Côte d’Ivoire/Présidentielles de 2020 : Alpha Blondy pas contre un 3ème mandat d’Alassane Ouattara

Abidjan (© 2019 Afriquinfos)Le rastaman le plus célèbre d’Afrique est l’une des voix les plus écoutées de la sphère sociopolitique de son pays la Côte d’Ivoire. Alpha Blondy qui est en pleine promo de son nouvel album « Human Race », s’est prononcé sur les prochaines élections de 2020 et ne voit pas ce qui pourrait empêcher Alassane Ouattara de briguer un 3ème mandat à la tête du pays.

Seule Alassane Ouattara pourrait décider si oui ou non il se présenterait pour la présidentielle de 2020. C’est le point de vue du « Jagger ».  «Ce n’est si moi je serai d’accord ou pas. D’abord, la Constitution de la 3ème République lui en donne le droit. Maintenant, comme il l’a si bien dit, il va aviser en 2020. On lui en laisse cette latitude » a déclaré à ce sujet Alpha Blondy. Une position qui à contre-pied de celle d’un autre célèbre raggeaman, Tiken Jah Fakoly. Ce dernier est catégorique, que la Constitution lui en donne le droit ou pas, « Ce n’est pas une bonne idée. Le combat aujourd’hui pour la nouvelle génération, c’est contre le 3e mandat. (…). Il faut éviter une sortie d’Alassane Ouattara par la petite porte. Depuis Houphouët, aucun président n’a bâti la Côte d’Ivoire comme Alassane Ouattara. Je souhaite qu’il finisse en beauté parce que cela va donner un exemple à son successeur ».

Si les deux stars du reggae sont dos à dos s’agissant du 3ème mandat d’Alassane Ouattara, elles s’accordent pourtant sur le fait que les acteurs politiques n’ont pas réussi à ramener la sérénité dans le pays et que des risques de violences planent sur les scrutins à venir. Parlant de la réconciliation en Côte d’Ivoire, Alpha Blondy, indique qu’« elle n’a pas été effective, parce que ceux qui demandent au peuple de se réconcilier sont incapables, eux-mêmes, de se réconcilier. La réconciliation en Côte d’Ivoire ne peut pas être un acte posé par un groupe de personnes ou une famille politique. C’est toute la famille politique ivoirienne dans son ensemble ». Il en appelle donc au sens du patriotisme de ces différents acteurs ceux qui se réclament d’Houphouët-Boigny ou non. « Les Houphouëtistes étaient unis. Houphouët était un modèle. Il ne faut pas galvauder le nom d’Houphouët-Boigny quand vous êtes incapables de poser des actes comme Houphouët-Boigny » lance l’artiste l’auteur de « Political Brouhaha », une des chansons phares de son nouvel album. 4

Boniface T.