Attentat de Djibouti : Les autorités lancent un appel à témoin

Afriquinfos Editeur 7 Vues
3 Min de Lecture

M. Mohamed a déclaré dimanche devant la presse que c' était "un attentat suicide perpétré par une jeune fille et un homme", confirmant les pires craintes des Djiboutiens, qui ont vu leur pays touché pour la première fois par un attentat suicide.

Selon le ministre, le choix du lieu, en l'occurrence le restaurant La Chaumière, situé en plein centre-ville, très fréquenté par des expatriés occidentaux, laisse penser que les commanditaires voulaient faire le plus grand nombre de victimes occidentales.

"A l'heure où je vous parle, nous déplorons le décès d'un citoyen turc ainsi que les deux kamikazes. Concernant les blessés, ils sont au nombre de quatorze. Il s'agit de sept Français, quatre Allemands et trois Espagnols", a précisé le ministre, avant d'ajouter qu'il n'y a pas eu de revendications officielles.

Il a déclaré que l'on n'écarte aucune piste.

Dans la foulée, M. Mohamed a fait savoir que les mesures de sécurité seront renforcées dans tous les endroits névralgiques du pays.

"Le président de la République tient à rassurer la population et les invite à être vigilant et à ne pas céder à la panique", a-t-il dit.

M. Mohamed a annoncé que toutes les dispositions ont été prises afin de porter toute la lumière sur cette attaque terroriste.

Le ministre djiboutien a lancé un appel à témoin quant à l'identité des deux kamikazes dont il a présenté les portraits post mortem.

Le Procureur de la république, Maki Omar, a affirmé pour sa part qu'après les faits, des grenades et un pistolet ont été trouvés.

"En attendant les résultats des analyses de la police technique et scientifique djiboutienne pour identifier les kamikazes, la priorité est aujourd'hui de rechercher d'éventuelles complices des kamikazes", a-t-il dit.

Le Procureur de la république a appelé les Djiboutiens à ne pas céder à la psychose et aider les policiers et les gendarmes dans leur enquête.

L'Union Africaine, l'Union Européenne, les Etats-Unis et la Ligue arabe ont condamné avec force cet attentat, qui est le premier attentat suicide qu'ait connu ce petit pays de la Corne d'Afrique, indépendant depuis 37 ans.