Afrique de l'Ouest
7 juillet 2020

Exit Sibeth Ndiaye, Elisabeth Moreno, nouveau visage de la diversité dans l’exécutif français

Paris  (© 2020 Afriquinfos)- Fidèle parmi les fidèles d’Emmanuel Macron, la Porte-Parole du Gouvernement, Sibeth Ndiaye n’a pas été reconduite […]

6 juillet 2020 Afrique de l'Ouest

Cristina Duarte, nouvelle Conseillère spéciale de l’ONU pour l’Afrique

New-York (© 2020 Afriquinfos)- La capverdienne Cristina Duarte est désormais la Conseillère spéciale de l’ONU pour l’Afrique. Nommée par le […]

Lire la suite »

Le Cap-Vert officiellement la République du Cabo Verde, est un pays insulaire couvrant un archipel de 10 îles volcaniques dans l’océan Atlantique central. Il fait partie de l’écorégion de la Macaronésie, avec les Açores, les îles Canaries, Madère et les îles sauvages. Situées à 570 kilomètres (350 mi) à l’ouest de la péninsule du Cap-Vert au large des côtes de l’Afrique du Nord-Ouest, les îles couvrent une superficie combinée de 4 033 kilomètres carrés (1 557 milles carrés).

L’archipel du Cap-Vert était inhabité jusqu’au 15ème siècle, lorsque les explorateurs portugais ont découvert et colonisé les îles, établissant la première colonie européenne sous les tropiques. Idéalement situées pour la traite négrière atlantique, les îles ont prospéré tout au long des XVIe et XVIIe siècles, attirant des marchands, des corsaires et des pirates. La fin de l’esclavage transatlantique au 19e siècle a conduit au déclin économique et à l’émigration. Le Cap-Vert s’est progressivement rétabli en tant que centre commercial important et escale pour les routes maritimes. Incorporées en tant que département d’outre-mer du Portugal en 1951, les îles ont continué de faire campagne pour l’indépendance, qui a été réalisée en 1975.

Depuis le début des années 90, le Cap-Vert est une démocratie représentative stable et reste l’un des pays les plus développés et démocratiques d’Afrique. Manquant de ressources naturelles, son économie en développement est principalement axée sur les services, avec un accent croissant sur le tourisme et les investissements étrangers. Sa population d’environ 550 000 habitants (à la mi-2019) est principalement d’origine mixte africaine, mauresque, arabe et européenne, et principalement catholique romaine, reflétant l’héritage de la domination portugaise. Une communauté de diaspora importante existe à travers le monde, dépassant légèrement les habitants des îles. Historiquement, le nom «Cap-Vert» a été utilisé en anglais pour l’archipel et, depuis l’indépendance en 1975, pour le pays. En 2013, le gouvernement cap-verdien a déterminé que la désignation portugaise Cabo Verde serait désormais utilisée à des fins officielles, comme aux Nations Unies, même dans des contextes anglais. Le Cap-Vert est membre de l’Union africaine.

L’histoire du Cap-Vert

Avant l’arrivée des Européens, les îles du Cap-Vert étaient inhabitées. Ils ont été découverts par des navigateurs génois et portugais vers 1456. Selon les documents officiels portugais, les premières découvertes ont été faites par António de Noli, né à Gênes, qui a ensuite été nommé gouverneur du Cap-Vert par le roi portugais Afonso V. D’autres navigateurs mentionnés comme contribuant à des découvertes dans l’archipel du Cap-Vert sont Diogo Gomes (qui était avec António de Noli et prétend avoir été le premier à atterrir et à nommer l’île de Santiago), Diogo Dias, Diogo Afonso et l’italien (Venise) Alvise Cadamosto.

En 1462, les colons portugais sont arrivés à Santiago et ont fondé une colonie qu’ils appelaient Ribeira Grande (maintenant appelée Cidade Velha (« Vieille Ville »), pour éviter d’être confondue avec la ville de Ribeira Grande sur l’île de Santo Antão). Ribeira Grande a été la première colonie européenne permanente sous les tropiques.

Au 16ème siècle, l’archipel a prospéré de la traite négrière atlantique. Des pirates ont parfois attaqué les colonies portugaises. Francis Drake, un corsaire anglais, a limogé à deux reprises la capitale (alors) de Ribeira Grande en 1585 alors qu’elle faisait partie de l’Union ibérique. Après une attaque française en 1712, la ville a perdu de son importance par rapport à Praia, qui est devenue la capitale en 1770. Le déclin de la traite des esclaves au 19e siècle a provoqué une crise économique. La prospérité précoce du Cap-Vert a lentement disparu. Cependant, la position des îles à cheval sur les voies de navigation du centre de l’Atlantique fait du Cap-Vert un endroit idéal pour ravitailler les navires. En raison de son excellent port, la ville de Mindelo, située sur l’île de São Vicente, est devenue un important centre commercial au XIXe siècle. Le diplomate Edmund Roberts a visité le Cap-Vert en 1832. Le Cap-Vert a été la première étape du voyage de Charles Darwin avec le HMS Beagle en 1832.

Avec peu de ressources naturelles et un investissement durable insuffisant de la part des Portugais, les citoyens sont de plus en plus mécontents des maîtres coloniaux, qui refusent néanmoins de donner aux autorités locales plus d’autonomie. En 1951, le Portugal a changé le statut du Cap-Vert d’une colonie à une province d’outre-mer pour tenter d’émousser le nationalisme croissant. En 1956, Amílcar Cabral et un groupe de compatriotes capverdiens et guinéens ont organisé (en Guinée portugaise) le Parti africain clandestin pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC). Il exigeait une amélioration des conditions économiques, sociales et politiques au Cap-Vert et en Guinée portugaise et constituait la base du mouvement d’indépendance des deux nations. Déplaçant son quartier général à Conakry, en Guinée en 1960, le PAIGC a commencé une rébellion armée contre le Portugal en 1961. Les actes de sabotage ont fini par devenir une guerre en Guinée portugaise qui a opposé 10 000 soldats du PAIGC soutenus par le Bloc soviétique contre 35 000 soldats portugais et africains. En 1972, le PAIGC contrôlait une grande partie de la Guinée portugaise malgré la présence des troupes portugaises, mais l’organisation n’a pas tenté de perturber le contrôle portugais au Cap-Vert. La Guinée portugaise a déclaré son indépendance en 1973 et a obtenu son indépendance de jure en 1974. Un mouvement indépendantiste naissant dirigé à l’origine par Amílcar Cabral, assassiné en 1973 est passé à son demi-frère Luís Cabral et a abouti à l’indépendance de l’archipel en 1975.

Indépendance (1975)

Après la révolution d’avril 1974 au Portugal, le PAIGC est devenu un mouvement politique actif au Cap-Vert. En décembre 1974, le PAIGC et le Portugal ont signé un accord prévoyant un gouvernement de transition composé de Portugais et de Cap-Verdiens. Le 30 juin 1975, les Cap-Verdiens ont élu une Assemblée nationale qui a reçu les instruments d’indépendance du Portugal le 5 juillet 1975. À la fin des années 1970 et 1980, la plupart des pays africains ont interdit à South African Airways de survoler, mais le Cap-Vert les a autorisés et est devenu un centre d’activité pour les vols de la compagnie aérienne vers l’Europe et les États-Unis. Immédiatement après le coup d’État de novembre 1980 en Guinée-Bissau, les relations entre le Cap-Vert et la Guinée-Bissau se sont tendues. Le Cap-Vert a abandonné son espoir d’unité avec la Guinée-Bissau et a formé le Parti africain pour l’indépendance du Cap-Vert (PAICV). Les problèmes ont depuis été résolus et les relations entre les pays sont bonnes. Le PAICV et son prédécesseur ont établi un système à parti unique et ont gouverné le Cap-Vert de l’indépendance jusqu’en 1990. Répondant à la pression croissante pour une démocratie pluraliste, le PAICV a convoqué un congrès d’urgence en février 1990 pour discuter des modifications constitutionnelles proposées pour mettre fin au régime du parti unique. Des groupes d’opposition se sont réunis pour former le Mouvement pour la démocratie (MPD) à Praia en avril 1990. Ensemble, ils ont fait campagne pour le droit de contester l’élection présidentielle prévue pour décembre 1990. L’État à parti unique a été aboli le 28 septembre 1990 et les premières élections multipartites ont eu lieu en janvier 1991. Le MPD a remporté la majorité des sièges à l’Assemblée nationale et le candidat présidentiel du MPD António Mascarenhas Monteiro a battu le candidat du PAICV avec 73,5 % des votes. Les élections législatives de décembre 1995 ont accru la majorité du MPD à l’Assemblée nationale. Le parti a remporté 50 des 72 sièges de l’Assemblée nationale. Une élection présidentielle de février 1996 a renvoyé le président Monteiro au pouvoir. Les élections législatives de janvier 2001 ont redonné le pouvoir au PAICV, le PAICV détenant 40 sièges de l’Assemblée nationale, le MPD 30 et le Parti pour la convergence démocratique (PCD) et le Parti du travail et de la solidarité (PTS) 1 chacun. En février 2001, le candidat présidentiel soutenu par le PAICV, Pedro Pires, a battu l’ancien chef du MPD, Carlos Veiga, par seulement 13 voix.

La politique du Cap-Vert

Le Cap-Vert est une république démocratique représentative semi-présidentielle stable. Il figure parmi les nations les plus démocratiques d’Afrique, se classant 26e au monde, selon l’indice de démocratie 2018. La constitution adoptée en 1980 et révisée en 1992, 1995 et 1999 définit les principes de base de son gouvernement. Le président est le chef de l’État et est élu au suffrage universel pour un mandat de 5 ans. Le Premier ministre est le chef du gouvernement et propose d’autres ministres et secrétaires d’État. Le Premier ministre est nommé par l’Assemblée nationale et nommé par le président. Les membres de l’Assemblée nationale sont élus au suffrage universel pour un mandat de 5 ans. Trois partis détiennent désormais des sièges au MPD de l’Assemblée nationale, au PAICV et à l’Union démocratique indépendante du Cap-Vert (UCID). Le système judiciaire est composé d’une Cour suprême de justice dont les membres sont nommés par le président, l’Assemblée nationale et le Conseil de la magistrature et les tribunaux régionaux. Des tribunaux distincts connaissent des affaires civiles, constitutionnelles et pénales. L’appel est devant la Cour suprême. Les deux principaux partis politiques sont le PAICV et le MPD.

L’économie du Cap-Vert

La croissance économique notable du Cap-Vert et l’amélioration des conditions de vie malgré un manque de ressources naturelles ont acquis une reconnaissance internationale, d’autres pays et organisations internationales fournissant souvent une aide au développement. Depuis 2007, l’ONU l’a classé parmi les pays en développement plutôt que parmi les pays les moins avancés. Le Cap-Vert a peu de ressources naturelles. Seules cinq des dix îles principales (Santiago, Santo Antão, São Nicolau, Fogo et Brava) soutiennent normalement une production agricole importante et plus de 90% de tous les aliments consommés au Cap-Vert sont importés. Les ressources minérales comprennent le sel, la pouzzolane (une roche volcanique utilisée dans la production de ciment) et le calcaire.  Son petit nombre d’établissements vinicoles produisant des vins de style portugais se sont traditionnellement concentrés sur le marché intérieur, mais ont récemment rencontré une certaine renommée internationale. Un certain nombre de visites œnologiques des différents microclimats du Cap-Vert ont commencé à être proposées au printemps 2010. L’économie du Cap-Vert est orientée vers les services, le commerce, les transports et les services publics représentant plus de 70% du PIB. La fabrication légère représente la majeure partie du reste. Le poisson et les crustacés sont abondants et de petites quantités sont exportées. Le Cap-Vert dispose d’installations d’entreposage frigorifique et de congélation et d’usines de transformation du poisson à Mindelo, Praia et Sal. Les expatriés capverdiens contribuent à hauteur d’environ 20% du PIB à l’économie nationale grâce aux envois de fonds. En dépit d’avoir peu de ressources naturelles et d’être semi-désertique, le pays possède les niveaux de vie les plus élevés de la région et a attiré des milliers d’immigrants de nationalités différentes. Depuis 1991, le gouvernement a poursuivi des politiques économiques axées sur le marché, notamment un accueil ouvert aux investisseurs étrangers et un vaste programme de privatisation. Il a établi comme priorités de développement prioritaires la promotion d’une économie de marché et du secteur privé ; le développement du tourisme, des industries manufacturières légères et de la pêche; et le développement des infrastructures de transport, de communication et d’énergie. De 1994 à 2000, environ 407 millions de dollars d’investissements étrangers ont été réalisés ou prévus, dont 58% dans le tourisme, 17% dans l’industrie, 4% dans les infrastructures et 21% dans la pêche et les services. En 2011, sur quatre îles, un parc éolien a été construit qui fournit environ 30% de l’électricité du pays. C’est l’un des premiers pays pour les énergies renouvelables.

Entre 2000 et 2009, le PIB réel a augmenté en moyenne de plus de 7% par an, bien au-dessus de la moyenne des pays subsahariens et plus rapidement que la plupart des petites économies insulaires de la région. Les bonnes performances économiques ont été soutenues par l’une des industries touristiques connaissant la croissance la plus rapide au monde, ainsi que par d’importantes entrées de capitaux qui ont permis au Cap-Vert de constituer des réserves de devises nationales pour les 3,5 mois actuels d’importations. Le chômage a chuté rapidement et le pays est en voie d’atteindre la plupart des objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies, y compris la réduction de moitié de son niveau de pauvreté de 1990. En 2007, le Cap-Vert a rejoint l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et en 2008, le pays est passé du statut de pays les moins avancés (PMA) à celui de pays à revenu intermédiaire (MIC). Le Cap-Vert a une coopération importante avec le Portugal à tous les niveaux de l’économie, ce qui l’a amené à lier d’abord sa monnaie à l’escudo portugais et, en 1999, à l’euro. Le 23 juin 2008, le Cap-Vert est devenu le 153ème membre de l’OMC. Début janvier 2018, le gouvernement a annoncé que le salaire minimum serait porté à 13 000 CVE (140 USD ou 130 EUR) par mois, contre 11 000 CVE, ce qui était effectif à la mi-janvier 2018.

Tourisme

Le tourisme est une source croissante de revenus sur les îles. La position stratégique du Cap-Vert au carrefour des voies aériennes et maritimes du centre de l’Atlantique a été renforcée par des améliorations importantes au port de Mindelo (Porto Grande) et aux aéroports internationaux de Sal et Praia. Un nouvel aéroport international a été ouvert à Boa Vista en décembre 2007 et sur l’île de São Vicente, le plus récent aéroport international (aéroport Cesária Évora) du Cap-Vert a été ouvert fin 2009. Des installations de réparation navale à Mindelo ont été ouvertes en 1983. Les principaux ports sont Mindelo et Praia, mais toutes les autres îles ont des installations portuaires plus petites. En plus de l’aéroport international de Sal, des aéroports ont été construits sur toutes les îles habitées. Tous, sauf les aéroports de Brava et Santo Antão, bénéficient d’un service aérien régulier. L’archipel compte 3 050 km (1 895 mi) de routes, dont 1 010 km (628 mi) sont pavées, la plupart utilisant des pavés. Les perspectives économiques futures du pays dépendent fortement du maintien des flux d’aide, de l’encouragement du tourisme, des envois de fonds, de l’externalisation de la main-d’œuvre vers les pays africains voisins et de la dynamique du programme de développement du gouvernement.

La démographie du Cap-Vert

Le recensement officiel a enregistré que le Cap-Vert avait une population de 512 096 habitants en 2013. Une grande proportion (236 000) de Cap-Verdiens vit sur l’île principale, Santiago. L’archipel du Cap-Vert était inhabité lorsque les Portugais l’ont découvert en 1456. La population moderne du Cap-Vert descend du mélange de colons européens et d’esclaves africains qui ont été amenés dans les îles pour travailler dans des plantations portugaises. La plupart des capverdiens sont donc des mulâtres, également appelés mestiços en portugais. Un autre terme est créole, c’est-à-dire ceux d’ascendance mixte d’origine africaine et native.

L’apport européen comprenait des Espagnols et des marins italiens à qui l’Empire portugais a accordé des terres, suivis des colons et des exilés portugais, ainsi que des musulmans portugais (Maures ethniques) et juifs portugais (Ethniques séfarades). Ces deux groupes religieux ont été victimes de l’Inquisition. D’autres immigrants sont venus de pays comme les Pays-Bas, la France, la Grande-Bretagne, les pays arabes (en particulier le Liban et le Maroc), la Chine (en particulier de Macao), l’Inde, l’Indonésie, l’Amérique du Sud et l’Amérique du Nord (y compris les personnes d’origine portugaise et africaine) et ont été absorbés par la population mestiço.

La population du Cap-Vert au 21e siècle est principalement créole; la capitale, Praia, représente un quart de la population du pays. Plus de 65% de la population de l’archipel vit en centre urbain et le taux d’alphabétisation est de 89% (soit 93,3% chez les hommes de 15 ans et plus et 84,7% chez les femmes de 15 ans et plus) selon le 2017 Données du National Statistics Bureau. De nombreux Cap-Verdiens ont depuis émigré, principalement aux États-Unis et en Europe. Une étude génétique a révélé que l’ascendance de la population du Cap-Vert est principalement européenne dans la lignée masculine et ouest-africaine dans la lignée féminine ; compté ensemble, ce pourcentage est de 56% africain et 44% européen. Le degré élevé de mélange génétique et ethnique d’individus est le résultat de siècles de migration.

L’éducation du Cap-Vert

Bien que le système éducatif cap-verdien soit similaire au système portugais, au fil des ans, les universités locales ont adopté de plus en plus le système éducatif américain; par exemple, les 10 universités existantes dans le pays offrent des programmes de baccalauréat de 4 ans par opposition aux programmes de baccalauréat de 5 ans qui existaient avant 2010. Le Cap-Vert a le deuxième meilleur système éducatif en Afrique, après l’Afrique du Sud. L’enseignement primaire au Cap-Vert est obligatoire et gratuit pour les enfants âgés de 6 à 14 ans. En 2011, le taux net de scolarisation dans le primaire était de 85%. Environ 90% de la population totale de plus de 15 ans est alphabétisée et environ 25% de la population détient un diplôme universitaire ; un nombre important de ces diplômés du collégial sont titulaires d’un doctorat dans différents domaines académiques. Des manuels ont été mis à la disposition de 90% des écoliers et 98% des enseignants ont suivi une formation continue. Bien que la plupart des enfants aient accès à l’éducation, certains problèmes persistent. Par exemple, les dépenses consacrées au matériel scolaire, aux déjeuners et aux livres sont insuffisantes. En octobre 2016, il y avait 69 écoles secondaires dans tout l’archipel (dont 19 écoles secondaires privées) et au moins 10 universités dans le pays qui sont basées sur les deux îles de Santiago et São Vicente.

En 2015, 23% de la population capverdienne avait fréquenté ou obtenu un diplôme d’études secondaires. En ce qui concerne l’enseignement supérieur, 9% des hommes capverdiens et 8% des femmes capverdiennes étaient titulaires d’un baccalauréat ou avaient fréquenté des universités. Le taux global de scolarité collégiale (c.-à-d. Les diplômés des collèges et les étudiants de premier cycle) au Cap-Vert est d’environ 24% par rapport à la population locale d’âge collégial. Les dépenses totales d’éducation se sont élevées à 5,6% du PIB (2010). La durée moyenne de scolarité des adultes de plus de 25 ans est de 12 ans.

Les langues du Cap-Vert

La langue officielle du Cap-Vert est le portugais. C’est la langue d’enseignement et de gouvernement. Il est également utilisé dans les journaux, la télévision et la radio. Le créole capverdien est couramment utilisé et est la langue maternelle de pratiquement tous les capverdiens. La constitution nationale appelle à des mesures pour lui donner la parité avec le portugais. Le créole capverdien ou Kriolu est un continuum dialectal d’un créole portugais. Il existe une littérature substantielle en créole, en particulier en créole de Santiago et en créole de São Vicente. Le créole gagne en prestige depuis l’indépendance de la nation vis-à-vis du Portugal. Les différences entre les formes de la langue au sein des îles ont été un obstacle majeur à la normalisation de la langue. Certaines personnes ont préconisé l’élaboration de deux normes : une norme nord (Barlavento), centrée sur le créole de São Vicente, et une norme sud (Sotavento), centrée sur le créole de Santiago. Manuel Veiga, PhD, linguiste et ministre de la Culture du Cap-Vert, est le premier promoteur de l’officialisation et de la normalisation de Kriolu.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés