UEMOA : la croissance communautaire ralentit à 2,6% à cause du coronavirus

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture
Croissance communautaire en Afrique de l'Ouest

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Croissance communautaire en Afrique de l’Ouest | Depuis l’avènement du nouveau coronavirus et la mise à l’arrêt de l’économie mondiale, de nombreuses projections avaient prédit son impact sur le taux de croissance de la zone UEMOA.  Le Comité de politique monétaire (CPM) de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) vient de confirmer cette tendance à la baisse.

Le taux de croissance économique dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) devrait chuter à 2,6% en 2020, estime le Comité de politique monétaire (CPM) de la BCEAO. La Covid-19 est passée par là car la prévision initiale était de 6,6%. En outre, informe le CPM «’Le PIB (produit intérieur brut) de l’Union a progressé en glissement annuel de 3,3%, au premier trimestre 2020, après 6,5% un trimestre plus tôt ».

Le Comité de politique monétaire de la BCEAO, explique que « cette décélération de l’activité économique est surtout [causée] par le secteur tertiaire, dont la contribution à la croissance a baissé de moitié par rapport au trimestre précédent’’. Cette situation reflète « les premiers effets de la propagation de la pandémie de coronavirus, notamment dans les secteurs du tourisme, de l’hôtellerie, des transports et du commerce ».

La nécessité pour les pays de la zone de mener des plans de riposte contre le coronavirus a également impacté leur déficit budgétaire. A fin mars 2020, il s’établissait à 922,1 milliards ou 4,5% du PIB alors qu’à la même période l’année dernière, il était de 222,5 milliards ou 1,1% du PIB.

- Advertisement -

Le CPM de l’UEMOA observe néanmoins « une légère accélération du rythme de progression de la masse monétaire en glissement annuel, en liaison avec le rebond des actifs extérieurs nets, ainsi que l’accroissement des créances intérieures ». « Les réserves de change de l’Union se sont renforcées sur une base annuelle, assurant 6,3 mois d’importations de biens et services à fin mars 2020. » En revanche, le taux d’intérêt moyen trimestriel des appels d’offres hebdomadaires d’injection de liquidité est en baisse, passant de 2,98% lors du dernier trimestre 2019 à 2,69% au premier trimestre 2020.

Depuis le mois d’avril 2020, il se situe à 2,50%, en liaison avec les injections de liquidité au taux fixe de 2,50% lancées par la Banque centrale pour lutter contre les effets néfastes de la crise sanitaire.

S.B.