Sahara occidental: Le chef de l’ONU espère le maintien d’une « dynamique » politique

impact du covid-19

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, espère dans un rapport mercredi voir maintenir la « dynamique » politique engagée l’an dernier pour une solution au conflit du Sahara occidental, en dépit de l’absence d’un envoyé spécial sur ce dossier depuis quatre mois.

L’ex-émissaire de l’ONU Horst Köhler, démissionnaire en mai pour raison de santé, « a pu rétablir une dynamique et un élan pour le processus politique, via des tables rondes ayant réuni le Maroc, le Front Polisario, l’Algérie et la Mauritanie », souligne Antonio Guterres dans ce document remis au Conseil de sécurité. Après une longue interruption du dialogue, deux tables rondes ont réuni en Suisse en décembre et mars les parties sans cependant aboutir à une percée significative. « Il est essentiel que cet élan ne soit pas perdu », ajoute le chef de l’ONU, toujours en quête d’un successeur à Horst Köhler quatre mois après son départ.

Pour plusieurs diplomates, trouver le bon profil n’est pas évident. « Il faut quelqu’un d’un bon niveau qui accepte de se mettre dans ce truc là », soupire l’un d’eux en allusion à un conflit qui semble sans fin. Ancienne colonie espagnole, le Sahara occidental a été le théâtre d’un conflit jusqu’en 1991 entre le Maroc, qui a annexé le territoire en 1975, et le Front Polisario, qui réclame l’indépendance de cette étendue désertique de 266.000 km2 dans une région riche en phosphates et bordée d’eaux poissonneuses. Un cessez-le-feu signé en septembre 1991 sous l’égide de l’ONU prévoyait un référendum d’autodétermination dans les six mois, sans cesse repoussé depuis en raison d’un différend entre Rabat et le Polisario sur la composition du corps électoral et le statut du territoire.

L’ONU maintient sur place une force de quelque 240 Casques bleus (Minurso) chargés de contrôler, notamment par des patrouilles aériennes et terrestres, le respect du cessez-le-feu. Sur la période considérée, entre avril et septembre, « la situation sur le terrain au Sahara occidental est restée relativement calme en dépit de certaines incertitudes (…) et le cessez-le-feu entre les parties a été respecté », note le secrétaire général. La Minurso a modifié son mode opérationnel, précise-t-il. Sa zone d’intervention a été divisée en trois secteurs dotés chacuns d’un hélicoptère. Grâce à l’Union européenne, elle a accès à de l’imagerie géospatiale et à de l’analyse pour être « plus vite alertée en cas de violations ou de menaces à l’égard du cessez-le-feu ». Un mécanisme pour des réunions militaires mensuelles à différents échelons a aussi été créé mais sa mise en oeuvre bute sur des divergences sur le lieu où doivent se tenir ces rencontres. « Un manque de confiance continue de dominer entre les parties », regrette Antonio Guterres. Le Conseil de sécurité de l’ONU est appelé à renouveler en octobre le mandat de la Minurso.

Ces articles devraient vous intéresser :

Bissau: l'ONU prolonge une dernière fois sa mission et appelle au dialogue politique
La Secrétaire générale adjointe de l'ONU fait de l’autonomisation des femmes une clé pour atteindre ...
L’ONU plaide pour la révision de la nouvelle loi d’entente nationale au Mali
ONU/ Conseil de Sécurité : Macky Sall fait d’une meilleure représentativité de l’Afrique une « urgen...
Seulement 16 femmes sur 192 orateurs à l’Assemblée générale de l’ONU
Lutte contre le terrorisme : l’ONU s’érige en protectrice des grands évènements sportifs
RDC: "Il faut faire plus" face à Ebola et aux milices, lance le patron de l'ONU à Beni
Sahel : l'ONU alerte sur un prochain péril humanitaire majeur
Paix et la sécurité en Afrique : L'UA et l'ONU s'engagent à intensifier leur partenariat
L’UA et l’ONU travaillent à réduire la pauvreté et la faim en Afrique
ONU : Zainab Hawa Bangura prend la tête du bureau de Nairobi
Mali : le massacre à Ogossagou sur le point d’être qualifié de crime contre l’humanité (ONU)
Covid-19 : Les États ne doivent pas abuser des mesures d’urgence pour restreindre des contestations ...
Covid-19 : Il faut s'attendre à vivre avec le virus pour un moment dans le monde (ONU)
ONU en 2019/Muhammad-Bande, 2è Nigérian et 13è Africain à présider à présider l’AG
ONU : à New York, les Chefs d’Etat africains plaident pour des actions concrètes face à l’urgence cl...
Le Prix de la policière de l’ONU décernée à la Sénégalaise Seynabou Diouf
Crise en Guinée-Bissau: la CEDEAO reçoit le soutien de l'ONU et de l'Union africaine
Loi sur les libertés publiques au Togo : le politologue Mohammed Madi Djabakate salue la position de...
Nigeria: au moins 38 tués dans une attaque jihadiste
Lancement d'un Centre onusien pour booster la riposte au Covid-19 en Afrique
Soudan : Un échec de la communauté internationale sera un "terrible prix à payer" (ONU)
Face à l’épidémie du Coronavirus, le chef de l’ONU appelle à ne pas céder à la panique
Le plan Trump pour le Moyen-Orient qualifié de déséquilibré (ONU)

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés