Cameroun/football : Samuel Eto’o auditionné par la commission de discipline de la FECAFOOT

Afriquinfos Editeur
4 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

"Je me suis présenté devant la commission de discipline pour représenter tous mes coéquipiers et apporter notre version des faits concernant l'incident qui a conduit au boycott du match amical face à l'Algérie. Nous avons apporté des preuves", a déclaré Samuel Eto'o à la presse. Selon Samuel Eto'o, le non- paiement des primes (environ 2000 US dollars par joueur) n'est pas à l'origine de la grève des joueurs: "Nous sommes très respectueux de notre pays. Nous ne jouons pas à l'équipe nationale pour gagner de l'argent. Nous jouons à l'équipe nationale parce que nous aimons notre pays. Vous connaissez tous notre carrière", a-t-il expliqué.

Avant le début de l'audience, Samuel Eto'o a menacé publiquement de "porter plainte contre la FECAFOOT, parce que ces gens sont des malhonnêtes", a-t-il affirmé, en pointant le vice- président de la FECAFOOT, Francis Mveng, complètement tétanisé dans le hall de l'hôtel où s'est tenue l'audience.

Autres joueurs de l'équipe nationale convoqués par la juridiction sportive, le vice-capitaine Enoh Eyong et le latéral gauche Benoît Assou-Ekotto ne se sont pas présentés devant les membres de la commission de discipline dirigée par le député Sali Dahirou.

- Advertisement -

Enoh Eyong devait également s'expliquer sur le refus des joueurs de se rendre en Algérie, alors qu'ils avaient marqué leur accord pour ce déplacement. Assou-Ekotto devait, quant à lui, s' expliquer sur ses absences répétées aux derniers regroupements des Lions indomptables, et notamment lors du tournoi LG Cup Africa, du 11 au 13 novembre à Marrakech au Maroc.

Mais, en dehors de Samuel Eto'o, quatre autres responsables ont été auditionnés à titre de témoins par la commission de discipline: le vice-président de la FECAFOOT Francis Mveng, le directeur du développement du sport de haut niveau au ministère des Sports et de l'Education physique, Blaise Omgba, le coach des Lions indomptables Denis Lavagne et Martin Ndtoungou Mpilé, l'un de ses adjoints.

"On a expliqué, pour la énième fois, ce qui s'est passé. Ce sont les informations que vous avez relatées dans vos journaux. Il y a eu des choses qui se sont passées. Mais, il ne me revient pas de dire si les joueurs sont fautifs ou pas. C'est à la commission de discipline de dire si les joueurs sont fautifs ou non", a expliqué Denis Lavagne.

L'audition s'est déroulée sous haute surveillance policière. Programmée dans un premier temps au siège de la FECAFOOT, elle a été délocalisée dans un hôtel qui offrait plus de confort, et surtout, de meilleures conditions de sécurité.
Depuis plus d'une semaine, de nombreux fanatiques de Samuel Eto' o ont multiplié des tracts appelant à manifester pour empêcher la tenue de l'audition.

La première audience du 24 novembre avait été reportée, en raison de l'indisponibilité des joueurs. Selon la FECAFOOT, ils sont incriminés "pour manquement aux obligations statutaires".

Samuel Eto'o et Assou-Ekotto sont à leur deuxième audience disciplinaire en l'espace de six mois. L'affaire est mise en délibéré.

L'article 28 du règlement intérieur des sélections nationales ressort une liste de 9 sanctions contre l'indiscipline, pouvant aller jusqu'à l'exclusion définitive de la sélection nationale, en passant par l'interdiction d'exercer toute activité relative au football avec possibilité d'extension au niveau international, la mise en garde, le blâme, l'amende, la restitution de prime ou la suspension de match.