un des membres de la fratrie brille de milles feues, on a désormais les frères Barcola dont l’un joue pour les Bleus de France et l’autre, porte la tunique des Eperviers du Togo et les Frères Inaki et Nico Willams qui évoluent respectivement au sein des Black Stars du Ghana et la Roja espagnole.

On se demandait bien quelles émotions animaient les géniteurs des frères Boateng, notamment le père originaire du Ghana, lors de la toute première Coupe du monde de football en Afrique. En effet lors de cette compétition, s’est déroulé un épisode unique de l’histoire du football, lorsque Jérôme et Kevin-Prince  sont devenus les premiers frères, et à ce jour les seuls, à jouer l’un contre l’autre un match de Coupe du monde, Allemagne-Ghana (1-0), lors du premier tour du Mondial 2010 en Afrique du Sud. Ils vont à nouveau se recroiser lors du Mondial 2014 et là encore c’est Manschaft qui l’emporte avec en prime, le titre.  

Kevin-Prince connu pour son caractère rebelle, malgré son immense talent, n’aura porté le maillot du Ghana qu’à seulement 12 reprises pour 2 buts. Une sombre histoire de violences avec un autre coéquipier lors de la Coupe du Monde 2014, mettra d’ailleurs fin à sa carrière internationale. Il ne sera plus jamais rappelé par le Ghana malgré ses appels du pied.

Par contre, son frère Jérôme avec lequel il entretient une relation conflictuelle, connaitra un meilleur sort avec l’Allemagne. Vainqueur du mondial 2014, il défendra les couleurs de la Manshaft à 76 reprises participant aux Championnats d’Europe 2012 et 2016. Sa belle carrière aussi bien en sélection qu’en club notamment avec le Bayern Munich avec lequel, il a tout remporté, sera ternie par une affaire de violences conjugales pour laquelle il est condamné à une forte amende. 

Chez les Williams, les relations sont moins tendues. Elle est plutôt fusionnelle entre Iniaki et Nico qui ont tous deux, intégré le centre de formation de l’Athletic Bilbao avant de se faire une place en équipe première. En effet, ici, le pays d’origine est le Ghana mais le pays d’adoption est l’Espagne. Les deux frères sont les fers de lance de l’attaque du club basque, Nico sur l’aile et Inaki en pointe. Très, souvent, ils s’offrent mutuellement des passes décisives pour mener leur équipe « C’est une grande fierté de jouer ensemble… Notre mère doit être très contente  » a déclaré Inaki.

Les deux frères vont également rentrées dans l’histoire en participant ensemble à la Coupe du monde 2022 au Qatar mais évidemment pour des sélections différentes. Iñaki qui avait disputé sa dernière rencontre internationale en 2016 avec la Roja, a finalement décidé de représenter le Ghana, terre natale de ses parents. Il a fait ses premiers pas avec les Black Stars au mois de septembre 2022, peu avant le Mondial. Depuis, il est convoqué en sélection et participe aux éliminatoires pour la Coupe du monde 2026. Quant à Nico, il a intégrée pour la première fois la sélection espagnole en septembre 2022 dans le cadre de la Ligue des Nations de l’UEFA. Le cadet de la fratrie Williams, participe à l’Euro 2024 et y est assurément l’un des meilleurs joueurs. Il a contribué avec un but et des prestations XXL à la qualification de la Roja pour les quarts de finale de la compétition.  Les performances des deux frères sont suivis de près par leurs parents notamment Maria la mère : « Je suis fière de mes enfants », « C’est très difficile de percer dans le football. Les chances d’y arriver sont minimes pour un joueur, alors imaginez deux frères ensemble dans la même équipe. » a-t-elle déclaré.

Place ensuite à la fratrie Barcola. Malcom, l’ainé âgé de 25 ans et Bradley, le cadet 21 ans, ont tous deux été formés au sein de l’Olympique Lyonnais (OL). Si les deux frères s’apprécient et se suivent mutuellement, leur carrière va prendre des trajectoires différentes. Depuis 2019, Malcom, gardien de but, est convoqué chez les Eperviers du Togo et compte déjà 21 sélections. Bradley lui, virevoltant ailier gauche, connaît ses premiers capes avec la France lors de cet Euro 2024. Le mardi 25 juin, le jeune homme a d’ailleurs franchi une nouvelle étape dans sa carrière : celle d’être titularisé pour la première fois face à la Pologne. Une fierté pour son frère : ‘’ J’ai toujours été fier de mon petit frère pour ce qu’il fait aujourd’hui mais j’aurais été fier de lui s’il le faisait dans un autre domaine. C’est quelqu’un de très grand, de très réfléchi et très intelligent », a déclaré Malcolm

La pépite du PSG (32 matchs, 3 buts, 7 passes décisives) qui est monté en puissance ces derniers mois, est l’un des joueurs les plus en vue de l’Euro 2024. Alors que les Bleus sont qualifiés pour les Quarts de finale, il sera un des éléments clés de Didier Descamps dans la quête du titre continentale. Un de ses premiers supporters est sans aucun doute son frère Malcom. Ce dernier enregistre lui aussi une bonne nouvelle. Le gardien de but des Eperviers n’avait pas retrouvé de club depuis son départ du FK Tuzla City, en juillet 2023. Il s’est engagé ce mois de juillet avec l’équipe de Paços de Ferreira et tentera donc de se relancer en D2 portugaise.

Boniface T.